IDEC-bannière-lesindescretion-mai2022

Les indiscrétions

Le plus dépensier

Semaine du 27 novembre 2023

sur le gril cette semaine

Ugo sans barrière, nouveau président de la FFB Gard, notre 5.000e abonnée LinkedIn (il faut bien que ça tombe sur quelqu’un) en « À l’affiche » ; Les 20 ans du Chede (cycle des hautes études pour le développement économique) débattent des enjeux industriels et environnementaux nationaux, les patrons chez Emmaüs, les industriels parlent nouveaux modes de travail technologies de production et digitalisation à 400 étudiants de MBS, l’éolien flottant poursuit sa structuration entre sous-traitance industrielle et localisation d’un futur parc au large de Gruissan, le salon Energaïa (énergies renouvelables) revient mi-décembre, le gros projet électrique de RTE dans le Gard (en « Décodage ») ; Le très tendance « J’peux pas, j’ai Covid » et la proposition de Carole Delga pour soutenir la filière viticole régionale (en « HV Touch »), les dessous du Sitevi (en « Trois questions à »), et, en « Ça pousse », l’avis de l’Autorité environnementale sur l’étude d’impact du Grand Matabiau à Toulouse et les Thermes des Fumades rouvrent au printemps. 

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Ugo Barrière, TotalÉnergies

Ugo Barrière, TotalÉnergies

L’ex-directeur adjoint de cabinet de Carole Delga (Région Occitanie) rejoint TotalÉnergies comme responsable des relations parlementaires, apprend-on de source proche. Il a été aperçu sur le stand du grand groupe lors du Salon des Maires à Paris.

Pierre Martin, FFB Gard

Pierre Martin, FFB Gard

Il succède à Pascal Lacosta à la présidence de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) Gard, annonce Olivier Polge, secrétaire général à la FFB Gard, dans un post LinkedIn (à lire ici). Pierre Martin est par ailleurs directeur régional de Sogea Sud Bâtiment, filiale de Vinci Construction, depuis mars 2023.

Michaël Delafosse, ANRU

Michaël Delafosse, ANRU

À l’occasion du Congrès des Maires, l’Anru (Agence nationale pour la Rénovation urbaine) donne la parole à 20 élus locaux « engagés au service des habitants des quartiers populaires », dans un carnet édité à l’occasion des 20 ans du renouvellement urbain (à lire en cliquant ici). Dont, en Occitanie, Michaël Delafosse, maire de Montpellier. L’équipement dont il est le plus fier, en tant que porteur d’un projet de renouvellement urbain ? « L’Espace Gisèle Halimi : un nouvel équipement public structurant d’un nouveau genre, ouvert au cœur du quartier de la Mosson, dans un contexte de forte transformation urbaine. Il est à la fois le lieu de travail des équipes projet, pour être au plus près des réalités du terrain et des habitants, et le lieu ouvert à tous les publics, avec un service de proximité renforcé dans les domaines du social, de l’emploi, de la santé, du numérique etc. » 
Une vision rétrospective est apportée par l’ancien adjoint à l’urbanisme de Hélène Mandroux. « Depuis 20 ans, l’Anru a permis d’engager à Montpellier des projets de transformation urbaine importants, avec par exemple des interventions complexes sur la grande copropriété privée du Petit-Bard (environ 850 logements) entre 2005 et 2020. Le soutien de l’Anru, via le NPNRU, constitue un accélérateur, via la mobilisation des moyens des partenaires nationaux comme Action Logement par exemple, et un appui important, méthodologique et de partage d’expériences. »

Hervé Darrieux, Occitanie Place Financière

Hervé Darrieux, Occitanie Place Financière

Directeur d’investissement chez Bpifrance, il participe à la table ronde « Quelles solutions de financements, autres que bancaire, pour les PME et les ETI ? », organisée par Occitanie Place Financière, le 28 novembre à Montpellier Management (Université de Montpellier). À ses côtés interviennent Mélanie Biberian (Beemo Technologie), Christophe Carniel (VOGO), Delphine d’Amarzit (Euronext Paris), Emmanuelle Bonal (Inbonis Rating), Marc-Étienne Sébire (CMS), et Mathieu Dreno (In Extenso Finance Occitanie). Plus d’infos et inscription ici.  

Nathalie Lopez, la 5.000e

Nathalie Lopez, la 5.000e

Responsable du développement chez Pearl SAS (dépollution des eaux, contaminations radioactives, dépistage radon ; Limoges – 87), elle est la 5.000e abonnée à suivre la page LinkedIn des Indiscrétions. Cap franchi ce 26 novembre au soir. Ça se fête, non ? Merci à Nathalie, et aux désormais plus de 5.000 membres de la communauté. Cap atteint deux ans après la création de cette page : sans verser dans l’auto-promotion béate, c’est une honnête performance.
Ces 5.000 abonnés viennent s’ajouter aux plus de 5.000 destinataires de la newsletter, via les campagnes emailing du lundi. Sans compter les centaines de consultations, chaque semaine, via le nouveau site www.lesindiscretions.com. Voilà de solides bases de diffusion pour poursuivre notre mission d’information et alertes économiques en 2024.
Un rappel : sachez que nous ne savons pas tout. Aussi, n’hésitez pas à nous alimenter en indiscrétions de tout poil : des projets, des nominations, des problématiques, des points de tension, des réflexions, des actualités chaudes ou à venir… Nos sources sont toujours protégées. C’est notre job. 
C’est aussi l’occasion pour moi de remercier Sarah Nguyen Cao Khuong et Amélie Cazalet, qui œuvrent chaque semaine, avec talent et rigueur, à la conception, rédaction, mise en page, diffusion et promotion de ce smart média. Sans oublier les conseils avisés de Fanny Bessière, notre prestataire digital Janvier, et les contributions rédactionnelles précieuses de notre alternant Vincent Riba et de nos journalistes pigistes Jules Mestre et Pierre Bruynooghe.

Virginie Madelin, de l’IGPDE à l’Insee

Virginie Madelin, de l’IGPDE à l’Insee

Directrice générale de l’IGPDE (Institut de la gestion publique et du développement économique) depuis six ans, elle annonce, ce 24 novembre lors des 20 ans du Chede (Cycle des hautes études pour le développement économique), son départ pour l’Insee, où elle rejoint l’Inspection générale. « Le poste de directeur de l’IGPDE est ouvert », précise-t-elle aux Indiscrétions.
Au fait, qu’est-ce que le Chede ? « Un espace d’échanges entre le monde économique et la technostructure, dans un cadre informel, en dehors des négociations. » Parmi les auditeurs d’Occitanie, de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Catherine Berger (Altémed), Zoé Mahé et Fabrice Salemy (Région Occitanie), Éric Ferrières (ex-CCI Lozère), Fatima Bellaredj (Confédération générale des Scop), Agnès Jullian (Technilum), Jean-François Rezeau (Veolia et CCI Occitanie), Jean-Guy Amat (Le Sérignan Plage), Alexia Simonot (Studi), Régis Serpentier (SCP Alcade&Associés), ou encore un certain Michaël Delafosse, etc.

Sébastien Pujol, PNR des Grands Causses 

Le Parc Naturel Régional des Grands Causses (Millau – 12) nomme Sébastien Pujol au poste de directeur général des services, annonce Corentin Boyer, chargé de communication au PNR des Grands Causses, aux Indiscrétions. Le nouveau directeur général travaille déjà au sein de la structure depuis 2017 en tant que directeur général adjoint en charge des politiques territoriales concernant les programmes européens, les contrats régionaux, l’alimentation et le tourisme durable. Il remplace Florent Tarrisse qui était en poste depuis neuf ans. Il est nommé inspecteur général de l’environnement et du développement durable rattaché au Ministère de l’Environnement.

