Bandeau partenaire, Crowne Plaza, 30 janvier

Du sifflet au microSemaine du 30 janvier 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

La crise des vocations, les incivilités grandissantes dans le football, les pressions juridiques dans le rugby… Deux anciens arbitres internationaux, l’Héraultais Damien Ledentu (foot) et le Tarnais Joël Jutge (rugby) ont troqué le sifflet pour le micro, le 25 janvier au Domaine de Granoupiac à Saint-André-de-Sangonis. Les Indiscrétions vous en parlent en Zoom.

Et encore ? La feuille de route 2023 de Delga depuis Béziers, Bulane a toujours la flamme et le numérique désenchanté en débat à Montpellier (en « À l’affiche »), un crédit solaire et solidaire de 40 M€, les bons chiffres de l’immobilier d’entreprise, et Saipol qui envoie du lourd sur le port de Sète (en « Décodage »), comment Toujust compte mettre le bazar dans la distribution (en « Trois questions à… »), un « On s’en fout » très géographique (votre « HV Touch »), et plein d’autres palabres urbaines.

Bonnes semaine et lecture !

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Carole Delga, Région Occitanie

Le 25 janvier, devant la presse, à Béziers, la présidente de la Région fixe quelques combats à mener en 2023. « Je souhaite que les Régions puissent fixer le nombre de places de formation », indique la présidente de Régions de France, en identifiant les « formations dans les filières numérique et les métiers verts, très en demande ». L’exercice mutualisé de la médecine semble devoir se généraliser, selon elle. « Les nouvelles générations sont attachées aux collectifs. Et les médecins de plus de 50 ans ont une aspiration à ne plus être la figure du médecin libéral isolé. » Attachée à lutter contre le déterminisme social, elle décline quelques actions lancées : « Des équipements pédagogiques innovants à l’IUT de Béziers, la création de deux nouveaux diplômes à Sète, des salons d’information sur les métiers, des maisons de l’orientation mobile, comme les 7 et 8 février à Lodève, pour amener l’information au plus près des citoyens. Je ne peux pas accepter qu’un enfant de milieu modeste ait moins d’ambition qu’un enfant de cadre. »Même si SNCF Réseau annonce un plan d’investissement conséquent en Occitanie (lire en « Décodage »), l’élue socialiste rappelle que « la France investit trois fois moins que l’Allemagne dans son réseau ferré. La première des causes de retard, ce sont les problèmes d’infrastructure. » Sur les RER métropolitains, évoqués par le président Macron, Delga raille : « Pour l’instant, il ne fait que parler, et ne dit pas combien il va mettre sur la table. On ne peut ne parler que de ferroviaire sur la décarbonation des mobilités du quotidien. Il faut aussi penser covoiturage, bus, cars, vélos… »En matière d’hydrogène, la Région va abonder sa participation au capital de Genvia (Béziers), à hauteur de 2 M€ supplémentaires, en plus des 3,5 M€ déjà injectés. « En juin, la ligne de production d’électrolyseurs haute température sera lancée. 100 recrutements sont prévus sur les 2 prochaines années, et 1.000 dans les 10 prochaines années. » La localisation de la future gigafactory, a priori dans le Biterrois (mais où précisément ?) sera arrêtée « au printemps », indique-t-elle aux Indiscrétions.Elle estime enfin que « la première crise de confiance en France est une crise de confiance. Je le vois d’autant plus que je reviens d’un voyage à Las Vegas (CES) et en Californie, où j’ai été surprise par les interactions entre acteurs et l’état d’esprit positif. Nous sommes trop sur des combats d’arrière-garde, comme celui de l’école-sanctuaire, alors qu’il est plus que jamais nécessaire d’ouvrir l’école au monde. Les évolutions vont s’accélérer : les gens exercent désormais plusieurs métiers, les technologies mutent, le réchauffement climatique s’accélère. » Par ailleurs, un contrat de filière viticulture, en préparation, sera finalisé pour la fin 2023. Il mettra l’accent sur l’international, terre de réussites pour des pépites régionales, comme Domaines Paul Mas (lire dans « Décodage », et cette semaine dans Hérault Tribune).

David Tebib, USAM et Ligue nationale de handball

Le président de l’USAM (Nîmes, handball) David Tebib prend par intérim la présidence de la Ligue nationale de handball, après la démission de Bruno Martini, condamné pour corruption de mineur et enregistrement d’images pédopornographiques. Pour David Tebib, c’est un retour aux sources : il a déjà présidé la Ligue nationale en 2020 et 2021. Président du prestataire pour l’affichage publicitaire FTP Labo, David Tebib a grandi dans le quartier populaire du Chemin-bas d’Avignon, à Nîmes. Pour forger sa réussite professionnelle, il a misé sur l’écoute, l’observation et une détermination sans faille. On en parlait en juillet 2022, dans la série d’été des Échos « Réussites des quartiers », à relire en cliquant ici.

Arnaud Viala, Communauté de communes Lévézou-Pareloup

Il prend la présidence de la communauté de communes Lévézou-Pareloup (Aveyron), suite à la démission pour raisons personnelles d’Alexis Canitrot, lit-on chez nos confrères de Midi Libre. Arnaud Viala est également le président du Conseil départemental de l’Aveyron. Il a quitté les rangs des Républicains fin 2022.

Sébastien Pessus, Nexity Esprit Village Méditerranée

Ex-directeur du développement de Kaufman&Broad à Montpellier, il est nommé directeur d’agence de Nexity Esprit Village Méditerranée, également à Montpellier.

Anne Debaillie-Bellissens, Montpellier Méditerranée Métropole

Chargée de mission ressources humaines à Montpellier Méditerranée Métropole, elle est promue au poste de directrice des parcours professionnels et des compétences, annonce-t-elle sur son LinkedIn. « Le Pôle RH est en pleine évolution. Aujourd’hui, en attendant la mise en place du nouvel organigramme, je supervise le recrutement, la formation ainsi que les dispositifs d’accompagnement professionnel tout en préparant notre nouvelle organisation qui distinguera la partie ingénierie des directions opérationnelles », détaille-t-elle. Cette nomination intervient alors que la métropole de Montpellier s’attaque à l’absentéisme de ses agents, avec un plan d’actions voté le 6 décembre dernier.

Jalil Benabdillah, Occitanie Innov

Un format innovant pour conclure une journée sur l’innovation. Ce 2 février à La Cité (Toulouse), en clôture d’Occitanie Innov (Ad’Occ), le vice-président de la Région Occitanie délégué à l’économie, l’emploi, l’innovation et la réindustrialisation répond aux questions des entrepreneurs, à partir de 17h30, pendant une heure. « Sans tabou ni langue de bois » (c’est écrit dans le programme). Parmi les thèmes fléchés : Comment la Région Occitanie aide et accompagne les entreprises innovantes ? Comment faire de l’innovation un levier de croissance et de compétitivité ? Quelles sont les aides et dispositifs d’accompagnement de la Région auxquels vous pouvez prétendre ?
Tout le programme d’Occitanie Innov à consulter en cliquant ici.

Antoine Mestrallet, Hérétique et Kaliop

Professeur à l’ESCP et Sciences Po, le créateur du collectif Hérétique a l’art de dézinguer le dogme numérique californien. Et, à l’heure de ChatGPT et de la course moutonnière au dernier smartphone, il va s’en donner à cœur joie, ce 3 février lors du débat « De l’utopie californienne du digital à son désenchantement, un autre numérique est-il possible ? », organisé par l’entreprise de services numériques Kaliop, et que j’aurai le plaisir d’animer. Entrée gratuite, inscription préalable obligatoire en cliquant ici. « Hérétique est à la fois une maison d’édition, un think tank et un studio, explique-t-il aux Indiscrétions. Nous voulons penser, créer et transmettre des numériques alternatifs à ceux de la Silicon Valley. Tout est fait pour que l’on soit esclaves (sic). Le plus important est d’éduquer sur les causes, sur les rôles que doivent jouer les futurs ingénieurs. » Des questions à côté desquelles il ne me faudra pas passer : Pourquoi cette obsession actuelle de tout numériser et tout automatiser ? Pourquoi ces géants de la tech qui cherchent à s’extraire des lois et veulent conquérir le monde ? Les entreprises européennes ne perdent-elles pas de la valeur à trop imiter ? Quelles sont les alternatives numériques à imaginer ? Doit-on encore s’extasier devant des start-up dirigées par des sortes de gourous, levant des gros capitaux pour conquérir le monde ? N’y a-t-il pas d’autres propositions de valeurs, d’autant plus que nous assistons à un gros retour de manivelles dans les start-up, qui licencient à tour de bras après avoir levé des millions ?
Aux côtés d’Antoine Mestrallet, interviendront l’universitaire Laurence Allard (auteur de « Écologies du smartphone », éd. Le Bord de l’Eau, 2022), l’écrivain et philosophe Aurélien Bellanger (« La théorie de l’information », Babelio, 2012) et Chloé Sarda, développeuse front-end chez Kaliop depuis 14 ans. Bref, vous l’avez déjà compris, c’est déjà passionnant.

