IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Or bleu

Semaine du 26 février 2024

sur le gril cette semaine

Le thème de l’eau ruisselle dans cette newsletter de fin d’hiver. En « Trois questions à… », c’est l’or bleu du Rhône qui est évoqué, avec un possible doublement, un jour, du ‘tuyau’ Aqua Domitia, pourquoi pas jusqu’aux Pyrénées-Orientales, pour venir irriguer un Languedoc de plus en plus assoiffé ; En « À l’affiche », Groupama Méditerranée détaille sa Fondation d’entreprise et son Fonds de dotation, tous deux sur le thème de l’eau. Bref, d’or bleu, il est plus que jamais question.

Et aussi ? À déguster en « À l’affiche », le film ‘Chien de la Casse’ made in Occitanie consacré à Paris, une Aveyronnaise présidente nationale de la Jeune Chambre économique ; Et encore ? Les agriculteurs retrouvent un peu d’oxygène au contact du grand public et à la faveur de la ferveur médiatique à l’occasion du SIA Paris (à croquer en « Zoom ») ; Demain, tous nomades au travail ? (dans votre « On s’en fout » préféré) ; En « Ça pousse »l’avancée de la reconstruction du centre hospitalier d’Auch (32), A+ Architecture choisi pour la halle Louis-Marty à Sète (34), et d’autres nouvelles toutes chaudes, Un toit pour tous lance une opération en bail réel solidaire au Grau-du-Roi (30).

Bonnes lecture et semaine !

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Jean-Baptiste Durand, Chien de la Casse

Jean-Baptiste Durand, Chien de la Casse

Meilleur premier film (Jean-Baptiste Durand) et meilleure révélation masculine (Raphaël Quenard) : plein succès, lors de la cérémonie des Césars, le 23 février à Paris, pour l’excellent film Chien de la Casse*, réalisé par l’héraultais Jean-Baptiste Durand (Insolence production), tourné entre Sète et Le Pouget (34), et post-produit à Montpellier dans les studios de French Kiss. Le long-métrage plonge dans le désœuvrement de la jeunesse rurale, et évoque aussi de l’amitié biaisée entre deux garçons. Le film était nominé sept fois. « Chien de la Casse aux Césars est la preuve que le cinéma vient de plus en plus rejoindre les séries dans les décors de la région Occitanie », indique la doctorante Nathalie Severin (Université Paul-Valéry, Montpellier). Plus d’infos avec le décryptage de Karim Ghiyati, directeur d’Occitanie Films, sur France Bleu Hérault, le 23 février, à écouter en cliquant ici. Cette récompense fait écho à celle décrochée par l’Occitanie : la région devient la première région française concernant l’accueil des tournages de fictions audiovisuelles (téléfilms et séries) selon une étude du CNC (lire en « Décodage »).
*Argot : personne agressive, vindicative, prête à tout pour parvenir à ses fins. 

Gérard Bertrand, Gérard Bertrand Wines

Gérard Bertrand, Gérard Bertrand Wines

Le Clos du Temple, vin de Gérard Bertrand (Narbonne – 11), est élu meilleur rosé du monde au Wine Paris, exposition dédiée au vin qui s’est tenue du 12 au 14 février, lit-on dans un post LinkedIn. « C’est la troisième fois en cinq ans que nous recevons ce prix pour ce vin », souligne Gérard Bertrand dans La Dépêche. « C’est aussi une manière d’appuyer un peu plus la position du Languedoc en tant que meilleure région de rosé dans le monde. Il y a une rivalité saine avec la Provence, mais ce prix fait pencher la balance en notre faveur », poursuit-il. Ancien rugbyman à Narbonne (11) et au Stade Français dans les années 1980-1990, Gérard Bertrand s’est reconverti dans la viticulture. Son groupe éponyme de négoce réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 130 M€. Il est à la tête de 850 hectares de vignes.  

Mathilde Quintard, JCE Française

Mathilde Quintard, JCE Française

L’aveyronnaise Mathilde Quintard est élue présidente de la Jeune Chambre Économique Française, indique-t-elle sur son compte LinkedIn. Diplômée d’un master en gestion des institutions et services de santé à l’Université Toulouse Paul Sabatier, elle est directrice adjointe des CMPP (centres médico-psycho-pédagogiques) de l’Aveyron depuis novembre 2019.

Olivier Biscaye, Midi Libre / Acte de bâtir

Olivier Biscaye, Midi Libre / Acte de bâtir

Le quotidien régional Midi Libre (directeur de la rédaction : Olivier Biscaye) organise un grand débat, réunissant les professionnels de l’acte de bâtir, le 11 mars au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas (34), à partir de 18h30. Dans un contexte de forte crise pour l’immobilier, le logement, le bâtiment et la construction, ce débat permettra « de recueillir les attentes et les solutions proposées par les personnes présentes, et fera l’objet d’un grand dossier sur le site Midi Libre », indique Olivier Biscaye. Inscription pour le débat ici. Ce 29 février, la FFB 34 (président : Gilbert Comos) organise un point presse pour alerter sur la situation de crise dans les entreprises du bâtiment.

Samuel Hervé, Fabrice Le Saché, Ludovic Gatti, Medef Occitanie/France et Tarn

Samuel Hervé, Fabrice Le Saché, Ludovic Gatti, Medef Occitanie/France et Tarn

En vue des élections européennes du 9 juin, le Medef Occitanie prépare un Manifeste européen des entreprises de France, regroupant les propositions des entreprises adhérentes de l’organisation patronale. Réindustrialisation, souveraineté nationale, digitalisation… Plusieurs enjeux y seront listés. Dans ce cadre, Samuel Hervé (à gauche sur la photo), président du Medef Occitanie, Fabrice Le Saché (au centre sur la photo), vice-président du Medef en charge de l’Europe et Ludovic Gatti, président du Medef Tarn, organisent un débat le 28 février au Groupe Surplus Recyclage à Gaillac (Tarn), unique site industriel d’économie circulaire en Europe, dédié à la mobilité. Objectif : aborder les contextes régionaux et locaux des entreprises susceptibles d’être impactées par les politiques européennes.

Géraldine Bullot-Beaufils, Thierry Bonnery, Groupama Méditerranée

Géraldine Bullot-Beaufils, Thierry Bonnery, Groupama Méditerranée

Groupama Méditerranée (GM, Aix-en-Provence et Montpellier) crée une Fondation d’entreprise et un fonds de dotation sur la thématique de l’eau. « L’objectif est de permettre aux entreprises de contribuer et d’agir à la préservation des ressources en eau », indique le premier assureur des collectivités (notamment de la ruralité). Les eaux douces et salées sont concernées. Thierry Bonnery, président de la Fédération de l’Aude et vice-président de GM, a été élu début décembre président de la Fondation d’entreprise. André Daziano, président de la Fédération du Var et également vice-président de GP, a été élu président du Fonds de dotation, orienté auprès du grand public, des scolaires et des citoyens. Géraldine Bullot-Beaufils est nommée déléguée générale des deux structures. « Ces deux entités vont permettre au grand public, et à l’écosystème de GM (collaborateurs, élus et sociétaires) de s’approprier les sujets de l’eau, en les fédérant autour de projets concrets, de rencontres, de débats, d’événements, entre professionnels du secteur de l’eau, scientifiques, collectivités… », explique-t-elle.  
L’objectif est de mobiliser la connaissance produite, pour la transformer en aide à la décision. Première action, le soutien à la 6e édition du Hackathon Water4Future (15 et 16 février, organisateur : Icireward). « Il faut valoriser les filières et les métiers de l’eau. Cette science est encore diffuse, diluée dans d’autres programmes plus reconnus. C’est encore une matière qui vient s’ajouter, indique-t-on à GM. L’idée est de leur donner toute leur place, de valoriser le savoir-faire français de l’eau. En effet, personne ne se dit, au moment de son orientation, ‘je vais devenir technicien de rivière’. Ces métiers sont encore peu connus et mal intégrés dans les formations initiales et continues. Avec des conséquences préoccupantes : les gestionnaires d’espaces aquatiques, de régies, de syndicats de bassins et de rivières ont du mal à recruter, manquent d’experts. Pourtant, les enjeux actuels et à venir sont immenses. »

Cédric Calvez, Bpifrance Rodez

Cédric Calvez, Bpifrance Rodez

Il est nommé délégué territorial de la nouvelle délégation territoriale à Rodez (12), dont l’ouverture va être annoncée début mars.
Rattachée à la direction régionale Occitanie Ouest (Toulouse) de Bpifrance, cette nouvelle implantation « vise à renforcer la présence des équipes sur les départements de l’Aveyron, du Lot et du Tarn, et ainsi notre proximité auprès des acteurs économiques locaux », précise Bpifrance aux Indiscrétions.

Claire Lapeyronie, mairie de Pont-Saint-Esprit (30)

Claire Lapeyronie, mairie de Pont-Saint-Esprit (30)

Après la démission d’un tiers du conseil municipal de Pont-Saint-Esprit (maire : Claire Lapeyronie), des élections municipales vont être organisées, indique la préfecture du Gard. « Le conseil municipal de Pont-Saint-Esprit compte 14 sièges vacants sur 33 sièges au total, soit plus d’un tiers, suite à des démissions ces dernières semaines tant sur la liste majoritaire que d’opposition », explique la préfecture. La majorité compte désormais 17 élus. La ville de Pont-Saint-Esprit recense 10.640 habitants en 2023 selon Ville-data. Claire Lapeyronie est par ailleurs conseillère régionale et présidente de l’EPF Occitanie. 

Françoise Cadène, Notaires de l’Hérault

Françoise Cadène, Notaires de l’Hérault

Responsable de la communication à la chambre départementale des Notaires de l’Hérault, Françoise Cadène fera état, ce 29 février lors du Lab Immo Midi Libre (animation : Agencehv), d’une « baisse significative du volume de transactions immobilières dans l’Hérault, entre novembre 2022 et 2023 : – 13 % sur les appartements anciens, – 14 % sur les maisons anciennes, – 35 % sur les appartements neufs avec un pic de – 50 % à Montpellier intra-muros, et – 18 % sur les terrains à bâtir » (chiffres Perval). Le nombre de transactions chute de 29.659 en 2022 à 24.323 en 2023, soit une baisse de 18 %. « Par rapport à juin 2022, nous sommes à presque – 35 % de baisse du volume de transactions immobilières : nous sommes passés de 37.300 à 24.323 transactions ! », insiste l’experte.
« On ne peut pas encore parler de baisse des prix, mais il y a un ralentissement de la hausse. Nous étions en 2022 à + 9,3 % sur les appartements anciens, nous passons à + 4,6 %. Avec des disparités entre communes : + 18 % à Pignan, Clermont-l’Hérault ou Lamalou-les-Bains, + 15 % sur certains quartiers de Sète, mais – 3 % à – 5 % dans le centre historique de Montpellier, ou encore Gambetta ou Figuerolles. » Même phénomène pour les appartements neufs : de + 4,7 % en 2022, on passe à + 2,9 % en 2023.
Le prix des maisons anciennes baisse fortement (entre – 8% et – 19 %) à Montarnaud, Grabels, Bessan, Vendres, La Grande-Motte, Vic-la-Gardiole ou encore Le Pouget.

Jean Brun, Locales.tv 

Il est nommé au poste de délégué général de la fédération Locales.tv, qui regroupe 45 télévisions locales. Ce professionnel reconnu des médias et de communication, qui a passé près de 12 ans à viàGroupe notamment comme directeur et de l’information et des programmes, aura pour mission d’assurer la relation avec les télévisions adhérentes, de superviser la gestion et l’administration de la fédération et d’accroître l’influence de Locales.tv auprès des pouvoirs publics. « Il représentera et défendra notamment les intérêts des adhérents de la fédération auprès des différentes institutions et répondra aux différentes consultations, suivi des lois et amendements », indique un communiqué. « Les télévisions locales, véritables garantes du pluralisme de l’information et du lien social dans les territoires, doivent plus que jamais se faire entendre », précise Aurélie Rousseau, co-présidente de Locales.tv. Depuis 2021, Jean Brun était président délégué de la chaîne mondiale d’information pour l’Afrique Africa 24. 

Aurélie Darnaud, BRL

Aurélie Darnaud, BRL

Elle est arrivée discrètement, il y a près d’un an, mais le poste n’en est pas moins stratégique. Aurélie Darnaud est la nouvelle directrice de la communication de BRL Groupe (Nîmes, 600 salariés, directeur général : Jean-François Blanchet), spécialisé dans l’eau, l’environnement et l’aménagement du territoire. Diplômée de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Politiques de Communication) et de l’IAE Paris – Sorbonne Business School, elle était auparavant responsable de la communication du Symadrem à Arles (13). La Région Occitanie est l’actionnaire principal de BRL Groupe.  

Alexandre Gasparian, plateforme régionale des achats, préfecture de région

Alexandre Gasparian, plateforme régionale des achats, préfecture de région

Aux côtés de Claire Verdelhan, directrice adjointe de la commande publique de la Région Occitanie, et de Julien Moncomble, directeur supply chain & projets de Paul Boyé Technologies, il intervient le 12 mars à Toulouse dans le cadre d’un colloque dédié aux achats responsables. L’événement est organisé par la délégation Occitanie de l’AFNOR Groupe, TBS Education, CNA Occitanie, le Club Stratégies Achat Toulouse et le Réseau des achats responsables en Occitanie. Programme et inscription en cliquant ici.

