IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Des choix cruels nous attendent

Semaine du 15 janvier 2024

sur le gril cette semaine

Des chevaux face au décrochage scolaire avec Eiqus, l’Université de Montpellier vote son schéma directeur de transition écologique, nouvelle direction au Bic Innov’Up à Nîmes, Toulouse Métropole Habitat investit pour le logement social, une journaliste originaire de Montpellier qui publie un livre-enquête sur le quotidien des travailleurs immigrés en situation irrégulière, des nominations à Daher et Pierre Fabre (en « À l’affiche ») ; En « Décodage », le gros projet d’Inits (santé) à Mauguio (34), Pics Studio (ICC) a ses permis, la transformation de la gare de Carcassonne (11), la possible implantation d’Outremer Yachting (chantier naval) à Sète, tout sur la future usine Kéréa en Aveyron, l’avis favorable pour les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse…  
Et aussi ? En « Ça pousse », le projet de plateforme logistique de Concerto (Kaufman&Broad) à Beaucaire (30), le projet de campus Entreprises et Compétences de la CCI de la Lozère à Mende et un centre de séminaires et hôtelier porté par Linkcity à Gragnague (31). 
Bonnes lecture et semaine !  

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Jalil Benabdillah, du CES Las Vegas à Lunel et Auch

Jalil Benabdillah, du CES Las Vegas à Lunel et Auch

Vice-président de la Région Occitanie délégué à l’économie, l’emploi, l’innovation et la réindustrialisation (présidente : Carole Delga, PS), Jalil Benabdillah écume le territoire pour parler économie et emploi. De retour du CES de Las Vegas, il enchaîne avec une Matinale des Entreprises, le 19 janvier au siège de Lunel Agglo* (34), de 8h30 à 10h30 en salle Dieulefès, en présence de Pierre Soujol, maire de Lunel et président de Lunel Agglo, et Sylvie Thomas, conseillère régionale. Plus d’infos en cliquant ici
Également programmé, l’événement « Passer en mode Dév Éco », le 6 février à Auch (32), de 17h à 21h à la salle polyvalente du Mouzon. Inscription avant le 31 janvier en cliquant ici. Cette session est organisée en partenariat avec le conseil régional de l’Ordre des experts-comptables.  
*Agencehv s’est penchée en 2023 sur l’économie et l’urbanisme lunellois lors de la 2e édition de sa soirée Réseaux, le 14 juin aux Arènes de Lunel. (Re)lire notre super webzine en cliquant ici.  

Philippe Augé, Université de Montpellier

Philippe Augé, Université de Montpellier

Formation des enseignants et des personnels à la transition écologique, promotion d’une recherche responsable, modification des comportements, réduction de l’empreinte carbone et des déchets, protection et développement de la biodiversité… : le conseil d’administration de l’Université de Montpellier (UM) vote, le 20 novembre, son schéma directeur de transition écologique (SDTE). Le document à consulter en cliquant ici. S’il n’est toujours pas sur LinkedIn (un vrai sujet, d’ailleurs : ces décideurs qui ne sont pas sur LinkedIn), Philippe Augé est bien président de l’UM depuis début 2015

Pascal Robert et Carole Marchand, Bic Innov’Up

Pascal Robert et Carole Marchand, Bic Innov’Up

Antoine Houssin quitte fin janvier la CCI Gard et la direction du Bic Innov’Up, incubateur nîmois de start-up et projets innovants géré par la CCI Gard. Pascal Robert, DG à mi-temps (en alternance avec la CCI des Pyrénées-Orientales) de la CCI Gard, lui succède. Carole Marchand, jusqu’à présent chargée d’affaires et responsable de la coordination de l’accompagnement, est nommée directrice adjointe du Bic Innov’Up à compter du 1er février. 

Bertrand Serp, Toulouse Métropole Habitat

Bertrand Serp, Toulouse Métropole Habitat

Toulouse Métropole injecte 32 M€ pour stimuler la construction et la rénovation de logements sociaux et intermédiaires, indique le président de Toulouse Métropole Habitat (parc de 20.000 logements) dans Batiactu.

Delphine Besson, Enedis LR

Delphine Besson, Enedis LR

L’ex-directrice Développement et partenariats, puis DG par intérim, de la CleanTech Vallée est nommée chef de projet à Enedis Languedoc-Roussillon, sur les sujets d’attractivité des métiers des filières de la transition énergétique. Elle rejoint à Enedis LR Virginie Monnier-Mangue, ex-présidente de la CleanTech Vallée, nouvelle directrice déléguée d’Enedis LR. Lauriane Sutra est la nouvelle chargée de communication de l’association gardoise CleanTech Vallée, positionnée sur les enjeux de transition écologique.

Samuel Sancerni, DMS Group / Davos

Samuel Sancerni, DMS Group / Davos

Le dirigeant de DMS Group se rend, à l’invitation de l’Élysée, au Forum économique mondial de Davos (Suisse), qui se déroule à compter de ce 15 janvier, pour une semaine. « J’y représente l’imagerie médicale ‘Made In France’, aux côtés de Pascal Cagni, président de Business France et ambassadeur pour les investissements internationaux », confie-t-il aux Indiscrétions.  
Dernière actualité pour la medtech DMS Group, qui emploie 120 salariés à Gallargues-le-Montueux (30) : l’acquisition du suédois Solutions For Tomorrow, spécialiste des équipements de radiologie mobile. Plus à lire dans Les Échos, septembre 2023, en cliquant ici.

Nejma Brahim, « 2 € de l’heure »

Nejma Brahim, « 2 € de l’heure »

Cette journaliste, qui a fait ses premières armes dans le média citoyen Kaina TV (quartier Mosson à Montpellier), publie le 26 janvier son 2e livre, « 2 € de l’heure » (éd.Seuil, 224 pages). Ce livre-enquête, qui paraît dans la foulée de la loi Immigration, dépeint le quotidien de travailleurs étrangers en situation irrégulière. « Nejma Brahim a rencontré des centaines de travailleurs de l’ombre, partout en France. Elle dévoile un système d’exploitation étendu et installé (…). Ils et elles travaillent, souvent beaucoup et la plupart sans contrat, pour, parfois, pas plus de 2 euros de l’heure », explique l’éditeur sur son site web.  
Aujourd’hui spécialisée sur les enjeux de migrations au sein du pôle International de Mediapart, Nejma Brahim est diplômée de l’Université de Montpellier (Master 2, Métiers du journalisme, 2016).  
Interrogée sur la loi Immigration par un confrère le 9 janvier, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et de Régions de France, a déclaré : « C’est une loi qui a voulu être dans un vent mauvais, où on ne traite pas les vrais problèmes de la société, et où l’on cherche les boucs émissaires. Mais la politique, ce n’est pas ça, ce n’est pas de la cosmétique, c’est prendre les maux à la racine. Le sentiment d’injustice, l’urgence sociale, ne sont pas liés à l’immigration, mais à une mauvaise redistribution, à l’Éducation nationale, à la formation et la rémunération des enseignants, à la faillite de l’orientation scolaire, au démantèlement du système de santé. Les vraies racines des maux, ils sont là. Je ne suis pas angélique : il faut traiter l’immigration, mais pas en présentant l’autre comme un voleur, comme agissant dans une démarche d’opportunisme pour des aides sociales ou des soins médicaux. »

Nadège Gajic, Eiqus

Nadège Gajic, Eiqus

Des chevaux au secours du décrochage scolaire. L’entreprise innovante Eiqus (média équin) conclut un partenariat avec le collège Victor-Hugo de Sète (34) pour délivrer des stages de médiation animale à des jeunes en décrochage scolaire. Eiqus a été créée en 2019 par Nadège Gajic, ex-directrice de la communication de La Poste et ex-DRH de la Banque Postale. La start-up, incubée au Bic Innov’Up à Nîmes (30), propose un accompagnement de la souffrance psychique et du traumatisme, un centre de formation et des bilans de compétences par l’intermédiaire des chevaux.

Élodie Galko, ministère de l’Écologie

Élodie Galko, ministère de l’Écologie

Après un long passage à Toulouse à des postes de direction chez plusieurs opérateurs immobiliers et de la construction (Cirmad SA, Linkcity, Groupe Duval), Élodie Galko a rejoint en août 2023 le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires au poste de directrice adjointe de cabinet. Elodie Galko a déjà travaillé au cabinet de Bruno Le Maire, au détour des années 2010, lorsque ce dernier était ministre de l’Agriculture (car, oui, Bruno Le Maire n’a pas toujours été ministre de l’Économie). Le successeur d’Élodie Galko à la direction régionale de Duval Occitanie n’est pas encore nommé.

David Revault d’Allonnes, L’Hémicycle

David Revault d’Allonnes, L’Hémicycle

Grande plume du journalisme politique national, notre confrère David Revault d’Allonnes est nommé rédacteur en chef de L’Hémicycle, revue trimestrielle indépendante basée à Paris. Ce chroniqueur et observateur incontournable, diplômé du CUEJ Strasbourg, est notamment passé par Le Monde, Libération et le JDD (jusqu’au rachat par Bolloré).  

Emmanuel Blanc, mairie de Perpignan

Emmanuel Blanc, mairie de Perpignan

Du nouveau au cabinet du maire RN de Perpignan, Louis Aliot : Emmanuel Blanc en est le nouveau coordinateur, chargé des relations avec la société civile et le monde associatif. Une embauche qui interroge quant à la place de l’actuel directeur de cabinet, Frédéric Bort, en poste depuis 15 mois, actuellement en arrêt maladie et déclaré comme partant pour les municipales à Lunel (34), sous la bannière RN. 
Directeur d’un cabinet d’assurance à Céret (66), Emmanuel Blanc est un habitué de politique : il a été président départemental des Jeunes de l’ex-Rassemblement pour la République (RPR) des Pyrénées-Orientales, puis conseiller municipal délégué au budget de Jean-Paul Alduy (ancien maire de Perpignan de 1993 à 2009).

Justine Ricaud, Vaughan Avocats

Justine Ricaud, Vaughan Avocats

Avocate depuis 2018, elle est nommée directrice de Vaughan Avocats à Toulouse, apprend-on dans un communiqué (ici). Justine Ricaud a rejoint Vaughan Avocats en 2022. Elle a par ailleurs travaillé chez Wilkie Farr & Gallagher, Goodwin et Degroux Brugère. 

