Les indiscrétions

Il veut accélérer le temps

Semaine du 11 avril 2023

sur le gril cette semaine

Comprimer le temps. Ce n’est pas le moindre des défis que se lance Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, depuis son élection, le 28 juin 2020.  

Et encore  ? Un nouveau président pour l’Université de Toulouse, une nouvelle directrice à Bpifrance Montpellier (« À l’affiche »), la bataille de l’eau concerne aussi le vignoble (« Trois questions à »), un sursis pour des paillotes de la Grande-Motte (ça rime, et « Décodage »), les perspectives de recrutements des cadres (« Zoom »), marre d’être tous notés et noteurs (« HV Touch »), des Folies à Toulouse et Montpellier (« ça pousse »), et plein d’autres palabres urbaines. 

Bonnes lecture et semaine ! 

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Michael Toplis, Université de Toulouse 

Il est élu président de l’Université de Toulouse, le 7 avril, pour une durée de quatre ans. Il devient le premier président de cette communauté d’universités et d’établissements expérimentale créée le 1er janvier 2022. « Après l’expérimentation, l’enjeu pour le site toulousain est de rejoindre la famille des Grandes Universités de Recherche française », indique-t-il. Un projet en bonne voie, notamment grâce à la labellisation du projet Tiris (Toulouse Initiative for Research’s Impact on Society), qui vise à valoriser l’écosystème de formation et de recherche de très haut niveau du site toulousain et prend place dans le cadre du 4e programme d’investissement d’avenir du gouvernement (Pia-4) en juillet 2022. Diplômé en sciences de la nature à Cambridge et d’un doctorat à l’Université de Bristol (Royaume-Uni), Michael Toplis est planétologue et directeur de recherche au CNRS. Il est également responsable du directoire Univers planète espace environnement (UPEE) de l’université Toulouse III – Paul Sabatier et délégué du pôle de recherche UPEE de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées depuis 2017.   

Émilie Vidal, Bpifrance Occitanie Montpellier

Le 3 mai, elle succèdera à Nadine Faedo, partie pour Marseille (lire ci-contre), à la direction de Bpifrance Occitanie Montpellier. Émilie Vidal est actuellement déléguée territoriale de Bpifrance à Grenoble (38). Avant de rejoindre la banque publique en 2012, elle a travaillé chez HSBC comme chargée d’affaires entreprises.

Annabelle Viollet, Banque des Territoires Occitanie

Les Indiscrétions ont le plaisir d’interviewer, ce jeudi 13 avril, Annabelle Viollet, directrice de la Banque des Territoires en Occitanie (78 salariés), maillon-clé pour la transformation écologique, la transition énergétique et la cohésion sociale et territoriale. Avant les analyses, voici les chiffres 2022 : 869 M€ de prêts signés, dont 770 M€ pour le logement social ; 155 M€ d’investissement en fonds propres ; 31 M€ engagés au titre de France 2030.  
L’an dernier, la Banque des Territoires a par exemple permis de financer la construction de 7.961 logements sociaux neufs et la réhabilitation de 2.983 logements sociaux et places d’hébergements. Autre exemple d’intervention, le financement à hauteur de 8 M€ (sur 45 M€ d’investissement) du projet éolien (8 éoliennes, puissance installée : 28,8 MW) ‘Le Born et Pelouse’, au nord-est de Mende, porté par TotalEnergies, la Banque des Territoires (co-investisseur), la communauté de communes Cœur de Lozère et les communes de Le Born et Pelouse. 

Nadine Faedo, Bpifrance

Après 20 ans passés à Bpifrance (et son ancêtre, Oseo) en Occitanie Est, Nadine Faedo est nommée directrice de l’expertise et du service clients du réseau Sud de Bpifrance à Marseille. Elle a rejoint le groupe (alors Oseo) en 2003, d’abord à Perpignan, pendant 9 ans, avant d’être nommée, en 2014, directrice de Bpifrance à Montpellier, sur le périmètre de l’ex-Languedoc-Roussillon. Directrice régionale de Bpifrance Occitanie-Toulouse : Anne-Cécile Brigot-Abadie. Bpifrance emploie 71 collaborateurs en Occitanie. Le point presse annuel de Bpifrance se tiendra le 19 avril. 

Julien Caligo et la famille Zaouche, un resto à Calvisson

Le pôle immobilier de Pro.Archives (Nîmes) et le chef étoilé Julien Caligo (ex-Duende) s’associent pour créer un restaurant gastronomique dans la Vaunage, à Calvisson, apprend-on de source proche. « C’est la commune dont il est originaire », ajoute cette source aux Indiscrétions

Rudy Arnold, Biotope

Il est nommé directeur de projets infrastructure et innovation du bureau d’études d’ingénierie écologique Biotope, employant 250 salariés et basé à Mèze (Hérault). Également associé de la société à mission Time for the Planet (Lyon), Rudy Arnold était manager de la transition du pôle digital de Alteca (Lyon), entreprise de services numériques indépendante, depuis 2020. Il a travaillé à Capgemini durant 12 ans, en tant qu’administrateur système puis à la direction de projets à Montpellier.  
Plus à lire sur Biotope dans Les Échos « Ingénierie écologique : Biotope s’allie à deux sociétés » (septembre 2022).

Sylvie Chamvoux et Rachel Lambert, Fondation Abbé Pierre 

Sylvie Chamvoux et Rachel Lambert, respectivement directrice régionale Occitanie et chargée de mission à la Fondation Abbé Pierre (accès à un logement décent), dévoileront les chiffres régionaux, lors de la présentation du 28e rapport de l’état du mal-logement de la fondation, le 18 avril à la Halle Tropisme à Montpellier. Elles présenteront ainsi les différents visages de l’habitat indigne en Occitanie. Également, un éclairage national sera amené par Manuel Domergue, directeur des études, qui abordera la politique du logement et le genre du mal-logement.  

Franck Proust, Nîmes Métropole

Un sursis pour Franck Proust, président LR de la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole. Alors que l’ex-eurodéputé a été condamné en avril 2022 par la cour d’appel de Nîmes à un an de prison avec sursis, 15.000 euros d’amende et cinq ans d’inéligibilité pour trafic d’influence dans l’affaire de la Senim, société d’économie mixte de l’intercommunalité gardoise chargée de l’aménagement urbain de la ville et de son agglomération, la Cour de cassation a cassé, le 5 avril, la décision. Le procès est renvoyé devant la cour d’appel de Montpellier. Il ne se tiendra pas avant plusieurs mois. Franck Proust peut donc poursuivre ses activités d’élu et de président de Nîmes Métropole.
Il est reproché à Franck Proust d’avoir contourné les règles de passation des marchés publics lorsqu’il était président de la Senim. Cette affaire judiciaire, avec un soupçon de trafic d’influence sur fond de ventes de terrains et de travaux réalisés sans appels d’offres, remonte à plus de 20 ans. 
Dans ce feuilleton à rebondissements, l’élu avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Nîmes en 2021. Franck Proust clame son innocence depuis le début de l’affaire.
A (re)lire : le président de Nîmes Métropole tend la main à l’aéroport de MontpellierLes Échos, octobre 2022 

David Melenchon, UPE 30 

L’Union pour les entreprises du Gard (UPE 30), présidée par David Melenchon (à relire dans Les Échos ici), organise le 29 juin au Mas Merlet (Nîmes, 30) son rendez-vous annuel « Place à l’entreprise » sur la thématique « Piloter son entreprise dans un contexte en mutation : quelles stratégies pour s’adapter ? » Capital humain, transition énergétique, prévention des risques opérationnels et organisations, et sujets du futur seront abordés à l’occasion de quatre conférences de 45 minutes chacune. Organisation patronale interprofessionnelle, l’UPE 30 compte 240 adhérents directs, dont 97 % de PME/TPE et 5 branches et organisations professionnelles. Plus à lire cette semaine dans Les Échos. 