Irène Gonzalez Salgado, Insa Toulouse, TBI et Nereus

Irène Gonzalez Salgado, Insa Toulouse, TBI et Nereus

Cette diplômée de l’Institut national des Sciences appliquées de Toulouse, membre de Toulouse Biotechnology Institute, Bio&Chemical Engineering est récompensée pour ses travaux sur les processus d’absorption chimique, effectués dans le cadre d’un projet avec Nereus (Le Pouget – 34). Ce projet Omix est lauréat du Grand Prix de la recherche partenariale, décerné par Le Réseau des Carnot. Il concerne le développement d’une technologie permettant de fractionner les digestats par des techniques de nanofiltration. Lire le communiqué en cliquant ici.

Jean-Antoine Villégas, commune d’Ouveillan

Jean-Antoine Villégas, commune d’Ouveillan

Il est élu maire d’Ouveillan, commune audoise située à la frontière du département de l’Hérault, le 24 novembre, dévoilent nos confrères de L’Indépendant (à lire ici). Il succède à Brigitte Bestué, qui assurait la fonction depuis la démission de Jean-Paul Chaluleau en septembre dernier. La commune d’Ouveillan abrite près de 2.700 habitants (source : Ville Data).  

Béatrice Montant, Chapeau-Caussade

Elle est élue présidente de Chapeau-Caussade, à Caussade (Tarn-et-Garonne), association organisatrice des Estivales du chapeau, organisées chaque année. Commerçante coiffeuse à Caussade, Béatrice Montant remplace Lucien Serre, qui, pour des raisons de santé, met fin à son mandat. Le conseil d’administration de l’association s’est par ailleurs renouvelé avec l’arrivée de 5 nouveaux membres élus (plus à lire ici). La 32e édition des Estivales du chapeau auront lieu du 19 au 22 juillet 2024. Un concours international avec un défilé de chapeaux y est organisé, rassemblant entre 50 et 70 modistes internationaux. Dans le Tarn-et-Garonne, 3 chapelleries emploient 120 personnes : les entreprises « Crambes » et « Willy’s Paris » à Caussade et « Coustillères » à Septfonds.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Génération Industrie : 12 industriels face à 400 étudiants de Montpellier Business School

À l’occasion de la seconde édition de Génération Industrie, organisée par la CCI Hérault (président : André Deljarry) mardi 21 novembre, douze industriels sont venus à la rencontre des étudiants de Montpellier Business School. Au programme : nouveaux modes de travail, digitalisation de l’industrie, et nouvelles technologies de production.

Generation industrie introduction par André Deljarry
Discours introductif d’André Deljarry, président de la CCI Hérault ©CCI Hérault

Quatre tables rondes thématiques. 400 futurs diplômés de Montpellier Business School (MBS) se sont rassemblés dans l’amphithéâtre de l’école de commerce, pour la 2e édition de Génération Industrie, rencontre organisée par la CCI Hérault, l’IAE de Montpellier et MBS le 21 novembre. Face à eux, douze industriels pour échanger autour de quatre sujets : la santé, l’agroalimentaire, l’énergie et le bâtiment du futur. Objectif : « faire découvrir une industrie locale et diversifiée et confronter les témoignages d’industriels aux questions des étudiants présents », rappelle André Deljarry, président de la CCI Hérault et premier vice-président de la CCI Occitanie en introduction. Les débats étaient animés par 4 intervenants de MBS : Magalie Marais (par ailleurs lectrice de la newsletter !), Gilles Seré de Lanauze, Sara Laurent et Cédrine Joly. 

L’IA dans la santé. Au cœur des sujets abordés : l’industrie tournée vers le futur et l’innovation, avec l’analyse des données et l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur de la santé. « Nous avons créé cette année un pôle de data scientist, pour analyser nos données et être capables de prédire l’arrivée d’autres maladies liées à l’audition, notamment les maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer) », explique Aurore Marie, directrice de la filiale américaine de Cilcare, institut de recherche spécialisé dans l’audition (Montpellier). L’IA a également cette double fonction d’internaliser la digitalisation de l’entreprise, en servant les autres pôles comme la communication, le commercial, le marketing, etc. Dans cette logique, Cilcare développe actuellement sa propre IA.

« Nous planifions désormais les opérations de chirurgie via des logiciels 3D nourris par de l’IA : cela permet d’anticiper le type d’implant, sa taille et sa version, et d’améliorer nos coûts et notre logistique », complète Ludovic Toledo, directeur général de Dedienne Santé, concepteur et vendeur de prothèses de la hanche, basé à Mauguio. 

George Clooney. « La pub de Nespresso avec George Clooney fait un tabac et a complètement démocratisé la capsule d’aluminium. Nous sommes les derniers sur le marché à être passé à la capsule de café, sinon nous étions obligés de fermer l’usine et mettre 20 personnes au chômage », raconte Philippe Maillard, directeur de l’usine Carte Noire de Lavérune (34). Une technologie pourtant difficile à recycler, malgré les coupons proposés par l’entreprise pour la recycler gratuitement. « Les utilisateurs veulent du compostable. C’est d’ailleurs pourquoi George Clooney (surnom donné à Nespresso par l’intervenant, note) vient de sortir la capsule Home Compost », analyse-t-il. Seul bémol selon lui : le respect du goût et de l’arôme du café dans une technologie qui ne conserve pas comme l’aluminium. Quoi qu’il en soit, « le leader (Nespresso, note), vient de bouger de manière significative avec cette capsule, et toute la filière va devoir suivre pour ne pas mourir. C’est ce qui est intéressant dans l’agro-alimentaire : une compétition saine existe, pour toujours s’améliorer et rendre le produit meilleur », ajoute-t-il.

Table ronde Generation industrie Santé
De g. à d. : Ludovic Toledo (Dedienne Santé), Magalie Marais (MBS), Aurore Marie (Cilcare), Pierre Guilbourg (Buasch and Lomb) ©CCI Hérault

17 ans d’ancienneté moyenne. L’usine de la Salvetat (groupe Danone), implantée à la Salvetat-sur-Agout (34) depuis 31 ans, compte 75 salariés issus du territoire. « Nous enregistrons 17 ans d’ancienneté moyenne, et 10 % soit 7 personnes sont là depuis le premier jour ! », rappelle Martin Pigeon, directeur du site, qui souhaite maintenir l’implication de ses collaborateurs en donnant du sens à leur mission. « Nous avons un vrai impact sur le territoire, nous sommes la seule usine à 40 km à la ronde. »

42 %. Autre enjeu : la RSE et la protection des ressources, notamment à travers la valorisation des déchets et l’amélioration des packagings des produits. « La bouteille en verre représente 42 % de l’ensemble de nos émissions carbones », indique Carmen Etcheverry, responsable développement durable du groupe viticole Advini, qui travaille sur une solution de consigne des bouteilles de vin. « Ce sont des filières industrielles qui se relancent ! » 

Faire confiance à la jeune génération. S’adressant à un public de futurs diplômés, les industriels ont abordé le sujet de l’emploi et de la qualité de vie au travail. « L’innovation ne se fait pas uniquement dans les machines mais également dans les organisations de production », rappelle Philippe Maillard. « Un stagiaire est venu un jour me proposer de sponsoriser l’équipe e-sport (jeu vidéo de compétition, note) de Marseille. J’ai dû le regarder avec des yeux ronds !, raconte Pierre Guibourg, président du laboratoire Bausch and Lomb. Mais j’ai accepté : les jeunes apportent de la nouveauté pour le business model de demain et il faut savoir les écouter. » 

Pics Studio. Industrie également valorisée lors de l’événement, celle du cinéma, avec la présentation du studio Pics Studio et son projet de cité du cinéma répartie sur trois sites (Saint-Gély-du-Fesc, Fabrègues et Pérols (plus à (re)lire dans Les Échos ici), porté par GGL Groupe et Spag.

