Bandeau Les Indiscrétions m&a

Une médaille d’or qu’on adoreSemaine du 7 mars 2022

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Cécile Hernandez, Les Angles et Jeux paralympiques de Pékin

« Cécile Hernandez, la ténacité jusqu’au bout du snowboard », titre, ce 7 mars, Le Monde dans un article consacré à la snowboardeuse française Cécile Hernandez. Une belle histoire. Atteinte de scléroses en plaques, la Catalane, qui s’entraîne dans la station des Angles (Pyrénées-Orientales), décroche la médaille d’or aux Jeux paralympiques de Pékin en snowboard cross. Sélectionnée de justesse après un imbroglio juridique lié à la suppression de sa catégorie, la Française de 47 ans, déjà championne du monde, touche le Graal, après l’argent à Sotchi en 2014 et le bronze à Pyeongchang en 2018 dans la même discipline. Une leçon de courage et de ténacité. Plus à lire, ici. (Le Monde) et chez nos confrères de L’Indépendant, .

Jean-Marc Chalier, Focus Création

Dans la série « la guerre en Ukraine impacte mon business », le fabricant de cheminées contemporaines Focus Création, mondialement célèbre pour son Gyrofocus, un foyer suspendu pivotant créé en 1968 par Dominique Imbert, rencontre des problèmes d’approvisionnement, notamment sur l’acier et le verre. « Beaucoup de pièces transitent par l’Ukraine et la Russie, où notre usine compte trois fournisseurs. Nous avons fait des achats en prévision, mais la situation va vite se tendre », analyse Jean-Marc Chalier, président. Une situation préoccupante pour la PME, car ses cheminées sont « de plus en plus complexes, avec parfois 80 fournisseurs différents pour un seul modèle, au lieu de 4 auparavant. Il suffit qu’un seul fournisseur fasse défaut pour bloquer la chaîne de production ». Effet aggravant, les fournisseurs italiens de Focus s’approvisionnent eux-mêmes à l’Est.
La Russie et l’Ukraine sont par ailleurs l’un des marchés de Focus à l’export, avec un chiffre d’affaires de 400.000 euros en 2021, sur 7,4 millions à l’étranger et 13,5 millions au total. 25 commandes de cheminées de luxe, commandées par des particuliers, sont en attente. « Les transporteurs bloquent tout depuis le début de la guerre », explique Jean-Marc Chalier. La situation sociale chez le revendeur russe est un reflet de la situation actuelle : « Le dirigeant est russe, le directeur commercial letton et l’assistante de direction ukrainienne… Cela crée des relations complexes. »
Focus Création, dont le siège social se trouve au nord de Montpellier et l’usine à Cavaillon (84), emploie 120 salariés. Ironie du sort, c’est à Kiev, lors de la conférence internationale des designers, que Dominique Imbert avait représenté les designers français, avant son décès en septembre dernier.

Céline Lamouret, Geiq BTP 30

Le BTP gardois embauche des réfugiés. Ce jeudi 10 mars, 4 réfugiés seront embauchés en tant que coffreurs-bancheurs dans les entreprises de bâtiment gardoises Sogea Construction et Rourissol, adhérentes du Geiq BTP Gard (directrice : Céline Lamouret). Depuis 2020, ce sont 9 personnes sous statut de réfugiés qui ont été embauchées par des entreprises du Gard adhérentes du Geiq (Cofex, Razel Bec, Eiffage Route, Eiffage Construction, Colas, Sogea, Sade, Eurovia, Crea Solair…). Les métiers du BTP sont en forte tension sur les métiers d’ouvriers voirie, réseaux et canalisateurs. Face à la pénurie de main-d’œuvre croissante, le Geiq s’inscrit dans un programme nommé HOPE (Hébergement Orientation Parcours vers l’Emploi, ou « espoir » en anglais), déployé à l’Afpa. Il s’agit d’un programme d’insertion sociale et professionnelle visant l’intégration des réfugiés par l’acquisition d’un premier niveau de compétences métiers et une formation de base à la langue française.
« Ce dispositif permet de trouver des personnes particulièrement motivées pour nos entreprises, qui en ont bien besoin ! L’accompagnement de ces publics est exigeant, mais nous sommes fiers de constater une insertion sociale fulgurante. En moins de 18 mois, ils ont un métier, un diplôme, un CDI, et le permis de conduire, sans compter les progrès en français, explique Céline Lamouret, directrice du Geiq BTP Gard. Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas des contrats sous-payés : dès leur embauche, ils perçoivent une rémunération nette qui tourne autour des 1.600 €. »
Sur ce dispositif, le Geiq BTP Gard agit en partenariat avec la FRTP, l’OPCO Constructys Occitanie, l’Afpa de Nîmes, Pôle Emploi, et l’OFFI (Office français de l’immigration et de l’intégration). En Occitanie, 150 personnes sous statut de réfugiés ont été accompagnées par les Geiq depuis 2019.
Il existe 23 Geiq répartis sur 11 des 13 départements qui constituent l’Occitanie. Depuis janvier, 400 offres d’alternance sont disponibles via les entreprises adhérentes au Geiq Occitanie. 600 entreprises et associations sont adhérentes.
Plus à lire cette semaine dans Les Échos.

Mathilde Boulachin, G20 des Entrepreneurs

La dirigeante de Chavin (vins sans alcool, Béziers – 34) fait partie de la délégation Femmes Entrepreneurs, composée de 8 cheffes d’entreprises françaises*, invitée au G20 des Entrepreneurs (organisateur : Citizen Entrepreneurs) sur le Pavillon France de l’exposition universelle de Dubaï. Elle interviendra ce 8 mars, à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, « sur les progrès des droits des femmes, les changements à apporter, les challenges à surmonter », explique-t-elle. Parmi les sujets d’études et d’échanges : l’amélioration des conditions des femmes, le progrès dans l’équité entre les genres, l’avancée des femmes dans le monde professionnel, les politiques publiques, la part des voix des femmes dans les médias… « Notre groupe fournira un certain nombre de recommandations », ajoute Mathilde Boulachin.
* Parmi les autres femmes dirigeantes faisant partie du voyage : Myriam Fournier (Sungy), Anne-Laure Morel (Torskal), Charlotte Dubost (Mégara / Berceau Magique), Laura Medji (Epoca), Shirley Billot (Kadalys).

Mohed Altrad, groupe Sparrows

Mohed Altrad, président du groupe éponyme spécialisé dans les services à l’industrie (40.000 salariés, Montpellier), annonce le 2 mars l’acquisition du groupe britannique Sparrows (2.000 salariés), un acteur dans les services d’ingénierie, d’inspection, d’exploitation et de maintenance dans plusieurs secteurs clefs : l’offshore, les énergies renouvelables et l’industrie. Les activités de Sparrows se focalisent sur les services dits « critiques », en phases opérationnelles et lors des opérations de maintenance, mais aussi sur les approches d’ingénierie. Cette croissance externe marque une nouvelle étape dans le développement de l’entreprise sur le secteur des énergies renouvelables, grâce à la renommée d’Alpha, filiale de Sparrows, acquise en 2017. « La transaction devrait être conclue dans le courant du deuxième ou troisième trimestre 2022, sous réserve des validations réglementaires habituelles », indique le groupe montpelliérain. Altrad a été conseillé par BNP Paribas et Squire Patton Boggs. Sparrows s’est appuyé sur Evercore comme conseil financier et sur Freshfields pour la partie juridique.
> « Le géant français des services à l’industrie Altrad prévoit de doubler de taille dans les trois ans », à (re)lire dans Les Échos, ici.