Blandine Mulliez, Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée

La présidente de la Fondation Entreprendre est la marraine de la soirée 2023 des lauréats du Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée, le 25 mai au Mas Saint-Gabriel. Le même soir seront célébrés les 40 ans de Sofilaro (société financière du Languedoc-Roussillon, Crédit Agricole du Languedoc). Pénibles, ces conflits d’agenda quand vient l’été. Heureusement qu’on est plusieurs pour être partout. 

Véronique Cottenceau, Mécénat Tour Occitanie 

Véronique Cottenceau, responsable de la communication et du mécénat à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) Occitanie, sera présente le 24 mai au Château de Castries (34) pour présenter les ambitions et la logique du mécénat lors du Mécénat Tour Occitanie. S’ensuivra une table ronde sur le thème « Que représente le mécénat ? », où interviendront Roger-Yannick Chartier (Ville de Montpellier, Montpellier Méditerranée Métropole), Patricia Levrault (NaïaGaïa), Jean-Philippe Dubar et François Bolut (Banque Populaire du Sud), Delphine Maurel (Bulle Bleue) et Emmanuel Baguet (Horizon Démolition). L’évènement, coorganisé par la Drac Occitanie, Montpellier Méditerranée Métropole, le fonds de dotation NaïaGaïa et la Banque Populaire du Sud, intervient dans le cadre des 20 ans de la loi du mécénat, qui vise à soutenir financièrement et matériellement les associations à but non lucratif au travers d’entreprises adhérentes. Plus d’infos ici. Inscription libre à l’évènement ici.   

Alexandra Desiage, Innovosud

La directrice d’Innovosud, incubateur d’entreprises innovantes basé à Béziers (34), organisera le 22 juin une matinale présentant les nouveaux dispositifs régionaux de financement de l’innovation. Innovosud mutualise les webinaires et matinales avec Gigamed (Hérault Méditerranée) et Novel.ID Pays Cœur d’Hérault. Dernier événement en date : le 6 avril, avec la matinale Banque de France sur la thématique « Les notions de cotations, de mécanismes et de stratégie financière ».

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Industrie du futur : deux PME d’ici accélérées par Bpifrance

Sur les 20 PME accueillies par Bpifrance au sein de la seconde promotion de l’accélérateur Solutions Industrie du Futur, dédié aux entreprises de la filière Industrie du futur, deux d’entre elles sont basées en Occitanie, apprend-on le 5 avril (à lire en cliquant ici). L’entreprise nîmoise Ineo-Sense (PDG : Olivier Guilbaud), spécialisée dans la conception d’objets connectés industriels dédiés à l’amélioration des organisations, intègre l’accélérateur aux côtés de TMI-Orion (Castelnau-le-Lez – 34 ; PDG : Jean-Luc Favre), spécialisée dans la conception et commercialisation de systèmes de mesure de grandeurs physico-chimiques.  

L’emploi va bon train

À compter de ce 11 avril, la SNCF lance en Occitanie, en partenariat avec la Région, le « Train de l’emploi », qui va parcourir la région jusqu’au 22 juin, déclare Philippe Bru, directeur régional de la SNCF dans un post LinkedIn. Pour 2023, 350 postes sont à pourvoir. Les candidats pourront participer à des jobs dating. « Les besoins de recrutement portent essentiellement sur les métiers suivants : agents commerciaux à bord des trains, conducteurs de trains, agents de maintenance des voies, agents de maintenance du matériel roulant, aiguilleurs du rail, opérateurs d’exploitation ferroviaire », détaille-t-il. Les arrêts en gare : ce mardi à Toulouse-Matabiau, puis le 11 mai à Narbonne, le 23 mai à Montauban, le 23 mai à Nîmes-Centre, le 8 juin à Rodez et le 22 juin à Saint-Cyprien-Arènes.  

Ça coince

Quelques entreprises qui passent un mauvais cap. Tour d’horizon by Les Indiscrétions.  
Hérault.  
-BPS Racing (commerce de détail d’équipements automobiles, Montpellier, CA 2021 : 2,8 M€), en redressement depuis le 3 avril.  
-Vijuga (commerce d’habillement, Lunel, CA 2018 : 854 k€), en redressement depuis le 20 mars.  
Haute-Garonne.  
-Gomila (transport, Villeneuve-les-Bouloc, CA : 5,3 M€), en redressement depuis le 28 mars.  
-BFS Bâtiment (constructeur de maisons individuelles, Toulouse, CA 2021 : 1,9 M€), liquidation prononcée le 27 mars.  
-Mode et Compagnie (habillement, Toulouse, CA 2021 : 1,3 M€), en redressement depuis le 27 mars.  
Gard.  
– Noël Armel (commerce de gros de fruits et légumes, Pont-Saint-Esprit, CA 2021 : 4,3 M€), résolution du plan de sauvegarde et ouverture d’une liquidation judiciaire, le 14 mars.  
-Carré d’Archi (architecture, Nîmes, CA 2021 : 734 k€), en redressement depuis le 8 mars.  
Aveyron.  
– Apolit Viandes (Saint-Affrique, transformation et conservation de la viande, CA 2019 : 2,4 M€), en redressement depuis le 14 mars.  
– Abattoir du Saint-Affricain (Saint-Affrique, CA 2020 : 3,8 M€), en redressement depuis le 14 mars.  
Tarn-et-Garonne.  
– E4 Constructions (construction, Bressols, CA 2021 : 1,1 M€), en redressement depuis le 21 février 
– Alu Fer (fabrication de produits métalliques, Montauban, CA 2022 : 4,3 M€), en redressement depuis le 31 janvier.  
Ariège.  
– L’Institut du Bricolage (construction, Pamiers, CA 2021 : 784 k€), en redressement depuis le 27 mars.  
– SN Gil Bâtiment (génie civil, Pamiers, CA 2020 : 825 k€), liquidation prononcée le 20 février.  
Tarn.  
– Scopelec Est (construction de réseaux électriques et de télécommunications, Sorèze, CA 2020 : 7 M€), liquidation prononcée le 23 mars.  

La bataille de l’eau est là

Dans les Pyrénées-Orientales, un arrêté préfectoral restreint le débit de la Têt de 1.500 litres par seconde à 1 000 L/s pour une durée d’un mois, indiquent nos confrères de chez France Bleu (7 avril). L’objectif, garder les 500 litres de surplus pour permettre aux canadairs d’écoper en cas d’incendie. Une décision qui suscite l’inquiétude des agriculteurs, impactés par la sécheresse.  

Des ports de plaisance mieux connectés

Barcarès, Canet-en-Roussillon, Cap-d’Agde, Carnon, La Grande-Motte, Narbonne, Pérols et Port-Camargue : voici les 8 ports de plaisance lauréats de l’appel à projets « Transition numérique des ports de plaisance maritimes d’Occitanie », doté d’1,2 M€ et lancé dans le cadre du Plan Littoral 21, indique la Région Occitanie le 7 avril. Rassemblés au sein de l’Union des villes portuaires d’Occitanie (UVPO), ces ports investiront 3,4 M€ pour leurs projets respectifs. Objectif : stimuler la dynamique de transition numérique engagée dans ces ports et accélérer la mise en œuvre de projets concrets. Parmi eux, l’amélioration et la modernisation du service client, l’exploitation et la gestion des activités portuaires ainsi que la gestion environnementale et la sobriété énergétique. Plus d’infos ici. 