Préjugés déconstruits. Stéphanie Andrieu, directrice générale d’Urbasolar et 1ère vice-présidente de Montpellier Business School, a conclut les échanges. « Non, l’industrie n’est pas vieille, ni sale : elle innove et s’engage dans une démarche RSE. Non, elle n’est pas réservée aux hommes, ni aux ingénieurs : elle s’ouvre aux écoles de commerce, financiers, commerciaux, etc. Si nous nous approprions le sujet, il y a de la place pour tous les parcours ! »

Plus à lire dans ToulÉco ici

Occitanie : 1.500 projets financés par le Fonds vert en 2023

Rénovation énergétique des bâtiments publics, recyclage foncier, rénovation des parcs luminaires d’éclairage public, prévention des risques… 1.500 projets en Occitanie ont bénéficié du Fonds vert en 2023, dispositif destiné à accélérer la transition écologique des territoires, représentant un investissement de 188 M€. Le territoire est lauréat du dispositif sur le chantier de rénovation des parcs de luminaire d’éclairage public avec 300 dossiers financés, dévoile le 24 novembre Pierre-André Durand, préfet de la Région Occitanie. Dans le Gers, les actions concernant la rénovation des parcs d’éclairage public, menée par le syndicat départemental Territoires d’Énergie, concernent 179 communes et représentent plus de 6 M€ (dont 2,5 M€ mobilisés par le Fonds vert). Un budget de 2,5 Md€ est inscrit dans le projet de loi de finance 2024. Objectifs : « continuer la rénovation énergétique de tous les bâtiments publics, en particulier des établissements scolaires, dont une enveloppe nationale dédiée de 500 M€ a été annoncée par le Président de la République en septembre dernier », rappelle la préfecture de la Région Occitanie. Plus d’infos ici

Ferroviaire : 21 M€ déployés sur la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse

Ministre en charge des Transports, Clément Beaune annonce le 22 novembre un investissement de 21 M€ pour rénover la ligne ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (700 kilomètres) d’ici 2027 (à lire ici). Deux conventions ont été signées par l’État et la SNCF concernant « le financement des travaux entre Brétigny et Boisseaux (13 M€) et le financement des études et dossiers de consultation des entreprises entre Les Aubrais et Montauban (8 M€) », détaille le gouvernement.

Éolien flottant : localisation du parc confirmée, les opportunités pour la sous-traitance industrielle

Éoliennes en mer Méditerranée
©Matière

Ce 23 novembre, le gouvernement annonce la localisation d’un parc éolien flottant d’environ 250 MW (avec une extension ultérieure de 500 MW) au large de la côte narbonnaise, dans un communiqué (à lire en cliquant ici). « Dans la zone 1 au large de la côte narbonnaise, le premier projet d’environ 250 MW sera situé à plus de 25 km des côtes et se voit allouer une superficie de 48 km2. Son extension d’environ 500 MW sera située à plus de 30 km des côtes de l’Aude, pour une superficie allouée de 96 km2 », précise le gouvernement. Un autre parc est prévu au large du golf de Fos (région Paca). La mise en service est prévue en 2031.

Opportunités de sous-traitance. La CCI Aude organise le 5 décembre à Narbonne une présentation des opportunités de la sous-traitance industrielle de l’éolien offshore flottant en Méditerranéen (infos ici). Au programme, la présentation d’AEM (consortium du groupe Qair Total Énergies et Corio Génération), la présentation de l’appel d’offres de fermes commerciales en Méditerranée, et la présentation des opportunités de sous-traitance sur un parc éolien en mer. La réunion est destinée aux professionnels « de la métallurgie, de la mécanique industrielle, des fabricants de composants électroniques ou de câbles, de la réparation et maintenance navale, des travaux électriques, de la peinture ou du montage de structures métalliques, et de la location de matériel », détaille la CCI Aude. 
Pour rappel, deux fermes pilotes d’éoliennes offshore flottantes vont être installées en région Occitanie : EFGL (Éolienne flottante marine au golfe du Lion) porté par Engie, au large de Leucate et du Barcarès, et EolMed par Quadran Énergies Marines, au large de Gruissan et Port-la-Nouvelle. Et à horizon 2030 viendront s’ajouter deux parcs éoliens flottants. Le premier parc sera situé au large de la Narbonnaise, dans l’Aude, et le second devrait prendre place au large du golfe de Fos.

ENR : 14.000 professionnels attendus au Forum EnerGaïa à Montpellier 

Les 13 et 14 décembre, le parc des expositions de Montpellier accueillera le Forum EnerGaïa, porté par la Région Occitanie et consacré aux énergies renouvelables. 14.000 visiteurs professionnels sont attendus pour déambuler autour des quelque 400 exposants. « Le photovoltaïque flottant : une nouvelle filière émerge », « Comment déployer le potentiel des emplois verts dans le domaine de la transition énergétique ? », « Agrivoltaïsme, réussir le mariage du solaire et de l’agriculture », « Quelle accélération pour les énergies renouvelables », « La filière “Drone” au service des énergies renouvelables » … Voici quelques-unes des conférences qui vont rythmer ces deux journées (programme à consulter ici). Seront également organisés des tables rondes, des ateliers et des interventions d’experts.
En 2022, Hubert Vialatte et Sarah Nguyen Cao Khuong (Agencehv) ont animé 10 interviews « L’Œil de l’expert » sur le plateau télé du Forum EnergGaïa, à (re)voir ici. Toutes les animations d’Agencehv à croquer en cliquant ici

65 km de ligne électrique RTE entre Fos-sur-Mer et Jonquière-Saint-Vincent, un projet à 300 M€

RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité français (9.500 salariés), prévoit d’ici 2028 la création d’une nouvelle ligne électrique aérienne à 400.000 volts, reliant les postes existants situés à Fos-sur-Mer (13) et Jonquières-Saint-Vincent (30), soit 65 km. Montant de l’investissement : 300 M€. Objectif : faire face à la consommation régionale d’électricité, qui pourrait doubler d’ici 2030, dû à la hausse des usages domestiques de l’électricité, à la réindustrialisation sur le territoire, et à la décarbonation de la zone industrielle de Fos-sur-Mer. La concertation autour du projet a débuté le 16 novembre, avec 109 parties prenantes dont des communes et intercommunalités, l’État, des associations et des fédérations. La concertation du public démarrera quant à elle début 2024.

Occitanie Export Tour : les astuces des entreprises exportatrices

Clôture d’Occitanie Export Tour, le 23 novembre au FDI Stadium à Montpellier ©Hubert Vialatte

En clôture de l’Occitanie Export Tour, le 23 novembre, plusieurs entrepreneurs témoignent au FDI Stadium, à Montpellier. « Lors de notre implantation aux États-Unis, en 2017, nous avons décidé de créer une société américaine. Ce n’est pas du tout la même approche que d’implanter une entreprise française outre-Atlantique », explique Célia Belline (Cilcare, société de R&D spécialisée dans les troubles auditifs). Autre conseil : « Avoir un avocat très costaud, résider dans le territoire pendant un an (sur le modèle de ce que Bertin Nahum est en train de faire à Miami avec Quantum Surgical, note), et se faire accompagner par des conseillers du commerce extérieur de la France. Cela permet d’être systématiquement informé, même à distance. »
Pour Emmanuel Mouton, dirigeant de Synox (objets connectés), les déplacements au CES Las Vegas avec Ad’Occ (Région Occitanie) « ont permis de voir nos compétiteurs, et de mieux positionner notre valeur ajoutée ». Selon lui, l’international « doit se structurer dans l’entreprise. Il faut recruter des développeurs, des commerciaux, des cadres marketing qui parlent anglais. » Autre arme, les recrutements de VIE (volontariat international en entreprise), comme Synox l’a fait pour sa première filiale à Valence (Espagne). « Les VIE sont des poissons pilotes dans les pays prospectés », renchérit Gilles Lecaillon (Ecocean, restauration écologique en milieu aquatique).