Pierre Martin, FFB Gard

Pierre Martin, FFB Gard

« Les professionnels du bâtiment doivent se tourner vers la rénovation, déclare Pierre Martin, président de la FFB (Bâtiment) du Gard, à l’occasion d’une conférence de presse le 9 janvier à Nîmes. C’est une activité qui a progressé de 2,6 % au niveau national, et qui s’annonce soutenue pour 2024 ».  
Afin de renforcer l’activité de rénovation, la FFB du Gard prévoit « des actions de formation continue pour les dirigeants et leurs collaborateurs. Nous nous appuyons sur le réseau de nos formateurs locaux qui ont l’expertise en la matière comme les Compagnons du Devoir », explique Olivier Polge, secrétaire général de la FFB du Gard. Également, « nos adhérents peuvent suivre des modules de sensibilisation aux normes et règlementations via des webinaires proposés tout au long de l’année », poursuit-il. Les professionnels de l’acte de bâtir ont par ailleurs la possibilité de rencontrer une chargée de développement pour « faire le point sur les qualifications et démarches RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ».  
Dans le Gard, le logement neuf a reculé de 23 %. Difficulté d’accès au crédit, hausse des prix du foncier, des matériaux et de l’énergie, nouvelles réglementations… : « De nombreux facteurs sont à l’origine de cet effondrement », indique Pierre Martin.

Aymeric Daher, Daher

Aymeric Daher, Daher

À compter du 1er février, Aymeric Daher deviendra directeur de la division Logistique du groupe Daher, avionneur, industriel, prestataire de services industriels et logisticien de la région toulousaine (DG : Didier Kayat), apprend-on dans un communiqué. Il a rejoint l’entreprise en 2013 et occupe le poste de vice-président Stratégie, fusion-acquisition et relations clients depuis septembre 2021.  
Depuis le 1er janvier Cédric Eloy est à la tête de la division Services industriels et Julie de Cevins directrice du Développement durable du groupe. Alain-Jory Barthe a pris les rênes de la division Industrie en octobre 2023 (à (re)lire dans Les Indiscrétions du 9 octobre, en cliquant ici).

Marie Breysse, Why3C

Marie Breysse, Why3C

La fin de l’ère des startups ? C’est le sujet du débat en ligne organisé par les Alumni (anciens étudiants) de Montpellier Business School (MBS) Montpellier, ce jeudi 18 janvier à 11h30. Au programme : trois tables rondes, sur la position de la French Tech à l’international, la relation entre le financement et la rentabilité des start-up, et les défis européens et de concurrence internationale. Pour en parler, des anciens de MBS : Marie Breysse, directrice de l’entreprise de formation Why3C/Cité EntrepreneurRaphaël Girardin, co-fondateur de Sport&Green et responsable entrepreneuriat à l’Institut Agro Montpellier, Loïc Sitbon, CEO de la plateforme Callifly, et Steeve Kunakey, fondateur de Wealth of Mind. Plus d’informations et inscription ici.

Fabien Portes et Lucie Coulier, IUT de Béziers

Fabien Portes et Lucie Coulier, IUT de Béziers

Double réélection. Fabien Portes et Lucie Coulier sont respectivement réélus à la présidence et vice-présidence du conseil d’Institut de l’IUT de Béziers, jeudi 11 janvier, annonce l’université dans un communiqué. Co-gérant du groupe familial Portes, spécialiste en aménagement, promotion et location d’immobilier commercial, Fabien Portes est également président d’honneur du Medef Béziers, et ancien directeur international du groupe But. Lucie Coulier est quant à elle directrice de BGE Ouest Hérault, réseau d’accompagnement et d’aide à la création et développement d’entreprise, et entame ainsi son troisième mandat au conseil d’Institut.   
Réuni plusieurs fois par an, le conseil d’Institut de l’IUT de Béziers a pour rôle de déterminer la politique de l’IUT, la répartition de son budget, et traitent également des questions liées à la vie de l’établissement (règlement, commissions, élection de la direction, etc.). 

Plus de À l’affiche

Jérôme Fontaine, Cluster Totem

Jérôme Fontaine, Cluster Totem

Il est le nouveau président de Totem, cluster créé en 2020 pour développer les systèmes de transport terrestre et maritime de la région Occitanie, apprend-on dans un communiqué à retrouver ici. Il succède à Thierry Cammal, pour un mandat de trois ans. Diplômé de l’École Centrale de Lyon et d’un master de Mathématiques de Sorbonne Université, Jérôme Fontaine est directeur du Contrat, de la Stratégie et des Relations Territoriales à SNCF Voyageurs/TER Occitanie depuis 2022. Parmi ses objectifs au sein du cluster : « Donner envie aux jeunes dès le collège de s’orienter dans la filière industrielle ; développer encore la visibilité des industries terrestres et maritimes d’Occitanie auprès des jeunes, des institutions nationales et européennes et des dirigeants des groupes et des start-ups », indique-t-il.   
Le cluster Totem compte 160 membres composés d’entreprises, établissements de recherche et de formation, institutionnels et collectivités, structures de développement économique, organisations professionnelles et partenaires professionnels. Ils représentent plus de 50.000 emplois.

Stéphane Zanella, VICA/Vignerons Catalans

Stéphane Zanella, VICA/Vignerons Catalans

À la direction des vignes coopératives Vica (ex-Vignerons Catalans, Perpignan) depuis 2016, Stéphane Zanella quittera ses fonctions courant février, indique le service communication de Vica aux Indiscrétions. Son successeur n’est pas encore connu. La présidente Fabienne Bonet assure l’intérim, aux côtés du conseil d’administration. Vica regroupe six caves coopératives adhérentes des Pyrénées-Orientales : Côtes de l’Agly, Laure de Nyls, Trémoine, Baixas, Terrassous et Terres plurielles. Stéphane Zanella restera à la présidence du Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR), jusqu’aux élections prévues en juin.   

Loriane Maillard, communauté de communes de Petite Camargue

Loriane Maillard, communauté de communes de Petite Camargue

Elle est la nouvelle responsable des finances à la communauté de communes de Petite Camargue (président : André Brundu ; Gard), annonce-t-elle sur son LinkedIn (à lire ici). « Elle succède à Lisiane Souret-Bordary qui devient directrice générale des services à Morières-Lès-Avignon », confie aux Indiscrétions Anthony Chaze, directeur de cabinet à la communauté de communes de Petite Camargue. Loriane Maillard travaillait à la commune gardoise d’Aigues-Vives depuis 2016, où elle a occupé les postes de directrice générale adjointe (2016-2019) et directrice générale des services (2019-2024).  

Isabelle Lalanne, Urssaf Hautes-Pyrénées

Isabelle Lalanne, Urssaf Hautes-Pyrénées

Elle est nommée directrice départementale des Hautes-Pyrénées de l’Urssaf Midi-Pyrénées, lit-on chez nos confrères du groupe La Dépêche (ici). Désignée par le directeur régional de l’Urssaf Midi-Pyrénées Jean Dokhelar, Isabelle Lalanne succède à Jean Diaz. Elle a rejoint la structure en 2020 au poste de sous-directrice en charge du pilotage du système d’information. Plus d’infos ici.

Hervé Hoppenot, Laboratoires Pierre Fabre

Hervé Hoppenot, Laboratoires Pierre Fabre

Président et DG de la société de biotechnologie américaine Incyte depuis 2014, Hervé Hoppenot rejoint le conseil d’administration des laboratoires Pierre Fabre, basés à Castres (Tarn), apprend-on dans un communiqué (à croquer en cliquant ici). « Son arrivée intervient alors que l’entreprise se prépare à commercialiser aux États-Unis l’immunothérapie allogénique Ebvallo® qui vient de recevoir le Prix Galien récompensant l’innovation thérapeutique », indique Pierre Fabre. Entreprise pharmaceutique et dermo-cosmétique présente dans 120 pays, Pierre Fabre emploie près de 10.000 collaborateurs et réalise un CA 2022 de 2,7 Md€. L’entreprise est détenue à hauteur de 86 % par la Fondation Pierre Fabre. À (re)lire dans Les Échos, « À l’ombre des grands laboratoires, Pierre Fabre fait son trou dans l’oncologie » (octobre 2023)  

Robert Pietri, Télé Toulouse

Robert Pietri, Télé Toulouse

Robert Pietri, premier patron de la chaîne locale Télé Toulouse, est mort, dimanche 14 janvier, à l’âge de 88 ans, indique le Club de la Presse Occitanie dans sa newsletter.  
Au cours de sa longue carrière de journaliste, Robert Piétri a enchaîné les expériences éditoriales à l’ORTF, France Inter, TF1 et FR3 avant de participer, en 1988, au lancement de la Télévision Locale Toulousaine (TLT). 
Première chaîne de télévision locale sur les ondes hertziennes créée en France, TLT étaient alors co-contrôlée par la Ville de Toulouse et le groupe Vivendi. Sous l’impulsion de Dominique Baudis, maire toulousain de l’époque, Robert Piétri a pris les commandes de TLT, dont les studios se trouvaient dans le quartier Compans-Caffarelli, place Alfonse-Jourdain, à Toulouse.

Christophe Derré, un retour en free

Christophe Derré, un retour en free

Le fondateur de Profils Systèmes (profilés aluminium, Baillargues – 34, 500 salariés, 120 M€ de CA) revient dans le jeu en tant qu’indépendant, comme conseil en stratégie et gestion de développement d’entreprise, et définition/innovation/marketing de produits. Il a imposé Profils Systèmes sur le marché national en misant notamment sur le design et l’innovation, et en fédérant un réseau de menuisiers certifiés. Pour l’anecdote, Christophe Derré, alors toujours aux manettes à Profils Systèmes, m’avait conseillé de façon informelle, en avril 2019, alors que je venais de terminer 18 ans de salariat. « Je te donnerais deux conseils : fais du commerce à partir de ton savoir-faire ; N’hésite pas à montrer d’abord gratuitement à des clients ce que tu sais faire, pour donner envie, avant de le monétiser. » Profils Systèmes est désormais dirigé par Aymeric Reinert.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Aveyron : 78,2 M€ d’investissement pour l’usine Kéréa, prévue en 2026

Déchets usine Kerea dans l'Aveyron
©Sydom Aveyron

Située à Viviez et Aubin (Aveyron), la future usine de valorisation et d’enfouissement des déchets ménagers verra le jour en 2026, indique le Sydom Aveyron aux Indiscrétions. 78,2 M€ sont investis par le Sydom Aveyron et son délégataire Solena Valorisation (groupement constitué de Séché Environnement et Sévigné TP). Les travaux démarreront au 1er février, avec une fin prévue en mars 2026. « Kerea est dimensionné pour réceptionner 84.000 tonnes de déchets et traiter 2.400 tonnes de biodéchets », précise le Sydom. Ce sont ainsi plus de 70 % de déchets entrants qui seront valorisés, notamment en biométhane. Plusieurs process composeront l’usine : un hall de réception des ordures ménagères, déchets d’activités économiques et biodéchets ; un lieu de séparation de ces différents déchets ; la méthanisation des ordures ménagères, avec production de biogaz ; et production de compost à partir de biodéchets.