Cap sur Miami

Socri Limited poursuit son développement sur le marché résidentiel du luxe à Miami en y acquérant un quatrième terrain, annonce l’entreprise le 7 avril. Le groupe immobilier, basé à Montpellier, y obtient un lot de 1.100 m² comprenant 21m de front de mer. Elle prévoit d’y développer une villa luxueuse de 800 m² habitable. En activité aux États-Unis depuis 5 ans via leur filiale d’investissement et promotion KOQIO, le groupe y accélère son développement. Cette dernière acquisition « vient renforcer notre présence sur le marché immobilier de Miami. Notre objectif est de proposer des maisons d’exception qui répondent aux attentes d’une clientèle internationales exigeante en matière de service, de confort et de design », déclare Nicolas Chambon, président du groupe Socri Limited. « La promotion de villas de luxe aux États-Unis a aussi eu un effet contre-cyclique très bénéfique pour le groupe. Alors que le Covid posait des questionnements sur les valorisations des actifs commerciaux français, la valeur immobilière de nos investissements aux États-Unis a explosé, offrant au groupe de nouvelles potentialités financières. », ajoute Pierre-Antoine Desplan, directeur général. Le groupe immobilier d’une cinquantaine de collaborateurs réalise un CA de 20 M€. De grands projets sont en cours comme un futur centre commercial à Monaco.

Delafosse veut accélérer le temps

Le maire de Montpellier, président de 3M, est intervenu devant un parterre de décideurs économiques, le 6 avril au Domaine de Verchant. Les Indiscrétions y étaient. Morceaux choisis.

Dur métier d’opposant. « Quand vous êtes dans l’opposition municipale (il a tenu ce rôle, avec assiduité, entre 2014 et 2020), c’est très difficile », confie, le 6 avril lors d’un débat du Montpellier Méditerranée Business Club, Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la métropole de Montpellier, n’hésitant pas à évoquer une « traversée du désert. Mais j’ai continué, en travaillant avec des proches, avec un collectif qui m’accompagnait. J’étais en profond désaccord avec mon prédécesseur (Philippe Saurel, DVG, note), qui cultivait les conflits et avait arrêté les projets. »  


« On croyait que c’était pour vous faire élire ». L’élu socialiste entend « tenir ses promesses ». Et continuer à échanger avec la population. Comme ce soir de juillet 2020, juste après son élection. « Je rentrais chez moi en marchant. Des jeunes, attablés à la terrasse d’un café, m’ont interpellé, en me proposant de boire un verre. J’ai refusé (rires dans la salle), mais nous avons échangé quelques mots. Une chose m’a interloqué : ils croyaient que j’avais proposé, pendant la campagne, la gratuité des transports en commun, juste ‘pour être élu’. Ils ne pensaient pas que j’allais le faire. » 

Jeux pervers. En conflit ouvert avec la direction du Parti Socialiste – il refuse l’alliance avec LFI à travers la Nupes -, il stigmatise « les jeux pervers des appareils politiques. C’est pour ça que la confiance se perd ».

Challenger le rapport au temps. C’est l’un de ses leitmotivs : challenger le temps. « Si nous ne retrouvons pas, en France, la maîtrise du temps, nous perdrons notre souveraineté, insiste-t-il. Plus personne n’ose rien faire, en anticipant des blocages, administratifs ou autres. J’ai donc installé un compteur dans mon bureau, où les jours menant jusqu’au 1er tour de la prochaine élection municipale, en mars 2026, sont décomptés. C’est une façon de renvoyer à tous les cadres de mon administration le fait qu’ils sont dépositaires du service public, et leur capacité à faire. Faire devient certes un chemin de croix, mais il faut être gaullien, et il faut faire, faire (il répète). » Presque des accents de Valérie Pécresse, qui se présentait comme la « Dame de faire » pendant la présidentielle de 2022.

Pression sur la LNMP. Alors que Montpellier Méditerranée Métropole fait partie des financeurs de la 1re phase (jusqu’à Béziers) du projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, et que le projet est désormais déclaré d’utilité publique, Michaël Delafosse ne veut pas entendre d’une livraison à l’horizon 2034. Ce qui est pourtant bien l’horizon prévu par l’État et SNCF Réseau. « Prendre 12 ans pour réaliser 40 km (note : 60 km, mais on ne va pas chipoter) de ligne nouvelle, alors que l’urgence économique, sociale, écologique, est scandée partout ? Ce n’est pas possible, sachant que la Chine aura, dans le même temps, construit de son côté 2.000 km de ligne nouvelle. »

Bâtiment durable à Montpellier

« Changeons la nature r.urbaine » : c’est le thème de la 10e édition du congrès national bâtiment durable, qui réunira 1.500 professionnels mobilisés sur les enjeux du bâtiment et de l’aménagement durables, les 5 et 6 décembre prochains à Montpellier. Au programme, 3 plénières, 20 ateliers, 3 visites de sites et un plateau TV. L’événement est organisé par Envirobât Occitanie et Effinergie.
Partenaires : État, Ademe, Région Occitanie, Ville et Métropole de Montpellier, Plan Bâtiment Durable, Frugalité Heureuse et Créative. 

Bâtiment : des pratiques illégales en Haute-Garonne lourdement sanctionnées

Lourdes condamnations dans le BTP en Haute-Garonne, prononcées la semaine dernière par la première chambre correctionnelle de Bordeaux. Un responsable d’entreprise était entre autres accusé d’avoir imaginé des prêts de main-d’œuvre dans un but lucratif. Au total, « 4,6 millions d’euros de dommages et intérêts à l’Urssaf Midi-Pyrénées, 125.000 € à la CIBTP Sud Ouest, un responsable condamné à 5 ans de prison dont 3 années avec sursis, 20.000€ d’amende et interdiction définitive de gérer, énumère Jonathan Sutra, secrétaire général de la FBTP 31 (président : Émile Noyer). Le mécanisme ? Prêt de main-œuvre à but lucratif dans le cadre de faux détachements par le biais d’agences d’intérim aux contours très flous. Temps hebdomadaire de travail non respecté, absence de jours de récupération et des rémunérations en-deçà des grilles de salaires … La lutte contre les mauvaises pratiques et notamment sociales est une action prioritaire pour la Fédération du BTP 31 ». L’article de La Dépêche en cliquant ici.

Cazevieille

 Après le décès de l’entrepreneur Jean Vallon (coiffure), maire de Cazevieille (34), des élections municipales se tiendront les 28 mai (1er tour) et 4 juin (2e tour, le cas échéant). 
« Mort de Jean Vallon, coiffeur créateur », pour Les Échos, à (re)lire en cliquant ici  

