IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Drôles d’histoires

Semaine du 4 décembre 2023

sur le gril cette semaine

La Camargue droit dans ses bottes, Chavin s’implante dans la ZAE du Mercorent à Béziers, la foncière commerciale ODIL finalise sa première acquisition à Nîmes, étrange investisseur à Auch, les promoteurs immobiliers en alerte, Holivia veut limiter le turn-over dans les entreprises, les détails du plan d’intervention 2024-2028 de l’EPF Occitanie (en « Décodage ») ; Les Assises régionales du Logement se penchent sur les solutions face à la crise (« Zoom »), la plateforme de financement participatif Enerfip lance en 2024 un fonds d’investissement et explique pourquoi elle s’installe en hypercentre de Montpellier (« Trois questions à »), le groupe immobilier Hectare glane l’or à deux reprises et Appart’City cible l’Île-de-France (« Ça pousse »)…
Bonnes lecture et semaine !

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Jean-Luc Moudenc, Toulouse Métropole

Jean-Luc Moudenc, Toulouse Métropole

Une première à l’échelle nationale. Le maire LR de Toulouse et président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc annonce, le 30 novembre, la mise en place prochaine d’une tarification saisonnière de l’eau, en présence de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de Dominique Faure, ministre déléguée chargée des collectivités territoriales et de la Ruralité, et ex-vice-présidente de Toulouse Métropole. « Sans impacter la facture payée sur toute l’année par les usagers, il s’agit de moduler le prix pour inciter à une consommation adaptée à la saison et préserver la ressource : moins cher l’hiver, quand l’eau ne manque pas, plus cher au plus fort de l’été quand l’eau devient rare. Cette approche innovante a été recommandée par le Conseil économique, social et environnemental », indique le 1er vice-président de France Urbaine sur son compte LinkedIn.

Jérôme Tréhorel et Kévin Bertrand, Les Vieilles Charrues et Le Trail des Templiers

Jérôme Tréhorel et Kévin Bertrand, Les Vieilles Charrues et Le Trail des Templiers

Les dirigeants des Vieilles Charrues (festival de musique) et du Trail des Templiers (sport) font partie des intervenants de la journée dédiée à l’événementiel responsable, ce 5 décembre au siège de Midi Libre à Saint-Jean-de-Védas (34), organisée par l’association Repère Méditerranée. Thème de la plénière : « Quels business modèles pour les grands événements publics et les festivals ? » Sont également annoncés Hervé-André Benoit (FISE), John Bertrand (Palmarosa Festival) et, côté élus, Michaël Delafosse, maire de Montpellier, et Patrice Canayer, manager général du MHB et conseiller régional (Région Occitanie)… Agencehv y sera, pour un compte-rendu à paraître dans Midi Libre. Plus d’infos en cliquant ici.

Patrice Malonni, HCR Environnement

Patrice Malonni, HCR Environnement

Il est nommé président délégué du groupe perpignanais HCR Environnement (énergies renouvelables et génie climatique) et de sa principale filiale Solipac, grossiste distributeur spécialiste des solutions énergétiques (chauffage, climatisation, thermique, photovoltaïque et domotique), lit-on dans un communiqué le 29 novembre (ici). Il succède au fondateur du groupe Ronnie Chaine, décédé début 2023. HCR Environnement (249 salariés, 103 M€ de CA) a été racheté par Téréva (groupe Martin Belaysoud) en juillet 2023. Patrice Malonni, directeur commercial de Solipac depuis 2011, projette d’ici 2027 de doubler le chiffre d’affaires et le réseau d’agences, avec l’ouverture de 14 nouveaux points de vente. Deux nouvelles agences ont été inaugurées en octobre, à Béziers (34) et à Chambéry (73). Le groupe est labellisé ISO 26000 (responsabilité sociétale des entreprises).

Victor Denouvion, Saint-Jory

Victor Denouvion, Saint-Jory

Il est le nouveau maire (PS) de Saint-Jory (Haute-Garonne, 7.500 habitants), l’une des 37 communes membres de Toulouse Métropole, depuis ce dimanche 3 décembre, indique France Bleu. Il remplace son opposant Thierry Fourcassier, mis en cause pour corruption passive, qui a démissionné en septembre. Conseiller départemental du canton de Castelginest, et président du plan Haute-Garonne Numérique depuis 2021, Victor Denouvion est, à 32 ans, le plus jeune maire de la Métropole toulousaine.

Aurélie Vivès, CCI Aude

Aurélie Vivès, CCI Aude

Elle est nommée responsable du pôle Création Transmission Reprise de la CCI Aude (président : Louis Madaule). CCI dont elle est salariée depuis 15 ans : autant dire que les structures d’accompagnement et dispositifs de financement n’ont plus de secret pour elle.

Bruno Barlier, Octopuce

Bruno Barlier, Octopuce

Un carnet d’entretien numérique pour les climatisations, les pompes à chaleur et les chauffe-eau thermodynamiques, consultable sur smartphone. C’est l’innovation portée depuis un an par Bruno Barlier, gérant de la PME Clim Propre, employant 9 salariés et active dans les secteurs d’Uzès et d’Alès (Gard). Le projet innovant, nommé Octopuce, accompagné par Alès Myriapolis, prévoit l’installation de puces NFC sur les appareils.  
Pour Bruno Barlier, le défi va consister à convaincre les fabricants d’intégrer la puce sur les appareils dès leur fabrication. 
Déjà candidat en 2022, Octopuce fait partie des projets retenus pour l’édition 2023 du concours Alès Audace , qui se déroulera le 5 décembre et dont le thème porte justement sur l’environnement et les économies d’énergie. « Cela correspond au projet Octopuce », relève Bruno Barnier, qui teste d’abord son innovation au sein de Clim Propre. Selon lui, l’entretien des climatisations et pompes à chaleur est un vrai point faible, « notamment pour les gestionnaires de parcs. Par exemple, le site de l’IMT Mines Alès comprend quelque 2.000 machines. Comment savoir si tel filtre a été changé, si tel appareil est vieillissant ? Pour l’instant, c’est géré avec un tableau Excel. Avec Octocupe, l’objectif est d’avoir accès à ces informations sur le cloud, et de développer la maintenance prédictive ». De manière générale, la maintenance des climatisations et à ce jour, selon lui, « anarchique, sans traçabilité ni suivi. Digitaliser le suivi serait un grand pas pour dépolluer le secteur ». 
Octopuce doit être créée dans les prochains mois. Une levée de fonds d’environ 500.000 euros est espérée courant 2024. Le dirigeant devra alors se résoudre à céder son entreprise. « C’est une question d’éthique. Car j’aurai accès, via Octopuce, à des informations relatives à des parcs concurrents de celui de Clim Propre. Je pourrais être soupçonné de vouloir démarcher un client avant une intervention ». Le moment de la vente de Clim Propre devra être réfléchi avec soin. « Je dirige depuis dix ans une PME qui fonctionne, et vais basculer dans un projet innovant, qui a sa part d’incertitudes », admet le dirigeant.

Hubert Létinier, Chambre des Notaires de Toulouse

Hubert Létinier, Chambre des Notaires de Toulouse

Il serait le futur président de la Chambre interdépartementale des Notaires de Toulouse (Tarn, Tarn-et-Garonne, Ariège, Haute-Garonne), d’après nos informations. Il est actuellement notaire à l’étude Chwartz et associés à Toulouse depuis 2012. Hubert Létinier est spécialiste des outils numériques dans le notariat au niveau national. Délégué régional aux nouvelles technologies de l’information, il est vice-président de la Chambre interdépartementale, en charge du plan national d’Actions et du développement numérique de la profession, de 2017 à 2020.

Sébastien Baggio, Benoît Viguier, Banque Populaire du Sud

Sébastien Baggio, Benoît Viguier, Banque Populaire du Sud

Sébastien Baggio (à gauche sur la photo), directeur de l’exploitation des marchés de proximité à la Banque Populaire du Sud, et Benoît Viguier, directeur de l’exploitation du marché spécialisé, annoncent avoir déployé 1 Md€ en 2023 pour financer les entrepreneurs (à lire ici). Ce financement vise à « accompagner les investissements d’économies d’énergie, de recyclage, ou la modernisation des équipements et des installations, explique Sébastien Baggio. Nous avons également accompagné les opérations de croissance externe, les créations d’entreprises et l’installation de commerçants, d’artisans et de professions libérales. » Fin novembre, la Banque Populaire du Sud a accompagné quelque 8.000 projets d’entrepreneurs. « En 2024, notre détermination ne faiblira pas, dans un contexte qui devrait rester tendu, et particulièrement pour les professionnels de l’immobilier », projette Benoît Viguier. La Banque Populaire du Sud emploie plus de 2.000 collaborateurs répartis sur 9 départements.  
©Serge Rebuffat – Banque Populaire du Sud  

Pierre-Antoine Desplan, Polygone de Béziers

Pierre-Antoine Desplan, Polygone de Béziers

Le centre commercial Polygone Béziers (34), propriété de Socri Limited (DG : Pierre-Antoine Desplan), s’apprête à accueillir le cinéma Kinepolis. L’annonce sera officielle le 13 décembre prochain, en présence d’Anne-Sophie Le Guiader, directrice des ventes de Kinepolis France, Philippe Halhoute, directeur des opérations Kinepolis France et Suisse, Pierre-Antoine Desplan, Simon Menant, directeur d’exploitation des sites commerciaux et directeur du centre commercial Polygone Béziers, et Robert Ménard, maire de Béziers et président de l’agglomération Béziers Méditerranée. Réparti sur trois étages, le Polygone Béziers regroupe 110 boutiques sur plus de 40.000 m² de surface de plancher.  

Benoît Califano, ESJ pro Campus

Benoît Califano, ESJ pro Campus

Le directeur de l’ESJ (Ecole supérieur de journalisme) pro Campus de Montpellier est décédé, à l’âge de 56 ans, des suites d’une longue maladie. L’établissement qu’il dirigeait a formé en alternance, en 20 ans, quelque 1.500 journalistes, en presse écrite, radio, télé et web. Après des débuts à Radio Clapas, et avant de poser ses valises de formateur à Montpellier, il a été documentariste à France Inter, Arte et France 5. Nos confrères journalistes lui rendent un vibrant hommage : Midi Libre en cliquant ici, La Gazette de Montpellier en cliquant làFrance Bleu HéraultActu.fr etc. Nous saluons à notre tour cette grande figure du journalisme et de la transmission de savoir.