Des entreprises basées en région Occitanie interviendront sur le chantier : IB2M (Montrozier) pour le terrassement et génie civil, Bureau Veritas pour le contrôle technique, Terega (Pau et Olemps) qui réceptionnera l’injection du biogaz produit par les biodéchets de l’usine, ou encore les entreprises aveyronnaises Lagarrigue BTP (Firmi), Andrieu Construction (Olemps) et Boutonnet (Aubin) pour le gros œuvre, la charpente et couverture. « Le chantier mobilisera pendant 2 ans une centaine de personnes avec une pointe à 150 personnes », ajoute le Sydom. Le début de l’exploitation de l’usine est prévu au 1er avril 2026, pour une fin de contrat au 30 juin 2045.

Contournement Ouest de Montpellier : ça se débloque

« Le contournement ouest de Montpellier vient de connaître deux bonnes nouvelles, et je m’en félicite, lance, le 12 janvier lors ses vœux à la presse, le préfet de l’Hérault François-Xavier Lauch. Le conseil d’État a rendu un avis favorable sur la manière dont le projet doit être financé (après avoir retoqué une première mouture, relire dans Les Échos, février 2023, en cliquant ici), et la déclaration d’utilité publique a été purgée devant le tribunal administratif. Ce qu’il reste à faire, à présent, c’est de travailler sur le dossier d’autorisation environnementale. Il sera porté sur les fonts baptismaux cette année, comme j’ai eu à le faire pour l’autoroute A69 lorsque j’étais préfet du Tarn. » Pour rappeler ces points-clés et apporter des précisions sur les étapes à venir, Salvador Nunez, directeur d’opérations de Vinci Autoroutes en charge du COM, organise une rencontre informelle avec la presse, ce 19 janvier au matin à Montpellier. Long de 6,2 km, le COM, confié à Vinci Autoroutes (mais restant gratuit) est chiffré à 270 M€. Le COM doit relier deux autoroutes, l’A750 s’arrêtant à Juvignac au nord, et l’A709 irriguant le sud de l’agglomération de Montpellier. « Le COM est demandé depuis 40 ans. Tous les élus sont pour et le poussent. C’est assez inouï de devoir passer par le centre-ville pour relier l’A9 et l’A70. Il faut apporter cette dernière couture. » En réponse aux opposants écologistes : « Dans 20 ans, on roulera tous avec des véhicules électriques. Par ailleurs, le COM sera connecté au réseau de transport urbain métropolitain, et il n’est pas aménagé sur une zone agricole. »

Ubisoft et la couronne perdue

Vu sur l’agenda de Michaël Delafosse, maire-président de Montpellier et sa métropole : lancement, par Ubisoft (studio de jeux vidéo basé à Castelnau-le-Lez), de « Prince of Persia : The Lost Crown », ce 16 janvier. En espérant que dans la vraie vie aussi, Ubisoft, en proie à une chute de son action en Bourse depuis début 2021 et objet d’un avertissement sur ses résultats annuels pour l’exercice 2022-2023, retrouve avec ce lancement sa lost crown (couronne perdue).

Santé : Inits devrait s’implanter à Piom (Mauguio)

Spécialisée dans le conseil sur le développement des médicaments utilisés en phases cliniques, la PME Inits (24 salariés) pourrait annoncer prochainement la construction de son nouveau siège social à Mauguio, sur le parc industriel Or Méditerranée (Piom), apprend-on de source proche. Inits, créée en avril 2013 par l’actuelle dirigeante, la chimiste Amel Hadri, est actuellement basée dans le quartier Antigone à Montpellier (Carré Montmorency). Ses clients sont des sociétés de biotechnologies et des produits biotech.

Jeux vidéo : Nacon se déploie à Montpellier et Castelnau

Nacon (jeux vidéo), actuellement implanté dans la zone Odysseum, prend 1.400 m2 (un étage entier) dans l’immeuble tertiaire (Un)plug, dans le quartier Cambacérès (quartier de la gare TGV Sud de France). Conseil : BNP Paribas Real Estate Montpellier (Caroline de Boisgelin, descriptif du programme en cliquant ici). L’installation est prévue en avril ou mai, indique Jérémy Zeler-Maury, directeur technique du groupe Nacon et fondateur de Midgar Studio, racheté par Nacon en février 2022. Le plateau accueillera le studio de développement de jeux vidéo (notamment des jeux d’inspiration japonaise) et le bureau technique, qui développe des outils spécifiques pour aider à faire fonctionner les studios du groupe coté Nacon. Ces deux entités emploient à ce jour une quarantaine de salariés, avec une quarantaine de recrutements prévus à terme.

Pourquoi le choix de Cambacérès ? « Parce qu’il est compliqué de trouver ailleurs d’aussi grands plateaux disponibles dans l’aire montpelliéraine. L’endroit sera par ailleurs desservi par le tramway, avec des services. La zone est certes encore en devenir (la Halle Nova n’étant prévue que pour 2028, par exemple, note), mais avec un beau devenir », explique-t-il aux Indiscrétions.

Autre implantation, à Castelnau-le-Lez : la création d’un studio interne de motion capture, rattaché au bureau technique, dans la zone de l’Aube Rouge, dans un local d’activité de 210 m2. Conseil : ABC Immobilier d’Entreprise (Benjamin Tastu Casadio). Cette nouvelle activité emploiera 4 personnes au démarrage, cet été. Le site « capturera les mouvements d’acteurs réels, et les transfèrera vers des acteurs numériques, pour les studios internes au groupe. Nous ouvrirons aussi le local pour d’autres studios, en prestations de services. L’équipe grossira au fur et à mesure de l’arrivée des projets ».
Pourquoi cette activité ne se trouve-t-elle pas également à Cambacérès ? « Parce qu’il faut de la hauteur sous plafond, et pouvoir positionner des caméras à 3 mètres de hauteur », explique Jérémy Zeler-Maury. Un directeur d’animation et des techniciens sont recrutés.

Quelques rendez-vous avec vous

La Région Occitanie cible quelques grands rendez-vous en lien avec ses compétences (formation, réindustrialisation, transition énergétique, mobilités…). Une sélection de cette sélection :

Premier trimestre. Rachat de l’ancienne usine de la SAM (12) ; Lancement du salon TAF à Millau (12) le 27 mars ; sur le port de Port-la-Nouvelle, inauguration de l’extension du port et mise en service de la drague hydrogène ; 1ère édition du Salon ID Métiers à Carcassonne, les 1er et 2 février ; Mission au Japon du 5 au 13 mars sur les thèmes, notamment, de l’économie, du spatial et de la culture ; Signature du contrat de filière Conchyliculture ; Pose de la première pierre du centre hospitalier de Lavelanet (09), le 24 janvier ; Ouverture et inauguration des nouveaux locaux de l’IFMS (Institut de Formation aux Métiers de la Santé) Auch (32) le 19 janvier, et lancement de la relocalisation des IFSI (Institut de formation en soins infirmiers)-IFAS (Institut de formation d’aides-soignants) de Carcassonne (11) ; Début des travaux d’aménagement ferroviaires au nord de Toulouse dans le cadre de la LGV Toulouse-Bordeaux.

Deuxième trimestre : Deux événements dédiés à la filière spatiale : Occitanie Space Forum et Symposium Nereus ; Pose de la première pierre du lycée de Cournonterral (34) ; Signature du nouveau contrat vitivinicole et annonce d’un nouvel identifiant pour soutenir la commercialisation des vins régionaux ; Signature du contrat de filière pêche ; 2e rencontre « Mobilités urbaines et Territoires » et préparation de la candidature pour les Services express régionaux métropolitains (Serm) à Montpellier, après une première rencontre sur le même thème à Toulouse, ce 24 janvier.

Troisième trimestre : Finalisation avec BRL des travaux des maillons Nord Gardiole-Biterrois d’Aqua Domitia ; Reprise, avec la Région Nouvelle-Aquitaine, des ouvrages hydrauliques de l’Etat gérés par la CACG (Concessions Neste Rivières de Gascogne) ; Ouverture du nouveau campus connecté du Vigan (30) ; Pose de la première pierre du Technocampus hydrogène à Cugnaux (31) ; Création de deux nouvelles liaisons en train liO entre Vauvert et Nîmes (30).

Quatrième trimestre : Assemblage et mise à l’eau des trois premières éoliennes offshore à Port-la-Nouvelle (11) ; Lancement d’un nouvel événement régional autour de l’intelligence artificielle à Toulouse ; Réouverture de la ligne Montréjeau-Luchon et inauguration des gares de Martres-Tolosane et de Luchon.

Perpignan : signature du projet partenarial d’aménagement Saint-Charles 2040

Marché Saint-Charles à Perpignan

Les acteurs institutionnels et économiques du département des Pyrénées-Orientales et de la Région Occitanie signent un projet partenarial d’aménagement ce 9 janvier, lit-on dans un dossier de presse. Ce contrat vise à établir la zone logistique Saint-Charles comme un hub agroalimentaire majeur, dépassant les 2 Md € de chiffre d’affaires. C’est en effet l’une des 4 grandes ambitions découlant de cette signature, avec l’amélioration du fonctionnement de la ZAE Saint-Charles, l’adaptation par l’innovation et le renforcement de la plateformisation de Saint-Charles. 

« Avec ce contrat, nous posons les bases d’un projet de hub agroalimentaire essentiel pour le territoire », indique Thierry Bonnier, préfet des Pyrénées-Orientales depuis septembre, à nos confrères de L’Indépendant. Le quotidien catalan poursuit en assurant que « plusieurs dizaines de millions d’euros » vont être investis pour améliorer la mobilité et les accès à la zone, avec la construction d’une nouvelle voirie souterraine pour améliorer la circulation des « 3.000 camions qui transitent par le secteur chaque jour ». Le PPA Saint-Charles 2040 signifie aussi une ambition sur la transition écologique avec la décarbonation des activités de la zone, découvre-t-on dans un post LinkedIn de Saint-Charles. 

La zone logistique Saint-Charles est l’un des poumons économiques de Perpignan. D’une superficie de 70 hectares, elle représente 2.200 salariés au sein de 150 entreprises. Elle est la première plateforme de commercialisation, de transport et logistique de fruits et légumes en Europe, avec 1,76 million de tonnes de fruits et légumes commercialisés chaque année, précise le site internet de Saint-Charles. Par ailleurs, 40% des produits sont commercialisés hors des frontières françaises, apprend-on sur son profil LinkedIn

ICC : Pics Studio a ses permis

Le projet de studios de cinéma Pics Studio, au nord de Montpellier, obtient deux permis de construire en fin d’année : l’un relatif au pôle formation (6.000 m²), et l’autre au pôle studio de cinéma (36.000 m²). Calendrier prévisionnel : début du chantier au 2e semestre 2024, pour une livraison en 2026 (18 mois de travaux). « Nous travaillons sur le bouclage du financement », confie Alain Guiraudon (GGL, copromoteur aux côtés de Spag). L’investissement prévisionnel s’élève à environ 170 M€. Plus à lire dans Les Échos, janvier 2023, en cliquant ici.