Littoral : les paillotes sauvées des eaux

Le cabinet Maillot Avocats & Associés, avocat de la commune de La Grande Motte et de trois plages privées (Effet Mer, La Voile Bleue et La Paillotte Bambou), fait reconnaître la légalité des permis de construire délivrés aux plagistes, « permettant de pérenniser cette activité essentielle pour la valorisation de notre territoire », indique Jean-Marc Maillot, par ailleurs président du Cercle Mozart. Deux associations de riverains ont demandé la suspension de l’exécution du permis de construire précaire auprès du tribunal administratif de Montpellier.
De nombreuses réactions (positives) sur la Toile (numérique, pas de plage) : « Il y a plusieurs façons de protéger et valoriser notre littoral, celle-ci en est une » (Ben Maury) ; « Une station balnéaire sans vie, dégraderait l’attractivité de la ville, puis de son intérêt immobilier et ferait chuter l’économie locale globale. Sauver les paillottes et les activités nocturnes c’est en partie sauver La Grande-Motte » (Clément Aubrée) ; « Aller dans une paillote fait partie des incontournables de l’été, en mode travail ou détente » (Vincent Gestin) ; « Le maintien des paillotes me paraît nécessaire pour l’attrait touristique de nos régions, l’impact économique local. C’est un lieu prisé en tant que photographe aussi pour mes modèles » (Jean-Pierre Vigne, photographe) ou encore, en langage crypté, une ‘consultante en stratégies d’évolution’ selon qui « notre été est sauf ouf » – on n’allait pas dire autre chose.
Au risque d’être rabat-joie, la nouvelle réglementation de 2019 du Code de l’urbanisme (décret 121-5) du ministère de la Transition écologique redéfinit l’usage qui peut être fait des espaces classés remarquables et sensibles. Les concessions de plage, et notamment la restauration, n’en font pas partie. Dans l’Hérault, 36 paillotes ne verront pas leurs concessions renouvelées dans les prochaines années, « au fur et à mesure que les concessions s’éteignent », indiquait, en 2021, Emmanuelle Darmon, secrétaire générale adjointe de la préfecture de l’Hérault, dans Les Échos (à relire en cliquant ici). Les quatre établissements de La Grande-Motte, La Voile Bleue, le White Beach, l’Effet Mer et la Paillote Bambou, bénéficient d’un sursis de trois ans, écrivait-on alors. La bataille de sable ne semble donc pas terminée entre intérêts privés et étatiques. La commission Leuleu de 2023 « prône non pas la disparition des plages mais leur adaptation, ce que la commune de La Grande-Motte est en train de faire par une étude 4 saisons destinée à mieux préciser les limites de l’espace remarquable. Il y aura des adaptations, peut-être des déplacements (toujours sur le Grand Travers), mais pas de disparition, explique aux Indiscrétions Jean-Marc Maillot. Ces évolutions, depuis 2021, offrent la perspective d’un renouvellement des concessions après 2024. »

Pro.Archives acquiert EthiGestion

Spécialisé dans les solutions d’archivages dédiées aux professionnels de l’immobilier (administrateurs de biens et syndicats de copropriétés), la PME nîmoise Pro.Archives (50 salariés), présidée par Yvan Zaouche et dirigée par ses deux enfants, Yoann et Karine, acquiert le cabinet de syndic de copropriété indépendant EthiGestion (Montpellier). EthiGestion gère 7.500 lots. Cette acquisition permet à Pro.Archives de développer un service copropriétés en difficulté, immeubles neufs, gérance locative et transaction.  

Logements sociaux : dans les départements autour du Grand Toulouse, à l’Hasso !

Philippe Aspar (Tarn Habitat), Hubert Vialatte et Linda Pradel (Tarn-et-Garonne Habitat), le 5 avril au Domaine de Parages (Montauban), juste avant le début de la matinée.
Règle numéro 1 : toujours se faire prendre en photo quand on n’est pas encore épuisé. ©DR

Avec la venue de têtes d’affiche, telle que Marcel Rogemont (Fédération nationale des Offices publics de l’Habitat), Marie Piqué (Région Occitanie), Guy Durand (FFB Occitanie), François Magne (Action Logement), Annabelle Viollet (Banque des Territoires Occitanie), Nicolas Rasson (Dreal Occitanie), ou encore Jean-Michel Fabre (HSO Occitanie), la société de coordination Hasso*, regroupant six OPH ruraux (donc cinq départementaux, autour de l’aire toulousaine), réussit son premier événement, le 5 avril au Domaine de Parages à Montauban (82). Les territoires couverts par Hasso s’imposent comme des territoires d’avenir, aux postes de la métropole toulousaine. En clair : un beau terrain de jeu où il ne faut pas rechigner à expérimenter et innover. Les enjeux sont très diversifiés pour les OPH : rénovation énergétique, difficultés de financements, logement des seniors, des jeunes actifs, des saisonniers…, raréfaction du foncier disponible dans le contexte de révision du Sradett par la Région Occitanie…  

Pendant 3h30 de débats, tout le monde n’a pas tout le temps été d’accord. À mon poste d’animateur, j’ai pu relever trois points de frictions, avec les services de l’État, la FFB et Action Logement : le Zéro artificialisation nette, qui complexifie la mission de construction des OPH, les appels d’offres infructueux auprès des entreprises de construction, et le périmètre d’intervention d’Action Logement, jugé trop parcellaire. Dans un esprit atelier – et c’est le délice de ces formats, où ressort l’info en relief -, les échanges ont été courtois mais francs. « Nous intervenons y compris dans de petites communes, comme à Avène pour Pierre Fabre ou Figeac pour Ratier Figeac », a réagi François Magne (Action Logement). « Si les OPH baissent trop les prix par rapport aux coûts définis par les économistes, et vont systématiquement au moins-disant, il ne faut pas s’étonner que les entreprises aillent ailleurs. Nous n’avons pas de temps à perdre », a lâché Guy Durand lors d’un échange avec Philippe Aspar, DG de Tarn Habitat.  

Poids économique. Hasso représente 1.598 emplois (ETP), dont 593 ETP directs, et un patrimoine de 30.343 logements (54 % des logements sociaux du périmètre consolidé). Chaque année, 101 M€ sont investis ou dépensés (80 % en dépenses d’investissement et gros entretien). En 2021, 284 logements ont été mis en service et 2.241 logements réhabilités. 
66 % des logements sont attribués à un actif, 31 % à des moins de 30 ans, et 33 % à des familles monoparentales (données Acterr).  

* Habitat Audois, Rodez Agglo Habitat, OPH du Gers, Lot Habitat, Tarn Habitat et Tarn-et-Garonne Habitat.  

Du mouvement à l’Office public de l’Habitat de Béziers Méditerranée

Robert Ménard, maire de Béziers et président de l’Agglomération de Béziers Méditerranée, rejoint le conseil d’administration de l’Office de l’Habitat de Béziers Méditerranée en tant qu’administrateur. Suite à la démission de son président Gérard Abella le 29 mars, l’office élira son nouveau président lors d’un prochain conseil d’administration. La date n’est pas définie. 

Beaucaire : Calcia injecte près de 100 M€ dans la décarbonation de sa cimenterie

Passer de 629 kg de carbone par tonne de ciment à 400 kg en 2030. C’est l’objectif que s’est fixé Heidelberg Materials (anciennement HeidelbergCement). À cette fin, le groupe allemand investit 93 millions d’euros dans son usine historique de Calcia, située à Beaucaire (Gard) pour réduire les consommations d’énergie et l’empreinte carbone du site, révèle-t-on dans Les Échos.  
« Un tiers des émissions est dû à la combustion, et deux tiers au process naturel (réaction chimique). Nous nous attaquons donc au premier tiers en sortant des énergies fossiles (charbon, pétrole) au profit de combustibles moins carbonés », explique David Metayer, directeur du site de Beaucaire. L’objectif est d’atteindre 50 % de combustibles alternatifs, contre 40 % aujourd’hui, et optimiser le rendement énergétique de l’usine. « Nous voulons ainsi remplacer nos combustibles actuels par de la biomasse ou des combustibles de récupération (bois déchiqueté par exemple) », ajoute le directeur. 
Une première phase, d’un montant de 6,8 M€, vient de s’achever, permettant à l’usine d’installer un nouveau refroidisseur à clinker (constituant du ciment après cuisson) et de faciliter la récupération de chaleur pour économiser de l’énergie sur la ligne de cuisson. L’usine a redémarré fin mars, après cinq semaines d’arrêt. La seconde phase, d’un montant de 86 M€, accélère le projet en se concentrant sur l’émission de CO2 du broyage du clinker, étape essentielle pour fabriquer le ciment. Heidelber Materials investit un total de 450 millions d’euros dans quatre de ses neuf cimenteries françaises. Le groupe emploie plus de 52.000 personnes, dont 1.300 en France et 110 salariés à Beaucaire, et a réalisé un chiffre d’affaires de 10 Md€ au premier semestre 2022. 

