IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Si on était moins cons

Semaine du 12 février 2024

sur le gril cette semaine

La biotech Sensorion (traitement des troubles auditifs) boucle un placement de 50,5 M€, nouvelle responsable du marché des Entrepreneurs Occitans chez BNP Paribas, un DDTM Mer et Littoral dans le Gard et l’Hérault, des chercheuses lauréates de la Fondation Arc, Patricia Mirallès et Dominique Faure reconduites (« À l’affiche ») ; le site gardois de Marcoule en lice pour accueillir le mini-réacteur SMR, Qair et Airbus s’unissent pour l’aviation durable, le groupe Fontès dans un tunnel de procédures judiciaires (« Décodage ») ; Mohed Altrad confirme son intérêt pour se porter acquéreur du GGL Stadium, malgré les années qui passent (en « Trois questions à… ») ; L’Association des Journalistes Toulousains organise un atelier utile sur le droit des pigistes, le 26 février, et votre « On s’en fout » adoré (en « HV Touch ») ; Enfin , des « Ça pousse » héraultais et aveyronnais cette semaine.

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Nawal Ouzren, Sensorion

Nawal Ouzren, Sensorion

Ce 9 février, la DG de Sensorion, société de biotechnologie dédiée au développement de thérapies innovantes dans le traitement des pertes d’audition (Montpellier), annonce la réalisation d’un placement de 50,5 M€. L’opération reçoit le soutien d’investisseurs existants (Redmile Group, Invus et Sofinnova Partners), avec la participation d’investisseurs spécialisés dans le domaine des sciences de la vie (parmi lesquels Aquilo Capital). Le financement permettra à la biotech « d’étendre son horizon de trésorerie jusqu’à la fin du 2e trimestre 2025 ».  
Sensorion entend poursuivre ses efforts pour faire avancer ses programmes de thérapie génique « dans le cadre de la collaboration renouvelée, il y a peu, avec l’Institut Pasteur. Tout d’abord, SENS-501, notre programme phare, a récemment obtenu l’autorisation pour lancer son étude clinique, dans certains pays européens avec la France comme premier pays, commente Nawal Ouzren. Nous sommes concentrés sur le recrutement des patients. Les fonds récoltés bénéficieront également à notre deuxième programme de thérapie génique. »

Patricia Mirallès et Dominique Faure, reconduites

Patricia Mirallès et Dominique Faure, reconduites

La Montpelliéraine (à gauche sur la photo) et la Toulousaine résistent aux remaniements et restent au gouvernement de Gabriel Attal, respectivement comme secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire (lire ici) et comme ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité (lire là). Si on voit mal Dominique Faure, fidèle de Jean-Luc Moudenc (LR), maire-président de Toulouse et de sa métropole et candidat à sa réélection, se lancer à l’assaut du Capitole en 2026, Patricia Mirallès pourrait en revanche être candidate à Montpellier dans deux ans face au maire sortant, Michaël Delafosse (PS).

David Ranfaing, Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) 

David Ranfaing, Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) 

Il est le nouveau chef de service mer et littoral pour l’Hérault et le Gard à la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) basée à Sète (34), depuis le 1er janvier, indique la préfecture de l’Hérault dans un communiqué. Objectif de cette nomination : renforcer les services déconcentrés de l’État dans leurs missions mer et littoral et leur travail de proximité auprès des acteurs du territoire et des professionnels (pêche et conchyliculture). Parmi les missions de David Ranfaing, sous l’autorité de Cédric Indjirdjian, directeur adjoint de la DDTM et délégué à la mer et au littoral pour l’Hérault et le Gard : assurer la sécurité en mer et sur le littoral, garantir le développement des activités économiques et industrielles, et protéger l’environnement marin et côtier.  

Gilles Favre, Laurent Adnet, Fondation Toulouse Cancer Santé

Gilles Favre, Laurent Adnet, Fondation Toulouse Cancer Santé

Un nouveau duo à la Fondation Toulouse Cancer Santé. Ex-directeur du Centre de recherche en cancérologie de Toulouse, Gilles Favre (à gauche sur la photo) prend la direction de la Fondation Toulouse Cancer Santé (président : Philippe Douste-Blazy). Il est biologiste médical, docteur en sciences, professeur de biochimie et de biologie moléculaire à l’Université de Toulouse et membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine. À ses côtés, Laurent Adnet est nommé directeur du développement. Il occupait le poste de chef de la mission mécénat à Voies navigables de France depuis 2016. Lire le communiqué de presse en cliquant ici.

Laurent Gauze, CCI Pyrénées-Orientales

Laurent Gauze, CCI Pyrénées-Orientales

Le président de la CCI Pyrénées-Orientales animera le 27 février une conférence sur le thème « Les entreprises en Occitanie et dans les Pyrénées-Orientales : bilan 2023 et perspectives 2024 », dans les locaux de la CCI Pyrénées-Orientales à Perpignan. Interviendront Aurore Markiewicz (Banque de France) sur le thème « Éclairage sur les cryptoactifs et leur impact sur l’économie », et Catherine Salles (France Travail) sur le thème « Les données régionales et territoriales 2023 du secteur de l’emploi ». Plus d’infos et inscription ici.

Carole Hureau, BNP Paribas

Carole Hureau, BNP Paribas

Directrice du territoire du Tarn au sein de BNP Paribas à Albi, elle est désormais responsable du marché des Entrepreneurs Occitans de la banque, à Toulouse, indique-t-elle sur LinkedIn. Entrée comme conseillère en gestion de patrimoine pour les Dirigeants de PME en 2006, elle évolue au sein de BNP Paribas en tant que chargée d’affaires entreprises puis directrice commerciale Espace Entrepreneur.

Laurent Grandsimon, Parc national des Pyrénées

Laurent Grandsimon, Parc national des Pyrénées

Président du Parc national des Pyrénées de 2015 à 2022, Laurent Grandsimon est décédé le 31 janvier. Il a démissionné de ses fonctions en novembre 2022 et a été remplacé par Louis Armary, précise aux Indiscrétions le Parc national des Pyrénées. Le Parc national des Pyrénées s’étend sur plus de 100 km, répartis dans 85 communes entre les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Le parc propose 350 km de sentiers balisés.

Roxana Khazen et Ikrame Lazar, Fondation Arc

Roxana Khazen et Ikrame Lazar, Fondation Arc

Roxana Khazen, membre de l’équipe DynAct (Dynamique moléculaire des interactions lymphocytaires) du Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT), et Ikrame Lazar, chercheuse au Centre de Biologie Intégrative (CBI) de Toulouse, sont chacune lauréates du premier appel à projets “Passerelle”, lancé par la Fondation Arc pour la recherche sur le cancer, fin décembre. Ce sont au total 10 chercheurs lauréats soutenus pour un total de 1 M€. Elles recevront chacune 100.000 €, « pour poursuivre leurs recherches sur un an et postuler aux concours des Établissements Publics à caractère Scientifique et Technologique (EPST) pour devenir chercheuses statutaires », explique le CRCT dans un article. Roxana Khazen cherche « à trouver des pistes pour remobiliser le système immunitaire des patients contre leur cancer, avec l’utilisation des technologies de pointe telles que le séquençage ARN ». Ikrame Lazar, quant à elle, s’intéresse à la résistance de certains cancers à des traitements par chimiothérapie, pour à terme identifier de nouveaux traitements pour renforcer l’action de ces chimiothérapies.

François Commeinhes, Sète Agglopôle Méditerranée

François Commeinhes, Sète Agglopôle Méditerranée

Sète Agglopôle Méditerranée (président : François Commeinhes) et le Syndicat mixte du bassin de Thau (président : Yves Michel) mènent un projet expérimental de restauration des fonds dégradés. Ce projet vise à restaurer et dépolluer le site du ponton de la Bordelaise, situé à l’embouchure du canal du Rhône à Sète sur la commune de Frontignan (34). « Plus d’une trentaine d’épaves, de plus ou moins grande dimension, ont été recensées sur ce site, ainsi que de très nombreux macro-déchets », lit-on dans une invitation presse. Concrètement, il est prévu la « réalisation d’une méthodologie d’aide à la décision sous la forme d’une grille d’analyse, qui permettra d’identifier les épaves à extraire en fonction de la sensibilité environnementale du lieu. »   

Ariane Kleinhans, Ordisys Informatique

Ariane Kleinhans (Ordisys Informatique) interviendra lors du café DAVOS des PME autour de la cybersécurité et des cyberattaques le 13 février au Clos de l’Aube Rouge à Castelnau-le-Lez (34). Elle sera accompagnée de trois autres référents : Érick Bullier (Scirius Conseil), Guy Rodier (RTO Conseil) et Frédéric Jousseaume (MG Set).

Florian Genet, Clovis Polveche, Cirrus Pégase

Florian Genet, Clovis Polveche, Cirrus Pégase

Précédemment directeur technique de Pégase Immobilier, Florian Genet (à gauche sur la photo) est nommé directeur technique du Groupe Cirrus Construction / Pégase Immobilier, indique le constructeur et promoteur sur LinkedIn (lire en cliquant ici). De son côté, Clovis Polveche (IMT Mines Alès) succède à Yves Catalan (retraite, après 18 ans de boutique, la photo compromettante en cliquant ici) au poste de directeur Développement et programmes de Cirrus Construction. Le tandem a opéré une transmission sur près de deux ans. Le groupe immobilier, basé à Grabels (34), est dirigé par Christophe Roure et Pascal Brunel. Julien Eybalin (ex-Kaufman&Broad) vient de le rejoindre au poste de DG adjoint. 

Clément Delisle, OCCTE

Clément Delisle, OCCTE

La société de gestion à mission OCCTE, qui cible des projets et des entreprises de la transition énergétique, va annoncer un financement conséquent cette semaine pour son fonds d’investissement OCCIGEN. Puis, « d’autres co-investisseurs, d’envergure nationale (banques, assurances, mutuelles, family offices) vont nous rejoindre », déclare Clément Delisle, directeur exécutif d’OCCTE.  Une première levée de 25 M€, auprès d’acteurs régionaux (Région Occitanie, Caisse d’Épargne, Crédit Agricole, Banque Populaire, family offices issus de l’énergie) est déjà consommée, à travers plusieurs opérations en 2023, toutes à impact pour le territoire. Deux concernent des opérations en haut de bilan, avec l’entrée au capital de Dev’EnR (Béziers) et d’Eléments (Montpellier), ce dernier représentant la plus grosse levée de fonds (50 M€) en Occitanie l’an dernier. La troisième opération correspond au financement d’une partie du portefeuille en développement d’Orsana, qui détient Eco Delta à La Ciotat et Cévennes Energy à Villeneuve-les-Béziers. Ces trois projets équivalent à trois GW en éolien, photovoltaïque et hydroélectricité.   
Un autre fonds, à venir et ciblant 50 M€, sera quant à lui dédié au capital développement à impact en Occitanie. Dirigé par Emmanuelle Ostiari (ex-Mirova) et Julien Gomis (ex-Bpifrance et ACE-TIKEHAU CAPITAL), ce fonds s’intéressera à l’impact de secteurs tels que « l’industrie, l’agriculture, l’environnement, le digital ou la santé, pour des acteurs de l’Occitanie ou souhaitant s’y installer », détaille Clément Delisle. OCCTE est présidé par Stéphane Péré, par ailleurs directeur général de l’Arec Occitanie.

