Ça fait très provincialSemaine du 6 février 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

C’est pas gagné, a-t-on envie de dire. « Ton nouveau fonds fait très provincial », a ainsi lâché un financier parisien à Arnaud Laurent, cofondateur de la nouvelle société de gestion OVNI Capital, révélée par votre serviteur ce matin dans Les Échos et relayée dans la rubrique « À l’affiche » des Indiscrétions. Il faut dire qu’Arnaud a le malheur de tisser sa toile internationale d’investisseurs depuis Frontignan. « Faire très provincial » : quand on entend ça, en 2023, on se dit que le snobisme parisien, que j’ai dégusté pendant deux ans lors de ma formation au CFJ (Centre de Formation des Journalistes), reste un mal profond en Macronie. On en rit dans votre « On s’en fout » (rubrique « HV Touch »).

Et encore ? Neofor envoie du bois en Lozère (et pas à Paris, rubrique « Décodage »), la rumeur Pablo Bofill (en « à l’affiche »), Kaliop questionne l’avenir du numérique (« Zoom »), 500 chevaux à Montpellier, le plan de Mécanic Vallée (« Trois questions à »), la ligne C avance à Toulouse (« ça pousse »), et plein d’autres palabres urbaines.

Bonnes lecture et semaine !

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Arnaud Laurent, Augustin Sayer, OVNI Capital

Toujours agréable de vous faire commencer la semaine avec un bon petit scoop. OVNI Capital, nouvelle société de gestion, agréée par l’AMF, collecte 15 M€ pour son premier fonds Ovni Ventures, avec l’objectif de finir à 50 millions d’euros d’ici à juin 2024, révèlent Les Échos ce 6 février. Dédié à l’amorçage, Ovni Ventures cible les start-up « à forte ambition internationale où la technologie est au cœur du produit », expliquent ses deux jeunes cofondateurs, Arnaud Laurent et Augustin Sayer, âgés de 35 et 37 ans.
Ce premier closing a été réalisé auprès de 50 entrepreneurs français de l’industrie et de la tech, qui ont investi en moyenne 300.000 euros. Parmi eux, les fondateurs de Teads, Aufeminin.com, Brico Privé, Hopps Group ou Fullsave. Ovni Ventures veut réaliser entre 30 et 40 opérations sur quatre ans, pour des tickets compris entre 250.000 et 2 millions d’euros. Le portrait-robot des entreprises concernées : « Moins de 10 salariés, et moins de 1 million d’euros de chiffre d’affaires », glisse Arnaud Laurent.
Pourquoi lancer l’initiative maintenant, alors que le marché tourne au ralenti ? « Les fonds étrangers, notamment américains, représentaient 50 % du financement des start-up en France en 2022, soit environ 6 milliards d’euros. Ils semblent s’être évaporés en ce début d’année, et nous pensons que 2023 va enregistrer un fort repli des valorisations et du nombre de levées », répond Augustin Sayer. D’un autre côté, le marché peut sembler plus porteur pour les investisseurs, « car les valorisations des entreprises redescendent à des niveaux plus normaux », observe Arnaud Laurent.
Ovni Ventures a réalisé sa première participation, à hauteur de 500.000 euros, dans la start-up montpelliéraine Axeptio, spécialisée dans la gestion des cookies sur Internet. L’opération a permis à cette entreprise de lever au total 3,5 millions d’euros, auprès d’ISAI et du family office Evolem.
Le fonds entend insuffler une « obsession d’international » dans le paysage de la tech tricolore, en cassant les schémas établis. Pour les deux trentenaires, qui citent en modèle les places de Berlin, Stockholm, Amsterdam ou Tel-Aviv, les start-up françaises attendent bien trop longtemps. « L’export doit être cultivé dès le début, martèle Augustin Sayer. Dès qu’une start-up atteint cinq salariés, elle doit avoir dans ses rangs quelqu’un qui ne parle pas français, pour opérer la bascule. »
Tous deux imprégnés de culture anglo-saxonne, Arnaud Laurent et Augustin Sayer affichent quinze ans d’expérience dans l’entrepreneuriat et la finance. Le premier a par exemple investi, via l’accélérateur WeSprint, dans 50 participations entre 2016 et 2021, tandis que le second développe depuis 2017 en France l’activité du fonds franco-américain Newfund Capital , après avoir fait carrière dans la banque d’affaires et la création d’entreprises aux Etats-Unis et au Mexique. « Nous avons l’âge des gens que nous allons financer. C’est un atout », conclut Arnaud Laurent.

Michaël Delafosse, Ville de Montpellier

À mi-mandat, le maire de Montpellier passe à l’offensive en ce 1er semestre naissant. En quadrillant le terrain. Tout d’abord avec une centaine de réunions publiques dans les quartiers de la ville, Croix-d’Argent ouvrant le bal (programme à consulter en cliquant ici). On ne va pas se mentir : on n’est pas sûrs de toutes les couvrir.
Par ailleurs, dans le cadre de la concertation relative au PLUI Climat, document attendu par les professionnels de l’acte de bâtir et les maires des communes membres de la métropole de Montpellier, plusieurs réunions, qui s’annoncent sympathiques en diable, sont programmées. Démarrage cette semaine, avec, ce 8 février, une première réunion publique au centre culturel (salle des Trobars) de Saussan à 18h30. Le détail des réunions à consulter ici. Question stratégique : trouvera-t-il le temps de venir à la 2e soirée réseau d’Agencehv, prévue le 14 juin dans un lieu de l’est de l’Hérault qui s’annonce magique ?

Nelly Frontanau, Entrepreneurs Humanistes

Ex-présidente d’ex-LRA (devenue Arac) et ex-conseillère régionale PS (2010-2022)*, consultante et coach depuis 2019, elle organise, en tant que présidente des Entrepreneurs Humanistes Montpellier, une soirée organisée par les adhérents montpelliérains du « Mouvement International des Entrepreneurs Humanistes » en partenariat avec l’association « One Conscience Environnementale » (présidente : Muriel Calventus), le mardi 7 mars à partir de 17h30**.
Cette soirée aura pour thématique « Intelligence Intuitive et Spirituelle au Travail », avec une projection/débat du documentaire de la réalisatrice Valérie Seguin.
* Ex-présidente de la commission femmes-hommes et RH. Membre de la commission Culture de 2010 à 2022.
** Brasserie Les Artistes, face au Méga CGR à Lattes.

Christophe Pouzol, Lab Immo Midi Libre

« Crise du crédit : état des lieux et solutions concrètes », c’est le thème d’actualité du Lab Immo L’Agence/Midi Libre, ce mercredi 15 février au Mo.Co (Montpellier), à partir de 19h. La production de prêts immobiliers a baissé de 20 % en 2022. La chute a été particulièrement forte au dernier trimestre. Elle atteint un niveau jamais vu depuis la crise financière des subprimes, selon l’Observatoire du Crédit Logement (Les Echos, à lire en cliquant ici). Un plateau de choc pour en parler : Thomas Bree, président de la Fnaim Hérault, Marion Polge (Montpellier Management), Stevo Dojcilovic (Sol-fin, courtier en crédit immobilier, représentant l’UIC, l’Union des Intermédiaires de Crédit), Gaëlle Lévêque, maire de Lodève (34) et Christophe Pouzol, directeur du développement immobilier du Crédit Agricole du Languedoc. Après que Bercy a confirmé en début d’année le rôle des courtiers dans le montage des crédits, l’UIC et le Crédit Agricole du Languedoc ont trouvé un terrain d’entente. Inscriptions sur labimmo@midilibre.com (dans la limite des places disponibles). J’aurai le plaisir d’animer les débats (nos dernières animations à voir en cliquant ici).