Robert Vila, Perpignan Méditerranée Métropole

Robert Vila, Perpignan Méditerranée Métropole

Le président de Perpignan Méditerranée Métropole et maire de Saint-Estève annonce démissionner du parti Les Républicains. Il est actuellement sans étiquette. Du côté des Fédérations départementales LR, Christine Gennaro-Saint est élue dans la Haute-Garonne, Richard Tiberino dans le Gard, Bernard Tondereau dans l’Aude. Sont réélus Christine Galvada-Moulenat dans les Pyrénées-Orientales et Stéphan Rossignol dans l’Hérault. 

Raphaël Berthelin, Anaveo

Raphaël Berthelin, Anaveo

Il est nommé directeur de l’agence Occitanie du groupe Anaveo (sécurité électronique : vidéosurveillance, contrôle d’accès, détection d’intrusion, détection incendie…), basée à Toulouse. Cette agence compte 25 salariés. Dix recrutements sont prévus en 2024. Parmi les cibles d’Anaveo : le commerce, le transport et la logistique, l’industrie ou encore l’aéronautique. Anaveo, présidé par Vincent Magnon, réalise un CA de 83,2 M€. Ses solutions équipent 15.000 sites en France.

Jean Tirole, « En finir avec la gratuité de l’eau »

Jean Tirole, « En finir avec la gratuité de l’eau »

Le prix Nobel d’économie 2014, président honoraire de Toulouse School of Economics, écrit, dans Challenges : « Avant la généralisation des compteurs individuels, nous étions tous familiers avec la déresponsabilisation des citadins, dont la consommation d’eau était mutualisée au sein de la copropriété générale. Aujourd’hui, la déresponsabilisation concerne principalement les plus gros consommateurs d’eau, à savoir les agriculteurs. Tout d’abord, ils ont parfois la possibilité de prélever directement dans les nappes phréatiques, les cours d’eau ou les retenues, ce qui revient à privatiser le bien commun sans contrepartie pour la collectivité. Les opposants les plus éclairés aux mégabassines pointent du doigt l’appropriation de cette ressource rare par certains exploitants, parfois assortie de subventions. En outre, la sous-tarification, voire l’absence totale de tarification de la ressource, fait que les agriculteurs n’ont que peu d’incitations à se tourner vers des cultures moins consommatrices en eau ou à optimiser leur utilisation de celle-ci. » Plus à lire en cliquant ici 

Plus de À l’affiche

Julien Marion, Sécurité civile et gestion des crises

Julien Marion, Sécurité civile et gestion des crises

Le directeur général de la Sécurité civile et de la gestion des crises fête, ce 8 décembre aux côtés du préfet du Gard Jérôme Bonet, le 60e anniversaire du groupement des moyens aériens, à Nîmes Garons. « Installée en premier lieu à Marignane (13), la base de sécurité civile abritant l’ensemble des avions de la Sécurité civile (12 Canadair, 8 Dash et 3 Beechcraft) est implantée à Nîmes depuis 2017 », rappelle l’invitation presse

Vincent Honoré, Mo.Co

Vincent Honoré, Mo.Co

Directeur des expositions au Mo.Co (Montpellier Contemporain), Vincent Honoré est décédé le 29 novembre à l’âge de 48 ans, apprend-on dans un communiqué de presse. Après Tokyo et Londres, « il s’est installé à Montpellier en 2019 pour participer à la création du Mo.Co, dont il fut l’un des premiers théoriciens et artisans ». Situé à proximité de la gare Saint-Roch, à Montpellier, le Mo.Co est un centre d’art contemporain dédié à des expositions d’envergure internationale.

François Isambert, Karine Porta et Romain Serrat, marketing responsable

François Isambert, Karine Porta et Romain Serrat, marketing responsable

La chaire Maréson (marketing responsable et bien-être) organise ce 5 décembre sur le Campus Richter à Montpellier (Université de Montpellier) une conférence sur le thème « Le marketing responsable à l’épreuve du marché », lit-on sur LinkedIn. Interviendront François Isambert (à gauche sur la photo), fondateur de La Truitelle (transformation de petites truites de montagne, Aude), Karine Porta, directrice marketing de Royal Canin (nutrition animale, Gard), et Romain Serrat, chef de projet RSE/RSM et changement de comportement chez LinkUp Factory (conseil et communication en RSE et marketing durable, Hauts-de-Seine). À (re)lire dans Les Échos, « Cédric Malié nommé président de Royal Canin France » (novembre 2023)  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.
B3 GSE 18sept2023 2 - Les indiscretions

Décodage

On perce le coffre-fort

Agriculture, viticulture, élevage : quelles perspectives pour 2024 ? 

session 2024 chambre agriculture Hérault
Session 2024 de la Chambre d’agriculture de l’Hérault, au lycée agricole de Gignac (34)

Recul des prix, balance commerciale en repli, diminution en valeur et en volume de la consommation des Français, inquiétudes sur la demande extérieure notamment en Allemagne et en Chine… Ce sont les incertitudes avancées par Marine Raffray, agroéconomiste à la Chambre d’agriculture de France, concernant la filière agri-viticole, à l’occasion de la session 2024 de la Chambre d’agriculture de l’Hérault le 28 novembre au lycée agricole de Gignac en présence du préfet de l’Hérault François-Xavier Lauch. Le secteur de l’élevage est également confronté à des difficultés : « le coût de l’alimentation des animaux qui augmente, les aléas climatiques qui entraînent un manque de rendement fourrager, et qui mettent à mal les conditions de confort des animaux, la prédation… », rappelle Brigitte Singla, 1ère secrétaire adjointe en charge de l’élevage et de la PAC (politique agricole commune) et éleveuse de brebis laitière aux Rives. « Parmi les réponses à ces problématiques, il y a des changements à mener sur le plan structurel (comme l’arrachage temporaire) et qu’il ne faut pas “avoir peur de faire la promotion de notre vin” notamment grâce à une meilleure segmentation. Il n’est pas non plus nécessaire de taxer davantage le vin, dont la consommation est déjà en décroissance », déclare Jérôme Despey, président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault. 

L’EPF d’Occitanie se dote d’un plan d’intervention de 368 M€ en 2024-2028

L’EPF (établissement public foncier) d’Occitanie, présidé par la conseillère régionale Claire Lapeyronie, adopte un plan d’intervention (PPI) de 368 M€ pour la période 2024-2028, apprend-on dans un communiqué diffusé le 1er décembre (lire en cliquant ici). Au-delà des chiffres, l’EPF se voit doter d’objectifs précis, liés à l’adaptation au changement climatique et à la refonte du modèle économique de l’aménagement des territoires : revitalisation des centralités, relance économique, reconquête de friches, traitement de quartiers d’habitat dégradé, prévention des risques, résilience des territoires, Zéro artificialisation nette, recul du trait de côte. Pour les secteurs moins tendus, « l’apport d’ingénierie est un facteur décisif de concrétisation de projets de qualité », insiste le communiqué. Pour 2024, le montant de dépenses opérationnelles est fixé à 75 M€ (70 M€ cette année), avec par exemple des interventions sur les copropriétés dégradées de l’opération d’intérêt national de Nîmes et du NPNRU de Montpellier, des études de mise en place d’observatoire foncier par les collectivités…
Dirigé par Sophie Lafenêtre, l’EPF d’Occitanie emploie 80 collaborateurs, contre 38 il y a 5 ans. Entre 2019 et 2023, 522 conventions (Action Cœur de Ville, Petites Villes de Demain, contrats Bourg-Centre Occitanie, NPNRU, dossiers friches, et même un Plan national hydrogène à Béziers), couvrant 400 communes, ont été signées.
> Les objectifs du PPI seront présentés à la presse le 19 décembre à Montpellier.

Ces rapports qui dissèquent les freins

Le 11 décembre, parution en exclusivité dans un grand quotidien d’un rapport parlementaire identifiant les obstacles qui freinent les implantations d’entreprises dans les territoires.
Autre rapport se penchant sur des freins, ceux liés à la production de logements sociaux en Occitanie. Réalisée par la Banque des Territoires Occitanie et Habitat Social en Occitanie, l’étude préconise entre autres « d’aider les OLS (organismes de logement social) dans la construction de leur plan de financement », de « sécuriser les appels d’offres travaux » ou encore de « faciliter l’accès au foncier ». Le rapport à consulter en cliquant ici.

Restauration écologique en mer : Ecocean lève 1,2 M€

Un chouette cadeau d’anniversaire pour les 20 ans d’Ecocean, spécialiste de la restauration écologique en mer. La PME lève 1,2 M€, apprend-on sur un post LinkedIn de l’entreprise montpelliéraine. L’opération est bouclée auprès de la Banque des Territoires (dans le cadre de France 2030) et Sud Mer Invest, filiale de la Banque Populaire du Sud. « Cette levée de fonds va permettre d’accélérer le déploiement de nos solutions, notamment à l’international, mais aussi de nous développer sur le marché émergent de l’éolien offshore », indique l’entreprise, présidée par Gilles Lecaillon, par ailleurs plongeur professionnel. Ecocean compte des antennes à Marseille et Perpignan. Ecocean est pionnier dans la création d’habitats artificiels pour jeunes poissons. Avec une expertise pointue des post-larves.

Centre de tri en Ouest Hérault

Inauguration du centre de tri nouvelle génération Oekotri, le 29 novembre à Saint-Thibéry. L’équipement représente un investissement de 25 M€. Construction et exploitation : Urbaser Environnement (marché global de performance). Le centre est implanté dans la carrière réhabilitée des Roches Bleues et pérennise 45 emplois. Plus d’infos en cliquant ici.

Tourisme : 46,4 millions de nuitées enregistrées en Occitanie, en hausse de 1,6 %

Hausse de la fréquentation touristique en Occitanie, retour des touristes étrangers, montée en puissance de l’avant et après saison, le littoral en vogue… L’Insee dévoile le 30 novembre dans communiqué de presse les tendances de la fréquentation touristique entre avril et septembre 2023. 

Tourisme plage littoral
©G DESCHAMPAS CRT Occitanie

+1,6 % de nuitées en Occitanie. En Occitanie, le nombre de nuitées enregistrées entre avril et septembre 2023 atteint les 46,4 millions, soit une hausse de 1,6 % par rapport à la même période en 2022.  

Progression des campings et hôtels. Cette augmentation se traduit principalement par une hausse de fréquentation des campings qui atteignent les 28,8 millions de nuitées (+2,9%) et des hôtels avec 10,2 millions de nuitées (+2,1%). Cependant, les autres hébergements collectifs touristiques (résidences hôtelières et de tourisme, villages vacances, auberges de jeunesse…) voient leur fréquentation reculer de près de 4 % par rapport à 2022 (7,4 millions de nuitées). 