Frédéric Bouchette, Frédéric Grelot, Palavas sous les flots ?

Frédéric Bouchette, Frédéric Grelot, Palavas sous les flots ?

« Palavas sous les flots, science-fiction ou réalité ? » : c’est le thème du Bar des sciences, événement organisé par l’Université de Montpellier ce 29 février. Intervenants : Frédéric Bouchette, professeur des universités et chercheur au laboratoire Géosciences Montpellier spécialiste des littoraux, et Frédéric Grelot, chercheur économiste à l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) à l’unité mixte de recherche G-EAU.  

Ludovic Tourdiat et Sarah Galibert, Salon de la Copropriété du Gard

Ludovic Tourdiat et Sarah Galibert, Salon de la Copropriété du Gard

Le syndicat immobilier Unis et la Fnaim Gard-Lozère (présidente : Sarah Galibert) organisent le premier salon gardois de la copropriété, le 29 février au Musée de la Romanité à Nîmes. Environ 600 professionnels et particuliers sont attendus, pour assister à un panel de conférences. Principaux thèmes abordés : l’offre clé en main pour un processus de rénovation simple, les solutions de financement de travaux, la pose de panneaux photovoltaïques (avec la société Hellio), les installations de recharge du véhicule électrique en copropriété (avec l’Areve et Enedis) ou encore les aspects juridiques de la rénovation énergétique avec le cabinet d’avocats Eleom et Edouard Morlot, président délégué national de l’Unis . 
Parmi les exposants, « des avocats, des maîtres d’œuvre, les représentants du dispositif France Rénov, des experts de la surélévation des immeubles comme Up Factor, des panneaux photovoltaïques, de la recharge de véhicules électriques, des systèmes de chauffage (pompes à chaleur avec chaudières gaz, etc.) », égrène Ludovic Tourdiat, président Syndic de l’Unis Occitanie. 
La rénovation énergétique des copropriétés est un sujet « brûlant ». « Le but du salon, c’est d’apporter un maximum de réponses techniques et financières aux questions que se posent les copropriétaires. Connaître les chemins pour accéder aux financements est un vrai sujet. Par exemple, doit-on s’adresser à l’Anah, ou auprès de la Région Occitanie à travers l’Arec ? Tout n’est pas toujours clair, y compris pour les professionnels. » Dans ce contexte, le salon a vocation à informer, mais aussi à « rassurer les copropriétés, et leur expliquer l’intérêt de réaliser ces travaux de performance thermique », lance Ludovic Tourdiat. « Les copropriétaires doivent s’approprier leur projet et leur propre plan pluriannuel de travaux. Ils doivent être convaincus. On ne lance pas des travaux parce qu’il y a des aides, mais parce que c’est nécessaire ! » 
L’Unis organisera en Occitanie deux autres salons de la copropriété, à Toulouse les 15 et 16 mai (Stade Ernest Wallon) et à Montpellier le 12 septembre (Corum). 

Julien Biagioni, Kléber Mesquida, François-Xavier Lauch, Journée technique de l’eau

Julien Biagioni, Kléber Mesquida, François-Xavier Lauch, Journée technique de l’eau

Quelles solutions pour gérer la ressource en eau ? Quels exemples concrets d’investissements de collectivités ? En matière d’ingénierie, quels sont les moyens disponibles au niveau local en 2024 pour les réseaux d’eau dans l’Hérault ? Quel est l’état des lieux départemental et régional des réseaux d’eau (entretien, renouvellement, besoins d’investissement) ? Autant de points qui seront abordés le 20 mars (9h15 à 15h45) au Domaine de Bayssan (Béziers – 34), lors de Journée de l’Eau. L’événement est coorganisé par Les Canalisateurs de France (délégué régional : Julien Biagioni), la FRTP Occitanie (Olivier Giorgiucci), le Département de l’Hérault (Kléber Mesquida), l’AMF 34 (Frédéric Roig) et la préfecture de l’Hérault (préfet : François-Xavier Lauch). La journée sera conclue par le préfet de l’Hérault, qui doit présenter à cette occasion le Plan Eau de l’État pour l’Hérault.  
> Agencehv aura le plaisir d’animer cette journée. Retrouvez nos dernières prestations d’animations en cliquant ici 

Nicolas Ethève, Médiaterranée

Nicolas Ethève, Médiaterranée

Notre confrère journaliste Nicolas Ethève, compagnon de route du média Médiaterranée et passé par l’Hérault du Jour (La Marseillaise), nous a quittés le 16 février à seulement 43 ans. Père de trois enfants, il a été fauché par un cancer foudroyant. Son média lui rend hommage ici. Nicolas Ethève a également été élu à la Ville de Mireval (34) aux côtés de Christophe Durand, lors de son premier mandat en 2014. Il avait alors été en charge de la communication. Ciao Nicolas, ta discrétion et ta plume nous manquent déjà.

Nicolas Dulion, Bruno Chomeyrac, La Nuit du Pitch

Nicolas Dulion, Bruno Chomeyrac, La Nuit du Pitch

Nicolas Dulion (à gauche sur la photo), fondateur d’Espace Entreprise Montpellier (coworking), et Bruno Chomeyrac, directeur régional Languedoc-Roussillon et Vaucluse Pays d’Aix du club d’affaires Dynabuy, vont animer la 5e édition de La Nuit du Pitch, le 26 mars à l’espace Lattara à Lattes (34). Coorganisé par la Ville de Lattes, le Medef Hérault Montpellier et la CPME 34, l’événement propose aux chefs d’entreprise de pitcher en 2 minutes leur entreprise et leur activité, et de rencontrer 100 entreprises. Depuis sa création, la Nuit du Pitch a généré plus de 28.000 prises de contacts croisés. Les Indiscrétions font partie des partenaires médias de l’événement.

Plus de À l’affiche

Virgile Arène, Load Stations

Virgile Arène, Load Stations

Président et co-fondateur avec Paul Flatry de Load Stations, start-up accompagnée par l’incubateur nîmois Bic Innov’Up (CCI Gard) et ayant mis au point, après trois ans de R&D, une prise connectée permettant de recharger un véhicule électrique en charge lente à domicile ou en mobilité, il annonce ce 27 février une levée de fonds d’1,2 M€. Ce premier tour de table réunit des business angels (670 k€ investis au capital), la branche innovation du Crédit Agricole (prêt de 200 k€) et Bpifrance (prêt de 300 k€). L’opération permet de renforcer le pôle R&D, avec l’embauche de 3 ingénieurs informatiques et 3 commerciaux, portant l’effectif à 14 collaborateurs à la fin du premier semestre.
L’innovation de Load Stations ? La consommation d’électricité est automatiquement remontée dans l’application Load Stations. Le remboursement des frais engagés par le collaborateur « se fait en toute simplicité et transparence, au coût réel et dans le respect des lois. L’optimisation de la recharge des flottes n’est pas une équation simple, entre télétravail, déplacements, turnover des équipes… Load Stations a développé son propre logiciel SaaS de supervision de bornes de recharge pour véhicules électriques et se connecte avec les logiciels métiers de ses clients. Les grands comptes sont intéressés par nos solutions de recharge nomade : pour 1.000 collaborateurs qui ont un véhicule électrique, l’installation de bornes électriques coûterait 2 M€. En passant par nos solutions de prises connectées à domicile, ils divisent leurs coûts par 10 et gagnent en flexibilité », indique Virgile Arène.
Load Stations a également prévu une prise renforcée qui recharge le véhicule deux fois plus rapidement que la précédente, pour des collaborateurs qui parcourent au moins 150 km par jour. Au-delà des flottes de véhicules, Load Stations cible les opérateurs de bornes publiques et privées, les installateurs et les distributeurs. La jeune pousse nîmoise déploie également une offre pour les centres de profit tels que les hôtels qui souhaitent disposer d’une borne avec un système de paiement sans contact. Ainsi, grâce à sa Load Card RFID, un collaborateur peut recharger son véhicule électrique sur plus de 300.000 points de recharge partenaires. Load Stations a été créée en octobre 2022 par ces deux anciens cadres de Vinci Énergies. La greentech travaille avec des multinationales, des collectivités et des syndicats d’énergie.

Olivier Dubois, Ovale XIII Business Club

Olivier Dubois, Ovale XIII Business Club

Président du club de rugby Toulouse Olympique XIII, Olivier Dubois intervient lors de la soirée de lancement de l’Ovale XIII Business Club ce 27 février à 19h au Modena Sport à Balma (31). 

Anh Nguyen, MedinCell

Anh Nguyen, MedinCell

Anh Nguyen quitte ses fonctions de membre et de président du Conseil de surveillance de MedinCell, société pharmaceutique technologique au stade pré-commercial qui développe des médicaments (Jacou, 34), lit-on dans un communiqué de presse. Il quitte ce poste qu’il occupait depuis 2013 puisqu’il a atteint la limite d’âge prévue par les statuts, soit 70 ans. « Dans cette nouvelle étape qui commence pour moi, j’ai hâte de concentrer mes efforts sur mon domaine de prédilection : faire avancer l’innovation au niveau de la recherche technologique et scientifique », commente Anh Nguyen. Biologiste moléculaire de formation et chef d’entreprise expérimenté, Anh Nguyen a commencé sa carrière d’entrepreneur dans le domaine des biotechnologies en Californie où il a cofondé et développé plusieurs entreprises jusqu’à leur cotation au NASDAQ, précise Boursier.com. 

Clémence Peyrot, Adéquation

Clémence Peyrot, Adéquation

Quelles perspectives 2024 pour l’immobilier neuf en Occitanie Est ? « Il y a eu un effondrement du marché immobilier neuf en ex-Languedoc-Roussillon sur l’année 2023, avec une hausse historique des taux d’intérêts qui ont atteints les 4 % », lance Clémence Peyrot, directrice régionale Occitanie du bureau d’études Adéquation. Pour garder la tête hors de l’eau en 2023, les promoteurs ont opté pour la vente en bloc auprès des bailleurs sociaux CDC et Action Logement, qui les ont transformés en logements locatifs intermédiaires avec des loyers plafonnés. Pour 2024, « nous avons beaucoup d’incertitudes, confie Clémence Peyrot. Nous ne savons pas dans quelle mesure ces deux bailleurs vont pouvoir continuer à soutenir la construction neuve via l’achat en bloc. » Dans le cas où ce modèle s’installerait dans le paysage immobilier, « les promoteurs devront intégrer ce processus dès la conception de leur programme pour trouver un équilibre financier. Ça ne pourra pas rester une opération de « sauvetage » », indique Clémence Peyrot. Par ailleurs, alors que la loi Pinel (défiscalisation) touche à sa fin, le dispositif de bail réel solidaire (BRS), qui permet aux acquéreurs d’acheter le bâti et de verser par la suite une redevance pour le foncier, se déploie. Un dispositif qui va notamment s’accélérer sur la métropole de Montpellier, demandeuse en termes de logements.  
> Plus à lire prochainement dans Le Figaro Magazine. Clémence Peyrot intervient ce jeudi 29 février lors du Lab Immo Midi Libre à Montpellier.  

Francis Gendre, Grand Circuit du Roussillon

Ancien conseiller municipal de Perpignan et créateur du Circuit du Roussillon (Rivesaltes – 66), Francis Gendre, 72 ans, est décédé le 18 février. Plus à lire dans L’Indépendanten cliquant ici 

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Éolien en mer : la Région Occitanie porte un projet de site d’essai et veut une inscription dans la ‘borne haute’

eolien en mer
La Région Occitanie accueille le développement de deux projets de fermes pilotes, au large de Leucate-le-Barcarès (30 MW) et Gruissan (30 MW), qui vont être installées par les consortiums EOLMED et EFGL en 2025. ©Matière

La Région Occitanie est candidate à l’accueil d’un site d’essai industriel de grande puissance d’éoliennes en mer, apprend-on de source proche. Cette candidature est en cours d’examen par la Fondation OPEN-C, qui regroupe les sites d’essais en mer pour les énergies marines. La décision est attendue courant 2024. Ce site, orienté sur la R&D (présence d’ingénieurs et de techniciens), pourrait accueillir jusqu’à trois éoliennes pour une puissance totale de 50 MW (soit une capacité plus importante que les fermes pilotes, qui produiront 30 MW). « Il permettrait de tester de nouveaux types d’équipements, de nouveaux standards, de nouvelles pratiques », précise la Région.

En vue de la Programmation pluriannuelle de l’énergie 2024-2033 du Gouvernement, la Région Occitanie souhaite l’inscription « dans la borne haute de 7,5 GW » de puissances attribuées pour 2050 au large des régions Paca et Occitanie. La fourchette ‘basse’ est fixée à 4,5 GW pour les deux régions.
« La borne basse de 4 GW en 2050 ne représente en fait que 500 MW de puissance supplémentaire entre 2033 et 2050, ce qui n’est pas concevable du point de vue de la transition énergétique mais également des points de vue industriel et portuaire, indique Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, au préfet de région. En effet, si nous voulons réellement construire une filière industrielle en Occitanie, nous devons mener un rythme de mise en place de parcs régulier et soutenu. »
L’élue alerte également sur le zonage recherché. L’État envisage un zonage recherché de 1.500 km2 pour la borne haute de 7,5 GW, calculé sur la base d’une densité des éoliennes de 5MW/km2. Or, cette densité retenue « est en-dessous de celles envisagées par les acteurs de la filière et des pratiques de l’industrie notamment en mer du Nord ». En clair : mieux vaut réduire au maximum les zonages, pour limiter les inquiétudes éventuelles des riverains et des professionnels de la mer, notamment les pêcheurs. « Il me semble particulièrement important de redoubler d’effort de pédagogie vis-à-vis des usagers de la mer dans la présentation des enjeux de ces zones et de la réalité des zones concernées », indique encore Carole Delga.