Photovoltaïque flottant : SolarinBlue s’installe à Montpellier et projette de lever 6 M€

Dans la zone du Millénaire, à Montpellier, la startup SolarinBlue, spécialisée dans les panneaux solaires flottants, installe son siège social initialement situé à Paris, lit-on dans un communiqué fin décembre. Montant de l’investissement : 2 M€. La superficie des locaux n’est pas communiquée. Par ailleurs, « nous allons boucler une levée de fonds de 6 M€ en ce début d’année afin de renforcer notre R&D, d’accélérer notre business développement et de réaliser notre premier démonstrateur de 1 MW », détaille aux Indiscrétions Aurélien Croq, PDG de SolarinBlue. SolarinBlue emploie 8 salariés et projette de recruter « 15 à 20 salariés supplémentaires d’ici 18 mois », ambitionne Aurélien Croq. La startup réalise 300 k€ de CA en 2023.
SolarinBlue a déployé en mars 2023 ses premières unités de panneaux solaires flottants en mer dans le port de Sète (34) pour décarboner les consommations énergétiques sur les littoraux. Le démonstrateur, baptisé « Sun’Sète », est installé sur le port de commerce, à 1,5 km de la côte. Il sera composé de 25 unités flottantes pour une production estimée à 400 MWh/an.

À (re)lire dans Les Échos, « SolarinBlue lance à Sète sa première ferme solaire offshore » (mars 2023).

Outremer Yachting sur l’ancien site d’Angibaud à Sète ?

Le chantier naval Outremer Yachting et Gunboat (Grand Large Yachting), actuellement basé à La Grande-Motte (34), pourrait s’implanter sur l’ancien site d’Angibaud, à la lisière du parc aquatechnique, dans le secteur de l’entrée Est, en cours de requalification. « Le projet est toujours d’actualité, à moyen terme », indique aux Indiscrétions un élu de Sète Agglopôle Méditerranée. Dossier suivi par Blue Invest (directeur général : Pascal Pintre).

Genvia : du nouveau début février

Dans la foulée du prochain comité de pilotage d’Eden (écosystème durable et énergies naturelles), le 30 janvier, des avancées sur la localisation de la future gigafactory de Genvia (électrolyseurs haute température pour la production d’hydrogène décarboné) devraient être communiquées, apprend-on en marge des vœux du préfet de l’Hérault, le 12 janvier à Montpellier.

Polytech à Béziers : c’est bien parti

D’après le Rectorat de l’Académie de Montpellier, l’école d’ingénieurs devrait s’implanter à Béziers, pour former notamment des ingénieurs industriels. Une habilitation par la commission des titres d’ingénieur est attendue. Matthieu Ourliac, président du Medef Béziers, appelle de ses vœux cette implantation de Polytech, notamment au regard des besoins liés à l’expansion future de Genvia (hydrogène décarboné) et aux projets de parcs éoliens offshore.

Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse : avis favorable

La commission d’enquête donne un avis favorable à la demande d’autorisation environnementale pour les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT), apprend-on sur le site de GPSO (lire en cliquant ici). L’enquête publique environnementale, menée par SNCF Réseau, s’était déroulée du 6 novembre au 5 décembre 2023 sur les communes de Toulouse, Fenouillet, Lespinasse, Saint-Jory et Castelnau-d’Estrétefonds. « La commission a apprécié la qualité de l’étude d’impact et estimé que les mesures environnementales proposées sont suffisantes tant pour réduire l’impact du projet que pour en compenser les effets. Elle a noté que le public s’inquiète peu des destructions du patrimoine naturel ou qu’il considère que les mesures de compensation envisagées sont suffisantes. » L’avis favorable est assorti de quatre recommandations : étudier la faisabilité de l’implantation d’une halte à Lespinasse ; Favoriser la concertation la plus étroite entre les divers acteurs concernés (SNCF Réseau, Toulouse Métropole, collectivités locales et territoriales) ; Améliorer la prise en compte des nuisances sonores des riverains du projet ; Affiner et actualiser les calculs de bilan carbone du projet pour prendre en compte un report modal amélioré avec la création du futur Serm (Les Indiscrétions du 8 janvier, relire en cliquant ici).

9,8 M€ investis dans la gare de Carcassonne 

Perspective des quais de la gare de Carcassonne montrant les futurs ascenseurs – ©AREP – SNCF Gares & Connexions

Le chantier de mise en accessibilité et de modernisation des quais et du passage souterrain de la gare de Carcassonne débutera fin janvier, indique la préfecture de l’Aude dans un communiqué (à croquer ici). Livraison prévue début 2025, pour un investissement total de 9,8 M€, cofinancés par l’État et le maître d’ouvrage SNCF Gares & Connexions. L’objectif : rendre les infrastructures plus accessibles, avec notamment la création de trois ascenseurs de grande capacité (1.000 kg) reliant le passage souterrain aux quais. 

Cette modernisation s’inscrit dans les deux Schémas Directeurs d’Accessibilité, élaborés par l’État et la Région Occitanie (200 M€ au total), qui ont identifié 43 points d’arrêt ferroviaire où la mise en accessibilité est prioritaire. 

Lunel : concertation pour la ZAE du Dardaillon 

Le 18 janvier à 18h, la Ville de Lunel (34) organise une réunion de concertation publique concernant le projet de ZAE Les Portes du Dardaillon à la salle des Trophées des Arènes (plus d’infos ici). Habitants, associations locales et acteurs économiques sont conviés. Le projet prévoit « l’installation de 30 à 50 entreprises sur une superficie de 12 hectares afin de répondre à une forte demande d’implantation d’entreprises », écrit la municipalité. 

Appel d’offres pour la création d’un centre technique intercommunal à Sète (34) 

La Ville de Sète lance un avis pour une mission de programmation pour la création d’un centre technique intercommunal (à lire ici). Date limite des candidatures : 6 février, 12h. Le site retenu est une parcelle de 11.000 m² dans la zone d’activité des Eaux Blanches à Sète, à proximité du siège de Sète Agglopôle Méditerranée. 

Transports : l’entreprise tarnaise Rizzo rachetée par le groupe Ducournau 

L’entreprise de transports Rizzo (Gaillac, Tarn) est rachetée par le groupe industriel Ducournau (Flassans-sur-Issole, Var), annonce l’Organisation des Transporteurs Routiers Européens (OTRE), le 11 janvier (article à lire ici). Présidé par Frédéric Ducournau, le groupe varois dispose de 350 tracteurs, 700 semi-remorques et 60.000 m2 de sites logistiques, qui seront complétés par 100 véhicules et 2.700 m2 de stockage détenus par Rizzo. « Aucun licenciement n’est prévu », indique Ducournau. Ainsi, l’ensemble des 140 salariés de Rizzo rejoindra les effectifs du groupe, qui compte 500 salariés répartis dans 7 agences. Le Groupe Ducournau a réalisé un chiffre d’affaires de 40 M€ en 2021. Sollicité par Les Indiscrétions, Rizzo ne souhaite pas communiquer son chiffre d’affaires. 

PLUI-Climat de 3M et Assises du Logement

« Le PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal)-Climat va limiter la consommation foncière de manière inédite dans l’histoire de la métropole, déclare Michaël Delafosse, maire-président de Montpellier et sa métropole, dans une interview longue accordée à nos confrères de Métropolitain (9 janvier). C’est fini, le modèle d’une métropole en extension qui détruit les espaces agricoles. L’objectif, pour le PLUI, est une adoption de déclaration de projet fixée à juin 2024, avec une consultation pour adoption définitive début 2025 ».
Autre annonce : la tenue, au cours du 1er trimestre, d’Assises du Logement « afin de questionner tous les enjeux de production de logement, de prix du foncier, de sortie du logement, de tout ce qui peut simplifier et rendre lisible la production de logements », déclare-t-il.

Internet des objets : Synox veut faire de son nouveau siège social un démonstrateur

Les quelque 70 collaborateurs de Synox (IoT, internet des objets, Montpellier et Toulouse) occuperont à partir du 2e semestre le nouveau siège social de la PME, dans la Zac Eurêka, à Castelnau-le-Lez (34). 4 M€ sont investis dans ce bâtiment de 1.500 m2, plus grand que les locaux actuels du Millénaire (Montpellier). « Le site sera un démonstrateur des innovations de Synox en matière d’internet des objets : gestion de l’énergie en pilotage automatique, gestion de l’air, de l’eau, du confort, de la luminosité… », indique une source proche. Architecte : Zuo Montpellier. Le bâtiment a été conçu en Bim (maquette numérique). Le dirigeant de Synox, Emmanuel Mouton, est aussi le président du cluster régional du numérique Digital 113.
> Webinar « 7 ans de retour d’expérience d’IoT à l’échelle de la métropole de Montpellier », ce 23 janvier à 11h. Avec Pierre Brice, responsable stratégie numérique et sécurité du système d’information de 3M, Manu Reynaud, 2e adjoint au maire en charge du numérique à la Ville de Montpellier, Thibault Boullé, responsable de marché Territoires Intelligents. Inscriptions en cliquant ici.

Les artisans… à l’époque romaine

Initiative originale de la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) du Gard, présidée par Xavier Perret. Lors des Journées Romaines, qui se tiendront du 3 au 5 mai, la CMA du Gard compte présenter tous les artisans qui existaient… à l’époque romaine ! « Nous allons montrer que cet artisanat de l’époque est encore en activité aujourd’hui », déclare-t-il. « Certains métiers, comme les artisans d’art, sont indispensables. En effet, ils détiennent un savoir-faire unique. Ce sont eux qui ont rénové la cathédrale Notre-Dame-de-Paris », illustre-t-il.

Kinvent veut s’imposer comme le leader mondial des solutions connectées pour la kinésithérapie

Kinvent Montpellier
©Kinvent

Actuel 4e acteur mondial des solutions connectées pour les kinésithérapeutes et les préparateurs physiques, Kinvent brigue la première place. Pour ce faire, trois objectifs sont poursuivis : implantation aux États-Unis, opérations de croissance externe et accélération de la R&D. La start-up créée en 2017 à Montpellier va ainsi annoncer ce 18 janvier dans Les Échos une levée de plusieurs millions d’euros.
Kinvent permet à ses clients – environ 14.000 professionnels de la rééducation sont équipés – de partager des données biomécaniques pour suivre les évolutions du patient, qu’il soit sportif amateur ou de haut niveau. « Ce suivi connecté et mesurable améliore l’engagement du patient, assure une meilleure continuité de soins et permet la mise en place de programmes de rééducation personnalisés. Il y a un vrai enjeu, car le taux d’abandon des séances s’élève à environ 20 % », détaille Athanase Kollias, fondateur président, ancien sportif de haut niveau. Des partenariats sont tissés avec une quinzaine d’instituts de formation de kinés, pour inculquer une culture technologique aux étudiants.