Catherine Trevet, SNCF Réseau Occitanie

Catherine Trevet est nommée directrice territoriale SNCF Réseau Occitanie. Elle succède à Emmanuèle Saura qui rejoint la direction générale Projets, Maintenance, Exploitation de SNCF Réseau à Paris. Diplômée de l’école HEI de Lille, Catherine Trevet est à la SNCF depuis 1999. Avant d’être nommée à la direction territoriale SNCF Réseau Occitanie, elle a été directrice régionale adjointe SNCF Mobilités Occitanie, directrice production et transformation industrielle TER Bourgogne Franche-Comté et directrice du technicentre industriel de Nevers. « Nouvel univers mais un même objectif : ouvrir la voie pour une mobilité plus durable », tweete-t-elle le 1er mars.

Vincent Delochre, Cerfrance Gascogne Occitane

Vincent Delochre est nommé directeur général de Cerfrance Gascogne Occitane (22,7 M€ de CA, président : Willian Villeneuve), groupe d’expertise-comptable et de conseil. Il succède à Christine Huppert. À l’occasion, Cerfrance Gascogne Occitane rencontre la presse, le 18 mars à Toulouse, au cours de laquelle le nouveau directeur général affichera sa feuille de route. Cerfrance Gascogne Occitane compte 450 salariés basés dans 35 agences, réparties dans le Gers, la Haute-Garonne, l’Ariège et les Pyrénées-Atlantiques. La structure accompagne 9.700 clients.

Jean-Marc Oluski, Medef Hérault Montpellier

Le président du Medef Hérault Montpellier devrait annoncer ce 8 mars, à Montpellier Business School, l’organisation prochaine d’une Conférence Sociale Départementale qui réunira l’ensemble des partenaires sociaux (organisations patronales et syndicats de salariés). Cette conférence sociale sera la 1ère à être organisée en France au niveau d’un département. « Si l’organisation d’une conférence sociale départementale n’a pas pour objectif d’engager une négociation paritaire et la conclusion d’accords, elle doit permettre de remettre le paritarisme au cœur des enjeux du territoire, justement sur les questions de la valeur du travail et de son organisation. Avec notamment les enjeux et les perspectives d’une transformation inévitable des organisations : travail hybride, croissance responsable, création et partage de la richesse, évolution des compétences et des nouveaux métiers… », explique l’entourage de Jean-Marc Oluski.
Après deux ans de disette sanitaire, la Nuit de l’entreprise du Medef Montpellier Hérault revient le 22 mars, au Pasino de La Grande-Motte.

Fanny Thévenoud, Arec Occitanie

Elle est nommée responsable de la communication corporate, marketing et RSE de l’Agence régionale Énergie Climat d’Occitanie (Arec) Occitanie. L’Arec facilite la transition énergétique et climatique des territoires, en accompagnant les acteurs de l’idée jusqu’à la réalisation et l’exploitation de leurs projets. Fanny Thévenoud était auparavant directrice adjointe de la direction de la communication et de l’information citoyenne.

Anna Pagès, Région Occitanie

Elle succède à Fanny Thévenoud au poste de directrice adjointe de la communication au sein de la Région Occitanie, en charge du pôle information. Conseillère à la Région Occitanie depuis septembre 2020, elle était auparavant consultante à Wonderful et KFH (Montpellier).

Marie-Alix Boussard, Oxylio

Après 15 ans passés à Irfa Sud (organisme de formation professionnelle), elle rejoint Oxylio, concessionnaire automobile multimarques basé à Saint-André-de-Sangonis (Hérault), comme directrice générale. Le numérique est au cœur de la stratégie numérique d’Oxylio, comme nous l’expliquions dans Les Échos en 2020 (ici).

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Ukraine et économie. Quel impact a le conflit ukrainien sur l’économie et les entreprises d’Occitanie ? Le point sera disséqué ce 11 mars à Toulouse, par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Etienne Guyot, préfet de la région Occitanie et préfet de la Haute-Garonne, les services de l’État et les acteurs économiques régionaux (CCI Occitanie, Medef, CPME et le CRA).

Mipim. C’est le retour en grand des salons de l’immobilier : ce week-end avec le salon régional de l’immobilier à Montpellier et le Salon du Logement neuf à Toulouse. Lors du Mipim à Cannes, dont c’est le vrai retour (l’édition de septembre était un peu tristoune), Michaël Delafosse, président de la métropole de Montpellier (3M), va mouiller la chemise en intervenant sur plusieurs séquences : « Montpellier, là où l’avenir s’invente » (16 mars, 15h), « Lunel-Montpellier-Frontignan : des ambitions communes » (17 mars, 11h) avec Pierre Soujol, maire de Lunel et Michel Arrouy, maire de Frontignan, et un zoom sur les quartiers gares. Suivra, le 17 mars à 14h30, une intervention sur le thème « Montpellier, place forte des industries culturelles et créatives », avec, comme intervenants, Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier déléguée à l’urbanisme durable et à la maîtrise foncière, Hind Emad, vice-présidente de 3M déléguée au développement économique et numérique, et Karim Khenissi, directeur général de l’Esma. J’aurai le plaisir de couvrir l’événement, notamment pour l’Hérault Juridique et Économique.

On sort des villes. Les forces de l’agriculture régionale, les pépites présentes sur le Salon de l’agriculture… Pleine page dans Midi Libre, ce 27 février. Quatre exploitations y sont mises à l’honneur : les jus de fruit bio anti-gaspi de Sibio (Pyrénées-Orientales), l’incontournable Roquefort Carles (Aveyron), les trésors de la Ferme Ressouche (Lozère), et la bière de la bien nommée Gorge Fraîche (Hérault). L’occasion, également, d’interviewer Magali Saumade, présidente de la chambre d’agriculture du Gard, et Jérôme Despey, son homologue de l’Hérault, sur leurs attentes pour la présidentielle en matière de rémunération des agriculteurs et autour du changement climatique. Un dossier signé Agencehv à (re)lire dans Midi Libre, ici.

Agriculture : Terra Fecundis à la barre. Une affaire dont on risque de parler, sur fond de dévoiement de règles régissant le travail détaché. Les responsables de l’agence de travail temporaire espagnole Terra Fecundis comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Nîmes, le 18 mars, pour des fraudes concernant des travailleurs sud-américains exploités en France pour la période 2016-2019. Elle sera accompagnée sur le banc des prévenus par une petite dizaine d’exploitations agricoles françaises ayant profité de cette main-d’œuvre corvéable à merci.

Commotion cérébrale. Mieux prévenir et détecter les commotions cérébrales sur les terrains de sport, pour les professionnels, les amateurs et les jeunes. C’est l’objectif du consortium créé par la sportech Vogo (Montpellier), spécialisée dans les solutions audio et vidéo dédiées à l’univers du sport. « Peu d’outils de détection et de suivi des commotions existent sur le marché, alors que c’est un enjeu de santé publique », estime Christophe Carniel, président de Vogo. Le programme, qui va s’étaler sur quatre ans, recherche environ 20 M€ de financement à moyen terme. 
> « Vogo crée un consortium pour détecter les commotions cérébrales dans le sport », est à (re)lire dans Les Echos, ici.

Énergies renouvelables. Créé en 2017, Qair, producteur indépendant français d’énergie renouvelable installé à Montpellier, annonce avoir réussi une première émission obligataire verte (green bond) d’un montant de 43,7 M€ pour financer de nouvelles centrales en Europe et en Amérique du Sud. L’opération a été souscrite à hauteur de 10 M€ auprès de Sofilaro Dette Privée, nouveau fonds de dette du Crédit Agricole du Languedoc, et d’acteurs institutionnels français et européens. Une seconde émission, d’un montant d’environ 20 M€, sera annoncée dans les prochaines semaines. Présent dans 16 pays et présidé par Louis Blanchard, Qair compte 300 salariés, dont une centaine en France. Une trentaine de recrutements sont prévus en 2022.  
> « Energies renouvelables : Qair finance ses nouvelles centrales en Europe et au Brésil », à (re)lire dans Les Echos, ici.