Tourisme industriel. Envie d’aller au plus près des parcs éoliens en mer, érigés à 20 km du littoral, et de visiter les sites de production sur le port de Port-la-Nouvelle ? Encore peu évoquées, les retombées économiques positives de l’éolien en mer seront pourtant bien réelles. L’installation en mer de ces géants de quelque 250 mètres de haut raviront les amateurs de tourisme industriel. Avec les parcs d’éoliennes en mer, le littoral d’Occitanie entend développer ce tourisme tourné vers la réindustrialisation, la décarbonation et la souveraineté énergétique. Les territoires d’Europe du Nord, riches en éolien en mer, ont déjà développé cette stratégie d’attractivité. Idem à Saint-Nazaire, où plusieurs navettes proposent des visites chaque semaine. « C’est un point à aborder dès à présent, car les acteurs du tourisme seront d’abord alertés par les enjeux paysagers, au risque d’oublier les aménités positives que la filière va générer à leur profit », analyse-t-on à la Région Occitanie.

Contrat de filière bâtiment : regarder devant

Ce 29 février, signature du contrat de filière bâtiment et présentation du Plan Habitat durable (150 M€) de la Région Occitanie avec la Fédération française du Bâtiment (FFB) et la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment Occitanie (Capeb). Face à la crise du logement qui percute la filière du bâtiment, ce contrat est attendu par la filière. Le lieu de la conférence de presse choisi par la Région n’est pas anodin : l’atelier gros-œuvre / carrelage du campus de Toulouse du CFA Occitanie. En clair : on se tourne vers l’avenir.

Port : appel d’offre pour la construction d’un quai à Sète

La Région Occitanie lance un avis pour la construction d’un nouveau quai dédié à l’amarrage de la drague Hydromer sur le port de Sète-Frontignan (34). Le dépôt des candidatures est ouvert jusqu’au 25 mars. Plus d’infos ici

Emploi saisonnier : plus d’un millier de postes au FLES, le 5 mars à Port-Camargue (30)

forum emploi saisonnier
©DR

Le 5 mars marquera le retour du Forum Littoral de l’Emploi Saisonnier (FLES) au Yacht Club de Port-Camargue, au Grau-du-Roi (30). L’événement est coorganisé par l’agglomération du Pays de l’Or et la communauté de communes Terre de Camargue, en partenariat avec France Travail. Avec plus d’un millier de postes à pourvoir, dans des secteurs variés – hôtellerie, restauration, commerce, animation, services – le FLES couvre un large éventail de métiers. Des cuisiniers aux animateurs, des serveurs aux agents de sécurité, en passant par les hommes et femmes de chambre, les opportunités sont nombreuses. 

Le FLES accueillera 120 entreprises, telles que Super U Grau-du-Roi, Yelloh Village, McDonald’s, de nombreux campings. L’édition précédente avait rassemblé 121 recruteurs proposant 1.783 offres, majoritairement dans la restauration. Plus de 70 % des recruteurs ont présélectionné des profils grâce au forum.
Reste le problème épineux du logement des saisonniers. « Une étude a été lancée par Terre de Camargue et Pays de l’Or pour étudier les solutions et mettre en place un plan d’actions », bottent en touche les deux intercommunalités sur ce point. Action Logement commence de son côté à déployer des solutions concrètes. 
Outre la mise en relation directe entre employeurs et candidats, le Forum propose également des services d’accompagnement personnalisé. Sur rendez-vous, des conseils pour rédiger ou optimiser son CV sont dispensés par le service emploi du Pays de l’Or et de Terre de Camargue. Pour les entreprises, une assistance est également disponible pour définir les profils de postes recherchés.

Agroalimentaire : Danone inaugure un site de production de boissons d’origine végétale dans le Gers

Dans le Gers, la laiterie de Villecomtal-sur-Arros est transformée par le groupe Danone en un site de production dédié aux boissons d’origine végétale, lit-on dans un communiqué de presse du 12 février (lire ici). L’objectif : « développer un nouveau modèle de production et de nouvelles compétences pour s’adapter aux attentes des consommateurs », explique Danone. La transformation a nécessité « un investissement de plusieurs millions d’euros et près de deux années de travail. » L’inauguration s’est déroulée en présence d’Antoine de Saint-Affrique, PDG de Danone, Mina Blouri, directrice du site, et Laurent Carrié, préfet du Gers, indique sur LinkedIn Jean-François Rezeau, président de la CCI Occitanie. Les 49 collaborateurs de Villecomtal-sur-Arros ont été formés à la transformation du végétal, « s’appuyant sur l’expertise développée à Issenheim, premier site dédié au végétal de Danone France. » Par ailleurs, le site de Villecomtal-sur-Arros s’est doté de deux nouvelles lignes de production, dont une à haute cadence. 300.000 litres de boissons y seront produits quotidiennement. « Ces volumes seront distribués sur le marché français ainsi que sur les 26 marchés européens : 90 % de la production Villecomtoise sera destinée à l’exportation », précise Danone. Danone compte deux sites en France dédiés à la production de boisson d’origine végétale, à travers notamment sa marque Alpro (20 millions de litres par an distribués en France).

L’Occitanie, première région de France d’accueil des tournages de fictions audiovisuelles (CNC)

La région Occitanie devient la première région de France d’accueil des tournages de fictions audiovisuelles (téléfilms, séries) d’après une étude révélée par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), annonce le 21 février la Région Occitanie dans un communiqué (lire ici). L’Occitanie accueille notamment le tournage des séries Demain nous appartient (TF1) à Sète (Hérault), Un si grand soleil (France 2) à Montpellier (Hérault) ou encore Ici tout commence (TF1) à Saint-Laurent-d’Aigouze (Gard). La région compte 547 entreprises de l’audiovisuel, représentant 11.000 emplois et 89,9 M€ de retombées économiques. 2.800 jours de tournages de fictions longues ont lieu chaque année. « Cette 1ère place dans le classement du CNC est de bon augure pour l’objectif que la Région s’est fixé à savoir devenir un pôle d’envergure européen et international », déclare Carole Delga, présidente de la Région. 

Altrad vise les 6 Md€ de CA et revient sur le redressement d’Endel

Altrad industrie
©DR

Groupe Altrad, spécialiste des services à l’industrie, réalise en 2023 (exercice clos fin août) un chiffre d’affaires de 5,28 Md€, en progression de 38 % par rapport à 2022, et devrait se rapprocher des 6 milliards cette année, indique son président Mohed Altrad aux Indiscrétions. Le résultat net s’est cependant dégradé, passant de 138 à 73 M€, soit une baisse de 47 % entre 2022 et 2023. « La période est marquée par une instabilité économique mondiale. Dans ce contexte, nous avons décidé de constituer par prudence une provision significative, de plusieurs dizaines de millions, qui impacte le résultat net, explique Mohed Altrad, président et actionnaire majoritaire. Cette provision permet de couvrir des risques potentiels divers : procès, retards de paiement, client qui décalerait un investissement… » Mais le rythme effréné d’acquisitions en France et à l’étranger se poursuivra. Mohed Altrad dit « chercher à terme deux milliards d’euros auprès des marchés obligataires ».

Deux acquisitions d’entreprises pesant chacune environ 100 millions d’euros sont en cours. Une banque va être sélectionnée pour accompagner le groupe dans une démarche de notation, qui sera réalisée courant 2024. Altrad a de la marge : l’Ebitda de 613 millions d’euros (+11,6 %) est presque équivalent à la dette nette (633 millions). « Nous avons des marges de manœuvre. Les concurrents de notre taille sont pour la plupart bien plus endettés », évalue Mohed Altrad. L’objectif est de « doubler de taille d’ici à cinq ans, mais sans dégrader les ratios financiers, et en prenant le temps d’intégrer les dernières entreprises acquises. Les choses ne se font pas toutes seules. Il faut restructurer et créer des synergies ».
Cela a été le cas pour Endel, acquis auprès d’Engie en avril 2022 . « Engie avait laissé Endel à l’abandon. Avec des erreurs de gestion : la holding comptait 200 personnes avec des hauts revenus, alors qu’il en fallait 50. Nous avons relancé une dynamique commerciale. L’Ebitda est ainsi passé de -29 millions en 2021, avant la reprise, à 60 millions en 2023 », déclare l’ancien conseiller municipal d’opposition de Montpellier, qui vient de démissionner (sans jamais avoir siégé). Pour repartir pour les municipales de 2026 ? « Pas de réponse à ce stade », confie l’intéressé.

Legal tech : Septeo inaugure un laboratoire IA 

Septeo inaugure son Lab IA (Intelligence artificielle) à Paris Workstation lundi 19 février, annonce l’éditeur de logiciel sur Linkedin. Ce laboratoire vise à intégrer l’IA dans les solutions du groupe, « pour les professionnels du droit et du chiffre, de l’immobilier, de la RH comme de l’hospitalité », précise son président Hugues Galambrun. Et pour les professionnels de la formation, puisque le groupe acquiert Dendreo (40 salariés), éditeur de logiciels de gestion pour organismes de formation (centres de formation d’entreprises et organismes de formation privés). Au sein du pôle Septeo HR solutions, Dendreo compte « booster son modèle économique, grâce aux ressources marketing, commerciales et d’innovation (R&D) du groupe », indique Hadrien Kulik, CEO de Dendreo dans le communiqué de presse à retrouver ici. Septeo compte 2.900 salariés, pour un chiffre d’affaires de 360 millions d’euros. Plus à lire dans le communiqué de presse . Plus à (re)lire sur les récentes acquisitions de Septeo dans Les Echos, « Logiciels : Septeo met la main sur Sequoiasoft » (juillet 2023).

Primark : Claira avant Odysseum

L’arrivée de Primak, géant irlandais de la fast fashion (mode à petits prix), sur la zone commerciale Salanca à Claira (66) est validée d’un souffle (7 pour, 5 contre) par la Commission départementale d’aménagement commercial du 22 février. Quelque 135 créations d’emplois sont prévues, selon L’Indépendant. Des recours pourraient être déposés et amener le dossier devant la CNAC. Primark, déjà basée à Toulouse, prévoit une autre implantation en Occitanie, à Odysseum Montpellier (Les Indiscrétions du 18 décembre 2023, lire en cliquant ici).

Tourisme : 222 millions de nuitées touristiques en Occitanie en 2023 

tourisme foire Gard
©DR

Stabilisation. Sur l’année 2023, l’Occitanie enregistre 222 millions de nuitées, en hausse de 1 % par rapport à 2022, dévoile le Comité régional du tourisme et des loisirs (CRTL) Occitanie. Un chiffre qui bat « tous les précédents records, y compris ceux de l’ère pré-Covid, en se stabilisant à un haut niveau de fréquentation », dépeint le CRTL Occitanie dans un communiqué de presse. 

Palme d’or pour l’hôtellerie de plein air. En termes de nombre de nuitées, la palme d’or revient à l’hôtellerie de plein air qui enregistre 28,7 millions de nuitées en 2023, suivi par l’hôtellerie (15,6 millions), le locatif en plateforme (11,3 millions) et les autres hébergements collectifs touristiques (10,9 millions). 

Clientèle française. « Avec 141,5 millions de nuitées, représentant 64% du total, la clientèle française est toujours majoritaire, bien qu’en légère baisse (-2%), notamment en zone urbaine », observe le CRTL Occitanie. En effet, Montpellier et ses alentours enregistre une baisse de 3 % et l’univers urbain (hors métropole) une baisse de 1 %. En revanche, le nombre de nuitées étrangères est en hausse de 7 % par rapport à 2022 (80,2 millions). 

45 % des nuitées en été. Avec un manque de neige sur la saison hivernale freinant la venue des touristes, l’été (juillet-août) comptabilise 45 % des nuitées annuelles. « La fréquentation progresse à Lourdes, dans le Massif central et les Pyrénées, mais diminue sur le littoral », précise le CRTL Occitanie. Par ailleurs, le nombre de nuitées sur le mois de septembre a progressé de 6 % en raison de l’accueil de 4 matchs de rugby à Toulouse pour la coupe du monde (+14% de nuitées internationales). 

1,38 M€. Sur l’année 2023, le locatif en plateforme a généré 1,38 M€ de revenus en Occitanie, en hausse de 13 % par rapport à 2022. 