Khadija Aoudia, barreau de Nîmes

L’avocate nîmoise Khadija Aoudia prend ses fonctions de nouvelle bâtonnière du barreau de Nîmes (400 avocats). Elle succède à Jacques Coudurier pour un mandat de deux ans, dont la première année a été exercée aux côtés de ce dernier, en 2022.
Elle devient la troisième femme bâtonnière du barreau de Nîmes après Me Chantal Chabanon-Clauzel (en 2011), avec qui elle a travaillé deux ans, et Me Françoise Heuillon-Schnitzler (2012).
Diplômée d’un doctorat à la faculté de droit de Montpellier, Khadija Aoudia est spécialiste en droit pénal. Ses priorités : la lutte contre les violences faites aux femmes et contre la surpopulation carcérale.

Olivier Nicollin, Groupe Nicollin

Le groupe Nicollin (président : Olivier Nicollin) acquiert Caronet (fondateur : Guy Walter, président : Pierre-Olivier Walter), entreprise de propreté et de services associés en activité dans la région Grand-Est, indique le groupe spécialisé dans la propreté urbaine et le nettoyage industriel, le 31 janvier (à lire ici).
Pour le Groupe Nicollin, cette croissance externe est une nouvelle opération de diversification géographique. Caronet réalise des prestations de nettoyage (propreté tertiaire, vitrerie, nettoyage industriel…) et intervient dans les secteurs de la santé, de l’industrie et de l’hôtellerie. Implantée à Spicheren (siège social), Metz et Strasbourg, l’entreprise emploie 550 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 8 M€.
« Cette acquisition renforce nos expertises et savoir-faire en matière de propreté et développe nos implantations dans la région Grand Est », indique le groupe, accompagné dans cette opération par Steeve Lemmer, gérant de Capital Conseil. Le pôle d’activité Nicollin Services (140 M€, directeur général : Marc Azahaf) assurera la reprise et la gestion de Caronet et de ses activités.
Groupe Nicollin compte 8.500 salariés et réalise 550 M€ de CA en France. Il se structure autour de 3 pôles d’activités : Environnement (gestion des déchets et propreté urbaine), Services (nettoyage industriel, sécurité, accueil) et Eau (gestion de l’eau, assainissement). Une stratégie RSE pour les 10 à 15 prochaines années sera présentée à la fin du 1er semestre, confie-t-il aux Indiscrétions. Avec, comme pilier, l’électrification de la flotte, composée de quelque 3.000 véhicules.
> À (re)lire : Avec l’acquisition de Fast, Nicollin se diversifie dans la gestion de sinistres, septembre 2022, Les Échos, en cliquant ici.

Hellene Carles, Jeune Chambre Économique d’Occitanie

À 37 ans, la Biterroise prend la présidence de la fédération des Jeunes Chambres Économiques (JCE) d’Occitanie pour un mandat d’une année, lit-on le 31 janvier (à lire ici). « Elle succède au montpelliérain François Girault qui occupe désormais le poste de past-président au sein du bureau régional », précise-t-on aux Indiscrétions. Hellene Carles a rejoint la JCE de Perpignan en 2015, puis celle de Béziers qu’elle a présidé en 2018, et enfin la JCE d’Occitanie en 2019. Elle est par ailleurs directrice des ressources humaines de l’entreprise narbonnaise Pedrero, spécialiste en matières premières et petit matériel à destination des boulangers, pâtissiers, restaurateurs et autres métiers de bouche.
À ses côtés sont nommés Marine de Beaufort (vice-présidente formation), Anne Gormand (vice-présidente développement), Arnaud Calas (trésorier et vice-président exécutif) et Anaïs Audouy (secrétaire générale).
La fédération des JCE d’Occitanie, qui fédère 150 membres, « a pour mission d’animer le réseau des 11 JCE locales, notamment en leur apportant un soutien en matière de formation (organisation de journées régionales de formation) et de développement (soutien à la création de nouvelles JCE ou à la re-création de JCE). »

Marie-Pierre Cutajar, centre hospitalier Paul-Coste-Floret

Elle est la nouvelle directrice du centre hospitalier (CH) Paul-Coste-Floret, situé à Lamalou-les-Bains (34). Elle succède à Ronald Khumel (retraite), qui a occupé ce poste durant 20 ans. Maire-Pierre Cutajar était depuis 2018 directrice des affaires médicales au sein du CH d’Aurillac dans le Cantal. Le CH Paul-Coste-Floret emploie 308 salariés et accueille 990 patients par an.

René Alary, Société Générale et Comité des Banques de l’Hérault

Ce grand Monsieur du secteur bancaire en Occitanie est sur le départ (pour grandes vacances). La sortie est prévue en interne et en grandes pompes, fin mars. René Alary est directeur régional (groupe des agences de l’Hérault, Sud Aveyron, Gard et Lozère) de la Société Générale, et président du Comité des Banques de la Fédération française des banques de l’Hérault.

Anne Rodella, Groupe EAD

Elle est la nouvelle directrice générale du groupe EAD, composé de la SEM Eure Aménagement Développement (président : Frédéric Duché), et des SPL Campus de l’espace et Normandie Axe Seine (président : François Ouzilleau), annonce-t-elle dans un post LinkedIn. Il s’agit d’un groupement d’intérêt économique dédié « au département de l’Eure et ses collectivités pour l’aménagement, la construction d’équipements publics, la redynamisation de friches industrielles ou militaires, la promotion immobilière, le développement économique du territoire, etc. », décrit Anne Rodella. Elle a auparavant officié pendant 15 ans à Béziers (Sebli puis Viaterra). Dernier poste, celui de directrice du pôle Renouvellement urbain de Viaterra. L’aménageur, dirigé par Joël Daures, fêtera ses 60 ans cette année.

Pablo Bofill, Folies Architecturales

C’est une rumeur urbaine qui court. L’architecte catalan Pablo Bofill (Taller de Arquitectura, Barcelone), fils de l’architecte Ricardo Bofill, concepteur du quartier Antigone à Montpellier, ferait partie d’un groupement candidat aux Folies architecturales du 21e siècle, lancée par la Ville de Montpellier. L’intéressé, contacté par Les Indiscrétions, reste injoignable. C’est parfois agaçant d’avoir des numéros de portable quand on n’a pas (encore) la confiance du titulaire de la ligne. Blague à part : si Pablo Bofill venait à être lauréat sur un projet emblématique à Montpellier, le symbole serait puissant, après l’Antigone de son papa, sorti de terre il y a 40 ans.

Sylvain Maillard, Ville de Villedaigne

Il est le nouveau maire de la commune de Villedaigne, située près de Narbonne (11). Il succède à Lydie Loïs qui démissionne. Sylvain Maillard occupait le poste de 3ème adjoint au maire depuis 2020.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Bandeau partenaire Midi Libre, 6 février, Les Indiscrétions

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Financement du contournement ouest de Montpellier : les avis d’experts divergent

 

Coup de froid judiciaire sur le montage financier du projet de contournement ouest de Montpellier (COM). Pour rappel, le projet, chiffré à environ 300 M€, a été adossé au réseau ASF, en janvier 2022, par Jean Castex, alors Premier ministre. En clair : les usagers de l’ensemble du réseau paieront la conception, construction et exploitation du COM.

