Bandeau partenaire, Crowne Plaza, 30 janvier

C’est l’Amérique

Semaine du 8 mai 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

À la tête de Quantum Surgical (robots chirurgicaux) et Medincell (injections sous-cutanées de traitements), Bertin Nahum et Christophe Douat obtiennent tous deux le précieux sésame de la FDA (Food and Drug Administration). À eux l’Amérique, en quelque sorte. C’est en « Décodage ».  

Et puis ? La biotech Regenlife lève 3 M€, le gouvernement qui finance les pyromanes de l’immobilier selon l’influent promoteur Marc Pigeon et les transporteurs routiers parlent hydrogène (« À l’affiche »), une prison pour s’évader (en « Ça pousse »), l’art des réseaux sociaux vu par le conférencier Michaël Aguilar (« HV Touch »), la logistique qui communique à Toulouse et à Montpellier (« Zoom »), l’État qui veut débloquer les projets enlisés du Gard (« Trois questions à »)…  

Bonnes lecture et fin de semaine !   

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Christophe Bouillon, Association des petites villes de France

L’Association des petites villes de France (APVF), présidée par Christophe Bouillon, maire de Barentin (Seine-Maritime), organise les 1er et 2 juin prochains les 25ème Assises des petites villes de France à Millau (Aveyron) sur le thème « Petites villes : bâtir des ponts pour demain », lit-on dans un communiqué. Du beau monde est attendu : Elisabeth Borne, Première ministre, Laurent Fabius, ex-Premier ministre, président du Conseil constitutionnel et de la COP21, François Bayrou, maire de Pau, Haut-commissaire au Plan et secrétaire général du Conseil National de la Refondation, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et de Régions de France, Arnaud Viala, président du Conseil départemental de l’Aveyron, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Agnès Firmin-Le Bodo, ministre déléguée à l’organisation territoriale et aux professions de santé, et Dominique Faure, ministre déléguée aux collectivités territoriales.
Le programme est à consulter ici. Et pour s’inscrire, c’est ici.

Christian Poujol, CMA de l’Hérault

Le président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Hérault souhaite ouvrir des formations « dans les hauts cantons, dans le bâtiment, la ganterie… Il y a déjà des infrastructures existantes, comme à Ganges, qu’il suffirait de rénover un peu, déclare-t-il le 25 avril, lors d’un déjeuner organisé avec Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez. Carole Delga (présidente de la Région Occitanie, note) est d’accord, mais ça dure un peu ».
Ce 25 avril, Christian Poujol et Frédéric Lafforgue ont rendu visite à plusieurs entreprises artisanales : Le Lab (fabricant de matériel médico-chirurgical et dentaire, 40 salariés), dirigé par Michel Bastide, la pâtisserie Jacques Cenatiempo, et, dans le centre historique, la boucherie Traiteur Gras, la boulangerie-pâtisserie Maison Vermain, des coiffeurs, fleuristes, restaurateurs, puis la Pointe des Créateurs (boutique d’art et d’artisanat), Viandes d’oc, Univers textile et le brasseur Zoobrew. « L’artisanat, c’est la passion du métier et le souci de la satisfaction du client. On a oublié qu’Eiffel, Peugeot, Michelin, étaient des artisans », plaide-t-il.
Michel Bastide s’est quant à lui élevé contre les modalités d’application de la ZFE (Zone à faible émission), qu’il trouve trop drastiques à Montpellier. « Il n’y a pas de ‘pass’ dédié aux artisans pour accéder à l’Ecusson. Je regrette ce manque de collaboration entre artisans et mairie, déclare-t-il. Moi, je suis chef d’entreprise. J’ai trois véhicules, je peux jongler. Mais on ne peut pas imposer à un salarié ou à un artisan qui démarre de racheter un véhicule. C’est anti social. »

Karine Boissière, Ville de Ganges

Elle est la nouvelle manager de commerce de la Ville de Ganges (34). Concrètement, ses missions porteront sur la création et la gestion d’une bourse des locaux commerciaux, pour optimiser les linéaires commerciaux (longueurs des rayons attribués à un produit) ; la prospection en vue de la location des nouveaux espaces des halles marchandes ; le développement des partenariats entre commerçants/artisans et acteurs institutionnels ; et la redynamisation du tissu commercial de la Ville à travers des animations et réunions partenariales.
Karine Boissière était chargée de mission attractivité au sein du PETR Causses et Cévennes depuis 2020, pour accompagner les porteurs de projets sur Causses Aigoual Cévennes et Pays Viganais.

François Cholet, Voies Navigables de France

François Cholet est nommé chef de la Mission Mécénat de Voies Navigables de France depuis le 17 avril, lit-on dans un communiqué. Prenant la tête de la structure publique établie depuis 2013, il s’engage aujourd’hui, auprès de 4.000 autres agents, dans la transition écologique dans le fluvial sur le territoire Français. L’ancien secrétaire général du fonds régional d’art contemporain Nouvelle-Aquitaine MÉCA entend poursuivre les campagnes de levées de fonds liées à la préservation du canal du Midi : « Les voies navigables sont au cœur des enjeux de résilience climatique et constituent une ressource indispensable à la biodiversité », assure-t-il.

Thibault Brioland, Humanlinker

Spécialisée dans l’aide à la prospection personnalisée pour les équipes commerciales via l’intelligence artificielle (IA), la startup montpelliéraine Humanlinker annonce le 4 mai acquérir MyProfilia, une technologie d’analyse de personnalité guidée par l’IA. « Les personnes en charge de la prospection font face à des décideurs sur-sollicités qui sont victimes des dérives de l’automatisation des envois de messages, les taux de retour en prospection ne cessent de baisser (2% environ), explique Thibault Brioland, président et co-fondateur de Humanlinker avec Régis Viarre, directeur technique. Humanlinker se positionne comme une réponse directe à cette problématique récurrente au sein des organisations. »
Comment fonctionne MyProfilia ? De façon assez diabolique, pour tout dire. « L’analyse de MyProfilia repose sur l’utilisation de données publiques. Des algorithmes sont utilisés pour analyser la façon dont les individus s’expriment (mots, syntaxe, style d’écriture…) afin de recommander aux équipes commerciales la meilleure manière d’adapter ses propos à l’oral ou à l’écrit (ton, longueur des phrases, puissance des mots…) », explique la startup, qui a levé 2,5 millions d’euros en 2022.
À (re)lire dans Les Échos « Humanlinker optimise la prospection BtoB des forces commerciales avec le CEA Tech » (mai 2022)

Marc Pigeon, Roxim

Le gouvernement financerait-il les pyromanes ? Voilà un post instructif sur LinkedIn, et il est signé Marc Pigeon, fondateur de la société de promotion immobilière Roxim (Montpellier), ex-président de la FPI nationale et président de Build Europe. « Le gouvernement veut mobiliser la Caisse des Dépôts pour racheter les logements. La crise immobilière actuelle est liée au décalage entre les prix de l’immobilier et les revenus des ménages. Ce décalage a quatre origines : hausse des taux d’intérêt, des coûts de construction (matériaux, énergie, salaires, réglementation), péréquation pour logement social et hausse des prix fonciers. Or, ce sont les promoteurs qui proposent aux vendeurs les prix d’achat de leurs terrains. Ce sont donc les promoteurs qui font le marché. Ainsi l’argent de la Caisse des Dépôts va être utilisé pour sauver ceux qui ont conçu des programmes en décalage avec une demande solvable (prix ou emplacement). La méthode gouvernementale actuelle étant aux chèques pour étouffer les revendications, on va faire mieux et faire des chèques non plus aux citoyens, mais aux pyromanes. D’expérience je peux vous assurer que ça va marcher… Le gouvernement va fixer un objectif en nombre de logements qui sera vite réalisé avec les plus gros opérateurs (les dossiers sont prêts) et à prix raisonnable, sinon on ne pourrait pas se féliciter publiquement d’une réussite rapide de 80 % du plan. Le reste, les miettes, sera négocié durement avec les promoteurs locaux. L’État aura donc une nouvelle fois, manqué une occasion de faire des réformes de fond sur le sujet logement et continuera à mettre des emplâtres sur une jambe de bois. Mais, bien pire, il incite indirectement certains dans la profession, qui ont pour objectif comme ils disent de ‘développer’, à continuer de pratiquer la surenchère foncière au détriment des besoins de logement abordables de nos concitoyens. Comme disait Coluche : ‘Tant que je gagne, je joue’. » C’est si bien envoyé qu’on le reproduit tel quel.