Cession d’actifs. MIDI 2i, filiale de la Caisse d’Épargne de Midi-Pyrénées, spécialisée dans la gestion de portefeuilles immobiliers, a cédé 12 actifs (immeubles de bureaux et commerces) en 2021 sur l’ensemble du territoire national, pour un montant total de 77,3 M€. En Occitanie, Midi Foncière 2 a cédé à Inea deux immeubles de bureaux d’une superficie totale de 5.334 m2 situés à Balma dans l’écoquartier Vidailhan, au sein de la Zac Balma-Gramont, à l’est de la métropole toulousaine. 

Plus de décodages ici

Visages de la tech. Quatre visages de la tech sont mis en avant par Les Échos Start, dans un article intitulé « Tech en régions : 24 visages qui comptent loin de Station F » : Olivier Reynaud (Aive, optimisation du travail des créateurs de vidéo, grâce à l’IA) et Rachel Delacour (Sweep) côté Montpellier, Cédric Giorgi (Kaduceo, optimisation et prédiction des parcours de soins) et Rudy Secco (M Capital, capital-risque, capital-investissement, dette privée et immobilier) côté Toulouse. Plus à lire ici.

Livre Blanc des Régions, et santé. Semaine nationale pour Carole Delga. Ce mardi 8 mars, la présidente de Régions de France et de la Région Occitanie, présente le Livre Blanc des Régions « Vers une République de la confiance » aux côtés de Renaud Muselier, président délégué de Régions de France et président de la Région Sud, et l’ensemble des présidents de Région.
Ce 10 mars, depuis les Hautes-Pyrénées, elle détaillera les 100 M€ réalisés par la collectivité en faveur des centres hospitaliers. L’élue reviendra sur l’action en faveur des déserts médicaux et le recrutement de 200 médecins, et détaillera ses propositions pour une réforme du système de santé français.

Le casse (digital) du siècle. « laregion.fr (site web de la Région Occitanie), en termes de communication digitale, ça a fait beaucoup de bruit au niveau des collectivités locales, confie un cadre de la Région. Alors que j’étais en formation à Paris, on m’a parlé de ‘hold-up du siècle’ ! »

LGV. Ce 2 mars en conseil des ministres, adoption des ordonnances créant les deux établissements publics locaux (EPL) « Société du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) », et « Société de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) », indique la préfecture de région Occitanie. « Ces ordonnances vont permettre aux 24 collectivités d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine assurant 40% du financement du GPSO, d’une part, et aux 11 collectivités d’Occitanie assurant 40% du financement de LNMP, d’autre part, de s’organiser pour porter collectivement leur part du financement qui est à parité de celle de l’État », indique Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie.
Pour GPSO, la société de financement gérera la participation des collectivités territoriales à hauteur de 5,6 Md€ pour un coût total de l’ensemble du projet (Toulouse-Bordeaux et Bordeaux-Dax) s’élevant à 14 Md€. Elle centralisera leurs financements et bénéficiera également de ressources fiscales dédiées, notamment d’une Taxe Spéciale d’Équipement (TSE) votée en Loi de Finances Initiale pour 2022, à hauteur de 24 M€ par an.
La société de financement « disposera également de compétences complémentaires facilitant la maîtrise des coûts et des délais du GPSO : expertise ferroviaire, audit, accompagnement de l’équipe projet du Maître d’ouvrage. Elle pourra également intervenir en ingénierie pour faire bénéficier les territoires d’un développement durable permis par l’infrastructure et les gares nouvelles en particulier », ajoute la préfecture de région.
Pour LNMP, la société de financement gérera la participation pour la première phase à hauteur de 816 M€ pour un coût total de l’ensemble du projet s’élevant à 2,04 Md€. Elle dispose des mêmes compétences élargies que pour le GPSO.
« L’installation des organes dirigeant des deux sociétés peut désormais être envisagée, après parution des décrets d’application de l’ordonnance, avant l’été », conclut le représentant de l’État.

Port de Sète : une étude stratégique à horizon 2040. Une étude stratégique relative au port de commerce de Sète est confiée à Mensia Conseil (Paris) « pour analyser nos grandes filières à l’horizon 2040 », confie Olivier Carmès, directeur général du port. L’EPR Port Sud de France emploie 94 salariés. L’impact socio-économique du port est évalué à 1.750 emplois directs, soit 170 emplois créés depuis 2015.

Logistique portuaire. Le port de Sète, propriété de la Région Occitanie, confie à Viia (SNCF) l’exploitation de sa nouvelle plateforme ferroviaire. Cette société de la SNCF va construire, à partir du printemps 2022 et pendant huit mois, de nouvelles installations, permettant un chargement et déchargement horizontal des semi-remorques, dans des délais courts. « Cette solution innovante, dotée de wagons spécifiques, a déjà fait ses preuves sur les terminaux Viia du Boulou et à Calais », explique Olivier Carmes, directeur général du port de Sète.
La filiale Viia Connect lancera début 2023 une autoroute ferroviaire entre les ports de Sète et de Calais . Chaque semaine, 11 trains circuleront dans chaque sens pour acheminer au total plus de 43.000 unités de transport intermodal, sur plus de 1.000 kilomètres.
« N’oublions pas le groupe turc Ekol, qui a décidé il y a près d’une décennie d’utiliser le rail dans le prolongement du parcours maritime », souligne Éric Boisseau, fin observateur du secteur du rail. Plus à lire dans ToulÉco, ici.

Capelle à Sète ? Souffrant d’un manque de foncier, l’EPR Port Sud de France cible deux expansions : 18 hectares pour développer le trafic d’automobiles, opéré par CAT (Renault), et 6 hectares qui pourraient revenir au groupe gardois Capelle, spécialisé dans le transport exceptionnel et actif dans le convoi d’éléments d’éoliennes. Un projet de base multiservice énergétique, proposant du gaz, des biocarburants, de l’électricité et de l’hydrogène, doit aussi y prendre place.

Construction bois. Selvea vient de poser les 8 premiers modules bois du futur collège du quartier Port Marianne à Montpellier. « Au total, plus de 80 modules seront posés d’ici avril sur ce chantier, pour Bouygues Construction et le Conseil Départemental de l’Hérault. Un projet conçu par une équipe dirigée par A+Architecture et AMG Architectes. Les solutions bas carbone existent, et depuis longtemps ! Il faut avoir la volonté de s’en emparer… », déclare Sylvain Fourel, président de Selvea, sur LinkedIn.

Biotech : l’hypothèse exosomes de Ciloa. Société pionnière dans la personnalisation in vivo d’exosomes, qui sont de minuscules vésicules extracellulaires naturelles, Ciloa annonce ce 7 mars avoir réuni 5 millions d’euros, auprès de ses partenaires historiques, CNRS Innovation, l’Université de Montpellier et Bpifrance, pour accélérer ses programmes de développement de biomédicaments et de vaccins.
Ces fonds doivent permettre à Ciloa d’accélérer le développement de ses solutions face à une concurrence internationale de plus en plus vive . « La technologie des exosomes fait l’objet de nombreuses recherches depuis 5 ans, avec une cinquantaine de biotechs créées aux États-Unis ces dernières années », relève le PDG, Robert Mamoun. Une exclusivité pour Les Échos, à (re)lire ici.