Extraits de la décision du Conseil d’État du 27 janvier : « En mettant, par la hausse tarifaire litigieuse, à la charge de l’ensemble des usagers de la totalité́ des 2.714 km du réseau autoroutier concédé́ à la société́ ASF, le financement des travaux de réalisation d’un tronçon de 6,2 km destiné au contournement ouest de Montpellier dépourvu de péage, la disposition tarifaire attaquée méconnaît la règle de proportionnalité entre le montant du tarif et la valeur du service rendu (…) Le décret du 28 janvier 2022 est annulé en tant qu’il approuve cette disposition. » La décision est disponible dans son intégralité en cliquant ici.

Salvador Nunez, responsable du projet du COM pour Vinci Autoroutes

« Le contrat n’est pas cassé. Un nouvel avenant va être élaboré »

« Nous prenons acte de cette décision. Le contrat n’est pas cassé. Il y a eu un emballement médiatique sur le sujet, la semaine dernière. Pour nous, la décision ne change rien d’un point de vue opérationnel. Le projet n’est pas remis en cause, pas plus que le calendrier. Ce n’est qu’un article de l’avenant entérinant l’adossement du projet au réseau autoroutier qui est annulé. Mais le principe de l’adossement n’est, lui, pas remis en cause. Sinon, la décision aurait été exprimée autrement. Les engagements pris par les signataires, ASF et État, demeurent. Les modalités de perception du surpéage sont annulées par le Conseil d’État, sur la base de ce qu’a déjà affirmé l’ART (Autorité de Régulation des Transports) en 2021 (lire en cliquant ici). L’État concédant et le concessionnaire ASF réfléchissent très activement à l’élaboration d’un nouvel avenant. Nous ne partirons pas sur l’ensemble du réseau, mais sur un périmètre plus restreint, dont on pourra justifier en quoi il est concerné par le COM. C’est assez facile à définir : nous avons toutes les données. »
Les Indiscrétions
: Êtes-vous surpris par cette décision ?
« Oui. Je ne me prononce pas sur le bien-fondé de la décision du Conseil d’État. Les modalités définies par l’avenant étaient habituelles. Elles ont déjà été mises en œuvre pour le déplacement de l’A9 à Montpellier, ou le chantier de l’A57 à Toulon. Nous faisons en sorte que le surpéage soit le plus indolore possible. »
Les Indiscrétions : Des rocades gratuites financées par les usagers du réseau payant, est-ce fréquent ?
« Il y a, à Montpellier, la section gratuite de l’A709, ou, à Toulouse, la rocade Est opérant la continuité entre les autoroutes A61 et A62, ou encore, à Toulon, l’A57. À chaque fois, il s’agit de sections en périphérie immédiate des villes, avec une partie de connexion dans les villes, ou de continuité entre deux autoroutes. »

Pierre Sultan, associé à PPA Avocats, avocat spécialiste en droit public

« Le financement du projet est remis en cause »

« La décision du Conseil d’État est lapidaire, et sans appel : il y a un non-respect du principe de proportionnalité des tarifs. Je ne comprends pas pourquoi l’État a continué dans ce montage, alors même que l’avis de l’ART émettait des doutes, sur la base sur les modalités de financement contreviennent aux pratiques de proportionnalité des tarifs. Il est très surprenant que l’État ait donné son feu vert à ce montage. De mon point de vue, c’est tout le financement du projet qui est remis en cause. Le concédant et le concessionnaire vont devoir trouver une solution. La technique de l’adossement, une section sans péage financée par les sections à péages, était en effet monnaie courante auparavant. Aujourd’hui, le droit est beaucoup plus restrictif. Une prolongation du contrat de concession, en contrepartie du financement du COM, me semble enfin très irréaliste. »

LNMP : DUP imminente ? Le décret en Conseil d’État prononçant la DUP (déclaration d’utilité publique) de la première partie de la LNMP (ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, sur la section Montpellier-Béziers) pourrait intervenir dans les prochaines semaines, apprend-on de source proche.

Mobilités. Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault, a proposé à Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, une étude multimodale et prospective relative aux enjeux de mobilité dans l’aire urbaine de Montpellier, indique la préfecture de l’Hérault. Sur le modèle de la démarche mise en œuvre à Toulouse. « La gouvernance de l’instance n’est pas arrêtée. Il est encore trop tôt pour évoquer les objectifs, les participants etc. », précise la préfecture.

Trop petit ? Le futur palais des congrès de Nîmes « n’a pas la bonne dimension. Avec un auditorium de 700 places, cet équipement (prévu pour 2025, note) aura du mal à se faire une place face à des poids lourds voisins comme le Corum ou le Parc Expos de Montpellier », glisse un professionnel de l’événementiel. Le projet de palais des congrès de Nîmes détaillé en cliquant ici.

L’aloe vera, plante prometteuse en Occitanie. Opérationnelle depuis mai, Aloé d’Oc est la filière de promotion de la culture de l’aloe vera (plante méditerranéenne) en Occitanie. Elle est soutenue par Ad’Occ et financée par Sens +, fonds de dotations basé près d’Alès (Gard) chargé d’accompagner, d’organiser et de dynamiser cette filière embryonnaire. Des partenaires de l’univers de la cosmétique vont investir dans ce fonds qui cible dans un premier temps deux territoires agricoles : l’Aude, là où tout a commencé chez Laurent Maynadier, vigneron précurseur qui pilote un chantier de diversification, et les Pyrénées-Orientales.
L’engouement autour de la plante est dû à sa vivacité : la plante requiert peu d’eau et aucun produit phytosanitaire, et résiste aux épisodes de gel. Il s’agit d’une alternative durable pour des viticulteurs. 
« Nous espérons lever 150 000 euros par an sur quatre ans pour structurer cette filière, l’accompagner, conduire les analyses sur les premières parcelles et même développer des projets photovoltaïques, construire des ombrières protectrices pour produire du courant et protéger l’aloe vera des vagues de grand froid ou de gel », explique Alexandre Fouet, dirigeant du fonds Sens +, à nos confrères du Parisien (à lire ici).

En difficulté. Les Indiscrétions ont identifié quelques PME en difficulté en Occitanie. C’est pas glamour, mais c’est de l’info :
Socah Distribution (CA : 35 M€, Clermont-l’Hérault, 34), Piscine&Spa 34 (CA : 987 k€, Pézenas, 34), Val Bat (CA : 916 k€, Codognan, 30), CMI Promotion (CA : 3,2 M€, Venerque, 31), Groupe Casol (CA : 1,3 M€, Toulouse), Econ Home (CA : 2,2 M€, Perpignan), Axe Portage (CA : 1 M€, Toulouges, 66), Affrètement et Transports du Languedoc (CA : 11 M€, Perpignan, 66), ETETP (CA : 3 M€, Perpignan), Socatel (CA : 5,5 M€, Onet-le-Château, 12), MAJ Automobile (CA : 1,1 M€, Rodez, 12), Millenium Tarn Constructions (CA : 4,2 M€, Le Sequestre, 81), Flow Control Technologies (CA : 14,3 M€, Saint-Juery, 81), SAS ASPA (CA : 5,8 M€, Auch, 82), Mobexi (CA : 4,9 M€, Cologne, 32), Gouzenne (CA : 9,1 M€, Trie-sur-Baise, 65), Entreprise de Bâtiments Pratdessus Frères (CA : 3,8 M€, Luz-Saint-Sauveur, 65).

Construction bois : Neofor investit 90 M€ en Lozère

 

Un projet industriel pour optimiser la ressource en bois en Lozère et répondre aux enjeux de décarbonation des systèmes constructifs. Spécialiste de la transformation du bois, Neofor, une PME créée en 2013, s’apprête à investir 90 millions d’euros dans la construction d’une usine de 20.000 m², consacrée à la production de panneaux en bois massif, à Badaroux, près de Mende. Le chantier doit démarrer en avril, pour une mise en service fin 2024.

