IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Donner l’exemple

Semaine du 20 novembre 2023

sur le gril cette semaine

Altrad prend Laporte (et non pas la porte), Mathilde Boulachin et Cédric Botella impulsent à Béziers, colloque régional sur l’eau à Narbonne, l’Institut Agro Montpellier aura un bâtiment dédié à la vigne et au vin, nouveau directeur de la Recherche à l’IMT Mines Alès, un directeur nommé à ITK (agtech), et qui sera le prochain président des Notaires de l’Hérault (« À l’affiche ») ; Bastide Le Confort Médical décroche les aéroports de Paris, Cemater croit peu dans la loi d’accélération des énergies renouvelables et dit pourquoi, la bonne récolte automnale d’Arterris (en « Décodage ») ; La CPME tire la sonnette d’alarme (en « Zoom ») ; Le « Tête-cœur-corps » pertinent de Corinne Dos Santos, appliqué à Agencehv (HV Touch, « On s’en fout ») ; Le loueur de véhicules professionnels Locaway s’implante à Montpellier, la Zac Bofill se précise, les lauréats toulousains des Pyramides d’Argent et l’axe du quart d’heure Lunel-Frontignan passé au crible (« Ça pousse »), et plein d’autres palabres urbaines. 

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Carole Sinfort, Institut Agro Montpellier

Carole Sinfort, Institut Agro Montpellier

Le 16 novembre, lors de la conférence de Vinseo (président : Dominique Tourneix) « La viticulture face au changement climatique : entre agilité et transition forcée », la directrice de l’Institut Agro Montpellier annonce la construction d’un bâtiment de 6.000 m² « dédié à la vigne et au vin », à l’entrée du campus, « derrière les vignes pédagogiques ». Ce bâtiment accueillera « des formations, les équipes de recherche, les agents de l’école, le monde de l’entrepreneuriat, des laboratoires professionnels… » Le projet est porté par l’Institut Agro Montpellier et l’Inrae. Le financement est porté par Montpellier Méditerranée Métropole, le Département de l’Hérault, la Région Occitanie et l’État. Budget prévisionnel : 21 M€. Livraison annoncée en 2024. Autre actualité : la candidature pour « construire une grande université européenne, forte de 80.000 étudiants spécialisés dans les sciences de la vie. La vigne et le vin y auront leur place ». L’Institut Agro Montpellier a pris une dimension nationale, en se mariant avec les campus de Rennes, Angers et Dijon, a rappelé Carole Sinfort.

Mathilde Boulachin, Cédric Botella, Pulse Béziers Méditerranée

Mathilde Boulachin, Cédric Botella, Pulse Béziers Méditerranée

La relève entrepreneuriale biterroise prend les commandes. Les dirigeants fondateurs respectifs des PME biterroises Pierre Chavin (négoce de vin spécialiste de l’innovation et des vins sans alcool, 20 salariés, CA : 11 M€, dont 93 % à l’export) et Instadrone (prestation technique par drone pour les industriels, 40 salariés, CA : 7 M€) doivent être nommés, ce 21 novembre, vice-présidents de la nouvelle agence de développement économique de Béziers Méditerranée, Pulse, lors de son assemblée générale. « Nous sommes à une étape-charnière pour mettre en place de nouveaux outils pour l’emploi et de nouveaux modes de production pour l’industrie », évalue ce dernier. Mathilde Boulachin souhaite acculturer les TPE et PME du territoire à ses combats de prédilection, que sont l’innovation, l’international et la démarche RSE, « qui devient incontournable dans les audits, les marchés publics et pour attirer des talents ». Mathieu Dossat (Delta Automatisme, automatismes industriels et robotique, 40 salariés pour un CA de 6 M€, par ailleurs fondateur d’ITS Fusion), vice-président Industrie de la CCI de l’Hérault, vice-président de l’UIMM MO sur le territoire Béziers-Sète et vice-président de la pépinière d’entreprises Innovosud, sera nommé secrétaire. « Aujourd’hui, on parle enfin d’industrie de façon décomplexée. Pulse doit permettre de développer des projets à valeur ajoutée, qui créent de l’emploi, et de les flécher vers du foncier disponible », confie-t-il. L’agence sera présidée par Robert Ménard, maire de Béziers et président de Béziers Méditerranée.  
Un conseil d’administration de Pulse doit se dérouler le 7 décembre à Innovosud, pour définir les contours de la feuille de route. L’agence Pulse, composée de trois collèges (collectivités, institutions, entreprises*), sera portée par six salariés et un directeur du développement économique, en cours de recrutement.  
* Parmi les entrepreneurs qui sont partie prenante : Hervé Barba (Groupe Barba), Matthieu Ourliac (Caminarem et Medef Béziers), Florence Lambert (Genvia), Luc Mas (Cameron), Jean-Michel Buesa (Buesa), Agnès Jullian (Technilum), Roxane Bozzarelli (Dev’ENR), Yannis Benhamed (GDC), Jean-Marc Bouchet (Qair), Jean-Guy Amat (Le Sérignan-Plage),… ; Parmi les institutions : Pierre-Damien Rochette (UIMM MO), Grégory Blanvillain (CPME 34), Mathieu Dossat…  
> Hubert Vialatte (Agencehv) animera la soirée de lancement de Pulse, ce 21 novembre au théâtre municipal de Béziers.

Carole Delga, Pierre-André Durand, colloque régional sur l’Eau

Carole Delga, Pierre-André Durand, colloque régional sur l’Eau

La présidente de la Région Occitanie et le préfet de région concluront, le 6 décembre au Théâtre de Narbonne, un colloque régional sur l’eau, organisé par la Région Occitanie, la Chambre régionale d’Occitanie, la CCI Occitanie et la CMA Occitanie (avec le soutien de la Ville de Narbonne). Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, est annoncé. Parmi les thèmes prévus : état des lieux des sols, besoin en eau des territoires et des secteurs agricole, viticole et agroalimentaire, investissements nécessaires, financements…  
« L’objectif est de faire valoir les solutions, notamment celles consistant à entamer de grands travaux pour capter et acheminer les eaux douces sans heurter les bio-équilibres et faire évoluer les réglementations pour l’agriculture et les industries », glisse-t-on aux Indiscrétions. Inscriptions avant le 22/11, en cliquant ici.

Henry Bruneau, ITK

Henry Bruneau, ITK

Il est le nouveau directeur d’ITK, agtech montpelliéraine reprise par le groupe coopératif Innoval (230 M€ de CA en 2023, ouest de la France). Il a été cadre pendant 20 ans dans les groupes internationaux Mobil Oil et Legrand, avant d’être chef d’entreprise en PME (rachetée, puis revendue). « Il a un profil intéressant, avec une maturité en tant que dirigeant, et qui partage les valeurs coopératives de solidarité et de subsidiarité, orientées vers le bien commun », détaille Yann Lecointre, DG d’Innoval. Pour Innoval, les développeurs informatiques d’ITK vont par exemple sortir de nouveaux indicateurs prédictifs pour les exploitations agricoles. Ce, afin que les exploitants prennent les bonnes décisions – ventilation, brumisation, arrosage… – en fonction des prévisions météo. L’objectif étant « d’éviter de perdre de la production laitière, mais aussi d’agir pour le bien-être animal », explique le dirigeant. Éric Jallas, fondateur d’ITK, reste actionnaire à hauteur de 25 %, avant de sortir progressivement, d’ici à 2025.

Francis Ingrand, Sandrine Tannière, Château Capion

Francis Ingrand, Sandrine Tannière, Château Capion

Une fortune de la tech héraultaise s’offre une folie vigneronne. Francis Ingrand, PDG et fondateur de Plug In Digital (jeux vidéo, Montpellier), et sa femme Sandrine Tannière, rachètent le Château Capion (Aniane – 34) auprès du russe Oleg Cherkinov. Le montant de la transaction n’est pas communiqué. Château Capion est un domaine de 85 ha, dont une soixantaine d’ha de vigne 100 % bio. Le château date du XVIIe siècle. L’ambition des nouveaux propriétaires se veut à la fois  » viticole et évènementielle « , à la fois pour les entreprises et les particuliers. 
Plus In Digital emploie 130 salariés, pour un CA de 25 M€.
Créé en 2012, Plug In Digital s’est développé sur fonds propres pendant 8 ans, avant de procéder à deux levées de fonds ces dernières années, de 2 M€ puis de 70 M€ (dans Les Échos, à relire en cliquant ici). Une opération de croissance externe en Espagne (la première à l’international), ainsi que la création d’une filiale à Shanghai, vont prochainement être annoncées, indique Francis Ingrand aux Indiscrétions

Aline Gandy, Club des ETI Occitanie

Aline Gandy, Club des ETI Occitanie

Elle est nommée déléguée générale du Club des ETI (entreprises de taille intermédiaire) Occitanie. L’une de ses missions consistera à développer le Club des ETI en Occitanie Est (ex-LR). Ses missions, indique-t-elle sur un post LinkedIn : « Soutenir les ETI et PME en croissance d’Occitanie, favoriser la rencontre et le partage d’expérience entre dirigeants et entre collaborateurs et faciliter le dialogue avec les pouvoirs publics sur les problématiques liées à la croissance des entreprises membres (transition écologique, emploi, formation, digitalisation, etc.) ainsi qu’avec les autres acteurs œuvrant au développement économique de l’Occitanie », indique cette ancienne, et excellente, journaliste économique (20 ans d’expérience). Qui rappelle la citation fameuse de Jules Janin : « Le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir. ». Le Club est présidé par Catherine Mallet, présidente d’Actia Group (Toulouse).

Stéphane Lecœuche, IMT Mines Alès

Stéphane Lecœuche, IMT Mines Alès

Stéphane Lecœuche est le nouveau directeur de la recherche, du doctorat et de la valorisation à l’IMT Mines Alès (présidente : Assia Tria), succédant à Pierre Perdiguier, qui était en poste depuis cinq ans. Stéphane Lecœuche était à l’IMT Lille Douai depuis 17 ans. À Alès, il aura pour mission de développer la stratégie 2024-2027 de l’école, indique Midi Libre Alès. L’IMT a d’ailleurs annoncé l’implantation d’une antenne à Montpellier, en partenariat avec la métropole de Montpellier et sa nouvelle Agence de développement et des transitions, pour accélérer la transformation écologique et numérique d’environ 500 entreprises du bassin de vie, à partir de 2024. Plus à lire prochainement dans Les Échos. 

Leslie Gonçalves, Agnès Jullian, les 100 qui font la ville

Leslie Gonçalves, Agnès Jullian, les 100 qui font la ville

L’architecte toulousaine Leslie Gonçalves (à gauche sur la photo), co-fondatrice avec Philippe Gonçalves du Groupe Seuil, et l’industrielle biterroise Agnès Jullian (mobilier urbain en aluminium, Technilum), font partie des « 100 qui font la ville », sélection réalisée dans le cadre du numéro spécial « Traits Urbains » 2023 (Innovapresse). Un dîner de gala s’est tenu le 8 novembre pour révéler le panel.  
Leslie et Philippe Gonçalves cherchent les moyens d’accélérer la transformation de la ville « par le biais de trois sociétés à mission, Seuil architecture, Una ingénierie et Lhab réalisations, indiquent-ils dans un communiqué. Toutes trois forment un écosystème de compétences grâce à des méthodes adaptées et une équipe d’une vingtaine de collaborateurs ». Seuil architecture a été classée première agence bas carbone en Midi-Pyrénées en 2023 par Séquences  Bois. L’agence réalise des projets variés, tels que des usines, bureaux, laboratoires, équipements et espaces publics, logements. Les trois piliers de Seuil Architecture : « Architecture éco-responsable, démarche participative et renaturation des sites ». Parmi leurs réalisations phares, avec l’agence Dietrich Untertrifaller, la tour Wood’art à la Cartoucherie et le centre de ressources et de performance sportive (CREPS) sur le campus scientifique de Rangueil. Avec, comme point commun de ces deux projets, la prépondérance du matériau bois.  
Le communiqué à lire en cliquant ici.