Retour des touristes étrangers. « La fréquentation soutenue au cours de la saison d’été est liée au retour des touristes en provenance de l’étranger, leur fréquentation progressant de 7,7 % par rapport à 2022 (+7,4 % au plan national). En revanche, la fréquentation des touristes résidant en France reste stable (-0,1 % en Occitanie) », analyse l’Insee. 

L’Occitanie sur le podium. La Région Occitanie, qui a accueilli 13,1 millions de touristes entre avril et septembre 2023, est la troisième région de France la plus fréquentée, derrière la Nouvelle-Aquitaine (47,4 millions de nuitées) et l’Île-de-France (46,6 millions de nuitées). 

Le littoral plébiscité. La fréquentation du littoral méditerranéen augmente de 3 % et dépasse largement son niveau d’avant crise (+10%). Cette zone représente à elle seule la moitié des nuitées touristiques estivales. 

Bilan varié pour les métropoles. Si Toulouse voit sa fréquentation touristique augmenter de 4 %, celle de Montpellier recule de 5 %. Un repli à l’image de celui des zones urbaines hors métropoles (-1%), du secteur rural (-3%) et de la montagne, tel que le Massif Central (-2%). À noter que le Massif Central, tout comme le littoral, dépasse la fréquentation enregistrée en 2019. 

Des extrémités de saison favorables. La période juillet/août reste celle qui capte la plupart des nuitées touristiques de la saison (58 % cette année), malgré une légère baisse de 0,6% par rapport à 2022. Ce sont le début et la fin de la saison qui ont vu leur fréquentation touristique nettement augmenter. Les mois d’avril et de mai ont respectivement vu grimper la fréquentation de 11,9 % et 13,5 % comparé à l’an passé. Et pour cause, une météo clémente, trois week-ends de trois jours avec les jours fériés et le retour d’une clientèle non-résidente. Le mois de septembre a également connu une nette amélioration (+4,5%), du fait de températures élevées.

Drone Geofencing lève 1,4 M€  

La société nîmoise Drone Geofencing lève 1,4 M€ pour développer une solution permettant de superviser une flotte de drones multi-modèles depuis un centre de contrôle, indique l’entreprise dans un communiqué. Transport de colis, surveillance, maintenance préventive d’infrastructures industrielles… La solution, co-développée avec plusieurs laboratoires de recherche du CNRS et le Centre Italien de Recherche Aérospatiale, servira également au domaine militaire et à la sécurité civile. « Les fonds levés seront principalement alloués à la livraison des premiers systèmes, à l’industrialisation de la solution et à sa commercialisation en Europe dans un premier temps », précise Samuel Brau, président de Drone Geofencing. La levée est réalisée auprès de réseaux de business angels (Melies Business Angels, Badge, Provence Business Angels, Défense Angels), du fonds d’investissement Sofilaro et d’investisseurs privés (Docaret, Lundi Matin). Plus à lire prochainement dans Les Échos

IA : Lundi Matin lance sa solution pour les commerces de proximité 

Le groupe Lundi Matin, éditeur de logiciels basé à Montpellier (200 salariés), lance son premier logiciel de création et de gestion de chatbots, pour les commerces de proximité, PME et grandes entreprises, indique le groupe dans un communiqué. Réservation d’une table au restaurant, demande de devis ou de description d’un produit : « un commerce de proximité, un artisan ou un restaurant pourra mettre en œuvre son propre chatbot pour répondre à ses clients ou interagir avec eux », décrit le groupe. Une innovation réalisée par une équipe de 10 chercheurs en IA générative du centre de recherche privé de Lundi Matin, dans lequel le groupe a investi 5 M€ cette année. Lundi Matin a également collaboré avec des laboratoires français dédiés à l’IA, membres du réseau des Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle (3IA)

Autre actu pour Lundi Matin : l’acquisition de Tastycloud (20 salariés), entreprise parisienne spécialisée dans la digitalisation du menu et l’optimisation du parcours client dans les établissements du secteur CHR (Café, Hôtel et Restaurants). Sa solution clé-en-main permet de passer commande et payer en ligne et à table. Les fondateurs de Tastycloud, Geoffrey Cuberos et Bilal Ajaj, dirigeront la division dédiée au CHR. Pour rappel, ce n’est pas une première pour Lundi Matin, qui multiplie les acquisitions. Plus à (re)lire dans Les Échos ici.

Un Toit pour Tous consulte

La société d’HLM Un Toit pour Tous lance plusieurs consultations. C’est à lire en cliquant ici.

Comment le montpelliérain Holivia limite le turnover dans les entreprises

Sensibilisation, accompagnement personnalisé, outils digitaux… C’est dans un contexte difficile de recrutement pour les entreprises qu’Imad Wakidi et Jérôme Crest ont cofondé Holivia (Montpellier). Objectif : proposer des solutions d’accompagnement en entreprise afin de minimiser le turnover et de lutter contre les burn-out. « Les solutions proposées par Holivia permettent de réduire le turnover de 5 % », assure l’entreprise. Holivia accompagne 25.000 salariés, dont certains dans des grands groupes tels que SNCF, EDF ou Vinci, et ambitionne de passer le cap des 100.000 salariés et 150 entreprises d’ici 2024. Plus à lire dans Touléco, « Holivia réduit le turnover en entreprise » en cliquant ici.

Logement neuf : la FPI Occitanie Méditerranée tire la sonnette d’alarme 

Chute des ventes, prix en hausse, licenciements, Zan, PTZ, part de logements sociaux… Laurent Villaret, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Occitanie Méditerranée, alerte le 30 novembre sur la situation « inquiétante » que traverse la filière.

conf presse FPI OM 30 nov 2023 ©Amélie Cazalet (Agencehv)
De g. à dr. : Thierry Iacazio (FPI OM, Vinci Immobilier), Philippe-Antoine Brouillard (FPI OM, Vestia Promotions), et Laurent Villaret (FPI OM, GGL-Helenis) ©Amélie Cazalet (Agencehv)

Les ventes en chute libre. Sur les 9 premiers mois 2023, 1.839 ventes dans le neuf ont été conclues en Occitanie Est, contre 4.476 sur la même période l’an dernier, déplore la Fédération des Promoteurs Immobilier Occitanie Méditerranée (FPI OM). « Et l’écart se creuse avec 2017, où 6.800 ventes avaient été conclues sur les trois premiers trimestres. Donc nous construisons 70 % de moins qu’en 2017. Nous n’avons jamais aussi peu construit de logements dans l’ex-Languedoc-Roussillon (LR) qu’aujourd’hui ! », lance Laurent Villaret. « Nous finirons l’année 2023 avec pas plus de 2.500 ventes », projette Philippe-Antoine Brouillard, vice-président de la FPI OM et directeur général de Vestia Promotions. 

Le prix au m² en hausse. « Depuis 2008, le prix du logement en ex-LR a augmenté de 1.548 €/m² », indique Laurent Villaret. Le prix moyen en Occitanie Est était de 3.235 €/m² en 2008 contre 4.780 €/m² aujourd’hui. « Nous construisons moins, et les prix augmentent », appuie le président de la FPI OM. « Dans le logement neuf, contrairement à l’ancien où la matière est déjà présente, nous dépendons de l’achat des matériaux, des entreprises avec qui nous travaillons qui ont des salariés à rémunérer… », rappelle Laurent Villaret.

Recul de 40 % des mises en vente dans la métropole de Montpellier. Au troisième trimestre 2023, 816 biens ont été mis en vente contre 1.346 à la même période en 2022, soit une baisse de 40 %. Environ 700 logements ont été vendus sur 31 communes. « En dehors de Montpellier, 10,1 logements ont été vendus par commune depuis le début de l’année », précise Laurent Villaret. Un objectif éloigné des 8.000 logements annoncés en 2022 par Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, dans son « choc de l’offre ». 

Ventes en bloc. « La part de vente en bloc est plus importante qu’il y a quelques années », souligne Laurent Villaret. Des immeubles entiers sont vendus à prix coutant à la Caisse des Dépôts ou à Action Logement.

Effet ricochet. Il y a une crise de l’offre, avec notamment le manque de terrain dans les métropoles. À cela vient s’ajouter la hausse des prix des matières premières, la politique de zéro artificialisation nette, des aides à l’accession concentrées sur les zones tendues, et des taux bancaires qui ont augmenté. « De la crise de l’achat, nous passons à la crise de la location, avec des personnes qui ne peuvent pas acheter, donc qui louent. Ce qui fait qu’il n’y a plus de biens à la location », explique Laurent Villaret. 

Licenciements. Face aux difficultés rencontrées par les professionnels du secteur, des licenciements sont enclenchés sur tous les types de profils. « Certains ont commencé à licencier dès le début de l’année 2023 », indique Thierry Iacazio, vice-président de la FPI OM et directeur territorial Languedoc de Vinci Immobilier. « Personne n’a mis la clé sous la porte, mais tout le monde réduit la voilure (salariés, mécénat, investissement…), précise Laurent Villaret. En 2022, la FPI OM a lancé une campagne pour soutenir Montpellier Capitale de la Culture 2028. Aujourd’hui, nous en serions bien incapables. » 

Logements mixtes. Dans le cas où une résidence se compose d’un tiers de logements privés, un tiers de logements sociaux et un tiers de logements abordables, « il y a un tiers que nous vendons au prix de revient, un tiers que nous vendons en baissant le prix de 1.000 €/m² et un tiers que nous vendons de façon libre. Le dernier tiers, nous le vendons qu’aux riches », récapitule Laurent Villaret. 

Remplacer les immeubles mixtes… par des quartiers mixtes. C’est la solution préconisée par Laurent Villaret. Son idée, construire des immeubles 100 % libres, 100 % abordables et 100 % sociaux plutôt que de faire des immeubles mixtes. « Il faudrait repenser la mixité à l’échelle d’un quartier, explique-t-il. Il n’est pas question de mettre tous les logements sociaux d’un côté de la ville et tous les logements privés d’un autre. C’est une proposition que nous allons formuler auprès du maire-président de Montpellier et de sa métropole, Michaël Delafosse. » Pour que les banques financent, il faut dégager une marge de 6 à 8 % sur l’opération. « En construisant un immeuble 100 % privé, nous pourrions mettre en place un fonds qui nous permettrait de compenser la construction d’un immeuble pour des logements sociaux », propose Laurent Villaret. 

Prolongation du PTZ : une fausse bonne nouvelle ? « L’État a annoncé prolonger le PTZ, mais c’est faux !, tempête Laurent Villaret. C’est valable uniquement dans les zones tendues, c’est-à-dire majoritairement les métropoles où les prix sont fortement élevés et où les acquéreurs ne sont pas finançables même à taux zéro. 60 % du PTZ était consommé dans des zones non tendues pour des maisons individuelles. » Les coûts de construction représentent la moitié des coûts relatifs à une opération. « Il faudrait aller à la source. Si nous agissions sur la moitié du mal, nous avancerions », pousse Laurent Villaret. 