Parmi les axes de progrès : « Une centaine d’OEA (opérateur économique agréé) en Occitanie, ce n’est pas suffisant. Nous avons pour ambition de développer ce statut », indique la direction régionale des Douanes, qui accompagne 1.000 entreprises chaque année.

Actions de TotalÉnergies. Pour Sylvain Panas, directeur de TotalÉnergies en Occitanie, rappelle la forte présence de la partie Électricité renouvelable, à l’échelle nationale, à Montpellier, avec 400 collaborateurs. Avec des perspectives à la clé : « TotalÉnergies investit chaque année 5 Md€ pour le développement des énergies renouvelables. Nous accompagnons des entreprises, notamment sur les sujets d’export, avec des dispositifs encore mal connus. » Par exemple, le grand groupe accueille des entreprises dans ses filiales à l’étranger, dans 50 pays, pour leur faire profiter des fonctions supports, gratuitement. Autre volet : missions d’approche et de prospection, avec Business France, les CCI, les pôles de compétitivité, la Région…, autour de la transition énergétique. Enfin, TotalÉnergies alloue des aides personnalisées.

En chiffres. L’export, assez peu connu en Occitanie, est pourtant une vraie force économique, avec 7 milliards d’euros d’excédents dans la balance commerciale. « C’est certes portés par l’aéronautique et le spatial à Toulouse, mais aussi par la chimie et la santé », indique Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie délégué à l’emploi, l’économie, l’innovation et la réindustrialisation. « L’Hérault pèse 7 % de l’export en région, la Haute-Garonne à 61 % », précise André Deljarry, président de la CCI Hérault et premier vice-président de la CCI Occitanie. « L’export n’est pas dédié à une élite, aux seules grandes entreprises, il est pour tout le monde, ajoute Jalil Benabdillah. En Occitanie, 50 ETI sont adhérentes du Club ETI Occitanie, sur 379 dans la région. Il y a de la marge pour aller chercher de la mutualisation pour aller à l’international. »

Temps forts éco

Jean-Michel Giraud, directeur du pôle attractivité, développement économique et emploi de Montpellier Méditerranée Métropole, annonce trois temps forts économiques d’ici à la trêve des confiseurs : Les Rencontres RSE le 28 novembre, en faveur de l’impact sociétal des entreprises et des quartiers prioritaires, avec un nouvel outil digital : le portail Montpellier Impact ; ICONIC, le rendez-vous des Industries culturelles et créatives, du 1er au 5 décembre ; Les Rencontres pour l’Emploi le 12 décembre, pour les recruteurs et les demandeurs d’emploi, avec Pôle emploi.

CCI Hérault : trois personnes identifiées

André Deljarry, président de la CCI Hérault jusqu’en novembre 2026, confie aux Indiscrétions avoir identifié « trois personnes potentielles » pour lui succéder, « une femme et deux hommes ».

Appel d’offres : Tisséo déraille-t-il ?

« Tisséo, les appels d’offres déraillent » : dans un post LinkedIn publié le 17 novembre, Julien Roset, directeur associé de l’agence Just Happiness (Grabels – 34) et président de l’UCC Grand Sud, épingle les méthodes de consultation de Tisséo, marque commerciale du réseau de transports en commun de Toulouse et sa région. En résumé : des appels d’offres déclarés infructueux à répétition, une valse-hésitation sur la définition des besoins, un temps réduit pour répondre sur des enjeux complexes… « Comment un donneur d’ordre de cette importance peut-il faire perdre autant de temps et d’argent à des entreprises ? Le plus souvent des TPE et PME locales auprès de qui il perd toute crédibilité. Comment cautionner une telle destruction de valeur des agences de communication dans ce contexte économique extrêmement tendu ? Un faux pas, peut-être ? Non, car malheureusement, ce n’est pas la première fois que l’UCC alerte Tisséo sur ses appels d’offres irresponsables et en dehors du cadre juridique », lance Julien Roset. Contacté par Les Indiscrétions, Tisséo n’a à ce stade pas répondu.

ETIncelles

Alors que la France compte deux fois moins d’ETI (entreprises de taille intermédiaire, plus de 250 salariés ou 50 M€ de CA ou un total de bilan compris entre 43 M€ et 2 Md€) que l’Allemagne (5.600, au lieu de 12.000 outre-Rhin), Emmanuel Macron affirme, le 21 novembre, vouloir 1.000 ETI supplémentaires d’ici à la fin du quinquennat. Un dispositif d’accompagnement, ETIncelles, est mis en place pour les PME restant aux portes du statut d’ETI. L’Occitanie compte 379 ETI, soit 7 % des ETI en France. Un peu plus de la moitié de ces ETI d’Occitanie est localisée en Haute-Garonne et dans l’Hérault, et la majorité a un actionnariat familial, indique le Club ETI Occitanie, dont la nouvelle déléguée générale (création de poste) est notre ancienne consœur Aline Gandy et la présidente Catherine Mallet (Actia Group).
Le Club ETI Occitanie va animer plusieurs commissions thématiques : « Transition écologique et RSE », « RH et Talents », déjà actives, et prochainement « Transition numérique et Cybersécurité ».

Comment Windelo réduit l’empreinte carbone des catamarans

Windelo
©DR

Le fabricant de catamarans catalan Windelo (90 salariés, 9,5 M€ de CA en 2023), dirigé par Olivier Kauffmann, ex-DG de Decathlon France, poursuit ses efforts pour réduire au maximum l’empreinte carbone de ses modèles, dans une industrie nautique globalement peu vertueuse, notamment avec l’utilisation de polyester. Le dernier modèle de 50 pieds est ainsi équipé de deux moteurs électriques, alimentés par des panneaux solaires. Un système d’hydrogénération sous voiles recharge un parc de batteries pouvant prendre le relais. Une propulsion thermique est prévue en dernier recours. « Des clients canadiens ont réussi à traverser l’Atlantique en autonomie électrique. Les catamarans étant connectés, nous avons pu suivre les données, analyse Olivier Kauffmann. Les constructeurs ne croyaient pas possible ce type de performance, il y a quelques années. Tous sont désormais dessus. Ce que connaît l’automobile, le nautisme va le connaître. »
Le catamaran est par ailleurs réalisé avec un composite en fibre de basalte, remplaçant la fibre de verre, et en mousse PET (bouteilles de plastique broyées), supplantant en partie le PVC. Ces écomatériaux « diminuent l’empreinte carbone de 47 % », assure le dirigeant. Pour aller plus loin, des recherches portent sur une amélioration de la résistance aux vagues de la mousse PET, afin de réduire encore davantage l’utilisation de PVC.
Un prêt Innovation de Bpifrance de 800.000 euros vient d’être décroché, pour financer un programme de R&D de 18 mois, en lien avec les chercheurs de l’IMT Mines Alès. Est prévue l’élaboration, à terme, de résines biosourcées. Autre axe d’amélioration : l’hydrogénération des batteries à une vitesse moindre, et l’installation d’énergie éolienne à bord, pour retarder le plus possible le recours au moteur thermique.

Les défis industriels et environnementaux débattus lors des 20 ans du Chede, qu’en retenir ?