Plus d’informations en cliquant ici

Empreinte carbone de la viticulture : l’IVSO utilise Wine Pilot

L’IVSO (Interprofession des Vins du Sud-Ouest, directeur général : Paul Fabre) est la première interprofession à mettre en œuvre une plateforme digitale pour aider les entreprises viti-vinicoles à calculer leur empreinte carbone, explique Terre de Vins (l’article à déguster en cliquant ici). La démarche va être mise en œuvre en collaboration avec la start-up montpelliéraine Wine Pilot by Food Pilot. L’objectif est de récolter des données et de proposer des actions pour diminuer l’émission de gaz à effet de serre et augmenter la capacité de stockage du carbone. Elle s’inscrit dans le cadre du plan d’adaptation et de transition de la filière des Vins du Sud-Ouest, dont l’un des principaux axes de travail vise justement à progresser vers la neutralité carbone. « La particularité de Wine Pilot est d’avoir développé une fonctionnalité simplifiée pour les interprofessions en divisant par deux les questions, explique Frédéric Volle, co-fondateur et directeur du développement. Avec une trentaine de questions, nous estimons pouvoir reconstituer 80% de l’impact carbone d’une entreprise, le reste pouvant être complété si besoin par l’IA. Cette simplification devrait aider une interprofession à motiver les vignerons. »
> « FoodPilot aide les acteurs de l’agroalimentaire à faire leur transition environnementale », pour Les Échos, janvier 2024, (re)lire en cliquant ici.

NAP adhère au Club ETI Occitanie

Le Groupe NAP (président : Arnaud Ayrolles), ETI toulousaine de 300 collaborateurs, spécialiste du commerce de proximité, adhère au Club ETI Occitanie (délégué générale : Aline Gandy). Le groupe de distribution NAP développe et anime le réseau d’enseignes Maison de la Presse, Point Plus et Mag Presse, soit 1.200 magasins indépendants répartis sur tout le territoire français. Le groupe propose aux adhérents des solutions complètes et clés en main de gestion adaptées à leurs besoins : approvisionnement de marchandises, marketing et animation des ventes, communication, agencement, gestion, financement, assurances, formation…

Année record pour l’Ademe Occitanie avec 188 M€ mobilisés

Des sommes record mobilisées, priorités 2024, près de 90 M€ consacrés au programme France 2030… À l’occasion du comité régional d’orientation le 14 février, l’Ademe Occitanie dévoile son bilan d’activité 2023 et ses priorités 2024.

Ademe comité régional d’orientation
©Préfecture d’Occitanie et de la Haute-Garonne

Année record. En 2023, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) Occitanie a mobilisé 188 M€ – contre 125 M€ l’an dernier – d’aides aux collectivités et aux entreprises, un record depuis sa création en 1992, lit-on dans un communiqué de presse (à retrouver ici). Au total, près de 700 projets ont été soutenus sur l’année. 

Répartition des aides. Parmi ces 188 M€, 77,7 millions ont été destinés à la transition énergétique (chaleur renouvelable, économie d’énergie, hydrogène), 89,4 millions ont été consacrés au programme France 2030 (décarbonation de l’industrie et des transports, éolien flottant, exploitation forestière, industrie du bois, recyclage des matériaux). La vingtaine de millions d’euros restante était répartie entre l’économie circulaire, les territoires durables, le tourisme durable et la recherche. 72 % des bénéfices étaient des entreprises et 16 % des collectivités. 

Priorités 2024. L’Ademe Occitanie a fixé ses quatre grandes priorités pour l’année 2024. En premier lieu, la mise en œuvre des fonds pluriannuels et des fonds ponctuels confiés par l’État. Ensuite, la poursuite de l’accompagnement des territoires avec le lancement et l’animation du réseau « Élus pour agir » destiné à fédérer les élus autour de la transition écologique. Troisièmement, le maintien du soutien technique et financier apporté aux entreprises afin de favoriser leur transformation écologique. Enfin, la consolidation, en partenariat avec les services de l’État et de la Région Occitanie, de l’animation des différents relais et réseaux régionaux. « Notre ancrage régional est précieux pour identifier et mettre en œuvre des solutions adaptées aux spécificités locales », déclare Céline Vachey, directrice régionale de l’Ademe. 

Flocage de maillots sportifs : l’Audois Monblason repris par le Lyonnais FlexDev

Déjà numéro un en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne, le lyonnais FlexDev prend la tête du marché de l’impression sur textile sportif en Europe grâce à l’acquisition de Monblason, une PME familiale de l’Aude qui équipe les grands noms du football en France, à commencer par la sélection de Didier Deschamps, ainsi que le PSG et l’OM, indique le quotidien Les Échos ce 21 février. Le montant de la cession reste confidentiel. Le dirigeant de Monblason, Yoann Saunière, arrière-petit-fils du fondateur de l’entreprise, en 1906, Léon Saunière, conserve une fonction opérationnelle. Il monte au capital du groupe, contrôlé par le holding familial Dentressangle.
Monblason réalise 17 M€ de chiffre d’affaires (en 2023) et possède une usine à Espéraza, près de Carcassonne. FlexDev dispose d’une filiale industrielle d’assemblage de presses à chaud à proximité, Sefa, à Limoux, fournisseur de Monblason.
Outre les clubs français, cette PME familiale d’une cinquantaine de salariés fournit des équipementiers tels que Nike, Puma et Adidas et les distributeurs. Les synergies entre les deux sociétés vont permettre au groupe « de se projeter vers de nouveaux marchés, géographiquement comme au niveau sectoriel avec le luxe ou la mode », dit Jocelyn Robiot, le président de FlexDev.
Plus à lire dans Les Échos en cliquant ici.

Le spécialiste de la reforestation MORFO s’implante à Montpellier

L’entreprise à impact MORFO, spécialisée dans la reforestation à grande échelle à l’aide de drones, quitte Paris pour s’implanter à Montpellier courant mars, dans un laboratoire de 90 m2. MORFO, co-fondé par Pascal Asselin, compte à ce jour 20 salariés (CA non communiqué). MORFO déménage dans le quartier Odysseum, Avenue du Mondial 98. À l’exception de deux salariés restant en télétravail, « la quasi-totalité des équipes déménage bien de Paris à Montpellier », confirme MORFO. Montpellier sera le nouveau siège social de l’entreprise. « MORFO déménage à Montpellier pour rejoindre l’écosystème scientifique local, un des meilleurs du monde sur les forêts tropicales – avec notamment une collaboration étroite avec l’IRD -, et pour s’insérer dans un tissu local d’innovation pour devenir un champion européen de la biodiversité », indique la PME aux Indiscrétions. Depuis sa création en 2021, la ‘climatetech’ (c’est le terme) a reforesté plus de 600 hectares, notamment au Brésil où les besoins sont incommensurables. Lire le dernier communiqué sur MORFO en cliquant ici.

La saison des salons TAF démarre

Les salons TAF (travail avenir formation) reviennent au printemps 2024 pour leur 17ème édition à travers toute la région.

Salon TAF Région Occitanie
©Sébastien Lapeyrere – Région Occitanie

Organisés par la Région Occitanie, les salons TAF (emploi) démarrent. Neuf éditions sont prévues pour ce mois de mars : le 6 mars à Albi (81), les 6 et 7 mars à Montpellier (34), le 7 mars à Alès (30) et à Saint-Gaudens (31), le 14 mars à Mende (48), le 19 mars à Nîmes (30), le 20 mars à Auch (32) et à Montauban (82), le 21 mars à Cahors (46), le 27 mars à Millau (12), à Tarbes (65) et à Perpignan (66). En 2022, plus de 65.000 visiteurs se sont déplacés sur les salons pour rencontrer les 1.400 organismes de formation et d’orientation ou pour postuler aux 13.800 offres de recrutement proposées par les 2.500 entreprises présentes, mentionne La Région sur son site web. 

Le Grand Narbonne veut étendre son réseau cyclable

La communauté d’agglomération du Grand Narbonne (président : Bertrand Malquier) confie au bureau d’études Cereg (Montpellier et Nîmes) une mission d’étude de faisabilité de liaisons cyclables, pour la mise en continuité de l’Eurovélo 8 entre Port-la-Nouvelle et Leucate. Cette étude est réalisée en groupement avec Copenhagenize Design Co. et Presents. Cereg intervient plus spécifiquement sur les contraintes hydrauliques, environnementales et réglementaires.

Gard : 405 M€ générés par 48 sites touristiques 

Arènes de Nîmes, Pont-du-Gard, Bambouseraie en Cévennes… Les retombées économiques des 48 lieux touristiques du Club des sites touristiques du Gard sont chiffrées à 405 M€, révèle une enquête menée courant 2023 par le cabinet d’études marketing Id&co pour le compte de la CCI Gard et présentée le 6 février à Nîmes (dossier presse à consulter ici). « Un euro de chiffre d’affaires d’un des sites du Club ‘produit’ 12 euros de retombées économiques sur le département du Gard », se félicite la CCI Gard. À (re)lire dans Les Échos, « Tourisme : 405 millions d’euros de retombées économiques annuelles pour les sites gardois » (février 2024).

500 M€ de dépenses d’équipements en 2024 pour la Métropole de Montpellier

À l’occasion du Conseil métropolitain du 13 février, la Métropole de Montpellier présente les orientations budgétaires 2024, à retrouver en détail dans le dossier de presse

Conseil métropolitain de Montpellier février 2024
Conseil métropolitain de Montpellier ©DR

Nouvelle hausse des prix de l’énergie. Le budget de l’année 2024 est fortement impacté par le choc énergétique, puisque les dépenses d’énergies représentent encore, par rapport à 2022, une hausse de près de 4,5 M€ (8,8 M€ en 2022 contre 13,2M€ dans le budget prévisionnel 2024). 

Augmentation du coût des déchets. Le coût des déchets atteint quasiment les 125 M€ en 2024, contre 121,2 M€ l’an dernier ou 71,6 M€ en 2018. Le coût du transfert des déchets résiduels grimpe également, atteignant 26,4 M€, après avoir explosé entre 2019 et 2020, passant de 1,4 M€ à 15,7 M€.

500 M€. Malgré toutes ces hausses, la Métropole déclare « maîtriser son budget » et va investir 500 M€ d’équipements en 2024, comprenant, entre autres, la réalisation de la ligne 5 de tramway, la rénovation urbaine des quartiers Mosson/Cévennes et les aménagements pour le futur lycée à l’ouest de la Métropole à Cournonterral. 

Sobriété énergétique. La médiathèque Victor Hugo ainsi que le siège de la collectivité situé dans le quartier Antigone bénéficieront d’une opération de rénovation énergétique de plus de 750.000 €. Ces mesures s’inscrivent dans une stratégie plus globale pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Création du Réseau de Chaleur Nord Alco (RCNA). La Métropole a démarré les travaux de voirie dans le cadre de la création du RCNA. Il permettra d’alimenter les bâtiments publics et les logements situés dans les quartiers entre le CHU et la Mosson. Sa mise en service est prévue fin 2025 avec un raccordement progressif des bâtiments qui le souhaitent à partir de 2026. En 2030, près de 5 millions de m², soit 46 000 équivalents-logements, seront chauffés par l’un des 12 réseaux de chaleur de la Métropole, soit 3 fois plus qu’en 2019, précise la Métropole dans le dossier de presse. 

Agroécologie : Eoden acquiert Iris Cayeux 

Eoden Nature, branche dédiée à l’agroécologie du groupe Eoden, groupe d’entrepreneuriat et d’investissement familial (Baillargues, 34), acquiert 100 % de la société Iris Cayeux, cultivateur d’iris basé dans le Loiret, lit-on sur un post LinkedIn. « Ce rachat nous permet de préserver et valoriser un patrimoine national de l’agronomie française, connu et reconnu à l’international, de moderniser la marque et l’entreprise dans son système de production et de commercialisation, mais aussi d’accélérer la diversification et la digitalisation de la société », commente Loïc Bruté de Rémur, responsable des opérations agricoles d’Eoden Nature. Iris Cayeux réalise un chiffre d’affaires d’environ 600 k€, emploie 7 salariés, et possède 47 hectares de surfaces agricoles. Eoden accompagne près de 40 projets en France et en Europe, qui ont vocation à créer de la performance durable autour de quatre branches d’activité : l’hôtellerie, la promotion immobilière, la transition écologique et l’agroécologie. CA non communiqué.

Le CHU de Montpellier lauréat du trophée des Leaders Bienveillants de Préventica 

Le CHU de Montpellier reçoit le trophée des Leaders Bienveillants décerné par Préventica, récompensant son projet « Le LAB Appréciatif du CHU de Montpellier : Osons Explorer, Expérimenter et Apprécier », visant à̀ favoriser l’intelligence collective au sein des équipes, apprend-on dans un communiqué de presse. Le projet est né de la volonté d’accompagner les équipes du CHU dans des situations telles que les crises d’équipe ou les périodes de transformation, en favorisant la réflexion collective et la communication. Préventica est un organisme dédié à la santé et à la sécurité au travail. Il récompense depuis plusieurs années les organisations et conduites de projets qui se distinguent par des approches « innovantes, déterminées, poursuivies, à l’échelle d’une PME ou d’une grande organisation ». « Les Prix des Leaders Bienveillants sont une source d’inspiration, d’échanges, de valorisation, de reconnaissance et d’intelligence collective. Ils sont ouverts à tous type d’entreprises ou de collectivités, quel que soit le secteur et l’effectif », déclare Éric Dejean-Servières, directeur général de Préventica. 

Axylis prend une participation minoritaire dans CibleWeb (Béziers)

AXYLIS - CIBLEWEB
De gauche à droite : Patrice Aujoulat, Laure Caucat (tous deux experts-comptables, P.Aujoulat étant chez Axylis), Guilhem Gleizes (CibleWeb) et Marc Aufort (Axylis).