Florence Berthelot, FNTR

La déléguée générale de la FNTR (Fédération Nationale des Transports Routiers) est présente ce 13 mai, à l’occasion du 20e forum des Transporteurs au Domaine de Verchant (34), qui se penchera sur le thème de l’hydrogène (production et motorisation), avec des interventions de Qair et Hyvia. Florence Berthelot évoquera « les grands dossiers d’actualité́ du transport routier : économie, social, transition énergétique, Europe, prospective… », explique Françoise Gleize, déléguée de la FNTR Occitanie Méditerranée. Cette délégation représente 250 entreprises adhérentes, employant 6.000 salariés. Côté climat des affaires, « les entreprises ont fait une année 2022 correcte, mais sont plus inquiètes pour 2023. Les secteurs du BTP sont en perte de vitesse et l’alimentaire accuse un léger recul. L’activité conteneurs est en réelle difficulté en raison des mouvements sociaux importants, notamment au grand port de Marseille. Pour ce qui concerne l’emploi, la situation reste critique, même si quelques CV recommencent à circuler », conclut Françoise Gleize.
Ce forum est organisé à l’occasion de l’assemblée générale de la FNTR d’Occitanie Méditerranée (président : Christophe Charlon, Transports Charlon, Sète). Et, oui, c’est un samedi matin : les transporteurs sont motivés !

Marc Poirot, Prix Schroepfer 

À la tête de l’équipe INOV (Métabolisme du Cholestérol et Innovations Thérapeutiques) du Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse aux côtés de Sandrine Silvente-Poirot, Marc Poirot est lauréat du prix Schroepfer remis par l’American Oil Chemists’ society (AOCS) le 2 mai lors du congrès de Denver (à lire ici). Ce prix récompense Marc Poirot et son équipe pour « leurs découvertes de l’existence de nouvelles voies de transformation du cholestérol ».

Marc Tanguy, Orange

Il est le nouveau directeur des relations avec les collectivités locales pour l’Aude et les Pyrénées-Orientales d’Orange, dont la délégation Languedoc-Roussillon est basée à Montpellier. Au total ce sont 29 délégations régionales présentes sur tout le territoire pour assurer un dialogue entre l’opérateur et les élus et représentants des collectivités.

Sylvie Sammut, Coo-innov Day

Directrice de Montpellier Management (Université de Montpellier), elle participe au Coo-innov Day le 23 mai à la Maison des Étudiants (campus Richter, Montpellier), événement organisé par la Chaire coo-innov sur le thème « Réussir l’innovation collaborative entre grands groupes et startups ».
Seront également présents Nicolas Giraudeau (Fondation Université de Montpellier), Jean-Marie Courrent (Labex Entreprendre), Frédéric Le Roy, Anne-Sophie Fernandez (Chaire Coo-innov), Sébastien Pacchini (Renault Group), Frédéric Fort (GRDF), Gwénaëlle Rolland (Ensemble Mangeons d’Ici), Amaury Pachurka (Sween, CleanTech Vallée), Antoine Pierre (MedXCell), Emilie Royere (Eurobiomed), Frédéric Planche (Banque Populaire du Sud), Maxime Perrin (DELL), ou encore Catherine Pommier (AD’OCC).
Inscription obligatoire ici.

Benoît Rabilloud, Groupe Perret

Benoît Rabilloud rejoint le Groupe Perret (président : Bernard Perret), spécialisé dans la fourniture de produits et services agricoles (Bagnols-sur-Cèze, Gard), suite à sa nomination au poste de directeur général le 2 mai (lire le communiqué ici). Après 28 ans passé au sein du groupe Bayer France, il explique « avoir envie d’un nouveau projet professionnel plus proche du monde agricole ». À (re)lire dans Les Échos « Services agricoles : le groupe Perret en croissance, sur fond d’acquisitions » (avril 2022)

Arman Soldin, AFP

Notre confrère Arman Soldin, 32 ans, coordinateur vidéo de l’Agence France-Presse en Ukraine, a été tué, le 9 mai après-midi, dans une frappe de roquettes dans l’est de l’Ukraine. Sa vie se termine là où elle avait commencé : sur un théâtre de guerre, en Europe. En effet, Arman Soldin est né en Bosnie, à Sarajevo, alors sous les bombes. La journaliste de l’AFP Daphné Rousseau twitte, vidéo à l’appui : « Dans la voiture, pour notre premier départ sur le front en avril 2022, tu avais chanté à tue-tête par-dessus la radio militaire ‘Forever young. I wanna be forever young’. » (« Éternellement jeune, je veux être éternellement jeune »). RIP.  

Patrice Cristofini, Regenlife

Regenlife, entreprise spécialisée dans la recherche et le développement de technologies médicales pour la prévention et le traitement des maladies neurodégénératives, annonce dans un communiqué du 9 mai une levée de 3 M€. Objectif : poursuivre sa R&D sur la technologie médicale ciblant l’axe cerveau-intestin dans le traitement des maladies neurodégénératives, comprenant des essais cliniques pour la maladie d’Alzheimer et les commotions cérébrales (résultats de l’étude attendus au second semestre 2023), et de préparer son accès au marché et son déploiement commercial.
La technologie développée repose sur l’émission d’ondes infrarouges combinées au niveau de la tête et de l’abdomen, grâce à un casque et une ceinture abdominale pilotés électroniquement. « Cette levée de fonds nous permet de continuer nos démarches de développement pour chercher des financements plus conséquents d’ici 2 ans afin d’aller à l’international », indique Patrice Cristofini, CEO de Regenlife (8 salariés, Paris et Montpellier).
Créée en 2016, l’entreprise a effectué plusieurs levées de fonds pour ses projets R&D et est soutenue par des investisseurs privés, ainsi que de Bpifrance et la Région Occitanie.
Plus à lire prochainement dans Les Échos Innovateurs.

Matthieu Grégory, Dreal Occitanie

Il est le nouveau directeur régional adjoint de l’Environnement, de l’Aménagement et du logement (Dreal) d’Occitanie.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Bandeau partenaire Midi Libre, 6 février, Les Indiscrétions

Décodage

Décodage

9

On perce le coffre-fort

Dev’EnR plus biterrois que jamais. Le producteur indépendant d’énergie solaire Dev’EnR, qui vient de lever 12,5 M€ (Les Indiscrétions du 24 avril), déménagera fin juin au 15, place Jean-Jaurès, au cœur de Béziers, dans les anciens locaux de Viaterra. « Nous acquérons 1.000 m² de bureaux. C’est le signe de notre ancrage dans le territoire. » Béziers, un frein pour recruter ? « Des jeunes viennent s’installer sans problème. C’est plus compliqué sur des profils plus seniors », explique Stéphane Bozzarelli, président, aux Indiscrétions.

Blocages sur les ENR : le cluster Cemater veut sensibiliser les élus et les bureaux d’études. Cemater, groupement des professionnels de la filière des énergies renouvelables et de la construction durable en Occitanie (90 adhérents), veut analyser « les blocages au développement des énergies renouvelables, notamment dans les documents d’urbanisme », explique Stéphane Bozzarelli, président de Cemater. Le cabinet de consultants Neoz présentera une étude portant sur cet enjeu, le 6 juin à Narbonne, lors de l’assemblée générale de Cemater. « Des PLU sont bloquants, des Scot pas compatibles… Les bureaux d’études qui travaillent sur les documents d’urbanisme ne se rendent pas tous compte des enjeux. Il nous faut travailler en amont avec les élus et les bureaux d’études qui font les documents de planification urbaine, pour accélérer le développement des énergies renouvelables. »

12 M€ investis dans la rénovation de l’Espace de Liberté à Narbonne. L’Agglomération du Grand Narbonne va investir 12 M€ jusqu’en 2026 dans la rénovation et modernisation de son équipement de sport et loisirs, l’Espace de Liberté, à Narbonne, indique la collectivité dans son magazine de mai (ici). Objectifs : remettre aux normes ce bâtiment datant de 1989, et améliorer l’accueil des publics. Un premier coup de neuf sera donné à la patinoire, qui a enregistré une forte affluence à l’automne 2022 (730 personnes par jour). Vestiaires et accueil seront complètement refaits, ainsi que l’isolation extérieure, la toiture et l’électricité du bâtiment. Le système de froid sera également changé, pour se doter d’un système de récupération de calories pour le chauffage de l’eau des bassins intérieurs et extérieurs de l’Espace de Liberté.
Aussi, pour séparer l’accès de la patinoire et de la piscine, aujourd’hui commun, deux accueils différents seront créés sur l’actuelle entrée du bowling. La piscine profitera également d’un nouveau souffle avec la rénovation du revêtement du bassin olympique et du système de filtration des bassins. Y sont également prévues une nouvelle plage et une nouvelle couverture thermique pour le bassin extérieur de 50 mètres. Enfin, de nouveaux locaux pour le personnel (salle de repos, repas, réunion), un poste de secours extérieur et des vestiaires publics sous les gradins verront le jour. Le calendrier précis des travaux n’est pas encore communiqué.
En 2022, l’Espace de Liberté a accueilli 198.000 personnes pour la piscine, 46.000 pour la patinoire et 118.000 pour le bowling.
Pour rappel, le restaurant à volonté Les Grands Buffets prévoit un départ de L’Espace de Liberté d’ici 2027-2028. Plus à (re)lire dans Les Échos, « Restauration : deux hausses de salaire aux Grands Buffets en moins d’un an » (novembre 2022).