Le parc Majoria attire. Aménagé par Covivio, le parc Majoria (ex-IBM, Montpellier) attire deux entreprises montpelliéraines dans ses filets. L’agence ZUO Zestful Urban Office, opérateur international dans le monde de l’architecture et de l’urbanisme*, prend à bail des bureaux dans des bureaux réhabilités au sein de la ‘Bastide’. « Cet espace offre également du service aux utilisateurs du Parc : restauration, conciergerie, espaces communs, salle de réunion, auditorium, espaces fitness et bien être », souligne le broker Arthur Loyd, qui a réalisé la transaction.
Autre transaction réalisée par Arthur Loyd, l’installation d’Apex Energies (énergies renouvelables), qui s’installe le 1er avril sur 1.800 m2. Apex Energies, dirigé par Pascal Marguet, emploie 150 salariés, réalise un CA 2021 de 60 M€ et prévoit 100 M€ cette année. 70 recrutements sont ouverts. Spécialité d’Apex Énergies : la toiture photovoltaïque (bâtiments agricoles, supermarchés, cliniques, industries, bâtiments tertiaires, ombrières de parking…). Pour accélérer son développement, Apex Énergies est repris à hauteur de 90 % par le fonds Macquarie Asset Management.
* Références en région : sièges du Crédit Agricole à Nîmes pour 5 300 m2 et de Synox à Castelnau-le-Lez pour 1 500 m² ; Restructuration du centre commercial Odysseum à Montpellier pour 10 500 m² ; Reconstruction et restructuration du siège régional de la caisse régionale du Crédit Agricole du Languedoc à Maurin pour 15 000 m² ; B&B Hôtels France à Bessan pour 2.700 m².

Truck Parking. Le Truck Etape Béziers, parking sécurisé pour camions situé à Béziers (34), reçoit le 1er prix du « truck parking » 2022. Le « European Truck Parking of the Year » est décerné par l’IRU (International Road Union, dont la FNTR est membre). Le parking s’est distingué du projet roumain « Smart Autohof Pecica », arrivé en 2e position, pour l’offre accordée aux conducteurs. D’autres aspects ont été pris en compte : l’environnement, la santé, les loisirs, l’accessibilité et la prise en charge individuelle des conducteurs seuls. Le 3 mars, le prix a été remis à l’ensemble de l’équipe. « Situés à côté des principales artères de circulation Nord/Sud de l’Europe (autoroute A9) pour les poids lourds, à 150 km de la frontière espagnole, avec plus de 15.000 camions traversant la zone quotidiennement, nous apportons à nos amis chauffeurs routiers le maximum de sécurité pour eux et pour leurs camions. Nous essayons de personnaliser l’accueil de nos chauffeurs en leur offrant les meilleures installations de restauration, d’hygiène et de loisirs », précise Antoine Lecea, PDG de FAL Group (Lézignan-Corbières, Aude), dont dépend le Truck Etape Béziers.

Thess lève 1,8 M€. La start-up medtech de Montpellier, Thess Corporate, donne naissance au « premier pilulier connecté au monde qui révolutionne la prise de médicaments pour les patients suivant des traitements à domicile ». Sécurisant et facilitant la prise de traitement, cette innovation pallie le manque de personnel soignant et de médecins. Thess lève 800.000 € pour la fabrication et commercialisation mondiale de ce produit. De plus, une tranche complémentaire d’un million d’euros via la plateforme de financement participatif Tudigo est prévue. « C’est 1,8 M€ pour investir dans l’outil de fabrication industrielle, 100 % made in France, et dans la commercialisation internationale de Thess », explique Roland Sicard, CEO de Thess Corporate (ex-La Valériane), société qui porte le projet. A l’échelle nationale, 4 hôpitaux pilotes (CHU de Nîmes, CHU de Strasbourg, CH Agen et Institut du Cancer Avignon-Provence) inaugurent le lancement de Thess. À l’export, la solution intéresse, d’après lui, des acteurs en Amérique, en Asie du Sud-Est et en Afrique. « La Valériane invente des solutions d’e-santé pour aider les patients », à (re)lire dans Les Échos, ici.

Arènes de Lunel. Le 25 février, la gestion des arènes San-Juan (Lunel – 34) a été confiée à la société Maestria Production à l’unanimité par les élus, jusqu’à décembre 2025. Candidate face à Lunel culture et traditions, soutenu par Vincent Ribéra, titulaire des arènes du Grau-du-Roi (30), Maestria production a notamment été retenue en raison de critères financiers. La société a proposé une redevance de 10.000 € à la Ville, avec une demande de participation à hauteur de 250.000 € (contre 320.000 € pour Lunel culture et traditions). « On a les compétences pour mettre en œuvre cette DSP et gérer les différents spectacles équins, taurins et vivants », réagit Hervé Jeanne, gestionnaire chez Maestria Production, aux côtés de Benoît Falip, Pascal Mailan et Philippe Roussille, dans Midi Libre du 26 février à (re)lire ici.

Investir dans le spatial. Afin de soutenir le développement du Centre Spatial de l’Université de Montpellier, la Fondation Van Allen propose de devenir mécène de la Fondation, en faisant un don annuel de 1.000 € (coût réel de 400 € après défiscalisation pour une entreprise ou de 360 € pour un particulier). La Fondation Van Allen et l’Université de Montpellier ont fait intervenir deux astronautes le 25 février : Claudie Haigneré, marraine de la Fondation et première femme française à être allée dans l’espace, et Michel Tognini, membre du conseil d’administration de la Fondation.

1 jeune, 1 mentor (suite). Deux semaines après le lancement de l’opération « 1 jeune, 1 mentor », dont nous vous avons parlé dans la newsletter du lundi 21 février (à relire, ici) Jean-Marc Maillot, président du Cercle Mozart, annonce une première embauche. Une jeune femme du dispositif, Ophélie, « a été recrutée sur un emploi ferme dans un laboratoire pharmaceutique, grâce à l’accompagnement et au réseau de Nicolas Thévenin », indique-t-il. Nicolas Thévenin est président du groupe 7ID chez 7ID expert en détection de fuites et de réseaux. Affaire à suivre pour les 11 autres jeunes du dispositif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Atelier Tuffery : la manufacture lozérienne de jeans voit grand à Florac

 

La manufacture française de jeans, Atelier Tuffery, implantée à Florac (Lozère) au cœur des Cévennes, va tripler la surface de ses locaux pour atteindre 2.000 m². L’entreprise familiale, gérée par Julien Tuffery et sa femme Myriam, fête cette année ses 130 ans. Le jean made in Lozère a de beaux jours devant lui…

 

Extension de l’atelier. La maison française centenaire Atelier Tuffery va tripler la surface de ses locaux cette année. C’est dans la continuité de l’atelier, construit en 2017, qu’Atelier Tuffery a fait le choix d’amorcer une nouvelle phase dans son développement. Pour la 4ème génération de la famille, Myriam et Julien Tuffery à la tête de l’entreprise, cela correspond à une volonté forte d’investir sur le territoire de Lozère. Et cela dans ce même village de Florac qui a vu se succéder les 4 générations de tailleurs-confectionneurs.

2.000 m². Accolé au site actuel de Florac, le projet d’extension se résume en deux phases : une construction d’environ 1.000 m² de locaux neufs et la reprise d’un local voisin de 600 m². L’entreprise pourra alors jouir d’un outil de production de plus de 2.000 m², dans le prolongement de l’atelier actuel. L’extension des locaux va permettre d’agrandir l’atelier de production, le pôle logistique, l’espace boutique, et l’espace administratif. Fin des travaux : premier semestre 2023.