Stefano Terranova et Christel Garcia, Atlante et Odysseum

Stefano Terranova et Christel Garcia, Atlante et Odysseum

Le CEA d’Atlante (réseau de recharge rapide de voitures électriques) inaugurera le 27 février au centre commercial Odysseum (Montpellier), aux côtés de Jacques Galvani, DG d’Atlante France et de Christel Garcia, directrice du centre commercial Odysseum, la nouvelle station de recharge nouvelle génération d’Atlante. L’inauguration sera l’occasion pour Atlante de dévoiler sa première station nouvelle génération en France, et de faire une démonstration de sa technologie de pointe qui intègre un système de stockage d’énergie par batterie. Ce système est développé en collaboration avec Northvolt, principal fabricant suédois de batteries. Atlante est une filiale du Groupe NHOA, acteur du stockage d’énergie et de la mobilité électrique, qui développe et investit dans le réseau en tant que propriétaire et exploitant. Privilégié par Stellantis, le réseau est ouvert, avec un accès privilégié pour les clients du groupe automobile.

Benoît Roos, à Marseille

Benoît Roos, à Marseille

Nos confrères d’Actu.fr l’ont révélé le 2 février, Benoît Roos quitte la direction de la communication de la Ville de Montpellier, succombant aux sirènes de Marseille (c’est à lire ici). Et nous sommes piteusement passés à côté. Pour le coup, on va être roossés.

Plus de À l’affiche

Julien Caligo, Monique

Julien Caligo, Monique

Julien Caligo, chef gardois de 32 ans doublement étoilé en 2022 au Duende, restaurant gastronomique nîmois dirigé par Pierre Gagnaire, a ouvert le 8 février son premier restaurant à Calvisson, dans la Vaunage, plaine gardoise dont il est originaire. L’établissement de 170 m², baptisé « Monique » en hommage à la grand-mère du restaurateur, compte 30 couverts et, à l’étage, une grande table pour environ 15 personnes. Le restaurateur promet une cuisine « innovante et authentique, avec un respect profond des produits locaux ». Parmi les producteurs locaux avec lesquels travaillent Julien Caligo et son équipe figurent notamment le pêcheur Clément Cazalet, l’ostréiculteur Mathis Lefrançois et le producteur d’escargots Adrien Jourdan. Cette ancienne remise agricole, située impasse du Charron, a été transformée par l’architecte Grégoire Codou, « dans une atmosphère d’auberge chic, avec cuisine ouverte », explique Julien Caligo. 
L’objectif est de décrocher une étoile au Michelin, « idéalement en 2025 », précise l’entrepreneur nîmois Yoann Zaouche, président de PA Invest. Cette société, filiale du groupe Pro. Archives , détient 51 % des parts de la SCI Caza (acquisition de la grange agricole et financement du gros œuvre) et de la SAS Monique (société d’exploitation). Julien Caligo détient de son côté 49 % des parts des deux entités. Le montant global de l’investissement, soutenu par le CIC (agence Nîmes Questel) s’élève à 850.000 €, répartis entre l’acquisition des murs, la rénovation, l’aménagement, le mobilier… La rénovation a fait la part belle « au béton brut et au bois, pour créer une ambiance chaleureuse et intemporelle. Nous ne voulions pas casser l’âme de cette ancienne remise agricole », explique Yoann Zaouche. 

Ludovic Aventin, Terra Hominis

Ludovic Aventin, Terra Hominis

Le fondateur de Terra Hominis appelle, dans une tribune publiée par Le Monde, le gouvernement à miser sur l’épargne des Français pour « conserver un contrôle de la terre à la table. Les bouleversements climatiques et la crise de l’eau, dont nous percevons de manière exponentielle les prémices, sont là pour nous rappeler que cette question de la souveraineté alimentaire n’est pas derrière nous. Dans ce contexte, si se nourrir est une nécessité, l’agriculture en est le préalable. La maîtrise du foncier est donc la condition sine qua non de notre souveraineté alimentaire ».  

Julie Danibert, Danibert Solutions

Julie Danibert, Danibert Solutions

Cette pro du montage d’opérations se lance, à 34 ans, à son compte, en tant qu’assistante à maîtrise d’ouvrage, basée à Mauguio (34). Elle est notamment passée par Pitch Immo et Angelotti. « Il y a des difficultés chez les promoteurs. Il n’y a pas eu de ministre du Logement pendant un mois. Le monde du bâtiment se sent abandonné, mis sur le côté. Il y a beaucoup moins de turn-over qu’à l’accoutumée, et c’est un signe : ce n’est pas le moment d’être le dernier arrivé, car on est le premier exposé en cas de licenciements économiques. Dans ce contexte, je pense que les promoteurs vont avoir un besoin d’externaliser », confie-t-elle aux Indiscrétions. Exemple de missions : « Gestion de projets, suivi d’une opération immobilière, avec le montage de la copropriété, la relecture d’actes, les réunions techniques, la consultation des entreprises, le suivi des travaux, les visites avec les clients pour les rassurer… J’adore gérer les projets, la relation humaine. Il y a toujours des épreuves sur un projet, mais c’est satisfaisant de voir le client acquérir son logement. » Parmi les projets marquants, dans sa carrière de salariée : « Une opération de 150 logements à Juvignac (34), portée par Angelotti et Corim, livrée dans les temps. » Son projet entrepreneurial a été accompagné par la CCI Hérault. « J’ai bénéficié d’un service gratuit, avec un interlocuteur privilégié, que je pouvais rencontrer tous les 15 jours. J’ai aussi suivi des ateliers thématiques : étude de marché, présentation de son entreprise, structure de l’entité, communication (LinkedIn, page Google)… » Danibert Solutions a obtenu un prêt de 5 k€ via France Active (à taux zéro).

Cathy Collart-Geiger, Drive tout nu

Cathy Collart-Geiger, Drive tout nu

L’ex-PDG de Picard Surgelés, Cathy Collart Geiger, rejoint le conseil d’administration du Drive tout nu (Toulouse, distribution alimentaire). Cette start-up née en 2017 propose des services de distribution alimentaire avec zéro déchet. Cathy Collart-Geiger entend « apporter son expertise issue de 40 ans passés dans le secteur du retail ». Tous les produits sont conservés et transportés dans des bocaux en verre, recyclables, avec un système de consigne. Le Drive tout nu réalise un CA de 2,19 M€ en 2023 pour 40 salariés, et a levé 5 M€ l’an dernier.  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Nucléaire : le site de Marcoule en lice pour accueillir le mini réacteur SMR français

CEA marcoule
©CEA Marcoule

D’après Les Échos de ce 12 février, le site nucléaire de Marcoule (Gard) est bien placé pour accueillir le premier prototype de mini-réacteur SMR français, à travers un consortium porté par EDF, le CEA, TechnicAtome et Naval Group. Selon Les Échos, le projet (Nuward) « est en passe de recevoir le feu vert des pouvoirs publics ». « Le site est parfait à tous égards, les voyants sont au vert mais la décision doit encore être confirmée par Emmanuel Macron en conseil de politique nucléaire », explique une source gouvernementale. Prévu initialement début janvier, ce conseil de politique nucléaire – qui devra aussi se pencher sur les financements à allouer aux installations chargées de traiter le combustible usé, compte tenu des projets de relance de l’atome en France -, a été reporté à la fin du mois de février pour cause de remaniement gouvernemental.
« Aux yeux des pouvoirs publics, le site de Marcoule cumule de nombreux avantages pour accueillir le projet d’EDF. C’est déjà un site nucléaire, y installer un nouveau réacteur ne pose donc pas de problème d’acceptabilité vis-à-vis des riverains, explique notre confrère Sharon Wajsbrot. Le bassin d’emploi local donne accès à des populations qualifiées dans le nucléaire. Par ailleurs, ce site ne présente pas de risque sismique majeur et il offre un accès à une source froide. ‘C’est le seul site du CEA dédié au nucléaire civil situé en bord de fleuve’, pointe un expert du secteur. »
Accueillir un tel projet sur ce site, sur un espace d’une quarantaine d’hectares initialement réservé au démonstrateur du réacteur de quatrième génération Astrid aurait aussi valeur de revanche pour le CEA, alors que la construction de ce réacteur a été écartée par le gouvernement en 2019.
> L’article des Échos à lire en cliquant ici.

Hydrogène renouvelable : Qair et Airbus s’unissent pour l’aviation durable 

Développer la filière des carburants d’aviation durable. C’est la volonté affichée par Qair, producteur indépendant français d’énergies renouvelables, et Airbus, leader de l’aéronautique, qui signent un partenariat consistant en « l’identification d’opportunités commerciales et le partage de données technico-économiques afin de développer une unité de production d’électro-carburants d’aviation durable », lit-on dans un communiqué (ici). La collaboration va porter sur la chaîne d’approvisionnement en hydrogène et en e-SAF (carburant d’aviation électro-durable, note), de la production à la livraison des aéroports. « Qair mise sur l’hydrogène renouvelable et le développement d’électrolyseurs sur tout le territoire français, en commençant par la région Occitanie où nous construirons bientôt un projet dédié aux e-SAF et où nous construisons dès aujourd’hui notre première unité de production d’hydrogène renouvelable Hyd’Occ », déclare Olivier Astruc, directeur Hydrogène France chez Qair. À (re)lire dans Les Échos, « Une usine de production d’hydrogène décarboné fin 2023 à Port-la-Nouvelle » (mai 2021) 

Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) : les premiers travaux en mars

C’est un coup d’envoi très attendu. Le 9 février, Pierre-André Durand, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne et préfet coordonnateur du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), publie l’arrêté portant sur l’autorisation environnementale unique des aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT). « C’est une première étape indispensable au projet de ligne nouvelle à grande vitesse, qui reliera Toulouse à Bordeaux en 1h à l’horizon 2031 », indiquent la Région Occitanie et la préfecture de région. La commission d’enquête a publié son rapport le 4 janvier, rendant un avis favorable aux AFNT. Pour contribuer à diminuer l’impact des déplacements dans la métropole toulousaine, elle recommande « une offre accrue de cadencement sur le tronçon ». Ce réexamen devra être conduit à l’aune du fort dynamisme de fréquentation des services liO en Occitanie et des renforts d’offre prévus dans le cadre du Service Express Régional Métropolitain (SERM). Les travaux pourront débuter en mars. Le projet ferroviaire est porté par la Société du GPSO, présidée par Carole Delga en tant que présidente de la Région Occitanie.