Nicolas Jerez, Bulane et France Hydrogène

Pionnier, dès 2009, de la création de flamme haute température sans bouteille de gaz, grâce à ses électrolyseurs hydrogène innovants, Nicolas Jerez, fondateur et PDG de Bulane (Fabrègues – 34), franchit un cap dans son développement, avec une levée de fonds de 14 M€, annoncée le 24 janvier. L’ambition est de « déployer son système de production d’hydrogène couplé à des brûleurs. Une innovation développée secrètement depuis deux ans, et arrivée à maturité technologique », complète celui qui est aussi vice-président de France Hydrogène, délégué à l’innovation.
La levée de fonds est conclue auprès d’IRDI Capital Investissement, Sofilaro, Bpifrance, Banque Populaire du Sud, BNP Paribas, Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, Crédit Agricole Languedoc, et aussi de trois entrepreneurs des secteurs des énergies renouvelables, de l’industrie et de l’ingénierie du bâtiment, Cédric de Saint-Jouan (VOV-V), Jean-Marc Bouchet (Captain Watt) et Patrice Lafargue (IDEC Invest Innovation).
« Jusqu’à présent, notre flamme ciblait le soudage dans la métallurgie, avec une gamme mobile pour les artisans sur les chantiers. C’est le bon moment pour déployer notre technologie sur de nouveaux usages, différents du chalumeau, en s’attaquant aux brûleurs dans les industries et les chaufferies du bâtiment. Dans les usines, campus universitaires ou autres gros projets, le chauffage devient un sujet. Et l’hydrogène a toute sa place dans les bâtiments de nouvelle génération. »
Parmi les premiers clients, le site de production de cognac Hennessy (Groupe LVMH), où le procédé de Bulane est expérimenté. D’autres contacts sont noués dans plusieurs secteurs : producteurs d’armagnac, papetiers, céramistes, automobile, fabricants de terre cuite, agroalimentaire…
Une trentaine de recrutements sont prévus, ce qui va doubler les effectifs actuels. Les profils recherchés relèvent à la fois de la tech (mécanique, combustion, thermodynamique, électrochimie, développement software) et de l’industrie (monteurs-câbleurs, techniciens de production et de maintenance, directeur de supply chain, direction industrielle…). « Nous ne sommes pas qu’une entreprise technologique. Bulane est aussi une entreprise industrielle », observe-t-il. Un nouveau site de production d’électrolyseurs, d’au moins 2.000 m² de surface bâtie, va d’ailleurs être construit dans la région de Montpellier, le site actuel, à Fabrègues, devenant exigu. L’objectif est de multiplier par cinq la capacité de production, pour atteindre à terme entre 500 et 1.000 électrolyseurs fabriqués par an.
Depuis sa création, Bulane est soutenue par l’État, la Région Occitanie et Ad’Occ (sur la partie emploi et innovation), Montpellier Méditerranée Métropole (sur la partie implantation et foncier) et l’Ademe.
Plus à lire cette semaine dans « Les Échos » Innovateurs
> Bulane lève 2,8 M€ pour démocratiser le brasage à l’hydrogène, octobre 2018, à (re)lire dans Les Échos, en cliquant ici

Sylvie Favre, onepoint Sud-Ouest

Elle est nommée associée de Onepoint Sud-Ouest, aux côtés d’Erwan Le Bronec. Onepoint se qualifie comme un « architecte des transformations numériques des entreprises et des acteurs publics ». Onepoint occupe à Toulouse 700 m2 (60 salariés), et un laboratoire d’innovation de 200 m2. Une cinquantaine de recrutements sont prévus.

Jérôme Montantème, Maison Albar Hôtels - L’Imperator

« Havre de paix », « concentration de talents », « grande chance d’avoir été choisi », « restaurant d’hôtel d’une qualité exceptionnelle grâce au travail du chef Nicolas Fontaine ». Jérôme Montantème, 52 ans , nouveau directeur de l’établissement Maison Albar Hôtels – L’Imperator à Nîmes, n’a pas tari d’éloges, ce 26 janvier, lors de sa première rencontre avec la presse régionale, organisée dans le bar de l’établissement. Et pourtant, « Nîmes, a priori, ne m’intéressait pas », concède-t-il.Dans le classement du New York Times des 50 meilleures destinations touristiques mondiales en 2023, Nîmes est la seule ville française retenue, en 24e position. « Ce n’est pas rien ! Il faut donc travailler le marché américain, qui connaît déjà Avignon, situé juste à côté ». L’hôtelier, qui avoue une culture tauromachique « limitée », va rencontrer Simon Casas, directeur des arènes de Nîmes . « Si on veut faire venir du monde à Nîmes, il faut pouvoir organiser des choses qui sortent de l’ordinaire, repousser les limites. Pourquoi ne pas proposer à la clientèle affaires des pique-niques à même le sable des arènes, avec une tartine à la truffe et un verre de Costières de Nîmes ? » L’hôtel Imperator fait partie du groupe familial Centaurus, dirigé par Céline Falco .« Jérôme Montantème, nouveau directeur de l’hôtel Imperator à Nîmes, veut casser les codes », pour Les Échos, à (re)lire en cliquant ici

Raphaël Balland, CNPR

Il succède à Jean-Baptiste Bladier, procureur de Meaux, à la présidence de la conférence nationale des procureurs de la République, lit-on sur son profil LinkedIn. Raphaël Balland est procureur de la République de Béziers depuis 2019. Il a par ailleurs occupé ce poste à Gap entre 2013 et 2019. Raphaël Balland a rejoint les rangs du ministère de la Justice en 1996.

Marie-Christine Bourrel, Habitat Audois

Ouverture au public, le 13 février, de la nouvelle agence de Habitat Audois, route de Marcorignan à Narbonne, au cœur du centre d’affaires de La Mayrale. « Cette implantation marque la volonté de l’OPH de l’Aude, premier bailleur social du département, de poursuivre son développement sur cette partie du territoire », explique Marie-Christine Bourrel, présidente. Cette agence regroupera la plus grande partie de services en termes de gestion locative et de proximité. Directeur : Lionel Mailhol, auparavant responsable de régie des travaux de l’office. Une autre agence va être créée à Carcassonne. Habitat Audois emploie 156 salariés, gère 6.700 logements pour environ 14.000 personnes logées et est présent dans 108 communes dans l’Aude. Près de 200 livraisons de logements neufs sont attendues cette année. D’ici à 2029, Habitat Audois projette 1.500 logements neufs, pour 340 M€ d’investissements.

Audrey Mula, Comex40

Elle prend la présidence du Comex 40 (commission regroupant les chefs d’entreprises de moins de 40 ans) du Medef Hérault Montpellier (président : Jean-Marc Oluski) pour un mandat de deux ans, annonce le Medef Montpellier. Par ailleurs DG d’Evidence Immobilier, Audrey Mula succède à Quentin Aoustin, co-fondateur de Qanopée. À ses côtés sont nommés vice-présidents Cédrik Beaumont (PVB Avocats), Thibaut Surel (Eleven Audit) et Jérôme Ferrando (Etna Avocat). Elle entend notamment œuvrer autour de 4 axes : « L’innovation RSE, à la fois dans l’aspect social et écologique ; l’engagement des jeunes dans l’entreprise ; La réconciliation travail/entreprise. » Le Medef Hérault Montpellier fédère 800 adhérents (75.000 salariés). 82 % des adhérents sont des TPE-PME de moins de 20 salariés.

Hervé Alberi, Région Occitanie

Basé à Toulouse, il est nommé directeur des Entreprises, de l’Emploi et des Partenariats économiques de la Région Occitanie. Il était auparavant directeur de l’économie locale du Tourisme, de l’Agriculture et de l’Alimentation, toujours au sein de la Région Occitanie.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

La Courbe Verte - Les Indiscrétions 2023

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

L’immobilier d’entreprise a le vent en poupe dans la couronne montpelliéraine. En 2022, 117.358 m² de transactions de bureaux ont été réalisées (+ 4 % par rapport à 2021), indique l’Observatoire de l’immobilier et du foncier d’entreprise (OIE) de Montpellier et son territoire le 30 janvier. Près de la moitié des demandes (45 %) sont tournées vers le secteur Est (Odysseum, Millénaire, Eureka…), tandis que le Sud (Aéroport, Cambacérès, Garosud…) et le centre-ville représentent chacun 28 % de la demande. Les transactions concernent principalement les surfaces inférieures à 1.000 m². « Le stock dans son ensemble reste limité, notamment dans le neuf. Il va progressivement se reconstituer au cours de l’année 2023 ainsi qu’en 2024, avec les livraisons de programmes attendues sur Cambacérès, la Cité Créative, Port Marianne et Nouveau Saint-Roch », déclare Nicolas Huet (Tertia Conseils Entreprises), représentant 2022 de l’OIE.
Par ailleurs, le marché des locaux d’activités et entrepôts est également en croissance avec 106.000 m² d’opérations enregistrées (contre 89.485 m² en 2021), principalement située le long des accès à l’autoroute au sud et à l’est. La surface moyenne opérée est de 547 m². Avec des difficultés à trouver des biens sur Montpellier. « Nous remarquons un élargissement du marché vers des villes comme Sète, Frontignan, Clermont l’Hérault, mais également à l’est de Montpellier sur le Pays du Lunellois. » La part du locatif représente 84 % de la demande, notamment du fait de la rareté du foncier et de l’offre neuve. Néanmoins, plusieurs opérations sont en cours d’obtention de permis (Saga à Vendargues, Carbon à Fabrègues et Sète, Equilibre à Montpellier Garosud…) et d’autres sont en cours d’élaboration (Sussargues avec Batih, Cannabe Cournonterral avec Duval…).
Vous pouvez consulter les principales transactions réalisées en 2022 sur le marché tertiaire à Montpellier et ses alentours en cliquant ici.
L’OIE de Montpellier et de son territoire se compose de Montpellier Méditerranée Métropole, Altémed, Advenis, Arthur Loyd, BNP Paribas RE, Tertia Conseils Entreprises et Norman Taylor.