Impact sur le territoire. « Si nous ne construisons pas, nous ne pouvons pas loger les salariés. Donc les entreprises ne viennent pas sur le territoire, les collectivités perçoivent moins de taxes. Le logement, c’est le point central de l’aménagement du territoire », assure Laurent Villaret. 

Le dossier de presse est à consulter en cliquant ici

Auch : un étrange investisseur

« Un investisseur privé a acquis à Auch une centaine de logements conventionnés Anah (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat). La rénovation du parc ancien privé dégradé est certes un nouveau marché pour les investisseurs, mais pour cet investisseur, on se demande d’où vient l’argent… », glisse une source proche d’un service de l’État en Occitanie aux Indiscrétions.

Lot : enquête publique pour l’implantation d’une centrale photovoltaïque 

La direction départementale des territoires du Lot lance une enquête publique du 21 novembre au 22 décembre pour l’implantation d’une centrale de production d’énergie photovoltaïque au sol, par la société EKF Parc Solaire Le Batut, sur la commune de Lachapelle-Auzac. Plus d’infos ici

CBD : cet entrepreneur audois va voir cher les Grecs

Ludovic Pintos lance avec Koa’Life une gamme de produits au CBD (cannabidiol non médical). Il utilise le laboratoire de la pépinière d’entreprises Innoveum (Grand Narbonne). « Je n’ai pas réussi à trouver des financements bancaires en France, du fait de la nature de mon activité. Je me suis tourné vers une banque grecque », confie cet ancien responsable d’exploitation dans une entreprise de transport routier, lors de la table ronde organisée par Ad’Occ dans le cadre des Rencontres Octav Avenir, le 30 novembre à Carcassonne (11).

Les médias condescendants face à l’industrie ?

« Toujours ce fond de condescendance et cette méconnaissance du terrain. L’industrie recherche avant tout des salariés qualifiés et son objectif est la compétitivité, plus que la ‘mixité sociale’ », réagit l’industriel toulousain Bruno Grandjean sur X (ex-Twitter), suite à la parution de l’article « Stages, visites d’usines : le gouvernement va promouvoir l’industrie dans des banlieues », paru dans Les Échos (lire en cliquant ici).

Le spécialiste des écolodges Nordic House monte en puissance à Saint-Martin-de-Londres

©Nordic House - Les indiscretions
©Nordic House

Nordic House, spécialiste de la conception et de la fabrication d’hébergements écologiques en bois massif (pin sylvestre) pour les professionnels du tourisme, de l’hôtellerie de plein air et les particuliers, monte en puissance dans la ZAE de la Liquière, à Saint-Martin-de-Londres, où il s’est implanté en 2021 sur un foncier de 8.000 m2 (transaction : Arthur Loyd Occitanie Méditerranée), avec une dizaine de salariés. Architecte : Atelier A.B Architectes Associés (Mauguio). Le show-room en extérieur est un vecteur d’affaires. « Les clients professionnels ont besoin de ressentir la qualité des matériaux utilisés, leurs performances phoniques et thermiques, explique Patrick Giraud, PDG de la maison-mère, Groupe Kounie. Vu les coûts de l’énergie, l’hébergement doit coûter le moins cher possible à l’exploitant. Une prise de conscience écologique se produit chez les clients. Notre offre y répond, avec des produits 100 % recyclables. » Les écolodges sont ainsi composés de pins sylvestre et de tuiles en aluminium et zinc, avec des poudres de pierre naturelle.

S’éloigner de la métropole n’est pas un frein au recrutement. « C’est même un atout, confie le dirigeant. Aujourd’hui, beaucoup de personnes s’installent au nord-est de Montpellier, et même jusqu’à Ganges. Nos salariés viennent principalement de ce village, et des secteurs de Gignac et de Clermont-l’Hérault. » Sans compter le cadre de vie au travail. « En regardant par la fenêtre, on voit le Pic Saint-Loup ! », sourit-il.
La finalisation du dernier tronçon du Lien (Grabels-Bel Air) par le Département de l’Hérault est attendue avec impatience. « C’est important pour l’approvisionnement en marchandises. Nous travaillons avec beaucoup d’industriels français. Il faut une connexion avec l’autoroute A9. »

La marque propose des hébergements compris entre 6 et 25 m2, où sont travaillés le confort, la qualité de couchage et le bien-être, « bien supérieur à ce qu’offre un mobil-home classique. Nous prévoyons 60 ventes en 2024, après 40 en 2022 », explique Patrick Giraud.
Le Groupe Kounie, créée en 2002, emploie 180 salariés pour 52 M€ de CA. Aux côtés de Nordic House, trois autres filiales sont positionnées sur l’immobilier, le commerce et l’hôtellerie.
> Plus à lire dans le prochain magazine « L’œil » d’Arthur Loyd.

Occitanie : 6 entreprises distinguées par Capitole Angels

À l’occasion de sa soirée des lauréats, le 21 novembre, Capitole Angels, réseau de business angels de Midi-Pyrénées, récompense 6 startups régionales pour leur innovation, lit-on sur LinkedIn (infos ici). Woodland Garden (Beaucaire, 30) reçoit le prix de l’éco-responsabilité pour sa distribution en vrac ; MerciYanis (Labège, 31) le prix de la croissance pour sa gestion de l’environnement de travail ; Aura Aero (Cugnaux, 31) le prix du transport durable pour la construction d’avions de nouvelle génération ; Selfcity (Toulouse, 31) le prix de l’innovation d’usage pour ses services dans la maintenance des logements ; Skyted (Toulouse, 31) le prix de l’innovation technologique pour ses solutions acoustiques ; Et Microbia Environnement (Saint-Jean-Lasseille, 66) le prix de la résilience pour la détection de toxicité dans l’eau.

ENR : Eléments lève plusieurs dizaines de millions

La PME montpelliéraine Éléments (104 salariés, 10 M€ de CA) va annoncer le 7 décembre une levée de fonds de plusieurs dizaines de millions d’euros pour accélérer sa croissance en France et à l’international. Le détail de l’opération et des investisseurs est à paraître dans Les Échos. Éléments prévoit un plan d’investissements de 900 M€ d’ici à 2030, sur les filières solaire, éolienne et hydro-électrique, avec un objectif d’1 GW en construction et exploitation en 2030. Les effectifs devraient doubler, pour atteindre 200 salariés, en 2030. Éléments prône une approche participative de ses opérations : investissement participatif (via Enerfip), engagement des communes et consultation des riverains. Les associés Pierre-Alexandre Cichostepski, Loïc Chazalet et Grégoire Petit conservent le co-contrôle de la société.

Béziers : le spécialiste des vins sans alcool Chavin s’implante dans la ZAE du Mercorent

Chavin (négoce de vins spécialiste des vins sans alcool) acquiert 780 m2 de bureaux et entrepôts dans la zone du Mercorent à Béziers. Transaction : Arthur Loyd Occitanie Méditerranée, agence de Béziers (Ziemko Pawlowski). Chavin, qui emploie 20 salariés pour 11 M€ de CA, se distingue par sa démarche RSE, sa puissance à l’international (93 % de l’activité) et sa démarche d’innovation. La dirigeante, Mathilde Boulachin, est également nouvelle co-vice-présidente (aux côtés de Cédric Botella, dirigeant d’Instadrone) de l’agence de développement économique Pulse Béziers Méditerranée.

Nîmes : ODIL Foncière acquiert le centre commercial Carré Saint Dominique pour 1,4 M€ 

Situé dans le Chemin Bas d’Avignon, à Nîmes, le centre commercial Carré Saint Dominique est acheté le 30 novembre par la nouvelle Foncière ODIL, fondée en juin 2023, lit-on dans un communiqué (ici). La transaction est chiffrée à 1,4 M€. Avec une surface de plancher de 3.272 m², le bâtiment compte une douzaine de cellules commerciales. Un parking de plus de 2.700 m² prend place au sous-sol. ODIL Foncière regroupe six actionnaires : la Société d’Aménagement des Territoires, la Banque des Territoires, SASU Crédit Agricole Languedoc Patrimoine, SASU Foncière Ardilla Caisse d’Épargne, Arkea et Socri Reim. 

Les bottes camarguaises briguent le label « Indication Géographique » 

Gardian veau gras naturel © La Botte Gardiane - Les indiscretions
©La Botte Gardiane

L’Inpi (Institut national de la propriété industrielle) lance une enquête publique du 10 novembre au 10 janvier 2024 suite à la demande d’obtention du label « Indication Géographique » pour les bottes camarguaises par l’association éponyme. Objectif : protéger le savoir-faire des bottes des éleveurs de chevaux et de taureaux de Camargue. Chaussures associées aux gardians en Camargue, les bottes camarguaises sont faites en cuir et disposent de deux baguettes extérieures, de chaque côté de botte/bottine, et d’un intercalaire au niveau de la semelle, précise l’Inpi dans le cahier des charges (à lire ici). L’Indication Géographique concerne 30 communes dans le Gard, 18 communes dans l’Hérault et 10 communes dans les Bouches-du-Rhône. La botte camarguaise est réalisée par une seule entreprise : La Botte Gardiane (22 salariés), qui réalise 1.000 paires de bottes par an à Aigues-Vives (Gard). x

Appel à candidature pour une centrale photovoltaïque sur l’aérodrome de Nîmes Courbessac

La SPL Agate lance un appel à candidature pour identifier des opérateurs intéressés à participer à l’appel d’offres de la CRE (date limite : 15 décembre) pour l’installation d’une centrale photovoltaïque sur l’aérodrome de Nîmes Courbessac. Plus d’infos en cliquant ici.

Bastide le Confort Médical cède sa filiale Distrimed

Le groupe coté gardois Bastide (Caissargues – 30, prestations de santé à domicile, PDG : Vincent Bastide) annonce ce 4 décembre la cession de sa filiale Distrimed au groupe Hygie31, acteur européen spécialisé dans le conseil et l’accompagnement des réseaux de santé, détenu majoritairement par le fonds d’investissement Latour Capital et BpifranceFrance en actionnaire minoritaire. Le Groupe Hygie31 fédère 1.060 pharmacies adhérentes, dont le réseau de pharmacies sous enseigne Pharmacie Lafayette.  Sur l’exercice 2022-2023, Distrimed a réalisé un chiffre d’affaires de 13,3 M€.