Amétis : le groupe Fontès dans un tunnel de procédures judiciaires

Village olympique ©Amétis

Dans le différend qui oppose depuis deux ans Bertrand Barascud, ex-DG d’Amétis (logement social, groupe Hugar), et François Fontès, président du Groupe Hugar, le tribunal arbitral a rendu sa première sentence le 1er février. « Bertrand Barascud est blanchi des accusations que lui portent François Fontès, Hugar et Amétis depuis deux ans. Il est réintégré dans ses droits d’actionnaires, même s’il n’a plus aucun rôle opérationnel chez Amétis. Nous avons par ailleurs obtenu le prononcé de la nullité d’une augmentation de capital opérée par François Fontès et sa holding, et qui avait dilué les parts de Bertrand Barascud », commente de son côté Arnaud Laurent, avocat de Bertrand Barascud. Les montants demandés par François Fontès – plusieurs dizaines de millions d’euros au titre de dommages et intérêts – sont jugés « totalement fantaisistes » par Arnaud Laurent.
Un recours en annulation a été déposé par Hugar auprès de la cour d’appel de Montpellier.
« La sentence arbitrale ne juge en rien des questions relatives à la situation de la société Amétis. Il y avait des demandes de part et d’autre des deux actionnaires, et des demandes relatives à la gestion d’Amétis. Sur ce 2e point, le tribunal n’a rien traité. C’est un jugement à la Salomon, qui ne changera pas la vie de la société », explique-t-on dans l’entourage de François Fontès. Pour ce dernier, Amétis « repart, avec 1.500 logements livrés en 2024 (dont le Village Olympique, commencé il y a trois ans, note), après un peu plus de 1.000 en 2023, et 77 salariés, ce qui est la bonne maille pour piloter l’activité. Il y a une forte demande de logements sociaux parmi les collectivités, et notre secteur n’est pas exposé à la crise immobilière comme les promoteurs classiques ». Une autre source dépeint une autre réalité : « C’est triste d’assister à la déliquescence d’Amétis depuis deux ans, alors que nous étions sur un fleuron de l’économie montpelliéraine. Il n’y a plus rien dans les tuyaux. »

Prud’hommes. Bertrand Barascud a lancé une autre procédure devant le conseil de Prud’hommes, en tant qu’ex-DG salarié, avec une première victoire en référé sur une partie des salaires et des congés payés non versés.

Le CSE d’Amétis attaque la direction.
 Par ailleurs, après près de 130 départs en un an, sous différentes formes (démissions, licenciements économiques, ruptures conventionnelles…), le CSE d’Amétis attaque la direction et trois personnes (François Fontès, le DG qui a succédé à Bertrand Barascud et le DRH) devant le tribunal correctionnel de Montpellier pour, notamment, requalification en PSE et obstructions. L’audience est prévue ce 14 février au matin au tribunal judiciaire. Selon François Fontès, « la partie adverse fait feu de tout bois pour tenter de me déstabiliser ».

Enfin, la directrice de la librairie Sauramps, Florence de Mornac, vient de quitter le navire, après moins d’un an aux manettes. La direction générale d’Amétis assure l’intérim, dans le cadre d’un pilotage collégial.

Informatique : Dell réduit ses effectifs à Montpellier

Plan de départs volontaires sur le site de Dell Montpellier, dans le cadre d’une RCC (rupture conventionnelle collective). Le site va passer de 950 à environ 800 salariés, entre fin février et fin avril, apprend-on de source proche. « Il s’agit d’une restructuration globale, qui concerne tous les sites de Dell dans le monde. Le précédent plan social remontait à 2009 », ajoute cette source. Mais cette restructuration « ne préfigure pas le déclin de Montpellier, qui est déjà payé et coûte peu à la maison-mère américaine, car les salaires sont inférieurs à ceux pratiqués dans d’autres régions. Et il y a toujours un dynamisme en termes de formation et de gestion de l’emploi et des compétences pour faire évoluer les profils et s’adapter aux besoins du marché ».

Accélérateur RSE : et voici la promo 2024

Les entreprises de la promotion 2024 de l’Accélérateur RSE de la Caisse d’Épargne LR et de Leader Occitanie : AEC Énergie & Services, Aquarelia, Domaine du Lazaret, Famille d’Exéa, STR, Uniti, Urbanis et Vestia. Alexandre Coulet, président de Leader Occitanie, revient en vidéo sur la soirée-événement (cliquer ici). Uniti Habitat explique ses attentes par rapport à cet accélérateur, dans un post et un communiqué de presse – en cliquant là.

Occitanie : 5.329 défaillances d’entreprises enregistrées en 2023

Le 8 février, le groupe Altares, spécialisé dans l’information sur les entreprises, dévoile les chiffres des défaillances d’entreprises (procédures de sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire) en Occitanie sur l’année 2023.

Fondeville liquidée en décembre 2023
La PME catalane Fondeville a été liquidée en décembre 2023 ©DR

+ 40 % du nombre de défaillances d’entreprises. En Occitanie, 5.329 procédures ont été ouvertes en 2023, un chiffre en hausse de 40 % par rapport à 2022, indique Altares. À l’échelle nationale, 57.729 procédures ont été ouvertes, soit une augmentation de l’ordre de 36 % par rapport à 2022. 15.000 emplois sont menacés par ces défaillances, contre 12.200 en 2022. 

Comme en 2016. « Le volume des défaillances renoue avec les niveaux observés en 2016 (5.373 défaillances). La hausse sur un an (+40 %) est moins forte que celle exceptionnelle de 2022 (+68 %), mais reste toutefois la deuxième plus rapide de l’histoire, loin devant les +13 % de 2008 », explique Altares.

Environnement économique tendu. « Après une phase de rattrapage d’une partie des entreprises tenues à flot grâce aux mesures d’accompagnement mises en place depuis la crise Covid, nous amorçons une nouvelle phase, plus structurelle, davantage liée aux insuffisances financières des entreprises qui doivent naviguer dans un environnement économique extraordinairement tendu. Activité en berne, niveau d’inflation encore élevé, taux d’intérêt toujours hauts, consommation qui flanche, forment un dangereux cocktail pour des entreprises aux trésoreries épuisées après une succession de crises », observe Thierry Millon, directeur des études d’Altares. 

Trois départements se démarquent. Trois départements font face à une très forte hausse du nombre de défaillances d’entreprises : les Hautes-Pyrénées avec 185 procédures (+76 %), l’Aveyron avec 161 procédures (+75 %) et la Lozère avec 40 procédures (+74 %). De son côté, la Haute-Garonne enregistre une hausse de 54 % avec 1.267 procédures réalisées. D’autres départements affichent quant à eux des hausses moins importantes, allant de 32 à 34 % : l’Hérault (1.174 procédures), l’Ariège (107 procédures), le Lot (127 procédures) et le Gers (130 procédures).

93 % des défaillances concernent des TPE. En Occitanie, les TPE représentent 93 % des défaillances. « Plus de 4.850 entreprises de moins de 10 salariés ont défailli en 2023, un nombre en augmentation de 39,7 % », précise Altares. 

+ 52,1 % dans les PME. 324 jugements sont enregistrés en 2023 à l’égard des PME comptant entre 10 et 49 salariés, soit une hausse de 52,1 %. « Le nombre de cessations de paiement de sociétés de 50 salariés et plus se stabilise à 21 procédures », souligne Altares. 

La construction en premier plan. « Le secteur de la construction concentre le quart des cessations de paiement avec 1.334 procédures (+46%) dont 1.107 dans les seules activités du bâtiment », détaille Altares. Pas très loin derrière se tient le secteur du commerce avec 1.130 procédures (+38 %). 

Lire le communiqué de presse ici

La société technologique Asystom (Castelnaudary) conclut un partenariat avec l’allemand Wika

Asystom, entreprise occitane leader de la maintenance prédictive et l’assistance au diagnostic pour l’industrie 4.0 fondée et présidée par Pierre Naccache, et le groupe allemand Wika, spécialisé dans les solutions de mesure de pression, température, niveau, force et débit pour les applications industrielles et de processus, annoncent le 18 janvier la signature d’un accord. « Ce partenariat va renforcer l’expansion internationale d’Asystom. Pour mieux soutenir les acteurs de l’industrie confrontés aux défis de la numérisation de leur secteur et pour répondre aux besoins de surveillance de tous types d’équipements, Asystom a conçu et développé une solution adaptable, universelle et intelligente pour l’assistance au diagnostic de fonctionnement des machines industrielles, en vue d’une maintenance prédictive. Cet outil prend une empreinte opérationnelle détaillée d’une machine, pour ensuite surveiller en temps réel toute déviation ou dysfonctionnement, le plus tôt possible », indique le communiqué (à lire en cliquant ici). Asystom est implantée à Castelnaudary (siège social) et Toulouse (R&D), elle emploie 18 salariés et ne communique pas son chiffre d’affaires. Quelques noms de clients : Imerys, Shell, Total, Suez, ArcelorMittal, Angilan Water, Orano, Ariane Groupe. 

Immobilier d’entreprise (1/2) : le grand Montpellier reste au-dessus de 100.000 m2 sur le marché tertiaire

Avec 100.710 m2 de demande placée de bureaux en 2023, le marché tertiaire du Grand Montpellier (Lunel, Pays de l’Or, bassin de Thau, Métropole de Montpellier) est en recul de 14 % par rapport à 2022, mais reste au-dessus de la moyenne décennale (+ 10 %), indique l’Observatoire de l’immobilier et du foncier d’entreprise de Montpellier et de son territoire dans un communiqué (à lire ici). Sur 296 transactions, 14 sont supérieures à 1.000 m2, et cinq sont supérieures à 3.000 m2. Le taux de vacance s’élève à 4,7 %. « Les valeurs poursuivent une croissance raisonnée, sans franchir la barre des 200 €/HT/m2 locatif ».
En matière de locaux d’activités, les transactions sont stables : 106.180 m2 (- 0,6 % par rapport à 2022). 157 transactions ont été réalisées par les membres de l’Observatoire, dont cinq supérieures à 3.000 m2. « La rareté des produits entraîne une augmentation significative des valeurs moyennes, d’autant plus que la demande est restée soutenue. » Le taux de vacance n’est que de 2,3 %. L’offre immédiate s’élève à 63.124 m2.