Laurent Hugonenc, Ogic

Laurent Hugonenc, Ogic

Ogic (Office Général de l’Immobilier et Construction), basée en Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Paca, nomme Laurent Hugonenc directeur régional Occitanie, à Toulouse, indique le groupe dans un communiqué. « Les priorités de Toulouse convergent avec notre propre vision : rebâtir la ville sur la ville, renaturer partout où cela est possible, projeter le bâti dans le futur sans perdre l’identité de l’existant… », précise Virginia Bernoux, présidente du directoire d’Ogic. En parallèle, Laurent Hugonenc est vice-président du Club de l’Immobilier de Toulouse. Il a notamment été directeur du développement régional de 2011 à 2022 de Cogedim Midi-Pyrénées.  

Laurent Vialla, Notaires de l’Hérault

Laurent Vialla, Notaires de l’Hérault

Il est pressenti pour être élu président de la chambre des Notaires de l’Hérault, en mai prochain, apprend-on de source proche. Son office est basé à Montpellier (associé à Emmanuel Dossa, Loïc Marillat et Fanny Thooris). Me Laurent Vialla est actuellement vice-président de la chambre des notaires de l’Hérault. L’actuelle présidente de la chambre des Notaires de l’Hérault est Maguelonne Escande-Cambon.

Benoît Tabaka, Google France

Benoît Tabaka, Google France

Retrouver la “Visite de François Ier aux monuments de Nîmes” d’Alexandre Colin (1836), ou la “Mosaïque de Penthée” en grandeur nature chez soi est désormais possible. Les versions numériques de plus de 6.000 objets du Museum d’Histoire naturelle, et plus de 4.000 manuscrits et cartes postales du Carré d’Art Bibliothèque de la Ville de Nîmes, rejoignent la plateforme gratuite de contenus culturels, Google Arts & Culture, avec « Nîmes éternelle ». Objectif : rendre accessible une partie des collections des musées de la ville, et « promouvoir le patrimoine nîmois dans le monde entier », indique Benoît Tabaka, secrétaire général Google France, dans un communiqué. Quatre visites virtuelles (Carré d’Art Bibliothèque, Musée des Cultures taurines, Musée des Beaux-Arts, Musée du Vieux Nîmes), et 73 histoires thématiques seront proposées gratuitement au grand public. Partenaire de la Ville pour ce projet, Google Arts et Culture existe depuis 2011 et compte plus de 3.000 institutions culturelles de 80 pays. « L’application leur permet d’atteindre de nouvelles audiences qui, potentiellement, ne fréquenteraient pas les musées », précise le communiqué de presse.  

Éric Dupeyron, CHU de Nîmes

Éric Dupeyron devient directeur par intérim du CHU de Nîmes, et remplace Nicolas Best dont il était adjoint. Ce dernier est démis de ses fonctions depuis le 16 novembre. Il comparaissait depuis le 13 novembre devant la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour des délits de favoritisme et de corruption passive entre 2015 et 2018 à l’hôpital d’Annecy. Le procès reprendra d’ici fin août 2024, apprend-on dans Midi Libre. Jean-Paul Fournier, maire LR de Nîmes et président du conseil d’administration de l’hôpital, indique, dans Midi Libre, être « déçu. M.Best ne le mérite pas. Le conseil de surveillance lui a apporté son soutien plein et complet. Je ne comprends pas cet acharnement sur lui ».  

Rémy Zaka, AFP

Rémy Zaka, AFP

Notre confrère Rémy Zaka (Agence France-Presse) nous a quittés brusquement vendredi soir, à Gignac (34), où il s’est installé en mai avec son épouse.  
Il venait de fêter ses 62 ans et allait prendre sa retraite en fin d’année. Une perspective qui le mettait en rogne, lui qui entretenait une relation existentielle avec le journalisme.  
Les Indiscrétions saluent la mémoire d’un grand professionnel, curieux, voyageur, cultivé, affable, intègre, toujours avec une histoire truculente à conter. 
« Rémy, tu as aussi été pour moi un guide et un chef rigoureux, à l’AFP Montpellier, entre 2011 et 2015, indique Hubert Vialatte. J’ai beaucoup appris à tes côtés, je te l’ai encore dit récemment.  » On ne comprend rien à ton angle « ,  » Fais plus simple « ,  » Quelle est l’actu ? « ,  » ça, enlève-le, on s’en fout ! « , me disais-tu parfois sans ménagement. Et tu avais à chaque fois raison. Nous partagions aussi cette passion folle du foot. Tu m’avais laissé couvrir pour l’AFP le soir de sacre (champion de France) de mon club de toujours, le MHSC, en mai 2012 : un beau geste, et un souvenir journalistique que je n’oublierai jamais. » 
Nous partageons enfin le texte que Rémy avait publié en mai 2012, à l’occasion des 20 ans de la catastrophe de Furiani, dont tu étais l’un des rescapés – tu te trouvais dans la tribune qui s’est effondrée. Le voici : https://making-of.afp.com/furiani-20-ans-apres 
Ciao Rémy ! 

Philippe Dedieu, Tribunal de commerce de Toulouse

Il succède à Laurent Granel à la présidence du Tribunal de commerce de Toulouse, lit-on dans un post LinkedIn du Medef Haute-Garonne (ici). Actuellement au poste de secrétaire général, il prendra ses fonctions en janvier 2024 pour un mandat de quatre ans. Plus à lire dans Entreprises Occitanie, en cliquant ici.  

Ludovic Tourdiat, Unis Languedoc Occitanie

Le président de l’Unis Languedoc Occitanie organise, en partenariat avec la Fnaim Gard-Lozère (présidente : Sarah Galibert-Martin), le 1er Salon de la Copropriété de Nîmes, le 29 février au Musée de la Romanité. « Ce salon sera une occasion de rassembler l’ensemble des professionnels de la copropriété pour évoquer ensemble les difficultés rencontrées au quotidien, que ce soit en matière de gestion, de législation, de rénovation ou de relation avec les copropriétaires », indique cette dernière.  
Huit conférences jalonneront la journée. Thèmes pressentis : Rénovation énergétique des copropriétés ; Une offre clé en main pour un processus de rénovation énergétique simple et sécurisant ; Surélévation ; Pose de panneaux photovoltaïques ; Installations de recharge du véhicule électrique en copropriété ; Aspects juridiques de la rénovation énergétique ; Hybridation des systèmes de chauffage ; Solutions du financement de travaux en copropriété.

Azzedine Belguebli, Ville d’Anduze (30)

Azzedine Belguebli, Ville d’Anduze (30)

Secrétaire général adjoint de la communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère depuis juin 2021, il quitte ses fonctions pour rejoindre la Ville d’Anduze (maire : Geneviève Blanc), dans les Cévennes gardoises, au poste de directeur général des services, apprend-on sur son profil LinkedIn. Il succède à Mathieu Bergerot, précisent nos confrères de Midi Libre (à lire ici).

Bertin Nahum, Quantum Surgical

Bertin Nahum, Quantum Surgical

La medtech montpelliéraine qui conçoit des robots chirurgicaux Quantum Surgical annonce vendre son premier robot Epione au centre de Miami (États-Unis). « Il devient le premier centre aux États-Unis à proposer à ses patients la technologie développée par Quantum Surgical qui permet de traiter les tumeurs inopérables du foie, du rein et du pancréas », se réjouit Quantum Surgical. Epione, qui a permis de traiter plus de 250 patients dans le monde, est également disponible au centre anti-cancer Gustave Roussy de Villejuif et aux Hospices Civils de Lyon. Dirigé par Bertin Nahum, Quantum Surgical emploie 110 salariés et réalise 1,18 million d’euros de chiffre d’affaires. Plus à lire dans l’édition Montpellier du magazine ToulÉcoen cliquant ici.  

Cécilia Delpont, The Marcel à Sète

Cécilia Delpont, The Marcel à Sète

Cette apprentie en pâtisserie (The Marcel à Sète) représentera le Languedoc-Roussillon aux championnats de France du dessert 2024, dans la catégorie juniors, indique The Marcel sur son compte Meta. Les finales régionales auront lieu en janvier et février. Les 8 finalistes se retrouveront les 3 et 4 avril prochains au lycée Christian Bourquin (Argelès-sur-Mer, 66). Cette édition sera placée sur la présidence de la cheffe pâtissière Claire Heitzler. L’une des spécialités de Cécilia Delpont : le crémeux citron vert. Il n’y a pas de chocolat, mais ça doit quand même transporter l’âme.

Bernard Laporte, MHR

Bernard Laporte, MHR

Altrad prend Laporte. L’ex-sélectionneur du XV de France, ex-président de la Fédération Française de Rugby, et ex-secrétaire d’État chargé des Sports de Sarkozy (on l’aurait presque oublié) est nommé directeur du rugby au MHR (Top 14), détenu et présidé par l’entrepreneur franco-syrien Mohed Altrad, révèle le 18 novembre le JDD (à lire ici).  
Mohed Altrad et Bernard Laporte ont été condamnés en décembre 2022 par le tribunal correctionnel de Paris, respectivement à 18 mois et 2 ans de prison avec sursis, pour « corruption passive, trafic d’influence, prise illégale d’intérêts, recel d’abus de biens sociaux et abus de biens sociaux  ». Ils ont fait appel. « En l’état de la procédure pénale, qui est toujours en cours, le club peut embaucher Bernard Laporte pour tout l’aspect sportif », déclare Mohed Altrad dans le JDD. Son groupe est sponsor du XV de France et des All Blacks.  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Assises de l’Économie de Montpellier Méditerranée Métropole : ce qu’il faut en retenir

Assises du logement decodage
©Agencehv

Face aux bouleversements sociétaux, climatiques et économiques, « les entreprises doivent se transformer pour rester compétitives. Ce qui nous oblige, nous, collectivités, à changer nos paradigmes », insiste Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, lors des Assises de l’Économie, le 17 novembre, devant 600 décideurs et acteurs de l’écosystème entrepreneurial, au Corum de Montpellier. S’appuyant sur un diagnostic territorial réalisé par EY, la feuille de route de la métropole déploie cinq axes majeurs. Tout d’abord, le développement des stratégies de filières : santé globale avec MedVallée, un symbole de fertilisations croisées, énergies renouvelables, industries culturelles et créatives, numérique, art de vivre avec notamment le Pôle Vins, sport. L’emploi va être soutenu par des mesures concrètes : Bic (Business Innovation Centre) pour accompagner des porteurs de projets au cœur des Quartiers Politique de la Ville comme la Mosson – « Je souhaite abaisser le seuil de l’innovation, pour ceux qui sortent des écoles de commerce et de MoMa, mais aussi pour envoyer un message aux quartiers populaires. L’enjeu est très fort face au risque du communautarisme » -, expérimentation de la démarche Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée, gouvernance locale France Travail…

Autre priorité, l’écologie, au cœur des politiques métropolitaines avec par exemple la mise en place de la gratuité des transports en commun pour les habitants, le 21 décembre. Cette mesure est aussi un vecteur d’attractivité pour les entreprises elles-mêmes, dans leurs recrutements. « Cet engagement se voit de l’extérieur, et est audacieux. Les territoires qui accélèreront sur leur engagement dans l’impact tireront leur épingle du jeu », explique Marc Lhermitte, consultant à EY. « Nous souhaitons créer un écosystème où les entreprises transforment leurs activités pour minimiser leur impact environnemental, où la responsabilité sociétale est une valeur fondamentale », affirme Hind Emad, vice-présidente déléguée au Développement économique et numérique. Toutes les entreprises seront embarquées dans l’aventure. Sachant que les plus petites sont aussi les plus nombreuses : 81 % des entreprises du territoire emploient moins de 9 salariés.