Sur fond de croissance de l’IA, le métier d’expert-comptable se réinvente. Le cabinet Axylis (conseil aux entreprises et expertise-comptable, Béziers – 34) prend une participation minoritaire au capital de CibleWeb, PME de 23 salariés experte en stratégie digitale et webmarketing (référencement, médias sociaux, emailing, intégration aux marketplaces…). L’opération s’est effectuée principalement par une augmentation de capital. Objectif pour Axylis : diversifier l’accompagnement de ses clients, en proposant désormais des services en matière de stratégie digitale. « L’activité d’expert-comptable telle qu’elle existait est modifiée, au profit de plus de conseil auprès des chefs d’entreprises », explique Marc Aufort, l’un des neuf associés d’Axylis. Cette opération fait suite à de nombreuses autres prises de participation, répondant à la même logique : Rheflex (conseil et formation en RH), Optiassur (assurance de la personne : mutuelle, prévoyance, retraite), Axynnov (accompagnement de start-up et entreprises innovantes), Axylis Data Security (sécurisation des données informatiques de l’entreprise), Axyagri (secteur agricole), Axylis Avocats (société pluri-professionnelle d’exercice regroupant les métiers d’experc-comptable et d’avocat), Axymmo (immobilier professionnel).
Axylis emploie 160 collaborateurs pour 14,5 M€ de CA en 2023, avec un réseau de 20 agences dans le Sud de la France. De son côté, CibleWeb espère faire progresser son CA de 1,1 M€ en 2023 à 3,5 M€ en 2027. « Avec cette opération, nous asseyons notre ancrage territorial, et élargissons notre spectre de clientèle », commente Guilhem Gleizes, fondateur, dirigeant et actionnaire majoritaire de CibleWeb. La PME est par ailleurs éditeur de la solution iziflux, qui permet à environ 500 entreprises de diffuser leurs catalogues sur les marketplaces.

Entreprises du numérique : Digital 113 lance un nouveau parcours international 

Digital 113, cluster des entreprises numériques d’Occitanie, lance un nouveau parcours international, destiné à la fois aux entreprises du numérique qui n’exportent pas et à celles qui souhaitent accélérer leur développement, apprend-on dans un communiqué de presse du 20 février. Aux côtés d’Ad’Occ, Digital 113 propose un accompagnement complet via des conférences, ateliers, formations et rencontres business, prévues à chaque destination. Une nouvelle destination sera proposée à chaque semestre. La première table ronde portera sur le marché espagnol et réunira des experts du domaine de l’international le 7 mars à la Halle de l’Innovation à Montpellier. Objectifs : « identifier les opportunités, les stratégies et les leviers pour conquérir le marché numérique espagnol », lit-on dans le communiqué.

Action Cœur de Ville : nouvelle phase à Revel (31)

Création d’une voie verte, réhabilitation du Beffroi et de la Halle, végétalisation des espaces extérieurs des établissements scolaires, aménagement de complexes sportifs extérieurs… : voici quelques actions inscrites dans l’avenant à la convention Action Cœur de Ville de 2018, avenant paraphé le 21 février par Pierre-André Durand, préfet de la Haute-Garonne et de la région Occitanie, avec la commune de Revel et la communauté de communes Lauragais Revel Sorèzois. Le préfet espère une nouvelle phase « aussi fructueuse que la précédente » (2,7 M€ de soutien financier, note), même s’il reconnaît un montage « non dénué de complexité ». L’ambition d’Action Cœur de Ville est à la fois de redynamiser les centres-villes et d’intégrer les actions dans une démarche de transition écologique. Près de 6 Md€ ont été mobilisés depuis 2023 avec les différents partenaires financeurs.

Grogne salariale inédite chez Ubisoft Montpellier

Matthieu Dutheil et Clément Montigny Ubisoft
Matthieu Dutheil (à gauche) et Clément Montigny. Geeks, mais pas fous. ©Hubert Vialatte

Dans le monde feutré de l’industrie des jeux vidéo, ce mouvement social est inédit. Une quinzaine de salariés d’Ubisoft Montpellier (Castelnau-le-Lez) se réunissent le 14 février devant le site qui emploie 470 salariés, à l’appel national des syndicats STJV, Solidaires Informatique, la CFE CGC, et aussi, à Montpellier, du Printemps écologique. « Les premières négociations annuelles obligatoires Ubisoft (les premières sections syndicales se sont créées en 2020, note), qui viennent de se terminer fin janvier, ont été très insatisfaisantes, explique Clément Montigny, programmeur online et délégué syndical de la section STJV d’Ubisoft Montpellier. Nous avons demandé une enveloppe d’augmentation générale de 5 %, pondérée en faveur des 25 % des salaires les plus bas. La direction propose 2,8 % d’augmentation, comme l’an dernier. Nous avons rejeté le projet d’accord. »

Double discours de la direction. Concernant la situation financière difficile d’Ubisoft (plan d’économies de 200 millions d’euros annoncé), qui pourrait justifier des hausses modérées de salaires, Clément Montigny répond aux Indiscrétions : « L’entreprise n’est pas une unité quantique. On ne peut pas, le matin, dire ‘l’entreprise va très bien’, quand il s’agit de parler aux investisseurs, et ensuite dire qu’elle va très mal quand il s’agit d’augmenter les salariés. Ce n’est pas acceptable dans le contexte inflationniste actuel. Nous pouvons entendre que l’an dernier, la situation économique était difficile. Mais des choix stratégiques de l’entreprise peuvent être discutés, notamment le fait de privilégier de très gros projets (Beyond Good and Evil 2, Prince of Persia), qui mobilisent certains salariés sur des carrières entières, alors que Beyond Good and Evil 2 est en production depuis environ dix ans – et on n’en voit pas le bout. Il y a une dimension de risque psycho-social, mise en évidence dans une enquête dans les locaux de l’Inspection du Travail, en octobre 2022. Ubisoft fait le choix stratégique des grosses productions, avec beaucoup d’équipes et beaucoup de moyens. Nous estimons que ce mode de production représente de forts risques psycho-sociaux. Ceux qui travaillent sur des grosses productions qui tardent à sortir ne voient pas leur travail reconnu. On demande à la direction davantage de projets, pour permettre aux salariés de tourner. »

Plus d’expérimentations RH. Le syndicaliste critique également le mode d’augmentation chez Ubisoft. « Aujourd’hui, Ubisoft procède à des augmentations annuelles, sur la base de revue de performance. Il n’y a pas d’augmentation générale. Cela détériore l’ambiance au sein des équipes, et les écarts de salaires se créent au fil des années. C’est un peu le royaume de l’arbitraire. »
Autre revendication, une expérimentation autour de la semaine de 4 jours, et la pérennisation du télétravail. « Il n’y a qu’une charte sur le télétravail, mais pas d’accord d’entreprise, alors que cela fait partie du monde du multimédia. (…) L’industrie du jeu vidéo commence à dater, elle remonte à environ 30 ans. Mais le syndicalisme y est né récemment. La grève est nouvelle dans notre industrie. Nous sommes 15 à 9 heures du matin, c’est positif, d’autant plus que beaucoup de salariés, ce mercredi en télétravail, font grève en restant chez eux », conclut Clément Montigny.

Guerre des salaires. « Plutôt que de faire des économies, comme c’est la stratégie d’Ubisoft, il nous semble qu’il est primordial d’investir dans les salaires, enchaîne Matthieu Dutheil, délégué syndical du Printemps Ecologique, manager à Ubisoft. À Montpellier, il y a un décrochage salarial dans les jeux vidéo par rapport à d’autres villes, car il n’y avait pas de concurrence. Depuis l’après-Covid, d’autres entreprises se sont implantées à Montpellier, et commencent à engager des salariés d’Ubisoft, en leur proposant des salaires nettement supérieurs, parfois jusqu’à un doublement. Des seniors sont partis, ce qui a impacté la productivité des projets. Pour garder les talents, au lieu de faire le moins-disant, nous demandons à la direction de montrer une volonté de combler les écarts, même si nous comprenons qu’on ne peut pas toujours s’aligner complètement. Par exemple, Build A Rocket Boy a installé un studio au Polygone Montpellier, avec une vingtaine de salariés. »

Toulouse : communication brouillée autour du projet Ipsophène (paracétamol)

La première usine européenne de paracétamol, portée par Ipsophène et soutenue par la Région Occitanie, doit ouvrir à Toulouse début 2025, sur le site de l’Oncopole, annonce France Bleu Occitanie le 19 février (croquer le médicament en cliquant ici). Elle prévoit de commercialiser jusqu’à 4.000 tonnes de paracétamol. Le projet, de 28 M€, est financé à hauteur de 15 % par la Région Occitanie via l’ARIS, soit 4,2 M€.
La production prévisionnelle d’Ipsophène, start-up lancée par Jean Boher, « représente environ 40 % de la consommation annuelle en France. Cette production serait suffisante pour l’ensemble de notre pays en cas de nouvelle crise », indique Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie délégué à l’emploi, l’économie, l’innovation et la réindustrialisation (lire en cliquant ici).
Publié quelques jours plus tôt, c’est un article de notre confrère toulousain des Échos, Laurent Marcaillou (correspondant du titre en Occitanie Ouest), qui a déclenché ces annonces enthousiastes. « C’est une arlésienne occitane. Annoncé en juillet 2023 par le Conseil régional d’Occitanie, le projet de construction d’une usine de principe actif de paracétamol à Toulouse n’est toujours pas présenté sept mois plus tard par son promoteur, la start-up Ipsophène fondée en 2021 et dirigée par Jean Boher. ‘Nous nous concentrons pour l’instant sur la mise en place de notre projet’, se borne-t-il à déclarer », écrit ainsi notre confrère.
La start-up affirme avoir le soutien financier du laboratoire Upsa, qui fabrique des médicaments à base de paracétamol comme l’Efferalgan à Agen (Lot-et-Garonne) et qui achètera le principe actif. « Upsa est entré au capital d’Ipsophène, pour un montant non communiqué, dans sa démarche de relocaliser la production de paracétamol en France, au lieu d’acheter le principe actif en Chine, en Inde et aux Etats-Unis », confirme une porte-parole d’Upsa aux Échos.
Le projet d’Ipsophène n’est pas unique en France. Un autre projet d’usine de principe actif de paracétamol est porté par le groupe lyonnais Seqens à Roussillon (Isère). Seqens construira une usine d’une capacité de 10.000 tonnes par an en investissant 100 M€. « Un tiers de cet investissement est financé par l’État – qui veut relocaliser la pharmacie – dans le cadre du plan France Relance, ce qui n’est pas le cas pour l’usine d’Ipsophène, décrit Laurent Marcaillou. Seqens veut démarrer la production en Isère en 2026. Le projet toulousain, pour le moment, reste bien mystérieux. »

C’est le Mipim

Les transitions : ce sera le thème de l’intervention de Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, le 14 mars à 14h au Mipim (salon international des professionnels de l’immobilier, Palais des Festivals à Cannes). « Transitions au sens large : mobilités, énergie, gratuité des transports… », détaille-t-on chez Altémed.

Unanimité pour Canayer

Vibrant hommage à Patrice Canayer, entraîneur-manager du MHB – Montpellier Handball, de la part de Patrice Desserey, président de DMH – Dijon Métropole HandBall. C’était le 18 février à Dijon et c’est à visionner en cliquant ici (source Meta). Patrice Canayer quittera le MHB fin mai, après 30 ans au poste d’entraîneur et un palmarès inégalé dans le domaine des sports collectifs en France (2 Ligues des Champions, 14 championnats de France). Il se confiera en juin auprès de la communauté d’Agencehv sur les secrets du management de vestiaires, et de sa propre longévité à un poste aussi exposé.

Pépites-appâts

« La vraie stratégie d’attractivité d’une métropole comme Montpellier, c’est l’accompagnement par le Bic (Business Innovation Center) de start-up prometteuses. Lesquelles lèvent des fonds, performent et sont ensuite rachetées par un groupe international, qui s’installe sur le territoire à cette occasion, décrypte Michel Peinado, directeur associé d’Arthur Loyd Montpellier Méditerranée. Il y a des exemples : Medtech racheté par Zimmer Biomet, Techsia par Schlumberger… Les grands groupes ne s’implantent pas directement, mais par des acquisitions de pépites. »

Le futur centre des congrès de Nîmes baptisé H2

centre des congrès nimes
Perspective du futur centre des congrès de Nîmes ©3XN

Prévu pour l’automne 2025, le futur centre des congrès de Nîmes (Gard) sera baptisé H2, révèle la Ville de Nîmes le 22 février dans un communiqué. Initié par la Ville et dessiné par les cabinets d’architecture Chabanne (Aix-en-Provence) et 3XN Architects (Copenhague), le futur centre des congrès s’étendra sur 10.000 m² pour un investissement de 56,3 M€. Le choix du nom H2 est notamment symbolique. « Constitué de deux bâtiments qui semblent entrer en contact rue Jean-Reboul, il incarne un signe architectural fort symbolisant le rapprochement et l’échange. Cette singularité évoque également les deux notions de communication et de transmission », explique la municipalité. Également, la lettre H fait écho à l’Histoire de la capitale gardoise. 140 ouvriers travailleront quotidiennement sur le chantier. Plus à lire cette semaine dans Les Échos, et (re)lire « Nîmes : coup d’envoi des travaux du Palais des Congrès », en cliquant ici

Eminence parle

C’est assez rare pour le dire. Antonio Iandolo, président du groupe textile gardois Eminence, dévoile à la presse, ce 1er mars à Montpellier, la stratégie et les projets d’Eminence. Basé à Aimargues, l’ETI est détenue depuis 2018 par l’israélien Delta Galil. Eminence fête cette année ses 80 ans. Tout comme nos confrères de Midi Libre. Qui seront présents à la conférence de presse. La boucle est bouclée.