Le budget R&D va être triplé, pour passer de 650.000 euros l’an dernier à 2 millions cette année. « Le mouvement du patient, c’est son traitement. Nous détenons la plus grande base de data de kinés au monde. Nos solutions vont de plus en plus aller au-delà de la simple évaluation de l’état physique de la personne, pour établir des recommandations aux professionnels. Des préconisations partagées seront proposées à partir de 2026 », résume le dirigeant.
Kinvent entend acquérir plusieurs entreprises dans les trois prochaines années, « par exemple dans les technologies relatives à la précision de la mesure de la force, les semelles connectées, ou encore l’éducation, la recherche et la formation digitale ». Deux croissances externes ont déjà été conclues ces dernières années : Reathletic (retour au sport après un traumatisme au genou) en 2023, et Autonovation (évaluation en télémétrie) en 2021. Kinvent va implanter une agence aux États-Unis pour attaquer le marché nord-américain, fort de ses 310.000 kinés. La côte Est américaine est particulièrement ciblée. « Le sport est très important outre-Atlantique. Et les montants des factures des séances y sont trois fois plus élevés qu’en France », observe Athanase Kollias.
Kinvent emploie 75 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 7 M€ en 2023, en croissance de 80 % par rapport à 2022. Une trentaine de recrutements est prévue cette année. L’objectif est d’atteindre « entre 50 et 70 M€ de chiffre d’affaires à l’horizon 2029 », conclut Athanase Kollias.

Arterris investit dans le solaire

Pour diversifier ses sources de revenus et décarboner son activité, le groupe coopératif agricole audois Arterris engage un important programme de production d’électricité solaire, avec Solveo, sur son site de Castelnaudary : un premier de 2 GW, en autoconsommation, pour un investissement de 3 M€, afin de couvrir le tiers de ses besoins en énergie ; un second, de 4 GW, porté avec Solveo et l’Arec Occitanie. Pour ce second volet, une société de projets va être créée pour fournir le réseau. Concrètement, des ombrières vont être installées sur les parkings des voitures et des véhicules industriels, et des panneaux photovoltaïques posés sur des toitures ou au sol.

Logements transformés en bureaux : un encadrement malvenu ?

Alors que de nombreuses entreprises cherchent à s’implanter en centre-ville de Montpellier – ou viennent de le faire, comme Enerfip ou Axeptio -, la Ville de Montpellier encadre la transformation de locaux à usage d’habitation à un autre usage, en la soumettant à une autorisation préalable de changement d’usage (délibération du 28 juillet 2021, dispositif étendu à Lattes le 26 juillet 2022). « Cela peut s’entendre, mais cela restreint l’offre, alors qu’il y a une demande des entreprises », analyse un conseiller en immobilier d’entreprise.

Risques naturels : le Grau-du-Roi doit mieux faire

Selon un rapport de la Chambre régionale des comptes, le territoire du Grau-du-Roi (30) n’intègre que de façon limitée les risques naturels en matière d’urbanisme. La communication à la population est par ailleurs à renforcer. « Alors que les risques naturels sont identifiés, les règles édictées par les documents d’urbanisme (SCoT et PLU communal notamment) semblent en retrait par rapport aux enjeux qu’ils représentent, lit-on dans le rapport. De plus, ils s’inscrivent dans un horizon qui ne dépasse pas 10 à 15 ans et ne prévoient pas de mesures de recomposition du territoire face à l’élévation à venir du niveau de la mer. Le ScoT devra notamment intégrer les exigences du SRADDET Occitanie dans ce domaine. » Le rapport à lire en cliquant ici.

StoneHedge lance son parc d’activités

StoneHedge commercialise un parc d’activités et de stockage de 7.162 m2 sur la zone aéroportuaire Montpellier Méditerranée, à Mauguio. Ce parc d’activité multi-utilisateurs constitué de deux bâtiments, propose sept lots d’activités et de stockage – y compris leurs bureaux d’accompagnement – à partir de 946 m2. Architecte : ArchiGroup Grand Sud. Commercialisation : Tertia Conseils Entreprises. « Ces projets apportent aussi de nouveaux revenus à la société Aéroport Montpellier Méditerranée », complète un observateur économique. Plus à lire en cliquant ici.

Énergie : le Crédit Agricole signe avec Valeco

Ce 24 janvier, le Crédit Agricole du Languedoc signe un contrat de vente d’électricité issue des énergies renouvelables avec l’opérateur Valeco. Signataires : François Daumard, président de Valeco et Christophe Pouzol, directeur de l’immobilier du CAL. Le modèle de contrat d’achat direct (ou PPA, Power Purchase Agreement, in english) est en plein essor. Valeco, propriété de l’allemand EnBW, a par exemple conclu deux PPA avec Fnac-Darty.

La résurrection de la zone commerciale des Milliaires à Beaucaire

Quand on veut, on peut. C’est, en résumé, l’histoire de la renaissance de la zone commerciale des Milliaires, à Beaucaire dans le Gard rhodanien, qui était avant 2020 en grandes difficultés. Quelque 4 M€ ont été injectés par la SCPI Select Invest (foncière La Française), ex-propriétaire – la zone a été rachetée fin 2022 par Midi2i et une foncière de la Banque Populaire du Sud. Les travaux ont été conséquents : rénovation totale des façades, découpage des cellules pour proposer une diversité plus importante, changement des sens de circulation et, prochainement, équipement d’ombrières sur le parking. « Le résultat est très satisfaisant. La zone commerciale est commercialisée presque totalement, souligne Michel Peinado, directeur associé d’Arthur Loyd Occitanie Méditerranée, dont l’équipe a assuré la commercialisation exclusive et la vente aux nouveaux investisseurs en 2022. Il ne reste plus de disponible qu’une cellule de 100 m2 sur un total de 12.000 m2 ».
Parmi les nouvelles enseignes qui se sont installées depuis 2020 figurent Maxi Zoo (animalerie), Basic Fit (salle de sport), But (meuble et électroménager), Bureau Vallée (fournitures de bureau), Zeeman (bazar), Cash Express, SFR et, comme locomotive de la zone, le supermarché Lidl, implanté sur une surface totale de 2.200 m2.
D’après Michel Peinado, ce projet prouve que, « lorsque l’on fournit l’effort d’amener de la qualité dans les équipements commerciaux, avec des investissements pour améliorer le confort des utilisateurs, de leurs salariés et des clients, cela fonctionne ». L’expert prend, comme autre exemple gardois, Les 7 Collines à Nîmes. « Le groupe d’investisseurs privés (dont André Deljarry, président de la CCI de l’Hérault, NDLR) qui a repris début 2022 cet ensemble commercial a mené un travail de proximité pour baisser les loyers et les charges locatives. Résultat : les trois grandes cellules de 1.200 m2 qui étaient vides ont chacune trouvé preneur en deux ans : Action, Intersport et une salle de sport. Même sur des emplacements en difficulté, si les propriétaires font des efforts, on peut redonner un dynamisme ».

MaPrimeRénov’ contre-productive ?

Pierre Martin, président de la FFB Gard, tire la sonnette d’alarme sur les répercussions engendrées par la réforme du dispositif MaPrimeRénov’, subvention dédiée aux travaux de rénovation énergétique. « Les subventions ne seront accordées que dans le cas d’une rénovation globale. Autrement dit, les particuliers ne seront plus subventionnés pour simplement, par exemple, changer les menuiseries. Pour bénéficier de la prime, ils devront engager tous les travaux en même temps : menuiseries, isolation des combles, chauffage, ventilation… », explique le président de la FFB du Gard. Il craint que par manque de moyens financiers, les particuliers n’entreprennent pas ou peu de travaux. « MaPrimeRénov’ permettait de dynamiser le marché de la rénovation énergétique. Avec la réforme, les fonds alloués seront certes plus élevés mais les contraintes pour en bénéficier seront tellement importantes que cela ne donnera pas les effets escomptés », déplore Pierre Martin. Autres revendications, « la nécessité de redéployer le PTZ (prêt à taux zéro) à 40 % sur tout le territoire et en le maintenant sur la maison individuelle, et de revaloriser ses barèmes qui sont inchangés depuis 2016 ».

10 ans de Bâtiments Durables d’Occitanie

Pour les 10 ans de la démarche Bâtiments Durables d’Occitanie (BDO), Envirobat organise un événement anniversaire, ce 18 janvier de 9h15 à 17h, à l’Espace Cobalt à Toulouse. Quatre nouveaux projets seront évalués spécifiquement sur l’usage et la vie des bâtiments, plusieurs années après leur livraison.

Ces projets rejoindront les 14 opérations qui ont déjà validé cette dernière étape de la démarche BDO. Le programme est consultable en cliquant ici.
Pour s’inscrire, c’est par là.

La déviation routière de Bessières (31) en enquête publique

Une enquête publique se déroule jusqu’au 9 février dans le cadre du projet de déviation routière de Bessières (31). Porté par le conseil départemental de la Haute-Garonne, le projet de déviation de Bessières a pour objectif de permettre le contournement de Bessières par le sud sur un linéaire d’environ 3,3 km, lit-on dans l’avis sur le projet émis par la MRAe (Mission Régionale d’Autorité Environnementale). « Selon l’enquête publique qui se déroule actuellement, et selon les autorisations de l’État, les travaux pourraient démarrer en fin d’année 2024 », glisse le conseil départemental de la Haute-Garonne aux Indiscrétions.

 Détail du projet sur le site internet du Département de la Haute-Garonne. Le conseil départemental avance un « montant de 12 M€, dont le cofinancement est assuré par la Région à 30 % », toujours sur son site internet. « Il y aura peu d’impact car tous les travaux se font en dehors des emprises de la route actuelle, ils se font sur les emprises de l’ancienne voie ferrée. Une piste cyclable sera réalisée sur l’ensemble du linéaire de la déviation. Enfin, des protections acoustiques sont prévues sur la partie de la zone urbanisée la plus exposée », conclut le conseil départemental auprès des Indiscrétions

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Ce qu’il faut retenir des vœux du préfet de l’Hérault

Ce 12 janvier, le préfet de l’Hérault François-Xavier Lauch déclare vouloir « ouvrir davantage les salons de la préfecture à la population, qui est ici chez elle ». Et entend porter l’action d’un État « audacieux, tourné vers ses concitoyens, dans un esprit d’unité et de concorde. » Morceaux choisis.

Conférence de presse rubrique zoom 15 janv 2024
Le soir avec les forces vives ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Besogneux. L’ex-chef de cabinet d’Emmanuel Macron (2017-2020) se définit comme « besogneux et persévérant. C’est mon style. Mais j’entends passer à la vitesse du COM, voire de la LGV », allusion aux dossiers d’infrastructures en cours de déblocage, après des décennies d’atermoiements (il faut dire qu’il n’y a plus le choix, hein).

Jeune mais pas trop. « Certains me trouvent jeune (41 ans, note), mais je crains d’être totalement disqualifié », a-t-il plaisanté, faisant allusion à la nomination de Gabriel Attal (34 ans) au poste de Premier ministre.  

