Ecocéan, pionnier de la restauration écologique, vise l’éolien offshore

22 janvier 2024
©Remy Dubas

Ecocéan (Montpellier), spécialiste depuis 20 ans de la restauration des milieux aquatiques, va équiper, via le programme Littoral Plus, ses solutions d’habitat sur le flotteur d’une des trois éoliennes offshore du projet EFGL (Éoliennes Flottantes du Golfe du Lion), qui sera installée fin 2024 au large du littoral audois.
Sur ce type d’installation, « la complexité est augmentée. Il nous faut utiliser le même matériau que l’éolienne. Des animaux vivant dans la colonne d’eau se fixeront sur un substrat constitué d’acier et de coquilles d’huîtres. Cet habitat permet aux larves de se développer. Nous aidons les jeunes individus, présents en grande quantité, à trouver de quoi survivre, en étant protégés des prédateurs », explique le président-fondateur, Gilles Lecaillon.
Pour parvenir à ce résultat, rien n’a été laissé au hasard. Ecocéan a ainsi installé au large de Leucate, entre juin 2019 et juin 2023, une boulée d’observation de la biodiversité, aux dimensions impressionnantes : 15 mètres de haut et 1,5 de large, pour un poids de 4 tonnes. « Cela nous a permis de comprendre ce qui allait se passer sur les futures éoliennes. Nous avons présenté les résultats observés, en octobre dernier, aux pêcheurs, au milieu universitaire, aux acteurs de la Réserve marine et aux services de l’État », explique-t-il.

Ecocéan se positionne sur un marché des éoliennes offshore désormais mondial, en Écosse, en Norvège, aux États-Unis… « C’est un énorme travail à mener, pour s’attaquer à ce segment de marché porteur sur la prochaine décennie. » En France, Ecocéan s’est ainsi positionné sur l’appel d’offres récent Sud Bretagne, et sur les deux parcs commerciaux prévus en Méditerranée, en intégrant sa solution écologique dans les réponses des opérateurs.
Pour faire face à cette montée en puissance, la PME de 21 salariés a levé 1,2 M€ en novembre dernier, et recruté un directeur commercial international, Stéphane Thesin, un responsable communication, un commercial et un directeur des opérations. Ce dernier va gérer la société aux côtés de Gilles Lecaillon, qui reste majoritaire au capital, avec les partenaires historiques et des amis qui ont investi en love money. 

>Lire le portrait de Gilles Lecaillon, rédigé dans la newsletter Occitanie News (Région Occitanie), en cliquant ici
>Pour s’abonner à Occitanie News, il suffit 
de cliquer là.

Share This