Bio-UV Group s’associe à Pinnacle Ozone Solutions pour traiter l’eau à l’ozone 

Le spécialiste du traitement de l’eau par rayons ultraviolets Bio-UV Group, basé à Lunel (Hérault), s’associe à l’américain Pinnacle Ozone Solutions « afin d’exploiter les produits de traitement de l’eau à l’ozone de la société en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie », explique l’entreprise héraultaise dans un communiqué (lire ici). Bio-UV fabriquera et commercialisera la technologie Quadbock® (Pinnacle Ozone Solutions) qui lui permettra « d’augmenter la capacité de production des générateurs d’ozone à 30 kg/h et plus (contre 2 kh/g), ce qui ouvrira un marché beaucoup plus vaste à l’échelle mondiale. » Le groupe Lunellois emploie 160 salariés et réalise un CA consolidé de 43,1 M€, dont 50 % des ventes sont réalisées à l’export. À (re)lire dans Les Échos, « Bio-UV Group prolonge la durée de vie des électrolyseurs des piscines au sel » (novembre 2022).

Occitanie : 250 postes à pourvoir dans les villages clubs et hôtels Miléade

Le groupe Miléade, gestionnaire de 31 villages clubs et hôtels en France, annonce dans un communiqué ouvrir 250 postes saisonniers en CDD en Occitanie (lire ici). Parmi les postes à pourvoir : animation, bien-être, restauration, maintenance… Les villages clubs et hôtels concernés sont ceux de Samatan (Gers), Pont-Barcarès (Pyrénées-Orientales) et La Grande-Motte (Hérault). Les postes sont ouverts à tous les profils (débutant ou expérimentés). À l’échelle nationale, 1.000 postes sont à pourvoir. Le groupe Miléade emploie 1.450 collaborateurs en pleine saison. 

Plus de décodages

L’État mobilise 8,53 M€ pour soutenir la filière viticole gardoise

Sur les 80 M€ du fonds d’urgence d’État pour soutenir les exploitations viticoles en difficulté, le Gard reçoit une enveloppe de 8,53 M€, annonce la préfecture du Gard le 12 février (lire ici). « Le montant de l’aide totale attribuée ne pourra pas dépasser 10.000 euros par exploitation, sauf pour les nouveaux installés dont le plafond sera porté à 12.000 euros, et elle ne devra pas dépasser le montant des pertes constatées au titre de l’année 2023 », précise la préfecture. Les premiers paiements, soumis à conditions (pertes de récoltes, de chiffre d’affaires…), interviendront début mars. 
Par ailleurs, le gouvernement lance le 16 février un appel à candidatures auprès des établissements de crédit ou groupes bancaires intéressés par la mise en place de prêts bonifiés à 2,5 % auprès des viticulteurs et des caves coopératives (lire ici). L’objectif est de « permettre aux viticulteurs et aux coopératives viticoles d’étaler dans le temps leurs obligations bancaires et ainsi de libérer de la trésorerie », explique le ministère de l’Agriculture. 
À (re)lire dans Les Échos, « 8,53 millions d’euros de l’État pour soutenir la filière viticole gardoise » (février 2024).

Occitanie : la préfecture et la CCI renouvellent leur partenariat pour accompagner les entreprises 

La préfecture de la région Occitanie et la CCI Occitanie renouvellent la convention d’objectifs et de moyens (COM) 2023-2027 pour accompagner les entreprises du territoire, apprend-on dans un communiqué de presse. Six missions sont définies par la COM : Accompagner la transition écologique des entreprises et le développement durable des territoires ; Accompagner les entreprises dans leurs transitions numérique, économique et RH ; Anticiper, orienter, former et recruter ; Entreprendre et transmettre ; Accompagner les entreprises à l’international ; Représenter les intérêts des entreprises.

La plateforme aéroportuaire de Nîmes-Garons transférée à l’agglomération

Signature, ce 29 février, du transfert de la plateforme aéroportuaire Nîmes-Garons (30) de l’État vers la communauté d’agglomération Nîmes Métropole, en présence de Jérôme Bonet, préfet du Gard, et de Franck Proust, président de Nîmes Métropole.
Lors de son assemblée communautaire du 11 décembre, l’agglomération a voté l‘acquisition de 281,5 hectares détenus par l’Armée sur les 322 hectares de la zone aéroportuaire de Nîmes Grande Provence Méditerranée. Chiffrée à 21,5 M€, cette transaction va permettre « d’élargir le périmètre afin d’accéder à un maximum de foncier aménageable et d’immobilier en bord de piste », nous expliquait alors Nîmes Métropole. Objectif : « Créer 40.000 m² de nouveaux hangars en bord de piste pour des activités aéronautiques et 30.000 m² en arrière-piste pour du tertiaire, de la petite industrie et de la sous-traitance en lien avec ce secteur », poursuit l’agglomération. Au total, 100 M€ d’investissement sont projetés.

Rencontres EnR

Premières rencontres « Énergies Nouvelles Renouvelables », le 4 avril à la Halle de l’Innovation de Montpellier (Cambacérès), organisées par Montpellier Méditerranée Métropole.

Crise immobilière : comment l’arrière-pays catalan garde la tête hors de l’eau ? 

Prix attractifs, ambiance de village, environnement calme loin des métropoles… le Vallespir et le Conflent, l’arrière-pays catalan, « ont ressenti une baisse d’activité sur le dernier semestre 2023. Mais nous avons moins subi la crise que dans d’autres zones comme la plaine du Roussillon », indique Benjamin Lassalle, gérant d’Immotech (Arles/tech, Amélie-les-Bains, Céret, Le Boulou). Alors que la crise a notamment impacté l’immobilier neuf et les primo-accédants avec le refus des banques de prêter et des taux d’intérêts à 4 %, l’arrière-pays attire principalement des retraités qui achètent des biens anciens au comptant. « Ils recherchent majoritairement des maisons individuelles (ou des appartements avec ascenseur), avec un extérieur, une place de parking et les commerces à proximité », étaye André Capdeville, gérant de l’agence Guy Hoquet à Céret et président adjoint de la Fnaim Pyrénées-Orientales.
« Il y a eu une bulle covid, où durant la crise les prix se sont envolés. Début 2024, nous sommes revenus à des prix équivalent à l’avant covid », explique Benjamin Lassalle. À Amélie-les-Bains, une maison de 172 m² habitable sur un terrain de près de 2.600 m² a été vendue 305.000 euros, alors qu’elle était affichée à 325.000 euros pendant le covid. « Nous constatons à nouveau un équilibre entre les exigences des vendeurs et les capacités d’achat des acquéreurs », déclare André Capdeville. 
Parmi les avantages à habiter dans l’arrière-pays : une localisation et des prix attractifs, le calme, la nature, et … la sécurité. « Nous sommes dans des petites villes où nous vivons comme dans des villages. Il y a un véritable sentiment de sécurité, qui plait fortement aux nouveaux arrivants », sourit André Capdeville. 

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Agriculture : un peu d’oxygène au SIA

Sur-réglementation, concurrence étrangère à bas coûts, prix étranglés par la grande distribution, activité en première ligne face aux effets du réchauffement climatique et au manque d’eau, resserrement du marché bio, augmentation des prix de l’énergie, difficultés à transmettre les exploitations… Alors que les agriculteurs et viticulteurs font face à mur de problèmes, le Salon International de l’Agriculture de Paris (jusqu’au 3 mars) apporte un peu d’oxygène à la filière. Entre coup de projecteur médiatique et déclaration d’amour du grand public. Un Zoom concocté avec la newsletter Occitanie News, pour laquelle Agencehv a le plaisir de collaborer aux côtés de Telmi Studio (Toulouse).  
S’abonner gratuitement à cette nouvelle newsletter de la Région Occitanie en cliquant ici.

Agriculture SIA
Un lieu idéal pour se reposer et perdre les kilos superflus. ©DR

Sensibiliser les publics. Le SIA permet de « représenter les valeurs de l’agriculture paysanne et de la mode éthique, pour sensibiliser de nouveaux publics », sourit Olivia Bertrand, co-fondatrice et DG de Laines Paysannes (Ariège), société de valorisation de la laine qui expose au SIA pour la 7e année consécutive. Laines Paysannes s’approvisionne auprès de 25 fermes locales.  
« Le SIA, c’est l’occasion de rencontrer des consommateurs et des clients distributeurs », complète Yves Soulhol, gérant aveyronnais d’Aubrac Aligot (traiteur spécialisé dans l’aligot) et DG de la coopérative Jeune Montagne. Il fera déguster son aligot à la tome fraîche de l’Aubrac (IGP). « Les agriculteurs font face à la concurrence de pays proposant des prix plus bas, martèle Yves Soulhol. Pour l’élevage sur l’Aubrac, il faut un hectare de terrain par vache. On ne peut pas exiger à un producteur français de veiller au bien-être animal tout en lui demandant de faire le même prix que ceux qui pratiquent l’élevage intensif ! » 
Sera également de la partie Nadia Vidal, productrice lozérienne de châtaignes depuis 2009 et présidente de l’AOP Châtaigne des Cévennes. Elle mettra en avant sa confiture de châtaigne et ses produits dérivés (sirop, crêpes, coulis, liqueur…). L’article complet à lire sur Occitanie News en cliquant ici.
 
Agtech : Les robots agricoles autonomes de Naïa Technologies. Selon Gaëtan Sévérac, co-fondateur avec Aymeric Barthes, « nos robots fonctionnent désormais sans nécessité de surveillance au champ. C’est une première mondiale qui rend service aux utilisateurs dans un cadre technique et légal qui leur offre du temps et de la sérénité. Et c’est nouvelle avancée pour une agriculture et une alimentation durable qui est bénéfique pour l’environnement. » Les deux co-fondateurs, qui restent directeurs, ont cédé il y a quelques semaines la présidence de l’entreprise à Philippe Perrin. L’objectif du nouveau président est de faire de la startup une PME industrielle. Naïo Technologies qui a vendu 450 robots et réalisé un CA 2022 de 6,5 M€ est le leader mondial du secteur, avec une gamme de quatre robots présents sur les cinq continents. L’article complet à croquer sur Occitanie News en cliquant là.  

Viticulture : comment Château Guilhem (Aude) réduit son impact carbone. L’impact carbone de ce domaine viticole est réduit en repensant le packaging des bouteilles, désormais éco-responsables et issues d’Occitanie. « En 2021, j’ai pris conscience qu’il y avait encore beaucoup à faire sur la bouteille elle-même, sur le packaging et la logistique, explique le vigneron Bertrand Gourdou. Pour des raisons environnementales et aussi face à l’inflation notamment sur le verre et le papier, nous avons complètement revu notre politique d’achat et de choix de prestataires. Avec des matériaux entièrement recyclés et recyclables, Château Guilhem collabore maintenant avec des entreprises situées dans un rayon de 100 km autour du domaine. »  
Par exemple, « tout ce qui concerne la bouteille elle-même et la logistique a été entièrement repensé. Les bouteilles qui pesaient lourd (650 g) ont fait l’objet d’une attention particulière. Aujourd’hui, elles sont produites non plus en Italie mais à la verrerie de Béziers et pèsent 425 g, ce qui a des effets positifs sur le poids des palettes et sur le bilan carbone. La capsule de surbouchage en plastique et aluminium a été supprimée, ce qui évite de produire des déchets et d’utiliser moins d’étiquettes. » 
L’article complet à déguster sur Occitanie News en cliquant là.

La Laiterie La Bergerie valorise les producteurs aveyronnais et lozériens. Certifiée BioPartenaire, label bio et équitable, La Bergerie de Lozère (La Tieule, groupe Olga) collecte chaque année 8 millions de litres de lait, permettant de produire 6.000 tonnes de yaourts au lait bio de brebis, distribués sous les marques Vrai (grandes surfaces) et Bergerie (réseaux bio).  
Malgré la crise essuyée par le bio, et une baisse d’activité d’environ 8 % en deux ans, Rudy Perro, directeur âgé de 40 ans, entend « tenir la barre » et « garde espoir dans les débouchés du bio. Par exemple, nous travaillons avec des collectivités, dont les Villes de Mende et de Millau, pour fournir les cantines scolaires ». 
Cet ancien cadre d’un grand groupe agroalimentaire ne changerait pour rien au monde son cadre de travail, « en plein milieu des Causses et Cévennes. C’est merveilleux. Et, chaque jour, j’ai la sensation d’œuvrer pour quelque chose de bien. Et, aussi, pour le bien-être des producteurs, à la fois en termes de rémunération et d’échanges réguliers et transparents avec eux ». La Bergerie emploie 35 salariés pour un CA d’environ 24 M€.  
L’article complet à boire sur Occitanie News en cliquant ici.
 
Agenda de ministre. Présidente de la Région Occitanie et de Régions de France, Carole Delga aura, sur le SIA ces 27 et 28 février, un agenda de ministre, en enchaînant les réunions de travail : avec les présidents de chambres d’agriculture, avec Arnaud Rousseau (FNSEA), avec les Vignerons Indépendants, avec Dominique Chargé (Coopération agricole), ou encore Sébastien Windsor (président national des Chambres d’agriculture), Laurence Marandola (porte-parole de la Confédération paysanne), Arnaud Gaillot (président des Jeunes Agriculteurs), avec l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes… Le contrat de filière conchylicole Méditerranée sera par ailleurs lancé, ce 27/2.  