Doubler les effectifs. L’objectif à terme est pour l’entreprise de « doubler les effectifs » et de tendre vers une cinquantaine de salariés sur Florac. Les effectifs actuels comptent 26 salariés. Difficile de recruter à Florac ? « Pour le moment, nous n’avons pas de problématique de recrutement. Au contraire, nous avons plus de CV en attente que de postes à pourvoir. Atelier Tuffery semble cocher quelques cases : attrait pour les métiers manuels, entreprise qui porte du sens, management moderne, localisation attrayante, formation systématique à un très haut savoir-faire », indique Julien Tuffery aux Indiscrétions.

Autonomie énergétique. Ce bâtiment utilisera massivement des ressources locales (bois), il sera isolé par des solutions intégrant du recyclage de textile et il sera autonome en énergie grâce au photovoltaïque. Aussi, la construction de ce nouveau lieu a été confiée à des entreprises locales (Lozère et Gard).

Matali Crasset. La designeuse française, Matali Crasset, fait partie de l’aventure. Cliente de l’Atelier Tuffery et sensible à la ruralité, à l’artisanat, aux ateliers locaux et aux mains qui fabriquent, Matali Crasset apporte son expertise pour ce nouvel atelier avec un design fonctionnel. Les créations de Matali Crasset sont présentes dans de nombreuses collections publiques en France, au Centre Pompidou, au musée des Arts décoratifs de Paris, au Centre National des Arts Plastiques…

Un atelier école. Ces nouveaux locaux vont intégrer un atelier-école. « Aujourd’hui, nous formons à la polyvalence des postes en interne. Le processus de formation est de minimum 1 an et demi. Grâce à l’extension, nous allons créer un atelier école avec un écosystème dédié pour maximiser cette formation de tailleur confectionneur. Aucun CFA ne propose cette formation aujourd’hui. Le jean est un des vêtements les plus compliqués à confectionner, avec des machines complexes à utiliser. On pourra former jusqu’à une dizaine de personnes », explique Julien Tuffery.

2,5 M€ d’investissements. La marque-fabricante va investir en fonds propres et avec une levée bancaire classique pour un montant de 2,5 M€. « Nous investissons 1,9 M€ dans l’immobilier et 600 k€ dans l’outils de production, vente et logistique. » Le chiffre d’affaires s’élève à 3,6 M€ en 2021.

Développement économique maîtrisé. « Si c’était juste la volonté de faire gonfler le chiffre d’affaires, nous n’aurions pas déployé cette stratégie-là. Nous aurions dit oui aux centaines de boutiques qui nous contactent pour distribuer nos produits, nous aurions fait fabriquer une centaine de milliers de pantalons à nos ateliers partenaires… Mais non, ce n’est pas du tout le choix que nous avons fait ! », explique le chef d’entreprise. 5 années après la reprise de la manufacture historique par Julien Tuffery et sa femme Myriam, l’entreprise progresse néanmoins rapidement. Le CA est passé de moins de 100.000 € de CA à plus de 3,6 M€.

Actionnariat familial à 100 %. Malgré bon nombre d’offres d’investisseurs depuis ces 3 dernières années, le choix a été fait de conserver un actionnariat familial à 100 %. Myriam et Julien s’en défendent : « Pour une entreprise aussi atypique que la nôtre, il est important de garder une maîtrise absolue de la gouvernance. La chose la plus précieuse dont on a besoin en ce moment, c’est le temps : le temps de la formation, le temps de la construction des filières locales et le temps de promouvoir une mode écoresponsable et durable. »

Entrepreneuriat dans l’hyper ruralité. Julien Tuffery se porte très souvent en militant de l’entrepreneuriat dans l’hyper ruralité. L’équipe démontre que la Lozère est un terreau pour développer de l’activité, et même de la mode pointue.

Matières premières locales. Atelier Tuffery travaille depuis plusieurs années sur l’utilisation de fibres naturelles éthiques et locales. Après le travail de la laine de Lozère, puis du chanvre occitan, le lin de Normandie trouve également sa place dans les réflexions du tailleur-confectionneur de jeans français. La société, labellisée « entreprise du Patrimoine vivant » depuis 2017, joue la carte du Denim made in France, rimant avec circuit court, petites séries, matières nobles et teintures naturelles. Plus à lire, ici. Et aussi, ici.

130 ans. C’est une année un peu particulière pour L’Atelier Tuffery. L’entreprise familiale spécialisée dans la manufacture textile de jeans, basée à Florac en Lozère, célèbre cette année ses 130 ans. « Les plus anciennes archives familiales remontent à 1892 », souligne Julien Tuffery. Des festivités sont prévues pour célébrer les 130 ans de la marque « tout au long de l’année sur les réseaux sociaux et aussi durant l’été à Florac ». Mais pour l’instant, le programme officiel n’est pas encore dévoilé.

3 questions à

3 questions à

Cassandre Gély, chargée d’affaires à Bureau Veritas Solutions

« L’économie circulaire des matériaux est un sujet d’avenir »

Cette jeune chargée d’affaires chez Bureau Veritas Solutions à Montpellier est une passionnée des bâtiments bas carbone et de réemploi des matériaux. Elle en a même fait le sujet de sa thèse professionnelle. Lors du colloque de l’Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain (Patrick Ceccotti et Xavier Bringer), le 12 octobre dernier à La Grande-Motte, elle m’avait même interpellé à la fin des débats, que j’avais eu le plaisir d’animer. « C’était très bien, mais vous auriez dû davantage insister sur le réemploi des matériaux de construction. C’est l’avenir ! » Du coup, et parce que Les Indiscrétions veulent laisser la place et leur chance aux jeunes, Cassandre Gély méritait bien un « Trois questions à… ».

Cassandre, qu’est-ce qui t’a donc mené à faire une thèse professionnelle sur la construction durable ?
J’ai commencé mes études dans le contrôle technique. Je voulais partir dans la construction durable. On fait beaucoup de construction en béton, alors qu’on commence à manquer de matière première, que l’impact environnemental est énorme et que la RE 2020 (nouvelle réglementation environnementale pour la construction neuve) entre en application. C’est la raison pour laquelle je suis partie chez Bureau Veritas Solutions, qui a un pôle construction durable. Avec mon tuteur de thèse, on a réfléchi sur les sujets possibles. Les thèmes du bâtiment bas carbone – conception, construction et exploitation – et de l’économie circulaire sont ressortis. C’est un sujet d’avenir. Je me suis régalée à le traiter ! L’économie circulaire des matériaux, la réduction des déchets pendant les chantiers, puis, pendant la vie du bâtiment, la réduction des déchets et des consommations par l’exploitant, sont autant d’enjeux à mettre en avant dans la construction. C’est un sujet qui intéresse énormément de monde, mais beaucoup d’acteurs sont un peu perdus.

Sens-tu une évolution du secteur de l’acte de bâtir, qui répondrait aux enjeux que tu cibles ?
Il y a une meilleure conception des bâtiments. Sur les déchets, on commence à réfléchir à la conception du bâtiment pour qu’on puisse le déconstruire pour réemployer et recycler les matériaux. Le BIM (maquette numérique) permet un montage du bâtiment en 3D. Dès sa conception, on peut prévoir son démontage futur, comme un Lego. Cela étant, nous n’avons pas encore de retour d’expérience sur un bâtiment déconstruit en France, pour lequel on aurait réfléchi à la déconstruction dès la conception. Il faut encore accentuer l’attention sur le maintien et l’entretien des bâtiments, en amont des projets.
La RE 2020 va demander l’analyse du cycle de vie des matériaux, avec des documents réglementaires à fournir. Une fiche montrera l’impact carbone de chaque matériau, comprenant l’extraction des matières, la fabrication, les transports entre l’usine et le site.