Immobilier d’entreprise (2/2) : à Toulouse, entre raréfaction du foncier et attractivité du centre-ville 

Baisse de l’offre en locaux d’activités et entrepôts, un centre-ville attractif pour l’offre de bureaux… L’Observatoire Toulousain de l’Immobilier d’Entreprise (Otie, présidente : Élodie Moine) fait le bilan 2023 à l’occasion de son 20e Forum, le 7 février.

Les 4 grandes transactions à Toulouse en 2023
En haut : SNCF (Toulouse Matabiau) à gauche et Orange (Parc aéroportuaire)
En bas : Insitu Business Centre à gauche, et Airbus Protect (Parc aéroportuaire) ©Otie

Le marché toulousain des locaux d’activités et entrepôts, présenté par le membre de l’Otie Augustin Lefebvre (Arthur Loyd Toulouse), enregistre une baisse de son stock de – 60 % en 5 ans (130 150 m2 disponible en 2023), posant une problématique pour faire coïncider la demande à l’offre existante.

Du côté du marché de bureaux, présenté par Olivier Calvet (BNP Paribas Real Estate), le Parc aéroportuaire enregistre à nouveau les plus grandes transactions de l’année (photo ci-contre), dont l’Insitu Business Centre (10.800 m2), et les sites d’Orange (10.100 m2) et d’Airbus Protect (5.500 m2). Autre grande transaction, le site de la SNCF (10.250 m2) à Toulouse Matabiau. Les opérations de plus de 1.000 m2 représentent près de 69 % du volume des transactions. Le stock neuf est cependant inexistant, et peu de bureaux se libèrent.

Pour donner le pouls du marché de l’investissement françaisJulien Sinet (BNP Paribas Real Estate) indique une baisse de 51 % des volumes investis en France en 2023. Une baisse observée à la fois pour les bureaux, les commerces, la logistique, les bureaux d’activités et l’hôtellerie. Toulouse se place cependant à la 3e place des métropoles régionales investissant le plus dans les bureaux, avec 187 M€ de volume global en 2023 (contre 252 M€ en 2022 soit – 27 %), derrière Lyon et Bordeaux. Le volume global investis à Toulouse s’élève à 219 M€, avec seulement 1M€ pour les commerces (soit – 99 % sur un an). Les investissements toulousains ont principalement lieu dans le centre-ville (143 M€).

Plus à lire dans le résumé du Forum ici.

Immobilier : Altémed somme deux promoteurs de signer

Lors de ses vœux, le 22 janvier à l’Opéra Comédie, Cédric Grail, DG d’Altémed, avait annoncé la couleur 2024 aux promoteurs immobiliers*. L’opérateur public passe à l’acte, en lançant une sommation (mise en demeure) contre deux promoteurs, Roxim et Pitch, pour qu’ils signent l’acte de vente, le 22 février à la Serm, correspondant à la 2e partie (logements sociaux et logements intermédiaires) d’un lot sur la Zac du Nouveau Saint-Roch. « Le premier acte, portant sur du logement libre, donc plus rentable, a, lui, été signé. Mais ils ont refusé la 2e signature, prévue en décembre. En fin d’année, Roxim et Pitch ont été relancés, et étaient d’accord, signant même un compromis de vente en 2023. Si la signature n’a pas lieu, nous assignerons en vente forcée et réclamerons des dommages et intérêts, déclare Cédric Grail. Le refus de signer vient du fait que les promoteurs considèrent que l’opération était trop déficitaire. Mais, d’un côté, ils ont margé à 7 % sur 100 logements libres, ce qui a dû leur faire gagner 3 M€. Et là, il y a un déficit qu’ils ne veulent pas assumer, alors que nous ne sommes que sur 10 logements abordables : ce sont des montants faibles par rapport à la marge déjà réalisée. »
Le lot, attribué en 2015, a été découpé en deux tranches. La première tranche, la plus importante, comprenant 100 logements libres, 34 logements sociaux et des commerces, a été livrée, face à Higher Roch.

« Effectivement, ce sont 10 logements abordables, mais c’est une perte minimum de 700.000 euros, réagit Anaïs Thourot, présidente de Roxim. La Serm nous met en demeure pour réaliser cette perte. Pourquoi une perte de 700 k€ ? Il s’agit de la 2e tranche du programme Eden Roch, qui a subi depuis 2015 de nombreux décalages de travaux. Décalages liés à un manque d’anticipation de la part de la Serm sur ce lot. Or, chaque décalage génère des surcoûts. Cette opération subit par ailleurs les surcoûts des matériaux et de l’énergie. Enfin, pour nous financer, la hausse des taux d’intérêt a un impact sur les frais financiers. D’où cette perte évaluée à 700.000 euros. Sur le fait que nous ayons gagné 3 M€ sur la partie libre, selon la Serm : c’est moins. Nous avons justifié par expert-comptable la marge, en produisant les balances clients. La marge a été de 210 k€ par an par promoteur pendant six ans (soit 1,26 M€ par promoteur, soit 2,5 M€ pour les deux, note). Je précise qu’une marge ne retombe pas dans ma poche. Elle rémunère un travail. Et cet argent est réinvesti sur le territoire, pour des projets exceptionnels, comme Evanesens pour Roxim, ou Alma Terra pour Pitch. Jusqu’à présent, la Serm voulait être dans l’accompagnement. Manifestement, c’est moins le cas. On a fait beaucoup de simulations, d’hypothèses pour la 2e tranche de ce projet. Tout est resté lettre morte, et la seule chose que nous ayons eu, c’est une sommation à comparaître. »

Cédric Grail ne nie pas « la crise de l’immobilier et les fortes tensions. Nous avons lancé le choc de l’offre en 2022. Mais beaucoup de promoteurs peinent à commercialiser. Nous renégocions tous les lots attribués. Nous regardons avec les promoteurs attributaires le prix de construction, les honoraires de maîtrise d’œuvre, les honoraires de gestion (conduite d’opération), les frais de commercialisation, et aussi la charge foncière. Il faut une marge pour obtenir la garantie financière d’achèvement. Le dialogue a bel et bien lieu, pour essayer de faire sortir les projets. »

*Déclarant notamment : « Un lot attribué, ce n’est pas une réserve foncière. Soit on trouve une solution, soit les lots seront retirés et on fera d’autres projets avec d’autres acteurs. Dans les négociations en cours, nous prévoyons des clauses d’intéressement, clauses de retour à meilleure fortune, clause d’évitement d’enrichissement sans cause… » Plus à (re)lire en cliquant ici.

HellolaTech ce 25 juin

HellolaTech, événement tech annuel de la French Tech Méditerranée, devrait se dérouler le 25 juin au Mo.Co (Montpellier), indique aux Indiscrétions Nordine El Ouachmi, président de la French Tech Méditerranée. Plus de 800 personnes sont prévues. Thèmes pressentis : « L’IA, l’impact RSE et la deeptech », glisse-t-il.

Beaucaire : enquête publique concernant les déchets d’activités économiques 

La société Chimirec Socodeli, basée à Beaucaire (Gard), va lancer une enquête publique concernant le projet d’augmentation de la capacité des unités du site de tri, transit, regroupement et traitement de déchets d’activités économiques sur la commune de Beaucaire du 4 mars au 3 avril. Plus d’infos ici. 

Habitat Audois investit 2,9 M€ dans une nouvelle agence à Carcassonne

C’est dans le centre de Carcassonne que l’office public de l’habitat de l’Aude, Habitat Audois, va ouvrir sa nouvelle agence baptisée l’Agence Territoriale Ouest, apprend-on dans un communiqué le 9 février (à croquer ici). La future agence s’étendra sur 1.400 m² de surface aménagée et accueillera une trentaine de collaborateurs d’ici la fin du 1er trimestre 2026. L’investissement s’élève à 2,9 M€.

A69 : 45 % du budget engagé à la moitié des travaux 

Emploi, prochaines étapes, prix, fouilles archéologiques… Martial Gerlinger, directeur général de la société Atosca, concessionnaire de l’A69, fait un point d’étape le 6 février sur l’avancée des travaux de l’autoroute qui reliera Toulouse et Castres sur 53 kilomètres. Les Indiscrétions étaient présentes. 

Infrastructure a69 toulouse castres
Chantier de l’A69 ©Atosca

Mise en service fin 2025. C’est un projet d’envergure, qui fait parler. Alors que les travaux de la future autoroute liant Toulouse (Haute-Garonne) à Castres (Tarn) ont été lancés en mars 2023, Martial Gerlinger annonce le 6 février lors d’un point presse que la mise en service est maintenue pour fin 2025.

Pic à 1.200 emplois. « 800 personnes travaillent sur le chantier. Au printemps, en période de pointe, ce sera 1.200 personnes qui travailleront quotidiennement sur l’opération. Environ 1.000 emplois vont être créés, dont 500 emplois direct », détaille Martial Gerlinger. Sur ces 500 emplois, environ 10 % seront destinés aux personnes éloignées de l’emploi.

45 % du budget engagé. « Aujourd’hui, nous avons dépensé 200 M€ sur les 450 M€ prévus, soit environ 45 % des dépenses financières qui sont engagées à mi-chantier », déclare Martial Gerlinger. 

Reprise du déboisement. 95 % du déboisement a été réalisé. « Nous serons prêts à reprendre à compter du 15 février lorsque nous aurons l’autorisation », indique Martial Gerlinger. Le terrain sur lequel doit se poursuivre le déboisement est en cours d’expropriation. 

Fouilles archéologiques. « Une vingtaine de fouilles sont en cours. En cas de découverte, ça ne devrait pas impacter la date de mise en service car nous l’avons prévu dans nos plannings », assure le directeur général d’Atosca. 