Plus de décodages

Fusion de l’IUT de Tarbes et de l’Enit 

L’IUT de Tarbes et l’Enit (École Nationale d’Ingénieurs de Tarbes) fusionnent sous une seule et même entité : l’Université de Technologie de Tarbes, lit-on dans un décret publié au Journal Officiel le 26 novembre. Conséquence directe de ce rapprochement : l’IUT n’est désormais plus sous la tutelle de l’Université Paul-Sabatier de Toulouse et va profiter de l’autonomie procurée par l’Université de Technologie, qui est statutairement indépendante, apprend-on dans La DépêcheJean-Yves Fourquet, directeur de l’Enit, et Jean-Yves Chambrin, directeur de l’IUT, portent ce projet de création de cette nouvelle université depuis 2 ans. L’Université de Technologie de Tarbes permettra d’accueillir un millier d’étudiants supplémentaires, par rapport aux 3 000 actuellement inscrits dans les deux établissements tarbais, ajoute Presselib

Immobilier : les résidences secondaires font vivre la montagne des Pyrénées-Orientales 

L’ensoleillement, le climat, la neige l’hiver, la fraîcheur l’été… Situées à proximité de Perpignan, de la mer ou encore de l’Espagne, les montagnes catalanes séduisent les candidats à l’acquisition immobilière. Ce, malgré la morosité ambiante. La hausse de la demande post-Covid a entraîné une hausse des prix de l’ordre de « 20 à 30 % selon la gamme de produit, indique Fabien Desclaux, directeur général de l’agence Peyrot Immobilier à Font-Romeu et président de l’office de tourisme de Font-Romeu. Cette hausse a permis de remettre les prix à niveau. Avant le Covid, les prix étaient sous-estimés. Il y avait un gap entre la montagne et les zones touristiques balnéaires comment Argelès-sur-Mer, Canet-en-Roussillon ou encore Saint-Cyprien. » Un chalet à Font-Romeu de 110 m² qui se vendait 280.000 euros en 2020 est aujourd’hui mis à la vente à 350.000 euros. « Nous manquons de certains types de biens, notamment des biens intermédiaires tels que des studios ou des deux pièces, où les prix à l’achat oscillent entre 60.000 et 200.000 euros », observe Paulette Arpajou, gérante de l’agence Pyrénées Soleil (Les Angles) et administratrice à la Fnaim Pyrénées-Orientales. 
En montagne, les transactions concernent principalement des résidences secondaires. « L’avantage du marché secondaire, c’est que les acquéreurs paient souvent au comptant, ou alors ont besoin d’un crédit minime. Donc, ils sont moins impactés par la hausse du taux d’emprunt », explique Paulette Arpajou. « Les taux sont aujourd’hui entre 4 et 5 %, alors qu’ils étaient entre 0,95 et 1,3 % en 2021Une personne qui pouvait emprunter 300.000 euros en 2021 peut aujourd’hui emprunter 220 voire 230.000 euros », illustre Fabien Desclaux. 
Plus à lire dans le magazine L’Immobilier de Midi Libre. Parution en décembre. 

Ethibat RSE : la FBTP 31 présente sa démarche RSE pour le bâtiment 

En finir avec les pratiques illégales, alors que la cour d’appel de Toulouse a cet été lourdement condamné trois entreprises du bâtiment toulousaines, pour travail dissimulé et prêt illicite de main-d’œuvre. La Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics (FBTP) de Haute-Garonne (président : Emile Noyer) ajoute un volet RSE à sa charte de bonnes pratiques Ethibat, établie en 2015 pour promouvoir une concurrence « saine et loyale ». Présentée le 29 novembre, « Ethibat RSE” englobe 7 piliers d’engagements : les relations et conditions de travail, les droits de l’Homme, la loyauté des pratiques, la gouvernance, les communautés et le développement local, les questions relatives aux consommateurs, et l’environnement. Un dossier en ligne est accessible aux adhérents de la FBTP 31, pour adhérer à la charte, juste ici. Objectif : identifier les acteurs engagés dans la démarche, maîtres d’ouvrages publics et privés, bailleurs sociaux ou fournisseurs de matériaux. En parallèle, la FBTP 31 organise des ateliers de sensibilisation et des outils dédiés à la gestion des sous-traitants (Diag RH BTP) ou de préservation de l’environnement (réemploi des matériaux, gestion des déchets, etc.). Plus à lire dans le dossier de presse ici.  
Interview d’Émile Noyer dans La Dépêche portant sur la conjoncture à lire en cliquant ici.

Finance : Altex acquiert Apicap

Le groupe financier montpelliérain Altex (DG : Benoît Forestier) va annoncer ce 7 décembre l’acquisition de son homologue Apicap (20 salariés), positionné sur du private equity, un fonds sur le e-sport, des investissements à La Réunion et des fonds immobiliers. Altex est spécialisé dans l’expertise-comptable (une dizaine de cabinets), la gestion pour compte propre (investissement dans des entreprises de la région) et la gestion pour compte de tiers (solutions financières proposées à des dirigeants d’entreprises). Le groupe emploie 150 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 72 M€.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.
B4 BureauxCo 6 novembre 2023 1 - Les indiscretions

Zoom

Une info passée au crible

Face à la crise, des premières assises régionales du logement, ce 8 décembre à Labège

Bailleurs sociaux, associations d’insertion pour le logement (dont la Fondation Abbé Pierre), promoteurs immobiliers, intercommunalités, Région Occitanie, Départements, organisations financières, agences d’urbanisme, services de l’État… 300 professionnels publics, privés et associatifs du secteur de l’habitat se réunissent ce 8 décembre au centre de Congrès Diagora à Labège (31), à l’invitation du préfet de la région Occitanie Pierre-André Durand, pour les premières Assises régionales du logement.

logement toulouse
©Toulouse Métropole Habitat

Zan et rénovation énergétique. Ces Assises qui se tiennent en pleine crise du logement. Comment répondre aux besoins en logements alors que le Zan (zéro artificialisation nette) restreint les possibilités ? Comment impulser la rénovation thermique des logements tout en garantissant des logements pour tous ? Comment fluidifier le parcours résidentiel dans le parc social ? Voici les principaux thèmes qui seront abordés, entre 9h et 16h30. Sarah Nguyen Cao Khuong et Hubert Vialatte (Agencehv) auront le plaisir de coanimer cet événement. Quelques morceaux choisis, en avant-première.

Dynamique démographique. « Avec 40.000 nouveaux habitants chaque année (soit 800.000 nouveaux habitants à l’horizon 2040), l’Occitanie est très attractive, ce qui pose un enjeu de logements. La croissance est portée par les arrivées, et non par les naissances », indique Hervé Le Grand, directeur régional adjoint de l’Insee. Les nouveaux Occitans s’installent principalement « autour de Montpellier et Toulouse (jeunes actifs et étudiants), et sur la frange littorale (retraités principalement) ».

Davantage de résidences principales. Le nombre de logements par habitant augmente, du fait du phénomène de décohabitation. « En 20 ans, la population a augmenté de 9 % en Occitanie, alors que les résidences principales ont, elles, progressé de 15 %. »

Vague de seniors. En 2070, l’Insee projette « 800.000 seniors de plus et 100.000 jeunes de moins de 20 ans en moins. Ce qui n’est pas sans impact sur le logement : on ne loge pas de la même manière les jeunes et les seniors ».

Impact du réchauffement climatique. Les jours en excès de température seront plus nombreux, et concerneront « tout le littoral, les abords du canal du Midi et la Vallée de la Garonne, de Toulouse à Agen. Un habitat sur deux sera concerné. Cela suppose d’agir sur le confort d’été du parc de logements existants ».

Des déplacements domicile-travail de plus en plus longs. Autre cadre posé par l’expert : « Les déplacements domicile-travail se rallongent. 39 % des salariés faisaient plus de 10 kilomètres entre leur domicile et leur travail en 2013, ils sont aujourd’hui 43 %. Et 84 % d’entre eux prennent leur voiture. »

Secteur non délocalisable. « Le secteur du bâtiment est non délocalisable », rappelle Stéphanie Fourcade, directrice de la Cerc Occitanie. Le CA du bâtiment s’élève à 1,4 Md€ : 57 % sur l’entretien-rénovation, 31 % sur la construction neuve de logements et 12 % sur la construction neuve de locaux. Le nombre de logements mis en chantier chute : 41.000 en 2013, 32.300 en 2023. En 20 ans, les surfaces de logements se sont réduites. « On a perdu quasiment une pièce », résume-t-elle. Autre analyse : « Les logements collectifs concernent principalement l’Hérault et la Haute-Garonne, où se situent les deux métropoles. Dans les autres départements, les maisons individuelles sont majoritaires, et correspondent à une forte attente des ménages. »

Passer de la rénovation ‘par geste’ à la rénovation globale. Comment passer à des rénovations par geste (uniquement la menuiserie, ou uniquement le mode de chauffage…) à des rénovations énergétiques globales ? Comment séduire les investisseurs privés et comment convaincre les copropriétés ? L’appareil de production suivra-t-il ? Autant de thèmes qui seront également débattus.

Comme à l’hiver 54 ? « Beaucoup de collectivités ne sont pas assez bâtisseuses, lance Michel Calvo, président de Habitat Social en Occitanie (HSO, 62 bailleurs sociaux en Occitanie) et d’ACM Habitat. S’il n’y en a pas davantage rapidement, on va se retrouver dans 5 à 10 ans dans la situation de l’hiver 1954. Le public éligible au logement social croît de façon exponentielle et, en face, les bailleurs rencontres des difficultés de financements. » Il alerte sur l’exposition de l’ensemble du parc social (300.000 logements) aux situations caniculaires, de plus en plus fréquentes. « Lutter contre les grandes chaleurs est plus difficile que de lutter contre le froid », complète-t-il. Parmi les pistes d’actions, de petites ventilations et la double-orientation des logements. « Sur les 30 dernières années, on a fait peu d’appartements sociaux traversants », admet-il.