Le rééquilibrage territorial est une autre boussole. « Il y a un paradoxe terrible : à Montpellier, nous gagnons chaque année des habitants, et Lodève, située à seulement 50 km, en perd », compare Michaël Delafosse. Selon lui, le Zan (Zéro Artificialisation Nette) « pose certes un défi, mais doit être vu comme une opportunité. Avec notamment des projets de réinvestissement urbain pour des implantations d’entreprises ». Pour mieux répondre aux besoins de foncier économique, enjeu clé pour la création d’emplois, l’Agence de Développement et des Transitions, tout juste créée, regroupe ainsi 200 communes sur une grande aire urbaine d’un million d’habitants.

Passage à l’échelle. Des fiches actions, chacune dotées d’indicateurs d’atteinte d’objectifs, seront déclinées au cours du 1er trimestre 2024. Les enjeux-clés, selon Marc Lhermitte, sont « le passage à l’échelle des entreprises innovantes, pour que des start-up nées ici grandissent aussi ici », et l’engagement de l’écosystème « sur la voie de la transition, dont les piliers sont la biodiversité, l’économie circulaire et la décarbonation ». Autant de défis qui ne pourront être relevés « qu’avec une adhésion locale forte, et une évaluation continue de la démarche », conclut Laura Carmouze, maître de conférence en sciences de gestion à Aix-Marseille Université.

En CDD renouvelable. Une petite phrase n’est pas passée inaperçue. « Je suis là en CDD… en CDD renouvelable », a glissé Michaël Delafosse. On l’aura compris : il est candidat pour sa réélection en 2026. Pas une surprise, mais c’est dit.

Urbanisme commercial. Un schéma de développement de l’urbanisme commercial va être délibéré prochainement, « pour travailler sur les flux marchands. Un office du commerce va être créé, pour accompagner les porteurs de projets et accompagner des marques qui veulent s’implanter. La disparition de commerces dans certains quartiers, c’est du lien social de perdu, et des circulations automobiles en plus », indique l’élu.

Prime au vice. Matthias Navarro envoie un « plaidoyer auprès des politiques publiques. Il y a aujourd’hui une distorsion de concurrence, une sorte de prime au vice, un avantage compétitif à mal faire. Par exemple, cela coûte moins cher de produire des jeans en Chine qu’en France. Et l’entreprise qui fait l’effort de produire en France a pourtant le même niveau de charge, de TVA, de fiscalité… Aujourd’hui, les entreprises qui s’engagent le plus sur leur impact sont celles qui prennent le plus gros risque pour leur compétitivité. Idem dans la construction et la rénovation : c’est plus cher de travailler avec des matériaux recyclés qu’avec des matériaux neufs, livrés depuis l’étranger. Pourtant, le réemploi de matériaux est plus vertueux sur le plan environnemental ». Avec Impact France, il pousse les pouvoirs publics, « dont les métropoles et EPCI », à aider les entreprises « de façon ciblée », en fonction des efforts qu’elles consentent, à travers un Impact Score.

RSE : le rôle des grandes entreprises et la stratégie des petits pas. Dans la mise en place de la RSE dans les TPE, « les grandes entreprises ont un rôle d’acculturation à jouer. Elles doivent travailler avec les TPE sur ces points », insiste Christèle Martinez, directrice du développement d’EDF Occitanie. Avant de s’embarquer dans des labels ou statuts ambitieux (entreprise à mission, Bcorp), elle conseille de réfléchir d’abord « à ce vers quoi on doit tendre. Tout le monde n’a pas les moyens ni les ressources pour s’engager dans. une démarche d’entreprise à mission. Il est préférable de commencer par des groupes de travail, autour de la croissance responsable, de la marque employeur, débouchant sur des actions collectives ».

Tourisme social. Hugo Alvarez, pour Atout France (et, pour l’anecdote, néo-Montpelliérain), insiste sur l’importance, pour un territoire touristique et littoral comme celui du Grand Montpellier, de réfléchir à l’avenir de son tourisme de masse. « La Mission Racine, dans les années 60 et 70, a inventé le tourisme de masse. C’est une promesse très française : faire un break en famille, à travers des comités d’entreprise notamment. Comment, aujourd’hui, faire en sorte que ce tourisme social ne soit pas désagrégé ? Quelles expériences offrir aux familles ? L’attractivité touristique ne doit-elle être réservée qu’aux plus riches ? »

Transition énergétique

Accélération, vraiment ? La loi d’accélération des énergies renouvelables « n’a d’accélération que le nom, tance Stéphane Bozzarellli, président du cluster Cemater, sur LinkedIn. En pratique, les communes doivent donc définir les zones, concerter le public, délibérer et il faut qu’il y ait un débat au sein de l’EPCI, d’ici fin décembre. La suite du processus étant une concertation territoriale au cours du 1er semestre 2024, et enfin un avis du comité régional de l’énergie sous trois mois. Autant vous dire que 2024 sera largement entamée avant que l’on ne commence, peut-être, à avoir ces avis, qui a priori valideront les zones.
Et vous aurez noté que les acteurs du développement des énergies renouvelables ne sont quasiment pas associés au processus. Les éléments nécessaires à tout projet EnR seront-ils présents dans ces zones ? 
» Avant de conclure, ironique : « Clémenceau disait : ‘Pour enterrer une décision, il faut créer une commission’. Pour le paraphraser et d’expérience : ‘Pour ralentir un projet EnR, il faut créer un zonage’ ». Plus à lire, notamment sur les retards de la France en matière d’installation de nouvelles centrales solaires, en cliquant ici.

Bastide Le Confort Médical remporte l’appel d’offres d’Aéroport de Paris

L’ETI gardoise cotée en bourse Bastide Le Confort Médical, prestataire de santé à domicile employant 4.000 salariés (CA de 508 M€), remporte début novembre l’appel d’offres de Paris Aéroport, pour un marché sur cinq ans (environ 500 k€ HT par an) sur la fourniture de dispositifs médicaux (pansements, fauteuils roulants…) sur les aéroports de Roissy et Orly, apprend-on auprès de Nicolas Balmelle, directeur des relations institutionnelles et des partenariats de Bastide (DG : Vincent Bastide). Bastide l’a emporté face au tenant du marché, Securimed SAS. « Nous stockerons ces produits en Ile-de-France, à Mitry-Mory (Seine-et-Marne), et livrerons les aéroports au fur et à mesure de leurs demandes. Nos délais réduits de livraison et notre large gamme de produits référencés (près de 800 produits) ont, je pense, fait la différence. C’est la première fois que le Groupe Bastide répond à ce type de marché. On est plutôt sur des marchés d’hôpitaux, de cliniques, de maisons de retraite… C’est peut-être un nouveau secteur pour Bastide. Nous n’en mesurions pas l’importance. » Aéroport de Paris « est une marque, une belle référence », ajoute-t-il. Le marché est passé car les besoins dans les aéroports parisiens sont immenses, entre les salariés « et les milliers de passagers qui circulent chaque jour. C’est autant de risque de blessures possibles. On ne se rend pas compte, mais c’est une ville ».

Montpellier veut mettre de l’art dans l’immobilier

Le 15 novembre, le Copaqo, Comité d’Orientation et de Pilotage Artistique pour la Qualité des Œuvres est présenté à la presse dans les locaux du « Musée », bureaux dédiés aux ICC à la Cité Créative de Montpellier.

Copaqo
Numa Hambursin et Michaël Delafosse ©Agencehv

100 œuvres dans la métropole d’ici 2026. Créé il y a six mois dans le cadre de la candidature de Montpellier en tant que Capitale Européenne de la Culture (CEC) 2028, le Comité Copaqo s’est réuni pour la 5e fois le 13 novembre. Sa mission : « dispenser auprès des promoteurs immobiliers un rôle d’incitation, de conseil et d’orientation dans les choix d’œuvres artistiques », explique Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole lors de la conférence de presse. « Nous visons plus de 100 œuvres dans la métropole grâce à ce dispositif d’ici 2026 », précise Numa Hambursin, directeur du MO.CO (musée d’’art contemporain à Montpellier) et président du Copaqo.

20 projets acceptés. Chaque lot promoteur doit intégrer dans son projet une œuvre validée par le Copaqo pour être accepté. Le budget alloué à l’œuvre est d’au minimum 1 % de la valeur de la charge foncière HT, avec un plancher fixé à 10.000 € HT. Un seuil vite dépassé. En cinq comités, 20 projets sont d’ores et déjà approuvés et prêts à être lancés, et représentent un investissement de 15.000 à 100.000 €. « Au fil des comités, nous constatons une montée en gamme dans la proposition des œuvres d’art », souligne Numa Hambursin. Sculptures, fresques, installations lumineuses… « Les artistes sont connus ou moins connus, de la région ou de toute la France, jeunes ou moins jeunes », précise Numa Hambursin.

Les œuvres appartiendront aux collections publiques de la Métropole, « et ne seront pas la propriété des copropriétaires, ce qui évite les cessions aux enchères pour financer les dépenses de la copropriété », rappelle le maire.

Seuls les promoteurs immobiliers peuvent proposer des noms d’artistes, pour que cela reste une initiative privée. « Ce qui permet de varier la sélection : nous découvrons certains artistes, et évitons l’erreur manifeste d’appréciation », explique le président du Comité. 

18 membres. Le Comité se compose d’une équipe de 18 personnes représentant 12 entités. Parmi elles : Maryse Faye, adjointe au maire déléguée à l’Urbanisme durable et à la maîtrise foncière, Maud Marron, conservatrice du musée Fabre (Montpellier), Anna Dedieu, directrice Partenariats, Relations Institutionnelles et Foncier d’Altémed, l’artiste Abdelkader Benchamma, Cyril Meynadier, président d’Opalia (promotion immobilière à Castelnau-le-Lez), ou encore Clément Nouet, directeur du Musée Régional d’Art Contemporain Occitanie/Pyrénées-Méditerranée (MRAC). Le comité compte également collectionneur, architecte, universitaire et des représentants de la Métropole et de la Ville de Montpellier.