Pas de petits sujets. « Il n’y a pas de petits sujets. Un petit sujet peut amener des évolutions dans les politiques publiques », insiste-t-il. Par exemple, François-Xavier Lauch a rendu visite le 12 janvier au matin à des agriculteurs de la plaine de Mauguio sur des sujets d’urbanisme et de maraîchage, en présence de Jérôme Despey, président de la chambre d’Agriculture de l’Hérault. « Je ne sais pas bien traiter les sujets sans aller sur le terrain, au contact des maires et des chefs d’entreprises. J’ai besoin de confronter la réalité des dossiers à une vision de terrain. Surtout quand je perçois un écart entre le dossier et sa perception par les acteurs du territoire. Le préfet est là pour appliquer la loi et les règlements, mais aussi pour voir comment elles fonctionnent dans les territoires, parfois en les adaptant. Les préfets disposent d’un pouvoir de dérogation pour les règlements. »  

France Travail. Le nouveau service public France Travail (ex-Pôle emploi) doit « sortir des gens de la pauvreté et permettre aux entreprises de trouver des réponses à leur difficultés de recrutements », déclare-t-il. Des représentants de France Travail confient aux Indiscrétions : « Ce n’est pas qu’un changement de nom, mais une évolution profonde. Avec, notamment, un partage de données informatiques avec nos partenaires, via la création d’un système d’information unique. »

Messages. Les vœux sont aussi l’occasion de rappeler l’action de l’État, parfois pas ou peu connue, dans les territoires : « dotations aux collectivités, gestion bientôt annoncé pour les opérations Anru (renouvellement urbain) de Montpellier et Sète, de nombreux dispositifs pour soutenir la revitalisation des territoires : Action Cœur de Ville, Petites Villes de Demain, Villages d’Avenir… » Parmi ses priorités en matière d’aménagement et sociétale dans l’Hérault, « la régénération de la forêt, un puits de carbone », « la gestion de l’érosion du trait de côte » (lire « Trois questions à… »), « la crise du logement » ou encore « la cohésion sociale ».

Conférence presse zoom 15 janv
Le matin avec la presse ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Besoin d’État. « Ce qui me frappe dans ce département, c’est le besoin d’État. Dans des champs régaliens comme l’immigration et la sécurité bien sûr, mais aussi sur des enjeux de réchauffement climatique, de développement des EnR, d’urbanisme, de logements… » Dans ce contexte, « le risque est d’essayer de tout faire. Je dois me fixer des priorités. »

Flamme. « C’est un département que j’aime beaucoup. J’y suis très heureux en famille (il est marié, avec un jeune garçon, note). » Avant d’ajouter, dans une analyse que l’on sent inspirée de ses échanges avec Michaël Delafosse, maire de Montpellier : « Les subtilités du département sont grandes. Ce territoire a connu des gestes brillants, mais aussi des conflits ».

Trident et Place nette. « Tout le monde, ici, aime la sécurité. Y compris la presse », observe le haut fonctionnaire. Il admet qu’à date, les résultats ne sont « pas très bons : trafic de stupéfiants, violences intrafamiliales… J’essaie de mettre des piques, des aiguillons, de redonner le sourire aux policiers et aux gendarmes, à travers des opérations dotées de noms appropriés : ‘Place nette’, ‘Trident’, ‘Tempête’… Il faut rappeler les responsabilités personnelles et collectives sur l’état des lieux. S’il y a du trafic de drogue, c’est parce que des gens consomment de la drogue. Les points de deal ancrés, les coups de feu, l’installation de barricades…, sont autant de résurgences visibles d’une économie parallèle. C’est une priorité absolue de s’attaquer à ces trafics, sur le plan judiciaire et en étant présent sur le terrain. »

Barbiers et bars à chicha. « Je n’ai jamais vu un département où on avait autant besoin de se faire tailler la barbe », a-t-il ironisé en constant une multiplication de barbiers dont on peut penser vraisemblablement que certains blanchissent l’argent de la drogue. « Au même titre que des bars à chicha ou des épiceries de nuit. Ces commerces sont inquiétants pour l’équilibre commercial de nos centres-villes, à Montpellier mais aussi Pézenas, Béziers, Clermont-l’Hérault, Bédarieux… » Les contrôles « vont continuer, avec de nouvelles armes réglementaires et législatives. Les fermetures pourront aller jusqu’à six mois, et j’entends communiquer le nom des établissements concernés. Certains gérants se foutent de nous (sic), alors que je me déplace en uniforme avec les forces de l’ordre. Je ne peux pas me battre sur la requalification urbaine, les dispositifs « Petites villes de Demain », etc., et tolérer ce déséquilibre. »

30 mn de lecture chaque soir. « Chaque soir, je passe 30 minutes à lire les synthèses de police moi-même, avec un regard sur les faits les plus graves : viols, meurtres ou tentatives de meurtre, violences intrafamiliales graves, trafics de drogue… Je demande à mes services un traitement spécial pour les étrangers qui commettent ce type de délits ou crimes. Y compris pour les étrangers en situation régulière. »  

Retenues d’eau. Le préfet n’exclut pas de pousser la création de retenues d’eau, face aux sécheresses à répétition et de plus en plus intenses. « Il s’agirait de retenir l’eau du Rhône en hiver, pour l’utiliser en été. Ce serait toujours mieux que de la rejeter en mer. Car, pour plagier Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, le niveau de la mer n’est pas un sujet, puisqu’il monte. » 

Les 4 Fantastiques. Face à des taux de chômage (9,8 %) et de pauvreté (19 %) « trop élevés », François-Xavier Lauch mise sur le développement des « 4 Fantastiques : EnR, économie de la mer (nautisme, conchyliculteurs, pêcheurs…), industries culturelles et créatives, et la santé, ici à Montpellier ».  

3 questions à

Loïc Linarès, vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée (34)

Loïc Linares Sète Agglopole Mediterranee

« Sur le lido de Frontignan, investir encore pour protéger l’activité humaine n’est plus rentable »

Alors que le risque de submersion marine grandit, quel va être le sort des quelque 2.000 habitations, érigées depuis 50 ans sur le fragile lido (une bande de terre entre mer et étang) de Frontignan, commune littorale située entre Montpellier et Sète ? Sur environ 6 km, les maisons individuelles, dont environ la moitié sont des résidences secondaires, défient encore la mer Méditerranée, protégées par des épis enrochés. Mais cette partie du littoral, située dans la partie orientale du golfe d’Aigues-Mortes et classée en zone rouge de submersion marine, est désormais en première ligne. « La montée du niveau de la mer est inéluctable, quoique l’on fasse en termes de politique d’atténuation ou de réduction. Il sera très dur de lutter contre ce phénomène en Languedoc, car les reliefs des côtes sont assez plats. La seule manière de s’adapter, c’est de quitter les fronts de mer », indique d’ailleurs Yves Tramblay, hydrologue et expert climatique lors du 6e rapport du Giec, dans Midi Libre du 11 janvier.  
Échange avec Loïc Linarès, conseiller municipal de Frontignan et vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée délégué à la transition écologique et à l’aménagement durable du territoire.  
« Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Loïc, comment le lido de Frontignan se prépare à sa submersion, encore lointaine certes, mais inévitable ?
Depuis août 2023, la ville de Frontignan a intégré la liste des communes dont l’action en matière d’urbanisme et de politique d’aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires, dans le cadre de la loi Climat et Résilience. Objectif : encadrer les constructions dans les zones concernées par la submersion marine, et favoriser une renaturation progressive.  
Pour évaluer l’évolution du trait de côte de Frontignan-Plage, et étudier un scénario de réorganisation spatiale, un groupement mené par le bureau d’études parisien Urban Act vient d’être mandaté. Des relocalisations, en retrait du littoral, seraient possibles dans des friches industrielles de Frontignan, ayant accueilli cimenterie ou dépôt pétrolier, et offrant aujourd’hui un foncier.  
Nous avons un aperçu de ce qui va se passer sur le lido de Frontignan-Place. En effet, dans une zone non protégée par des digues, aux Aresquiers, un restaurant de plage a déjà été démonté en 2005. La plage a, dans ce secteur, reculé d’environ 30 mètres en quelques décennies ! Aujourd’hui, s’il était encore là, cet établissement serait sous l’eau.  
Sur le lido, les enrochements érigés entre les années 80 et les années 2000 sont un pansement, qui a fonctionné jusqu’à présent, mais ne tiendra pas longtemps, sous les effets cumulés de l’érosion du trait de côte et du réchauffement climatique, beaucoup plus rapide que prévu. Investir encore pour protéger l’activité humaine n’est plus rentable. Nous ne pourrons plus lutter, et n’employons d’ailleurs, plus, dans les documents, le terme de ‘lutte’.  

Comment comptes-tu agir, en lien avec l’Etat et la Région Occitanie, sans affoler les habitants ?
C’est un travail de dentelle. Il y aura une graduation dans le temps. Même dans des zones identifiées comme étant menacées, des opérations foncières seront possibles, mais les acquéreurs seront informés qu’ils seront les derniers occupants. Par ailleurs, nous souhaitons empêcher les démolitions-reconstructions, encore possibles même en zone rouge. Car elles donnent l’impression que l’on peut construire, alors qu’il faut arrêter, et s’acculturer au risque. La gestion de l’érosion du trait de côte n’est pas qu’une affaire de scientifiques et de technique. Des sociologues et anthropologues seront mis dans la boucle, pour faire émerger un changement de culture et un nouveau rapport à l’environnement.  

Dans ce secteur voué à disparaître sous les eaux à moyen terme, le marché de l’immobilier affiche des prix presque parisiens. Comme cette maison de 161 m2 mise en vente à 1,4 million d’euros, soit plus de 8.600 euros par mètre carré. Que fais-tu face à ce paradoxe, le marché étant libre ?
Il faut travailler sur une équité. Nous souhaitons, avec l’État et la Région Occitanie, éviter que ces espaces vulnérables puissent être préemptés par les seules personnes qui en ont les moyens financiers. Il s’agit aussi de porter à connaissance, de faire participer les citoyens aux réflexions, pour poser des repères et la problématique, expliquer aussi qu’on ne chassera personne de chez soi et éviter une trop grande anxiété. Pour ce faire, la commission nationale du débat public organise une réunion sur le thème « Comment s’adapter à l’évolution du trait de côte en Occitanie ? », le 17 janvier à Frontignan.  

> Plus d’infos sur les réunions publiques du 17 janvier sur le trait de côte à Frontignan, et le 19 janvier à Sète sur le thème « Quel avenir pour les pêches en Méditerranée ? », en cliquant ici 

La HV Touch

Conseil RP

Parler à tous les journalistes d’un seul coup évite de faire des jaloux. C’est le principe de bon sens rappelé le 12 janvier au matin par François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault. « Accorder une interview à l’un d’entre vous, c’est lui donner la primeur. » 13 journalistes étaient présents. On va dire que cela nous portera bonheur en 2024.