Les clés. Parmi les solutions exposées, les actions de la Banque des Territoires Occitanie : bonification des taux, renforcement des fonds propres des bailleurs par des campagnes de titres participatifs, l’accompagnement au dispositif ‘2e vie des bâtiments’ et l’achat massif de Vefa auprès de promoteurs immobiliers, via CDC Habitat, pour soutenir le secteur.
Ou encore, l’action volontariste de Montpellier Méditerranée Métropole et de la Fondation Abbé Pierre « pour aller inciter des propriétaires bailleurs à rénover leur logement, en fléchant le plus d’aides possibles. Cela permet de produire une réponse adaptée pour les ménages qui en ont le plus besoin », explique Sylvie Chamvoux, directrice régionale de la Fondation Abbé Pierre Occitanie. Elle pointe cependant un enjeu sur la défiscalisation, pas assez incitative selon elle : « C’est encore un blocage. Le fait, pour un propriétaire bailleur, de conventionner avec l’Anah, donne droit à une réduction d’impôt. Ce qui signifie que les propriétaires non imposables n’en bénéficient pas. Un système de crédit d’impôt permettrait à tous les propriétaires, imposables ou pas, d’en bénéficier. »

Le dispositif Rénov’Occitanie (Arec Occitanie) a, quant à lui, permis la réhabilitation de 245 copropriétés, pour 9.891 logements, avec un système de guichet unique. L’Arec Occitanie réalise ainsi un audit énergétique à taux réduit, octroie des prêts à taux bonifié, et dispose d’une caisse d’avance de subventions pour des ménages modestes et très modestes. « Les travaux permettent de réaliser 50 % d’économies d’énergie, glisse Raphaëlle Vienot, directrice générale adjointe de l’Arec. Mais il est souvent difficile de faire passer à l’acte des copropriétés, jugeant les travaux non prioritaires et d’un coût trop élevé. » L’enjeu de la montée en compétences des syndics de copropriété est crucial, pour que ces derniers « comprennent mieux l’intérêt des travaux de rénovation énergétique et de l’accompagnement par des bureaux d’études. À nous de montrer que les opérations sont finançables, en limitant au maximum le reste à charge ».

Challenge de l’habitat innovant. La veille au soir, le 7 décembre, se déroulent à l’Envol des Pionniers (Toulouse) les Challenges de l’Habitat Innovant, organisés par le Pôle Habitat FFB Occitanie (présidente : Céline Torres). Plusieurs adhérents d’Occitanie participent : Maisons Vertes de l’Aude (Narbonne), Gilles Fages Architecte et Constructeur (Sigean), Maisons Abadie (Balma), Maisons Ariane (Florens), Ami Bois (Toulouse), Envol (Montpellier, groupe Hectare) et Hectare (Vendargues). Sur 25 dossiers nationaux, 7 dossiers sont issus de l’Occitanie.

bandeau indiscretions plumes a la une - Les indiscretions

3 questions à

Julien Hostache, Enerfip

sebastien hostache enerfip - Les indiscretions

«   Lancement en 2024 du fonds Enerfip Gestion » 

La plateforme de financement participatif de la transition énergétique Enerfip (Montpellier) est le leader européen sur son marché. C’est aussi une solide PME, qui emploie 40 salariés pour 3,7 M€ de CA. On a interviewé l’un des associés, Julien Hostache, ce 1er décembre. « Trois questions à… », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Julien, quelle est selon toi la tendance du financement participatif pour des projets de transition énergétique ? Et les perspectives ?
Depuis la création d’Enerfip, en 2014, 420 M€ ont été collectés. Dont 150 M€ sur la seule année 2023 : il y a une croissance exponentielle, qui ne se dément pas. Nous prévoyons entre 200 et 225 M€ levés en 2024. Cette année, les volumes investis par les institutionnels se sont rétractés de 40 %, mais l’engouement des particuliers a plus que compensé. Les épargnants veulent de plus en plus flécher leur argent sur des projets lisibles, en circuit court, en sachant où va leur argent. La société civile se mobilise pour la transition énergétique. La rentabilité brute par an oscille entre 7 % et 8,5 %. Cela dépend du type de projets financés, et des risques associés. L’argent est bloqué pendant 1 à 4 ans. Nous finançons principalement des projets photovoltaïques. C’est l’énergie en croissance, la plus simple à déployer, avec la compétitivité la plus élevée en termes de coût / KWh produit. Nous nous positionnons aussi sur des projets éoliens, d’hydroélectricité, de méthanisation, d’efficacité énergétique et de mobilité durable. Notre spectre s’étoffe, tout en restant sur le secteur de la transition énergétique. Nous suivons le débat en cours à l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à l’agrivoltaïsme. Il ne faut surtout pas que cette source de production d’énergie vienne concurrencer la production agricole.
Notre plateforme compte à ce jour 47.000 inscrits. Le potentiel du financement participatif de la transition énergétique est conséquent – les besoins de financement se chiffrent entre 60 et 80 milliards d’euros par an, selon le rapport Pisani-Mahfouz.

Enerfip, c’est aussi une PME, qui va fêter ses 10 ans. Peux-tu nous dire quelques mots sur l’actualité sociale d’Enerfip ?
L’entreprise emploie 40 salariés, dont une trentaine à Montpellier, le siège social. L’agrément européen, obtenu il y a un an, nous a permis d’ouvrir des bureaux à Madrid (4 personnes) et Milan (2 personnes). Le CA d’Enerfip doit passer de 3,7 M€ en 2023 à 9 M€ en 2025. Nos honoraires s’élèvent à environ 3 % lors de chaque opération. Nous venons de nous implanter en plein centre-ville de Montpellier, rue Maguelone, dans l’immeuble du Capoulié, où nous avons acquis 720 m² avec un expert-comptable. Cela représente, avec les travaux de réhabilitation, un investissement de 2,4 M€. Nous étions auparavant dans le secteur Odysseum. Ce déménagement reflète une volonté forte de notre part. On œuvre dans la transition énergétique, je veux donc que les salariés viennent au bureau par des mobilités décarbonées. Venir en centre-ville force à changer les habitudes de déplacement, et à se séparer de sa voiture. Il y a eu des réticences au début, et au final, tout le monde prend le pli. Il y a le choix, entre trains régionaux, tramway, vélo…

Tu as créé le fonds d’investissement Enerfip Gestion. En quoi est-ce complémentaire de l’activité historique, et pour quelles ambitions ?  
Ce fonds d’investissement va se déployer en 2024. Il est destiné à des porteurs de projets qui ont besoin de solutions de financement à plus long terme, entre 6 et 8 ans. Il s’agit de ‘dettes mezzanine’, qui soulagent la part des fonds propres nécessaires pour construire un actif d’EnR. Sur la partie equity, de plus en plus d’acteurs réalisent des augmentations de capital. Il y a, dans ce contexte, un besoin accru de renforcement de fonds propres. Ainsi, le financement participatif propose des solutions sous forme de dette, en obligations simples, sur des maturités courtes, inférieures à 4 ans. Enerfip Gestion vient accompagner les porteurs de projets sur le haut de bilan et en augmentation de capital, pour investir à leurs côtés. Une première enveloppe de 150 M€ est prévue. Nous avons déjà levé 25 M€, alors que la souscription a été lancée il y a un mois et demi. Les tickets oscilleront entre 1 et 5 M€. Notre pertinence ? Il y a de moins en moins de tickets inférieurs à 10 M€. Or, les besoins de financements vont être énormes dans les EnR. Aux côtés des trois autres cofondateurs, nous sommes tous issus des EnR. Nous connaissons donc très bien les besoins et les problématiques des porteurs de projets. Ce n’est pas toujours le cas de fonds qui ont, pour certains, une approche purement financière.

> Dans le cadre du salon Energaïa (13-14 décembre), Enerfip organise ses Trophées, récompensant des projets de transition énergétique utilisant le financement citoyen, le 13 décembre à partir de 19h dans ses locaux montpelliérains (6, rue Maguelone).

La HV Touch

Conseil RP

En partenariat avec Ouest Media Lab, le Club de la presse Occitanie organise un atelier dédié à la lutte contre la désinformation, le 14 décembre de 12h30 à 13h30, en visio. Au programme : repérer les informations erronées ; Méthodes de vérifications des photos et des vidéos ; Savoir vérifier les informations provenant des réseaux sociaux ; Géolocaliser une photo ou une vidéo.

La phrase

« Le taux d’annulation de réservations sur nos opérations s’élève à 50 % en 2023, au lieu de 20 % environ dans les années classiques. Cela s’explique par la hausse des taux d’intérêt, qui impacte la solvabilité des ménages. »

Guilhem Portalès, PDG du groupe immobilier Hectare (Vendargues – 34), au micro d’Abdel Samari, le boss d’Objectif Gard (en cliquant ici).

On s’en fout

On a aimé. Quoi ? Ces tables rondes automnales avec du franc-parler et beaucoup d’humain. C’est le souvenir que je garderai des deux animations de débats, le 23 novembre à Alès (Hup d’Alès Agglomération) et le 30 novembre à Carcassonne (centre de congrès du Dôme), organisés par Ad’Occ. Comme avec Sébastien Esteban, devenu gérant d’une salle de réalité virtuelle à Carcassonne, après 15 ans à travailler comme éducateur spécialisé pour les services sociaux du Département de l’Aude. Ou Cindy Penez, qui a ouvert Berthe aux Pâquerettes, boutique de produits cosmétiques bio, également au pied de la Cité. Une volonté de contribuer à la revitalisation du cœur de ville ? « Pas vraiment… C’est surtout le loyer qui est beaucoup moins cher que dans la galerie d’un centre commercial ! », sourit Sébastien Esteban. « Pour ma part, c’est une conviction », complète Cindy Penez, qui déménage dans un local plus grand pour créer un espace supplémentaire orienté sur le bien-être.
Après 20 ans dans l’industrie nucléaire en région Paca, Cyril Besson s’est reconverti dans l’écoconstruction et la rénovation du patrimoine ancien, au sein de la coopérative limouxine Sapie. « Travailler au sein d’une coopérative permet de prendre des chantiers plus importants, en se regroupant. Le spectre est plus large », déclare-t-il. Il va devenir en janvier salarié de la Scic, « ce qui permet de passer à un statut salarié, tout en étant artisan et maître de mon activité. Sapie prend en charge les aspects de comptabilité et de trésorerie, qui sont très lourds. Les cotisations restent modiques. C’est donc un tapis rouge pour rentrer dans le métier d’artisan. Alors qu’avec le statut de micro-entrepreneur, je n’aurais eu ni mutuelle, ni droit au chômage, ni droit à la retraite… Quand on a deux enfants, c’est léger ».
Et comment se passent les affaires, du côté de la salle de réalité virtuelle ? « Pas très bien, admet Sébastien Esteban, avec un naturel qui change de la langue de bois. Le bilan est négatif, plus que prévu. Les moments de découragement me gagnent parfois, mais je suis soutenu par mon entourage, et par des clients fidèles. Et je crois fort en l’avenir de cette typologie de loisirs ! » 
Pour sa part, Ludovic Pintos (Koa’Life, produits CBD, une molécule contenue dans le chanvre) a promu ses produits, « qui réduisent le stress et l’anxiété, soulagent les douleurs, et permettent de retrouver une qualité de sommeil ». Malgré quelques soucis de financement (lire en « Décodage »). Leurs conseils : « Suivre son instinct » (Cindy Penez) ; « Ne pas se précipiter, car il y a, dans la création d’entreprise, beaucoup de subtilité à prendre en compte » (Pascal Pintos) ; « Il est clair que l’emplacement, répété trois fois, est le fondement du commerce, je le confirme ! » (Sébastien Esteban) ; « Aller à la rencontre des gens, c’est ce qui ouvre des portes, ouvrant elles-mêmes d’autres portes » (Cyril Besson). Pour Aurélie Vivès (CCI Aude), « il faut passer du temps sur l’accompagnement des projets. Avoir le soutien de structures reconnues, établir un business plan et une étude de marché, permettent de décrocher des financements bancaires ».