20 ans CHEDE
©Hubert Vialatte (Agencehv)

« Les défis industriels et environnementaux »: voici le thème des 20 ans du Cycle des Hautes Études pour le Développement Économique – CHEDE, ce 24 novembre au Ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Avec des tables rondes « Quelles solutions pour limiter l’impact de l’être humain sur son environnement ? » et « Les enjeux de la réindustrialisation verte en France », en présence d’environ 300 anciens et actuels auditeurs du Chede.
Parmi les alertes lancées, celles de Mathilde Dupré, directrice de l’Institut Veblen pour les réformes économiques : « Des secteurs réalisent des progrès dans la performance énergétique, notamment l’aéronautique et l’automobile. Mais, en face, il y a une explosion de la consommation. Par exemple, dans l’aviation, l’énergie consommée par un passager a été divisée par deux en 30 ans, mais le trafic aérien a été multiplié par 4,6. Les efforts produits sont annulés par les usages. »
Autre piqûre de rappel : « Depuis 150 ans, les sources d’énergie se superposent. On ne se débarrasse pas de celles qui précédaient. L’enjeu de l’électrification de l’économie ne doit pas faire oublier la nécessité de réduire la consommation d’énergie. » Selon elle, « les politiques publiques doivent organiser la sobriété, en matière de mobilités alternatives, d’organisation du travail… »

Sur l’antagonisme croissance/fin du monde, la philosophe Catherine Larrère a rappelé : « Si nous vivions tous sur terre comme les Américains, il faudrait 4 planètes ; Comme des Européens, il faudrait 2 planètes. Mais on n’en a qu’une. Il y a du mal à prendre les questions à bras le corps. Les économistes et les écologues n’ont pas la même approche. » Cela dit, une gouvernance mondiale est, selon elle et s’inspirant de Montesquieu, peu souhaitable. « Plus on monte en gouvernance globale, plus on perd en démocratie. Un gouvernement mondial serait forcément autoritaire. »

Comment financer la trajectoire de neutralité carbone ? Après la parution du rapport Pisani-Mahfouz (66 Md€ d’investissements supplémentaires par an pour financer la neutralité carbone), Benoît Leguet (I4CE) questionne : « Comment l’État fera-t-il pour financer la trajectoire qu’il s’est lui-même fixée ? À l’échelle européenne, si quelqu’un peut me dire qui rédige, à la Commission européenne, le financement du Green Deal, je lui offre le champagne. »
Point positif : « La présentation, chaque année devant le Parlement, d’une stratégie de financement pluriannuelle de la transition écologique. Cela va permettre aux industriels d’anticiper les marchés en devenir. C’est même à se demander comment on faisait avant ! »

Incohérence. Philippe Chalmin a pointé des incohérences entre nos modes de consommation, prédateurs en matière de minerais rares, et nos propres capacités de production en Europe. « La France affiche 10 % d’indépendance en matière d’extraction, 15 % en matière de recyclage, 40 % en termes de transformation, sur les minerais stratégiques. Nous avons donc une dépendance vis-à-vis des pays producteurs. Certains sont sympathiques, comme le Chili, d’autres un peu moins, comme la République démocratique du Congo ou la Chine. »

Airbus : d’abord les carburants alternatifs. Pour Philippe Coq, directeur des affaires publiques d’Airbus, la priorité est aux carburants durables. « La prochaine génération d’avions pourra voler avec 100 % de carburant durable. » L’effort de l’État est selon lui encore insuffisant. « 200 M€ sont fléchés sur ces carburants dans le cadre de France 2030, et ne sont toujours pas affectés. Certes, il faut aussi aller sur l’hydrogène vert, mais les choses ne sont pas tranchées aujourd’hui. »

Photos. Les photos du colloque en cliquant ici.

Projet du nouveau Stade Louis-Nicollin : les tacles de Sofia Aliamet, garante de la concertation

La garante de la concertation du nouveau stade Louis-Nicollin, Sofia Aliamet, tacle la façon dont la concertation suit son cours, lors d’un premier bilan intermédiaire.

Sofia Aliamet souligne le fait qu’aucun événement n’a été organisé à destination du public en 2023. « En juillet 2023, l’organisation de rencontres présentielles avait été évoquée, et les responsables du projet s’étaient alors engagés à organiser des visites de site, une réunion publique d’information à Pérols ainsi qu’un atelier dédié aux questions architecturales », développe-t-elle. Au final, la garante déplore une annulation de ces événements, en raison de l’incertitude du financement du projet.

À ce stade (sans jeu de mots), la garante indique que « le porteur de projet a décidé de suspendre tous les dispositifs de la concertation continue, compromettant grandement le suivi du projet ».

Des interrogations subsistent également autour des retombées économiques concernant les revenus locatifs et les retombées fiscales pour Pérols. Le rapport met également en avant une étude d’impact environnemental incomplète, même si les responsables du projet précisent « que les études se poursuivront dans les phases ultérieures du projet », sans pour autant apporter de nouvelles réponses.

Sofia Aliamet donne neuf préconisations au responsable de projet « afin de rendre effectif le droit à l’information et de participation des publics ». Elle estime ainsi qu’il serait profitable, entre autres, d’organiser, comme prévu initialement, une réunion publique pour informer les riverains autrement que par la presse. Elle demande également davantage de transparence dans les rapports transmis : « Il est recommandé de mettre à disposition des publics tous les résultats des études qui seront menées dans les phases ultérieures du projet ». Enfin, Sofia Aliamet demande aux responsables du projet de répondre à son bilan, en donnant de plus amples précisions au sujet de la poursuite de la concertation continue.
Elle rappelle en introduction le contexte économique défavorable au projet. L’augmentation des tarifs des matières premières et de l’énergie a fait flamber le projet de 180 M€ à 245 M€. Une évolution qui a refroidi la Banque des Territoires, qui a annoncé, à l’été 2023, revoir sa participation à la portion congrue.

Toulouse Métropole va désigner un concessionnaire pour la future Halle de l’Ile du Ramier

La Métropole de Toulouse, présidée par Jean-Luc Moudenc, publie un avis de concession concernant la Halle des Sports urbains située sur l’île du Ramier, à Toulouse. Les concessionnaires doivent déposer leurs candidatures avant le 29 janvier. La consultation porte sur l’aménagement et l’exploitation des lieux. Valeur estimée du marché : 18 M€. Le lauréat pourra recevoir sur l’ancien site du Parc Expos « des activités de sports urbains, culturelles ou de loisirs et accueillir un lieu de restauration avec un débit de boissons ». Chaque candidature doit comporter deux contrats de durées différentes : le premier de 9 ans (1 an de préfiguration et 8 ans d’exploitation), le deuxième de 13 ans (1 an de préfiguration et 12 ans d’exploitation).

Équipement de la maison : BUT s’installe à Vauvert

Le 21 novembre, l’enseigne française spécialisée dans l’équipement de la maison BUT (meuble, électroménager, décoration…) ouvre un cinquième magasin dans le Gard, à Vauvert (avenue du Mas Saint Laurent). Dirigé par Bruno Zanchetta, le magasin s’étend sur 1.360 m² de surface de commerce, avec un dépôt attenant de 1.000 m². 11 salariés ont rejoint l’équipe de Vauvert, dont 8 embauches. À l’échelle nationale, BUT emploie 9.000 collaborateurs répartis à travers 330 magasins, dont 33 sont basés en Occitanie. Plus à lire prochainement dans Les Échos

IoT : Le montpelliérain Synox développe l’éco-conduite

Synox, éditeur et intégrateur des IoT (Internet des Objets), lance la nouvelle version de son logiciel de gestion de flottes automobiles SoFLEET, qui consiste à récolter un ensemble de données sur un conducteur pour lui attribuer une note agrémentée d’explications, apprend-on dans un communiqué. Objectif : faciliter le travail du gestionnaire des flottes. Cette nouvelle version « contient des indicateurs de suivi des comportements des conducteurs basés sur l’éco-conduite : surrégimes moteurs, consommation, ratio de freinage… 80 % du parc de véhicules en est déjà équipé », explique Synox. « Que ce soient des véhicules thermiques, hybrides ou électriques, SoFLEET apporte une couche technologique facilitant le pilotage des flottes, réduisant les coûts et l’empreinte carbone de la flotte », ajoute Emmanuel Mouton, PDG et cofondateur de Synox. Basé à Montpellier, Synox emploie 45 collaborateurs et réalise 4,3 M€ de CA.