Péage en flux libre. La particularité de cette autoroute, la mise en place du péage en flux libre. Les gares de péages classiques vont laisser place à des portiques munis « d’un système de reconnaissance de plaques d’immatriculation et de badges pour payer votre trajet », précise Atosca sur son site internet (à lire ici). Les automobilistes n’auront pas besoin de ralentir. Quatre portiques seront installés sur les 53 kilomètres reliant Toulouse à Castres. « Nous allons nous inspirer des expériences de l’A79 qui est la première autoroute à avoir mis en place ce dispositif », confie Martial Gerlinger. En Normandie, l’A13 enclenche le pas et devrait mettre en place le péage en flux libre en 2024. 

Renaturation. « D’un point de vue environnemental, c’est un chantier très surveillé, reconnaît Martial Gerlinger. Nous avons ajouté des mesures compensatoires de 147 m² et nous allons renaturer 55.000 m² de zones humides. »

Mise en demeure. Une mise en demeure a été lancée par l’État à la suite de la démolition d’un bâtiment. « Nous avons précipitamment démoli un bâtiment menacé de squats qui abritait des chiroptères », regrette Martial Gerlinger. En compensation, trois nichoirs ont été installés. 

Politique tarifaire. « Il est encore trop tôt pour dire quel prix sera établi en 2025 », indique Martial Gerlinger. Néanmoins, des offres tarifaires seront mises en place. « Les véhicules électriques bénéficieront d’une réduction de l’ordre de 20 %. Des formules d’abonnement pour les déplacements domicile-travail, soit environ 44 déplacements par mois, permettront aux véhicules thermiques d’économiser 40 % et aux véhicules électriques 50 % », détaille Martial Gerlinger. 

Commerce : cinq boutiques à Lattes (34)

La Commission Départementale d’Aménagement Commercial de l’Hérault (CDAC) accorde, le 25 janvier, la création de 5 boutiques en rez-de-chaussée d’un immeuble de 56 logements collectifs à Lattes. D’une surface de 1.388 m2, cet ensemble commercial est porté par la SCI L’Arlésienne, basée à Cournonterral (34). 

Un Hôtel des Sécurités à Montpellier 

La Société d’Aménagement de Montpellier Méditerranée Métropole (SA3M, Altémed) lance un concours de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’un Hôtel des Sécurités à Montpellier à l’angle de la rue du Pilory et de la rue George Seguy. Date limite de dépôt des dossiers le 8 mars. Plus d’informations et candidature via ce lien

400 vignerons attendus aux Rencontres Nationales des Vignerons Indépendants à Thuir 

Les 26 et 27 mars auront lieu les Rencontres Nationales des Vignerons Indépendants à Thuir (Pyrénées-Orientales). 400 vignerons sont attendus. En complément des visites touristiques guidées et circuits découvertes, des débats porteront sur le thème « des solutions agronomiques permettant de conduire la vigne sur le temps long et dans le contexte climatique que l’on connaît », explique le syndicat sur son site. Objectif : présenter des solutions concrètes pour lutter contre les maladies du bois ou le stress hydrique. Parmi les intervenants, Marceau Bourdarias, spécialiste de la physiologie des plantes ligneuses, le vigneron Louis Modat, Marc Birebent, spécialiste de la greffe, et l’agronome Fabien Leduc. Les Rencontres Nationales sont présidées par Corinne Laurent, et la Fédération des Vignerons Indépendants du Roussillon par Guy Jaubert. Programme et inscription via ce lien.

Hérault : une enveloppe de 10 M€ dédiée aux rénovations urbaines 

La copropriété des Cévennes à Montpellier et le quartier de l’Île de Thau à Sète vont être rénovés, lit-on dans un communiqué de presse ce 1er février. Ces travaux s’effectueront dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU 2014-2030). Concrètement, 2,66 M€ sont dédiés à la copropriété des Cévennes afin de soutenir « plusieurs opérations d’envergure » telles que la restructuration d’une vingtaine de logements en pignon des bâtiments ou la relocalisation des locaux d’activités. Le montant total de l’investissement pour le renouvellement de ce quartier est de l’ordre de 79 M€. Du côté de Sète, 6,51 M€ sont apportés pour le quartier de l’Île de Thau, avec une priorité donnée aux démolitions partielles des résidences sociales du Globe et de la Seinchole, et à l’aménagement de nouveaux espaces publics. Ce sont près de 70 M€ qui sont investis au total dans ce quartier, dont 20 M€ apportés par l’ANRU. 

La CCI de la Lozère lance le marché de son nouveau siège social

Cindy Guinard et Thierry Julier, DG et président de la CCI de la Lozère, le 30 janvier à Mende (48). ©Hubert Vialatte.

Le CCI de la Lozère lance l’appel d’offres pour la construction de son futur siège, et c’est à croquer en cliquant ici. Si son président, Thierry Julier, émet des réserves quant au projet d’investissement de Neofor de 90 M€ en matière de 3e transformation du bois (article des Échos en février 2023, lire en cliquant ici), il met en avant la PME BFP (Marvejols, 40 salariés), spécialisée dans la fabrication de matériel de pièces paramédicales (luminothérapie, détatouage etc.).

« Depuis 4 ans, l’emploi est en croissance en Lozère : de 15.600 feuilles de paie dans le privé à 17.800 aujourd’hui. Bien sûr, c’est à notre micro-dimension, mais je souligne la dynamique », se félicite Thierry Julier. « La dématérialisation a raccourci les distances. La fibre, que le Département a installée, sert au quotidien. Tous les métiers sont impactés positivement », enchaîne Cindy Guignard, directrice générale de la CCI Lozère.

Autres atouts : les projets liés à l’énergie. « Des PME comme Arkolia ont compris que la Lozère est un territoire de conquête, car l’Aude et les Pyrénées-Orientales sont désormais saturés en termes d’énergies renouvelables. » Le département a une balance commerciale positive, fort de valeurs sûres comme Arcelor Mittal à Saint-Chély-d’Apcher et, plus discrète, la joaillerie. Le pôle CFA inauguré en 2014 compte aujourd’hui 75 apprenants. « Ce sont autant de jeunes retenus sur le territoire. Ils vivent leur apprentissage ici et, à 90 % ils sont calés sur un emploi à l’issue de leur parcours. »

Autre effet constaté : un afflux de cadres, recherchant un meilleur cadre de vie, « dans le cadre d’un retour aux valeurs », souligne Thierry Julier. Alors que la diaspora lozérienne de Montpellier commence à se réunir, le président en appelle à un « esprit de conquête. J’ai apprécié, début 2023, que le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, dise, lors de l’inauguration de la boutique Tuffery place de la Comédie à Montpellier : ‘Ce sont des Lozériens qui ont construit Montpellier’. »
Le bilan économique 2023, agrégeant des données Urssaf, DGFIP, FFB etc., sera présenté le 5 mars. « Le PIB a augmenté en 2023, avec une stabilité du nombre de feuilles de paie, ce qui est une performance », conclut Thiery Julier. La Lozère a connu un record d’installations d’agriculteurs (+ 11 %). « L’envie d’entreprendre est là, parfois sur de très petites activités, comme une activité de couture ou de retouche. » Une alerte se fait en revanche sentir sur les métiers du bois. « Il y a une baisse des consommations de bois palettes, et des problèmes d’essence d’arbres, avec trop de pins tordus, de pins sylvestres… Un positionnement nouveau est à trouver, avec un virage à prendre dans l’industrie du bois. La construction en est un, et aussi la 3e transformation. »

Organisme Foncier Solidaire Montpellier Métropole : deux nouveaux administrateurs

L’Organisme Foncier Solidaire Montpellier Métropole compte deux nouveaux administrateurs : Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez, pour le collège des communes, et Grégory Faye (CDC Habitat) pour le collège des partenaires.

Réhabilitation des 63 appartements du Rieucoulon à Lattes (34) 

Le GIE Sud-Ouest, pour le compte de CDC Habitat Social, lance un avis d’appel public à la concurrence pour le marché de maîtrise d’œuvre de réhabilitation en site occupé de la résidence autonomie Le Rieucoulon (63 appartements de 30 m2 environ), à Lattes. Date limite de réception des propositions chiffrées le 13 mars à 11h. Plus d’informations ici

Nîmes : le come-back de Keolis 

Keolis devrait faire son retour sur le territoire de Nîmes Métropole en tant que nouveau délégataire de service public pour les transports et prendre ses fonctions le 1er juillet, pour une durée de contrat de plus de six ans, jusqu’à fin 2030, indique Midi Libre. Le conseil communautaire de Nîmes Métropole devra valider ce choix lors d’un vote le 26 février. Parmi les projets mobilité sur le territoire de l’Agglo : la ligne T5, l’extension de la T1 et la location de vélo. Keolis était déjà détenteur de la délégation, avant l’arrivée de Transdev en 2019.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Zan, eau, nature en ville : le Cobaty Alès Cévennes explore les solutions de la ville de demain

Moins de foncier et moins d’eau, impact accru du réchauffement climatique, davantage de réglementations et, en face, plus d’habitants chaque année dans l’agglomération d’Alès : comment aménager le territoire demain ? Avec, au fil des débats, plusieurs fois prononcée cette phrase-clé : « Si on était moins cons ».  
Plaisir d’avoir animé la conférence-débat du Cobaty Alès Cévennes, présidé par Sébastien Brujas, le 8 février à Digit’Alès Alès Myriapolis, en présence de 150 élus et professionnels de l’acte de bâtir. C’était aussi un retour, me concernant, dans le monde cobatyste, après avoir sévi au Cobaty Montpellier Méditerranée entre 2011 et 2017.

Cobaty-Ales-_1_
©DR

Incohérences de l’État. Christophe Rivenq (Alès Agglomération) et Max Roustan, maire d’Alès , binôme politique aux manettes d’Alès et de son agglomération depuis près de 30 ans, ont fustigé les incohérences de l’État : « L’eau descend des Cévennes, et on la regarde passer sans l’arrêter. Si on était moins cons… » (signé Max Roustan) ; « Le programme de renouvellement urbain (180 M€ sur Alès), c’est très bien. Mais au final, on n’aura pas davantage de logements sociaux, alors que la demande est pressante » ; « Sur le programme tertiaire de 5.400 m2 aux Prés Saint-Jean, on a perdu 4 ans, parce que la DDTM du Gard n’était pas en phase avec ‘l’État d’en haut’, qui trouvait, lui, l’opération exemplaire » ; « Idem pour les thermes d’Allègre-les-Fumades. Nous les inaugurons enfin au printemps, au bout de… 20 ans », fulmine Max Roustan. Christophe Rivenq a rappelé sa menace de ne pas appliquer en l’état la Zan (Zéro artificialisation nette). S’il n’est pas opposé au principe de sobriété foncière, il en conteste les modalités d’application.