Formation / Santé

Ce 11 avril, annonce du site d’implantation du futur IFSI-IFAS (institut de formation en soins infirmiers et d’aide-soignant) de Carcassonne par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Hélène Sandragné, présidente du Département de l’Aude, Régis Banquet, président de Carcassonne Agglo et Gérard Larrat, maire de Carcassonne. « Ce nouvel établissement confortera le pôle universitaire de la ville », indique la Région Occitanie.  

Valeur travail

On ne peut plus le cacher : Matthieu Ourliac, président du Medef Béziers Littoral Ouest Hérault, prépare un manifeste sur la valeur travail. Cette série d’entretiens, menée avec Hubert Vialatte, correspondant des Échos en Occitanie Est, sera diffusée avant l’été. Histoire de vous donner un peu de lecture entre deux apéros. En attendant, Matthieu Ourliac livre sa vision de l’économie biterroise, du climat social dans les entreprises et, donc, de la valeur travail, sur ViàOccitanie, au micro d’Olivier Roirand. C’est à visionner en cliquant ici  

Delafosse veut accélérer le temps

Le maire de Montpellier, président de 3M, est intervenu devant un parterre de décideurs économiques, le 6 avril au Domaine de Verchant. Les Indiscrétions y étaient. Morceaux choisis.

Dur métier d’opposant. « Quand vous êtes dans l’opposition municipale (il a tenu ce rôle, avec assiduité, entre 2014 et 2020), c’est très difficile », confie, le 6 avril lors d’un débat du Montpellier Méditerranée Business Club, Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la métropole de Montpellier, n’hésitant pas à évoquer une « traversée du désert. Mais j’ai continué, en travaillant avec des proches, avec un collectif qui m’accompagnait. J’étais en profond désaccord avec mon prédécesseur (Philippe Saurel, DVG, note), qui cultivait les conflits et avait arrêté les projets. »  


« On croyait que c’était pour vous faire élire ». L’élu socialiste entend « tenir ses promesses ». Et continuer à échanger avec la population. Comme ce soir de juillet 2020, juste après son élection. « Je rentrais chez moi en marchant. Des jeunes, attablés à la terrasse d’un café, m’ont interpellé, en me proposant de boire un verre. J’ai refusé (rires dans la salle), mais nous avons échangé quelques mots. Une chose m’a interloqué : ils croyaient que j’avais proposé, pendant la campagne, la gratuité des transports en commun, juste ‘pour être élu’. Ils ne pensaient pas que j’allais le faire. » 

Jeux pervers. En conflit ouvert avec la direction du Parti Socialiste – il refuse l’alliance avec LFI à travers la Nupes -, il stigmatise « les jeux pervers des appareils politiques. C’est pour ça que la confiance se perd ».

Challenger le rapport au temps. C’est l’un de ses leitmotivs : challenger le temps. « Si nous ne retrouvons pas, en France, la maîtrise du temps, nous perdrons notre souveraineté, insiste-t-il. Plus personne n’ose rien faire, en anticipant des blocages, administratifs ou autres. J’ai donc installé un compteur dans mon bureau, où les jours menant jusqu’au 1er tour de la prochaine élection municipale, en mars 2026, sont décomptés. C’est une façon de renvoyer à tous les cadres de mon administration le fait qu’ils sont dépositaires du service public, et leur capacité à faire. Faire devient certes un chemin de croix, mais il faut être gaullien, et il faut faire, faire (il répète). » Presque des accents de Valérie Pécresse, qui se présentait comme la « Dame de faire » pendant la présidentielle de 2022.

Pression sur la LNMP. Alors que Montpellier Méditerranée Métropole fait partie des financeurs de la 1re phase (jusqu’à Béziers) du projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, et que le projet est désormais déclaré d’utilité publique, Michaël Delafosse ne veut pas entendre d’une livraison à l’horizon 2034. Ce qui est pourtant bien l’horizon prévu par l’État et SNCF Réseau. « Prendre 12 ans pour réaliser 40 km (note : 60 km, mais on ne va pas chipoter) de ligne nouvelle, alors que l’urgence économique, sociale, écologique, est scandée partout ? Ce n’est pas possible, sachant que la Chine aura, dans le même temps, construit de son côté 2.000 km de ligne nouvelle. »

Plus de décodages

Fin des travaux des canalisations de gaz au sud de Toulouse

Initiés en juin 2022 par Terega, les travaux visant à moderniser la canalisation de la maille régionale de transport de gaz entre Roques et Goyrans (Haute-Garonne) seront achevés fin mai, apprend-on dans La Dépêche (4 avril). Le projet est chiffré à 11 M€.  

Maîtriser ses finances en tant qu’artisan

 Une convention de partenariat d’une durée de 12 mois est signée par Michèle Brogi, directrice de la Banque de France de Montauban, et Roland Delzers, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne, apprend-on dans La Dépêche le 5 avril. Ce partenariat vise à créer des échanges entre les deux organismes afin d’offrir une éducation financière globale aux entreprises artisanales et porteurs de projets. Budgétisation, gestion des finances, moyens de paiement, assurances et conjectures économiques seront présentés aux artisans lors de points d’information organisés prochainement.   

Une clinique ophtalmologique en projet dans le Lot

La clinique Honoré Cave de Montauban va s’étendre avec pour projet d’ouvrir un deuxième site sur l’avenue de Saint Exupéry à Cieurac (Lot), apprend-on sur Actu.fr. Un bâtiment de 2.000 m² verra ainsi le jour dans la zone de Cahors Sud, à proximité de l’autoroute A20. Ce site d’exploitation secondaire va offrir des consultations en ophtalmologie et ORL. Ces domaines font la spécialité de la clinique fondée en 1957 par le Dr Cave, pionner de la chirurgie ORL. Le permis de construire date de décembre, les travaux ne devraient pas tarder à débuter.

« Urgence climatique et crise énergétique : le défi de la sobriété »  :

c’est le thème des Rencontres nationales de l’ingénierie territoriale, qui se tiendront les 11 et 12 mai au Corum de Montpellier. Plus d’infos en cliquant ici.

Trois médiathèques en une à Carcassonne

Carcassonne Agglo lancera le concours d’architecte en juin dans le cadre de son projet de regrouper les trois actuelles médiathèques Grain d’sel, Grain d’aile et Montquiers en une médiathèque unique à l’horizon 2026, indique L’Indépendant le 9 avril (à lire ici). 12 à 13 M€ seront investis dans ce projet qui prendra place sur 3.700 m2, sur l’actuel parking de GRDF à Carcassonne, près du siège de la communauté d’agglomération. Ludothèque, bibliothèque universitaire, et fonds documentaires actuellement aux Archives départementales intégreront le bâtiment. Un projet qui permettra également de belles économies d’électricité à l’agglomération : « Étant locataires à Montquiers et Grain d’aile, regrouper trois médiathèques permettra d’économiser 200.000 euros par an », indique Régis Banquet, président de Carcassonne Agglomération.   

Concertations publiques pour le PLUi de Montpellier 3M

Dans le cadre de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi), Montpellier Méditerranée Métropole lance une série de réunions publiques dans chaque commune de la Métropole d’ici mai 2023. Sont invités les habitants, associations locales et tout autre personne concernée pour échanger sur ce projet de PLUi. Les concertations ont lieu à 18h30 : le 11 avril à la salle Pierre Combettes à Montaud (34), le 12 avril à la salle Yves Abric Pérols (34), le 13 avril à la Maison pour Tous de Saint-Geniès-des-Mourgues (34) et le 14 avril à l’Espace Gare de Castries (34). Plus d’informations sur les réunions publiques dans les 31 communes ici.   