Application numérique. Le Copaqo porte un projet d’application mobile pour permettre aux habitants de géolocaliser les œuvres d’art et proposer un parcours dans la ville, et « créer un musée à ciel ouvert ». Porté par le Lab by Altémed, ce projet fait appel à des étudiants en design de Montpellier Management et l’Esma (École Supérieure des Métiers Artistiques) de Montpellier. « Elle sera développée dans l’année, pour proposer un premier parcours d’ici un an », précise Cédric Grail, directeur général d’Altemed.

2123. Embellir Montpellier et inviter les artistes sur les murs de la métropole, dans les copropriétés, les murs des résidences, etc. C’est l’ambition du maire, qui nous donne rendez-vous en 2123, « pour que le contemporain de l’époque hérite de cet acte d’embellissement ». Une ambition qui sera poursuivie avec les travaux d’embellissement de l’Écusson.

Dawn Aerospace crée une filiale à Toulouse 

Dawn Aerospace, société de transport spatial, crée une filiale à Toulouse (à lire ici). L’annonce de cette filiale a eu lieu au SpaceTech Expo de Brême en Allemagne, sur le pavillon de la Région Occitanie, en présence du vice-président de la Région délégué à l’économie, à l’emploi, à l’innovation et la réindustrialisation, Jalil Benabdillah. Basée aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, Dawn Aerospace a été fondée en 2017. 

Retour sur les Assises des TP

Transition des travaux publics en matière d’énergie, de mobilité et de protection des ressources, l’attractivité de la filière par des anthropologues… Retour sur les Assises des TP (9 novembre au Palais des Congrès de La Grande-Motte), avec les photos qui vont bien, sur LinkedIn, en cliquant ici. Vous remarquerez une photo de Jean-François Boyer et Hubert Vialatte, tout sourires, avant l’événement. La coanimation devient en effet une tendance de plus en plus prisée par les organisateurs d’événements. Elle apporte du dynamisme et du relief, car chaque animateur apporte sa touche. Fort de ce constat, Agencehv met en œuvre des coanimations (Sarah Nguyen Cao Khuong et Hubert Vialatte). Exemples récents ou à venir : Remise des prix Avenir Littoral sur le Salon du Littoral (24 octobre, Pérols), European Wine Day à Toulouse (27 octobre), French Tech Central (7 décembre, Béziers), Assises régionales du Logement (8 décembre, Labège). Plus à lire en cliquant ici.

Prix de la TPE : les lauréats dans l’Hérault, la Haute-Garonne et le Gard

Le mas des oules prix de la tpe
Christophe Conquy,
gérant du Mas des Oules (au centre) ©CCI Gard

Quelles sont les TPE lauréats du Prix de la TPE (réseau consulaire) ? Voici le rappel de la Haute-Garonne (prix remis le 5 octobre), et les lauréats pour l’Hérault et le Gard, dévoilés les 14 et 15 novembre. La finale régionale se tiendra le 13 décembre au Domaine départemental de Bayssan à Béziers (34).

Hérault
Six TPE héraultaises sont distinguées le 15 novembre à Mauguio : Spotyride (Philippe Sirech, Montpellier) pour le trophée Être, OTK Adhésif (Sylvain Rodriguez, Mauguio) pour le trophée Faire, Interlock (Bastien Giger, Lunel-Viel) pour le trophée Piloter, Les Piments du bout du monde (Gwladys Marhic, Saint-Étienne-de-Gourgas) pour le trophée S’engager, La Distillerie du Renard (Simon Tardieu, Gignac) et Vinaigrerie montpelliéraine (Nicolas Robinson, Les Matelles) pour les Coups de cœur.

Gard
Six entreprises gardoises sont récompensées, le 14 novembre au stade Kaufmann de Nîmes, lit-on dans un communiqué de presse de la CCI Gard. S2 Concept (Aubais) reçoit le prix Être, Le Calot Français (Langlade) reçoit le prix Faire, Le Mas des Oules (Saint-Victor-des-Oules) reçoit le prix Piloter et Maison Rivier (Chusclan) reçoit le prix S’engager. Les deux prix Coups de cœur reviennent à Au Dessert du Roy (Bellegarde) et Le Comptoir Junasol (Junas). 

Haute-Garonne
My Green Training Box, Axololt Beauty, Appro Mountain, Mecanicycle, Le Potager du Hérisson, Les Éditions Sésames.

Tekever s’installe à Toulouse 

Tekever, société de technologies informatiques, aérospatiales, de défense et de sécurité, basée à Lisbonne, annonce l’inauguration d’une nouvelle usine à Toulouse qui aura pour but de soutenir le développement de technologies et de produits spatiaux avancés, apprend-on dans un post LinkedIn de l’entreprise. L’équipe toulousaine sera dirigée par la directrice spatiale de Tekever, Nadia Maaref

Intelligence artificielle : le projet Eclairion avance

Porté par la holding montpelliéraine HPC (Patrice Cavalier), le projet Eclairion premier centre d’hébergement de supercalculateurs en conteneur en France (implanté à Paris Sud, dans l’Essonne), connaît une avancée significative avec la signature d’un accord de collaboration, le 14 novembre à Denver, avec CGG, leader mondial dans le domaine des technologies et du calcul haute performance. Le post de François Sabatino, président éclairant d’Eclairion, en cliquant ici. Le projet d’Eclairion avait été révélé dans Les Échos en décembre 2022 (relire en cliquant là). 

Mobilités : la Région Occitanie muscle son soutien envers les jeunes 

Train, car, vélo, covoiturage… Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie, fait état des dispositifs mis en place dans la Région et annonce élargir la gratuité d’usage pour les 12-26 ans en décembre à l’occasion d’une conférence de presse le 15 novembre. 1 million de jeunes seront concernés. 

Train en gare Occitanie
©DR

Gratuité d’usage pour les scolaires. À compter du 22 décembre, lendemain de l’application de la gratuité des transports en commun à Montpellier, « les 12-26 ans titulaires d’une carte de transport scolaire en région bénéficieront d’une gratuité d’usage sur l’ensemble des lignes de cars et de trains régionaux », annonce Carole Delga. Concrètement, cela passe par l’élargissement aux 12-16 ans du dispositif +=0, jusque-là appliqué aux 16-26 ans). « Jusqu’au 10e transport dans le mois, une réduction de 50 % est appliquée, et à partir du 10e trajet, nous passons dans la gratuité, explique-t-elle. Nous cumulons les trajets en car et en trains liO », rappelle Carole Delga. Depuis 2021, plus de 2 millions de trajets ont été réalisés en train par les jeunes avec ce dispositif.

Train à 1 euro. « Les trains à 1 euro tous les premiers week-end du mois ont très bien fonctionné. La tarification basse nous permet d’augmenter les recettes car nous créons des habitudes de trains », sourit Carole Delga. 

Objectif 100.000 voyageurs par jour. L’ensemble de ces mesures consiste à atteindre l’objectif que s’est fixée la Région, à savoir transporter 100.000 voyageurs quotidiens dans les trains liO, contre 80.000 aujourd’hui. 

Les vélos dans les trains. Concernant le transport de vélo par le train, « il faut distinguer l’usage régulier et occasionnel, tempère Carole Delga. Dans le cadre d’un usage régulier, nous ne pouvons pas concevoir des rames entières pour les vélos. Un vélo prend la même place que 2,5 passagers. Ça immobilise des wagons. » La solution apportée par la Région : l’aide financière pour l’acquisition de deux vélos, l’un permettrait de faire le trajet domicile-gare et le second gare-travail. 

Favoriser l’accès au vélo dans les lycées. La Région annonce accorder une aide pouvant aller jusqu’à 200 euros pour les élèves boursiers en classe de seconde souhaitant acheter un vélo électrique ou mécanique. Par ailleurs, la Région va expérimenter dès septembre 2024 le prêt d’une trentaine de vélos par lycée dans 6 établissements d’Occitanie. 

Surprime pour le covoiturage. « À compter du printemps 2024, nous doublons la surprime accordée au covoiturage. Cette aide consiste à fixer le prix à 2 euros. L’usager paiera au maximum 2 € et le conducteur bénéficiera a minima de 2 €. En cas de trajet court, la Région s’engage à verser 2 euros au conducteur, et en cas de trajets plus long, elle complètera le dû », détaille Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie délégué aux mobilités. 

850 millions d’euros. Le budget dédié aux transports de la Région Occitanie s’élève à 850 millions d’euros. « Les mobilités représentent 40 % des émissions de gaz à effet de serre du territoire. Agir sur les mobilités, c’est agir pour la transition écologique. Et cela passe par le renforcement des moyens pour le ferroviaire », rappelle Benjamin Assié, conseiller régional. 

4 universités occitanes retenues dans le classement de Shanghai

4 universités de la région Occitanie apparaissent dans le classement de Shanghai, qui distingue les 1.000 meilleures universités de la planète, publié ce 27 octobre. Il s’agit de l’Université de Montpellier, l’Université Toulouse Capitole, l’INSA Toulouse et Montpellier Business School. Au total, 27 universités françaises figurent dans ce classement. À noter que la Toulouse School of Economics, branche de l’Université Toulouse Capitole, se trouve à la 19ème place mondiale dans le domaine de l’économie. 

Le château de Foix en travaux

Jusqu’au 17 juin, le château de Foix ferme ses portes pour favoriser l’accessibilité et se doter d’un second ascenseur, apprend-on sur le site web des Sites Touristiques de l’Ariège. Montant des travaux : 2,6 M€ (source : Actu.fr). 

Cap Gallargues : la Serm franchit le Vidourle

L’aménagement de la zone d’activité Cap Gallargues est confié à la Serm (Altémed) par la communauté de communes Rhony-Vistre-Vidourle. L’autre candidat était le groupement GGL / Segard.

Arterris : récolte automnale supérieure de 20 % aux prévisions

blé collecte ©Arterris
©Arterris

Arterris, groupe coopératif d’agriculteurs dans le sud de la France, a publié un communiqué de presse (à retrouver ici) annonçant les résultats de sa collecte automnale, supérieure de 20 % aux attentes, principalement grâce à de bonnes conditions météorologiques. « De manière générale, la récolte d’automne a permis de rattraper une partie de la récolte d’été en raison de conditions climatiques plus favorables. Cette année, des records historiquement élevés ont pu être observés sur le rendement de certaines espèces comme le maïs et le tournesol », déclare Christian Reclus, directeur général. Seule ombre au tableau, la collecte de soja qui a été « très décevante » avec moins de 70 % des volumes de collecte attendus. Arterris représente une ferme de plus de 350.000 hectares de cultures et est organisé autour de trois pôles : agricole, agro-alimentaire et distribution grand public. Le groupe réalise un chiffre d’affaires d’1,22 Md€ sur l’exercice 2022/23 et s’appuie au quotidien sur une équipe de plus de 2.300 salariés. 

Axylis à la conquête du Sud-Ouest 

Axylis, entreprise spécialisée dans l’expertise comptable et le conseil, acquiert deux cabinets d’experts-comptables, CSA Midi-Pyrénées à Bruguières (31) et ACF Aquitaine à Villeneuve-sur-Lot (47), qui comptent à eux deux 10 salariés. Objectif : renforcer son maillage territorial dans le Sud-Ouest de la France. 4 personnes sont en cours de recrutement. « Notre déploiement dans le sud-ouest passera par la création ou le rachat d’agences locales », explique Valentin Sanchez, associé d’Axylis. L’entreprise compte 180 collaborateurs répartis sur 20 agences. D’ici 2028, elle prévoit 20 M€ de CA et l’acquisition de 5 agences.