Centre du monde. Le Languedoc accueillera mi-juin deux événements d’envergure nationale / internationale en matière d’aménagement du territoire et acte de bâtir : Congrès international du Cobaty à Montpellier (15 au 17 juin), et les Rencontres nationales des Scot à Nîmes (15 et 16 juin), sur le thème « Comment planifier dans l’incertitude ? »

Énergie solaire et solidaire. Smart Énergies lève, le 5 janvier, un financement de 40 M€, labellisé Fondation Synergie Renouvelable, grâce au soutien du Crédit Agricole du Languedoc (CAL). Cette ligne de crédit réutilisable (RCF) « va nous permettre d’accélérer le déploiement de notre programme de toitures et d’ombrières solaires en France en 2023 », indique Smart Énergies. Dans le cadre de cette opération, le CAL, Energie-legal (cabinet d’avocat ayant apporté son expertise juridique) et Smart Énergies ont signé la charte Synergie Renouvelable. À ce titre, la somme de 45 000 euros, soit 0,15 % du montant du financement, est apportée sous forme de don au fonds de dotation Synergie Renouvelable. Cette somme sera utilisée en 2023 pour financer des projets d’électrification solaire solidaire en Afrique. Le communiqué à lire ici.

Caravaning : trois acquisitions pour Groupe Narbonne. Porté par un marché du caravaning en plein essor au sortir du Covid-19, Groupe Narbonne (11), leader français de l’accessoire pour véhicules de loisirs et de camping, veut se positionner comme un équipementier de rang européen. À l’horizon 2027, l’ETI, qui emploie 620 salariés, compte doubler de taille pour passer de 170 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022 à environ 350 millions. « La part réalisée à l’étranger doit passer de 20 millions à 80 millions, principalement sur les pays limitrophes », projette Yannick Masse, son directeur général. Le marché est alimenté par des clients fidèles, mais aussi par des primo-accédants, qui représentent 35 % des achats. « La base s’élargit, avec une forte accélération depuis trois ans », précise le dirigeant. Le carnet de commandes de véhicules s’élève à cinq mois, au lieu d’un mois en temps normal.
Le groupe investit également 8 M€ dans l’extension de la plateforme logistique de Lézignan-Corbières (Aude), livrée il y a tout juste deux ans. Le chantier, confié à GSE Group, portera la surface de 18.000 m2 à 30.000 m2 courant 2023. Autre priorité, l’intégration de productions, pour maîtriser davantage la logistique, les délais et la qualité. En dix-huit mois, trois PME ont ainsi été acquises. Soplair est basé près de Montélimar (Drôme) et spécialisé dans la fabrication de produits en textile et de protection isotherme pour les véhicules de loisirs, comme des toiles et des auvents. EZA propose un système de stockage d’énergie basé sur la technologie lithium-fer-phosphate, et Vepli est une marque de vélo électrique pliant. Tous deux sont basés en région lyonnaise. Enfin, pour accompagner sa croissance, Groupe Narbonne, société familiale propriété de la famille Masse, amorcera des discussions courant 2023 pour une ouverture du capital, « minoritaire », confie Yannick Masse.
> Véhicules de loisirs : Groupe Narbonne rehausse ses ambitions européennes, à (re)lire dans Les Échos en cliquant ici

 

Saipol investit 60 M€ sur son site industriel de Sète 

 

Saipol (600 salariés), filiale du groupe Avril et spécialiste de la transformation des graines oléagineuses, investit 60 M€ sur trois ans pour moderniser ses installations sur le port de Sète, annonce l’entreprise vendredi 27 janvier au port de Sète. Les Indiscrétions y étaient.

30 M€ prévus pour une première tranche des travaux. « Une première tranche de travaux de 30 M€ est déjà engagée, pour le démantèlement d’installations non utilisées, la rénovation d’une partie des installations (le bassin de récupération des eaux, l’atelier d’extraction, note), et l’amélioration des infrastructures d’accueil pour le personnel et les sous-traitants », détaille Yann Mayer, directeur du site industriel Saipol de Sète (94 salariés). La fin des travaux de la première tranche est prévue en 2024. « Le site de Sète se positionnera alors comme un pôle de transformation mondial de colza », indique Christophe Beaunoir, directeur général de Saipol.

Une seconde tranche à l’étude. La seconde tranche, dont les investissements sont actuellement à l’étude, permettra d’optimiser la production et de diversifier l’offre d’énergies produites sur le site pour la transition énergétique. Le site sétois transforme notamment des graines de colza pour produire l’Oleo100, énergie utilisée pour décarboner les flottes de véhicules de la ville de Sète. Saipol développe également d’autres marques tels que OleoZE, Feedmarket (pour l’alimentaire), et Diester. L’usine vend près de 250.000 tonnes d’énergie (biodiesel et huiles retraitées) par an.

Un partenariat avec le semencier Nuseed. Autre objectif des investissements sur le port de Sète : être capable en 2024 de transformer la graine Nuseed Carinata sur son site héraultais, en complément du colza. Cette matière première est récoltée pour la production d’huile renouvelable à faible teneur en carbone. Elle est développée par l’entreprise australienne Nuseed, semencier international et fournisseur de solutions végétales durables pour cultivateurs, industries et agriculteurs (300 collaborateurs, filiale de Nufarm Limited). « Saipol veut s’engager pour accompagner les besoins croissants du marché des carburants durables pour le marché aéronautique. Le programme Nuseed Carinata est la première des solutions à laquelle nous participons », précise Christophe Beaunoir.
En attendant, dès février Saipol traitera les premiers lots de graines Nuseed Carinata sur son site de Grand-Couronne, près de Rouen. Saipol possède trois autres sites en France, à Le Mériot (10), Lezoux (63) et Bassens (33).

Nuseed et BP. En 2022, Nuseed et le groupe énergétique BP ont signé un accord stratégique pour accélérer l’adoption de Nuseed Carinata par le marché. « BP achètera l’huile de Nuseed Carinata pour la production de biocarburants durables », explique Brent Zacharias, directeur général de Nuseed. Dans ce cadre, Saipol consacrera une partie de sa capacité de transformation à cette graine.

Plus à lire dans Les Échos cette semaine.

Tourisme des « savoir-faire ». Le président du Comité Régional du Tourisme et des Loisirs (CRTL) d’Occitanie, Vincent Garel, entame un tour de région des savoir-faire, annonce le CRTL dans un communiqué du 25 janvier. Il a fait sa première halte aux ateliers Tuffery (Lozère), spécialisés dans la fabrication de jeans et dirigé par Julien Tuffery. « L’excellence de ses produits, son parcours d’ingénieur, son expérience bâtie à l’étranger, sa vision économique à 360 degrés et sa façon d’emmener ses visiteurs dans son univers, en font un parfait ambassadeur de la ruralité de demain : éco-rentable et responsable », souligne le président du CRTL qui précise que « l’atelier Tuffery illustre l’économie que soutient la Région : savoir-faire, sens de la proximité, circuits courts, connaissance de la terre où on est implanté, respect des traditions, transmission du patrimoine local ».
Avec un constat : « Il est urgent de développer des solutions multimodales décarbonées pour désenclaver nos territoires. La Lozère en est l’exemple probant : peu de transports en commun, une saison touristique qui pourrait être prolongée toute l’année via le tourisme de “savoir-faire et de découvertes” », conclut-il à l’issue de sa visite.
Le CRTL anime depuis l’an dernier un nouveau club d’entreprises dédié au « tourisme de savoir-faire et de découverte », un secteur qui s’appuie sur un réseau de 192 entreprises ouvertes à la visite et qui représente annuellement 1,5 million de visiteurs (chiffres 2019) en Occitanie. L’objectif est de doubler d’ici 2025 le nombre d’entreprises ouvertes au public. Parmi les pépites adhérentes : caves de Roquefort et ateliers de confection de gants en cuir à Millau (Aveyron), chapeaux de Caussade (Tarn-et-Garonne), poteries d’Anduze (Gard), toiles de la montagne noire (Tarn), pastel du Lauragais, et aéronautique (Haute-Garonne), grenat du Roussillon (Pyrénées-Orientales).
« Textile : Atelier Tuffery double la capacité de sa manufacture lozérienne », pour Les Echos ici (avril 2022).