Concertation ouverte pour le projet de pôle d’échange multimodal d’Agde. Du 15 mai au 15 juillet aura lieu la concertation préalable du projet de pôle d’échange multimodal (PEM) d’Agde. Porté par la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée (CAHM), le projet vise à moderniser et développer la gare d’Agde (800.000 voyageurs par an), qui relie le territoire au centre-ville de Montpellier (35 minutes), Toulouse (2h) et Paris (4h) pour des trajets quotidiens ou touristiques. Dessertes de bus, espaces de stationnement, sécurisation des pistes cyclables et dépose-minutes sont prévus. Le dossier de présentation du projet sera à disposition au siège de la CAHM et sur son site internet, ainsi que sur le site de la Ville d’Agde. Plus d’informations ici.

Semaine de 4 jours, télétravail : ceux qui en reviennent

 

Matthieu Ourliac, président du Medef Béziers Littoral Ouest Hérault (500 adhérents), publiera en juillet un manifeste sur la valeur travail. J’ai le plaisir de corédiger ce manifeste avec lui. Certaines idées dominantes, comme la semaine de 4 jours et le télétravail, y seront questionnées. Nul doute que Sophie Binet va adorer. Morceaux choisis.

Semaine de 4 jours : ceux qui en reviennent. Alors que des entreprises adoptent la semaine de 4 jours (et le font savoir à la terre entière), d’autres en reviennent. C’est le cas de 4 magasins Centrakor (Lot, Allier et Indre), gérés par Emmanuel Lelièvre, président du Medef du Lot. Après avoir testé la semaine de 4 jours pour les 31 salariés de ses 4 points de vente, en 2020 et 2021, il est revenu à la semaine de 5 jours (ou 6 jours, avec une journée entière de repos et deux demi-journées de repos dans la semaine) en 2022. « Quand les salariés travaillent 4 jours, ils ne sont plus au courant de rien à leur retour, n’ont plus les sujets des clients en tête. La semaine de 4 jours a par ailleurs déstabilisé leur motivation. L’implication était moindre dans l’entreprise. Et il y avait moins de communication entre les gens, car ils se voyaient moins. » Bref, « tout sauf une avancée sociale », à en croire le chef d’entreprise. Qui finit par ces propos (que je vous propose de classer en : A / de bon sens, il va falloir remettre l’église au milieu du village ; B / vieille France, on est désormais dans un pays progressiste et dans un nouveau monde) : « On n’a pas trouvé mieux pour se nourrir que de travailler. Et il faut que la boîte tourne. »

Télétravail : des entreprises de TP réticentes. Une grosse ETI régionale a refusé, en CSE, la demande d’Etam (pas la boutique, mais acronyme signifiant ‘employés, techniciens et agents de maîtrise’) de télétravailler un certain nombre de jours par semaine. « J’ai vu une dérive arriver, confie le dirigeant, qui préfère rester anonyme, aux Indiscrétions. Sur le chantier, il n’y a pas de télétravail possible. Pourquoi instaurer une différence de traitement entre un Etam de bureau, qui pourrait télétravailler et s’affranchir de dépenses de déplacements, alors que les ouvriers et les chefs de chantiers doivent, eux, se déplacer tous les matins ? » Les représentants du personnel ont validé cet argumentaire, qui pointe une différence de traitement entre catégories socio-professionnelles. Des PME des TP sont opposées au télétravail, comme SRC (PDG : Christophe Ruas) à Nîmes ou TP Giraud, à Alès.

Initiative Gard avec 60.000 Rebonds et la CCI Gard. Le réseau Initiative Gard (président : Daniel Augello) conclut deux conventions de partenariat afin d’accompagner les entrepreneurs gardois. Il s’associe à 60.000 Rebonds Occitanie pour aider les ex-chefs d’entreprise gardois, qui ont dû arrêter leur activité, à repartir du bon pied (à lire dans Les Échos, en cliquant ici). Et reconduit son partenariat avec la CCI Gard afin de poursuive les actions en faveur de la création-reprise d’entreprise (pour Les Échos, à lire en cliquant ici).

Aveyron : un financement innovant de rénovation énergétique de bâtiments publics. Le Syndicat d’Énergies de l’Aveyron (SIEDA, président : Sébastien David) choisit le dispositif de financement « intracting » (avances remboursables) de la Banque des Territoires pour massifier les travaux de rénovation énergétique des bâtiments des collectivités aveyronnaises, indique la Banque des Territoires Occitanie (directrice : Annabelle Viollet), le 5 mai. Le SIEDA veut proposer aux collectivités aveyronnaises une solutionclé en main’ pour les accompagner dans leurs travaux de performance énergétique et environnementale des bâtiments publics. La convention prévoit un montant de 2,895 M€ sur une durée de 13 ans, pour financer la mise en œuvre d’actions de performance énergétique sur une trentaine de bâtiments en Aveyron. L’ambition est de diminuer les consommations énergétiques des bâtiments de 40 % minimum. Le bouquet de travaux prévoit de l’isolation (plancher, toiture, calorifugeage, remplacement menuiserie), du chauffage (remplacement chaudière, mise en place chaufferie bois, système de régulation), de la ventilation mécanique contrôlée et un passage à des ampoules LED. L’intracting vient financer des travaux de rénovation énergétique des bâtiments publics avec un temps de retour relativement court dans le but de réduire, pour la collectivité, les coûts d’exploitation de ses bâtiments.  Pas anodin, alors que les factures d’énergie ont flambé en 2022, et que les perspectives sont incertaines.

Plus de 8 M€ attribués pour le gros œuvre d’un parking à Sète (34). Le groupement NGE/Guintoli/Spie Batignolles remporte le lot gros œuvre (8,79 M€) pour la construction d’un parc de stationnement, parc Aristide Briand à Sète (34). Montant total : 10,4 M€.

Legal Tech : Septeo cède ses activités d’opérateurs BtoB télécoms à Eurofiber. Éditeur de logiciels pour les professionnels du droit, de l’immobilier et des métiers de l’entreprise, Septeo (président : Hugues Galambrun) annonce le 28 avril se séparer d’Appliwave et d’Avelia (opérateurs télécoms BtoB) afin de « se recentrer sur son métier d’éditeur de solutions logicielles » (communiqué à lire ici). Appliware, opérateur d’infrastructure cloud et télécoms BtoB basé à Paris, et Avelia, fournisseur de solutions d’accès Internet, de télécommunications et de services de sécurité réseau (Nice), rejoignent le groupe Eurofiber France, fournisseur d’infrastructures numériques ouvertes. Septeo, basée à Lattes (34), emploie 2.400 salariés pour un CA de 310 M€ en 2022.
Dernier article sur Septeo dans Les Échos « Septeo accélère la digitalisation des professions réglementées en France » (février 2022).

À Nîmes, l’hôtel L’Imperator recrute une centaine de salariés pour la feria de Pentecôte, pour porter son effectif de 80 à 200 salariés, du 25 au 29 mai. L’hôtel cinq étoiles nîmois L’Imperator (Maison Albar Hôtels) organise à cette occasion son événement Bohemia. 1.000 fêtards sont attendus chaque soir au sein de l’établissement (ça promet). La particularité de cette édition tient dans la flexibilité des horaires. « Cette année, les personnes pourront venir se restaurer aussi bien à 19h30 qu’à 22h », assure Jérôme Montantème, directeur de L’Imperator (en savoir plus ici).
Achat de mobiliers, de décorations, de vaisselles, présence d’un groupe de musique… « Nous investissons près de 120.000 euros pour chaque Feria (une deuxième Feria nîmoise se déroule en septembre, la Feria des vendanges, note). Il faut à chaque fois recréer tout un univers », déclare Jérôme Montantème.

Textile : Le Maillot Français se dote d’une nouvelle usine à Perpignan

 

LCS Groupe (pour La Crémerie Sérigraphie), atelier de personnalisation et de fabrication de textile, lance à Perpignan la construction de sa nouvelle manufacture de 2.000 m2, prévue pour le deuxième trimestre 2024. L’usine regroupera les deux sites de production actuels situés dans la préfecture des Pyrénées-Orientales. Soutenu par le plan France Relance, la Région Occitanie, le dispositif Territoires d’Industrie et Bpifrance, l’investissement s’élève à 2 millions d’euros. La PME emploie 33 salariés, pour un chiffre d’affaires de 2,5 millions d’euros en 2022. Avec la nouvelle usine, l’objectif est de doubler l’activité et les effectifs d’ici à 2026.