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Hectare : deux médailles d’or au Challenge National de l’Habitat Innovant de Pôle Habitat FFB

Hectare Challenge National de l'habitat innovant
Challenge National de l’Habitat Innovant, à Barcelone ©DR

L’aménageur et promoteur régional indépendant Hectare (Vendargues – 34) remporte deux médailles d’or à l’occasion du Challenge National de l’Habitat Innovant, organisé lors du 20e séminaire technique de Pôle Habitat FFB (30 novembre au 3 décembre) à Barcelone, indique Guilhem Portales, PDG de Hectare, dans un post LinkedIn. Premier projet distingué, dans la catégorie Territoires & Villes Durables, l’écoquartier Cité Verte à Carcassonne (architecte-urbaniste du projet : Gau), qui prévoit un parc avec des cheminements, un parcours découverte et des bassins de rétentions paysagers en contrebas de la cité. Seconde médaille d’or : projet de requalification du tissu urbain à Sète, porté par Envol, filiale de promotion immobilière du groupe. Hectare compte 7 agences et plus de 80 salariés.

Hôtellerie : le Montpelliérain Appart’City cible ses prochains projets en Ile-de-France

AppartCity 2 - Les indiscretions
©DR

Une tonicité retrouvée. Après une procédure de sauvegarde déclenchée pendant le Covid, Appart’City, leader français de l’appart’hôtel urbain, voit son chiffre d’affaires progresser de 182 à 200 millions d’euros entre 2022 et 2023, indique son président, Vincent Compagnon. Explications de cette performance : « La nouvelle segmentation de l’offre – entrée de gamme, milieu de gamme et premium, de 2 à 4 étoiles – est plus lisible. Elle a permis d’augmenter les prix, avec le relèvement du niveau de 15 résidences », explique-t-il. Par ailleurs, l’enseigne a revendu une dizaine d’actifs, jugés mal placés et peu accessibles, pour un montant d’environ 20 millions d’euros. Le taux d’occupation s’est amélioré cette année de 2 %, pour atteindre 72 %.
Après 38 millions d’euros investis en 2022 et 2023 dans la remise à neuf des 95 établissements, 16 millions seront à nouveau injectés en 2024, notamment pour rendre l’offre de plus en plus flexible. « C’est une attente forte du marché. Par exemple, une utilisation d’abord dans le cadre du travail, avant que la famille ne vienne rejoindre le client. Ou encore, l’envie de cuisiner, tout en bénéficiant de services, ce que n’apportent pas les locations sèches d’appartements entre particuliers ».  

AppartCity 1 - Les indiscretions
©DR

Après l’ouverture, en septembre, d’une résidence hôtelière 4 étoiles de 109 appartements à Paris Gare de Lyon, l’opérateur table sur une dizaine de projets à partir de 2026 en région parisienne, y compris Paris intramuros. Ouvrant la voie, un nouvel établissement de 265 appartements va être inauguré en février à Roissy Charles de Gaulle. Seront proposés un espace restauration ouvert 24h/24, un espace de coworking, des salles de séminaire… Des projets ultérieurs prendront place « dans des immeubles de bureaux reconvertis. La crise que rencontre l’immobilier tertiaire offre des opportunités. Et notre offre intéresse les municipalités, car des services tels que les bars, salons, espaces de travail ou petits-déjeuners sont ouverts sur la clientèle extérieure », analyse Vincent Compagnon.  
Appart’City, détenu par le fonds d’investissement nord-américain Brookfield, emploie 1.200 collaborateurs. La répartition entre clientèles business et tourisme tend à s’équilibrer. « Nous étions à 65 % de clientèle affaires et 35 % pour le tourisme, nous sommes aujourd’hui à 60 % / 40 %. À terme, nous arriverons à une parité », anticipe Vincent Compagnon. En matière de politique RSE, la totalité du parc sera labellisée Clef Verte d’ici à fin 2024. Lors des Hospitality Awards, Appart’City a reçu le prix ‘Employee Care’, dans le cadre de sa campagne ‘De l’ombre à la lumière’, mettant en avant le travail-clé des gouvernantes. Ces actions permettent de limiter le taux de rotation du personnel à 20 %, alors qu’il s’élève à 30 % dans la profession.  

Montpellier : Sogeprom Pragma lance la résidence Australis

Australis Sogeprom Pragma BPA Architecture
©Hive&Co

Coup d’envoi des travaux de la résidence Australis, portée par Sogreprom Pragma (directeur régional : Pierre Raymond), avec la pose de la première pierre ce 8 décembre, dans le quartier Hôtel de Ville à Montpellier. Livraison prévue au 4e trimestre 2025. Dessinée par Antoine Assus (BPA Architecture), la résidence propose « 47 logements, du T2 au T4, dont 23 en accession libre, 15 logements sociaux et 9 logements abordables », précise aux Indiscrétions Sogeprom Pragma. Par ailleurs, « une terrasse partagée prendra place au 4e étage pour favoriser les échanges entre voisins ». L’investissement s’élève à 12,36 M€. Pour l’anecdote, « le nom latin « Australis » est un hommage rendu au micocoulier (arbre, note) géant qui borde la résidence (Australis signifie micocoulier) », narre Sogeprom Pragma. 

C+2B Architecture choisie pour le chantier de la piscine et de la Maison de la forêt de Bouconne à Montaigut-sur-Save

C+2B Architecture choisie pour le chantier de la piscine et de la Maison de la forêt de Bouconne à Montaigut-sur-Save
©C+2B Architecture

L’agence C+2B Architecture annonce dans un post LinkedIn être lauréate avec V2S Architectes du concours pour la rénovation et l’extension de la piscine et de la Maison de la forêt de Bouconne à Montaigut-sur-Save (31). Deux entités jusqu’alors distinctes, la piscine, fermée depuis 2019, et la Maison de la forêt, seront regroupées au sein du même équipement. Les anciens locaux de la Maison de la forêt seront quant à eux dédiés aux locaux du personnel. La maîtrise d’ouvrage sera assurée par l’ARAC Occitanie pour le Syndicat Mixte pour l’Aménagement de la Forêt de Bouconne, tandis que la maîtrise d’œuvre est confiée à V2S Architectes, C+2B Architecture, Ethis, Terrell Group, OTCE Infra, Alayrac et SIGMA Acoustique.

Aude : le bâtiment Quantum, dédié aux activités médicales et paramédicales, livré en juin

immeuble quantum alenis (11)
©Alenis

Dans la Zac Pôle Santé, à Montredon-des-Corbières (11), le Technoparc Pech Perry (total : 39,8 ha) propose 10 hectares disponibles immédiatement, indique Didier Aldebert, PDG d’Alenis, conseiller communautaire du Grand Narbonne et maire de Vinassan. Sont prévus, à terme, 55.000 m² pour les activités paramédicales, les bâtiments tertiaires et de services liés à l’activité médicale. Première pierre de ce vaste projet : l’opération immobilière Quantum, au pied de l’hôpital privé du Grand Narbonne. Elle comportera 30 bureaux modulables, sur une surface utile de 2.400 m² (conception et réalisation : Agence Rayssac – BET Gaxieu). La livraison est prévue en juin 2024. Enveloppe budgétaire : 4,2 M€. « Ce type d’équipement répond à une vraie demande, qui s’accentue depuis le Covid, constate l’élu. Beaucoup d’entreprises cherchent à se délocaliser vers des lieux plus abordables, offrant une qualité de vie à leurs salariés. » 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Eau / Assainissement 💧

Occitanie Est 

La communauté de communes Lodévois et Larzac lance un avis pour la réalisation des schémas directeur d'alimentation en eau potable et d'assainissement des eaux usées. 

La communauté de communes Albères Côte Vermeille Illibéris lance un avis pour la réhabilitation du collecteur d’eaux usées de l'Avenue Molière à Argelès-sur-Mer. 

Formation 📚

Occitanie Est 

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour la formation à l'exécution des marchés publics de travaux et prévention des litiges. 

Immobilier 🏟

Occitanie Est 

L’office public de l’habitat de l’Aude lance un avis pour la maîtrise d'œuvre pour la construction de 25 logements individuels à Limoux. 

Le CROUS de Montpellier lance un avis pour la construction d'une résidence étudiante de 72 logements. 

Nettoyage 🧹

Occitanie Est 

La commune d’Agde lance un avis pour la prestation de nettoyage de bâtiments. 

Le Conseil départemental du Gard lance un avis pour le nettoyage des locaux des bâtiments du département. 

Ouest 

La chambre agriculture de l’Ariège lance un avis pour des prestations de nettoyage et d'entretien de leurs immeubles. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La communauté de communes Rhony Vistre Vidourle attribue la concession d’aménagement avec transfert de risque économique de l’opération Zac Cap Gallargues à Soc Equipement Region Montpellieraine (Serm). Valeur totale du marché : 43 400 000 euros.

Hérault Energies attribue le marché de travaux sur les réseaux de distribution publique d'électricité, d'éclairage public et de télécommunications à Bouygues Energies Et Services, Ineo Reseaux Sud, Societe Languedocienne D Amenagements Sa. Les autres titulaires ici. Valeur totale du marché : 120 000 000 euros.

La Région Occitanie attribue le marché de prestations topographiques et foncières sur la ligne ferroviaire Montréjeau-Luchon à Dgema Selas De Geometres Experts et Gpt Valoris Geometre-Expert – Commingeo. Valeur totale du marché : 400 000 euros.

La SPL Arac Occitanie attribue le marché de sélection de candidats en vue de la participation à un concours restreint de maîtrise d'œuvre pour la rénovation et extension Piscine et Maison de la forêt - base de loisirs de Bouconne à v2S. Valeur totale du marché : 608 750 euros.

Nîmes Métropole attribue l’accord cadre de maitrise d'œuvre urbaine relatif à l'élaboration et la mise en œuvre du projet urbain de la Porte Ouest de Nîmes à OBRAS SARL, D’ICI LA et INGEROP. Valeur totale du marché : 3 000 000 euros.