La cuisine centrale Millas 2 prévue en 2024. Jean Roque, président de l’Union départementale scolaire d’intérêt social (UDSIS) et vice-président du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, l’a annoncé lors de ses vœux le 25 janvier : Millas 2, seconde cuisine pédagogique et écoresponsable de la commune, sortira de terre fin 2024. « Le Département des Pyrénées-Orientales investit 80 % du budget total sur ce projet, qui s’élève à 11,7 M€. 10.000 repas seront servis par jour », précise-t-il à nos confrères de L’Indépendant (à lire ici). D’une superficie totale de 8.000 m2 pour un bâtiment de 2.500 m2, le projet Millas 2 sollicitera 29 métiers sur le chantier.

Más* sur Mas. « Faire vivre la vigne », « Nouvelles aventures », « L’âme des terroirs », « Le génie des lieux », « Envies et convictions »… À travers 9 épisodes d’environ 10 minutes chacun, Jean-Claude Mas se raconte sur Youtube auprès du journaliste spécialisé Thierry Desseauve, dans la série « Toutes les vies de Jean-Claude Mas ». Sa passion des terroirs languedociens, son goût pour la création de vins « gourmands, amples, expressifs et qui peuvent vieillir », ses coups de génie marketing, son double métier (vigneron et négociant), sa trajectoire professionnelle… Une série enivrante !
Avec des pépites. Le nom de « Domaines Paul Mas » s’inspire du prénom du père de Jean-Claude Mas. Un hommage, même si ce dernier n’a pas épargné le fiston. « Mon père n’a jamais admis que l’on faisait tous deux le même métier de viticulteur, confie Jean-Claude Mas. Il m’a toujours dit : ‘moi, je faisais de l’agriculture, toi, tu fais du commerce. » En réponse, Jean-Claude Mas confie vouloir « faire mieux que son père ». Et toc.
> « Toutes les vies de Jean-Claude Mas », une série à découvrir en cliquant ici
* « Plus », en espagnol.

Patrice Lafargue en pince pour les PME d’ici. Le fondateur et président du Groupe Idec (immobilier) investit dans les PME innovantes d’Occitanie Est. Il participe notamment à la levée de fonds de 14 M€ réalisée par Bulane (électrolyseurs dédiés aux applications de combustion hydrogène), à travers Idec Invest Innovation. Un rapprochement serait également en vue avec BuroStation (espaces de coworking), groupe créé en 2015 par Nordine El Ouachmi, nouveau président de la French Tech Méditerranée. Contacté par Les Indiscrétions, ce dernier n’a pas (encore) répondu.

Paca aussi. D’après Laurent Jaoul, maire de Saint-Brès (34), le président de la Région Sud Paca, Renaud Muselier, sera présent à la manifestation du 11 février à Montpellier, organisée par le monde de la ruralité et la bouvine pour protester contre une éventuelle future réforme de la bouvine. « Sa participation à notre manifestation est un honneur pour le monde rural », indique l’élu sur son compte twitter.

Socri Limited lance les travaux de rénovation de La Coupole de Nîmes. Cette année, le groupe Socri Limited va amorcer la rénovation du centre commercial La Coupole de Nîmes, avec la restructuration complètement de l’espace central, la place de la Coupole, pour un budget d’environ un million d’euros. Une première étape qui inclut l’installation d’escaliers en verre, d’un bassin végétal et d’une reprise complète des sols.
La seconde phase de rénovation interviendra en 2024 ou 2025 pour environ 9 M€ d’investissement. Des discussions avec la mairie de Nîmes sont en cours pour concrétiser le projet dans le cadre d’un large partenariat. « L’objectif est que d’ici 2026, La Coupole redevienne un lieu emblématique et référent du shopping de l’écusson nîmois, mieux valorisé, mieux connecté et jouant son rôle de locomotive commerciale », indique le groupe dans un communiqué du 27 janvier.
Depuis son acquisition en 2021 par le groupe, La Coupole de Nîmes consolide un chiffre d’affaires supérieur à 2019 de 18% en 2022.
L’année 2023 sera également marquée par la poursuite de la rénovation des Galeries Lafayette de Béziers et Avignon par le groupe. Ces Galeries, gérées en partenariat avec le groupe Planet Indigo, ont généré 26.3 millions d’euros de CA cumulé en 2022.
Plus à lire sur Socri Limited, « Socri Reim acquiert le centre commercial La Coupole à Nîmes » dans Les Échos (juin 2021).

En direct des Échos

 

Séminaire national des correspondants des Échos, boulevard de Grenelle à Paris, ce 27 janvier. Nous étions une trentaine, à la fois confrères et concurrents (il faut ‘vendre’ ses sujets dans les pages).
Sain rappel des bases du métier par la direction de la rédaction et les chefs de service : faire des droits de suite (que sont devenus les projets annoncés ?), éviter les acronymes abscons et l’ultralocal pour parler au lecteur, garder une salutaire distance avec les sources, faire la chasse à la langue de bois, adapter l’écriture à la digitalisation des contenus, parler aussi des sujets négatifs et des entreprises qui souffrent etc. C’est aussi l’occasion de mettre des visages sur des voix. En effet, l’urgence du traitement de l’info et l’organisation de la rédaction (maillage de correspondants couvrant des régions) font que nos échanges au quotidien se font exclusivement par mail ou téléphone.
C’est un plaisir, et aussi une fierté, de travailler depuis maintenant 10 ans pour cette référence de la presse économique et financière, dont je partage trois valeurs : l’exigence éditoriale, le souci de performance et la créativité. Je n’oublie pas que c’est ce bon Jacques Ramon qui m’a transmis la correspondance des Échos en Occitanie Est (Languedoc-Roussillon à l’époque), en octobre 2012. Il me l’avait promis en août 2004, il a tenu parole 8 ans après. Les valeurs. Les vraies.

Nouveau siège pour Sim&Cure. Sim&Cure, qui développe une suite logicielle qui vise à améliorer le traitement neurovasculaire de l’anévrisme cérébral, va ériger son siège social dans le quartier Euromédecine, à Grabels (Montpellier Nord), sur environ 1.600 m2 de surface de plancher. La demande de permis de construire va être déposée en mars. Architecte : Christophe Blouet (ArchiGroup). Contractant général : Idec Grand Sud.

Champagne… sans alcool à Béziers. Les Indiscrétions se sont rendues à la soirée « Champagne » organisée par le groupe Caminarem (intérim, recrutements, solutions RH, portage salarial ; président : Matthieu Ourliac) à son siège social de Béziers. Dans une ambiance chaleureuse (mais frisquette !), le réseau d’entreprises du groupe et une partie de ses 40 collaborateurs étaient réunis pour fêter la nouvelle année. Et pour garder l’esprit clair, le champagne… sans alcool a coulé à flot, distribué lors de la soirée par l’entreprise biterroise de vins sans alcool, Le Petit Béret.
« Nous nous plaçons sur le marché haut de gamme, et répondons à la tendance du sans alcool au restaurant avec nos champagnes distribués dans les hôtels comme Le Crillon (Paris), Paul Bocuse (Puy-de-Dôme), ou encore à l’Auberge du Vieux Puits (Aude) du chef Gilles Goujon, triplement étoilé au guide Michelin », énumère Hugo Lafuente, commercial présent pour faire les dégustations.
Le Petit Béret a également proposé à la dégustation sa nouvelle gamme de spiritueux et liqueurs sans alcool pour reproduire de fameux cocktails (Mojito, New York Sour ou Spritz). Fondé en 2015 par Fathi Benni, ingénieur agronome, et Dominique Laporte, meilleur sommelier de France, Le Petit Béret écoule deux millions de bouteilles par an, avec quatorze références à la vente.
Plus à (re)lire sur Le Petit Béret dans Les Échos, « Le Petit Béret diffuse ses vins sans alcool à l’international ».

Wall Street English Magazine : l’anglais, c’est bon pour le PIB. Le saviez-vous ? Maîtriser l’anglais, c’est bon pour le PIB. C’est ce qu’on apprend dans la première édition du magazine Wall Street English. « Un salarié maîtrisant une langue étrangère peut espérer gagner chaque année 4.300 € net supplémentaires ; Une entreprise qui formerait 10 % de son effectif à l’anglais niveau B2 peut espérer une hausse de 1,53 % de son CA. ». Plus à lire en cliquant ici. Agencehv a eu le plaisir de rédiger le magazine. Conception et mise en page : Agence Janvier (Montpellier). Pour consulter nos super références rédactionnelles, il suffit de cliquer là.