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Occitanie : 17.350 cadres recrutés en 2022, en hausse de 15 % par rapport à 2021 

17.350 cadres recrutés en Occitanie. En 2022, 308.300 recrutements en contrat cadre ont été réalisés à l’échelle nationale, en hausse de 15 % par rapport à 2021 (269.100 recrutements), indique une étude menée par l’Apec entre novembre 2022 et janvier 2023 auprès de 699 établissements du secteur privé en Occitanie. En Occitanie, 17.350 cadres ont été recrutés contre 14.960 en 2021 (+16%).   

7 % des cadres français en Occitanie. Au total, près de 290.000 cadres sont recensés dans la région à la fin 2022, représentant 7 % des cadres de France métropolitaine, contre 283.000 fin 2021.  

La moitié des offres en Haute-Garonne. 51 % des offres d’emploi cadre en 2022 sont basées en Haute-Garonne, suivi des départements de l’Hérault (23 %) et du Gard (7 %).  

L’informatique a le vent en poupe. Les métiers du développement informatique concentrent le plus d’offres d’emploi cadre avec près de 4.500 offres. Les autres secteurs sont la comptabilité avec quelque 1.800 offres, les infrastructures et systèmes informatique (1.700 offres), la gestion de projets informatiques (1.620 offres) et l’ingénierie d’affaires (1.073 offres).  

Vers une stabilisation du nombre d’offres. En hausse depuis 2021, Apec projette une stabilisation du nombre d’offres d’emploi cadre en Occitanie pour 2023 : 17.570 contre 17.350 en 2022. Et aussi à l’échelle nationale avec 308.800 offres supposées pour 2023 contre 308.300 en 2022.  

Occitanie Est vs Occitanie Ouest. Pour 2023, les prévisions établies par Apec indiquent que 66 % des recrutements de cadre se feront en ex-Midi-Pyrénées (11.550 recrutements). En ex-Languedoc-Roussillon, c’est quelque 6.000 recrutements qui sont à prévoir.  

Place aux PME. En Occitanie, 61 % des recrutements de cadres prévus pour 2023 devraient être réalisés par des PME (62 % en France Métropolitaine), contre 39 % par les ETI et grandes entreprises. Par ailleurs, la moitié des recrutements concernerait des cadres de moins de 5 ans d’expériences.  

Le secteur des services devrait représenter 67 % des recrutements. En Occitanie, 67 % des recrutements de cadres devraient être réalisés par les entreprises de services, contre 21 % pour l’industrie, 7 % le commerce et 5 % la construction. Plus précisément, 21 % des recrutements de cadres concerneraient les études et la R&D, suivi par l’informatique (18 %), le commercial et marketing (13%), l’exploitation tertiaire (11 %), la production industrielle (11 %), l’administration (9 %), les services techniques (8 %), la finance (7 %) et la direction générale (2 %).  

3 questions à

Marie Corbel, directrice technique du CIVL

« On entame la campagne 2023 avec un déficit hydrique »

Pas facile de l’avoir en interview, mais le jeu en vaut la chandelle. Marie Corbel, ex-directrice de l’ODG Faugères, est depuis septembre 2022 responsable R&D du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc et IGP (CIVL), présidé par Christophe Bousquet. Une création de poste, ô combien stratégique, alors que le vignoble languedocien est aux prises avec les effets du réchauffement climatique. L’interview ci-dessous est un extrait d’un format plus long à paraître dans ToulÉco. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Face au réchauffement climatique, en quoi le vignoble du Languedoc-Roussillon, le plus vaste du monde, est-il selon toi menacé ?
On entame la campagne 2023 avec un déficit hydrique. Les nappes phréatiques ne se sont pas rechargées cet hiver. Des inquiétudes s’expriment désormais clairement chez les viticulteurs. Nous observons une accélération du processus de réchauffement climatique, qui n’est pas linéaire, mais par paliers, comme le décrivent les rapports du Giec. À long terme, la question de la survie du vignoble est en jeu. 

Dans ce contexte, quelles solutions peux-tu apporter, à travers le CIVL ?
En tant qu’institution de la filière, le renforcement de la mission technique actée par les représentants professionnels du CIVL est déjà une réponse. Nous montons des projets de recherche, en finançant par exemple une thèse, Résist’eau, portant sur l’adaptation de nos variétés résistantes à la sécheresse. Cette thèse illustre un changement d’époque. Avant, les recherches étaient menées en silo – résistance aux maladies des plantes, tolérance au stress hydrique etc. Désormais, la sécheresse infuse tous les projets, de façon transversale. Les résultats de Résist’eau seront présentés lors de notre assemblée générale, en juillet.
La filière viticole occitane, à travers ses quatre interprofessions (CIVL, InterOc, IVSO, CIVR), a par ailleurs signé le 27 février, lors du Salon de l’Agriculture, un accord avec l’Inrae pour le déploiement, à travers 2025, de neuf « variétés Bouquet ». Ces variétés, naturellement tolérantes aux maladies de la vigne, adaptées au climat méditerranéen et promesses de grands vins, ne peuvent jusqu’à présent être plantées librement, ni être destinées à la production de vins sous signe de qualité. Ce matériel végétal, considéré comme ‘jeune’, a franchi des étapes de validation, avec notamment le projet expérimental Oscar Oc. Depuis 2018, 28 ha de plantation ont permis de démontrer le potentiel d’adaptation de ces variétés aux différents terroirs de la région. Nous allons rendre accessibles à la filière des variétés qui sont une des solutions pour demain.  

Pourquoi as-tu accepté ce défi au CIVL ?
Je m’appuie sur une double compétence, académique et de terrain. Chercheuse en génétique (dont la génétique végétale), je suis également ingénieur agronome diplômée, ce qui m’a amené à travailler dans la filière viticole régionale. J’ai notamment été directrice du cru Faugères (34), ce qui m’a permis de comprendre le rôle des syndicats et des ODG (organismes de défense et de gestion), et de connaître le terrain.  

>Marie Corbel a également été journaliste (Paysan du Midi puis Objectif LR). Comme on dit dans la profession : le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir.

La HV Touch

Conseil RP

Échange avec une de mes sources, qui venait d’opérer une belle mise en relation, aboutissant à un article dans Les Échos. Alors que je l’informe que la rédaction des Échos « prend le sujet », comme on dit, la source, au profil résolument commercial, me lance : « Top ! C’est un bon budget pour toi ? » Je ne m’attendais pas à cette question, mais en ai tout de suite compris le sens. En effet, on pourrait penser, de l’extérieur, qu’une information est rémunérée en fonction de sa valeur – exclusivité, réussir à faire parler des décideurs qui ne s’expriment que très rarement, originalité d’un angle etc. Eh bien, non, même si cela peut paraître contre-intuitif. Le métier de journaliste, même indépendant (c’est-à-dire travaillant pour plusieurs médias différents, et rémunéré « à la pige », c’est-à-dire à la production), reste très réglementé. La rémunération se fait au feuillet (un feuillet : 1.500 signes), selon des grilles départementales, régionales, et nationales. 