Les process seront robotisés et digitalisés : machines de couture automatisées pour les ourlets, découpes laser, machines d’impression à la consommation énergétique maîtrisée… « Si on veut fabriquer en France, il faut réduire les coûts de production, insiste Nicolas Gomarir, fondateur de l’entreprise. L’amélioration des conditions de travail et la modernisation de l’image de l’industrie auprès des jeunes sont par ailleurs des prérequis pour arriver à recruter. »

La manufacture dessinée par l’architecte Olivier Raynaud disposera d’un centre de formation dédié à la couture. Ce centre formera les salariés de LCS Groupe et les futures recrues, mais aussi d’autres entités de la filière textile locale, comme Les Toiles du Soleil, ou de petits ateliers. « Tout le secteur est confronté à des problèmes de recrutement », explique le président. 
Plus à lire dans Les Échos, en cliquant ici  

Transitions Invest. Le salon Transitions Invest 2023, dédié au financement des mutations des entreprises et organisé par la CCI de l’Hérault (président : André Deljarry), se déroulera le 28 juin au Domaine des Grands Chais à Mauguio. Un focus spécifique sera apporté sur le financement de la transition énergétique. Le programme en cliquant ici

Une gare de moins en moins fantôme. Qualifiée de ‘gare fantôme’ à ses débuts, en 2018, par ses détracteurs Verts, la gare de Montpellier Sud de France, dans le quartier Cambacérès, est vouée à un bel avenir, selon Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez (34). « On est à la merci d’une norme européenne interdisant les liaisons aériennes inférieures à 1h30 de vol, sur des trajets pouvant s’effectuer en TGV, glisse-t-il aux Indiscrétions. Si cela survient un jour, la gare TGV pourrait nous sauver la mise. » En termes d’aménagement du territoire, « l’est de la métropole va tirer son épingle du jeu, entre autres avec cette gare TGV. Je vends Castelnau comme étant située à 4h de Paris, avec la future ligne de bus tram de la métropole de Montpellier ».  
En revanche, la future halte TER de Castelnau-le-Lez, pourtant prévue, ne verra pas le jour « avant 10 ans. Il y a l’annonce, mais après, il faut mener les études, les appels d’offres, affronter les oppositions… ». Bref, les RER métropolitains chers à Macron ne sont pas pour demain. On en parlait déjà en novembre dans Les Échos. « Pourquoi les projets de RER métropolitains avancent au ralenti », à relire en cliquant ici  

Réserves naturelles. Le 41e congrès des Réserves naturelles de France se tient en ce moment, du 9 au 12 mai, à Nîmes, au Grand Hôtel. 

Quartiers résilients. À Nîmes, les quartiers Politique de la Ville Pissevin et Valdegour font partie des 25 premiers sites à bénéficier de la démarche « Quartiers résilients » de l’Agence nationale de la rénovation urbaine, annonce Nîmes Métropole le 4 mai. Cette démarche représente au total 100 M€ d’investissements. Cet accès rapide au dispositif « Quartier résilient » devrait donc leur permettre d’évoluer d’ici quelques années dans un environnement plus agréable et durable.
Le concept de quartier résilient est le suivant, indique Nîmes Métropole : « La prise en compte des enjeux climatiques guide les actions de rénovations urbaines. Elle permet de déployer des solutions autour de la meilleure manière de se chauffer ou de se rafraîchir, de renaturer, de recycler ou revaloriser les déchets, de construire des solutions adaptées de services à la population ou de développement économique, à partir des projets imaginés et portés par les territoires. »Plus à lire prochainement dans Les Échos. 

Montpellier Méditerranée Métropole déploie 720 k€ pour les ICC. Afin de soutenir les acteurs de la filière des industries culturelles et créatives (ICC), Montpellier Méditerranée Métropole lance pour la seconde fois son appel à projets du Fonds d’Aide à la Création ICC, doté de 720 k€. Répartis en quatre comités (animation, documentaire, fiction et jeu vidéo/expériences immersives), les jurés traiteront la faisabilité et la pertinence des projets sur le territoire. La date de dépôt est fixée au 30 juin.  Plus d’infos ici.  

Toulouse en 2050. Jusqu’au 6 juin, l’association Toulouse Demain organise une consultation citoyenne visant à imaginer la ville de Toulouse d’ici 2050, lit-on sur le site internet de Toulouse Demain. L’objectif ? Inviter l’ensemble des acteurs (habitants, institutions, élus, entreprises…) à partager leurs idées pour relever les défis d’aujourd’hui (urbanité, écologie, attractivité et lien social).

Aéroport de Montpellier : les parkings avions s’électrifient, indique l’aéroport de Montpellier-Méditerranée, ce 10 mai dans un communiqué (à lire ici). « Les escales des avions seront 100 % électriques dès 2025 et permettront d’économiser 1.000 tonnes d’émissions de CO2 par an », indique l’infrastructure. Montant de l’opération : 3 M€, portés à part égale par l’aéroport, la Banque des Territoires et une subvention européenne. Ce projet va être mené en trois temps : le remplacement des groupes électrogènes par huit bornes électriques, la mise en place de cinq unités de climatisation avion pour réduire l’usage des turbines embarquées qui produisent l’air chaud et froid durant les escales, et l’installation de 30 points de recharge électrique pour alimenter le parc d’engins de services.  La plateforme a accueilli 1,76 million de passagers en 2022, avec une ambition de porter ce trafic à 2,5 millions de passagers par an.

CCI du Gard : toujours aussi chaud. De source proche de la CCI Occitanie, le nouveau préfet de région, Pierre-André Durand, a donné une injonction à Éric Giraudier, président de la CCI du Gard, pour qu’il nomme un directeur général avant fin juin. L’ancienne DG, Valentine Wolber, a été écartée par la CCI Occitanie, car elle est aussi adjointe au commerce à la Ville de Nîmes. On en parlait dans Les Échos, en janvier (CCI du Gard : blocage juridique autour du poste de directeur général, à lire en cliquant ici).
Une enquête mandatée par Bercy et la préfecture de région a été menée dans les services de la CCI 30, portant sur les risques psycho-sociaux des collaborateurs. L’actuel DG de la CCI des Pyrénées-Orientales, Pascal Robert, a été un temps pressenti pour être nommé DG à mi-temps de la CCI Gard, en restant dans les Pyrénées-Orientales. Mais le préfet de région a refusé cette solution, souhaitant dans le Gard un DG à temps plein.  

Sète Agglopôle Méditerranée élabore une charte pour faire face à la pression logistique  

 

Mieux utiliser les canaux et étangs qui l’irriguent, pour livrer son centre de façon écologique. Dans l’Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée signe une charte de logistique urbaine durable afin de modérer les impacts négatifs de la livraison, apprend-on le 9 mai. Le territoire est marqué par une pression logistique avec 17.000 livraisons et enlèvements de marchandises quotidiennement. « Ces derniers concernent les établissements économiques (environ 85% des mouvements) mais aussi les ménages (15% des mouvements) dans le cadre de leurs achats dématérialisés donnant lieu à une livraison », détaille la communauté d’agglomération.  

Cette charte poursuit cinq objectifs :   

  • Adapter la logistique à la forme urbaine du territoire en réduisant par exemple le nombre de véhicules en circulation ou encore en harmonisant la réglementation d’accès et de stationnement.
  • Tenir compte de l’activité touristique et des flux associés. D’avril à octobre, d’importants volumes de marchandises sont distribués, notamment pour les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, engendrant « une forte sollicitation des infrastructures de desserte et pouvant poser la question de la mise en place de solutions logistiques spécifiques sur la période estivale », observe Sète Agglopôle Méditerranée.
  • S’appuyer davantage sur le port et les canaux, générateur de flux de livraison (58% des mouvements de marchandises sur les 3 communes de Sète, Balaruc et Frontignan).
  • Tirer parti de la proximité de l’agglomération montpelliéraine « en termes de transition énergétique, de mutualisation des flux ou des moyens, de réduction des véhicules en circulation dans les centralités urbaines. »
  • Réduire la dépendance aux énergies fossiles en s’appuyant sur la cyclologistique ou sur un maillon fluvial dans le centre-ville sétois.

Lire la charte en cliquant ici.

Réduire les phytosanitaires dans l’agriculture. La 3e édition de l’appel à projets « Groupes 30 000 », destinée à accompagner les collectifs agroécologiques, est lancée par l’État, apprend-on d’un communiqué de la préfecture d’Occitanie. « Un Groupe 30 000 est un collectif d’exploitations se regroupant pour mettre en place des techniques économes en produits phytosanitaires », explique la préfecture. En 2022, 628 exploitations étaient engagées dans cette démarche agroécologique. L’appel à projets vise à « accompagner 30.000 exploitations agricoles réunies en collectifs d’agriculteurs dans leur transition vers des systèmes agricoles tournés vers l’agroécologie », ambitionne la préfecture. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 25 mai. Plus d’infos ici. 