Diaspora lozérienne

Un nouveau club informel, réunissant les Lozériens de Montpellier, vient d’éclore dans les frimas de l’automne. Parmi eux, on retrouve l’avocat fiscaliste Régis Serpentier, Hugues Galambrun (Septeo), Frédéric Planche (Banque Populaire du Sud), le restaurateur Pierre-Olivier Prouhèze. Sophie Pantel, présidente du Département de la Lozère, en parle sur son profil Linkedin (lire en cliquant ici).

Santé des dirigeants : Olivier Torrès (Amarok) propose un Mooc et des États Généraux

Olivier Torrès Amarok
De gauche à droite : Philippe Fourquet, président de 60.000 Rebonds, Olivier Torrès, président d’Amarok, Olivia Grégoire, ministre des PME, Christian De Baecque, ex-président de Re-Créer et Dimitri Pivot, président de Second Souffle.

Le 21 novembre à Bercy (Paris), lors des 2e Assises du Rebond tenues en présence de la ministre des PME, Olivia Grégoire, Olivier Torrès, enseignant à l’Université de Montpellier, titulaire de la chaire sur la santé des entrepreneurs au sein du Labex Entreprendre, défend deux propositions : « créer un MOOC (cours en ligne, note) sur la santé des dirigeants pour accélérer la formation des professionnels de santé au travail sur la spécificité de la santé au travail des dirigeants ; Lancer des États Généraux pour faire un état des lieux de la France sur cette question de la santé des entrepreneurs », indique-t-il dans un communiqué diffusé le 26 novembre.
Parmi les stresseurs professionnels pour le chef d’entreprise en cette fin d’année, « ceux qui touchent au marché du travail, avec la récurrence des termes ‘démission’, ‘conflit’, ‘absentéisme’, dans nos enquêtes ».

Ces Assises du Rebond ont été organisées par le Portail du Rebond, qui regroupe quatre associations œuvrant en faveur des entrepreneurs en difficulté : 60.000 Rebonds, Second Souffle, Re-Créer (spécialisées dans l’accompagnement des entrepreneurs en difficulté qui souhaitent repartir en affaires après un échec) et l’observatoire Amarok, association qui s’intéresse depuis 15 ans à la santé des dirigeants de PME et TPE. Le professeur Olivier Torrès était intervenu en juin dernier à Bercy devant 22 ministres des PME dans le cadre d’une rencontre de l’OCDE.

Décharges sauvages dans les carrières : l’Unicem Occitanie dénonce la situation dans les Pyrénées-Orientales

Après une première plainte déposée en juillet 2021 auprès du tribunal judiciaire de Perpignan pour des installations classées illégales dans des carrières (en clair, des décharges sauvages de déchets inertes du bâtiment), l’Unicem Occitanie relance le parquet, en avril dernier, via une lettre adressée au procureur de la République de Perpignan, Jean-Pierre Cavaillé (à lire ici). « Il y a un vrai particularisme des Pyrénées-Orientales sur le sujet, souligne Jean-Bernard Lauze, secrétaire général de l’Unicem Occitanie, auprès des Indiscrétions. On ne se sent pas trop soutenus dans nos démarches. Nous rencontrons depuis des années les préfets sur le sujet. Nous avons d’ailleurs saisi le nouveau préfet d’une demande d’entrevue pour envisager la mise en place d’une réunion sur le sujet associant l’ensemble des acteurs concernés (services de l’État, association des maires, fédérations BTP…). Son prédécesseur a diligenté des opérations de contrôle. Mais le souci est qu’en la matière, il faut aller vite et que les services de l’État (Dreal, DDTM…) se retranchent souvent derrière le manque de moyens pour ne pas intervenir. Et il faut aussi savoir contrôler au bon endroit. »
La plainte vise sept secteurs : Brouilla/Saint-Genis-des-Fontaines, Rivesaltes, Sainte-Marie, Bompas, Céret, Saint-Cyprien, Pollestres. « Les sanctions pénales assorties de peines de remise en état des lieux présentent un retentissement et un niveau de contrainte inégalés indispensables pour agir efficacement contre de telles pratiques », souligne l’avocat Steve Hercé, spécialiste du droit des marchés et droit de l’urbanisme.
L’Unicem précise que les carrières sont « très fréquemment réaménagées grâce à des déchets inertes issus des chantiers de démolition. Il s’agit d’assurer une bonne remise en état des carrières tout en apportant une réponse aux objectifs de valorisation des déchets fixés par la loi de transition énergétique du 17 août 2015 (objectif en 2020 de valorisation sous forme de matière de 70 % des déchets du secteur du bâtiment et des travaux publics). »

Dans ce cadre, les sites de carrières sont souvent des lieux permettant le recyclage des matériaux. Des déchets inertes issus des chantiers sont apportés sur site. Une partie est réutilisée comme matière première secondaire après avoir été triée et calibrée dans les installations de traitement de la carrière. L’autre partie, également triée, est utilisée comme matière valorisée dans le cadre du réaménagement de la carrière ci-dessus mentionné. « Le sort des déchets du BTP intéresse donc très directement l’Unicem, dont les adhérents gèrent et utilisent ces déchets au quotidien. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous opérons des signalements réguliers sur des opérations potentiellement illégales auprès des municipalités et administrations et échangeons sur le sujet avec l’association des maires ou la préfecture. Nous n’affirmons pas que c’est forcément illicite. Nous signalons et demandons des précisions sur toute autorisation qui pourrait légitimer les dépôts ou activités observées », conclut Jean-Bernard Lauze.
Les dépôts illégaux sont intégrés dans les travaux de la Région Occitanie, dans le cadre de la modification de son Sraddet (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires), dans le document ci-joint (diapos 34 et suivantes).

Tarn : La Banque des Territoires mobilise 4 M€ pour la distribution d’eau potable 

La Banque des Territoires (directrice régionale : Annabelle Viollet) injecte, sous la forme d’un Aqua Prêt, 4 M€ sur 40 ans dans le projet de restructuration et de sécurisation du réseau de distribution d’eau potable du Syndicat mixte d’alimentation en eau potable (SAEP) du Gaillacois (Tarn), lit-on dans un communiqué du 22 novembre (à lire ici). Nécessitant un investissement total de 9 M€, le projet consiste à « interconnecter l’ex-SAEP de Vieux sur la ressource de Rivières ; Renouveler la conduite d’alimentation du réservoir de Pet en Fabre sur la commune de Salvagnac ; Réhabiliter le réservoir de Saint Jean sur la commune de Rabastens », détaille la Banque des Territoires. Le SAEP du Gaillacois regroupe le syndicat de la région de Vieux, le syndicat de la Moyenne Vallée du Tarn et le Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Gaillacois. Il dessert plus de 50.000 consommateurs répartis sur 58 communes. 

Les patrons chez Emmaüs

Il fallait l’oser, le Medef Montpellier (président : Jean-Marc Oluski) le fait : le patronat local fêtera ses vœux chez Emmaüs, le 15 janvier prochain. La preuve en cliquant ici.

Face Gard brise les stéréotypes liés aux métiers à Alès

Veolia Eau, Bonjours Groupe Présence 30, Keyce Academy, Purple Campus, DS Smith, Bouygues Énergies & Services… 28 entreprises et organismes de formation présentent leurs métiers et les débouchés aux collégiens et à un public en insertion professionnelle à l’occasion de la 9e édition du forum des métiers et de l’orientation, organisé par le réseau d’entreprises gardoises Face Gard, le 23 novembre à Alès. Objectif du forum : présenter les métiers et chasser certains stéréotypes qui leur sont liés. « Certaines entreprises ont besoin de casser les stéréotypes qu’ont les personnes concernant leur activité. C’est le cas des métiers de l’industrie, souvent perçus comme étant des métiers masculins, mal payés, avec des conditions de travail difficiles. Ce qui ne correspond pas du tout à la réalité actuelle », indique Fatima Kani, cheffe de projet éducation à Face Gard. À (re)lire dans Les Échos « À Alès, un réseau d’entreprises gardoises veut casser les stéréotypes liés aux métiers » (novembre 2023).