La phrase

«Nous avons bataillé durant des mois pour aller chercher des hausses de prix pour les agriculteurs. Des hausses qui sont d’environ 15 % mais qui, au final, compensent à peine les hausses de charges subies par les éleveurs. Cette revalorisation des prix était non seulement nécessaire pour permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur travail, mais en plus il faut rendre le métier attractif. »
Damien Lacombe, président de la coopérative laitière Sodiaal, lors de l’assemblée générale à Noyès (12)  

Source : Centre-Presse Aveyron, l’article en cliquant ici  

On s’en fout

Tous noteurs. Tous notés. C’est l’une des faces sombres du digital, et ça ne va pas en s’arrangeant. Dérive du ‘chauffeur Uber’ et autre Tripadvisor. Les questionnaires en ligne de satisfaction deviennent systématiques. On note son plombier, son restaurant, telle ou telle prestation, le traiteur, son banquier etc. Certains consommateurs se déchaînent, sous couvert d’anonymat si possible, sans rien connaître au métier qu’ils sont censés évaluer, ni aux contraintes dans lesquels ils sont exercés. Notera-t-on bientôt en ligne ses proches, sa belle-mère, ses amis, ou encore le dernier dîner auquel on a été invités ?  
On en arrive à des situations confinant à l’absurde. Quand des étudiants de 20 ans en viennent par exemple à évaluer leur professeur, à travers une grille multi-critères savamment élaborée.  
Il est bien sûr utile de pouvoir se renseigner sur un individu, un produit, un service…, dans un contexte particulier. Un restaurant ou une destination de vacances systématiquement mal notés, avec les commentaires qui vont avec, peuvent éviter bien des déconvenues. Un conducteur mal noté sur Blablacar également.  
C’est cette surveillance généralisée qui me met mal à l’aise. Car elle n’améliore pas la qualité des services. Les serveurs ne parlent pas davantage anglais, et ne sont pas plus souriants ; Les artisans ne sont pas davantage disponibles ou moins chers, etc.  
Je vais organiser une soirée de mon réseau, courant juin. Autant dire aux futurs participant.e.s qu’ils ne recevront pas de questionnaire. Comme disent les bonnes tables conviviales : si vous êtes contents, faites-le savoir autour de vous, si vous avez des pistes d’amélioration ou des critiques, contactez-nous. À l’ancienne. 

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Le groupe Carrere livre un immeuble de 2.900 m² à Toulouse

C’est dans le Zac Toulouse Aerospace, dédiée aux secteurs du spatial et de l’aéronautique, que le pôle Immobilier d’Entreprise du groupe Carrere, promoteur immobilier toulousain, livre un immeuble de 2.900 m² baptisé Zéphyr, apprend-on dans un communiqué. Construit sur 5 niveaux, ce dernier se divise en trois fonctions : un rez-de-chaussée de 632 m² consacré aux ateliers et laboratoires ; des bureaux du R+1 au R+4 sur une surface totale de 2.268 m² ; et un rooftop.   
Trois entreprises ont d’ores-et-déjà éluent domicile au sein de la bâtisse : Ascendance Flight Technologie (décarbonation de l’industrie aéronautique), Do It Platinium (cabinet d’hyper consulting spécialisé dans les secteurs mettant en œuvre des technologies de pointe) et Novoma (compléments alimentaires).   
L’opération, dessinée par le cabinet d’architecture Enzo & Rosso (Toulouse), est chiffrée à 6,5 M€. « Du choix de nos fournisseurs au plus proche de l’opération en passant par l’éclairage 100% en LED ou le travail sur l’enveloppe thermique du bâtiment, tout a été mis en œuvre pour associer un confort d’utilisation à une démarche de construction responsable », déclare Olivier Austry, directeur du pôle Immobilier d’Entreprise de Carrere. 

Labège : la réalisation du pôle d’échanges multimodal attribuée à Séquences  

Le 5 avril, le comité syndical de Tisséo Collectivités attribue la conception et la réalisation d’un pôle d’échanges multimodal à Labège La Cadène au groupement Séquences (mandataire), Arcadis, Strates Ouvrages d’Art et Woodstock Paysage, lit-on dans un dossier de presse. Le pôle prendra place sur une surface de 2,2 hectares, au terminus de la Ligne C à Labège. L’investissement s’élève à 3,6 M€. « Le projet consiste en la réalisation d’un pôle d’échanges multimodal composé d’un parc-relais en silo de 1.000 places, d’une aire de dépose-reprise covoiturage, d’une gare bus, de locaux vélos sécurisés, des liaisons modes actifs pour relier ces différentes infrastructures, ainsi que d’une passerelle modes actifs de franchissement des voies ferroviaires pour le relier à la station de métro », énumère Tisséo Collectivités.   

Sogeprom-Pragma livrera ses deux folies architecturales en 2026

Comme un hommage à Michel Troncin, cofondateur du promoteur immobilier PragmA, disparu l’an dernier, et qui avait créé la baseline « Construire est un art ». À Montpellier, le promoteur immobilier Sogeprom-Pragma remporte deux folies architecturales, Les Galets et Oasis, dévoilées le 14 mars au Mipim de Cannes. Pierre Raymond, directeur régional Occitanie de Sogeprom-Pragma, présente ces opérations ce 11 avril lors du Lab Immo Midi Libre consacré aux folies architecturales montpelliéraines. Hubert Vialatte a le plaisir d’animer les échanges, en présence de Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole.  

 En copromotion avec Vinci Immobilier (comme pour Higher Roch, au Nouveau Saint-Roch), Sogeprom-Pragma réalise le projet Les Galets, un programme immobilier étendu sur 13.600 m² de surface de plancher dans la Zac République (quartier Port-Marianne, Montpellier), précisent les deux promoteurs dans un communiqué. Ce projet, pensé par les cabinets d’architecture OMA (Rotterdam) et MDR (Montpellier), se compose de 3 bâtiments. Le premier, d’une surface de 1.700 m², est dédié aux espaces artistiques et culturels. « Il abritera une salle de spectacle pouvant accueillir 200 personnes, une brasserie en rez-de chaussée et un bar en rooftop », détaillent les promoteurs. Étalé sur 4.300 m² en R+8, le second bâtiment hébergera des bureaux avec, au dernier niveau, un espace sportif accessible au public. Enfin, une résidence de co-living de 7.600 m² (R+12) composera le dernier bâtiment. « Elle intègrera des espaces communs type coworking et restauration en plus des logements », détaille les promoteurs.  

Seconde folie de Sogeprom-Pragma, Oasis, dessiné par l’agence d’architecture Coldefy (Lille). L’opération, située dans la Zac Ovalie (Montpellier), comporte deux bâtiments au pied desquels se trouvera un jardin pour les enfants. « Le point d’orgue de cet espace, un toboggan géant, objet artistique et emblématique de l’Oasis, reliera la passerelle au cœur d’ilot », précise le promoteur montpelliérain. Déployée en R+13, la première bâtisse proposera 53 logements du T2 au T4 étalés sur 4.250 m². Au rez-de-chaussée prendra place 500 m² de commerces. D’autre part, 3.000 m² de bureaux en R+5 et rooftop prendront place au sein du second bâtiment. « Ils seront livrés nus et cédés à un investisseur ou vendus par plateaux », affirme Sogeprom-Pragma. 

« Un Mipim de Folies », à (re)lire dans Les Indiscrétions du 20 mars en cliquant ici.  

Dessine-moi Toulouse : la traversée végétale du projet My Jolimont en concertation jusqu’au 7 juin

Du 11 avril au 7 juin a lieu la concertation publique pour le projet de création d’une traversée végétale sous le viaduc du métro, au-dessus du parking relais Jolimont à Toulouse (quartier Guillaumet). Une création qui prend place dans le cadre de My Jolimont, programme immobilier porté par Nexity et Engie, lauréat du concours Dessine-moi Toulouse. 14.600 m2 rassembleront des bureaux, une résidence pour jeunes actifs, des logements, une crèche, une pension de famille et un supermarché participatif de Chouette Coop. Enjeu : « désimperméabiliser les sols et résoudre les ruptures topographies à travers une mobilité douce, à pied et à vélo », précise Philippe Du Bernard, responsable de programme chez Nexity, à La Dépêche.   