Quelles opérations peux-tu citer en exemple, et quel message souhaites-tu envoyer, toi qui incarnes la nouvelle génération de bâtisseurs ?
Icade a lancé des appels d’offres incluant le réemploi de matériaux. Domo France, un bailleur social, est également innovant, en encourageant le réemploi sur de la réhabilitation et de la déconstruction à Bordeaux. Ce sont là de bons exemples. Mais on voit encore des erreurs dans les appels d’offres. Le réemploi, la réutilisation et le recyclage sont mélangés, alors que les termes sont précis. Du coup, on a du mal à parler de la même chose. Dans le réemploi, une porte reste une porte. Dans la réutilisation, une porte peut devenir une table. Le recyclage des déchets est encore un autre niveau.
L’aspect réglementaire est à prendre en compte. Les définitions faites par le code de l’environnement rentrent peu à peu dans le monde du bâtiment. L’évolution du diagnostic déchet, avec un mode de dépose et de conditionnement, va pousser au réemploi et à la réutilisation. Ce diagnostic, obligatoire, va devenir le diagnostic PEMD (produits équipements matériaux déchets). Son application va s’élargir aux rénovations lourdes. Pour le moment, le réemploi des matériaux n’est pas rentable pour les maîtres d’ouvrage. Il faut prendre en compte la dépose soignée des produits ce qui entraîne des frais supplémentaires, et rend le réemploi plus coûteux qu’un produit neuf. Mais les gisements inexploités de matériaux pouvant être réemployés sont énormes : menuiseries intérieures et extérieures, mobilier extérieur, escaliers en métal, blocs sanitaires…
Des points juridiques restent à régler. Par exemple, le matériau réemployé n’est pas un déchet. Or, tout matériel qui sort du déchet devient un déchet. Pour qu’il ne le soit pas, il faut un contrat de cession entre maîtres d’ouvrage. On n’en est pas encore là, mais la réglementation va normer cette chaîne. Il faudra aussi une évolution des mentalités du côté des utilisateurs finaux, pour accepter, par exemple, qu’un WC réemployé est tout à fait acceptable.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Guerre en Ukraine, crise sanitaire, urgence climatique… « Comment traiter une information souvent anxiogène sans rajouter d’anxiété ? » : c’est l’objet de la prochaine Master Class de CFJ Alumni, l’association des anciens du CFJ, le 16 mars à 19h. Pour en discuter, le CFJ Alumni convie 5 intervenants : Anne Ponce, directrice de la rédaction de La Croix Hebdo, Sophie Roland, journaliste et formatrice certifiée par le Solutions Journalism Network, Simon Roger, chef du service de la rubrique Planète/Environnement du Monde et Marine Mugnier et Delphine Tayac du collectif de pigistes Antidotes.
> Pour suivre la Master Class : rendez-vous en présentiel au CFJ (210 rue du Faubourg Saint Antoine, à Paris), ou connectez-vous à la visioconférence Zoom via ce lien.
> Inscription obligatoire avant le 16 mars ici.

La phrase

« Sans l’intervention de nos partenaires (Fonds Friches, Région, EPF Occitanie), les opérations de renouvellement urbain ne seraient pas réalisables financièrement. Pourtant, c’est ce type d’opération, de travail sur les dents creuses, de densification de l’existant, qu’il faut mener, pour cesser de s’étaler et pour ne plus consommer d’espace. Nous aurons de moins en moins le droit d’artificialiser de nouveaux terrains. D’où nos réponses aux appels à projets, et notre énergie déployée pour trouver des financements. Le Fonds Friches du gouvernement apporte un bol d’oxygène. On espère que les aides pour les centres-bourgs vont perdurer. »

Nathalie Pentel

directrice de la maîtrise d’ouvrage d’Alogéa, entreprise sociale pour l’habitat dans l’Aude et l’Ariège.

On s’en fout

Parfois, je regrette le bon vieux temps de l’ADSL et des sites web préhistoriques, finis à la truelle par des développeurs dépressifs. Car l’avènement du journalisme 2.0, et son cortège de partages de contenus sur les réseaux sociaux pour rester dans la place, génèrent quelques déconvenues.
Point le plus agaçant : la mise en ligne systématique des articles attire des remarques tout aussi systématiques des agences de relation presse ou services de communication. « Ce n’est pas exactement ça que la personne interviewée a voulu dire », « Cette partie était en off, en fait », « En fait, ce n’est pas le bon chiffre, même si c’est ce chiffre qui figurait dans le communiqué » etc.
Vous l’avez compris : le digital permet de triturer les textes même une fois qu’ils sont parus. Une fenêtre de tir dans laquelle s’engouffrent mes charmants interlocuteurs. Ce n’était bien sûr pas le cas du temps du seul « bon vieux » support papier (print, pardon), où l’erratum a un poids plus lourd de sens. Une période que j’ai à peine connue, mais suffisamment pour constater l’évolution.
Bien sûr, le journaliste reste libre et maîtrise son écrit. Mais je remarque une pression de plus en plus forte, et ce, dès la mise en ligne de l’article. Pourquoi donc ? Parce que je commets plus d’erreurs avec l’âge ? Parce que la renommée de mes médias partenaires est telle que leurs articles sont scrutés comme le lait sur le feu ? Plutôt parce que l’impatience est désormais de rigueur, que les journalistes sont moins respectés qu’avant, que les services de communication sont fortement dotés. Et, surtout, parce que le canal digital enlève le caractère sacré et définitif d’un article. Pour celui qui l’écrit, le point final n’en est plus un. Sauf ici.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀
Occitanie Est

EPF d’Occitanie lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre portant sur une opération de désamiantage, déplombage et déconstruction d’immeubles situés dans le centre ancien de Nîmes.

SPL AGATE lance un avis pour le marché de travaux de construction d’une médiathèque et d’une salle socio-culturelle à Poulx (30).

Montpellier Méditerranée Métropole lance un avis pour le marché de maitrise d’œuvre pour la rénovation des bassins et plages de la piscine Alfred Nakache.

L’Université de Perpignan Via Domitia lance un avis pour le marché des travaux de mise en accessibilité des bâtiments de l’IUT et du bâtiment SSU de l’Université.

Le CROUS de Montpellier lance un avis pour la réhabilitation du bâtiment A de la cité universitaire des Arceaux – Relance lot 3.

Le département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour les travaux d’étanchéité des ponts routiers du Département des Pyrénées-Orientales.

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour la mise en œuvre de revêtements superficiels combinés (Rsc) sur les routes départementales.

La Communauté de Communes Pays d’Uzès lance un avis pour le concours restreint pour la maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’une piscine intercommunale à Uzès.

Le SDIS 34 lance un avis pour le concours restreint de maîtrise d’œuvre pour l’étude et le suivi de la réalisation d’un centre de secours à Montpellier.

Le Grand Narbonne lance un avis pour accord-cadre à bons de commandes pour les travaux d’entretien des équipements divers.

La Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée lance un avis pour les travaux de déconstruction de bâtiments sur le territoire.

La Cour d’appel de Montpelier lance un avis pour le marché de levée de plans des bâtiments du ressort de la Cour d’appel de Montpellier.

Imoka lance un appel à candidature d’une maîtrise d’œuvre pour la construction d’une maison de santé à Saint-Gervasy.

Viaterra lance un avis pour le marché de maîtrise d’œuvre pour la construction de bâtiments d’habitation – Zac de la Courondelle – Béziers.