Trois nouvelles enseignes de sport à Lattes. Mardi 24 janvier, la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) a donné son feu vert pour la création d’un centre commercial situé sur la zone artisanale Font de la Banquière à Lattes, indique Midi Libre (ici). Porté par la société civile immobilière S.C.I B.B.C, le projet devrait accueillir trois enseignes de sport : Vélo Park (1.050 m2), Sport 2000 (1.567 m2) et Moov (380 m2), pour un total de 2.997 m2 de surface de vente. Les dates de début des travaux et de livraison ne sont pas encore connues.

Un groupe espagnol met la main sur la concession BMW-Mini de Perpignan. Grup Oliva Motor (Espagne) rachète la concession BMW-Mini de Perpignan (45 salariés, 35 M€ CA), jusqu’ici détenue par la famille Alart, lit-on dans un post LinkedIn de Vincent Salimon, PDG de BMW Group France. Oliva Motor prévoit d’investir 6,5 M€ dans des outils technologiques et de RSE. Avec cette acquisition, « nous prévoyons de dépasser les 250 M€ de CA et 460 salariés sur nos 15 sites à Tarragone, Gérone, Barcelone et Perpignan », déclare Santiago Oliva, président exécutif d’Oliva Motor, dans L’Indépendant.

Plus de décodages ici

À vos CV ! Osmozis, spécialiste des solutions IoT pour les campings et villages de vacances en Europe basé à Clapiers (34), recherche actuellement ses dix futur.es collaborateurs et collaboratrices pour soutenir sa croissance (+ 40 % sur la période de septembre à novembre 2022) et développer son parc de bornes et objets connectés. Profils recherchés sur toute la France : techniciens, câbleurs, ingénieurs, ou encore assistant administration des ventes. Osmozis a réalisé un chiffre d’affaires de 11,6 M€ en 2022, et emploie 80 salariés. Plus d’informations sur la page recrutement du site internet d’Osmozis ou sur sa page LinkedIn.

Métiers de l’agriculture. Du 6 au 10 février se déroule les journées des métiers de l’agriculture, organisées par Pôle emploi Beaucaire (Gard). Au programme, la présentation des métiers et formations du campus agricole de Rodilhan le 6 février (infos et inscription ici), la présentation d’Agriemploi30 suivi d’un recrutement (infos et inscription ici) et la visite de l’exploitation agricole « Les Vergers des Mugues » à Meynes le 8 février, et la présentation des métiers des animaux, espaces verts et agriculture le 10 février (infos et inscription ici).

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Bandeau pub CCI Herault - Les Indiscretions du 14 novembre 2022

Zoom

Zoom

9

Une info passée au crible

Arbitrage et handisport au cœur du dîner de La Table Ovale

Les Indiscrétions ont assisté, le 25 janvier au Domaine de Granoupiac (Saint-André-de-Sangonis), au dîner-débat de La Table Ovale (dans l’Hérault, pas son homonyme à Toulouse) rassemblant près de 200 décideurs du cœur d’Hérault. Où il a été question d’arbitrage dans le foot et le rugby, et de handisport dans le territoire.

 

Micro à la place du sifflet. La crise des vocations, les contestations, violences et incivilités grandissantes dans le football, la préparation et la sélection des arbitres de rugby avant la coupe du monde de rugby en France à l’automne… Deux anciens arbitres internationaux, l’Héraultais Damien Ledentu (foot) et le Tarnais Joël Jutge (rugby) ont livré les arcanes des hommes en noir.
« Je suis issu du club du Crès (34), et étais très limité sur le plan footballistique. Je suis arrivé à l’arbitrage par hasard, car le club en manquait. Puis, j’ai attrapé le virus ! » Ayant exercé au haut niveau entre 1998 et 2012, il a « fait fi des quolibets et insultes du public », en restant « concentré sur l’objectif à chaque match. Quand, à la fin d’un match, personne ne se souvient du nom de l’arbitre, c’est qu’il a été bon ! », sourit-il.

Rugby : des bataillons d’avocats face aux arbitres. Joël Jutge, aujourd’hui patron des arbitres à World Rugby, a décrit, côté Ovalie, un univers de pressions financières et juridiques. Loin de l’image du sport de gentlemen. « Je travaille avec beaucoup d’avocats. Face à nous, les équipes nationales arrivent, à chaque Coupe du monde, avec des avocats très puissants, qui n’hésitent pas à sortir du cadre de référence. Quand ils combattent avec nous, sur les conséquences d’un carton rouge par exemple (nombre de matchs de suspension en jeu), ils sont d’une précision diabolique. Tous les mots sont pesés. La règle du rugby est d’une grande complexité, avec beaucoup de zones grises. Les entraîneurs dérivent de plus en plus. Leurs salaires sont de plus en plus élevés, et ils veulent à tout prix garder leur job. Pour défendre leurs indicateurs de performance, et justifier les défaites, il n’y a rien de plus facile que mettre le doigt sur l’arbitrage. »

Même Dusautoir s’est trompé. Sur la difficulté des règles, Joël Jutge livre cette anecdote croustillante : « En finale de coupe du Monde 2011, entre la France et la Nouvelle-Zélande, Thierry Dusautoir, le capitaine du XV de France, un joueur pourtant expérimenté et très subtil, pensait sincèrement qu’un adversaire n’avait pas le droit de commettre un geste. Il se trompait de bonne foi, malgré toute son expertise ! » Le Tarnais se dit plus inquiet pour les nouvelles générations. « Désormais, les joueurs et arbitres n’apprennent plus les règles dans les livres, mais par l’image. Du coup, on ne sait plus ce que dit la règle. » L’arbitrage collectif est en tout cas devenu « une obligation, car les choses vont très vite, et la pression va en grandissant ».
Pour la prochaine coupe du monde en France, 12 arbitres seront retenus. L’utilisation du micro-cravate, permettant d’entendre les conversations entre arbitre et joueurs, est jugée positive. « On rend les choses transparentes. Cela montre une bonne image de l’arbitrage et des arbitres. »

Ledentu sévère avec le foot. Côté ballon rond, Damien Ledentu tacle « des dérives dans les comportements des joueurs, qui deviennent inadmissibles. À la moindre décision, 4 ou 5 joueurs viennent entourer l’arbitre pour contester sa décision. À terme, cela ne va plus être gérable ». Parmi les propositions, des idées venues… du rugby : reculer le ballon de 10 mètres quand un joueur conteste, ou inverser un coup franc. « Les règles sont très lentes à évoluer. Le problème doit être pris à bras le corps. Certes, le foot est le sport numéro 1, avec 2,2 millions de licenciés. Mais il faut faire attention aux dérives, aux incivilités qui s’aggravent depuis la période post-Covid. Les personnes qui recrutent les futurs arbitres ne sont pas les bonnes. Il faudrait des VRP de l’arbitrage, pour faire rêver les jeunes, les faire venir à l’arbitrage, et les fidéliser. Il y a 24.000 arbitres en France, et il en faudrait le double », s’alarme l’homme en noir (qui était vêtu de rose, en l’occurrence). Il se félicite néanmoins que, lors de la Coupe du monde de foot au Qatar, l’arbitrage « est à l’honneur… et non pas talonneur (poste au rugby, note), cher Joël ».

Les femmes n’y font rien. Les arbitres féminines pourraient-elles calmer les ardeurs contestatrices des joueurs ? « Sur les 10 premières minutes, les joueurs respectent davantage l’arbitre femme, admet-il. Mais après, ils retrouvent vite leurs automatismes ! »

Puissant réseau d’affaires. Animée par Bernard Bilhac (France Matériaux), La Table Ovale est l’un des plus importants clubs d’entreprises de l’Hérault, avec 250 entreprises adhérentes. Un réseau d’influence incontournable dans le cœur d’Hérault. Pour preuve, les maires de Lodève (Gaëlle Lévêque), Clermont-l’Hérault (Gérard Bessière) et Gignac (Jean-François Soto) étaient présents, ainsi que Jean-Luc Requi, président de la communauté de communes Lodévois et Larzac.

Rugby encore. Particularité de la Table Ovale : comme son nom l’indique, la structure contribue au financement du club de rugby RCO Salagou Cœur d’Hérault (500 licenciés), et vient d’investir dans la création d’un club house.

Handisport. Lors de la soirée, l’animateur en chef, Bernard Bilhac (45 minutes sans une seule lecture à des notes : je vais le recruter) a valorisé une initiative de développement du sport adapté en Cœur d’Hérault. « Cette initiative est portée par Mathieu Oliver, joueur de rugby-fauteuil et apprenti éducateur. Il a été embauché au sein de notre club pour essayer d’impliquer les personnes malades ou à mobilités réduites dans le sport et en particulier dans le rugby. Ce qui n’a jamais été fait sur notre territoire, ou alors très confidentiellement », confie-t-il.