Piscine intercommunale : d’abord la couverture de la piscine de Salindres. Les élus ont aussi refait le point sur de nombreux projets en cours. La 2e piscine intercommunale sera située à Vézenobres, mais ne sera édifiée qu’après la couverture de l’actuelle piscine de Salindres. Christophe Rivenq mise toujours sur le vaste projet d’aménagement de Green Tech Vallée (environ 70 ha) autour de l’écologie et de l’environnement, et indique qu’il annoncera au printemps le lauréat du concours d’architecture de la rénovation de la Scène nationale du Cratère.

Solutions des pros. À leurs côtés, trois professionnels chevronnés ont dévoilé les solutions opérationnelles : Jean-François Blanchet (BRL) pousse à « davantage d’expérimentations sur l’eau. Si on était moins cons… » (bis), Emmanuelle Eustache, responsable du pôle Paysages à Cereg, a présenté les projets de nature en ville et désimperméabilisation des sols (cours d’écoles et de collèges notamment, dont un programme en cours dans le Gard avec le Département) – ses projections à croquer en cliquant ici : renaturation des abords des remparts d’Aigues-Mortes, aménagement du parvis du stade nautique d’Avignon (84), végétalisation et désimperméabilisation des cours d’école de Lunel et de Balaruc-les-Bains (34), gestion intégrée des eaux pluviales à Anduze (30), cohabitation des arbres et des réseaux enterrés (expertise apportée à Orange)…

Stéphanie Jannin, de la métropole aux petites communes cévenoles. Par ailleurs, l’architecte-urbaniste Stéphanie Jannin, enseignante à l’Ensam Montpellier aimant à se réfugier à Mialet (30), ex-adjointe au maire de Montpellier (2014-2020), accompagne désormais des villes de taille petite et moyenne dans leurs projets urbains, comme Tornac ou Saint-Ambroix (maire : Jean-Pierre de Faria). Dans le secteur central de cette commune, autour de l’ancienne gare (qui va être rouverte dans le cadre de la relance de la ligne Alès-Bessèges par la Région Occitanie), un appel à manifestation d’intérêt Usagers va être lancée, pour dérisquer l’opération auprès des promoteurs / aménageurs. « Nous partons de la demande potentielle, et concevons ensuite l’opération. C’est une nouvelle façon de voir les choses.Dans les temps difficiles, il faut être agiles et créatifs. » Elle évoque un « petit projet urbain complexe. Au final, il y aura 30 logements, au bout de 7 ou 8 ans, au mieux. Et il y a une gouvernance complexe, entre la Région, la SNCF, SNCF Réseau, la communauté de communes… Le dénominateur commun de ce jeu d’acteurs, c’est la commune ».  
Plus globalement, Stéphanie Jannin alerte, en matière d’immobilier, sur une « machine grippée. On ne mesure pas la tension résidentielle dans laquelle on va rentrer dans les années à venir. On risque de replonger dans une incapacité à loger les gens ».

L’enjeu de la densification des tissus pavillonnaires. Avec l’urbaniste Astrada, Stéphanie Jannin lance à Valergues (34) une étude relative au potentiel de densification des tissus pavillonnaires à court, moyen et long terme. « L’idée est que les élus reprennent la main sur ce secteur, et retrouvent des participations financières, pour financer les équipements publics, les réseaux. Car la densification des zones pavillonnaires va avoir un coût. Par exemple, à Valergues, une rue s’est transformée en trois ans, avec 50 % de logements en plus. Cela pose des problèmes d’espace vital, de voitures partout, de réseaux insuffisants… Ce type de mutation s’anticipe, en instaurant des dispositifs, comme le PUP (projet urbain partenarial) ou une taxe d’aménagement majoré. »  

Les couillons. « Les couillons, c’est ceux qui commencent à faire des économies trop tôt, a lancé Jean-François Blanchet (BRL). En matière d’agriculture, on demande aux agriculteurs de faire 10 % d’économies d’eau, là où en 30 ans, on a déjà fait 30 % d’économies… Alors que partout dans le monde, les exportations alimentaires commencent à baisser, sur fond de souveraineté alimentaire. De plus, je rappelle que les plantes ne trouvent pas d’eau dans le sol, quand il n’a pas plu depuis pratiquement six mois. Par ailleurs, il y a environ 1,5 à 2 degrés de plus de température. La plante, dans ce contexte, a un besoin d’eau augmenté de 15 %, du seul fait de cette augmentation de température. Au global, le besoin en eau des cultures, dans le contexte climatique actuel, ne peut qu’augmenter. Si on impose 10 % d’eau en moins, cela signifie moins de production agricole, et donc moins de souveraineté alimentaire, et plus de risques pour le pays à 10, 15 ans, en fonction des instabilités internationales qui sont en train de grandir. » 

Rhône : il y a de la marge. Préparant les esprits à une éventuelle future extension du réseau hydraulique régional, y compris jusqu’aux Pyrénées-Orientales (hors concession de BRL à ce stade), Jean-François Blanchet a minimisé les prélèvements opérés par BRL sur le fleuve Rhône. « En 2070, en période estival, le Rhône aura 55 % de débit en moins. C’est vrai, juste en été. Le volume apporté par le fleuve Rhône par an est 55 milliards de m3 d’eau. Les prélèvements, dans tout le bassin du Rhône, à date, c’est 3 milliards de m3 d’eau, soit 5 % de toute l’eau qui s’écoule à la mer. Nous, BRL, on prélève 150 millions de m3, c’est-à-dire 0,25 % de l’écoulement total du Rhône. Et on nous explique qu’il faudrait laisser l’eau douce devenir salée dans la mer, pour ensuite la dessaler pour la réutiliser ? Il faut des prélèvements, en étant bien sûr sobres dans les usages. De toutes les façons, l’eau est chère et va l’être de plus en plus, car il faut des aménagements et le financement public ne sera pas toujours là. Il faut renverser la table de la réflexion. »

BRL : 100 M€ en 10 ans. Le conseil d’administration de BRL a validé le 8 février un plan d’investissement de 100 M€ en 10 ans.  

  

3 questions à

Mohed Altrad, Altrad Group

Mohed Altrad Groupe Altrad

« Toujours intéressé par le rachat du GGL Stadium »

Le leader mondial de la prestation de services à l’industrie et de la fabrication, vente et location d’équipement de construction, va publier ses résultats 2023 (exercice clos le 31 août) dans quelques jours. Les Indiscrétions l’ont rencontré dès potron-minet, ce 9 février à Montpellier, aux côtés de nos confrères Guillaume Mollaret (Le Figaro) et Karim Maoudj (Midi Libre). Quelques bribes d’infos avant les chiffres, histoire de « faire tenir », comme on dit dans le jargon. « Trois questions à… », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Mohed, pourquoi ce décalage dans la parution des résultats annuels ?  
Nous avons une petite filiale en Russie, spécialisée dans l’oil and gas, avec un embargo qui s’applique. On ne peut pas toucher cet argent, depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, et nous devons prouver qu’aucune filiale d’Altrad dans le monde commerce avec cette filiale. C’est la raison pour laquelle la publication des comptes est retardée. Altrad Russia, acquise en 2016, n’est pas fermée pour autant, mais elle vit sa vie, en autonomie.  

Sans dévoiler plus avant les chiffres, encore soumis à validation, quelle tendance peux-tu dégager pour 2023, et quelles perspectives pour 2024 ?
Les effectifs ont augmenté de 20.000 salariés depuis deux ans. Altrad Group compte aujourd’hui 60.000 salariés. L’activité services représente 83 %, et l’activité Équipement 17 %. Celle-ci résiste bien, malgré la situation délicate dans le secteur de la construction.  
Nous sommes intransigeants, dans toutes nos interventions, sur la sécurité. Il faut qu’il y ait zéro accident. Si une personne venait à décéder lors de son travail, ce serait dramatique, sur un plan humain bien sûr, mais aussi sur un plan business. Nous pourrions prendre une part importante de marchés, par exemple chez EDF. Autre tendance, les bons ratios du groupe : par exemple, nos 10 premiers clients ne représentent que 28 % du chiffre d’affaires, et le rapport entre Ebitda et dette nette s’élève à environ 1, alors que le chiffre s’élève souvent à 4, 5 ou 6 pour des groupes de notre taille. Nos concurrents sont pour la plupart plus endettés.  
Pour 2024, nous devrions progresser un peu en chiffre d’affaires, mais l’année ne devrait pas être marquée par de grosses acquisitions. Il nous faut progresser sur la partie transition écologique, notamment notre empreinte carbone. Nous ne sommes pas assez performants sur ce point.

En tant que président du MHR (rugby, Top 14), où en es-tu du projet de rachat du GGL Stadium, toujours propriété de la métropole de Montpellier ?  
Lorsque Michaël Delafosse a été élu en 2020, je suis allé le voir sur ce dossier. J’étais intéressé pour racheter l’enceinte. On s’est tapés dans la main. Mais les aspects financiers, fiscaux et juridiques des collectivités sont très lents. Nous sommes en 2024, et rien n’a avancé. Je pense donc que cette transaction ne se fera pas. Ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas preneur.

La HV Touch

Conseil RP

L’AJT (Association des Journalistes Toulousains) organise ce 26 février au Novotel Compans Caffarelli un atelier sur les droits des journalistes rémunérés à la pige. Avec un programme dense : fiche de paie, déduction forfaitaire spécifique, comment mettre fin à un contrat, les recours possibles face à un arrêt brutal des collaborations, les spécificités de France Travail appliquées aux journalistes pigistes, les impôts… Parmi les intervenants, des experts juridiques de France Travail, Pauline Le Bourgeois (avocate inscrite au barreau de Toulouse spécialisée en droit du travail), une inspectrice divisionnaire des Finances… Possibilité de suivre les débats en visio, en s’inscrivant à l’adresse ajt@ajt-mp.org.

La phrase

« On le sait peu, mais la Lozère est le 3e département de l’Occitanie le plus industriel, en pourcentage d’activité. »

Thierry Julier, président de la CCI de la Lozère

On s’en fout

C’est assez fou et désarçonnant, le nombre de tentatives d’intimidations ou les pressions reçues, quand on est journaliste un peu curieux et connecté. Tentatives distillées parfois, souvent, presque toujours, sans aucun fondement juridique, ni le moindre bon sens en matière de relations presse.
« Si j’étais vous, je ne publierais rien, vous n’en avez pas le droit. Je vous dis ça à titre de conseil amical » (ah bon ? et depuis quand ?) ; « Comment avez-vous obtenu cette information ? » (alors que, hein, c’est moi qui pose les questions) ; « Je suis assez fâché contre vous, la dernière fois, sur ce sujet, vous ne m’aviez pas contacté » ; Par mail, par exemple un récent, sans citer l’auteur : « Si vos connivences vous permettent d’obtenir des informations totalement confidentielles, sachez que notre instance reste souveraine en matière de communication et de relations presse. Toute tentative de pression ou d’intimidation est donc vaine. » (quelle déveine !) ; Ou encore, le nec plus ultra : « Quel va être l’angle de ton article et qui as-tu interviewé ? » (parce qu’il croit que je vais le dire ?)