L’Institut Régional de Sommellerie ouvre un campus à Thuir

C’est à Thuir, dans les Caves Byrrh (66) que prendra place le second campus de l’Institut Régional de Sommellerie (IRS) Sud de France, pôle de formation dédié à la filière vini-viticole, déjà basé à Banyuls-sur-mer. Structure de coopération intercommunale, l’IRS est portée par la Communauté de communes Albères, Côte Vermeille, Illiberis (campus de Banyuls), et celle des Aspres (campus de Thuir), et soutenue par le Département des Pyrénées-Orientales, la Région Occitanie, l’État et l’Europe. Présidé par Nicole Gonzalez et rénové en 2021, le Campus de Thuir dispose de 500 m2 de locaux avec une cuisine pédagogique, un bar de mixologie, un auditorium, des caves de conservation, et des laboratoires de dégustation. Sommellerie/œnologie, œnotourisme, communication, commercialisation, luxe et gastronomie… Le campus de Thuir proposera un bachelor “Wine Business Management” et des formations courtes (de quelques heures à plusieurs jours). Plus d’informations ici

Des projets se dessinent déjà pour l’IRS, avec la création du premier incubateur d’entreprises du monde du vin en Occitanie, ou encore l’ouverture des uniques classes préparatoires aux concours nationaux de sommellerie.

Les appareils reconditionnés sont de plus en plus tendance (Ifop)

Hausse de l’intérêt pour les appareils reconditionnés, cible, avantages du reconditionnés… Basé à Saint-Mathieu-de-Tréviers (Hérault), Smaaart, spécialisé dans le reconditionnement d’appareils électroniques racheté par Econocom en avril 2022 (article pour Les Échos à lire ici), revient sur le marché du reconditionné dans une étude conduite par l’Ifop dévoilée le 14 novembre.

téléphone portable ©Pixabay
©Pixabay

+6 points pour les téléphones reconditionnés. 43 % des Français sondés âgés de 18 à 65 ans déclarent avoir déjà acheté un téléphone reconditionné contre 37 % en 2022, soit une hausse de 6 points sur un an. Lors du lancement du baromètre en 2018, la proportion était de l’ordre de 20 %. 

Prix attractif, protection de l’environnement… Parmi les avantages évoqués lors de l’achat d’un téléphone reconditionnés : un prix avantageusement économique par rapport au neuf pour 39 % des acheteurs, la garantie (16 %) et la préservation de l’environnement (11 %). 

Choc générationnel. L’achat de téléphones reconditionnés est une pratique intégrée dans les habitudes de consommation dans la post-génération Z (personnes nées à partir des années 2000), avec 60 % des sondés qui ont sauté le pas, contre 27 % pour les Baby-Boomers (personnes nées entre 1946 et 1965). 

+5 points pour les ordinateurs reconditionnés. « En 2023, 18 % des sondés ont déjà acheté un ordinateur reconditionné, soit une progression de 5 points par rapport à l’an dernier », détaille Smaaart. La propension d’acheteurs est plutôt jeune (personnes nées à partir des années 2000). 

Durée d’utilisation. Concernant la durée d’utilisation, 48 % des sondés souhaitent utiliser leur ordinateur reconditionné jusqu’à 5 ans. Plus la cible est jeune, moins elle souhaite le conserver longtemps : 56 % de la post-génération Z souhaite le conserver jusqu’à 4 ans, et la durée monte à 5 ans et plus pour 62 % de la génération X (personnes nées entre 1965 et 1980) et 77% de la génération des baby-boomers. 

Des canaux d’achats différents. 58 % des téléphones reconditionnés sont achetés sur internet tandis que 40% le sont dans des points de vente physiques. Pour les ordinateurs, les chiffres s’inversent avec 54 % d’achats en points de vente contre 40 % sur internet. 

Plus de décodages

11 entreprises accompagnées par Réseau Entreprendre Occitanie Garonne 

Réseau Entreprendre Occitanie Garonne (Toulouse, 206 chefs d’entreprise adhérents, directrice : Cécile Thomas) annonce dans un communiqué (à retrouver ici) 11 entreprises lauréates de ses programmes “Start”, destiné aux primo-créateurs et repreneurs, et “Booster”, programme de croissance. Elles seront accompagnées par le réseau pour une durée de 2 ans. Parmi elles : l’entreprise de menuiserie sur la région toulousaine et le Gers, Teani, reprise par Alexandre Wattinne (15 personnes, embauche de 5 collaborateurs d’ici 3 ans) ; les Ambulances Astarac (16 salariés), reprises par David Fernandes et Flavien Castex, qui prévoient l’embauche de 4 collaborateurs supplémentaires d’ici 3 ans ; ou encore Les Arrangeurs Français (5 collaborateurs), société spécialisée dans la production de rhums et armagnacs arrangés bio, créée par Laurent Sicard et Jeoffrey Tristan.

Port-la-Nouvelle : Systra retenu pour le développement du fret ferroviaire du port

Propriétaire du port de Port-la-Nouvelle (Aude), la Région Occitanie attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour le développement du fret ferroviaire du port de Port-la-Nouvelle à Systra, groupe parisien d’ingénierie et de conseil dans les transports publics et les solutions de mobilité. L’enveloppe budgétaire est fixée à 2,5 millions d’euros. Plus d’infos en cliquant ici

Pyrénées-Orientales : 200 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires d’ici 2030

À l’occasion de la session plénière du Département des Pyrénées-Orientales, le 16 novembre, les élus ont évoqué le plan vélo 2024-2030. Parmi les pistes phares du projet, le déploiement de 200 kilomètres supplémentaires de voies cyclables sur l’ensemble du département pour une enveloppe minimale de 10 millions d’euros, indiquent nos confrères de L’Indépendant (lire l’article ici). 500 kilomètres de pistes cyclables ont déjà été réalisées. Les grandes lignes de la session plénière ici

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

La CPME Hérault alerte sur la situation des TPE/PME

Difficultés de recrutement, hausse des prix, transitions… Face aux différentes crises, la CPME Hérault tire la sonnette d’alarme sur la situation des entreprises qui se dégrade, notamment les TPE-PME, lors d’une conférence de presse le 15 novembre à Montpellier. Les Indiscrétions étaient présentes, également pour notre confrère ToulÉco (lire en cliquant ici). 

conférence de presse CPME Hérault, 15 novembre ©Amélie Cazalet (Agencehv)
Que des femmes ©Amélie Cazalet (Agencehv)

Les TPE-PME en première ligne. « Crises sanitaire, sociétale, militaire, migratoire, sécuritaire, transitions écologique et numérique, inflation… L’ensemble de ces événements impactent les entreprises, et notamment les TPE et PME qui sont les plus touchées », lance Grégory Blanvillain, président de la CPME Hérault.  

Création d’emplois sur le territoire. « Plus de 10.000 emplois vont être créés sur le territoire héraultais avec Med Vallée, les industries culturelles et créatives à Vendargues, les énergies renouvelables, le réemploi, le recyclage… De belles opportunités nous attendent », tempère Grégory Blanvillain.  

Difficultés de recrutement. « Les entreprises perdent du chiffre d’affaires à cause des problématiques de recrutement. Dans le secteur de l’aide à la personne, 300.000 à 400.000 postes sont à pourvoir au niveau national d’ici 2026 », assure Stéphanie Sanchez, déléguée départementale Hérault de la Fédération des services à la personne et de proximité. « En 2022 et début 2023, la profession de géomètres experts, qui compte 10.000 salariés à l’échelle nationale, cherchait 2.000 voire 2.500 collaborateurs », relate Olivier Roque, président de l’UNGE (Union nationale des géomètres experts) Occitanie. Côté bâtiment, la FFB Hérault tente d’attirer les jeunes dans la filière en les formant, en mettant en avant les conditions de travail, les avantages de la filière… « Les entreprises doivent continuer de former des jeunes malgré le contexte difficile. C’est un investissement pour l’avenir », déclare Gilbert Comos, président de la FFB Hérault. « Les jeunes ne veulent pas bosser le dimanche, ni les jours fériés, commencer à 6h30 c’est trop tôt, ils veulent une rémunération minimale de 2.000 €… Ce n’est pas la réalité du terrain ! », désespère Jérémy Pézières, président de la confédération des buralistes de l’Hérault. « Il faut arrêter les job dating, il faut que les personnes viennent nous voir sur le terrain, dans nos métiers », projette Stéphanie Sanchez.  

Hausse des prix. Augmentation du prix des matières premières, de l’énergie, de l’essence… « Nous devrions augmenter les prix de vente ; Or, nous n’aurons pas en face une proportion de personnes capables d’acheter », déplore Vincent Aguilera, président de la CPME Occitanie. « Nous ne pouvons plus supporter la hausse des prix, confirme Jacques Mestre, président de l’UMIH Hérault (café, hôtel, bar, restaurant, discothèque) et restaurateur à La Grande-Motte (34). Le prix de l’électricité dans mon restaurant est passé de 1.000 à 4.000 euros par mois, soit une augmentation annuelle de 36.000 euros. »  

Congés payés pour les arrêts maladie. Autre point noir soulevé par l’ensemble des acteurs : payer les 2,5 jours de congés par mois aux salariés en arrêt maladie. « Cela revient à dire qu’il faut payer des congés qui ne seront pas pris, et en plus, embaucher quelqu’un d’autre pour le remplacer », explique Vincent Aguilera.  

Bâtiment : destruction de 3.000 emplois. La filière du bâtiment compte 1,3 million d’emploi au niveau national, et 26.000 dans l’Hérault. « Nous tendons vers une destruction massive des emplois : entre 150 et 180.000 destructions d’emploi au niveau national et 3.000 dans le département, du fait de toutes les crises que nous traversons », alerte Gilbert Comos. Autre difficulté décelée par le président de la FFB Hérault : la concurrence étrangère. « On nous oppose à des entreprises provenant d’autres régions, étant plus performantes que des entreprises locales en raison notamment d’une masse salariale plus importante. Pourtant, il faudrait faire appel à des entreprises locales. Ce sont les employés qui consomment ici, qui se logent, etc. »  

Construire plutôt que rénover. « Avec la hausse de près de 20 % du prix des matériaux, il est devenu moins onéreux de construire du neuf que de rénover des habitats existants », observe Olivier Roque.  

850.000 logements manquants. Avec les contraintes environnementales et la politique de zéro artificialisation nette à horizon 2050, le nombre de logements manquants serait estimé à 850.000, d’après Patrick Ceccotti, président d’ABCD (Académie du bâtiment et de la Cité de Demain). Dans le même temps, les permis de construire sont en baisse : « 31.700 permis de construire ont été accordés en 2023 contre 49.100 l’an passé, soit une baisse de 35 % en un an », ajoute Patrick Ceccotti. Or, « le droit à se loger est essentiel ! », s’exclame Gilbert Comos.  