Des solutions, pas des leçons. « Le sous-préfet nous boude, ces derniers temps, regrette un entrepreneur du Cœur d’Hérault, en marge de la soirée de la Table Ovale. Bon, on lui a fait comprendre qu’on n’appréciait peu son style. Il nous dit toujours ce qu’on doit faire ! Il faut faire monter en gamme le territoire, verticaliser les constructions etc. Mais ce qu’on attend d’un sous-préfet, ce n’est pas qu’il nous dise ce qu’on doit faire. C’est qu’il trouve des solutions à nos problèmes. »

Loxam : formation à la digitalisation et projet de déménagement à Montpellier Sud. Interviewé entre deux plats, Sébastien Mouton, nouveau responsable commercial de Loxam (directeur régional : Stéphane Gourment) fait état d’un coût des machines qui a « énormément augmenté, entre 15 % et 30 % en un an. Nous sommes obligés de répercuter à travers des hausses tarifaires, ce qui n’est jamais évident ». Autre sujet, le projet de déplacement de l’agence de Montpellier, actuellement située à Garosud. « Mais la solution foncière est difficile à trouver au sud de la métropole de Montpellier, où nous souhaitons rester », indique-t-il.
La formation du personnel aux enjeux numériques est un défi de tous les instants. « Nous avons beaucoup de logiciels. La DSI essaie de les concentrer. Il faut former tout le personnel pour déployer en région les nouveaux logiciels. On doit avoir une quinzaine de logiciels dans une agence. » Un référent digital a été recruté en interne, pour faire l’état des lieux des compétences des collaborateurs, et évaluer les besoins en formation. « Les logiciels sont de plus en compliqués et nombreux. Aux traditionnelles fiches papier, ont succédé les machines pucées, scannées avec un smartphone », confie-t-il. Loxam, belle success story à la française, est née en Bretagne et devenue numéro 4 mondial par le biais de rachats, affichant aujourd’hui 2,5 Md€ de CA et 11.000 salariés dans le monde.

3 questions à

3 questions à

Fabrice Gerber, Toujust

« Des produits 5 à 10 % moins cher qu’ailleurs »

On n’entend parler que de lui depuis une semaine. Les Indiscrétions ne pouvaient pas ne pas en parler ! Ancien directeur général de Leclerc, responsable des ventes d’Aldi et associé Système U, Fabrice Gerber est un expert de la grande distribution. Il ouvre sa propre enseigne de hard discount Toujust à Alès, le 1er mars. Une enseigne qui n’a pas froid aux yeux et qui veut bouger les lignes de la grande distribution. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

L’enseigne Toujust promet des produits 5 à 10 % moins chers qu’ailleurs. Explique-nous, comment Toujust peut répondre à cette promesse ?

Notre modèle veut bouger les lignes de la grande distribution traditionnelle : il est construit sur un principe gagnant-gagnant et de coopération avec les fournisseurs.
Ces derniers détiennent 99 % de Tazita Coop Food, qui détient 25 % de Toujust (toutes deux sont détenues par Tazita Holding, note). Ce fonctionnement permet aux fournisseurs d’être toujours à l’abri juridiquement si, postérieurement, le groupe rencontre des difficultés, et sécurise également l’entreprise. Et cette organisation nous permet de promettre des produits 5 à 10 % moins cher qu’ailleurs, pour répondre à la baisse du pouvoir d’achat, la hausse de la facture énergétique, le coût de l’essence… Étant actionnaires, les fournisseurs ont tout intérêt à avoir les prix les plus bas s’ils veulent que les produits se vendent. Nous travaillons uniquement sur le prix et le produit, sans rogner sur la qualité.
Enfin, chez Toujust nous ne pratiquons pas de pénalité, et nous ne faisons pas payer la présence d’un fournisseur dans un rayon.
Toujust est le projet de 25 personnes qui constituent le comité stratégique de la marque, dont l’équipe est basée à Alfortville (Val-de-Marne).

J’ai inventé ce modèle après une réunion à mon ancien travail, où j’ai entendu « Super, nous venons de piquer 5 K€ de pénalités aux fournisseurs ! » Cela m’a écœuré ! Ce n’est pas ça le commerce pour moi… Ce n’est pas embaucher quatre juristes pour piquer des pénalités aux fournisseurs. Moi, je suis un homme de terrain, pas de salons parisiens. En étant un soutien auprès des fournisseurs, en partageant une vraie relation, nous pouvons trouver des synergies et faire des économies.

Tu vas ouvrir le premier magasin Toujust de France à Alès, dans le Gard. Peux-tu nous en dire plus ?

Nous avons investi près d’1 M€ dans une surface de 999 m2 (précisément car la Commission départementale d’aménagement commercial, CDAC, ne m’autorisait pas à dépasser !), avec un point chaud de 200 m2 (boulangerie, pâtisserie, viennoiserie, snacking), proposant un plat du jour commercialisé avec fruit et boisson pour 3 euros par jour, pour que les gens ayant des problèmes de pouvoir d’achat puissent manger sainement à un prix abordable ; 120 m2 de réserve ; 69 m2 de locaux sociaux (bureaux, vestiaires, sanitaires et salle de pause). 80 % des produits seront vendus en marque blanche, et 20 % seront dédiés aux marques nationales, les incontournables comme Nutella, Coca, etc. Mais moins cher que chez les concurrents. La marque blanche, qui ne sera pas du 1er prix, est fabriquée par un industriel qui ne veut pas apposer sa marque par peur des représailles.
16 collaborateurs sont recrutés pour ce premier magasin, qui sera situé avenue Olivier de Serres, non loin du Hyper U. Nous avons choisi Alès pour cette première ouverture car nous visons les villes où les consommateurs peuvent s’identifier à notre modèle (faible pouvoir d’achat, taux de chômage élevé), et le local était disponible maintenant. En plus, toutes les enseignes de grande distribution y sont présentes pour se tirer la bourre (Lidl, Leclerc, Cora, Intermarché), un peu de concurrence je trouve ça génial !
Nous fonctionnons par pack d’associés de 10 magasins, donc nous projetons l’ouverture de 40 à 50 magasins en 2023, et comptons rester sur cette dynamique pour 2024. Toujust Alès vise 6 M€ de chiffre d’affaires sur la première année. Je suis obligé de carburer. Les concurrents veulent me croquer avant même que le premier magasin soit sorti de terre, si je n’appuie pas sur le champignon et que je ne fais pas une croissance exponentielle, ça ne va pas marcher ! Le 1er avril, je finaliserai le rachat de l’enseigne de magasin bio L’Eau Vive (64 magasins). Le bio est fortement impacté par l’inflation : je pense donc créer une enseigne bio sur le modèle de Toujust.

Combien de fournisseurs ont rejoint Toujust, et pourquoi ?

Toujust compte pour le moment 100 fournisseurs, et 200 autres fournisseurs supplémentaires veulent nous rejoindre depuis que la TV et la presse parle de Toujust et de notre modèle. J’ai 200 rendez-vous calés, d’autant que je ne fais pas du cinéma à la façon d’Alliances Locales Leclerc : je me déplace et fais le tour de la France pour tous les rencontrer, les éleveurs, les fabricants, etc.
Ce sont des fournisseurs qui adhèrent à notre modèle car ils sont écœurés par le système actuel de la distribution.
Depuis notre passage sur le JT de TF1, près de 50 % de mes 100 fournisseurs ont reçu des menaces écrites : « si tu adhères, nous te déréférencerons de notre centrale ». Ils sont bêtes, ils l’ont écrit par mail ! Ils sont tellement persuadés que leur système est vérolé, et craignent de perdre ce système qu’ils agissent dans la panique. Il faut rappeler que je connais leur pratique depuis 25 ans.
Heureusement, les fournisseurs sont convaincus du modèle et ne se laissent pas impressionner car il leur redonne une place d’acteur, et pas juste de vache à lait. Certains m’ont dit « nous avons l’habitude de ces pratiques d’intimidations… Nous croyons en ton projet, donc nous te suivrons, et s’il le faut nous serrerons les dents ensemble, mais au moins avec la tête haute ! »

Plus à lire cette semaine dans Les Échos.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Petite anecdote RP : en plein championnat du monde avec l’équipe de France de handball (finale perdue le 29 janvier face au Danemark, comme d’habitude), Valentin Porte, capitaine du MHB (Montpellier Handball), m’a accordé, le 24 janvier, 30 mn d’interview. Le sujet était pourtant tout autre que le championnat du monde en question, puisqu’il était question des 40 ans du MHB. Bref, la classe internationale. Et, au-delà de l’anecdote, un conseil RP : on peut toujours répondre aux questions d’un journaliste, même quand on est très pris. Ça prend du temps, mais ça donne une très bonne image.

La phrase

« Nous cherchons à installer des toitures photovoltaïques sur les immeubles tertiaires que nous détenons, pour alléger les charges sur les parties communes. Une étude est en cours pour équiper six immeubles de bureaux en Occitanie. Rappelons qu’EDF a le monopole de l’électricité en France. Tout le monde cherche des moyens pour diminuer les charges. »
Plus à lire dans Hérault Tribuneen cliquant ici.