Dans ce futur site, « dix essences locales, à la fois des feuillus et des résineux – chênes, frênes, sapins, épicéas, par exemple – seront déroulées et transformées en longues feuilles, explique Jérôme Lescure, PDG et fondateur de Neofor. Ces dernières seront ensuite recollées pour constituer des panneaux en bois massif multicouches, de 2,5 par 1,2 m, avec des épaisseurs de 9 à 48 mm. »
Des préséries ont déjà été réalisées et testées auprès de futurs clients, pour valider la qualité intrinsèque des produits, « en termes d’esthétique et de possibilités de transformation de panneaux notamment ». Avec sa technologie, qui a fait l’objet d’un brevet européen, Neofor cible les professionnels de l’aménagement intérieur, de l’ameublement et de la menuiserie. Le matériel industriel, loué via un contrat de leasing, provient du fabricant finlandais Raute, leader mondial des outils de déroulage du bois.

L’ambition est de transformer chaque année, à partir de 2025, environ 100.000 m3 de bois venant d’un rayon de 100 km. La moitié sera transformée en produits finis. Les 50.000 m3 restants alimenteront une centrale biomasse, réalisée en partenariat avec Engie, garantissant une quasi-autonomie énergétique à l’usine. Jérôme Lescure évoque une économie du coût d’énergie de « plusieurs millions d’euros par an ».

Quelque 80 emplois seront créés. Pour financer l’investissement, Neofor finalise une levée de fonds « supérieure à 20 millions d’euros », auprès de deux investisseurs basés en Occitanie et de quatre investisseurs nationaux. Le projet est soutenu à hauteur de 15 millions d’euros par la Région Occitanie et l’État, sous forme de subventions et d’avances remboursables.

Plus à lire dans Les Échos, ce 6 février, en cliquant ici.

7 entreprises récompensées aux Inn’Ovations. À l’occasion de la 42ème édition du concours des Inn’Ovations (cf. Les Indiscrétions du 23 janvier à lire ici), organisé par l’agence régionale Ad’Occ, 7 entreprises sont récompensées le 31 janvier. Apisolis (Damien Albespry) est lauréate de la catégorie « Innovation et International », Neurinnov (Serge Renaux) de la catégorie « Produits et services du futur », Asclepios Tech (Christine Roynette) de la catégorie « Innovation et Alimentation durable et responsable », Acusurgical (Christoph Spuhler) de la catégorie « Startup de l’année », Tracto-Lock (Romain Ribo) de la catégorie « Innovation et Territoires », et Cactile (Jean-Baptiste Landes) de la catégorie « Innovation et Transition écologique ». Enfin, le prix Coup de cœur du jury est décerné à la startup Corrohm (Stéphane Panin). Chacune reçoit une dotation d’une valeur de 25.000 euros.
Plus d’infos sur les lauréats en cliquant ici.

Médecine du futur. Salles d’enseignements et amphithéâtres supplémentaires, nouvel espace de vie étudiante… L’extension et la restructuration du site nîmois de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes sont inaugurées ce mercredi 8 février par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, sur le site Carémeau de l’hôpital universitaire de Nîmes. La Région est le premier financeur de cette opération, avec un investissement de 3,4 M€ (sur un total de 9,6 M€) dans le cadre du Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020.
Accouchement, échographie, réanimation, pédiatrie, néonatalogie… : sur 1.000 m², 10 salles de simulation sont pré-équipées avec matériel et mannequins haute-fidélité, pour appréhender des situations et des gestes médicaux avant la pratique sur les patients.

La French Tech Perpignan (encore) labellisée. Pour la deuxième période consécutive, la French Tech Perpignan fait partie des 32 communautés French Tech labellisées en France (2023-2025), apprend-on le 2 février dans un dossier de presse. Elle organise par ailleurs la 4ème édition du Train French Tech, les 7 et 8 juin prochains. L’objectif de cet événement : « permettre à des startups venant des différentes communautés French Tech de France, de Barcelone et de Madrid de pitcher dans un train face à un public d’investisseurs et de décideurs partant de Perpignan pour Madrid. »

C’est mieux à plusieurs. « Le fait que la SAS Montpellier Handball (président : Julien Deljarry) ne soit pas détenue par un seul actionnaire privé (17 entreprises en tout, note) est positif, glisse Vincent Hugonnet, président de L’Association du MHB (800 licenciés). On est ainsi dans le partage et la mutualisation. Les acteurs économiques s’impliquent de façon désintéressée. Il n’y a pas de distribution de dividende. Ils aiment le sport, le territoire. Quelques exemples ? Gérald Arnaud, propriétaire du Super U Magland en Haute-Savoie, est un ‘actionnaire fan’ : il peut faire 5h de voiture pour venir assister à une grande partie des gros matchs, et rentre dans la nuit ! Jean-Pierre Girard, ancien logisticien devenu viticulteur (Domaine de Valcyre à Valflaunès, Clos des Réboussiers), au pied du Pic-Saint-Loup, nous a proposé une cuvée d’exception pour les 40 ans du club. Et Olivier Sarlat, directeur de la région Sud chez Veolia (activité Eau), s’implique sur des sujets RSE, comme la fourniture de gourdes pour remplacer les bouteilles en plastique, ou le tri des déchets. »
Plus à lire dans le magazine consacré aux 40 ans du MHB (Midi Libre, parution prévue fin mars), auquel Agencehv contribue via Le Mas Média (Pierre Bruynooghe).

Hydrogène dans l’aéronautique. L’État, la Région Occitanie, Toulouse Métropole, le CNRS, l’Université Toulouse III Paul Sabatier, Toulouse INP et Airbus concluent un accord visant à « mobiliser les compétences industrielles et académiques du technocampus Hydrogène de Francazal (Haute-Garonne) afin de soutenir les efforts de recherche d’Airbus dans le développement d’un avion à hydrogène décarboné », déclare la Région, présidée par Carole Delga, le 30 janvier (à lire ici). Le futur technocampus, vaste de 10.000 m² et financé à hauteur de 35 M€ par la Région, devrait voir le jour à horizon 2025.

 

Plus de décodages ici

Agriculture du futur. Futura Gaïa (fermes verticales, Rodilhan – Gard) va annoncer une levée de 11 M€ auprès de, entre autres, Banque des Territoires, Inco (fonds d’impact), Colam Impact, UI Investissement. Plus à lire dans Les Échos.
> « Le gardois Futura Gaïa va faire pousser sa première ferme verticale », à (re)lire dans Les Échos, décembre 2022, en cliquant ici

« Studio-école ». Dans le cadre de l’appel à projet « La fabrique de l’image » (France 2030), l’école Artfx et le studio spécialisé dans les effets visuels The Yard nouent un partenariat « studio-école », apprend-on le 1er février. Objectif : renforcer l’expertise d’Artfx en matière d’effets visuels. Cet engagement conduit The Yard à « participer aux comités de pilotage, mettre à disposition des professionnels pour partager aux étudiants les dernières techniques et pratiques travaillées, accompagner l’école dans le développement de nouvelles offres de formation… », énumère Artfx dans un communiqué. (Re)lire « Jeux vidéo. Les étudiants de ArtFx Montpellier face à des professionnels », dans ToulÉco ici.
Autre candidat occitan dans le cadre de France 2030, Pics Studio. Porté par GGL Groupe et Spag, ce projet de cité du cinéma devrait voir le jour d’ici 2025 autour de Montpellier, pour un investissement prévisionnel de 187 M€. À terme, 1.000 emplois pourraient être créés. Plus à lire dans Les Échos, « GGL Groupe et Spag veulent créer une cité du cinéma à Montpellier » ici.