  

3 questions à

Fabrice Verdier, BRL

Vers un doublement d’Aqua Domitia ?

Un 2e réseau d’eau ‘Aqua Domitia’ va-t-il être construit sur la partie littorale de l’Occitanie ? L’exécutif de la Région Occitanie, présidée par Carole Delga, n’écarte pas cette possibilité.  
Les Indiscrétions ont rencontré Fabrice Verdier, président de BRL, concessionnaire du réseau hydraulique régional de la Région Occitanie, président de la communauté de communes Pays de l’Uzès et premier adjoint au maire d’Uzès, le 15 février à Uzès.  
« Trois questions à… », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Fabrice, BRL a réalisé le projet Aqua Domitia pour sécuriser l’approvisionnement en eau de la plaine du Languedoc. Promesse tenue ?
L’actuelle canalisation Aqua Domitia, inaugurée en 2017, qui transporte l’eau du Rhône pour irriguer la plaine du Languedoc, sera saturée à l’horizon 2027-2028. Nous pensions avoir, avec un tel équipement, un répit jusqu’en 2040, mais le changement climatique s’accélère.  
Avec son réseau d’eau brute et sa capacité de prélèvement dans le Rhône, BRL est une des solutions à l’enjeu de l’eau en Occitanie Est (ex-Languedoc-Roussillon, note), parmi d’autres : retenues collinaires, sobriété, recherche sur le végétal, optimisation… La concession a démontré sa pertinence pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau des agriculteurs et de certaines stations touristiques, comme Le Grau-du-Roi pendant l’été, pour apporter son ingénierie et accompagner les territoires en matière de sobriété.  

Penses-tu aller vers un doublement d’Aqua Domitia, avec l’installation d’une nouvelle canalisation ? L’influent viticulteur audois Gérard Bertrand a pris position ce week-end dans Midi Libre sur le sujet (lire ici). On parle d’un projet allant cette fois jusqu’aux Pyrénées-Orientales, et coûtant environ 500 M€.  
Les Pyrénées-Orientales ne font à ce jour pas partie de la concession de BRL. Un éventuel nouvel Aqua Domitia est un sujet qui doit être traité politiquement, et s’inscrire dans une vision d’aménagement régional, impulsée par Carole Delga et les élus concernés. Il appartient aux collectivités de fixer sa feuille de route à BRL. Et à l’État de faire évoluer le périmètre de la concession, jusqu’à la plaine du Roussillon. L’avantage est que l’on peut créer un 2e tuyau sur l’emprise que nous détenons déjà avec le premier projet.  

Mais un nouveau ‘tuyau’ t’amènerait à prélever davantage d’eau dans le Rhône, dont le régime va passer de fleuve glaciaire à fleuve pluvial dans les prochaines décennies…
Nous pensons, à BRL, qu’il y a de la marge. En 2070, en période estival, le Rhône aura 55 % de débit en moins. Le volume apporté par le fleuve Rhône par an est 55 milliards de m3 d’eau. Les prélèvements, dans tout le bassin du Rhône, à date, c’est 3 milliards de m3 d’eau, soit 5 % de toute l’eau qui s’écoule à la mer. BRL prélève 150 millions de m3, c’est-à-dire 0,25 % de l’écoulement total du Rhône.  

Autre annonce : le 8 février, le conseil d’administration de BRL a validé un plan d’investissement de 100 M€ en 10 ans, axé sur la sobriété de la gestion en eau, la modernisation du réseau et l’installation de panneaux photovoltaïques le long des canaux.  

La HV Touch

Conseil RP

Le 27 février, présentation à Gigean (34) par SNCF Réseau de la stratégie foncière liée au projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, en présence d’un public concerné par l’emprise du projet (sur invitation). Quelques opposants se sont greffés à l’assistance. Finalement sans heurt aucun, ni même la moindre question saillante à la fin, ont constaté, sur place, Les Indiscrétions. « Chacun des deux avait peur de l’autre : les opposants pensaient ne pas être autorisés à assister à la réunion et SNCF Réseau craignait des débordements », sourit un observateur. La responsable environnement du projet a pu échanger avec l’association Alerte LGV Thau. « J’ai expliqué aux opposants que leurs préconisations permettaient de nous améliorer dans la conception du projet », confie-t-elle. Ou l’art de la communication à la partie adverse.

La phrase

« Les taux d’intérêt sont passés de 5,16 % sur 25 ans en novembre à une fourchette comprise entre 3,75 % et 4,3 %. On se rapproche des taux bons (3,1 %), qui sont à la fois rémunérateurs pour la banque et pas défavorables à l’emprunteur. »

Bérengère Dubus, secrétaire générale de l’UIC (Union des Intermédiaires de Crédit).

Elle intervient ce 29 février lors du Lab Immo Midi Libre (à partir de 19h). Agencehv aura le plaisir d’animer les débats pour le compte de L’Agence (Midi Libre).

On s’en fout

Demain, tous nomades au travail ? Tout au moins, ceux dont le métier le permet ? Pour ma part, je travaille souvent, au moins deux jours par semaine, en nomade, depuis une quinzaine d’années. En nomade, c’est-à-dire : n’importe où. Ni chez moi, ni à l’agence, ni dans un coworking où j’aurais un bureau intermédiaire entre le home office et le bureau classique. Quand je dis n’importe où, c’est vraiment n’importe où : assis sur des marches d’escalier au pied d’un immeuble, dans un bar, dans des halls d’hôtels, au bord de la mer, au McDo aux heures creuses (et en résistant à la tentation du cookie de 16h), dans la voiture, parfois stationné sur le bas-côté pour une interview à faire en urgence. Un partage de connexion opérationnel, et un téléphone et un ordinateur chargés, suffisent.
Ce processus fait même, à la longue, partie intégrante de la création journalistique. Alors que je me lançais, la semaine dernière à mon domicile, dans la rédaction d’un cahier d’acteur d’une collectivité pour le débat public « La mer en débat », je me suis rendu compte que l’inspiration n’était pas au rendez-vous. Sujet complexe, documents et notes à croiser. Gros exercice de synthèse. Pour y voir clair dans ces nuages d’informations, j’ai presque « été obligé » de rejoindre l’extérieur, et de me glisser dans un café. Histoire de retrouver le fil de ma pensée au contact sonore des percolateurs et des gars carburant au jaune dès 10h du matin.
J’ai même été ravi d’apprendre que mon équipe s’était retrouvée en parallèle, également en nomade, au même moment, ailleurs en ville. Eh oui : on dégage une image sérieuse et carrée, mais, quelque part, notre mode d’action peut se révéler poétique.
Alors, les idées viennent-elles en plus grand nombre, avec une intensité accrue, la production est-elle optimisée, si l’on change de cadre de loin en loin ? Cela dépend certainement des individus. En tout cas, cela mériterait un sujet de thèse ou d’étude !

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Feu vert pour la création de la Zac des Sablas dans le Pays d’Uzès

Vue aérienne de la future Zac ©Pays d'Uzès
Vue aérienne de la future Zac ©Pays d’Uzès

La cour administrative d’appel de Toulouse confirme la légalité de l’arrêté préfectoral et statue en faveur du projet de création de la Zac des Sablas, portée par la communauté de communes du Pays d’Uzès à Montaren-et-Saint-Médiers (Gard). « Nous allons déposer le permis de construire durant le dernier semestre 2024 pour débuter les travaux au premier semestre 2025 », projette Fabrice Verdier, président (PS) de la communauté de communes du Pays d’Uzès. La livraison est prévue au premier semestre 2026. Vaste de 3 hectares, codétenus à même hauteur par l’intercommunalité et le Intermarché, la zone devrait accueillir un pôle sportif, un centre de formation en cuisine et un immeuble destiné aux entreprises de services et aux professions libérales. À (re)lire dans Les Échos « Le Pays d’Uzès obtient enfin le feu vert pour la création de la Zac des Sablas » (février 2024)  

Le centre hospitalier d’Auch agrandi et rénové pour 142 M€ 

centre hospitalier auch
©Centre hospitalier d’Auch

Le centre hospitalier d’Auch va être rénové et agrandi, annonce la préfecture du Gers sur son site. Le choix de son emplacement est enfin tranché. Ce sera une rénovation avec une extension sur le site actuel, allée Marie-Clarac. Deux autres sites étaient en lice : un terrain situé sur la commune de Pavie, route de Tarbes, et un autre situé à Auch même, route de La Baronne, précise le Journal Toulousain. Le projet de reconstruction-réhabilitation sera présenté le 28 mars 2024 au CSIS (conseil stratégique des industries de santé), en présence du directeur général de l’ARS. Les premières esquisses devraient être présentés courant 2025, et le permis de construire déposé fin 2025. Le projet bénéficie d’un budget total de 142 M€ et devrait être livré en 2030.  

Sète : la halle Louis Marty prévue pour décembre 2025

Perspectives de la halle Louis Marty à Sète
Perspectives de la halle Louis Marty à Sète ©A+ Architecture

L’agence montpelliéraine A+ Architecture (Montpellier) est lauréate du concours de maîtrise d’œuvre de la halle Louis Marty à Sète (34), apprend-on ce 20 février. La salle actuelle, située rue des Gerfauts à Sète, subira une restructuration et une extension. Les travaux débuteront en juin pour une livraison en décembre 2025. La Ville de Sète assure la maitrise d’ouvrage et finance entièrement le projet, soit 5 M€. D’une surface de plancher de 3.600 m², la salle pourra accueillir 1.600 personnes pour des événements sportifs, tels que les rencontres de l’Arago de Sète, mais aussi des événements culturels organisés par la Ville.  

Rodez : plusieurs projets au sein du quartier Combarel

Allure Qualit'immo
Perspectives du programme Allure ©Qualit’Immo

Après avoir subi une importante refonte à partir de 2017, le quartier Combarel à Rodez est devenu l’un des plus prisés de la ville. Parmi les projets en cours, la résidence François-Mazenq, conçue par Rodez Agglo Habitat, livrée fin 2025, précise La Dépêche, ou la construction Allure, portée par Qualit’immo, comprenant 58 logements livrés avant fin 2026. Au même endroit, Éclisse promotion, branche du groupe Procivis Sud Massif Central, propose un projet plus qu’ambitieux, nommé “L’Écrin”, une résidence haut de gamme de 8 logements, du T3 au T5. Preuve de son succès, le site meilleursagents.com classe Combarel comme deuxième quartier le plus cher de la ville, derrière le quartier Bourran.  

Gard : Un toit pour tous lance une opération en bail réel solidaire au Grau-du-Roi

Clos des Sagnes Les Orchidées Grau-du-Roi
Perspective du Clos des Sagnes ©Archiz

Portée par Un toit pour tous, la future résidence Clos des Sagnes, dans le quartier Les Orchidées au Grau-du-Roi (Gard), propose 15 logements accessibles en BRS (bail réel solidaire). Concrètement, Un toit pour tous construit et commercialise les logements à des ménages répondant à des conditions de ressources fixées par des réglementations précises. Si le ménage devient propriétaire du bâti, le terrain est détenu par l’OFS (organisme foncier solidaire), en l’occurrence La maison pour tous. À la suite de son acquisition, chaque ménage doit signer un BRS avec l’OFS et verser 100 euros de loyer mensuel, détaille Objectif Gard.  

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

APPELS D’OFFRES

Aménagement 🏗️

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour la réhabilitation du pont de Combejean. 

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour l’accord-cadre mono-attributaire à marchés subséquents de maîtrise d'œuvre urbaine pour la requalification des espaces publics et l'aménagement du cœur de la station de Font-Romeu. 

La TaM lance un avis pour des travaux d'espaces verts et arrosage. 

La mairie de Leucate lance un avis pour la rénovation énergétique de l'école Marie Catala à Port-Leucate. 

Aménagement lance un avis pour la mission de contrôle technique pour la réalisation de l'extension et la réhabilitation du Musée Fabre à Montpellier. 

La mairie de Marsillargues lance un avis pour l’accord-cadre à bons de commande portant sur des prestations topographiques et foncières. 

SEMOP PLN lance un avis pour la réalisation de travaux de VRD pour l'extension du port de Port-La-Nouvelle. 

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour les travaux d'aménagement de la voie verte Viarhona sur le Pont de Gallician. 

Sète Agglopole Méditerranée lance un avis pour les travaux d'aménagement du transport en commun en site propre. 

Le Service Départemental d'Incendie et de Secours de l'Hérault lance un avis pour la construction du plateau technique de son centre de formation à Gignac. 

Le tribunal administratif de Nîmes lance un avis pour le marché de travaux pour la réhabilitation de l'ensemble immobilier des Halles de l'Abbaye d'Alès. 

La Société d'Equipement de la Région Montpelliéraine lance un avis pour l’accord-cadre à marchés subséquents de maîtrise d'œuvre pour les travaux d'infrastructures de VRD et d'aménagement paysage, hydraulique et réseau de chaleur dans le cadre de l'aménagement de la ZAC des Grisettes à Montpellier. 

La communauté de communes Albères Côte Vermeille Illibéris lance un avis pour les travaux de réhabilitation de ses déchetteries intercommunales. 