Arline Gaujal-Kempler

foncière tertiaire INEA

On s’en fout

Une chargée de relations presse parisienne : « J’ai une belle start-up, dans votre région du sud !
– Merci mais elle est basée où cette start-up ? Pour Les Échos, je couvre la partie littorale de l’Occitanie.
– Elle est au Cannet.
– (je reste mentalement avec mon prisme d’Occitanie) Le Canet, dans l’Hérault, ou Cannet-en-Roussillon ?
Silence au bout du fil, j’ai l’impression de perdre la RP.
– … (après une hésitation et recherches) Le Cannet, avec deux « N ».
– Dans ce cas, c’est pour mon copain Vincent-Xavier Morvan*, à Nice. Le Cannet c’est dans le 06. Je sais que pour les Parisiens, la Côte-d’Azur ou l’Hérault c’est pareil. Mais non, il y a le delta du Rhône entre les deux, c’est deux régions différentes, ça n’a rien à voir ! »

Que la chargée de relations presse ne se sente pas visée : j’ai aussi été contacté à deux reprises par Bpifrance, pour deux belles entreprises basées à Saintes-Marie-de-la-mer (raté, pour quelques kilomètres, la commune étant basée dans les Bouches-du-Rhône, tout près du Gard), et l’autre dans le Loiret (là, je n’ai pas compris). Bref, les Waze et Google Maps, c’est fantastique, mais ça génère une forme d’inculture géographique accélérée. À moins que mon image journalistique ne devienne nationale, au fil des enquêtes et reportages. Qui sait ?
* Par ailleurs président du Club de la Presse Méditerranée 06.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Ariège : le site nordique du nouveau Beille rénové pour 8,5 M€

 

Le timing est judicieux, juste avant les vacances de février. Alain Naudy, président de la Communauté de Communes de la Haute-Ariège inaugure, ce 3 février, aux côtés de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Sylvie Feucher, préfète de l’Ariège et Christine Téqui, présidente du Département de l’Ariège, le site nordique du nouveau Beille (Les Cabannes – 09), au terme de 20 mois de chantier et d’un investissement de 8,5 M€ (dont 4,5 M€ de subventions). Cette construction de haute montagne, étendue de 1.000 m², comprend une salle de séminaire de 100 personnes, un nouveau local technique et une restauration reprise par La Maison Lacube, éleveur et restaurateur ariégeois. Le nouveau site est qualifié « Bâtiment Durable d’Occitanie » et « Projet Nowatt », avec une économie de 58 % de consommation d’énergie par rapport à l’ancien bâtiment, datant de 1990. Fréquentation annuelle de ce site de haute montagne (1.800 mètres d’altitude) : 200.000 personnes. Plus de 60 emplois directs. Retombées économiques annuelles estimées à 6,5 M€ sur le territoire. Architecte : cabinet Triptyque (Toulouse).
Plus à lire dans le dossier de presse en cliquant ici.

_______________________

Nîmes : AST Groupe va livrer 24 logements pour le 2e trimestre 2024

 

Le promoteur lyonnais AST Groupe, plus connu comme constructeur de maisons individuelles, affiche ses ambitions dans le Gard et l’Hérault, avec 8 programmes immobiliers totalisant 269 logements. Le groupe lance la résidence Cocoon, composée de 24 logements allant du 2 au 4 pièces et située au nord-est de Nîmes, indique le groupe le 30 janvier. Les travaux ont débuté en décembre, pour une livraison au 2e trimestre 2024. Architecte : Gattepaille Architecture (Montpellier). La totalité des appartements de type T2 ont été commercialisés. Des T3 et T4 sont encore disponibles. La pose de la première pierre se fera le 7 février par Julien Plantier, premier adjoint au maire de Nîmes, Michaël Massot, directeur de la promotion et de l’aménagement, et Mathieu Biggi, directeur d’Agences Méditerranée Promotion et Aménagement (AST Groupe).
Pour accélérer la croissance dans le Gard et l’Hérault, deux départements à la croissance démographique galopante, AST Groupe a recruté une équipe de développeurs locaux, avec un réseau d’apporteurs d’affaires. Une agence dédiée à la promotion immobilière a été ouverte en juin dernier à Vendargues, aux portes du Gard.​

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

BTP 👷‍♀

Occitanie Est

La Spl Agate lance un avis pour les travaux e désamiantage et démolition du viaduc Puccini et de la galerie technique accolée au viaduc sur le linéaire du viaduc.

Montpellier 3M lance un avis pour le renforcement des fondations de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

La communauté de communes du Vallespir lance un avis pour les travaux de réfection et de requalification durable du Chalet de l’Albère.

La communauté de communes Côte Vermeille Illiberis lance un avis pour la maîtrise d’œuvre relative à la création d’un accueil de loisirs sans hébergement et d’une crèche sur le site de l’école Curie Pasteur située à Argelès -sur-Mer.

Le rectorat de l’académie de Montpellier lance un avis pour les travaux de réhabilitation du bâtiment H – tranche 2 Pôle universitaire Hoche à Nîmes.

Le Pays de l’Or lance un avis pour la mise à niveau et entretien des infrastructures bois sur le site naturel du Petit Travers.

Sète Agglopôle Méditerranée lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre concernant la restructuration et l’extension de la halle des sports Louis Marty à Sète.

Le Conseil départemental du Gard lance un avis pour la construction d’un centre médico-social à Villeneuve-lez-Avignon.

Occitanie Ouest

Aveyron Habitat lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la réalisation de déclarations de travaux, études thermiques et le suivi de travaux.

Le Département du Lot lance un avis pour mission OPC pour l’unification par restructuration du collège “Les Sept Tours” à Martel.

La Spl Arac Occitanie lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre pour restructuration de la restauration et reprise du sous-sol de l’administration au lycée Philippe Tissie à Saverdun.

Le Sdis 31 lance un avis pour la construction du Centre d’Incendie et de Secours de Auterive.

La Sem Arac Occitanie lance un avis pour les travaux pour la construction d’un bâtiment pour accueillir l’Agence Pôle emploi à Albi.

Déchets 🗑️

Occitanie Ouest

Le syndicat mixte de collecte des déchets 65 lance un avis pour la fourniture d’abris-bacs pour la collecte des déchets alimentaires.

Emploi 💼
Nettoyage 🧹

Occitanie Ouest

La commune de Toulouse lance un avis pour le nettoiement des espaces verts.

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

L’Agence de l’Eau Adour Garonne attribue le marché d’accompagnement à la mise en œuvre des projets de territoire pour la gestion de l’eau à ELLYX. Valeur totale du marché : 100 850 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché d’AMO liée à l’hébergement du centre de coordination des opérations Egnos V3 dans les locaux de Toulouse Métropole à la Sat Conseil Siege. Valeur totale du marché : 740 000 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché de collecte, tri, valorisation ou élimination des déchets toxiques et dangereux générés par Toulouse Métropole et la commune de Toulouse à Triadis Services Agence Saint Alban Sas. Valeur totale du marché : 433 788 euros.

La commune de Saint-Gilles attribue le marché de rénovation technique et énergétique de la piscine municipale à LCO INGENIERIE. Valeur totale du marché : 1 850 000 euros.

Tecelys attribue le marché de reconnaissance réseaux et relevés topographiques pour les besoins des projets de transport du Grand Avignon à RESODETECTION. Valeur totale du marché : 500 000 euros.

Le Conseil départemental de l’Hérault attribue le marché d’aménagements intérieurs, extérieurs et signalisations pour les véhicules du département de l’Hérault à Sarl Carrosserie Artieres. Valeur totale du marché : 700 000 euros.

La communauté de communes des Aspres attribue le marché de délégation de service public pour l’exploitation du service de collecte et de traitement des eaux usées à Saur. Valeur totale du marché : 7 700 000 euros.

Plus de marchés ici

Réseau 31 attribue le marché de travaux de construction d’un réseau de collecte des eaux usées sur la commune de Auterive (31) à jean Lefebvre. Valeur totale du marché : 405 376,64 euros.

Grand Montauban attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement du Boulevard Urbain Ouest à Egis Villes Et Transports. Valeur totale du marché 1 373 012,5 euros.

Port Sud de France attribue le marché d’acquisition d’une trémie mobile portuaire dépoussiérée pour le port de commerce de Sète à Etablissements Castel. Valeur totale du marché : 1 685 165 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché de construction du giratoire de l’Espertin à Eiffage Route Grand-Sud – établissement Midi-Pyrénées. Valeur totale du marché : 779 991,74 euros.

Le Syded du Lot attribue le marché de collecte et traitement des déchets diffus spécifiques à Triadis Services et Chimirec Massif-Central. Valeur totale du marché : 1 221 596,8 euros.

La Fede départementale d’énergies du Lot attribue le marché de travaux d’extension et renouvellement – Maintenance et réparation des installations et réseaux d’éclairage public à ineo Midi Pyrenees Languedoc Roussillon, e.p.e.g et gabrielle. Valeur totale du marché : 5 250 000 euros.