Trois jours consacrés à la cybersécurité. Du 11 au 13 mai, se tiendra le salon cybersécurité du citoyen et des collectivités sur le thème « Jeunesse et cybersécurité », organisé par l’agence Go (directrice : Marie-Dominique Calvez) au Parc des expositions de Montpellier. Cet événement a vocation à « mettre en pratique les directives ministérielles en matière de cybersécurité, de manière ludique et accessible à tous », lit-on sur le site Internet du salon. Un parcours pédagogique, des espaces d’information sur les métiers du numérique et de la cybersécurité, un espace d’expositions, espace dédié au e-sport et un espace conférences et tables rondes sont prévus.

Biotech. Le démonstrateur préindustriel toulousain TWB (Toulouse White Biotechnology) noue un partenariat avec l’entreprise canadienne Premier Tech, apprend-on le 31 janvier (à lire ici). Objectif ? Accélérer le développement des produits et l’internationalisation. « Une dizaine d’équipiers de son groupe d’affaires Sciences de la vie s’installeront à plein temps dans les locaux de TWB d’ici fin 2023 », précise TWB.
Premier Tech (5.200 salariés) développe des solutions innovantes dans les domaines de l’horticulture, de l’agriculture, de l’automatisations, du traitement et du recyclage de l’eau, de la transformation numérique et des sciences de la vie.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom

9

Une info passée au crible

Kaliop veut porter un numérique alternatif

 

Ingérence étrangère dans les élections à travers les réseaux sociaux, utilisation peu éthique des données personnelles, cyberattaques, augmentation du poids du numérique dans nos émissions carbone, surexploitation de terres rares pour alimenter des technologies ‘zombie’ (déjà mortes), invasion de l’IA, mode décérébrante de ChatGPT… Des raisons de s’énerver, de s’inquiéter, de se désespérer, de se projeter aussi. On en a débattu vendredi soir au Théâtre des 13 vents-CDN Montpellier, lors de la conférence « De l’utopie californienne du digital à son désenchantement, un autre numérique est-il possible ? », organisée par l’ESN Kaliop, en partenariat avec la Cité de l’Économie et des Métiers de demain (La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée).

 

 

« La génération des 25-30 ans est confrontée à l’éco-anxiété, dans une société qui bouge très vite. Ceux qui travaillent dans le numérique sont acteurs de cette disruption, tout en portant des initiatives écoresponsables », indique Pierre Deniset, fondateur et président de Kaliop.

« Le désenchantement vis-à-vis du numérique, et plus globalement de la technologie, est bien là. Nous sommes entrés à l’ère de la techno-critique », observe Raphaëlle Lamoureux (Région Occitanie).

 

 

Après que le philosophe et romancier Aurélien Bellanger soit revenu sur les ressorts métaphysiques de l’optimisme informatique, Antoine Mestrallet (think tank Hérétique) a fustigé « le mythe des entrepreneurs californiens de génie, qui veulent conquérir le monde, avec l’obsession de tout numériser et tout automatiser. Un gourou à la tête d’une start-up, qui lève de gros capitaux pour imposer une seule et même technologie au monde entier, est-ce la seule proposition de valeur qui vaille ? D’autant plus que ce modèle fait peu de gagnants en Europe. La France ne parvient pas un modèle numérique. Ce qui est un comble, alors qu’elle exporte ses ingénieurs ». Il prône, avec Hérétique, un numérique alternatif, avec, par exemple, l’application Dérive.

 

 

Laurence Allard, auteur de « Écologies du smartphone », a pointé l’impact environnemental du numérique. « On a tendance à immatérialiser le numérique, à penser que les objets du digital sont immanents, ne supposant aucune ressource. Il faut développer une approche plus matérialiste, rappeler les conditions humaines d’exploitation et d’extractivisme, notamment dans l’hémisphère sud. »

Chloé Sarda, développeuse front end chez Kaliop depuis 14 ans, et sorte de porte-parole d’une bonne partie de la salle, s’est voulue optimiste pour l’avenir. « Un numérique éthique est développé chez Kaliop. Nous proposons à nos clients des solutions écoresponsables, inclusives, dimensionnées. Tous les clients ne sont pas au courant de l’impact environnemental du digital, qu’il y a des câbles au fond des océans, etc. Il faut rappeler cette réalité, c’est notre rôle. » Elle a insisté sur l’importance de mettre en place à l’école une éducation au numérique. Parole d’un auditeur, après la table ronde : « C’est bien qu’une salariée femme de la tech soit venue témoigner. Bien souvent, on voit des dirigeants, et des hommes ! »

Replay. Un replay sera disponible dans les prochains jours sur le site web de Kaliop. Replay bis : « Transformation numérique : Kaliop se recentre sur le marché français », septembre 2022, à (re)lire en cliquant ici.

Plaisir d’avoir animé, dans ce haut lieu de culture, cette table ronde. D’autres arrivent à grands pas : conférence à Toulouse (hémicycle de la Région Occitanie), ce 14 février, sur le Zéro artificialisation nette ; puis, le 15 février, Lab Immo de Midi Libre, à Montpellier, sur la crise du crédit. Retrouvez notre page « Animateur » en cliquant ici.

3 questions à

3 questions à

Damien Poyard, Mecanic Vallée

« 850 postes ouverts chez nos 160 adhérents industriels »

Rencontré sur le salon Energaïa en décembre, où Sarah Nguyen Cao Khuong l’a interviewé sur le thème « Métiers des ENR : attirer la jeunesse » (à retrouver en cliquant ici), Damien Poyard (cluster industriel Mecanic Vallée) répond aux Indiscrétions en ce début d’année. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Damien, tu es le nouveau président du cluster Mecanic Vallée (MV), qui regroupe 200 adhérents, dont 160 entreprises, et 12.000 salariés, dans des industries de mécanique (câblage, peinture, usinage…). Quelle est ta feuille de route ?
Elle se décline en trois axes. Tout d’abord, je souhaite faire croître le nombre d’adhérents, pour faire masse, et être audibles par les politiques et les industriels. Une extension géographique va être opérée dans le Limousin, où nous sommes en contact avec la CCI pour partager un salarié et faire adhérer des entreprises, et le Sud Aveyron. Deuxième axe, la mise en œuvre de rencontres plus locales, chez un adhérent de MV, avec des petits-déjeuners de bassin (Rodez, Decazeville, Figeac, Brive, Limoges, Tulle). Ces réunions ont lieu chaque premier vendredi de chaque mois (7h30-9h, et portent sur l’information du réseau, les nouvelles actions de MV, les informations sociales, RH, IT…
Enfin, je souhaite créer un club IT. Il compte déjà 7 adhérents. Le but est que les responsables IT en soient les moteurs, partagent des bonnes pratiques entre eux. Les cyberattaques sont en enjeu central pour la pérennité de nos industries. D’autres clubs pourraient être créés plus tard, sur les fonctions achats par exemple : conditions générales d’achat, indices de prix des matières… Un club RH existe déjà. Il est très dynamique, autour du droit du travail, des embauches (présente sur les salons professionnels, collectes de CV…), du climat social, des évolutions des conventions collectives et de leur mise en œuvre…