Ne vous méprenez pas : c’est un terrain de jeu assez drôle. Il ne faut pas plier, ni se soumettre. Toujours essayer de démêler la saine réaction (qui peut parfois survenir) de la pure manipulation. C’est en résistant qu’on acquiert une crédibilité. Et tout cela est au final très sain : même malmenée, même ringardisée à l’heure des réseaux sociaux triomphants, la presse conserve un pouvoir notable. En clair : vive nous !

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Syrius Solar va s’implanter à Villeneuve-lès-Maguelone (34)

Perspective du futur bâtiment de Syrius Solar
Perspective du futur bâtiment de Syrius Solar ©DR

Syrius Solar, spécialisé dans le secteur de la fabrication sur le solaire, va déménager dans le parc d’activité Charles Martel à Villeneuve-lès-Maguelone (34), apprend-on dans un post LinkedIn d’Altémed. Le groupe a obtenu son permis de construire pour son bâtiment d’activités de près de 9.000 m² de surface de plancher, comprenant 1.300 m² de bureaux et le reste d’entrepôt et de production. Syrius Solar investira les lieux avec Bessun Energie, avec « une activité de chauffe-eau solaire, essentiellement destinée à l’international ». Le bâtiment est situé au nord-ouest du centre ancien de Villeneuve-lès-Maguelone et accueillera 70 employés.  

Millau (12) : trois lots vendus dans la zone d’activités Viaduc 2

Zone d'activités Viaduc 2 ©communauté de communes Millau Grands Causses
Zone d’activités Viaduc 2 ©communauté de communes Millau Grands Causses

Inaugurée début 2019, la zone d’activités Viaduc 2, située à Millau (12), poursuit son développement. Trois lots ont récemment été vendus, ils seront désormais la propriété de Cauvy Assainissement, SARL Arnault Ouallet (usinage et équipement de machines de haute précision) et Actiman (engins de bâtiments et de travaux publics), révèle Thierry Perez, vice-président en charge du développement économique de la communauté de communes Millau Grands Causses, auprès de Midi Libre. D’autres lots sont en discussion mais les entreprises concernées ne souhaitent pas dévoiler leur identité. À proximité de l’échangeur de l’A75 et le long de la D911, 8 lots sont toujours disponibles, à 25 euros HT le m², avec des superficies allant de 3600 m² à 1,5 hectare.

Un nouvel Hôtel de Ville à Balaruc-les-Bains (34) en fin d’année

Balaruc Nouvelle mairie- Façades
Perspective de la nouvelle mairie de Balaruc-les-Bains ©Ville de Balaruc-les-Bains

La Ville de Balaruc-les-Bains (Hérault, 7.172 habitants, maire : Gérard Canovas) acquiert et réhabilite le bâtiment de l’ancienne clinique “Plein Soleil”, pour y accueillir son nouvel Hôtel de Ville d’ici fin 2024, indique-t-elle sur son site ici. Sur une surface totale de 1.877 m² répartis sur 3 niveaux, le bâtiment regroupera 12 services municipaux, pour faciliter les démarches administratives des habitants. Objectif : avoir un bâtiment plus grand et accessible, avec la création d’un parc à vélo et d’un parc ouvert avec fontaine et espaces de jeux. Coût total pour la Ville : 5,5 M€ HT (acquisition du bâtiment et réhabilitation).  Le bâtiment de l’actuelle mairie, situé à 5 min de la clinique Plein Soleil, sera vendu pour y réaliser des logements sociaux.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

APPELS D’OFFRES

Occitanie

Aménagement 🏗️

Occitanie Est 

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour l’aménagement de la RD172 à l’entrée de la zone aéroportuaire. 

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

L’ENP de Nîmes lance un avis pour la démolition de l’ancienne piscine de son site. 

La SA3M, agissant au nom et pour le compte de la Ville de Montpellier, lance un avis pour le contrat de maitrise d'œuvre pour la réalisation d'un centre de soins de la faune sauvage. 

La SA3M, agissant au nom et pour le compte de la Ville de Montpellier, lance un avis pour le concours de maitrise d'œuvre pour la réalisation d'un Hôtel des Sécurités à Montpellier. 

La commune du Barcarès lance un avis pour la mission de maitrise d'œuvre pour la reconstruction du Centre Nautique Méditerranéen. 

La mairie de Servian lance un avis pour le marché public de maitrise d'œuvre en vue de la restauration de l'église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Basilisse. 

La CCI Lozère lance un avis pour la construction d'un bâtiment moderne, à énergie positive et respectant le cahier des charges Envirobat Occitanie pour un "niveau Or" du label BDO (Bâtiment Durable Occitanie). 

La communauté de communes du Grand Pic Saint Loup lance un avis pour la maîtrise d'œuvre pour la sécurisation et la stabilisation du château de Montferrand

Le tribunal administratif de Montpellier lance un avis pour les travaux d'aménagement de l'espace public Arceaux - Peyrou. 

Le tribunal administratif de Nîmes lance un avis pour l’aménagement hydraulique du vistre de la fontaine entre le boulevard Talabot et l’avenue Leclerc. 

Le Conseil départemental du Gard lance un avis pour mission d’AMOC pour la production de chaleur par biomasse et géothermie

Le tribunal administratif de Montpellier lance un avis d'AMO pour l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures de bâtiments existants au CHU de Montpellier

La SPL Agate lance un avis d’accord-cadre portant sur la déconstruction de la place Debussy et des bâtiments Angloros dans le quartier Pissevin à Nîmes

Occitanie Ouest 

Toulouse Métropole lance un avis pour l’accord-cadre mono attributaire de maitrise d'œuvre urbaine pour le projet urbain de Toulouse centre. 

La SPL ARAC Occitanie lance un avis pour les travaux préparatoires en vue de l'extension et la réhabilitation de l'ENSA de Toulouse. 

La Ville de Toulouse lance un avis pour les travaux de réhabilitation du bâtiment A de la MJC Croix-Daurade. 

La mairie de Tarbes lance un avis pour la maitrise d'œuvre pour la remise en état de l'étanchéité du plancher du parking aérien de la halle Brauhauban et la construction d'une combrière photovoltaïque. 

La délégation Occitanie Ouest du CNRS lance un avis pour le concours restreint destiné à confier une mission de maitrise d'œuvre pour la construction d'une extension et le réaménagement des bâtiments F et G du LAAS-CNRS à Toulouse. 

Le Département de l’Aveyron lance un avis pour la mission d'assistance à maitrise d'ouvrage pour le projet de création d'un réseau de chaleur urbain à Rodez. 

Le Département des Hautes-Pyrénées lance un avis pour les travaux de renforcement par point à temps automatiques sur des routes départementales. 

Le tribunal administratif de Toulouse lance un avis pour le remplacement de la toiture de l’Ehpad Pré de Millet à Graulhet. 

Le Grand Ouest Toulousain lance un avis pour le concours de maîtrise d'œuvre portant sur le réaménagement du service environnement et la création de la salle du conseil

Déchets 🗑️

Eau / Assainissement 💧

Occitanie Est 

Le SIE de Remoulins et St Bonnet du Gard lance un avis d’accord-cadre mono attributaire de travaux à bons de commande sur les ouvrages d'adduction d'eau potable et d'assainissement des eaux usées du Syndicat

Occitanie Ouest 

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux de renouvellement d'un réseau d'assainissement à Odos. 

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux de réhabilitation d'un réseau d'assainissement à Oursbelille. 

Éclairage public 💡

Occitanie Ouest 

La régie municipale d’électricité lance un avis pour l’acquisition d'appareils d'éclairage public. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Toulouse Métropole attribue le marché concernant l’étude d'opportunité et de faisabilité pour la mise en place de systèmes d'avertissement locaux (SDAL) des crues à Philia Ingénierie. Valeur totale du marché : 92 037,5 euros. 

La Région Occitanie attribue le marché concernant la requalification du terminal ferry du port de Sète-Frontignan (étude de faisabilité et études de capacité et de simulation des flux) à Arep. Valeur totale du marché : 128 020 euros. 

La Mairie de Perpignan attribue le marché concernant l’accord-cadre à bons de commande avec maximum relatif à la fourniture et pose de clôtures industrielles et ouvrages de ferronnerie artisanale dans les espaces verts de la ville à Sud Construction Métalliques et aux Clôtures du Midi. Valeur totale du marché : 2 120 000 euros. 

La Mairie de Perpignan attribue le marché concernant l’accord-cadre à bons de commande relatif à de la fourniture, travaux et maintenance d'équipements urbains électriques à BE2R, Grolleau, Citinnov, Cegelec Perpignan, Citeos Ingénierie Île de France, Amixum Industrie, INEO MPLR, Rexel, PUM et Iperion. Valeur totale du marché : 19 800 000 euros. 

Nîmes Métropole attribue le marché concernant la construction des ouvrages de transfert des eaux usées de Sainte-Anastasie et l’aménagement des ouvrages de gestion du temps de pluie à Berthouly TP. Valeur totale du marché : 898 599,6 euros. 

La Mairie de Bessèges attribue le marché concernant la réhabilitation du réseau eau potable et du réseau d'assainissement des eaux usées au groupement SCAIC / SARLLTP / Amiante Cévennes pour un montant indéfini. 

L’agenda

Du lundi 12 au mercredi 14 février :

Le SIPRHO (Salon Professionnel des Plages de la Restauration et de l'Hôtellerie) se tient au Parc des expositions de Montpellier, avec 25 entreprises régionales qui y participent. Inscription ici.

Mardi 13 février : 

37e café du DAVOS des PME sur le thème « La cybersécurité dans les TPE/PME », organisé au Clos de l'Aube Rouge (Castelnau-le-Lez, 34). Réservation gratuite à l'adresse mail@davosdespme.org.

Premier webinaire de l'institut technologique FCBA autour de la thématique « Construction bois : l’intérêt des certifications pour se repérer dans la jungle réglementaire et normative ». Inscription ici.