Diversification des buralistes. « Depuis 2023, les buralistes font face à l’augmentation de la fiscalité sur le tabac. Donc, les consommateurs vont en Espagne car c’est moins cher », regrette Jérémy Pézières. Pour contrebalancer, les buralistes proposent désormais de nouveaux services : « des agences de La Poste ferment régulièrement donc nous récupérons les services postaux du lundi au dimanche, certains buralistes récupèrent des services publics tels que le paiement du stationnement, l’inscription à la crèche pour les enfants… », énumère Jérémy Pézières.

Transformation de la filière automobile. Fermetures des stations-services en milieu rural, des stations de lavage, installation de bornes électriques… La filière automobile connait des chamboulements. « Il y a quelque temps, on nous disait qu’on ne pourrait peut-être plus se chauffer, mais en même temps on nous demande de vendre plus de voitures électriques … », sourit Michel Anduze, responsable territorial Occitanie de Mobilians, collectif qui fédère les entrepreneurs de la mobilité. Par ailleurs, la hausse du prix du carburant pousse les auto-écoles à revoir leur modèle. « Les auto-écoles réfléchissent à investir dans des simulateurs pour réduire le temps de conduite avec une voiture réelle, appuie Michel Anduze. Il faudrait qu’elles en aient 5 ou 6, sachant qu’il faut compter en 70 et 100.000 euros par simulateur ! »

Les secteurs du digital et des ENR ont le vent en poupe. A contrario, deux filières semblent tirer leur épingle du jeu, à savoir le digital et les ENR (énergies renouvelables). « En période de crise, les budgets se tendent, mais les entreprises ont quand même besoin d’optimisation, indique Gaël Philippe, administrateur du cluster Digital 113. Côté ENR, « avec le prix de l’énergie, nous avons une ENR compétitive. En faisant de la vente directe d’énergie, nous permettons aux industriels de diminuer leur facture énergétique », déclare Stéphane Bozzarelli, président du cluster de la transition énergétique en région Occitanie Cemater. Cependant, les problèmes de recrutement se font également ressentir. « Nous devons aller chercher des profils dans d’autres filières, comme l’automobile, et ensuite nous les formons », admet Stéphane Bozzarelli. « Le problème, c’est que nous ne formons pas sur des métiers. On ne peut pas être un spécialiste en informatique. Il faut connaître le métier ! », conclut Gaël Philippe. 

3 questions à

Marion Robert, Seipi et Ets Baugey

«Lors d’une reprise d’entreprise, il faut faire confiance aux collaborateurs en place » 

Ingénieur de formation (Arts et Métiers et ESTP), diplômée de l’IAE d’Aix-en-Provence (gestion d’entreprise), Marion Robert a été directrice générale du Groupe Robert (génie civil, 180 salariés), dans le Gard, entre 2006 et 2018. Jusqu’à sa reprise par Eurovia. Depuis, elle enchaîne les reprises d’entreprises, de taille plus modeste. De quoi déployer ses valeurs et son savoir-faire. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Après la cession du Groupe Robert à Eurovia, qu’as-tu fait ?
J’ai fait une césure d’un an et demi pour m’occuper de mon fils, qui était alors âgé d’un an. J’ai ensuite cherché du travail, mais mon profil est compliqué pour les recruteurs. J’ai dirigé un groupe de 180 personnes. Donc, je ne pouvais intéresser qu’un grand groupe. Sinon, je risquais de gêner le chef d’entreprise, de par mon passif (rires). J’ai choisi de repartir dans l’entrepreneuriat, via la reprise, en étant accompagnée par le programme Transmibat de la FFB 30.  

Quelles cibles as-tu identifié, et racheté ?  
Tout d’abord, Seipi (électricité industrielle pour Lafarge, Isover, Poppies, Ferroglobe, PCAS à Aramon, Armée, Eiffage Energie Aquitaine…), dans le Gard rhodanien, reprise en juillet 2020. Les associés avaient une offre d’un grand groupe, mais ont préféré mon profil, car ils souhaitaient rester dans un fonctionnement de PME, fait de réactivité et de liberté de choix. N’étant pas une grande fan des tableaux Excel, j’ai mis en place un ERP et un process de travail pour que tout le monde soit en place, et sache comment se passent les choses. Seipi est certifiée Mase (Sécurité et Environnement), ce qui montre à nos clients industriels que nous avons une culture dans ces secteurs stratégiques. Nous sommes passés, en trois ans, de 9 à 25 collaborateurs, et de 1,3 M€ à 3,2 M€ de chiffre d’affaires.  
J’ai, depuis, racheté deux autres entreprises, spécialisées dans la plomberie-chauffagerie et dans l’installation de pompes à chaleur et de climatisations. Cette entité, Ets Baugey, basée à Nîmes, emploie 15 salariés pour un CA d’1,4 M€.  

Quelles sont les valeurs que tu inculques lors d’une reprise, pour que la greffe prenne ?  
Il est primordial, lors d’une reprise, de faire confiance aux collaborateurs en place. Ils connaissent l’entreprise. Je suis donc à leur écoute, pour améliorer leurs conditions de travail. Ces remontées d’informations sont soumises à une condition : quand ils ont un problème, je veux entendre une solution, pas seulement le problème ! Par exemple, nous avons, à Seipi, fabriqué des châssis pour rehausser les armoires, qui étaient auparavant posées sur le sol, ce qui générait des postures de travail non ergonomiques.  
J’introduis des changements progressivement, petit à petit. Il ne faut pas tout chambouler d’un seul coup, sinon, le groupe n’adhèrera pas. Je mets aussi en place des outils de partage de la valeur : PEI (Plan d’Épargne Interentreprises), primes Macron, Mutuelle Famille prise en charge à 70 % par l’entreprise…  

> Marion Robert fait partie des quatre entrepreneurs (aux côtés de Philippe Aparicio, chef de projet Implantation et Tourisme à Alès Myriapolis) intervenants de la table ronde organisée par Ad’Occ, ce 23 novembre au Hup d’Alès Myriapolis, dans le cadre du mois de la création et de la reprise d’entreprises. Plus à lire en cliquant ici. Agencehv (Hubert Vialatte) aura le plaisir d’animer les débats, ainsi qu’à Carcassonne le 30 novembre (plus d’infos en cliquant là).  

La HV Touch

Conseil RP

La CCIJP (Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels) revient sur le poids du droit de la presse face au secret défense, à la suite de la mise en garde à vue de la journaliste d’investigation Ariane Lavrilleux (Disclose) les 19 et 20 septembre (plus à lire ici). L’avocat pénaliste William Bourdon nous rappelle qu’« en France, la protection des sources est un droit bien défini, incluant les sources directes et indirectes, inscrit dans l’article 2 de la loi de 1881 ». Droit bel et bien applicable face au secret-défense. Plus à lire ici. 

La phrase

«  Je fais parfois la plonge avec mon chef cuisinier. Il a 55 ans et me dit qu’il n’a jamais vu ça. Moi, j’estime qu’en tant que patronne, je dois être exemplaire, et mettre la main à la pâte. »

Sandy Gonthier, repreneuse de trois affaires à Alès, la boutique Icode (vêtements de marque), le restaurant Micca Nome (restaurant corse) et le Bistrot Cévenol dans le centre commercial Cora.  
Sandy Gonthier fait partie des quatre entrepreneurs (aux côtés de Philippe Aparicio, chef de projet Implantation et Tourisme à Alès Myriapolis) intervenants de la table ronde organisée par Ad’Occ, ce 23 novembre au Hup d’Alès Myriapolis, dans le cadre du mois de la création et de la reprise d’entreprises. Plus à lire en cliquant ici

On s’en fout

« Tête-cœur-corps » : le 17 novembre, lors des Assises de l’Économie de Montpellier Méditerranée Métropole, la formatrice en transition écologique Corinne Dos Santos a insisté sur la puissance de cette méthode. « La prise en compte des crises écologiques et climatiques doit passer par le cœur, pas uniquement par la tête. Il nous faut ressentir les crises, réfléchir à leur impact pour nos enfants et nos petits-enfants. Cette mise en émotion nous donnera alors envie de se mettre en mouvement », explique-t-elle.  

Tête-cœur-corps n’est pas sans queue ni tête. On le sait depuis le mythique « Ma Tête, mon cœur » (2006) de Grand Corps Malade, moins policé que la tournure de Corinne Dos Santos. Mais l’esprit est le même. D’ailleurs, amusez-vous à parler en « Tête », puis « Cœur », puis « Corps » (ou c…, selon notre ami slameur). C’est drôle, très instructif et permet de travailler son sens de l’autodérision, qui fait si cruellement défaut dans les attitudes individuelles et le débat public actuel.  

Exemple avec Agencehv. Avec la tête, je vais vous dire de façon formatée : « Nous sommes une agence basée à Montpellier en Occitanie, spécialisée dans l’animation d’événements économiques et la rédaction de contenus. Nous publions aussi chaque lundi une newsletter, Les Indiscrétions, à destination de 5.000 décideurs et entrepreneurs, et organisons chaque année, en juin, un événement réseaux rassemblant notre écosystème. » 
Avec le cœur, on sera plutôt sur : « Depuis quatre ans, nous avons déplacé des montagnes. On est fiers du chemin parcouru. Il n’y a pas que les affaires. On a créé une équipe soudée et saine, avec des valeurs de vraie gentillesse et une exigence partagée. Même les stagiaires ont ressenti ces bonnes ondes ! D’ailleurs, tous ceux qui l’ont pu ont prolongé leur stage de quelques semaines ou mois supplémentaires. »  
Avec le corps, j’oserais écrire : « On veut tout déchirer et continuer à faire bouger les lignes. Tout en restant sobres, rigoureux et efficaces, on ne se fixe pas de limite. Et on fait un bisou à ceux qui prétendent que l’on aurait ‘la grosse tête’. » Et encore, pour ce ‘corps’, j’en garde sous le coude. Ou autre partie du corps humain masculin.