La concertation pour la traversée végétale sera rythmée de quatre ateliers thématiques* animés par l’agence de médiation Architecture In Vivo (Blagnac). Objectif : informer les riverains et lancer une co-conception du projet avec eux. « Nous allons partir d’une feuille blanche pour connaître leurs attentes », indique Marc Pâquin, artiste urbaniste chez Architecture In Vivo. La paysagiste Véronique Courcelles proposera ensuite plusieurs scénarios, pour n’en retenir et présenter qu’un fin juin. Les travaux devront débuter au troisième trimestre 2024, pour une livraison prévue en 2026.  

*Les ateliers auront lieu de 18h30 à 20h30 sur les dates suivantes (à la Maison du projet près de la station Jolimont à Toulouse) : le 11 avril autour des usages, le 25 avril sur le minéral/végétal, le 9 mai sur les scénarios, le 24 mai sur la palette végétale et le mobilier. Une permanence est assurée de 16hà. 19h les mercredis 12 et 26 avril, 3, 10 et 25 mai et le 7 juin.   

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

No results found.

L’agenda

Mardi 11 avril :

Lab Immo sur le thème « Les Folies montpelliéraines », organisé par Midi Libre avec comme invité Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole.

RDV Tech & Croissants « Startups, découvrez ce que nous faisons pour vous ! », organisé par la French Tech Méditerranée à Via Innova à Lunel (34). Inscription ici.

Soirée-débat « L’économie sociale et solidaire mérite-t-elle d’êrte (davantage) médiatisée ? », organisée par le Club de la presse Occitanie à Toulouse (7 rue du Canon d’Arcole). Inscription à contact@clubpresse.org.

Mercredi 12 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Auch (32). Plus d’infos ici. « La Nuit des Entrepreneurs », organisée par le Medef Montpellier au Pasino de La Grande-Motte (34).

15ème Forum de l’Emploi, organisé par la Communauté de Communes du Pays d’Uzès à la Maison de l’intercommunalité à L’Ombrière (3 place de la Croix des Palmiers, Uzès – 30). Plus d’infos ici.

Mercredi 12 et jeudi 13 avril : 

Place marketing Forum, rendez-vous du marketing territorial, organisé par la Chaire Attractivité et Nouveau marketing territorial au Centre de Congrès Pierre Baudis, à Toulouse. Possible de suivre l’événement en ligne. Plus d’infos ici et inscription là.

Plus d'événements ici

Jeudi 13 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Figeac (46). Plus d’infos ici.

Forum Osez l’entreprise, organisé par les Communautés de communes Albères Côte Vermeille IIlibéris et du Vallespir, en partenariat avec les agences Pôle Emploi d’Argelès-sur-Mer et de Céret, au lycée Christian Bourquin à Argelès-sur-Mer (66). Plus d’infos ici.

Samedi 15 et dimanche 16 avril : 

5e édition du Salon de la mobilité électrique et des loisirs, organisée par l’Office du tourisme du Cap-d’Agde (34). Plus d’infos ici.

Mardi 18 avril : 

La Fondation Abbé Pierre présente son 28ème rapport sur l’état du mal-logement à la Halle Tropisme à Montpellier. Inscription auprès de afavret@fap.fr (places limitées).

Mercredi 19 avril :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Pyrénées-Orientales (Perpignan). Plus d’infos et inscription ici.

Déjeuner  Criminologie et profilage » avec en invitée d’honneur Sylvia Bréger, criminologue, organisé par le Béziers Narbonne Business Club à Narbonne (lieu à venir). Inscription obligatoire ici.

Jeudi 20 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Saverdun (09). Plus d’infos ici.

Mardi 25 avril : 

Conférence Robotics Place, dédiée au développement de la robotique dans les entreprises d’Occitanie et l’évolution des technologies robotiques, organisée par la CCI Aude à Narbonne (1 avenue du forum). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 27 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Béziers (34). Plus d’infos ici.

Vendredi 28 avril :

OpenCycom, conférence sur la cybersécurité, organisée par Devensys Cybersecurity à la salle Le Kiasma à Castelnau-le-Lez (34). Inscription obligatoire ici (places limitées).

MAI

Mardi 9 mai :

Première rencontre des maires d’Occitanie, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l’Association des maires et des intercommunalités d’Occitanie, à Montpellier. Plus d’infos à venir.

Mercredi 10 mai :

Séminaire « Télétravail 2035 : quelle nouvelle donne territoriale et sociale ? », organisé par l’Auat au campus Orange Tolosa à Balma (31). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 11 mai : 

Déjeuner « Les campagnes d’une vie » avec en invité d’honneur Jacques Seguela, publicitaire, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Inscription obligatoire ici.

Première rencontre des maires d’Occitanie, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l’Association des maires et des présidents d’intercommunalité d’Occitanie, à Toulouse. Plus d’infos à venir.

11, 12 et 13 mai :

Salon cybersécurité du citoyen et des collectivités, organisé par l’agence Go au Parc des expositions de Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 24 mai :

Rencontre mécénat d’entreprise « Tout savoir sur le mécénat d’entreprise », coorganisé par NaïaGaïa et la Direction Régionale de la Culture au château de Castries (34). Inscription ici.

Vendredi 26 mai :

Cultive ta data, événement organisé par Datasulting au Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez, 34). Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

JUIN

Du 6 au 9 juin :

« CRISE CAMPUS : Université d’été de la gestion de crise », organisé par l’Université de Montpellier. Plus d’infos ici. Inscription obligatoire avant le 15 avril ici.

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

Du 15 au 18 juin : 

35ème Congrès de la Fédération Cobaty, organisé par le Cobaty Montpellier Méditerranée à Montpellier. Plus d’infos ici.

SEPTEMBRE

Du 14 au 16 septembre :

4ème édition du forum Le Monde Nouveau, dédié à la transition environnementale et sociétale, organisée par l’association Le Monde Nouveau à Planet Ocean Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 22 au 24 septembre : 

23ème Salon de l’Immobilier d’Automne, organisé au Parc des expos de Montpellier. Plus d’infos ici.

OCTOBRE

Du 18 au 20 octobre :

Congrès international de la RSE, organisé par la fondation Oïkos en collaboration avec Afnor Groupe, à la Cité de la RSE à Toulouse. Plus d’infos ici.

24 et 25 octobre :

Salon du Littoral organisé par L’Agence Midi Libre au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

DÉCEMBRE

5 et 6 décembre : 

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos :
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur l’isolation biosourcée, avril

Pour Touléco :
– Comment le monde agricole prépare la sécheresse estivale.

Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) d’avril : rédaction de 6 pages.

FORMATION

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

RÉDACTION DE CONTENUS

Contribution au magazine » Signature#9″ édité par Profils Systèmes
– Portrait du street-artist Sunra
– Rénovation en profondeur d’une villa dans la Rhône par l’architecte Thibaut Chanut (Dank Architectes).

ANIMATIONS

11 avril : animation du Lab Immo (Midi Libre) sur les folies architecturales en présence de Michaël Delafosse, maire de Montpellier.

15 et 16 juin : animation des Rencontres nationales de la Fédération des Scot (schémas de cohérence territoriale) à Nîmes.

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

Il faut aimer vivre dangereusement

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan ; En « Décodage », la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional ; En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac ; En « Trois questions à… », le salon ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This