Jeudi 15 février :

Webinaire « Energies renouvelables : articuler mix énegétique et qualité territoriale » organisé par le CLER (Réseau pour la transition énergétique). Inscription ici.

Instants Éco « Comportements et bonnes pratiques pour exceller ! », organisés par la communauté d'agglomération du Grand Narbonne à Innovéum à Narbonne. Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 16 février :

Forum Innov'Pôle Santé 2024 « IA et transformation des parcours de soins : les défis organisationnels, sanitaires et numériques », organisé par le CHU de Toulouse à La Cité. Plus d'infos et inscription avant le 30 janvier en cliquant ici.

Mardi 20 février : 

Premier salon de l'énergie solaire : conférences, ateliers et stands partenaires, dans la salle Jean Dumas à Gramat (Lot). Inscription au 05.65.23.22.21 avant le 12 février.

Webinaire « Faut-il développer l’éolien en mer au nom de l'urgence climatique : opportunité et conditions ? », organisé par la Commission nationale de débat public. Inscription ici.

Plus d'événements ici

Mardi 27 février :

Conférence « Les entreprises en Occitanie et dans les Pyrénées-Orientales : bilan 2023 et perspectives 2024 » organisé par la CCI Pyrénées-Orientales dans sa Salle des Conférences à Perpignan. Inscription ici.

Atelier emploi, formation, compétences en Cœur d'Hérault organisé par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Robert Arnihac à Saint-Félix-de-Lodez. Inscription ici.

Mercredi 28 février :

Evénement « Futur du travail en Occitanie : osons l'expérimentation ! », organisé par la Région Occitanie à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mercredi 28 et jeudi 29 février :

15e édition des Rencontres régionales de l'ingénierie, organisées par l'Association Ingénierie de l'Occitanie et la fédération Cinov, au centre des congrès Diagora à Labège. Plus d'infos ici.

Jeudi 29 février : 

2e édition de la Rentrée Economique, pour réaliser le bilan 2023 de l'économie du territoire et dresser les perspectives d'avenir, organisée par JCGFactory au Domaine de Verchant. Inscription ici.

Evénement « Management : faites de la complexité votre levier d'efficacité » organisé par AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Bar des Sciences autour du thème « Palavas sous les flots, science-fiction ou réalité ? ». Brasserie Le Dôme à Montpellier (entrée libre dans la limite des places disponibles).

Journée « Médias, décmocratie et citoyenneté » organisée par Rodez Agglo à l'IUT de Rodez (50 avenue de Bordeaux, Rodez - 12). Plus d'infos ici.

Evénement « Les matinales de l'économie : rencontrez le CEA » organisé par AD'OCC à Castres. Inscription et renseignements ici.

MARS

Vendredi 1 et samedi 2 mars :

TechTheFutur, événement dédié aux enjeux de transitions (écologiques, sociales et soécitales), organisé par l'Agence de développement des transitions, l'IMT, Lunel Agglo et l'IMT Mines Alès à Via Innova à Lunel (34). Plus d'infos ici.

Du lundi 4 au mercredi 6 mars :

« Mission Japon 2024 », événement organisé par AD'OCC destiné aux acteurs du secteur de l'agriculure pour les « soutenir dans leurs efforts de prospection et de les aider à trouver de nouvelles opportunités marchés ». Plus d'informations ici et inscription .

Mardi 5 mars : 

Forum littoral de l'emploi saisonnier au Yacht Club - Port Camargue au Grau-du-Roi oragnisé par Pays de l’Or Agglomération et Terre de Camargue.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à l'Université de Technologie à Tarbes. Inscription ici.

Soirée de l'économie organisée par la CCI Lozère pour explorer les tendances actuelles et de discuter des défis économiques dans la salle Jean-Antoine Chaptal au siège de la CCI. Inscription ici.

Mercredi 6 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Albi (Tarn). Plus d'infos ici.

Mercredi 6 et jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montpellier (Hérault). Plus d'infos ici.

Jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Alès (Gard). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Table ronde « Espagne & Numérique : opportunités, stratégies et leviers pour conquérir le marché » organisée par AD'OCC à la Halle de l'Innovation à Montpellier. Inscription ici.

Vendredi 8 mars : 

Rendez-vous Éco « L'écologie entrepreneuriale » organisé par Nîmes Métropole, la CCI Gard et le CIZAN à l'hôtel communautaire. Inscription ici.

Lundi 11 mars : 

Débat organisé par Midi Libre autour de la crise de l'immobilier, du logement, du bâtiment et de la construction au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas. Inscription ici.

Mardi 12 mars : 

Assemblée générale suivie d'une Convention Éco de la CPME Hérault, organisée à l'Espace Lattara à Lattes. Plus d'infos et inscription ici.

« Achats responsables : stratégie gagnante pour les entreprises et les collectivités », organisé par Afnor Groupe à TBS Education (Toulouse). Plus d'infos ici et inscription là.

Mercredi 13 et jeudi 14 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 14 mars :

19e édition d'Occitanie Invest, rencontre investisseurs-entreprises, organisée à la Cité à Toulouse. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Mende (Lozère). Plus d'infos ici.

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 mars : 

Salon de l'immobilier de Montpellier au Palais des Congrès au Corum. Entrée gratuite. Inscription pour les exposants ici : contact@salonimmobiliermontpellier.com

Mardi 19 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Nîmes (Gard). Plus d'infos ici.

Mercredi 20 mars :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à l'IUT Figeac. Inscription ici.

Journée de l'eau, organisée par Les Canalisateurs, la FNTP, le Département de l'Hérault, l'Association des maires de France et le préfet de l'Hérault au Domaine de Bayssan à Béziers (34). Inscription à l'adresse occitaniemed@fntp.fr ou au 04 67 69 00 00.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Auch (Gers). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 21 mars :

4e édition de la Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie (CARB) organisée par AD'OCC à la Cité de Toulouse. Inscription ici.

3e édition de « 30 minutes pour entreprendre » organisée par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Jules Bral à Salelles-du-Bosc. Inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Cahors (Lot). Plus d'infos ici.

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Vendredi 22 mars :

4e édition de CARB (Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie) organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Du mardi 26 au jeudi 28 mars : 

Evénement « FIC : Forum in Cyber Europe 2024 » autour du thème « Réinventer la cybersécurité à l'ère de l'IA » au Grand Palais à Lille. Inscription ici.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

5e édition de La Nuit du Pitch, organisée par la mairie de Lattes, le Medef, la CPME et Purple Campus CCI Occitanie, à l'Espace Lattara de Lattes (34). Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 27 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Millau (Aveyron). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Plus d'infos ici.

AVRIL

Mardi 2 avril :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Rodez (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 4 avril : 

Forum de l'alternance organisé par l'IUT Béziers dans ses locuax. Inscription obligatoire avant le 29 mars 2024 par mail à  iutb-relations-entreprises@umontpellier.fr.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Carcasonne (Aude). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Rodez (Aveyron). Plus d'infos ici.

Mardi 23 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Carcassonne (lieu à définir). Inscription ici.

Mercredi 24 et jeudi 25 avril : 

MedFEL, rendez-vous de la filière Fruits et Légumes organisé par AD'OCC au Parc des Expositions à Perpignan. Inscription ici.

Jeudi 25 avril :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saverdun (Ariège). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Béziers (Hérault). Plus d'infos ici.

Mardi 30 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Montauban (lieu à définir). Inscription ici.

MAI

Lundi 6 mai : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Saint-Juéry (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 14 mai :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Perpignan (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 16 mai :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Figeac (Lot). Plus d'infos ici.

Du mercredi 22 au dimanche 26 mai : 

8e édition du salon Viva Technology, rendez-vous consacré à l'innovation technologique et aux start-ups à Paris Porte de Versailles. Renseignements ici.

JUIN

Mercredi 5 juin : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Mende (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 11 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Nîmes (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 20 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mardi 25 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

JUILLET

Mercredi 3 juillet :

Deuxième édition de BtoHealth, rendez-vous business et innovation de la filière Santé en Occitanie organisé par AD'OCC à l'ancienne faculté de médecine à Montpellier. Inscription ici.

Jeudi 4 juillet : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Salle Fernan à Pamiers. Inscription ici.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Le décollage de la plateforme de financement participatif pour la transition énergétique Enerfip
  • Lundi Matin développe l’IA pour les commerces de proximité
  • Portrait de Julien Tuffery (Atelier Tuffery). Déplacement à Florac (48) le 30 janvier
  • L’impact économique du festival de Limoux (Aude), pour une parution mi-février

    Pour ToulÉco :

    • Interview de Nordine El Ouachmi, PDG de Bureaux&Co et président de la French Tech Méditerranée
    • Portrait de Stéphanie Nougaret, chercheuse à l'Institut du Cancer de Montpellier
    • Portrait de Hugues Galambrun, PDG de Septeo (legal tech, Lattes – 34)

    Pour Midi Libre

    • Rédaction d'une double page sur le marché immobilier dans le Vallespir/Conflent (Pyrénées-Orientales).

    RÉDACTION DE CONTENUS

    Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

    Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

    ANIMATIONS

    28 février : Point marché d’Arthur Loyd et table ronde portant sur les projets de développement économique en dehors de la métropole de Montpellier,à Lattes (34).

    29 février : Lab Immo Midi Libre, à Montpellier.

    7 mars : animation de deux tables rondes sur les thèmes « Point marché sur l'immobilier d'entreprise » et « Le développement des territoires en Occitanie Méditerranée » organisées par Arthur Loyd Occitanie Méditerranée à Lattes (34).

    20 mars : animation d'une journée technique sur l'eau, organisée par le Département de l'Hérault et la FRTP Occitanie au Domaine de Bayssan, à Béziers (34).

    Fin mars : événement autour de Med Vallée, organisé par Tourny Meyer Montpellier.

     

    Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

    Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
    Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

    Les dernières indiscrétions

    La tech s’invite aux JO

    Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

    Du moulin à la baguette

    La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

    On va en entendre parler

    En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

    La rédaction

    Il ne lâche rien

    Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

    En savoir plus sur Hubert

    Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
    Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
    Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

    Heureusement qu’elle est là

    Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

    En savoir plus sur Sarah

    Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

    Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

    Amélie dite « de Cazilhac »

    Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

    En savoir plus sur Amélie

    Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

    La mascotte

    Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

    En savoir plus sur Vincent

    Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

    Soyez Indiscret.e.s !

    Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

    Je communique

    Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
    Taille max. des fichiers : 2 MB.

    Devenir partenaire

    Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

    Share This