Lab Santé : recrutement et désertification médicale

« Comment soutenir les secteurs en souffrance ? » : c’est le thème qui va être abordé lors du prochain Lab Santé de Midi Libre (Groupe La Dépêche), le 7 décembre au siège social de Midi Libre (Saint-Jean-de-Védas). Crise des effectifs dans les établissements de santé, désertification médicale en ville, défis auxquels sont confrontés les professionnels de santé… Voici entre autres les sujets qui seront évoqués. Au programme, deux tables rondes vont se succéder : « Quelles solutions face aux difficultés de recrutement ? » et « Médecins et spécialistes, comment remédier au manque ? ». Plus d’infos et la liste des intervenants ici. Inscription gratuite en cliquant ici

Le gardois Sween renforce son maillage territorial

Basé au Cailar (Gard) et avec des locaux à Montpellier, le spécialiste de l’autoconsommation collective Sween ouvre de nouveaux locaux à Vauvert (Gard) sur 160 m². « Nous donnons la possibilité à tous les usagers du réseau électrique (particuliers, industriels, collectivités) de produire leur énergie et de la consommer grâce à des panneaux photovoltaïques ou à toute autre source d’énergie renouvelable (éolien, hydraulique…). S’ils ne consomment pas la totalité de l’énergie produite, ils peuvent la revendre à leurs voisins. Et inversement, ils peuvent l’acheter s’ils consomment plus », explique aux Échos Amaury Pachurka, président et fondateur de Sween. Par ailleurs, la startup gardoise projette de lever 1 million d’euros en 2024 afin de « déployer notre modèle économique et commercial et renforcer la R&D », confie Amaury Pachurka, qui a déjà levé 500 k€ en juillet 2023. Plus à lire cette semaine dans Les Échos

COM : plus de 80 % des personnes y sont favorables selon Vinci Autoroutes 

86 % des personnes interrogées sont favorables au projet de réaménagement du Contournement Ouest de Montpellier (COM). C’est les résultats obtenus par Vinci Autoroutes qui publie le 24 novembre son 2e sondage avec l’Ifop sur la perception du projet de réaménagement du COM, qui consiste à réaménager en 2×2 voies les axes existants entre Juvignac et Saint-Jean-de-Védas via Montpellier. Les résultats du sondage sont à consulter en cliquant ici

Atelier Tuffery et VirgoCoop relancent les filières de fibres naturelles 

Mettre en lumière les initiatives menées en Occitanie pour relancer les filières autour de l’industrie textile et du fabriqué en France. C’est l’objectif de la table ronde organisée par l’Atelier Tuffery, dans sa boutique montpelliéraine, jeudi 23 novembre.

Mathieu Ebessen VirgoCoop Julien Tuffery
De g. à d. : Mathieu Ebessen, co-fondateur de VirgoCoop, et Julien Tuffery, gérant de l’Atelier Tuffery, assis sur les chaises de l’ancien Quick ©Agencehv

VirgoCoop, une histoire de chanvre. Au programme de la table ronde : l’intervention de Mathieu Ebessen, co-fondateur et président de la coopérative de l’économie sociale et solidaire VirgoCoop (Lot, 400k€ de capital social), et gestionnaire de Tissages d’Autan, le dernier tisseur à façon de la région Occitanie basé dans le Tarn. « La manufacture de l’Atelier Tuffery travaille depuis 8 ans avec VirgoCoop », précise Julien Tuffery, dirigeant de l’Atelier. « La création de VirgoCoop est partie du constat suivant : il était impossible de faire du fil à partir de chanvre brut. Nous devions relancer la filière chanvre textile en Occitanie et réinstaller durablement cette source d’approvisionnement », raconte Mathieu Ebessen.

Dernier tisseur à façon de la région Occitanie. Également gestionnaire de l’atelier Tissages d’Antan, Mathieu Ebessen est revenu sur cette démarche d’atelier de tissage éco-responsable basé dans le Tarn. « Un des derniers ateliers de tissage à façon près de Castres s’apprêtait à disparaître juste avant le covid : le gérant parti à la retraite ne retrouvait pas de repreneurs. Nous avons racheté l’ensemble du matériel avec Julien et Myriam Tuffery, et Eric Carlier en 2021 », raconte-t-il. Un achat stratégique pour eux : « Si nous ne rachetions pas ce tisseur, toute notre stratégie long terme autour de la toile de jean 100 % chanvre s’écroulait. »

500 jeans ou une maison. Aujourd’hui, Virgocoop c’est 200 ha de chanvre (contre 3 ha en 2019). « Pour vous donner un ordre d’idée, 1 ha vaut 5 tonnes de matière brute, permettant de produire 500 jeans Tuffery… ou une maison. Le message marketing est clair ! », s’amuse Julien Tuffery.

Le chanvre comme débouché pour les agriculteurs. « Le chanvre possède des avantages pour les agriculteurs : il ameublit le sol, supprime des étapes comme le labourage, améliore la production des céréales, requiert peu d’eau, et souffre moins de maladies », énumère Mathieu Ebessen.

Une troisième table ronde est organisée jeudi 30 novembre, de 19h à 21h, sur le thème « La fabrication textile made in Occitanie et le label France Terre Textile », avec Myriam Joly, fondatrice de Missegle et présidente du label France Terre Textile Sud. Inscription gratuite ici. Retour sur la précédente conférence dans Les Indiscrétions du 6 novembre ici.

Plus de décodages

Cogedim sélectionné pour la création de l’exploitation commerciale d’un Lidl à Montpellier

La commission départementale d’aménagement commercial de l’Hérault attribue le 14 novembre à Cogedim la création d’exploitation commerciale concernant un ensemble commercial LIDL de 1.336,57 m² dans la Zac de la Restanque, à Montpellier. 

RAGT Semences développe le blé en Australie

RAGT Australia, filiale du groupe aveyronnais RAGT Semences (Rodez, 12), qui sélectionne et commercialise 32 espèces de semences pour les agriculteurs, acquiert la station de recherche du groupe chimique allemand Basf, basé en Australie, dédié au programme de sélection de blé, annonce le groupe dans un communiqué à retrouver ici. Déjà actif avec l’orge de brasserie, le canola et les espèces fourragères, cette nouvelle gamme de blé « renforcera notre coopération avec la filière agricole australienne », indique Damien Robert, PDG de RAGT Semences. Le groupe est présent dans 48 pays, RAGT Semences compte près de 350 collaborateurs à l’étranger.

Septeo à la 13e place du top des éditeurs de logiciel E&Y

L’éditeur de logiciels français pour les professions réglementées, basé à Lattes (34 – président : Hugues Galambrun), se place à la 13e place du classement général des 250 éditeurs de logiciels français Ernest & Young, annonce le groupe dans un communiqué de presse à retrouver ici. Septeo compte 2.800 collaborateurs en France, Belgique, Suisse, Tunisie et Amérique du Nord, et réalise un CA 2022 de 310 M€.