Le SDIS 34 lance un avis pour la création d’un bâtiment administratif et réhabilitation dans l’existant au centre de secours de Pézenas.  

 

Occitanie Ouest

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine lance un avis pour des prestations de maîtrise d’œuvre, conception et suivi travaux de la 3e ligne de métro.

L’Université Paul Sabatier lance un avis pour la conception et réalisation artistique au titre du 1% artistique pour la construction du bâtiment 3R4 de l’opération Réorganisation de la Physique.

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour les travaux pour la création d’un internat d’excellence au Lycée Galliéni à Toulouse.

Themelia lance un avis pour les travaux de rénovation d’un immeuble en vue de la création de locaux à vocation professionnelle.

La commune de Tournefeuille lance un avis pour la construction d’un bâtiment administratif et associatif pour la ville.

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour la procédure adaptée restreinte pour les travaux de conception-réalisation d’une coque commerciale à destination d’un cinéma à Lannemezan.

Le département du Tarn-et-Garonne lance un avis pour le concours restreint de maîtrise d’œuvre pour l’extension du collège Vercingétorix de Montech.  

La SPL Aéroportuaire Régionale lance un avis pour les travaux de rénovation et amélioration du Système de Mise en Sécurité Incendie (SMSI) de l’Aéroport Tarbes Lourdes Pyrénées. 

Eau 💧
Occitanie Est

Le syndicat mixte Aude Centre lance un avis pour le marché de maîtrise d’œuvre : Aménagements de 5 sites pilotes résultants de l’étude hydromorphologique.

La Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup lance un avis pour le marché d’AMO pour le choix du mode de gestion des services publics de l’eau potable et de l’assainissement collectif.

La régie des eaux de Montpellier 3M lance un avis pour le nettoyage et désinfection des réservoirs d’eau potable et prestations diverses de nettoyage et de vidange.

Alès Agglomération lance un avis pour l’amélioration du traitement des eaux usées raccordement du système d’assainissement du hameau de la tour sur le système d’assainissement de Saint-Hilaire-de-Brethmas.

Nîmes Métropole lance un avis pour le marché d’analyses de qualité d’eaux brutes et d’eaux destinées à la consommation humaine.

Perpignan Méditerranée Communauté lance un avis pour le diagnostic et contrôle des travaux des ouvrages visitables des réseaux d’assainissement sur le territoire.

Occitanie Ouest

La Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux de dévoiement du réseau d’eau potable.

La Communauté d’Agglomération de l’Albigeois lance un avis pour les travaux d’extension, renouvellement, réparation des réseaux d’assainissement eaux usées – eaux pluviales.

La Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour l’actualisation du diagnostic du fonctionnement du système d’assainissement et établissement du schéma directeur d’assainissement. 

Energie ⚡

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché de construction du groupe scolaire Ballesta à Rouvier, Societe Meridionale Du Batiment, Soprema Entreprises. La liste des titulaires est à lire ici. Valeur totale du marché : 5 561 148 euros.

La commune de Toulouse attribue le concours pour l’attribution d’un marché négocié de maitrise d’œuvre : construction du groupe scolaire Roquemaurel à Dompnier Lemaire Architecture. Valeur totale du marché : 998 628 euros.

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché de fourniture de bois et dérivés à sarl bei. Valeur totale du marché : 342 000 euros.

L’Université Paul-Valéry attribue le marché de travaux de rénovation des amphithéâtres 1, 2 et 3 à SAS ETI, THERMATIC SA et SAS MODERN’TELECOM. Montant final du marché : 1 173 471,63 euros. 

Le service Achats de la CCI Occitanie attribue le marché travaux de ravalement de façade et mise hors d’eau de l’hôtel consulaire Saint-Côme à Montpellier à Muzzarelli, Bourgeois, Lo Nardo, Atelier Jourdain, Ateliers FK et Edison. Montant final du marché attribué : 1 066 334,88 euros.

La commune de Garons attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour la construction d’un groupe scolaire à Combas Sarl. Valeur totale du marché : 505 732 euros.

La commune de Toulouse attribue le concours pour l’attribution d’un marché négocié de maitrise d’œuvre – construction du groupe scolaire Dasté-Daubié au groupement Cab Architectes/V2s Architectes/Otce/Alayrac/Inddigo/Sigma Acoustique/Keyros. Valeur totale du marché : 1 103 232 euros.

La ville de Nîmes attribue le marché d’interventions de maintenance sur les réseaux d’eaux usées et pluviales du domaine privé à BAEZA. Montant final du marché : 43 475 euros.

Le département du Tarn attribue le marché de maintenance des systèmes de sécurité incendie pour les bâtiments du département à Spie Facilities. Valeur totale du marché : 35 552,48 euros. 

Plus de marchés ici
Le conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le marché d’entretien des espaces verts à Catic Alefpa, Esat Le Razes et Divertcity. Valeur totale du marché : 1 755 000 euros.

Nîmes Métropole attribue le marché d’accord-cadre à bons de commande relatif à des travaux courants de réhabilitation et des petits travaux neufs dans les bâtiments et immeuble de la communauté d’agglomération à IGE, EDISON, SNEF. La liste des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché : 2 000 000 euros.

La Région Occitanie attribue le marché d’accompagnement média et réseau institutionnel à Vae Solis Communications. Valeur totale du marché : 720 000 euros.

La ville de Bagnères-de-Luchon attribue le marché de la réhabilitation, le développement et l’exploitation de l’établissement thermal de Luchon à ARENADOUR CAPITAL LANGUEDOC ROUSILLON AMENAGEMENT et SAS PATRIMONIALE OCCITANIE. Valeur totale de la concession : 35 600 000 euros.

Toulouse Métropole attribue le marché de mission de conseil et d’assistance à maitrise d’ouvrage dans la mise en œuvre du schéma directeur énergie de Toulouse Métropole à Energies Demain. Valeur totale du marché : 417 912,5 euros. 

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Déplacement au Mipim, salon des professionnels de l’Immobilier à Cannes, les 16 et 17 mars. Dossier pour l’Hérault Juridique et Économique.

Pour Les Échos : le MHSC crée une filiale dans le esport avec Begenius ; Apex Énergies change de propriétaire.

Pour ToulÉco : inauguration du Salon de l’Immobilier de Montpellier.

Reportage sur l’Université du Cinéma (architecte : Christophe Gulizzi, Marseille) à Cannes, pour le magazine Signature de Profils Systèmes.

Enquête nationale sur les bardages bois, pour BoisMag, parution en mars.

« Que peut apporter l’hydrogène dans la décarbonation des transports ? » : enquête pour L’Abécédaire des Institutions, parution en juin.

À suivre en ligne

MARS

Du 7 au 20 mars : Salon en ligne « Terres d’opportunités industrielles », organisé par pôle emploi Béziers. Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 9 mars de 9h à 17h : Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) d’Albi, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Parc des expositions, Le Sequestre – 81). Plus d’informations ici.

Plus d'événements ici

MARS

Mercredi 9 et jeudi 10 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Montpellier, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Route de la foire, Pérols). Plus d’informations ici.

Le 9, 10, 11, 14 et 15 mars :

5 jours pour entreprendre, organisé par la CCI Hérault, à Montpellier (Campus Montpellier Business School). Plus d’informations ici.

Jeudi 10 et vendredi 11 mars de 9h à 17h :

Google Atelier Numériques, destiné aux commerçants et professionnels du tourisme, organisé par la CCI Hérault, au 11 Rue Pagezy à Montpellier (Salon Ambre). Plus d’informations et prise de rendez-vous ici.