Le Conseil Départemental de l’Hérault attribue le marché concernant les travaux de dragage du port de pêche du Grau d’Agde à Buesa Travaux Maritimes Et Fluviaux. Valeur totale du marché : 128 346 euros.

Plus de marchés ici

La commune de Toulouse attribue le marché concernant l’extension et la réhabilitation de la maternelle du groupe scolaire Chateau d'Ancely à Groupement Conjoint Rinaldi et Levade Architectes. Montant de la prime attribuée : 60 000 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché concernant les contrôles périodiques des équipements techniques de 2023 à 2027 à Dpo Bve et à Socotec Equipements. Valeur totale du marché : 524 303,5 euros.

La Ville de Garons attribue le marché concernant l’entretien de ses espaces verts à Accompagnement Des Personnes En Situation De Handicap Du Gard. Valeur totale du marché : 1 511 000 euros.

Syndicat Centre Hérault attribue le marché concernant la gestion des eaux pluviales de la plateforme de compostage d'Aspiran à Antea Group. Valeur totale du marché : 27 550 euros.

Le Conseil départemental de l’Hérault attribue le marché concernant les prestations d’économiste de la construction à Groupement Betem Languedoc Roussillon, à Groupement E.G.E. à Sask Ingénierie, et à Groupement Assist Conseil Etudes Bâtiment. Valeur totale du marché : 6 400 000 euros. 

La Ville de Nîmes attribue le marché concernant la réhabilitation partielle du bâtiment Espace Création à PACA Ascenseurs Services. Valeur totale du marché : 40 270 euros. 

La Ville de Cahors attribue le marché concernant la maîtrise d’œuvre pour le réaménagement de la place Chapou à Gau. Valeur totale du marché : 572 687 euros. 

La Ville de Nîmes attribue le marché concernant le renouvellement urbain du quartier Mas de Mingue - travaux d'aménagements des espaces publics à Grp Sols Méditerranée. Valeur totale du marché : 554 992 euros. 

DIR Sud-Ouest attribue le marché concernant les travaux de rénovation du dispositif de fermeture du tunnel de Foix à 3S Equipements Routiers, à Equans-Ineo Infracom, à NGE Routes et à Agilis. Valeur totale du marché : 2 375 365,61 euros. 

Grand Auch Cœur de Gascogne attribue le marché concernant la réalisation de schémas directeurs d'assainissement communes de 17 communes à IRH Ingénieur Conseil. Valeur totale du marché : 322 160 euros. 

Le Département du Tarn attribue le marché concernant la mission de contrôle et de maintenance des infrastructures de communication électronique à Axione. Valeur totale du marché : 200 000 euros. 

Le Département des Pyrénées-Orientales attribue le marché concernant les travaux de terrassements et d'enrochements de protection des ouvrages d'art et des berges en rivière à S.A. Pull Francis. Valeur totale du marché : 2 000 000 euros. 

La communauté d’agglomération du Pays de l’Or attribue le marché concernant la fourniture d'un système de contrôle du remplissage de conteneurs à déchets en apport volontaire à Sigrenea. Valeur totale du marché : 440 049 euros. 

L’office public de l’habitat des Hautes-Pyrénées attribue le marché concernant les travaux de réfection des espaces extérieurs résidence Lannedarre à Lourdes à A.G.T.P. Valeur totale du marché : 212 290,42 euros. 

La commune de Toulouse attribue le marché concernant la conception de dispositifs de médiations multimédias et de manipulations de l'exposition ‘Cathares : Toulouse dans la croisade’ à Kaléo, à Anagram Audiovisuel et à Opixido. Valeur totale du marché : 231 687,8 euros. 

bandeau indiscretions nouveau site - Les indiscretions

L’agenda

Mardi 5 décembre :

Conférence anuelle de la Chaire Maréson sur le thème « Le marketing responsable à l'épreuve du marché », organisée à la Maison des Étudiants, sur le Campus Richter à Montpellier (Montpellier Management). Inscription en présentiel ici, et pour suivre à distance là.

Séminaire des 30 ans de soutien des débits en période d'étiage de la Garonne, organisé par le Syndicat Mixte d'Études et d'Aménagement de la Garonne à l'Hôtel Le Palladia (Toulouse). Plus d'infos ici.

Du 4 au 8 décembre :

GE Week 2023, organisée par le CRGE Occitanie. Plus d’infos ici.

Mardi 5 décembre :

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d’infos ici.

« Longue Vue « Peur, confiance & moi : et l’IA dans tout ca ? » en présence de Laura André Boyet, préparatrice de Thomas Pesquet, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Rendez-vous de l’éco engagée – Achats responsables, organisé par Ad’Occ, la Région Occitanie, la CRESS et l’Afnor, à La Cité à toulouse (31). Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Décarbonation de l’industrie, focus sur les IAA », organisé par l’Ademe, la DREETS Occitanie et la DRAAF Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

3e édition de la Journée de l’événement responsable, organisée par Repère Méditerranée au siège de Midi Libre (rue du Mas de Grille). Plus d’infos ici.

Présentation des opportunités de la sous-traitance industrielle de l’éolien offshore flottant en Méditerranée organisée par la CCI Aude à Narbonne. Plus d’infos et inscription ici.

Cérémonie de remise des prix Alès Audace à Cinéplanet Alès. Plus d’infos ici et inscription là.

5 et 6 décembre :

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 6 décembre :

La Place Créative, organisée par la CCI Hérault au parc des expos de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 7 décembre : 

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Clubà Inter Oc – Vins Pays d’Oc IPG, à Lattes avec : Roselyne Bachelot, ancienne ministre. Plus d’infos ici.

MasterClass Cinéma « Réaliser un film en Occitanie, l’envers du décor », en présence de la réalisatrice et scénariste Agnès de Sacy, en partenariat avec Occitanie Films et la Cité européenne des Scénaristes, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Lab Santé « Comment soutenir les secteurs en souffrance ? », organisé par Midi Events (Midi Libre) au siège social de Midi Libre. Plus d’infos ici.

Webinaire « Présentation du nouveau programme Bosst Energie : décarboner et moins consommer pour produire mieux », organisé par l’UIMM Occitanie. Plus d’infos ici.

Vendredi 8 décembre :

Assises régionales du logement en Occitanie organisées par la préfecture d’Occitanie au Centre des congrès Diagora à Labège (31).

Webinaire de présentation de la promotion 2024 de l'accélérateur RSE, porté par Leader Occitanie et la Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon. Plus d'infos et inscription ici.

Mardi 12 décembre : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Narbonne avec un invité d’honneur : Stéphane Lubrano, directeur de la mission Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan. Inscription obligatoire ici.

Mercredi 13 décembre :

Les universités de l’économie de demain 2023 « Faire de l’impact sa nouvelle boussole », organisée au Corum de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 13 et jeudi 14 décembre :

Energaïa, forum des énergies renouvelables, au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Jeudi 14 décembre :

Soirée de Gala organisée par le Club Molière à la salle du foyer des campagnes (maison du peuple) à Pézenas. Plus d'infos et inscription ici.

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre : 

Aqua Business Days organisé par Aqua Valley à Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 15 décembre : 

Rencontres Business Angels organisées à Innovosud à Béziers. Plus d’infos ici.

Mercredi 20 décembre :

Rencontres du GIE Garonne Développement, à 11h à l’Espace Cobalt à Toulouse, avec les entreprises du bâtiment.

2024

JANVIER

Jeudi 11 janvier :

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Club au Domaine de Verchant avec : Fabienne Sicot, sur le toit du monde avec 2 handicaps. Plus d’infos ici.

Mardi 16 janvier : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Béziers avec un invité d’honneur : Mathilde Boulachin, domaine Chavin. Inscription obligatoire ici.

MARS

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • À Canet-en-Roussillon, l’ascension des catamarans écologiques et innovants Windelo.
  • EnR : la levée de fonds record d’Eléments 
  • Comment Alès réussit à attirer des entreprises et de nouveaux emplois 
  • Immobilier géré : le plan de développement national de Cowool (HPC Capital) 
  • Le décollage de la plateforme de financement participatif pour la transition énergétique Enerfip
  • Lundi Matin développe l’IA pour les commerces de proximité
  • Coopérative agricole Arterris : bilan 2023 et perspectives 2024  

Pour BoisMAG : Enquête nationale sur le négoce bois, pour BoisMAG. Parution courant novembre.

Pour Midi Libre :

  • Double page sur le marché immobilier en montagne dans les Pyrénées-Orientales. Parution en décembre.
  • Couverture de la journée de l’événement responsable, le 5 décembre au siège de Midi Libre à Saint-Jean-de-Védas, organisée par l’association Repère.
  • Couverture du dîner de charité organisé par le groupe immobilier Hectare, le 8 décembre.

Pour ToulÉco :

  • 10 femmes d’Occitanie Est qui vont faire 2024, dans le cadre d’un dossier régional « Les 24 femmes qui vont faire 2024 ».
  • 3 articles « Fabriqués en France » : Le Maillot Français, Danielle Engel et Electric Motion.
  • Contribution au Guide du Financeur, avec quatre pages consacrées aux pépinières et incubateurs d’entreprises d’Occitanie Est. 

RÉDACTION DE CONTENUS

Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

Magazine « L’œil » d’Arthur Loyd Occitanie Méditerranée

Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

ANIMATIONS

French Tech Central (French Tech Méditerranée), le 7 décembre à Béziers, avec 4 tables rondes programmées : Développement à l’international ; Financement et innovation : les bonnes pratiques ; Innovation au service de l’environnement ; Innovation dans un grand groupe. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte.  

Assises régionales du Logement, organisées par la préfecture de région Occitanie, le 8 décembre à Labège. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte. 

2024.  Animation de 4 Lab Immo pour Midi Libre.

8 février : Préparation et animation d'une conférence / débat au sujet de l'urbanisme dans un contexte de changement climatique, à Alès (Gard), organisée par le Cobaty Alès Cévennes. 

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Delga serre la vis

Paradoxe croustillant. Alors que la campagne des élections législatives a été la fête aux licornes volantes, avec son cortège de dépenses non financées, les budgets 2025 seront, à l’inverse, synonymes d’une rigueur inédite. Côté politique, ...

On va enfin parler d’autre chose

On va enfin parler d’autre chose. Les élections législatives du 7 juillet, marquées par une participation record, ont enfanté de trois blocs à peu près égaux. Dans un ordre inattendu. En résumé, on prend les mêmes et on recommence. L’analyse ...

L’été létal

Les indiscrétions Semaine du 1er juillet 2024sur le gril cette semaineLe 10 juin, nous titrions « Dissolution sans dix solutions », dans un jeu de mots peut-être efficace, mais résigné, à l’annonce des élections législatives. Au lendemain du ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».