La phrase

« Concernant l’érosion du trait de côte, des choix cruels nous attendent. Le maire de Frontignan m’a montré une vue aérienne du lido de Frontignan, en soulignant le fait qu’il va se passer quelque chose dans ce secteur. Faut-il continuer à protéger ? Ou reculer ? Les politiques publiques ne sont pas encore arrêtées. Mais sur un sujet aussi important, je ne vais pas me contenter des signer des parapheurs. »  
 
François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, le 12 janvier lors de ses vœux à la presse  

On s’en fout

Faut-il le dire ? Grosse réunion de vieux potes, ce vendredi, dans quelques pubs irlandais du cœur de Montpellier, pour plagier Gainsbourg – qui parlait de Londres. On parle là de près de 30 ans d’amitiés. Avec certes quelques sombres périodes de vacance entre certains comparses de la bande, mais c’est du costaud. Les automatismes d’antan sont vite retrouvés. Certains ne s’étaient pas vus depuis des années, mais ont repris la discussion comme s’ils s’étaient vus la veille, et faisaient partie de la même famille. Ressorts insondables de l’amitié masculine.  
D’accord, ça n’a pas franchement parlé littérature ou philosophie. Et, au compteur du comptoir, … (biiiip) pintes de Guinness englouties. On ne sait plus qui a payé sa tournée (tout le monde, probablement), ni quand. Les règles tacites imposent que l’on s’en foute. Ils imposent aussi de rester debout, même si cela doit être cinq heures durant. C’est un comportement incontournable de soirée dans un bar. Assis, les discussions n’ont pas le même goût.  
Une question ultra-sensible, mais comme je m’en fous, je l’aborde : les femmes étaient-elles exclues ? En fait, en tant qu’administrateur du groupe Whatsapp de l’événement (qui s’appelle poétiquement : « Schime potos janvier 24 »), je ne me suis même pas posé la question. Comme c’était une soirée de vieux potes, j’ai invité les vieux potes. À l’un des conviés, qui m’a demandé « Puis-je venir accompagné ? », j’ai répondu « Ben bien sûr, la question ne se pose pas ». Mais l’accompagnatrice en question, de peur de se retrouver esseulée entre discussions de foot et références d’anciens combattants, s’est ravisée. Idem pour mon accompagnatrice à moi, qui m’a glissé : « Vas-y tout seul, ça te fera du bien une soirée entre mecs. » Voilà qui est bien résumé. Quant au lendemain quelque peu difficile, il a été plus que compensé par les bienfaits psychologiques apportés par les sourires, galéjades et moqueries codifiées.

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

À Beaucaire, Concerto va lancer une plateforme logistique de 12.000 m²

Domitia Beaucaire Terre d'Argence
@CCBTA

L’opérateur immobilier Concerto, filiale de Kaufman&Broad, lance la commercialisation d’une future plateforme logistique de 12.000 m², sur un foncier de 4 hectares, dans la zone d’activités Domitia à Beaucaire, indique Juan Martinez, président de la communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence, et maire PS de Bellegarde. Le mandat est confié au cabinet conseil Arthur Loyd Montpellier Méditerranée, dirigé par Michel Peinado. « Cette zone, au bord du Rhône, est multimodale, à la fois connectée au trafic fluvial et embranchée au réseau ferroviaire, explique Juan Martinez. Ces solutions durables de transport de marchandises sont un atout pour les preneurs. » 
Avec la Compagnie nationale du Rhône, un projet de modernisation du quai de transbordement est à l’étude pour 2025.  
Pour Concerto, il s’agit d’un deuxième projet, après une première plateforme, plus importante (42.000 m²), exploitée par Lidl. Cette seconde plateforme devrait générer la création d’environ 40 emplois, selon l’élu. « L’obligation, pour notre territoire paupérisé, c’est l’emploi », martèle-t-il.  
L’intercommunalité porte plusieurs projets de zones d’activités : 4 hectares à Jonquières-Saint-Vincent, pour des artisans, et, à Bellegarde, l’extension, sur 12 hectares, de la zone de Broussan, et la création de la zone de Coste Rouge, sur 5 hectares. Ces deux zones, qui cibleront des PME, feront l’objet d’une enquête publique à partir du 20 janvier, dans le cadre d’une révision du Plan local d’urbanisme. Les travaux d’aménagement devraient être lancés en 2025.  

Un nouveau campus Entreprises et Compétences prévu à Mende en 2025

Perspective du futur Campus Entreprises et Compétences à Mende
Perspective du futur Campus Entreprises et Compétences à Mende ©CCI 48

La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Lozère (président : Thierry Julier) investit 3,5 M€ dans la construction de son nouveau siège, également futur campus Entreprises et Compétences à Mende, indique la CCI Lozère aux Indiscrétions. D’une surface de 1.100 m², le nouveau bâtiment hébergera le siège de la CCI 48, et des espaces dédiés aux entreprises (coworking, hébergement). Situé dans la zone d’activités de Valcroze, le futur bâtiment est entouré du Pôle Lozérien d’Économie Numérique (Polen) et du campus de formation de la CCI, Purple Campus. « Cette proximité immédiate va permettre d’intégrer et de mutualiser des espaces collectifs répondant aux besoins de Purple Campus, des entreprises et collectivités de Lozère », indique Thierry Julier. « Une salle de 160 places sera mise à disposition de nos financeurs (Département, de la Région, de l’État), ainsi que d’un public associatif : elle sera modulable pour accueillir tous types d’événements. Une offre qui n’existe pas actuellement en Lozère », précise Thierry Julier.  
Les bureaux sont adaptés pour proposer du flex office (bureaux non attribués) aux collaborateurs.   
Côté énergétique, le bâtiment devra produire plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement, à travers des toits photovoltaïques et de la géothermie.   
Livraison prévue au second trimestre 2025. Architecte : Bonnet&Teissier (Mende et Toulouse).   
Jugé « énergivore et disproportionné pour nos 20 collaborateurs », l’actuel siège de la CCI Lozère situé boulevard du Soubeyran (1.600 m²), est acquis par le Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement (SDEE) de la Lozère.  

Gragnague (31) : Linkcity va créer un centre de séminaires

Linkcity Granagues centre de séminaire
©REC Architecture

Linkcity annonce dans un communiqué de presse du 8 janvier la création d’un centre de séminaires à Gragnague, dans l’agglomération toulousaine, après avoir obtenu le permis de construire. Niché dans le domaine du Château de Degrés, au sein d’un parc de plus de 10 hectares, le projet comprend la construction de deux bâtiments d’hébergement (154 chambres) et d’un bâtiment dédié aux séminaires, pour une surface totale de 6.400 m². Est aussi prévue l’extension d’une grange existante de 870 m², qui va subir une lourde rénovation, et la rénovation légère d’un château existant de 1.000 m², précise le groupe aux Indiscrétions. Les travaux débuteront à la fin du deuxième trimestre 2024 pour une livraison prévue au troisième trimestre 2025.  

 Le projet va permettre de créer « 45 à 50 équivalents temps pleins, en fonction de l’activité », poursuit Linkcity, dont l’agence toulousaine assure la maîtrise d’ouvrage. Architecte : REC Architecture. Apuc sera le paysagiste du projet. Les études techniques seront menées par Egis, tandis que l’assistance à maîtrise d’ouvrage Environnement sera gérée par Ekkoia.  

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La Ville de Nîmes lance un avis pour la construction d'un complexe sportif au Mas de Vignoles. 

Le CCAS de Montpellier lance un avis pour la restructuration et extension du centre d'expérimentations et d'innovation sociale. 

Le centre hospitalier de Carcassonne lance un avis pour les travaux de réhabilitation extension du bâtiment 1 pour le CH de Castelnaudary. 

Le CHU de Montpellier lance un avis pour les travaux d'entretien et de réparation des bâtiments des établissements du groupement hospitalier de territoire "est-Hérault et sud-Aveyron". 

La S.E.R.M. lance un avis pour les travaux de rénovation électrique TGBT de la centrale thermo frigorifique du Polygone à Montpellier. 

La commune de Carcassonne lance un avis pour les travaux de réhabilitation du parking de la Cité des Sports et création d'ombrières photovoltaïques. 

La SPL 30 lance un avis pour le concours restreint de maîtrise d'œuvre pour la construction d'un centre de secours et d'un pôle d'entretien routier à Bagard. 

La commune de Perpignan lance un avis pour les travaux relatifs au désamiantage et à la démolition des anciens abattoirs de Perpignan. 

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour les travaux pour la construction de la halle de sport au collège de Fabrègues. 

L’EPF d’Occitanie lance un avis pour les travaux de curage, de désamiantage, de déplombage et de déconstruction de l'ancienne cité universitaire dite "Cité Matisse" à Nîmes. 

La S.A.3.M. lance un avis pour les travaux de construction du groupe scolaire Hypatie dans le quartier de la Mosson à Montpellier. 

Occitanie Ouest 

Le conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour la maîtrise d’œuvre de la restructuration de la maison des solidarités d'Auterive. 

Le conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour la maîtrise d’œuvre de la réalisation d’un pont sur les communes de Bessières et Mirepoix-Sur-Tarn. 

La commune de Toulouse lance un avis pour le concours pour l'attribution d'un marché négocié de maîtrise d'œuvre relatif à la construction du groupe scolaire Izards. 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour la reconstruction de l'Ehpad le Castelet du centre hospitalier de Muret. 

Le SMDEA lance un avis pour le marché de maîtrise d'œuvre pour l'installation de panneaux photovoltaïques sur ses sites de production d'eau potable et ses stations d'épuration. 

La délégation Midi-Pyrénées du CNRS lance un avis pour les travaux de transformation de locaux en plateau de bureaux pour le compte du L2IT. 

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux d'aménagement des téléports. 

Le Département des Hautes-Pyrénées lance un avis pour les travaux d’amélioration du pont sur la Neste d’Aure. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Toulouse Métropole attribue le marché d’assistance pour la révision quadriennale des contrats de délégation des services publics de l’eau et de l’assainissement à Naldeo Strategies Publiques. Valeur totale du marché : 370 500 euros.

La communauté de communes Terre de Camargue attribue le marché de fourniture et mise en place d’un ponton flottant sur le port d’Aigues-Mortes à rampa Energies et nova Nautic. Valeur totale du marché : 100 111 euros.

La Sa3m attribue le marché de missions de paysagiste urbaniste en vue de l'élaboration d'un projet d'ensemble pour la valorisation des espaces naturels, agricoles et de coutures urbaines à CAUDEX SAS, FABRIQUES architectures paysages, Estran production, SOBERCO ENVIRONNEMENT, VERDI INGENIERIE MEDITERRANEE et SOL&CO. Valeur totale du marché : 12 000 000 euros.