Quel est, selon toi, le climat des affaires en ce début 2023 ?
Il y a beaucoup de postes ouverts : 850 au total, soit deux fois plus que d’habitude. Les métiers en tension sont surtout les métiers techniques : usineurs, câbleurs, automaticiens, metteurs en route. L’aéronautique redémarre très fort en cette période post-Covid, ainsi que la Défense, du fait du conflit en Ukraine. Les entreprises d’ingénierie se diversifient dans le secteur de l’éolien, le naval, le ferroviaire et la défense au sens large.
Les entreprises sont des carnets de commandes plutôt pleins, et embauchent. Malgré les hausses de salaires, de plusieurs %. Malgré les incertitudes économiques, liées notamment à l’inflation des prix chez nos fournisseurs et pour l’énergie. Malgré, aussi, les difficultés persistantes sur les chaînes d’approvisionnement. Ces difficultés touchent notamment les composants électrotechniques (câbles, connecteurs, commandes numériques), avec parfois des délais d’un an, voire deux ans. De tels délais ne sont pas en phase avec les besoins industriels ! Des parades peuvent être trouvées, chez un broker en payant plus cher, ou en décalant les plans de charge, ou en ayant recours à la reconception (utilisation d’un composant différent).
Pour contrer la hausse de l’énergie, qui touche de plein fouet la fonderie, la sidérurgie, les industries de peinture et de traitement thermique, les adhérents changent les brûleurs, basculent du gaz vers le propane, installent des pompes à chaleurs, des éclairages Led, des déstratificateurs…

Quel rôle joue la MV pour attirer des vocations vers l’industrie ?
Les démarches de MV sont multiples : Semaine de l’Industrie, Classes en entreprise, présence dans les salons organisées par les différentes écoles, y compris les Journées portes ouvertes des lycées, BTS, DUT, écoles d’ingénieurs… Pour donner une envie d’industrie, il faut être présent, pour que les parents voient ce que l’on fait.
A l’extérieur, je souhaite contacter d’autres clusters, comme Meca Loire et Meca Bourg. On s’enrichit toujours de l’expérience des autres, et en partageant la nôtre. Aujourd’hui, je ne connais pas tous les clusters, ou mal. Enfin, les Rencontres MV, en octobre, se poursuivront. La 25e édition s’est déroulée en 2022. Les adhérents y rencontrent des donneurs d’ordres pendant 15 mn. Chaque adhérent a son stand, et peut établir en une seule journée une dizaine de rencontres techniques via un logiciel de mise en relation. De grands comptes, en quête de fournisseurs, sont à chaque fois présents, comme Airbus, Dassault, Renaud, EDF ou Naval Group.

 

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Parfois, mieux vaut ne rien dire. Extraits d’un communiqué dont il n’y a rien à tirer (on tait l’émetteur par charité œcuménique) : « … a dressé un constat réaliste de la conjoncture actuelle des entreprises : sortie de crise sanitaire, guerre en Ukraine, inflation des prix, crise énergétique, difficultés de recrutements (…) a insisté sur la résilience, la flexibilité et l’agilité des dirigeants pour faire face à ces situations complexes (…) accompagnera dans la transformation de leurs modèles économiques (…) nous nous attellerons à transformer les menaces en opportunités ». À afficher dans les écoles de com’ et de journalisme, avec, en titre : « Mais c’est quoi le message essentiel ? »

La phrase

« Dommage que les médias nationaux, chaînes d’information en continu notamment, aient préféré installer leur quartier d’hiver dans les Alpes uniquement, ou presque. Alors que dans les Pyrénées, des domaines skiables attachants offrent une diversité étonnante sur un même espace. »

Laurent Gauze

président de la CCI des Pyrénées-Orientales, sur Twitter, à l’offensive alors que débutent les vacances d’hiver

On s’en fout

​C’est pas gagné, a-t-on envie de dire. « Ton nouveau fonds fait très provincial », a ainsi lâché un financier parisien à Arnaud Laurent, cofondateur de la nouvelle société de gestion OVNI Capital, révélée par votre serviteur ce matin dans Les Échos. Il faut dire qu’Arnaud a le malheur de tisser sa toile internationale d’investisseurs depuis Frontignan, où il aime à pratiquer le kite surf quand il n’est pas à Paname. « Faire très provincial » : quand on entend ça, en 2023, on se dit que le snobisme parisien, que j’ai côtoyé pendant deux ans lors de ma formation au CFJ (Centre de Formation des Journalistes), reste un mal profond en Macronie. Voilà qui me rappelle l’interpellation ébahie d’un préfet (théoriquement de la République, donc), sur scène, 3 minutes avant que je ne lance l’animation d’une table ronde nationale, à Pau, en 2019. « Mais donc, vous êtes correspondant des Échos en province ? Vous n’êtes pas au siège parisien ? », m’avait-il lancé. Les castes de la société indienne n’ont qu’à bien se tenir.

Mais ne faisons cependant pas trop les victimes, nous autres, tristes métropolitains. Nous fabriquons notre propre snobisme, vis-à-vis de ce que certains considèrent comme leurs ‘ploucs à eux’, à savoir les périurbains et les gars des villes moyennes. Ce samedi 11 février, quelque 500 chevaux et 10.000 personnes viendront nous le rappeler, en manifestant dans le centre-ville de Montpellier pour défendre la ruralité et la culture taurine, et s’opposer à une proposition de réforme de la bouvine. Ça promet. Nul doute que certains râleront au passage contre cette satanée ZFE (zone à faible émission) qui veut tout électrifier plus vite que la musique. 500 chevaux devant le palais des congrès du Corum : vous avez déjà la ‘Une’ des médias régionaux et nationaux du week-end prochain. On aimerait avoir déjà la photo, mais bon, hein, il faut attendre nos amis manadiers.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Toulouse : Eiffage et NGE lauréats pour les travaux de génie civil de la 3ème ligne de métro

 

Le lot 2 de la 3e ligne de métro de Toulouse, qui consiste à réaliser les travaux de génie civil des tunnels, stations et ouvrages, est attribué à Eiffage et NGE pour un montant total de 590 M€, annoncent les deux lauréats le 2 février. Le tunnel s’étendra sur 8,4 kilomètres, avec « 6 stations, 5 ouvrages annexes en intersections et un ouvrage de liaison vers le site de maintenance », détaille Eiffage, mandataire via sa filiale Eiffage Génie Civil.
Les travaux vont débuter au printemps, pour une livraison fin 2025. La mise en service de la ligne C est prévue pour 2028. Le projet va mobiliser 1.000 employés, avec la création de 150 à 200 emplois, et prévoit 195.000 heures de travail.

_______________________

Nature en ville : micro-forêt urbaine à Montpellier

C’est sur une parcelle de 205 m², dans le quartier Astruc à Montpellier, que la Fondation Ceïba (Socri Reim) et ACM Habitat (Montpellier Méditerranée Métropole) inaugurent la plantation de la première micro-forêt urbaine de Montpellier, ce 4 février. L’élaboration de ce projet suit la méthode Miyawaki, imaginée par le botaniste japonais Akira Miyawaki, qui consiste à « créer ou restaurer des forêts en plantant de manière très dense des espèces végétales indigènes locales sur une surface minimale de 200 m² », indique Socri Reim. La réalisation de la micro-forêt est confiée à l’entreprise OliviAnne (13). 615 végétaux dont 26 espèces locales sont plantées en collaboration avec les habitants et associations du quartier, précise ACM Habitat sur son compte Twitter.
La Fondation Ceïba, fondée en septembre 2021 par Socri Reim et dédiée à la nature en ville, investit 15.000 euros dans ce projet de micro-forêt urbaine. Nicolas Chambon préside à la fois Socri Reim et la fondation Ceïba, qui a déjà œuvré pour la protection des arbres au Jardin des Plantes à Montpellier.