La direction régionale des douanes de Montpellier déclare la saisie de 16.000 pièces automobiles contrefaites. Triangles de suspension, rotules de suspension, rotules de direction, barres stabilisatrices : la direction régionale des douanes de Montpellier vient de saisir plus de 16.000 pièces automobiles contrefaisant les marques Peugeot, Renault, Citroën, Dacia et Toyota. L’information a été annoncée dans un communiqué de la direction régionale des douanes de Montpellier le 5 mai.  
La saisie fait suite à des soupçons du bureau de Sète et de la mise sous surveillance de marchandises provenant de Turquie (ligne maritime Yalova-Sète). Les pièces étaient transportées dans une remorque se rendant dans une entreprise importatrice située dans le Vaucluse (84).  
> Stupéfiants, tabacs, contrefaçons, blanchiment et manquement à l’obligation déclarative, redressement des droits et taxes… Le bilan 2022 de la direction régionale des douanes de Montpellier est à retrouver ici.

Le marché américain s’ouvre pour Quantum Surgical et MedinCell

 

C’est l’Amérique pour Quantum Surgical et MedinCell.  
Quantum Surgical, société de robotique médicale basée à Montpellier, reçoit une extension de l’autorisation de la FDA (Food and Drug Administration) pour l’utilisation de son robot Epione® dans le traitement des cancers de l’abdomen dans leur totalité aux États-Unis. « Cette décision permet aux praticiens de désormais traiter toutes les tumeurs abdominales à un stade précoce et va accélérer le déploiement de notre solution de robotique Epione® aux Etats-Unis », affirme Bertin Nahum, président et co-fondateur de Quantum Surgical , dans un communiqué du 4 mai (son portrait à relire dans Les Échos « Bertin Nahum, aux bons soins des robots » (novembre 2022)). Plus de quatre millions de patients pourraient potentiellement bénéficier de ce traitement aux Etats-Unis. Quantum Surgical compte plus de 100 salariés à Montpellier.
Autre entreprise innovante de la santé à atteindre le marché médical américain : MedinCell, basée à Jacou (34), qui reçoit sa toute première approbation de la FDA pour son produit Uzedy, nouveau traitement pour la schizophrénie. Il s’agit du premier produit basé sur la technologie BEPO® de MedinCell à être commercialisé. « Nous recevrons des royalties sur toutes les ventes et jusqu’à 105 millions de dollars sous forme de jalons commerciaux permettant le suivi du projet », indique Christophe Douat, président du directoire et de la société, dans un communiqué du 2 mai. Basée à Montpellier, MedinCell emploie actuellement 140 salariés, de 25 nationalités différentes. Plus à (re)lire sur le traitement de MedinCell dans Les Échos, « MedinCell aux portes des États-Unis avec son traitement contre la schizophrénie » (septembre 2022).

Plus de décodages ici

Opération séduction pour l’éolien et le photovoltaïque. Le 23 mai, le Greta CFA Gard-Lozère, acteur de la formation professionnelle (du CAP au BTS), organise une opération de promotion des métiers de maintenance de l’éolien et du photovoltaïque au lycée Dhuoda à Nîmes (Gard). « Ce sont des métiers peu connus et qui manquent d’attractivité », relève Jean-Philippe Lopez, responsable du service bâtiment, génie civil et énergie du Greta CFA Gard. Une cinquantaine de personnes sont attendues. Plus à lire dans Les Échos « Le GRETA-CFA Gard-Lozère promeut les métiers de l’éolien et du photovoltaïque » (mai 2023).  

Réhabilitation de l’ancienne halle des voyageurs à Toulouse. La commune de Toulouse lance un avis pour la réhabilitation et l’extension de l’ancienne halle des voyageurs en équipement mutualisé jeunesse-famille de 860 m² de surface de plancher dans le quartier Montaudran, situé au sud-est de Toulouse (à lire ici). « Il est envisagé d’y intégrer une ludothèque et un centre social », précise la municipalité. Les candidats peuvent déposer leur dossier jusqu’au 11 mai. L’enveloppe budgétaire est fixée à 2,12 M€.  

Toulouse : Les arènes en marge de devenir un jardin public. D’ici 2026, les arènes romaines, situées dans le quartier Saint-Martin-du-Touch, à Toulouse, pourraient devenir un jardin public, apprend-on sur Actu.fr le 2 mai.  

Observatoire astronomique 100 % étudiant. Le 2 mai, l’Université Toulouse 3 Paul Sabatier inaugure l’Observatoire Jocelyn Bell, un observatoire astronomique dédié aux étudiants et situé sur la Maison des étudiants et des personnels, annonce l’université sur son site. Plus de 200 k€ ont été investis. L’observatoire, qui ouvrira ses portes au 1er janvier 2024, comporte « trois télescopes, dont un télescope principal de 500 mm de diamètre, une lunette et une coupole de 4 mètres de diamètre. »  

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

En direct des Rencontres des Maires d’Occitanie 

Plus de 1.000 maires, adjoints au maire, présidents d’EPCI et personnels administratifs des communes, ce jeudi au MIN de Toulouse, plus de 800 ce mardi 9 à l’Arena Sud de France, à chaque fois entre 9h et 17h : la Région Occitanie réussit sa première édition des Rencontres des Maires d’Occitanie, organisée en partenariat avec l’AMF Occitanie, présidé par le maire de Cahors, le lotois Jean-Marc Vayssouze-Faure.

 ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Bien huilé. L’enchaînement est bien huilé : présentation des dispositifs régionaux par Carole Delga, présidente de la Région, temps d’échanges avec les maires, intervention de la politologue et spécialiste de l’opinion Chloé Morin (Fondation Jean-Jaurès), Village des Services régionaux, avec des espaces thématiques (Mobilités, économie et emploi, énergie/eau/environnement, éducation/formation/orientation/santé etc.). On a aimé, aussi, les producteurs Sud de France – même si ça manquait de chocolat – et le fait que des apprentis soient sollicités : apprentis en service (CFA H&C Conseils, Montpellier), en sécurité (lycée Gaston Darboux, Nîmes), en métiers d’accueil (lycée Jules Ferry, Montpellier).

Eau, Zan et énergie. Les préoccupations essentielles des maires d’Occitanie : le Zan (zéro artificialisation nette), la ressource en eau et le prix de l’énergie. Myriam Gayraud, maire de Cabrières (34) et viticultrice, a par exemple sollicité une aide à la mobilité pour les sorties scolaires des enfants de la commune (500 habitants), située dans le cœur d’Hérault. « Nous n’avons pas accès aux offres à un euro. J’ai demandé au service Mobilités s’il était possible que des transporteurs puissent être adossés à des dispositifs. »

Du bon pain français pour les Barcelonais. Roger Ciurana, maire d’Osseja (Pyrénées-Orientales), village des Pyrénées-Orientales assailli par les Barcelonais (65 % des logements sont des résidences secondaires), étudie les conditions pour que soit reprise l’actuelle boulangerie, dont les gérants vont partir à la retraite. « Il y a un nouveau concept à porter, pour plaire à la clientèle catalane », confie-t-il.
« Les élus ne cherchent pas que des subventions. Ils ont besoin de conseil et d’ingénierie, par exemple sur les solutions de transition énergétique. Ils ne savent pas à qui s’adresser. Ce type de rencontres leur est très utile. Et c’est aussi utile pour nous : en écoutant leurs attentes, nous ajustons nos offres, plutôt que de plaquer des solutions toutes faites », explique Raphaëlle Vienot, directrice générale adjointe de l’Arec Occitanie.

Zan : Delga met la pression. Carole Delga a annoncé aux maires qu’elle ne modifierait le Sraddet (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) que sous une condition : que les grandes infrastructures (LGV, A69…) et les investissements économiques stratégiques (hydrogène, par exemple) soit déduits de l’enveloppe de foncier pouvant être artificialisé. « La région Occitanie connaît la plus forte croissance démographique française, et c’est en même temps la plus enclavée. On ne peut pas relever tous ces défis, et ne pas décompter du Zan les infrastructures et les extensions économiques de grande ampleur. Je n’ai pas de réponse du gouvernement à ce jour. J’estime que la solidarité nationale doit jouer, avec le retard qu’a pris la Région. »

Mare aux canards. « S’il n’y a pas de LGV en Occitanie dans 20 ans (allusion aux projets LNMP et GPSO), toute l’attractivité économique se fera à Bordeaux et Marseille. Entre les deux, ce sera la mare aux canards », annonce-t-elle. Analyse un peu exagéré – des villes comme Grenoble, non desservies par le TGV, se sont plus développées que d’autres, pourtant desservies, comme Valence -, mais la formule a fait mouche.