Le SICTOM Pézenas-Agde attribue le marché de transport et traitement de bois B trié et broyé des déchèteries au départ de la plateforme agréée d'Agde du Sictom Pézenas-Agde à Lr Broyage, Pro Environnement, Sud Broyage Recyclage et Bois Négoce Energie. Valeur totale du marché : 1 568 000 euros.

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le marché de travaux d’extension et de restructuration partielle du collège des Ponts Jumeaux à Toulouse à Seg Fayat. Valeur totale du marché : 6 550 000 euros.

La communauté d’agglomération Béziers Méditerranée attribue le marché de fourniture de divers matériels pour la collecte des biodéchets à Winbin et Solubio. Valeur totale du marché : 4 200 000 euros.

La Ville de Nîmes attribue le marché de choix d’un prestataire de service en communication à AGENCE SUNSHA. Valeur totale du marché : 3 000 000 euros.

La DIR Sud-Ouest attribue le marché de végétalisation des écrans acoustiques du périphérique toulousain au niveau de l'échangeur de Bordelongue à Idverde-Agence de Toulouse Travaux. Valeur totale du marché : 63 102,82 euros.

Plus de marchés ici

Toulouse Métropole attribue le marché de construction d’un centre technique Nord des déchets et moyens techniques de l’union à Societe Toulousaine De Travaux Et De Locations, Eurovia Midi-Pyrenees, Caussat Espaces Verts. Les autres titulaires à croquer ici. Valeur totale du marché : 4 450 267 euros.

Le Département de l’Aude attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation des locaux du parc départemental à SAS NOST Architectes, SA SCOPING et SAS MANZANO. Valeur totale du marché : 134 250,00 euros.

L'Université Paul Sabatier attribue le marché d’acquisition et déploiement d'un réseau 5G SA privé dédié à la plateforme d'expérimentation autOCampus, au sein de l'Université Toulouse-III Paul Sabatier, à ALSATIS SAS et TELPASS. Valeur totale du marché : 157 930 euros.

La commune de Palavas-les-Flots attribue le marché d’AMO pour la construction d'un bâtiment de service public intégrant un Hôtel de police et des logements à sas Profils. Valeur totale du marché : 59 606,25 euros.

L'Université de Montpellier attribue le marché de maintenance et entretien des toitures tuiles, ardoises, zinc, bac acier et cuivre à LANGUEDOC TOITURES. Valeur totale du marché : 1 200 000 euros.

L’agenda

Les cérémonies de vœux, haut lieu de réseautage, reviennent. Parce que vous le valez bien, Les Indiscrétions vous ont concocté un agenda des cérémonies en Occitanie.

Lundi 15 janvier :
- Medef Hérault Mohntpellier, 18h30, à Emmaüs Saint-Aunès (34).
- Ville de Toulouse, 18h30, Quai des Savoirs (39 allée Jules-Guesde).

Mardi 16 janvier
- FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, à Villa Duflot à Perpignan.
- Métropole de Montpellier, 18h30, au Corum de Montpellier.

Mercredi 17 janvier
- Alès Agglomération, 18h30, parc des expositions d'Alès Agglomération (Route d'Uzès, Méjannes-lès-Alès).
- Ville de Toulouse, 18h30, Maison des Associations (3 place Guy Hersant).

Jeudi 18 janvier
- FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, au Domaine du Grand Puy à Montpellier.
- Institut de Recherche pour le Développement, 11h, à l'IRD de Montpellier (911 avenue Agropolis).
- Tribunal de commerce de Montpellier, 17h.
- Ville de Castelnau-le-Lez, 18h30, au Palais des sports Jacques Chaban Delmas (Castelnau-le-Lez).
- Communauté d'agglomération du Pays de l'Or, 18h30, au Moto Park (199 rue Etienne Lenoir, Mauguio).
- Ville d'Agde, 19h, au Palais des Congrès du Cap-d'Agde.
- Voeux des forces économiques de Haute Garonne : CCI Toulouse Haute-Garonne, CPME Haute-Garonne, FFB Haute-Garonne, Medef Haute-Garonne et UIMM, 19h, MEET.

Vendredi 19 janvier
- Ville de Lunel et Lunel Agglo, 19h, Halle Intercommunale de Lunel (220 Av. Louis Médard).
- Ville de Juvignac, 18h, Espace Lionel de Brunélis.
- Ville de Toulouse, 18h30, Maison Toulouse Services -4 place du marché aux cochons).
- Ville de Pérols, 19h , salle Yves Abric à Pérols.

> Cet agenda n’est pas exhaustif, mais le format digital permet de l’enrichir en temps réel.
Pour figurer sur cet agenda, n’hésitez pas à nous parvenir les informations utiles à votre cérémonie de vœux : date, lieu précis, heure de la cérémonie.
Contacts : amelie@agencehv.com et hvialatte@gmail.com.

Plus de voeux ici

Lundi 22 janvier
- Université Paul-Valéry Montpellier 3, 11h30, dans le hall du bâtiment Atrium à l'Université Paul-Valéry.
- Ville de Toulouse, 18h30, Le Métronum (2 rond-point Mme de Mondoville).

Mardi 23 janvier
- La Mêlée, 18h, en simultanée à Toulouse (La Cantine by La Mêlée, 27 rue d'Aubuisson) et Montpellier (Village by CA).
- Ville de Lattes, 18h30, Espace Lattara (Lattes Centre).
- Pulse Béziers Méditerranée, 19h, médiathèque André Malraux, espace Jean Moulin 1er étage.

Mercredi 24 janvier
- CPME 34, 12h30, au Mercadis Marché d’intérêt national (281 avenue du marché gare, Montpellier).
- CleanTech Vallée, 18h30, La Villa (Aramon, 30).

Jeudi 25 janvier
- FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, Le Tribe (ancien hôtel des 3 couronnes) à Carcassonne.
- Unviersité Perpignan Via Domitia, 17h, Maison des Arts et de la Culture (campus du Moulin-à-Vent, Perpignan).
- Communauté de communes du Pays d'Uzès, 18h30, à L'Ombrière.
- Sète Agglopôle Méditerranée, 18h30, à la Maison Noilly Prat à Marseillan (sur invitation uniquement).
- Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, 18h30, salle des fêtes de Saint-Jean-de-Fos.

Vendredi 26 janvier
- FRTP Occitanie Méditerranée, 12h, Brasserie Le Provençal à Mende.
- Ville de Pézenas, 18h, place Gambetta à Pézenas.
- Ville de Toulouse, 18h30, Salle des fêtes Lafourguette (28 rue de Gironis).

Lundi 29 janvier
- FRTP Occitanie Méditerranée, 11h30, Domaine de Bayssan à Béziers.
- FFB Gard, 18h, dans les locaux de la FFB Gard à Nîmes (161 Allée Graham Bell Parc Georges Besse).
- CCI Hérault, 18h30, au Corum de Montpellier.
- Ville de Toulouse, 18h30, Chapelle St Joseph de La Grave (28 rue du Pont St Pierre).

Mardi 30 janvier
- CCI Hérault, 18h30, au parc des expositions de Béziers.

Mercredi 31 janvier
- CCI du Gard, 18h30, SMAC Paloma (Nîmes).
- Florian Mantione Institut RH, 19h, FDI Stadium à Montpellier.
- Chambre des notaires de l'Hérault, 19h, Maison du Notariat à Montpellier.

L'agenda des événements ici

Mardi 9 janvier : 

10e édition du Forum des filières qui recrutent organisée par les Jeunes Agriculteurs Aveyron à la salle des fêtes de Rodez.

Jeudi 11 janvier :

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Club au Domaine de Verchant avec : Fabienne Sicot, sur le toit du monde avec 2 handicaps. Plus d’infos ici.

Mardi 16 janvier : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Béziers avec un invité d’honneur : Mathilde Boulachin, domaine Chavin. Inscription obligatoire ici.

Rencontre des observatoires sur le thème « Construction neuve, marché du logement, démographie : quelles tendances ? », organisée par l'AUAT à Toulouse (11 boulevard des Récollets). Plus d'infos et inscription ici.

Jeudi 18 janvier :

Instants Éco « Dirigeant : comment adapter sa communication à son interlocuteur ? », organisés par la CCI Aude à Innoveum. Inscription gratuite mais obligatoire ici.

Réunion de concertation publique sur la ZAE du Dardaillon (Lunel), organisée par la Ville de Lunel à la salle des Trophées des Arènes de Lunel (34). Plus d'infos ici.

Jeudi 25 janvier :

4e étape des rencontres territoriales de la décarbonation, organisée par la direction générale de l'aviation civile à Muret.

FÉVRIER

Jeudi 1er février : 

Atelier Alabri Entreprises « Votre entreprise est-elle préparée à la prochaine inondation ? », organisé par Nîmes Métropole à l'hôtel communautaire de Nîmes Métropole (salle Madeleine Brès). Inscription en cliquant ici.

Jeudi 8 février : 

Table ronde « Aménagement du territoire : Comment faire face aux évolutions inévitables ? », organisée par Cobaty à Alès (Bâtiment le Myriapole).

Vendredi 16 février :

Forum Innov'Pôle Santé 2024 « IA et transformation des parcours de soins : les défis organisationnels, sanitaires et numériques », organisé par le CHU de Toulouse à La Cité. Plus d'infos et inscription avant le 30 janvier en cliquant ici.

MARS

Jeudi 14 mars :

19e édition d'Occitanie Invest, rencontre investisseurs-entreprises, organisée à la Cité à Toulouse. Plus d'infos et inscription ici.

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Avignon, 19/1, concept immobilier Cowool, lancé par HPC Capital
  • Florac, 30/1, déplacement à la Manufacture Atelier Tuffery
  • Le décollage de la plateforme de financement participatif pour la transition énergétique Enerfip
  • Lundi Matin développe l’IA pour les commerces de proximité
  • Comment le littoral d’Occitanie s’adapte à l’érosion du trait de côte
  • Kaliop repris par son management
  • Kinvent lève des fonds

    Pour ToulÉco :

    • Interview de Nordine El Ouachmi, PDG de Bureaux&Co et président de la French Tech Méditerranée
    • Portrait de Stéphanie Nougaret, chercheuse à l'Institut du Cancer de Montpellier
    • Portrait de Hugues Galambrun, PDG de Septeo (legal tech, Lattes – 34)

    RÉDACTION DE CONTENUS

    Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

    Magazine « L’œil » d’Arthur Loyd Occitanie Méditerranée

    Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

    ANIMATIONS

    2024.  Animation de 4 Lab Immo pour Midi Libre.

    8 février : Préparation et animation d'une conférence / débat au sujet de l'urbanisme dans un contexte de changement climatique, à Alès (Gard), organisée par le Cobaty Alès Cévennes.

     

    Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

    Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
    Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

    Les dernières indiscrétions

    La tech s’invite aux JO

    Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

    Du moulin à la baguette

    La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

    On va en entendre parler

    En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

    La rédaction