_______________________

Tarn-et-Garonne Habitat prévoit de livrer 223 logements sociaux en 2023

223 logements sociaux livrés en 2023 : c’est l’objectif affiché par José Gonzalez, président de Tarn-et-Garonne Habitat et conseiller départemental, lors de sa cérémonie des vœux le 30 janvier (source : Le Journal Toulousain). Parmi les opérations en cours, la construction de la future résidence Cœur Bourdon qui proposera à terme 88 logements (on en parlait dans Les Indiscrétions du 14 novembre, ici). 23 d’entre eux ont été livrés en décembre dernier. En janvier, Tarn-et-Garonne Habitat a livré 35 logements et compte en livrer 30 supplémentaires en février.

_______________________

BRL investit 2,9 M€ dans la rénovation du pont-bâche de Saint-Gilles

Un chantier stratégique pour l’alimentation en eau de la plaine du Languedoc. À Saint-Gilles, dans le Gard, la compagnie d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc (BRL) a lancé en juillet 2022 les travaux de modernisation et de sûreté du pont-bâche, fait savoir BRL le 25 janvier. Ces derniers sont assurés par la société Freyssinet (Groupe Vinci, mandataire), avec CMI Pastor et Aevia France Sud, et seront livrés en avril. Le montant total de l’investissement, porté par BRL, s’élève à 2,9 M€. La maîtrise d’œuvre est réalisée par BRL Ingénierie et l’exploitant BRL Exploitation.
Ce pont relie les deux biefs du canal Philippe Lamour, pour assurer le transfert des eaux dérivées du Rhône. Il a été conçu avec une technologie innovante de béton à précontrainte tridimensionnelle, ce qui lui procure une ligne architecturale fine et élancée. Le pont-bâche de Saint-Gilles, qui a un débit maximal de 61 m3/s, traverse par voie aérienne l’entrée de la commune.
Suite à un diagnostic réalisé en 2020, un programme de modernisation de l’ouvrage a été établi. Parmi les opérations à mener, le levage de la totalité de l’ouvrage (200 mètres de long) d’environ 1 millimètre. L’objectif est de retirer et remplacer les appuis néoprènes (caoutchouc synthétique) en contact entre le pont-bâche et les piles du pont, depuis sa création au début des années 1960.
Plus à lire dans Les Échos, en cliquant ici

_______________________

Montauban : 84 logements livrés d’ici fin 2023

C’est à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, que le promoteur-constructeur Les Chalets (Toulouse) s’apprête à livrer, d’ici le 4ème trimestre 2023, la résidence Montalba (en savoir plus ici). Composée de 84 logements dont 14 accessibles en location-accession, la résidence a été dessinée par Lettelier Architectes (Toulouse). Les 70 autres appartements sont destinés à une clientèle senior, précise La Dépêche dans un article du 2 février. Répartis sur trois bâtiments, les logements proposés vont du 2 au 4 pièces.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est

Sydel 66 lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la construction du siège social du Sydel 66.

Territoire 34 lance un avis pour les travaux de réhabilitation de l’îlot Saint Pierre à Lodève.

La Spl Agate lance un avis pour la rénovation des bétons, des façades et des espaces intérieurs des anciennes halles aux bestiaux sur le site du marché Gare à Nîmes (30).

La Ville de Nîmes lance un avis pour la réhabilitation partielle du bâtiment Espace Création.

La Communauté de Communes du Vallespir lance un avis pour les travaux de réhabilitation de la friche industrielle à Céret en vue de l’implantation d’une nouvelle activité économique.

La Ville de Montpellier lance un avis pour la restructuration du palais des sports Pierre de Coubertin à Montpellier.

Occitanie Ouest

La mairie de Langevin lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre pour la création d’un espace de corpoworking sur le site du Foyer rural.

La Ville de Montauban lance un avis pour la conception, la construction et l’exploitation-maintenance d’une salle de spectacles et de musiques Actuelles (Smac) à Montauban.

Tisseo lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour l’extension du Pcc en vue de l’installation du poste de commande de la 3ème ligne de métro.

Le CHU de Toulouse lance un avis pour AMO pour étude et mise en œuvre cession/valorisation du site de Lagrave.

La commune de Toulouse lance un avis pour les travaux de construction du groupe scolaire Roquemaurel.

Rodez Agglo Habitat lance un avis pour la mission de maitrise d’œuvre relative à la réhabilitation des immeubles tilleuls et genévriers à Onet-le-Château.

Emploi 💼

Occitanie Ouest

La Cmar Occitanie lance un avis pour la réalisation de prestations de recrutement.

Ports ⚓

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La commune de Saint-Gilles attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse pour la construction d’un pôle enfance et de loisirs à FANZUTTI Daniel Architecte, CALDER Ingénierie Sarl, SAS SOL.A.I.R., Sarl EIBAT, JOURDAN Gui, SARL AGENCE PLANISPHÈRE, SARL MARTEL et MICHEL PAYSAGISTES et SARL PLUS DE VERT. Valeur totale du marché : 5 200 000 euros.

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine attribue le marché de travaux de génie civil des tunnels, stations et ouvrages annexes à Eiffage et NGE. Valeur totale du marché : 588 389 092,78 euros.

La Spl Agate attribue le marché de maitrise d’œuvre urbaine et d’architecte urbaniste en chef, renouvellement urbain ‘ De Marcieu – Peyrouse ‘ à Marguerittes à A+ ARCHITECTURE, SAS ARTELIA et SAS CEREG. Valeur totale du marché : 1 204 574 euros.

La commune de Palavas-les-Flots attribue le marché de réhabilitation de la Capitainerie du Port de plaisance à le Marcory, france Aluminium, meditrag et camborde Energies 34. Valeur totale du marché : 328 075,52 euros.

L’Agglomération Béziers Méditerranée attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour les travaux de réseaux d’eau et d’assainissement au Groupement Entech (mandataire) / Tpfi / Segic / Infraneo, Cabinet d’étude René Gaxieu, au groupement Prima / Setec-Hydratec / Cereg Ingenierie / Egsa Btp. Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 2 400 000 euros.

La Spl Agate attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse+ pour la création d’un village des solidarités sur la commune de Marguerittes (30) à A+ARCHITECTURE, INGE PLUS, ARTEMOA. Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 5 600 000 euros.

Plus de marchés ici

Le Département du Tarn-et-Garonne attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour l’extension du collège JJ Rousseau de Labastide Saint Pierre à C+2b Architecture. Valeur totale du marché : 316 470 euros.

Le Conseil départemental du Gard attribue le marché d’élaboration d’une stratégie d’animation et de son plan d’action dans le cadre de sa démarche “Eau et Climat 3.0” à Agence Indivisible. Valeur totale du marché 210 000 euros.

Le Département du Tarn-et-Garonne attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour l’extension du collège Vercingétorix de Montech à Lta Architectes. Valeur totale du marché : 352 320 euros.

Le Département des Pyrénées-Orientales attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre en vue de la restructuration et de l’extension du Collège I.J. Curie à Estagel à Apache Architectes. Valeur totale du marché : 360 000 euros.

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché d’accord-cadre à bons de commande relatif aux travaux d’installation du patrimoine électrique extérieur à Dalkia Eletrotechnics marque Citelum. Valeur totale du marché : 1 600 000 euros.

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine attribue le marché de travaux de génie civil de la tranchée Nord du tunnel d’accès au garage Atelier des Daturas à Grpt Soletanche Bachy France / Bouygues Tp Rf / Buesa Sas. Valeur totale du marché : 10 957 133 euros.