Critères plus exigeants. Rappelant le Pacte Vert régional, la présidente de Régions de France a averti les maires : « Les critères d’aides seront plus exigeants. » Par exemple, la priorité est donnée à des projets faisant la part belle à la renaturation, au logements proches des pôles d’échanges multimodaux, à la désimperméabilisation…

Sam : le combat continue. Après la liquidation, fin 2021, du sous-traitant automobile Sam (Viviez, 12), Carole Delga a déclaré « ne pas abandonner le combat. La Région a racheté le matériel, et on est en train de racheter l’usine. J’ai amené un repreneur, qui a été victime d’une conjoncture internationale défavorable, et du manque d’engagement de Renault et de Bercy. Je continue à défendre l’intérêt stratégique d’une fonderie d’aluminium dans le sud de la France. C’est un enjeu de souveraineté nationale. » Avant de dénoncer « ceux qui ont la parole facile » : « Faire une banderole, moi, je le fais en 5 minutes. Monter un projet industriel, ça demande plus de temps. » Applaudissements dans l’Arena.

Discret Julien Sanchez. Le maire RN de Beaucaire, opposant offensif de Carole Delga lors des assemblées plénières, était présent, aux avant-postes dans les gradins… Mais finalement discret lors des temps d’échanges avec les élus, où il n’a pas demandé à prendre la parole.
Traduction d’une source proche, auprès de qui je m’étonnais de cette discrétion inhabituelle : « Il était là en tant que maire, pas en tant qu’opposant. Il est venu s’informer, comme les autres maires, des aides qu’il peut avoir pour sa commune. » C’est compliqué, ou subtil (cocher le bon adjectif), quand même, la politique.

Thèmes divers. Accessibilité des centre-bourgs, recul du trait de côte, politique de soutien au patrimoine, problèmes de recrutements de policiers municipaux, crainte que les territoires ruraux soient les parents pauvres de la révision du Sraddet (avec peu de foncier accordé), demande de soutien au projet de l’EPR Tricastin, nécessité de se projeter à 50 ans, demandes de précisions sur l’évolution du cadencement ferroviaire entre le Gard rhodanien et Nîmes suite à la réouverture de la Rive droite de Rhône, entretien des pistes pour lutter contre les incendies… Voici quelques exemples de questions abordées par les maires, lors du temps d’échange.

Crise démocratique. La politologue Chloé Morin, autrice d’ « On a tout essayé » (Ed.Fayard), a décrypté la crise démocratique. « Le pays est désormais divisé en trois blocs idéologiques irréconciliables. Or, nos institutions sont faites pour fonctionner avec le bipartisme. Ce qui signifie que ni Mélenchon, ni Macron, ni Le Pen ne pourraient prétendre gouverner avec la majorité des Français. »
D’après elle, les élus sont confrontés à un État « trop lourd là où il ne devrait pas être (normes, contraintes…), et défaillant sur l’essentiel (santé, éducation). Il y a une impasse de la réforme de l’État. Quand on en parle, c’est simplifié à outrance, avec des chiffres de suppression de nombre de fonctionnaires, ou l’ajout de moyens financiers, alors qu’on en met déjà beaucoup. Ce phénomène est au cœur du sentiment d’impuissance politique, et donc du rejet politique. »
Les risques juridiques accrus sont de plus en plus mal vécus par les maires des petites communes. D’où un nombre croissant de démissions.

Plaisir d’animer ces Rencontres des Maires d’Occitanie, à Toulouse et Montpellier. La pression, certes. Mais, comme disent les footeux avant un match à 6 points, c’est une bonne pression.

3 questions à

3 questions à

Sébastien Ramora, Studio Cap

« Un Atelier des Solutions pour débloquer des projets d’aménagement »

Les élus ne parlent plus que de lui : le « Zan », pour zéro artificialisation nette. On l’a vu mardi à Montpellier, lors de la première Rencontre des maires d’Occitanie organisée par la Région Occitanie. C’est même le thème des prochaines Rencontres nationales des Scot (schémas de cohérence territoriale), les 15 et 16 juin à Nîmes, dont le thème est « Planifier dans l’incertitude », et que j’aurai le plaisir d’animer.
« Avec les coûts de l’énergie et la crainte de manque d’eau, ce sont les trois préoccupations actuelles », glisse un observateur. Dans le Gard, la préfète, Marie-Françoise Lecaillon, a lancé un « Atelier des Solutions », pour débloquer des projets stratégiques enlisés. L’urbaniste Sébastien Ramora, animateur de cette série de séminaires, nous dit tout. « Trois questions à… », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Sébastien, en quoi consiste l’Atelier des Solutions lancé dans le Gard ?
C’est une démarche partenariale et expérimentale, destinée aux collectivités locales et aux acteurs de l’aménagement et du développement du territoire du Scot Sud Gard. Lancée le 19 avril, elle vise à débloquer des projets enlisés depuis l’approbation du Scot Sud Gard (80 communes), en 2019 : reconversion de l’ancienne base ferroviaire d’Oc’Via, nouvelle zone d’activités Magna Porta à proximité de la gare TGV Nîmes Pont-du-Gard, contournement routier ouest de Nîmes… La première, dans l’hémicycle de Nîmes Métropole, a réuni une centaine de personnalités qualifiées – DDTM, Matthieu Grégory, directeur régional adjoint de la Dreal Occitanie, sous-directrice de la Direction générale de l’Aménagement, du logement et de la nature, élus locaux, acteurs de l’aménagement et du développement du Scot du Gard (environnement, écologie, eau, agriculture, chambres consulaires…).

Quels sont les principaux points de blocage et, d’après toi, comment les lever ? L’État lance cette démarche, mais c’est aussi lui qui est à l’origine des blocages…
Les problématiques à régler sont multiples : compensations environnementales et agricoles, impact écologique, ressource en eau… Mais il y a des possibilités de solutions. Quelles portes du code de l’environnement pourraient-elles être entrouvertes ? Quelles nouvelles modalités de gouvernance pour éviter des blocages systématiques ? La démarche est partenariale et exploratoire. Il n’y a pas de solutions évidentes. Par exemple, il faut parfois chercher des compensations environnementales loin des projets, voire dans d’autres départements. Il s’agit de dépasser les contradictions apparentes entre différentes politiques publiques, entre protection de l’environnement, agriculture, aménagement et urbanisme.

Quelle est la suite, et quel rôle joues-tu ?
Les prochains ateliers sont programmés les 22 juin, 19 septembre et 4 décembre. L’Atelier des Solutions suit une trajectoire : partager les enjeux, travailler de façon fine sur les solutions envisageables, puis sur une mise en œuvre opérationnelle, en termes d’outil, de suivi et de gouvernance.
Je suis le gérant de l’agence d’urbanisme dédié à la stratégie territoriale et la programmation urbaine Studio Cap, et animateur de l’Atelier des solutions, aux côtés de LaVilleE+ (Courbevoie), l’économiste de l’aménagement Laurent Combes (Urban LoCo, ex-Serm), l’environnementaliste Damien Parisot et Karine Martin, ingénieur agronome spécialisée dans le développement agricole.

>À (re)lire dans Les Échos, en cliquant ici.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Comment faire la différence sur les réseaux sociaux ? Comment émerger « dans le brouhaha ambiant, l’encre fadasse, l’autopromotion mielleuse », ironise à juste titre le conférencier Michaël Aguilar ? Il propose de se poser trois questions avant de poster un texte : « Va-t-il faire réfléchir mon lecteur ? (Réfléchir) ; « Est-il utile ou pratique ? » (Enrichir) ; « Est-il susceptible de faire rire ou sourire ? Est-il divertissant ? (Divertir) ». Ce qu’il appelle la méthode RED, pour « Réfléchir, Enrichir, Divertir ». Si aucune des cases n’est cochée, autant s’abstenir. Un conseil de salubrité numérique, à visionner ici. Et de citer Jean d’Ormesson : « Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu. »

La phrase

« En matière d’aménagement du territoire, on a l’impression que l’État veut prendre sa revanche sur les collectivités. Lorsque l’État était responsable de l’aménagement urbain, il a laissé se tisser la France pavillonnaire, et n’a pas lutté contre l’étalement. Aujourd’hui que la compétence revient aux collectivités locales, les normes se durcissent avec le Zan. » 

Jean-Marc Vayssouze-Faure, maire de Cahors et président du Grand Cahors, président de l’AMF Occitanie, lors des Rencontres des Maires d’Occitanie, ce 9 mai à l’Arena Sud de France, à Pérols (34)