Du vendredi 11 au dimanche 13 mars :

Salon du Logement Neuf de Toulouse, au stade Ernest Wallon – Sept Deniers, organisé par la FPI. Inscriptions et informations ici.

Du vendredi 11 au dimanche 13 mars :

35e Salon de l’immobilier régional à Montpellier, organisé par l’association Adimo au Corum de Montpellier, esplanade Charles de Gaulle.

Lundi 14 mars à 18h30 :

« Soirée économique CPME Hérault », au domaine de Verchant (34). Inscription obligatoire ici.

Mardi 15 mars de 9h à 10h30 : 

Webinaire « Vendez au bon prix sur Internet, vendez plus et margez plus », organisé par la CCI Hérault. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 15 mars à 18h30 : 

23e édition du Prix Alfred Sauvy, dans la salle François Calvet au Soler, à la Cité digitale. Plus d’informations ici.

Mercredi 16 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Rodez, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (1 et 17 boulevard du 122ème régiment d’infanterie, Rodez – 12). Plus d’informations ici.

Mercredi 16 mars de 10h à 11h30 :

Webinaire « Crédit d’impôt innovation ou recherche : les nouvelles dispositions 2022 », organisé par la CCI Hérault. Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 16 et jeudi 17 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Toulouse, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Concorde avenue, Aussonne – 31). Plus d’informations ici.

Jeudi 17 mars de 12h à 14h :

Instants Éco sur le thème « Comment définir son prix de vente et le justifier ? », organisé par Innoveum, Pépinière-Hôtel d’entreprises innovantes du Grand Narbonne. Rendez-vous 100% présentiel, au 74 avenue Paul Sabatier, à Narbonne. Plus d’informations ici. Inscription gratuite obligatoire via ce lien.

Jeudi 17 mars de 18h à 20h :

Afterwork « Cyber Attaques : comment vous protéger ? », organisé par la CPME Gard, en partenariat avec le Réseau Cybermenaces (RCM) de la Direction Centrale de la Police Judiciaire de Montpellier et le Groupe AEN, Ecole d’Ingénierie Informatique, à Nîmes (30) – Escape Game Brain Out. Inscription obligatoire ici.

Jeudi 17 mars :

Conférences sur « Les enjeux de l’eau en agriculture et tourisme », organisé par Nîmes Métropole, à l’Hémicycle de l’Hôtel communautaire. Inscriptions ici.

Mardi 22 et mercredi 23 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Nîmes, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (230 avenue du Languedoc, Nîmes). Plus d’informations ici.

Jeudi 24 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Perpignan, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Avenue du Palais des Expositions, Perpignan – 66). Plus d’informations ici.

Jeudi 24 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Cahors, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Planques Ouest, Fontanes – Lot, 46). Plus d’informations ici.

Jeudi 24 mars de 11h. à 13h : 

Conférence : la levée de fonds, un levier de croissance, organisé par Leader Montpellier à la Cité de l’économie et des métiers de demain. Plus d’informations ici.

Du jeudi 24 au lundi 28 mars :

Foire de Béziers, organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Béziers. Plus d’informations ici.

Vendredi 25 mars à 9h :

Atelier « Créer ma Micro-Entreprise : les Clefs pour démarrer à Montpellier », organisé par la CCI Hérault, avenue Jacqueline Auriol – Zone Aéroportuaire Montpellier Méditerranée (Mauguio). Plus d’informations et pré-inscription ici.

Mardi 29 mars de 9h30 à 17h30 :

« Journée de l’apprentissage », organisé par la ville de Lunel, aux côtés de la Mission Locale Jeune et de Pôle emploi, aux Arènes de Lunel. Plus d’informations ici.

Mardi 29 mars à 19h :

« Soirée des ambassadeurs économiques », avec Laurent Jalabert en invité d’honneur, organisé par l’Agence de Développement Économique Pyrénées Méditerranée Invest, au Domaine du Mas Conte à Canet en Roussillon (66). Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

Jeudi 31 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Mende, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (8 place du Foirail, Mende – 48). Plus d’informations ici.

Jeudi 31 mars de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Saint-Gaudens, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Route de la Croix de Cassagne, Villeneuve-de-Rivière – 31). Plus d’informations ici.

Le 31 mars, 21 avril, 12 mai, 02 juin, 23 juin :

Formation « Se préparer à la labellisation Environnementale EnVol ou la certification 1.2.3 Environnement », organisée par la CCI Hérault. Plus d’informations et pré-inscription ici.

AVRIL

Mardi 5 avril de 17h à 19h :

Rencontre-débat « La santé numérique en mouvement », organisée par IMT Mines Alès, l’IMT et la Fondation Mines-Télécom. Plus d’informations ici.

Mardi 5 et mercredi 6 avril :

Rencontres régionales de l’ingénierie, organisées par l’AIMP et la Fédération Cinov Midi-Pyrénées, au centre de congrès Diagora (Labège). Plus d’informations ici.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) d’Auch, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (17 rue du Général de Gaulle, Auch – 32). Plus d’informations ici.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Carcassonne, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Rue des 3 couronnes, Carcassonne – 11). Plus d’informations ici.

Jeudi 7 avril de 18h à 20h :

Afterwork « Cyber Attaques : comment vous protéger ? », organisé par la CPME Gard, en partenariat avec le Réseau Cybermenaces (RCM) de la Direction Centrale de la Police Judiciaire de Montpellier et le Groupe AEN, Ecole d’Ingénierie Informatique, à Alès.

Jeudi 14 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Montauban, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Rue Salvador Allende, Montauban – 82). Plus d’informations ici.

Jeudi 14 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Saverdun, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région. Plus d’informations ici.

Jeudi 14 avril de 9h30 à 17h30 :

« Job Dating alternance », organisé par les écoles Digital Campus Montpellier, ESG Montpellier et Esarc Evolution Montpellier et Paris School of Technology & Business Montpellier. Inscription obligatoire avant le 1er avril ici.

Mercredi 27 et jeudi 28 avril :

medFEL, porté par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et organisé par l’Agence régionale de développement économique AD’OCC et SPAS Organisation, au Parc des Expositions de Perpignan. L’événement réunit l’ensemble des acteurs de la filière Fruits et Légumes en regroupant 200 exposants durant 2 jours de salon et de conférences. Plus d’informations ici.

Jeudi 28 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) d’Alès, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Parc des expositions d’Alès Agglomération – 30). Plus d’informations ici

MAI Jeudi 12 mai de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Figeac, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région. Plus d’informations ici.

Du samedi 14 mai au dimanche 15 mai de 10h à 18h : 

4e édition du salon E-cap – salon de la mobilité électrique et de l’éco-responsabilités, organisé par la ville d’Agde, à l’Esplanade Pierre Racine au Cap d’Agde. Plus d’informations ici.

Jeudi 19 mai à 18h :

« Fête des lauréats Réseau Entreprendre 2022 », organisé par le Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée, au Pasino de la Grande Motte (335 Allée des Parcs). Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

JUIN Jeudi 9 et vendredi 10 juin :

Montpellier Capital Risque 2022, organisé par la CCI Hérault, au Domaine de Biar (Lavérune – 34). Plus d’informations ici.

Du 9 au 11 juin :

B2B Rocks, au Domaine de Biar (Lavérune – 34). Plus d’informations et inscription ici.

Dimanche 12 et lundi 13 juin de 10h à 18h :

E-Cap : Salon de la mobilité électrique et de l’éco-responsabilité, organisé par la ville d’Agde, sur l’Esplanade Pierre Racine, au Cap d’Agde. Plus d’informations ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

La tech s’invite aux JO

Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This