Le Conseil départemental de l’Hérault attribue le marché d’assistance à la maitrise d’ouvrage et la maitrise d’œuvre informatique à Sopra Steria, Decivision et Henix. Valeur totale du marché : 875 000 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché d’accord-cadre pour des prestations de maîtrise d’œuvre pour la requalification de l’avenue Eisenhower à Egis Villes Et Transports. Valeur totale du marché : 627 750 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché d’aménagement cyclable de l’axe Quai de Tounis à Eiffage Route Grand Sud. Valeur totale du marché : 892 450 euros.

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

Lundi 30 janvier :

Cérémonie des vœux de la  CCI Hérault, 18h30, Corum de Montpellier

Cérémonie des vœux de l’UPE 30, 19h45, AntéPrima, 1 avenue de la Méditerranée à Nîmes.

Cérémonie des vœux de la Ville de Toulouse – Rive Gauche, 18h30, Chapelle Saint-Joseph de la Grave.

Du 30 janvier au 1er février :

30ème édition du Salon Millésime Bio, organisé par Sudvinbio au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mardi 31 janvier :

Cérémonie des vœux de la CCI Hérault à Béziers, 18h30, Parc des Expositions.

Cérémonie des vœux de Florian Mantione Institut RH, 19h, salle Dieze (188 avenue du marché Gare), Montpellier.

Cérémonie des vœux de la French Tech Méditerranée, 18h-19h, à la Cité de l’Économie et des Métiers de demain, Montpellier. Inscriptions ici.

FÉVRIER

Vendredi 3 février :

Table ronde sur la problématique « De l’utopie californienne du digital à son désenchantement, un autre numérique est-il possible ? », organisée par Kaliop au théâtre des 13 Vents de Montpellier. Inscription gratuite ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Toulouse. Plus d’infos et inscription ici.

Cérémonie des vœux de la Cress Occitanie, 12h, Halle Tropisme (121 rue Fontcouverte), Montpellier.

Lundi 6 février :

Rencontre sur la thème « Anticiper des difficultés dans l’entreprise », organisée par l’UPE 30, à la FFB Gard (allée Graham Bell, Nîmes). Inscription obligatoire ici.

Du 6 au 10 février :

Les journées des métiers de l’agriculture, organisées par Pôle emploi, à Beaucaire (30). Plus d’infos ici.

Jeudi 9 février :

19ème forum de l’OTIE « Immobilier d’entreprise : au cœur des enjeux environnementaux et climatiques », organisé au NH Hôtel Toulouse Airport (31). Inscription obligatoire ici.

Déjeuner « La magie est dans l’œil de celui qui regarde », avec comme invité d’honneur Ben Aymerich, Magicien, mentaliste, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Plus d’infos et inscription ici.

Lundi 13 février :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aude (Narbonne). Plus d’infos et inscription ici.

Plus d'événements ici

Mardi 14 février : 

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aveyron (Millau). Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Aveyron (Rodez). Plus d’infos et inscription ici.

Déjeuner « Le bien-être au travail, un avantage compétitif indispensable aujourd’hui », avec comme invité d’honneur Sylvie Garcia, directrice marketing de Coca Cola Monde, organisé par le Béziers Narbonne Business Club à Narbonne (11). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 15 février :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Lozère (Mende). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 15 et jeudi 16 février :

14ème édition des Rencontres Régionales de l’Ingénierie sur le thème « Loi climat et résilience : objectif ZAN », organisé par l’AiOc Ingénierie Midi-Pyrénées et la Fédération Cinov Midi-Pyrénées au centre de congrès Diagora à Labège. Plus d’infos ici.

Jeudi 16 février :

« Filières agri / agro : comment innover et se diversifier ? », organisé par l’agence Ad’Occ, à la Maison de ma Région de Narbonne et en duplex à la Maison de ma Région de Perpignan. Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Tarn-et-Garonne (Montauban). Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 17 février :

RDV Éco « L’observatoire de l’immobilier et du foncier d’entreprises de Nîmes Métropole », organisé par l’agglomération de Nîmes Métropole.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Tarn (Albi). Plus d’infos et inscription ici.

MARS

Jeudi 2 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Alès (30). Plus d’infos ici.

Mardi 7 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au BIC de Nîmes. Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au HUP d’Alès. Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Restaurateurs : gagnez en visibilité, captez de nouveaux clients et fidélisez votre clientèle », organisé par la CCI Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 8 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Albi (81). Plus d’infos ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Hérault (Mauguio). Plus d’infos et inscription ici.

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie au Parc des expositions de Béziers. Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 9 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Cahors (46). Plus d’infos ici.

Forum Avenirs Métiers Passions organisé au Parc des expositions de Montpellier. Présentation de l’offre de formation en apprentissage et en formation continue.

Déjeuner « L’entrepreneuriat au service de l’urgence climatique », avec comme invité d’honneur Arthur Auboeuf, co-fondateur du mouvement Time for the planet, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club à Narbonne (11). Plus d’infos et inscription ici.

Du 10 au 12 mars :

Salon de l’Immobilier Toulouse-Occitanie, co-organisé par Toulouse Événements, la Fédération de la Promotion Immobilière Occitanie Toulouse Métropole et l’Agence Bienvenue à Bord, au MEETT de Toulouse. Plus d’infos et billeterie ici.

Mercredi 15 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Mende (48). Plus d’infos ici.

Mercredi 15 et jeudi 16 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

Jeudi 16 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Perpignan (66). Plus d’infos ici.

Lundi 20 mars : 

Webinaire « Restaurateurs : gagnez en visibilité, captez de nouveaux clients et fidélisez votre clientèle », organisé par la CCI Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 21 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Nîmes (30). Plus d’infos ici.

Mercredi 22 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Hautes-Pyrénées (Tarbes). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 23 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Rodez St Gaudens (12). Plus d’infos ici.

Mercredi 23 et jeudi 30 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Jeudi 24 mars :

« La Grande Immersion », présentation des nouvelles approches des dirigeants d’entreprises qui ont construit des services à destination des salariés, organisé par l’Adefpat à Millau (Maison de Ma Région). Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 28 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Lot (Cahors). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 30 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montauban (82). Plus d’infos ici.

AVRIL

Mardi 4 avril :

La Nuit du Pitch 2023, organisée par l’association éponyme de 18h30 à 21h30, à l’espace Lattara à Lattes. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 5 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Tarbes (65). Plus d’infos ici.

Jeudi 6 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Carcassonne (11). Plus d’infos ici.

Mercredi 12 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Auch (32). Plus d’infos ici.

« La Nuit des Entrepreneurs », organisée par le Medef Montpellier au Pasino de La Grande-Motte (34).

Jeudi 13 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Figeac (46). Plus d’infos ici.

Mercredi 19 avril :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Pyrénées-Orientales (Perpignan). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 20 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Saverdun (09). Plus d’infos ici.

Jeudi 27 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Béziers (34). Plus d’infos ici.

MAI

11, 12 et 13 mai :

Salon cybersécurité du citoyen et des collectivités, organisé par l’agence Go au Parc des expositions de Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

JUIN

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Lozère / filière bois : Neofor va construire à Mende une usine de production de panneaux de bois massif, destinés à l’aménagement intérieur. L’investissement s’élève à 20 millions d’euros. Il est soutenu par l’État et la Région. 80 emplois créés à l’horizon 2024.
– Portrait de Benjamin Sormonte, success story à New York avec l’enseigne Maman
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking
– Tech : le catalan MeetDeal ringardise les visites en concession automobile
– Saipol investit 60 M€ sur le port de Sète

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur le marché des terrasses bois, février

Pour l’Hérault Juridique et Économique :
Les projets des Domaines Paul Mas (viticulture)

  
Pour Touléco 
Les projets de l’aéroport de Montpellier
 
Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) de janvier : double-page d’infos pratiques sur les travaux de rénovation énergétique, et édito.

Formation

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

Rédaction de contenus

​Contribution à la rédaction du magazine des 40 ans du MHB (handball, Montpellier), pour Le Mas Média (Pierre Bruynooghe) / L’Agence (Midi Libre). Parution en mars 2023.

Animations

3 février : Convention de Kaliop, avec une table ronde portant sur le désenchantement face au numérique.

14 février : table ronde sur le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires de la Région Occitanie, autour notamment sur l’enjeu du Zan (zéro artificialisation nette), pour le compte de la Région Occitanie, via JFB Event.

15 février : animation du Lab Immo Midi Libre sur la crise du crédit, au Mo.Co (Montpellier).

16 mars : petit-déjeuner d’Irdi Capital Investissement à Béziers, via L’Agence (Midi Libre).

22 mars : Journée de l’eau 2023, de 9h30 à 14h au Domaine de Bayssan à Béziers, pour la FRTP Occitanie Méditerranée.

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

Il faut aimer vivre dangereusement

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan ; En « Décodage », la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional ; En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac ; En « Trois questions à… », le salon ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This