On s’en fout

Un grand écart assez vertigineux. D’un côté, on cause chatGPT, intelligence artificielle, transformation digitale et big data, pour accroître la compétitivité des entreprises. Mais, d’un autre côté, qu’est-ce qui change vraiment dans le quotidien des vrais gens ? D’accord, Doctolib, l’ApplePay, l’ecommerce ou les plateformes d’accès aux contenus révolutionnent bien des choses. On va bientôt pouvoir se passer d’aller au cinéma. Finis, les délices du voisin de derrière qui tape des pieds dans votre fauteuil, ou du gourmand qui gobe bruyamment des pop-corns, en faisant profiter la moitié de la salle.
Mais il reste bien des progrès pour aligner les énergies. Rendez-vous avec les artisans, articulation entre demande de devis et envoi effectif du devis, relations entre prestataires immobiliers et professions juridiques, suivi d’un dossier client par un syndic ou une agence de gestion locative… Sur ces actes banals de la vie quotidienne, liés à des projets immobiliers, des factures ou des petites réparations, c’est encore le système D, les fiches bristol et un fonctionnement méthodiquement en silo.
À ma connaissance, il n’existe pas de plateforme réunissant les différents interlocuteurs pour accompagner un client dans un projet immobilier, et proposant des systèmes d’alertes, de conversations, et de documents partagés entre banques, notaires, agences immobilières et experts-comptables. Si c’est bien le cas, amis entrepreneurs, allez-y : il y a un boulevard à prendre.
Idem pour les mobilités. Pour passer d’un réseau de tramway à un train à un métro dans une autre ville que le tramway précité, il faut trois titres de transport différents.
Ou encore pour le paiement. Bon nombre de commerces ne prennent toujours pas la carte bleue. Et les réservations chez le coiffeur ou dans les sacro-saintes paillotes du littoral ? Des applications voient le jouer, mais ne sont pas toujours, et de loin, utilisées par les professionnels.
En un mot comme en 273 (on en est bien à 273 mots à ce stade dans cette rubrique) : pas de transformation digitale sans une envie solide d’y aller une bonne fois pour toutes. Mais je pense que mon plombier s’en fout.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse

9

Ils et Elles bâtissent nos villes

L’ancienne prison de Béziers se transforme en hôtel 3 étoiles   

 

Idéal pour… s’évader. Fermée depuis 2009, l’ancienne prison de Béziers (Hérault) est transformée en hôtel. Portée par le groupe hôtelier et de restaurant Mando et dessinée par A+ Architecture, la réhabilitation en hôtel 3 étoiles, lancée en 2019, est livrée. L’Hôtel de la Prison, vaste sur 2.864 m2 répartis sur 6 niveaux, proposera un restaurant, 50 chambres, 3 salles de séminaires, une salle de sport, une piscine, une terrasse ainsi que des locaux commerciaux. L’ouverture est prévue pour le 1er juin et les réservations sont disponibles.  

Situé à proximité de la cathédrale Saint-Nazaire et du Jardin des Évêques, l’édifice offrira « une vue imprenable sur le fleuve Orb et la vallée », décrit Philippe Bonon, fondateur de l’agence A+ Architecture, qui a travaillé sur cette reconversion. Une vue dont les prisonniers ne pouvaient pas, à l’époque, profiter. « Les cellules n’avaient, bien sûr, pas de vue, pour éviter les évasions. Elles ont été fusionnées pour créer des chambres, assez petites mais avec un charme fou. » L’esprit des lieux a été préservé, sous l’égide des Bâtiments de France. « Nous avons préservé les volumes et les passerelles métalliques, typiques de l’architecture carcérale », complète l’architecte.  
Autre particularité, un accueil… au 5e étage, par la place des Albigeois, l’ouvrage plongeant ensuite en contrebas, sur environ 40 mètres. Un restaurant prendra place sur l’ancienne cour de promenade. L’Hôtel de la Prison crée 25 emplois, et représente un investissement de 8 M€, dont 5,5 M€ dédiés aux travaux. Il est situé le long d’une nouvelle promenade touristique, reliant les Écluses de Fonséranes et la cathédrale.  
Mando est détenu par six associés, l’acteur Christophe Lambert, l’investisseur Michel Halimi, l’architecte Philippe Bonon, fondateur-associé du cabinet A+ à Montpellier, et trois diplômés de l’École Hôtelière de Lausanne.

Plus à (re)lire dans Les Échos « À Béziers, Mando reconvertit la prison en hôtel » (mai 2022).  
A +, architecte de l’opération, en dit plus ici  : Et, pour l’anecdote, A+ a organisé sur le site son séminaire annuel, avec visite de chantier. Photos en cliquant ici.

 ________________________________

 

Lattes : une résidence de 83 logements livrée par Pitch Immo en mars 2025  

Porté par le promoteur immobilier Pitch Immo, le projet de la résidence Mira a débuté le 27 avril avec la pose de la première pierre. Située dans la Zac Ode à la Mer, à Lattes (Hérault), cette résidence comptera 83 logements du T2 au T4, dont 25 logements sociaux. Un parking de 150 places est également prévu. Cette opération, chiffrée à 7 M€, est « une référence en matière de bâtiment connecté » indique Pierre Cabrol, directeur régional Languedoc-Roussillon de Pitch Immo. Gestion de l’éclairage des parties communes, accès en temps réel à la consommation énergétique de chaque appartement, accès internet pour 9,90 €/mois… « Nous avons conclu un contrat sur 10 ans avec Idéalys, spécialiste des habitations connectées, afin que les résidents aient le temps d’être formés », précise Pierre Cabrol. Cette résidence sur pilotis est dessinée par l’architecte Jean-Baptiste Miralles avec pour thème « Habiter le grand paysage ». Livraison prévue pour mars 2025.   
> Plus à lire prochainement dans le magazine L’Immobilier de Midi Libre (parution en mai).

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES Occitanie

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour l’extension du collège Vincent Badie à Montarnaud.  

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour des prestations d’économiste de la construction.  

La Ville de Beaucaire lance un avis pour des travaux courants d’entretien, de grosses réparations et d’investissement dans les bâtiments et sites divers de la commune.  

La Serm lance un avis pour l’entretien les réparations et la modernisation des réseaux urbains de chaleur et de froid à Montpellier.  

Sète Agglopôle Méditerranée lance un avis pour la réhabilitation de la chapelle Saint Roch en espace multi-activités à Poussan.  

La Ville de Fabrègues lance un avis pour la réhabilitation du domaine de Mirabeau.  

Le SDIS 34 lance un avis pour des travaux de terrassements généraux dans le cadre de la construction du 3ème centre de secours de Montpellier. 

La commune de Palavas-les-Flots lance un avis pour la construction d’un bâtiment de service public intégrant un Hôtel de police et des logements.  

Occitanie Ouest 

Le Conseil Départemental Haute-Garonne lance un avis pour la reconstruction du collège de Villemur-Sur-Tarn.  

Le Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable de la Vallée de l’Arros lance un avis pour la réalisation de travaux d’infrastructures sur des ouvrages d’eau potables.  

Le Département de la Lozère lance un avis pour les travaux de réhabilitation et l’extension des bâtiments du futur Parc Technique Départemental au Chastel-Nouvel.  

La Communauté d’agglomération du Grand Cahors lance un avis pour la rénovation énergétique du complexe multisport de Croix de Fer à Cahors.  

La Commune d’Albi lance un avis pour des travaux de restructuration de la Maison de Quartier de Cantepau à Albi.  

La Communauté de communes du Pays d’Olmes lance un avis pour la construction d’un pôle de petite enfance, avec travaux de couvertures, zinguerie et toitures végétalisées.  

Toulouse Métropole lance un avis pour des travaux d’aménagement de la place de l’Europe à Toulouse. 

La Communauté de communes des Causses à l’Aubrac lance un avis pour la création d’un pôle intercommunal multi services ( pims) et la renaturation d’un parking à Laissac Séverac l’Eglise. 

Le Crous de Toulouse-Occitanie lance un avis pour des travaux concernant la réfection des logements universitaires de la résidence Humanités 2 du Crous de Toulouse. 

La Communauté d’agglomération de l’Albigeois lance un avis pour les travaux de construction d’une recyclerie intégrant une déchetterie. 

La Commune de Toulouse lance un avis pour des travaux de réaménagement de la crèche de La Terrasse. 

Énergies ⚡

Occitanie Est 

L’OPH des Pyrénées-Orientales lance un avis pour fourniture et acheminement en gaz naturel de l’OPH des Pyrénées-Orientales. 

Mobilités 🚲
Urbanisme 🏙️️

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La SPL Bassin de Thau attribue la construction d’un parc de stationnement place Aristide Briand à Sète à Somerev, SMAC… Tous les titulaires sont à consulter ici. Valeur totale des lots : 10 432 954,81 euros.

Le Syndicat Mixte Eaux Confluences attribue la fourniture de compteurs d’eau potable et têtes émettrices radio à Brunata Zenner SAS. Valeur totale du marché : 400 000 euros.

La Ville de Montpellier attribue la maintenance et exploitation des systèmes audiovisuels de l’hôtel de ville à Videlio IEC. Valeur totale du marché : 175 772,73 euros.

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le maintien en condition opérationnelle des équipements informatiques et des logiciels du centre de service et prestations associées à Econocom Workplace Infra Innovation. Valeur totale du marché : 6 000 000 euros.

La commune de Toulouse attribue les prestations de nettoiements des espaces verts de la ville de Toulouse pour les années 2023 à 2027 à Desbals Services, Sud Services… Tous les titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 538 527,03 euros.