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Locaway s’implante à Saint-Jean-de-Védas

Site Locaway
©Locaway

Le loueur indépendant de véhicules utilitaires et de tourisme Locaway (Balma – 31, 28 salariés, CA de près de 10 M€) implante une agence à Saint-Jean-de-Védas (34), dans la ZI de la Lauze. Une installation temporaire sera lancée mi-décembre. En attendant le bâtiment définitif, conçu et réalisé par le contractant général Batih (Marc Hisbergue). Implanté sur une parcelle de 1.700 m2, et déployé sur 500 m2 de bâti, cette agence d’environ 5 salariés, comprenant un atelier, sera couverte d’ombrières sur les parkings et de panneaux solaires sur le toit, « pour garantir une autonomie énergétique, et recharger les véhicules électriques », indique Raphaël Naa, président. Cette offre énergétique, Gamma by Batih, sera présentée par le contractant lors du Simi Paris (12-14 décembre). « Nous voulons montrer que nous avons une vision globale et responsable de nos bâtiments d’activité, en matière énergétique, mais aussi en en faisant des lieux de travail et d’échanges » explique Marc Hisbergue. La directrice de l’agence Locaway de Montpellier sera Sophie Iglésias. La livraison du bâtiment est prévue « dans un an », indique Raphaël Naa. Disposant d’un parc de plus de 1.000 véhicules, Locaway compte pour clients des professionnels (BTP, services…), des collectivités (Bordeaux Métropole et Toulouse Métropole, notamment), ou encore des structures associatives (location de minibus pour des clubs de sport, par exemple). « Nous avons eu du mal à trouver un foncier dans l’agglomération de Montpellier, indique le dirigeant. On s’implante sur le foncier que l’on a trouvé, une dent creuse dans cette ZI, bien située par rapport à nos clients. » La transition vers des véhicules propres s’opère graduellement. « Nous en avons 10 % actuellement, puis 20 % l’an prochain. La demande d’utilitaires 100 % électrique commence à se manifester. Les clients prennent le virage, même si les véhicules électriques ne sont pas adaptés à tous les usages. »

Habitat senior : projet d’habitat groupé d’Égrégore en Ariège

Roland Bugat, cofondateur de l’association avec sa compagne Marie Clérivet ©DR 

L’association Égrégore s’implante en Ariège pour établir son projet d’habitat groupé de 8 appartements privatifs (du studio au T3), lit-on dans un communiqué de presse. Un domaine de 11 hectares situé à Bénac, proche de Foix, est en cours d’acquisition sous la forme d’une SCI, dont les habitants seront les adhérents. Prix d’un appartement : de 190.000 à 400.000 €. La « Maison de Bénac », demeure du XVIIe siècle, va être rénovée.
Le rez-de-chaussée sera aménagé en parties communes adaptées pour tous (bibliothèque, salle de projection, salle d’activités physiques adaptées, aménagements extérieurs avec parcours de santé…). Un logement de fonction pour le gardien-régisseur, ainsi qu’un appartement pour les familles et ami(e)s sont prévus dans le bâtiment annexe.
Pour les futurs habitants, des services seront apportés : alimentation avec des produits frais et naturels, mutualisation des achats ; Lien social et intergénérationnel (emplois adaptés de proximité pour le jardinage) et cuturel (artistes en résidence, expositions, concerts, expression théâtrale…), émulation cognitive ; Activités physiques adaptées. Le domaine est prévu pour accueillir entre 12 et 14 personnes. Quatre appartements sont encore disponibles.

« Le nombre de ‘boomers’ augmentera jusqu’en 2030. Un tiers des Français aura alors plus de 60 ans en 2030 et les plus de 85 ans représenteront, à cette échéance, plus de 5 millions de personnes », développe Roland Bugat, cancérologue, professeur émérite de médecine et cofondateur de l’association aux côtés de sa compagne Marie Clérivet, créatrice et directrice honoraire d’un service polyvalent d’aide et de soins à domicile.

Zac Bofill à Montpellier : réunion publique ce 21 novembre

quartier Antigone Montpellier
Quartier Antigone, Montpellier ©TVK

Il n’y a pas que le tram et les bus gratuits à Montpellier, en cette fin d’année. Dans le cadre de la concertation en vue du dossier de création de la Zac Bofill (du nom de l’architecte catalan Ricardo Bofill, père du quartier Antigone) à Montpellier, une réunion publique est organisée ce 21 novembre à 18h30.

Le projet d’étude porte sur 34 ha, de la place de la Comédie jusqu’au Lez, « englobant en particulier le site de l’ancien Hôtel de Ville, le centre commercial du Polygone, la cité administrative, les faubourgs de la Cité Benoît et le secteur Du Guesclin », indiquent la Ville et la Métropole de Montpellier dans l’avis de concertation. Car, « malgré sa position en cœur de ville, ce quartier ne présente pas toutes les aménités d’un centre-ville ». En clair, l’urbanisme de dalles des années 70, quelque peu inhospitalier et passé de mode, c’est à revoir. La collectivité souhaite « engager une opération de reconquête des espaces délaissés, accueillir un lieu d’intensité urbaine remarquable, lancer une opération d’aménagement, valoriser les espaces de pleine terre et recréer une amarture végétale comme support de projet ».
Le projet de dossier de création de la Zac sera mis à disposition du public du 8 au 20 janvier.

Pyramides d’Argent : 8 projets distingués par la FPI Toulouse Occitanie 

home spirit ©Taillandier Architectes Associés
©Taillandier Architectes Associés

Le 14 novembre, 8 projets situés en Occitanie Ouest ont été récompensés par la FPI Toulouse Occitanie à l’occasion de la remise des Pyramides d’Argent 2023 (infos ici). Les lauréats : 
– Grand Prix Régional : Le programme Home Spirit (Toulouse), porté par Green City immobilier et Sporting Promotion. Architecte : Taillandier Architectes Associés. 
– Prix de l’innovation industrielle : Le programme Pachamama, porté par Eclisse Promotion et Procivis (Cornebarrieu). Architecte : Boris Bouchet architectes & urbanistes. 
– Prix de l’immobilier d’entreprise : Le programme Zephyr (Toulouse), porté par Carrere Holding. Architecte : Enzo & Rosso. 
– Prix de l’impact sociétal : Le programme Melty Home (Toulouse), porté en co-promotion par Greencity Immobilier et Sporting Promotion. Architecte : Taillandier Architectes Associés. 
– Prix de la conduite responsable des opérations : Le programme Vert chez Soi (Toulouse), porté par Pierre Passion. Architecte : GGR Architectes. 
– Prix du bâtiment bas carbone : Le programme Ré-création Boisée (Tolosane), porté par Saint-Agne Immobilier. Architecte : Agence COT – Architecte paysagiste. 
– Prix de la rénovation-extension-réhabilitation : Le programme Ardena (Toulouse), porté par Demathieu Bard Immobilier. Architecte : Séquences. 
– Prix stratégie des solutions pour l’économie circulaire : Le programme Horizon (Toulouse), porté par Urbis Réalisations. Architecte : EEC Travaux. 

En bref

Seipi bâtit un nouveau siège social

Seipi, PME spécialisée dans l’électricité industrielle, va bâtir un nouveau siège social à L’Ardoise (Gard rhodanien, 25 salariés, CA : 3,2 M€, dirigeante : Marion Robert), à proximité de son siège social actuel. Architecte : Laurent Bonnefoy (Arc-et-Types). Début des travaux en janvier, pour une livraison fin 2024. Surface bâtie : 1.200 m2. Investissement : 1,8 M€. Trois plateaux sont prévus : atelier et stockage, bureaux et lieu de vie, réserve. « Les salariés attendent ce nouvel outil de travail », confie Marion Robert aux Indiscrétions.

Batih lance deux nouveaux projets à Bernis et Lunel

Perspective du projet de Bernis
Perspective du projet de Bernis (30) ©Batih

Le contractant général Batih dépose un permis de construire pour un bâtiment d’activité de 3.200 m2 à Bernis, à l’entrée de Nîmes. 18 lots sont prévus, de 120 m2 à 600 m2. Début des travaux en juin prochain, pour une livraison un an après.
À Lunel, le permis de construire est obtenu pour la construction du Pescador (référence aux Pescalunes -« pêcheurs de lune », en occitan -, surnom donné aux habitants de Lunel). Sur 2.700 m2, 14 locaux d’activité sont prévus, de 80 m2 à 285 m2, pour une livraison en 2025. « Nous avons travaillé avec la communauté de communes du Pays de Lunel dès le dépôt du permis de construire, pour définir les besoins en surfaces des utilisateurs, explique Marc Hisbergue, gérant de Batih. C’est la raison pour laquelle nous proposons des surfaces très petites : elles coûtent plus cher à produire, mais nous savons qu’elles correspondent à une demande locale. D’où l’importance d’échanger avec les services de développement économique… C’est indispensable pour comprendre les besoins de nos clients ! » Architecte pour les deux projets : Exo7 (Denis Fernandez), Montpellier. 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Aménagement 🏗️

BTP 👷‍♀

Occitanie Est

La communauté d’agglomération Béziers Méditerranée lance un avis pour les travaux de déplombage relatifs à l’opération de “Rénovation et extension du théâtre des Variétés à Béziers”.

La commune de Perpignan lance un avis pour l’accord-cadre à bons de commande de travaux relatifs à la réhabilitation de cellules commerciales vacantes rue des Augustins.

La communauté de communes Sud Roussillon lance un avis pour l’aménagement d’un tiers-lieu dans les anciennes caves Ecoiffier à Alenya.

La commune de Saint-Gilles lance un avis pour les travaux de rénovation technique et énergétique de la piscine municipale.

La TAM lance un avis pour les travaux : énergie / bâtiment / ligne aérienne de contact / signalisation lumineuse tricolore / éclairage public / courants faibles concernant l’extension de la ligne 1.

La mairie de Rivesaltes lance un avis pour la mise en œuvre d’une centrale photovoltaïque en toiture sur 7 bâtiments communaux dans la cadre d’une opération d’autoconsommation.

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour l’aménagement des espaces extérieurs de la criée du Grau d’Agde.

La communauté d’agglomération Béziers Méditerranée lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour le confortement des digues de la Peyne à Pézenas.

Dalkia Méditerranée lance un avis pour la création du réseau de thalassothermie de La Grande-Motte.

La communauté d’agglomération du Gard Rhodanien lance un avis pour la mission d’ingénierie pour la rédaction d’un programme d’équipement(s) aquatique(s) et assistance à maîtrise d’ouvrage.

La commune de La Grande-Motte lance un avis pour la rénovation et l’extension de ses postes de secours.

Occitanie Ouest

La communauté de communes de la Haute Ariège lance un avis pour la programmation architecturale et études environnementales pour la construction d’un centre thermoludique sur la commune de Carcanières.

La communauté de communes de la Lomagne Gersoise lance un avis pour la réhabilitation d’un ancien commerce en office de tourisme à Fleurance.

La commune d’Albi lance un avis pour les travaux en vue de réaliser des opérations d’aménagements de réseaux de communications électroniques, d’éclairage public, et d’installations électriques diverses pour les besoins propres.

Le centre hospitalier de Bigorre lance un avis pour la réhabilitation de son plateau technique.

Le SDIS 12 lance un avis pour les travaux photovoltaïques dans le cadre de la construction du CIS de Saint-Rome-de-Tarn.

La mairie de Balma lance un avis pour les travaux d’installation de brasseurs d’air pour 4 groupes scolaires.

Eau / Assainissement 💧

Occitanie Ouest

Le syndicat mixte d’adduction en eau potable de Montbazens-Rignac lance un avis pour le renouvellement du réseau d’eau potable défectueux de la côte d’Olemps.

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux de renouvellement d’un réseau d’eau potable.

Réseaux numériques 💻

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La commune de Toulouse attribue le marché concernant l’extension et la réhabilitation du groupe scolaire Courrège à Seuil Architecture. Montant de la prime : 112 000 euros.

La Région Occitanie attribue le marché concernant la maîtrise d’œuvre pour le développement du fret ferroviaire du port de Port-La-Nouvelle à Systra. Valeur totale du marché : 2 579 566 euros.

Cerema attribue le marché concernant la réfection du réseau d’eaux pluviales du bâtiment transport sur son site de Toulouse de la direction territoriale Occitanie à AGRI-TRANS-TP. Valeur totale du marché : 36 249 euros.

Rodez Agglomération attribue le marché concernant les contrôles et diagnostics de réseaux d’assainissement à Citec, Eurl Resology et à Aveyron Diagnostic Réseaux. Valeur totale du marché : 720 000 euros.

Le Conseil départemental de l’Ariège attribue le marché concernant les travaux de menuiseries extérieures et serrurerie sur les bâtiments départementaux à Pays d’Olmes Menuiserie. Valeur totale du marché : 110 614 euros.