La Spl Arac Occitanie attribue le marché de mission de maîtrise d’œuvre pour la restructuration de la restauration du Lycée Henri Iv à Béziers à atelier d’architecture castelnau ferri. Valeur totale du marché : 489 300 euros.

Le Conservatoire du littoral attribue le marché de concession pour la gestion et l’exploitation du refuge littoral du domaine de Sainte Lucie à SARL refuge sainte Lucie. Valeur totale du marché 498 232 euros.

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le marché de construction d’un collège 600 à Toulouse quartier Paleficat à Sopreco-Societe De Prefabrication Et De Construction, Cef B Ravalement, Stibat (Societe De Travaux Et D’Ingenierie Du Batiment). Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 15 888 645 euros.

Le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération toulousaine attribue le marché de travaux de renouvellement du parc des ascenseurs Tisseo à Maintenance Ascenseurs Trottoirs Escaliers Mecaniques. Valeur totale du marché : 1 699 695 euros.

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

Lundi 6 février :

Rencontre sur la thème « Anticiper des difficultés dans l’entreprise », organisée par l’UPE 30, à la FFB Gard (allée Graham Bell, Nîmes). Inscription obligatoire ici.

Du 6 au 10 février :

Les journées des métiers de l’agriculture, organisées par Pôle emploi, à Beaucaire (30). Plus d’infos ici.

Jeudi 9 février :

19ème forum de l’OTIE « Immobilier d’entreprise : au cœur des enjeux environnementaux et climatiques », organisé au NH Hôtel Toulouse Airport (31). Inscription obligatoire ici.

Déjeuner « La magie est dans l’œil de celui qui regarde », avec comme invité d’honneur Ben Aymerich, Magicien, mentaliste, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Plus d’infos et inscription ici.

Lundi 13 février :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aude (Narbonne). Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 14 février : 

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aveyron (Millau). Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aveyron (Rodez). Plus d’infos et inscription ici.

Déjeuner « Le bien-être au travail, un avantage compétitif indispensable aujourd’hui », avec comme invité d’honneur Sylvie Garcia, directrice marketing de Coca Cola Monde, organisé par le Béziers Narbonne Business Club à Narbonne (11). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 15 février :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Lozère (Mende). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 15 et jeudi 16 février :

14ème édition des Rencontres Régionales de l’Ingénierie sur le thème « Loi climat et résilience : objectif ZAN », organisé par l’AiOc Ingénierie Midi-Pyrénées et la Fédération Cinov Midi-Pyrénées au centre de congrès Diagora à Labège. Plus d’infos ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 16 février :

« Filières agri / agro : comment innover et se diversifier ? », organisé par l’agence Ad’Occ, à la Maison de ma Région de Narbonne et en duplex à la Maison de ma Région de Perpignan. Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Tarn-et-Garonne (Montauban). Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 17 février :

RDV Éco « L’observatoire de l’immobilier et du foncier d’entreprises de Nîmes Métropole », organisé par l’agglomération de Nîmes Métropole.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Tarn (Albi). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 23 février : 

Matinale des Entreprises sur le thème « Comment faire de la Marque employeur et de la RSE les atouts gagnants de l’engagement collaborateur ? », organisé par la Maison de Ma Région à Béziers en partenariat avec la CCI Hérault à la Maison de Ma Région de Béziers (44 bis Allée Paul Riquet, Béziers). Plus d’infos et inscription ici.

MARS

Jeudi 2 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Alès (30). Plus d’infos ici.

Mardi 7 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au BIC de Nîmes. Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au HUP d’Alès. Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Restaurateurs : gagnez en visibilité, captez de nouveaux clients et fidélisez votre clientèle », organisé par la CCI Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 8 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Albi (81). Plus d’infos ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Hérault (Mauguio). Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au Parc des expositions de Béziers. Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 9 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Cahors (46). Plus d’infos ici.

Forum Avenirs Métiers Passions organisé au Parc des expositions de Montpellier. Présentation de l’offre de formation en apprentissage et en formation continue.

Déjeuner « L’entrepreneuriat au service de l’urgence climatique », avec comme invité d’honneur Arthur Auboeuf, co-fondateur du mouvement Time for the planet, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club à Narbonne (11). Plus d’infos et inscription ici.

Du 10 au 12 mars :

Salon de l’Immobilier Toulouse-Occitanie, co-organisé par Toulouse Événements, la Fédération de la Promotion Immobilière Occitanie Toulouse Métropole et l’Agence Bienvenue à Bord, au MEETT de Toulouse. Plus d’infos et billeterie ici.

Mercredi 15 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Mende (48). Plus d’infos ici.

Mercredi 15 et jeudi 16 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

Jeudi 16 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Perpignan (66). Plus d’infos ici.

Lundi 20 mars : 

Webinaire « Restaurateurs : gagnez en visibilité, captez de nouveaux clients et fidélisez votre clientèle », organisé par la CCI Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 21 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Nîmes (30). Plus d’infos ici.

Mercredi 22 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Hautes-Pyrénées (Tarbes). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 23 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Rodez St Gaudens (12). Plus d’infos ici.

Mercredi 23 et jeudi 30 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Jeudi 24 mars :

« La Grande Immersion », présentation des nouvelles approches des dirigeants d’entreprises qui ont construit des services à destination des salariés, organisé par l’Adefpat à Millau (Maison de Ma Région). Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 28 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Lot (Cahors). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 30 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montauban (82). Plus d’infos ici.

AVRIL

Mardi 4 avril :

La Nuit du Pitch 2023, organisée par l’association éponyme de 18h30 à 21h30, à l’espace Lattara à Lattes. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 5 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Tarbes (65). Plus d’infos ici.

Jeudi 6 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Carcassonne (11). Plus d’infos ici.

Mercredi 12 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Auch (32). Plus d’infos ici.

« La Nuit des Entrepreneurs », organisée par le Medef Montpellier au Pasino de La Grande-Motte (34).

Jeudi 13 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Figeac (46). Plus d’infos ici.

Mercredi 19 avril :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Pyrénées-Orientales (Perpignan). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 20 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Saverdun (09). Plus d’infos ici.

Jeudi 27 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Béziers (34). Plus d’infos ici.

MAI

11, 12 et 13 mai :

Salon cybersécurité du citoyen et des collectivités, organisé par l’agence Go au Parc des expositions de Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

JUIN

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Portrait de Benjamin Sormonte, success story à New York avec l’enseigne Maman
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking
– Tech : le catalan MeetDeal ringardise les visites en concession automobile
– Saipol investit 60 M€ sur le port de Sète

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur le marché des terrasses bois, février

 
Pour Touléco 
Les projets de l’aéroport de Montpellier
 
Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) de janvier : double-page d’infos pratiques sur les travaux de rénovation énergétique, et édito.

Formation

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

Rédaction de contenus

​Contribution à la rédaction du magazine des 40 ans du MHB (handball, Montpellier), pour Le Mas Média (Pierre Bruynooghe) / L’Agence (Midi Libre). Parution en mars 2023.

Animations

14 février : table ronde sur le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires de la Région Occitanie, autour notamment sur l’enjeu du Zan (zéro artificialisation nette), pour le compte de la Région Occitanie, via JFB Event.

15 février : animation du Lab Immo Midi Libre sur la crise du crédit, au Mo.Co (Montpellier).

16 mars : petit-déjeuner d’Irdi Capital Investissement à Béziers, via L’Agence (Midi Libre).

22 mars : Journée de l’eau 2023, de 9h30 à 14h au Domaine de Bayssan à Béziers, pour la FRTP Occitanie Méditerranée.

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

Il faut aimer vivre dangereusement

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan ; En « Décodage », la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional ; En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac ; En « Trois questions à… », le salon ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This