DT Ouest, Communes et Construction lance un avis pour la mission de contrôle technique pour le suivi de la réalisation du futur siège social du groupe Altémed dans le quartier de la Mosson à Montpellier. 

La commune du Barcarès lance un avis pour la rénovation d'un ancien local commercial et transformation en maison. 

La SPL Agate lance un avis pour les travaux de désamiantage et de déconstruction de l'ensemble des bâtis présents sur le site de l'ancienne cave coopérative à Saint-Mamert-du-Gard. 

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour la mise en œuvre de revêtements superficiels combines et de béton bitumineux sur les routes départementales

Nîmes Métropole lance un avis pour les travaux de réhabilitation du réservoir d'eau potable sur la commune de Bouillargues

Occitanie Ouest 

Grand Auch Coeur de Gascogne lance un avis pour la maitrise d'œuvre pour l'embellissement, la requalification et l'optimisation énergétique du Pôle Viande du Gers. 

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour la construction du TechnoCampus Hydrogène Occitanie sur le site de Francazal - Toulouse. 

La communauté de communes de la Lomagne Gersoise lance un avis pour la mission de maitrise d’œuvre du confortement de la digue de Montestruc/Gers. 

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour les travaux pour l'aménagement d'un laboratoire de production cellulaire et divers travaux d'amélioration du bâtiment de recherche et de production sur le site de l'Oncopole à Toulouse. 

Toulouse Métropole lance un avis pour l’accord-cadre mono attributaire de maitrise d'œuvre urbaine pour le projet urbain de Toulouse centre. 

Le conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour la mise au gabarit et l’aménagement d'un carrefour giratoire, et remplacement d'un ouvrage d'art. 

La Ville de Toulouse lance un avis pour la restauration de la facade est du Capitole. 

Le Départemental de l’Aveyron lance un avis pour la reconstruction d’un mur de soutènement aval. 

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux de création d'une piste cyclable et la sécurisation de l'alimentation en eau potable de la commune de Mondonville. 

L’Université Paul Sabatier lance un avis pour la construction du bâtiment chimie - matériaux procédés (CMP). 

Oppidea lance un avis pour les travaux de végétalisation de la piste et du forum de l'opération Toulouse Aerospace

Communication 📣

Occitanie Ouest 

Le Département des Hautes-Pyrénées lance un avis pour la campagne de communication Hautes-Pyrénées et Pyrénées Trip. 

Eau / Assainissement 💧

Énergie ⚡

Santé 🩺

Transport 🚚

Urbanisme 🏙️️

Occitanie Ouest 

La mairie de Léguevin lance un avis pour l'interconnexion AEP avec Toulouse Métropole via la Zac de l'Escalette

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La mairie de Remoulins attribue le marché concernant la concession d'aménagement pour la réalisation de l'opération “L'Arnède Haute” à SARL Rambier Aménagement. Valeur totale du marché : 8 900 000 euros.

La Ville de Toulouse attribue le marché concernant les travaux pour la construction du pole ludique et de loisirs du quartier Bagatelle à Aliber et Fils et à M&G Fiegen. Valeur totale du marché : 472 071 euros.

Hérault Ingénierie attribue le marché concernant les missions de levés topographiques et parcellaires dans le cadre de travaux dans l’Hérault à DGEMA SELAS de Géomètres Experts et à Relief GE. Valeur totale du marché : 800 000 euros.

Tisséo Collectivités attribue le marché concernant l’assistance à maitrise d'ouvrage pour le volet climat - énergie du plan de mobilité de l'agglomération Toulousaine à ECO2 Initiative, pour un montant indéfini.

Le CHU de Montpellier attribue le marché concernant l’extension de l’unité hématologique de l’hôpital Saint-Eloi à Darver, DPH 34, JPB Menuiserie, Omea, Axima Concept, Ineo MPLR, Garcia et Fils, VIP Plus et à ALS France. Valeur totale du marché : 2 109 709, 86 euros.

La Région Occitanie attribue le marché concernant le développement du numérique éducatif au service des parcours des jeunes à Librairie EMLS. Valeur totale du marché : 3 000 000 euros.

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché concernant la maitrise d'œuvre pour la réhabilitation des locaux de l'Amicale Hérault au groupement Architecture Megias-Vernhes/Ege. Valeur totale du marché : 78 400 euros.

Trigone attribue le marché concernant le traitement des déchets diffus spécifiques issus des déchèteries à Triadis Services. Valeur totale du marché : 1 140 000 euros.

Le conseil départemental de l'Hérault attribue le marché concernant l’assistance à maitrise d'ouvrage pour la réhabilitation de collèges en marchés globaux de performance au groupement AMEXIA CONSEILS (mandataire) / DIAGAOBAT, au groupement ALTEREA (mandataire) / LEXITY. Valeur totale du marché : 1 113 005 euros.

AARPI / ETAMINE, au groupement PROFILS CONSULTANTS (mandataire) / ALPHA-I&CO / IMPULSE, et à Alterea. Valeur totale du marché : 1 113 005 euros. 

La SPL AGATE attribue le marché concernant l’accord-cadre mono-attributaire consistant à assurer la réalisation de diagnostics règlementaires amiantes, plomb et termites sur le marché gare de Nîmes à Wegroup. Valeur totale du marché : 100 000 euros. 

L’établissement public du Capitole attribue le marché concernant l’achat d’espaces publicitaires et de conseils médias à son nom et pour son compte à Vent de Com. Valeur totale du marché : 250 000 euros. 

Plus de marchés ici

Marron attribue le marché concernant les travaux de voiries, maçonnerie, réseaux divers d'Alès Agglomération à Giraud, Lautier Moussac, Scaic et à Laupie. Valeur totale du marché : 32 000 000 euros.  

Le conseil départemental des Pyrénées-Orientales attribue le marché concernant les travaux de terrassement sur routes départementales véloroutes et aménagements divers à Colas France. Valeur totale du marché : 750 000 euros 

Toulouse Métropole attribue le marché concernant les missions d'assistance et d'accompagnement sur ses réseaux de chaleur à SERMET SUD-OUEST / ANTEA / FINANCE CONSULT / PARME AVOCATS. Valeur totale du marché : 1 915 000 euros. 

La Ville de Nîmes attribue le marché concernant le renouvellement urbain du quartier Mas de Mingue à Urban’NT. Valeur totale du marché : 256 124,4 euros. 

Le centre hospitalier de Béziers attribue le marché concernant la mission de mandat de maitrise d'ouvrage pour la reconstruction d'un internat à l’agence régionale de l'aménagement et de la construction Occitanie. Valeur totale du marché : 227 800 euros. 

Le tribunal administratif de Montpellier attribue le marché concernant la construction du pôle technique intercommunal de la communauté de communes du Grand Pic Saint Loup à CoO Architectes. Valeur totale du marché : 1 089 606,6 euros. 

L’agenda

Mardi 27 février :

Conférence « Les entreprises en Occitanie et dans les Pyrénées-Orientales : bilan 2023 et perspectives 2024 » organisé par la CCI Pyrénées-Orientales dans sa Salle des Conférences à Perpignan. Inscription ici.

Atelier emploi, formation, compétences en Cœur d'Hérault organisé par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Robert Arnihac à Saint-Félix-de-Lodez. Plus d'infos ici et inscription là.

Mercredi 28 février :

Evénement « Futur du travail en Occitanie : osons l'expérimentation ! », organisé par la Région Occitanie à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mercredi 28 et jeudi 29 février :

15e édition des Rencontres régionales de l'ingénierie, organisées par l'Association Ingénierie de l'Occitanie et la fédération Cinov, au centre des congrès Diagora à Labège. Plus d'infos ici.

Jeudi 29 février : 

2e édition de la Rentrée Economique, pour réaliser le bilan 2023 de l'économie du territoire et dresser les perspectives d'avenir, organisée par JCGFactory au Domaine de Verchant. Inscription ici.

Evénement « Management : faites de la complexité votre levier d'efficacité » organisé par AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Bar des Sciences autour du thème « Palavas sous les flots, science-fiction ou réalité ? ». Brasserie Le Dôme à Montpellier (entrée libre dans la limite des places disponibles).

Journée « Médias, décmocratie et citoyenneté » organisée par Rodez Agglo à l'IUT de Rodez (50 avenue de Bordeaux, Rodez - 12). Plus d'infos ici.

Evénement « Les matinales de l'économie : rencontrez le CEA » organisé par AD'OCC à Castres. Inscription et renseignements ici.

Café climat « Tout savoir sur les aides financières 2024 pour la rénovation de l'habitat », organisé par Montpellier Méditerranée Métropole à la Salle du Conseil (50 place Zeus). Plus d'infos et inscription ici.

Plus d'événements ici

MARS

Vendredi 1 et samedi 2 mars :

TechTheFutur, événement dédié aux enjeux de transitions (écologiques, sociales et soécitales), organisé par l'Agence de développement des transitions, l'IMT, Lunel Agglo et l'IMT Mines Alès à Via Innova à Lunel (34). Plus d'infos ici.

Du lundi 4 au mercredi 6 mars :

« Mission Japon 2024 », événement organisé par AD'OCC destiné aux acteurs du secteur de l'agriculure pour les « soutenir dans leurs efforts de prospection et de les aider à trouver de nouvelles opportunités marchés ». Plus d'informations ici et inscription .

Mardi 5 mars : 

Forum littoral de l'emploi saisonnier au Yacht Club - Port Camargue au Grau-du-Roi oragnisé par Pays de l’Or Agglomération et Terre de Camargue.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à l'Université de Technologie à Tarbes. Inscription ici.

Soirée de l'économie organisée par la CCI Lozère pour explorer les tendances actuelles et de discuter des défis économiques dans la salle Jean-Antoine Chaptal au siège de la CCI. Inscription ici.

Mercredi 6 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Albi (Tarn). Plus d'infos ici.

Mercredi 6 et jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montpellier (Hérault). Plus d'infos ici.

Jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Alès (Gard). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Table ronde « Espagne & Numérique : opportunités, stratégies et leviers pour conquérir le marché » organisée par AD'OCC à la Halle de l'Innovation à Montpellier. Inscription ici.

Vendredi 8 mars : 

Rendez-vous Éco « L'écologie entrepreneuriale » organisé par Nîmes Métropole, la CCI Gard et le CIZAN à l'hôtel communautaire. Inscription ici.

Lundi 11 mars : 

Débat organisé par Midi Libre autour de la crise de l'immobilier, du logement, du bâtiment et de la construction au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas. Inscription ici.

Mardi 12 mars : 

Assemblée générale suivie d'une Convention Éco sur le thème «Y a-t-il un copilote dans l'entreprise ? Piloter en terres inconnues : s'entourer pour prendre les bonnes décisions » de la CPME Hérault, organisée à l'Espace Lattara à Lattes. Plus d'infos et inscription ici.

« Achats responsables : stratégie gagnante pour les entreprises et les collectivités », organisé par Afnor Groupe à TBS Education (Toulouse). Plus d'infos ici et inscription là.

Mercredi 13 et jeudi 14 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 14 mars :

19e édition d'Occitanie Invest, rencontre investisseurs-entreprises, organisée à la Cité à Toulouse. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Mende (Lozère). Plus d'infos ici.

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 mars : 

Salon de l'immobilier de Montpellier au Palais des Congrès au Corum. Entrée gratuite. Inscription pour les exposants ici : contact@salonimmobiliermontpellier.com

Mardi 19 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Nîmes (Gard). Plus d'infos ici.

La 10e Nuit des Entrepreneurs, organisées par le Medef Hérault Montpellier au Pasino de La Grande-Motte, avec Alain Guyard en invité. Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 20 mars :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence Ad'Occ à l'IUT Figeac. Inscription ici.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AdOcc à l'Université Technologique Tarbes Occtanie (Tarbes). Plus d'infos et inscription ici.

Journée de l'eau, organisée par Les Canalisateurs, la FNTP, le Département de l'Hérault, l'Association des maires de France et le préfet de l'Hérault au Domaine de Bayssan à Béziers (34). Inscription à l'adresse occitaniemed@fntp.fr ou au 04 67 69 00 00.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Auch (Gers). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 21 mars :

4e édition de la Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie (CARB) organisée par AD'OCC à la Cité de Toulouse. Inscription ici.

3e édition de « 30 minutes pour entreprendre » organisée par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Jules Bral à Salelles-du-Bosc. Inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Cahors (Lot). Plus d'infos ici.

Visioconférence Nouvelle matinale des observatoires, avec la présentation des synthèses d'études et d'observations sur les territoires de l'aire métropolitaine de Toulouse, organisée par l'AUAT . Inscription en cliquant ici.

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Vendredi 22 mars :

4e édition de CARB (Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie) organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Du mardi 26 au jeudi 28 mars : 

Evénement « FIC : Forum in Cyber Europe 2024 » autour du thème « Réinventer la cybersécurité à l'ère de l'IA » au Grand Palais à Lille. Inscription ici.

Lundi 25 mars :

« Atouts des marques à identité territoriale : quels développement spossibles ? », organisée par l'Adetem Montpellier-Occitanie à l'espace Capdeville à Montpellier (417 Rue Samuel Morse). Plus d'infos et inscription ici.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

5e édition de La Nuit du Pitch, organisée par la mairie de Lattes, le Medef, la CPME et Purple Campus CCI Occitanie, à l'Espace Lattara