La SPL Aéroportuaire Régionale attribue le marché concernant le renouvellement de la GTC de l’aéroport Tarbes Lourdes Pyrénées et amélioration énergétique des équipements de CVC associés à INEO Aquitaine et à Idex Energies. Valeur totale du marché : 329 139 euros.

Le Département des Hautes-Pyrénées attribue le marché concernant la maintenance et l’acquisition de matériel multimédia, audiovisuel et automation à Triaxe. Valeur totale du marché : 50 000 euros.

L’agenda

Du 10 au 24 novembre :

Quinzaine du Japon en Occitanie, organisée par l’association Yujo. Plus d’informations ici.

Mardi 21 novembre :

RDV de la Banque de France en Occitanie, webinaire sur le thème « Les banques en ligne ». Inscription ici.

Soirée des lauréats de Capitole Angels, organisé à La Cité (Toulouse). Plus d’infos et inscription ici.

Rencontre Génération Industrie, organisée par la CCI Hérault à Montpellier Business School. Plus d’infos ici.

« Transformation durable : Synchriniser RSE et supply chain au service de la planète », organisé par l’IOT Valley et TNP Consultants. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 21 en présentiel et mercredi 22 novembre en digital : 

6e édition du Transfo Digitale Day (rencontres de la transformation digitale au service des dirigeants) organisée à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain, par Ad’Occ, Digital 113 et la Région Occitanie.  

Mercredi 22 novembre :

2ème édition des Mozart de la Réussite, organisée par le Cercle Mozart, la CCI Hérault et Ecomnews au Corum de Montpellier. Plus d’infos ici. Inscription à cerclemozart@orange.fr.

Plus d'événements ici

Mercredi 22 et jeudi 23 novembre : 

1ère édition du salon ENVIROpro Sud-Ouest, consacré à la transition environnementale et énergétique, organisée au MEET de Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 23 novembre :

Rencontre Recherche & Industrie pour inover, focus élolien flottant en mer, organisé par le Pôle Mer Méditerranée au Centre du littoral et de la mer à la Station Ifremer de Sète.

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, aux Forges de Pyrène (Ariège). Plus d’infos ici.

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, dans les locaux du HUP à Alès (Gard). Plus d’infos ici.

Mieux comprendre la précarité énergétique dans le logement et ses enjeux en Occitanie, organisé par Enercoop Languedoc-Roussillon et Énergie Solidiaire Occitanie à La Palanquée, à Sète. Plus d’infos ici et inscription là.

Jeudi 23 et vendredi 24 novembre :  

Biotherapies Days, organisées par Ad’Occ, Eurobiomed, l’Inserm et la Région Occitanie, à la Cité de Toulouse. Plus d’informations et inscription ici. 

Vendredi 24 novembre :

Matinée d’échanges sur les évolutions du dispositif VAE, organisée par Crealead, l’Université de Montpellier, l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et Emploi LR à Montpellier Management. Plus d’infos et inscription ici.

RDV Éco « L’innovation territoriale au service des entreprises », organisé par Nîmes Métropole à l’Hémicycle de l’hôtel communautaire. Inscription ici.

Lundi 27 novembre : 

Rencontres Business Angels organisées au BIC Innov’Up à Nîmes. Plus d’infos ici.

Mardi 28 novembre :

Google Ateliers Numériques organisés par la CCI Occitanie à Montauban. Plus d’infos ici.

Les 10 ans des Rencontres internationales de l’innovation sociale sont organisés sur le thème « Entreprendre pour une transition juste » à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

« Rencontre Sourcing Achats : découvrez les marchés de l’Aéroport de Montpellier pour 2024 », organisé par la CCI Hérault à l’aéroport de Montpellier. Plus d’infos ici.

Les rencontres de l’emploi, organisées par l’Agglomération du Pays de l’Or à Mauguio. Plus d’infos ici.

Conférence / table ronde « Stratégies de financement pour les startups en 2023 : l’équilibre entre levée de fonds et dette », organisée par la Banque de France et la French Tech Toulouse à la Banque de France à Toulouse (4 rue Deville). Plus d’infos et inscription ici.

« Rencontres RSE en faveur des quartiers prioritaires », coorganisées par la Ville de Montpellier et Montpellier Méditerranée Métropole à Montpellier (345 avenue de Heidelberg). Plus d’infos et inscription ici.

Du 28 au 30 novembre : 

SITEVI (Salon international des équipements et savoir-faire pour les productions vigne-vin, olive, fruits-legumes) organisé au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 29 novembre :

Réunion d’information « Coworking, corpoworking : un enjeu d’attractivité et une nouvelle composante de la marque employeur ! », organisée par le Medef Hérault Montpellier à Bureaux&Co Bellegarde, à Castelnau-le-Lez (1 chemin de Borie). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 30 novembre : 

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d’infos ici.

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Carcassonne (Aude). Plus d’infos ici.

« Littoral en débat(s) : l’Occitanie face au changement climatique », organisé par l’Université Paul Valéry à Montpellier (Saint Charles-salle des colloques 1). Inscription ici.

Rencontre « Foncier économique, vers un réinvestissement des zones d’activités existantes », organisé par l’AUAT à Toulouse. Plus d’infos et inscription ici.

« Futur du travail : les ESAT nous inspirent ! » en présence de la philosophe Gabrielle Halpern, en partenariat avec ANDICAT, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Soirée « Solaire photovoltaïque » organisée par le Pays de l’Or Agglomération à la Salle Prévert à Mauguio (34). Plus d’infos ici.

DÉCEMBRE

Vendredi 1er décembre : 

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Cahors (Lot). Plus d’infos ici.

Rencontres Business Angels organisées au Bic Plein Sud Entreprises à Rivesaltes. Plus d’infos ici.

Lundi 4 décembre : 

Rencontres Business Angels organisées à la Halle de l’Innovation, dans les locaux du Bic de Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 4 au 8 décembre :

GE Week 2023, organisée par le CRGE Occitanie. Plus d’infos ici.

Mardi 5 décembre :

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d’infos ici.

« Longue Vue « Peur, confiance & moi : et l’IA dans tout ca ? » en présence de Laura André Boyet, préparatrice de Thomas Pesquet, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Décarbonation de l’industrie, focus sur les IAA », organisé par l’Ademe, la DREETS Occitanie et la DRAAF Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

3e édition de la Journée de l’événement responsable, organisée par Repère Méditerranée au siège de Midi Libre (rue du Mas de Grille). Plus d’infos ici.

Présentation des opportunités de la sous-traitance industrielle de l’éolien offshore flottant en Méditerranée organisée par la CCI Aude à Narbonne. Plus d’infos et inscription ici.

5 et 6 décembre :

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 6 décembre :

La Place Créative, organisée par la CCI Hérault au parc des expos de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 7 décembre : 

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Clubà Inter Oc – Vins Pays d’Oc IPG, à Lattes avec : Roselyne Bachelot, ancienne ministre. Plus d’infos ici.

MasterClass Cinéma « Réaliser un film en Occitanie, l’envers du décor », en présence de la réalisatrice et scénariste Agnès de Sacy, en partenariat avec Occitanie Films et la Cité européenne des Scénaristes, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Lab Santé « Comment soutenir les secteurs en souffrance ? », organisé par Midi Events (Midi Libre) au siège social de Midi Libre. Plus d’infos ici.

Webinaire « Présentation du nouveau programme Bosst Energie : décarboner et moins consommer pour produire mieux », organisé par l’UIMM Occitanie. Plus d’infos ici.

Vendredi 8 décembre :

Assises régionales du logement en Occitanie organisées par la préfecture d’Occitanie au Centre des congrès Diagora à Labège (31).

Mardi 12 décembre : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Narbonne avec un invité d’honneur : Stéphane Lubrano, directeur de la mission Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan. Inscription obligatoire ici.

Mercredi 13 décembre :

Les universités de l’économie de demain 2023 « Faire de l’impact sa nouvelle boussole », organisée au Corum de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 13 et jeudi 14 décembre :

Energaïa, forum des énergies renouvelables, au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre : 

Aqua Business Days organisé par Aqua Valley à Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 15 décembre : 

Rencontres Business Angels organisées à Innovosud à Béziers. Plus d’infos ici.

2024

JANVIER

Jeudi 11 janvier :

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Club au Domaine de Verchant avec : Fabienne Sicot, sur le toit du monde avec 2 handicaps. Plus d’infos ici.

Mardi 16 janvier : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Béziers avec un invité d’honneur : Mathilde Boulachin, domaine Chavin. Inscription obligatoire ici.

MARS

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Impression numérique grand format : Leader Print Group lève 2,8 M€.
  • À Canet-en-Roussillon, l’ascension des catamarans écologiques et innovants Windelo.
  • Agtech : le groupe coopératif Innoval acquiert ITK 

Pour BoisMAG : Enquête nationale sur le négoce bois, pour BoisMAG. Parution courant novembre.

Pour ToulÉco :

  • 10 femmes d’Occitanie Est qui vont faire 2024, dans le cadre d’un dossier régional « Les 24 femmes qui vont faire 2024 ».
  • 3 articles « Fabriqués en France » : Le Maillot Français, Danielle Engel et Electric Motion.
  • Contribution au Guide du Financeur, avec quatre pages consacrées aux pépinières et incubateurs d’entreprises d’Occitanie Est.  

Présence au colloque des 20 ans du Chede (cycle des hautes études pour le développement économique), « Les défis industriels et environnementaux », le vendredi 24 novembre 2023 après-midi à Paris, sous le haut patronage de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique.
Centre de conférences Pierre Mendès France, 139, rue de Bercy, Paris 12e

RÉDACTION DE CONTENUS

Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

Magazine « L’œil » d’Arthur Loyd Occitanie Méditerranée

Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

ANIMATIONS

Lancement de l'agence de développement économique Pulse (Béziers Méditerranée), le 21 novembre pour Viaterra, à Béziers.

Dans le cadre du mois de la création/reprise d’entreprises avec Ad’Occ, deux animations de tables rondes :
. 23 novembre à Alès / LE HUP (9h15-10h15).
. 30 novembre à Carcassonne, Centre de congrès le Dôme (10h30 - 11h30).

French Tech Central (French Tech Méditerranée), le 7 décembre à Béziers, avec 4 tables rondes programmées : Développement à l’international ; Financement et innovation : les bonnes pratiques ; Innovation au service de l’environnement ; Innovation dans un grand groupe. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte.  

Assises régionales du Logement, organisées par la préfecture de région Occitanie, le 8 décembre à Labège. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte. 
 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Dissolution sans dix solutions

Dissolution sans dix solutions. Les Indiscrétions est et restera avant tout économique, mais il est difficile de faire l’impasse sur le scrutin inédit des européennes 2024, ce 9 juin. Ce qu’il faut en retenir en Occitanie, où le RN arrive en ...

Forme pas olympique

Alors que les JO Paris 2024 accourent, les PME affichent une forme pas olympique. « Il y a une contradiction : en 2020, tout le monde parlait d’une éventuelle crise économique, qui n’est pas venue, du fait des aides Covid puis de la reprise en ...

Les confidences de coach Canayer

« La haute performance, c’est la maîtrise des émotions bien plus que la technique. Et pour maîtriser les émotions, il faut se retrouver dans des situations d’inconfort, et non pas de bien-être », lance Patrice Canayer, entraîneur et manager ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des