L’Office Publique de l’Habitat des Hautes-Pyrénées attribue la réalisation de diagnostic de performance énergétique à Arkhedia. Valeur totale du marché : 149 436 euros.

Montpellier Méditerranée Métropole attribue la fourniture de lanternes et pièces détachées type luminaires tramway à RAGNI. Valeur totale du marché : 144 200 euros.

Plus de marchés ici

Le Conseil départemental Haute-Garonne attribue la prestation de collecte et d’élimination des déchets produits par le Conseil départemental de la Haute-Garonne à Greenburo. Valeur totale du marché : 500 000 euros.

Montpellier Méditerranée Métropole attribue la collecte des déchets ménagers et assimilés de Montpellier Méditerranée Métropole hors centre-ville de Montpellier à Urbaser Environnement et Société Méditerranée de Nettoiements. Valeur totale du marché : 11 594 000 euros.

La Ville de Nîmes attribue les travaux de construction du Palais des Congrès à Nîmes à Axima Concept, Tambe SAS… Tous les titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 9 930 522 euros.

L’Office Français de la Biodiversité attribue la mise en application de la stratégie de communication du projet Life intégré artisan à Influence for good. Valeur totale du marché : 249 300 euros.

Toulouse Métropole attribue les travaux de réhabilitation du réservoir sur la tour de la commune de Fenouillet à Etandex. Valeur totale du marché : 336 270 euros.

Le Grand Ouest Toulousain attribue la collecte des déchets d’ordures ménagères et des emballages papiers à Suez. Valeur totale du marché : 1 600 00 euros.Le Centre Hospitalier de Perpignan attribue les missions de d’œuvre pour le centre hospitalier à Tognella Architectes, Energie R, Serial Acoustique. Valeur totale du marché : 698 400 euros.  

La Ville de Castanet-Tolosan attribue la construction d’un lieu hybride culturel et social à Castanet-Tolosan à SARL Kombo Architectes. Valeur totale du marché : 80 000 euros.  

L’Office Publique de l’Habitat de Haute-Garonne attribue les travaux de maintenance et entretien de couverture et toiture terrasse du patrimoine de l’OPH 31 à Catra BTP. Valeur totale du marché : 308 684,2 euros.  

Le Sictom Pezenas-Agde attribue la réalisation de travaux d’électricité sur différents sites du Sictom à Réseaux Services Energies. Valeur totale du marché : 180 000 euros.  

La mairie de Mauguio-Carnon attribue la construction du gymnase Alice Milliat au sein de la ZAC de la Font de Mauguio à BPA Architecture. Valeur totale du marché : 15 000 euros.  

La Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée attribue les travaux d’installation d’appareils d’éclairage extérieur pour le Palais des sports à SAS Marc Electricité. Valeur totale du marché : 144 552,76 euros.  

La commune d’Adge attribue la rénovation énergétique des menuiseries extérieures pour l’extension de l’école de musique en cœur de ville à Boissière et fils. Valeur totale du marché : 250 628,17 euros.  

La mairie de Béziers attribue les travaux d’entretiens et de réparations des bâtiments public à Société de Bâtiment Pierres et Restauration, Bati Immo Entreprise, Houssier Construction… Tous les titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 5 340 000 euros.  

Le Conseil Général de la Dordogne attribue les missions de contrôle technique, de sécurité et protection de la santé et d’ordonnancement, pilotage et coordination pour la création d’une rivière nature d’eau vive à JPS Contrôle, CS Conseil, Etudes de Pilotage du Bâtiment. Valeur totale du marché : 115 530 euros.  

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

Mercredi 10 mai :

Séminaire « Télétravail 2035 : quelle nouvelle donne territoriale et sociale ? », organisé par l’Auat au campus Orange Tolosa à Balma (31). Plus d’infos et inscription ici.

Les Assises Méditerranéennes de la viticulture, organisées par Arbre et Paysage 32 à Villeveyrac (34). Plus d’infos ici.

Jeudi 11 mai : 

Déjeuner « Les campagnes d’une vie » avec en invité d’honneur Jacques Seguela, publicitaire, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Inscription obligatoire ici.

Première rencontre des maires d’Occitanie, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l’Association des maires et des présidents d’intercommunalité d’Occitanie, à Toulouse. Plus d’infos à venir.

11, 12 et 13 mai :

Salon cybersécurité du citoyen et des collectivités, organisé par l’agence Go au Parc des expositions de Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 18 mai :

14ème édition de Vinocap organisé pa l’Agglo Hérault Méditerranée à l’Esplanade Pierre Racine au Cap d’Agde. Plus d’infos ici.

Mercredi 24 mai :

Rencontre mécénat d’entreprise « Tout savoir sur le mécénat d’entreprise », coorganisé par NaïaGaïa et la Direction Régionale de la Culture au château de Castries (34). Inscription ici.

Vendredi 26 mai :

Cultive ta data, événement organisé par Datasulting au Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez, 34). Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 30 mai :

Journée des Partenaires d’Innovosud organisée durant son Assemblée Générale au Château du Petit Béret (34). Inscription ici. La French Tech Méditerranée organise une conférence catalyse sur le thème « La boussole pour comprendre les enjeux climatiques et agir » (infos ici).

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Plus d'événements ici

JUIN

Du 6 au 9 juin :

« CRISE CAMPUS : Université d’été de la gestion de crise », organisé par l’Université de Montpellier. Plus d’infos ici. Inscription obligatoire avant le 15 avril ici.

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

Vendredi 9 juin : 

Cap IoT, journée dédiée aux IoT, organisé par Synox et SoFLEET au Phare de Palavas-les-Flots (34). Plus d’infos et inscritpion ici.

Jeudi 15 juin :

Conférence-débat « Crises et évaluation : quest-ce qui a changé ? », organisé par la CCI Hérault à Mauguio (34). Plus d’infos et inscription ici.

Du 15 au 18 juin : 

35ème Congrès de la Fédération Cobaty, organisé par le Cobaty Montpellier Méditerranée à Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 28 juin :

Transitions Invest 2023 « au service du financement des mtations de votre entreprise » organisé par la CCI Hérault au Domaine des Grands Chais à Mauguio (34). Plus d’infos et inscription ici.

SEPTEMBRE

Du 14 au 16 septembre :

4ème édition du forum Le Monde Nouveau, dédié à la transition environnementale et sociétale, organisée par l’association Le Monde Nouveau à Planet Ocean Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 22 au 24 septembre : 

23ème Salon de l’Immobilier d’Automne, organisé au Parc des expos de Montpellier. Plus d’infos ici.

OCTOBRE

Du 18 au 20 octobre :

Congrès international de la RSE, organisé par la fondation Oïkos en collaboration avec Afnor Groupe, à la Cité de la RSE à Toulouse. Plus d’infos ici.

24 et 25 octobre :

Salon du Littoral organisé par L’Agence Midi Libre au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

DÉCEMBRE

5 et 6 décembre :

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking.
– Les initiatives soutenues par Action Logement pour loger les saisonniers sur le littoral d’Occitanie
– Comment Actis Isolation (Limoux) perce sur le marché de la rénovation énergétique
– Dev’EnR lève 12,5 M€

> Série d’été sur les thèmes
« L’influence économique de l’USAP et des Dragons Catalans dans les Pyrénées-Orientales »
« Ces PME centenaires qui ont su se réinventer au fil du temps : l’exemple d’Union Matériaux à Montpellier »

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur les machines à bois, parution en mai.

Pour Touléco :
– Comment le monde agricole prépare la sécheresse estivale.

Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) de mai.

 
 

Rédaction de contenus

Contribution au magazine  » Signature#9″ édité par Profils Systèmes
– Portrait du street-artist Sunra
– Rénovation en profondeur d’une villa dans la Rhône par l’architecte Thibaut Chanut (Dank Architectes).

Rédaction d’un livre sur la valeur travail, pour Matthieu Ourliac (Medef Béziers Littoral Ouest Hérault), avril et mai 

Rédaction d’un Livre Blanc reprenant les temps forts d’un colloque sur les traumatisés crâniens, organisé par la Fondation de la Mutuelle des Motards (président : Alain Borie), qui se tiendra le 25 mai à Montpellier

 

Animations

9 et 11 mai, à Montpellier et Toulouse : Première Rencontre des Maires de la Région Occitanie, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, de la politologue Chloé Morin et du président de l’AMF Occitanie, Jean-Marc Vayssouze-Faure, maire de Cahors (46) 

25 mai : fête des lauréats du Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée, Mas Saint-Gabriel, Marsillargues. Marraine de l’événement : Blandine Mulliez (présidente de la Fondation Entreprendre)

15 et 16 juin : animation des Rencontres nationales de la Fédération des Scot (schémas de cohérence territoriale) à Nîmes.

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

La tech s’invite aux JO

Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This