Alès Viandes reprise par Sodial d’Orange 

Nouveau rebondissement pour les abattoirs d’Alès, en difficulté financière. En liquidation judiciaire depuis mi-octobre, l’exploitant Alès Viandes, située à Alès (30), est repris par la société de distribution alimentaire Sodial d’Orange (84), par décision du tribunal de commerce de Nîmes, le 13 novembre, indique Midi Libre (à relire ici). L’offre de Sodial permet la poursuite de l’activité dans les locaux actuels et la reprise de 26 salariés sur 28. Un bilan de l’activité de l’abattoir sera réalisé à la mi-décembre. Gros client de l’abattoir d’Alès, Alès Viandes était déjà en redressement judiciaire en 2019 (article des Échos à relire ici). L’abattoir est géré par les usagers, grossistes et éleveurs et par la Semaac (Société d’Économie Mixte Des Abattoirs Alès-Cévennes), créée pour la sauvegarde de l’abattoir en 2021 par les collectivités Alès, Alès Agglomération et le Syndicat mixte du pays des Cévennes. Le coût total de réhabilitation de l’abattoir d’Alès étant estimé à 12 M€, Alès Agglo souhaite construire un nouvel abattoir sur un nouveau site, indique la Marseillaise.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Les folles dépenses de Macron, menaces sur les cols blancs : les anticipations du journaliste François Lenglet

Services publics « à la ramasse », le pognon de dingue de Macron, menaces sur les cols blancs, fatigues américaine et chinoise : voici quelques sujets d’analyse et anticipation économique livrés le 21 novembre au théâtre municipal de Béziers (34) par le journaliste économique François Lenglet, devant 500 décideurs économiques et institutionnels. Son intervention a fait suite au lancement de l’agence de développement économique Pulse de Béziers Méditerranée.

lancement pulse beziers mediterranee
Le journaliste et chroniqueur économique François Lenglet, le 21 novembre au théâtre municipal de Béziers. ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Un pognon de dingue. « Nous avons le Président le plus dépensier de la Ve République. Dès qu’il sort, c’est un milliard », déclare, le 21 novembre à Béziers, lors du lancement de l’agence de développement économique Pulse, le journaliste et chroniqueur François Lenglet (TF1, LCI, RTL). Il alerte sur des indicateurs économiques selon lui préoccupants : « Les niveaux d’imposition, de dette publique et de dépenses publiques n’ont jamais été aussi élevés. Alors qu’en face, les services publics sont à la ramasse (sic) : l’hôpital, l’école, la police, la justice… Quand on regarde les 30 dernières années, on constate le poids croissant de la redistribution. Cela peut être parfois justifié. Mais il y a des dérives, comme le Pass Culture à tous les jeunes de moins de 18 ans, quel que soit le niveau de vie des parents, pour acheter des Manga… Est-ce que c’est vraiment à la dette publique de financer cela ? C’est comme ça à tous les étages. Qui osera s’attaquer à tout cela ? » Selon lui, « nous n’en avons pas fini avec l’inflation. D’abord parce qu’on ne peut pas socialiser le coût de l’inflation, ce que fait actuellement le gouvernement dans sa politique économique. Il y a une déconnexion entre la monnaie créée et la réalité. L’inflation, quelque part, vient nous reprendre ce qu’on nous a payés pendant le Covid alors que nous ne travaillions pas ».  

« Ça va taper dans les cols blancs ». Autre facteur d’inflation : la hausse des salaires que connaissent les emplois peu qualifiés, « des emplois non délocalisables, essentiels, et que l’IA ne pourra pas automatiser », anticipe-t-il. En revanche, « ça va taper chez les cols blancs, notamment parce qu’avec l’essor du télétravail, leur emploi devient délocalisable dans des pays voisins et/ou à moindre coût ». Avec, de surcroît, l’émergence de l’IA, qui va menacer les cols blancs. « Il va falloir anticiper pour former, indemniser, redistribuer. Les dividendes seront proportionnels aux désordres que l’IA va créer. Nous pressentons que le phénomène va être important, et plus rapide que ce que l’on pensait. » 

« La Chine ne gagnera pas son pari ». Selon François Lenglet, « la Chine ne gagnera pas son pari de devenir la première puissance mondiale. Son PIB représentait 74% de celui des États-Unis il y a trois ans. Cette proportion est descendue à 64 % sur le 3e trimestre. Les Trente super Glorieuses de la Chine sont finies. L’empire a connu le plus grand exode rural de tous les temps, avec 400 millions de paysans qui ont migré vers des villes, pour y fabriquer des jouets et des produits manufacturés consommés en Occident. Pour ces centaines de millions de personnes, il a fallu construire des villes. Aujourd’hui, ce cycle est terminé. »  
Si « les États-Unis sont fatigués », l’Occident reste selon lui attractif. Avec un juge de paix ultime : le fait que « 4 milliards d’êtres humains, soit la moitié de l’humanité, ait assisté aux obsèques de la Reine d’Angleterre ».  

« Tout bouge à vue d’œil ». Dans un monde en transition « qui nous malmène et nous expose », où « tout bouge à vue d’œil et à une vitesse extrême », le « monde neuf se prépare. Des pousses vertes se révèlent çà et là. »  

Les baby-boomers, escrocs en série. L’économiste n’a pas été des plus tendres avec la génération des baby-boomers. « À chaque étape de leur vie, les portes se sont ouvertes : mai 68 pendant leur jeunesse, le plein emploi, des achats immobiliers en monnaie de singe, ce qui les a fait escroquer les générations passées, les progrès médicaux, puis un départ de la vie professionnelle alors que les systèmes de retraite étaient à leur zénith, ce qui leur fait escroquer les générations futures. » 

Pulse, la composition des collèges. Qui compose les trois collèges (Entreprises, Institutions, Collectivités) de l’agence Pulse, présidée par Robert Ménard, président de Béziers Méditerranée ? Le détail en cliquant ici.

3 questions à

Christophe Lecarpentier, Sitevi

Christophe Lecarpentier Sitevi
©SITEVI – Comexposium

«Les nouvelles technologies permettent de pallier le manque de main-d’œuvre » 

Temps forts de la 31e édition du Salon international des filières viticole, vinicole, arboricole et oléicole (Sitevi), innovations présentées, difficultés rencontrées par les professionnels… Le directeur du Sitevi Christophe Lecarpentier présente l’édition 2023 du salon, qui se tient du 28 au 30 novembre au parc des expositions de Montpellier. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Christophe, le Sitevi revient pour une 31e édition à Montpellier. Quelles nouveautés peux-tu nous présenter ?
Le Sitevi, salon biannuel, consiste à présenter toutes les activités des filières viticole, vinicole, arboricole et oléicole : du travail du sol au conditionnement en passant par la récolte et la transformation. Nous battons cette année notre record avec 1.000 exposants, soit 240 exposants supplémentaires par rapport à 2021. En termes de visiteurs, nous visons les 55.000 personnes, contre 51.000 lors de la dernière édition. Chose qu’il n’y avait pas les autres années, la soirée Business Angels. Les startups auront la possibilité de présenter leur produit/solution devant des investisseurs régionaux et des top acheteurs le 29 novembre au soir.   

Quelles innovations seront présentées ?  
Les capteurs 3D et l’intelligence artificielle pour moduler la pulvérisation, les interfaces de surveillance et de pilotage des systèmes d’irrigation, les robots agricoles… De nombreuses innovations et solutions sont présentes sur le salon. Nous récompenserons les meilleures innovations à travers les Innovations Awards. Parmi les projets nominés : Bacchustorum (Gard) avec son appareil de décontamination de contenants par lumière pulsée, BM Emballage (Haute-Garonne) avec sa machine à greffer les plants de vigne, Ramondin (Haute-Garonne) avec la capsule 100 % recyclable…  

À quels défis sont confrontées, selon toi, ces filières ?  
Les professionnels des filières viticole, vinicole, arboricole et oléicole font face à trois principaux défis : le manque de main-d’œuvre, le changement climatique et les nouveaux goûts des consommateurs. Les nouvelles technologies tel que le robot agricole permettent de pallier le manque de main d’œuvre. En effet, un robot agricole va automatiser une tâche répétitive qu’aucun salarié ne souhaite réaliser. D’autres technologies améliorent les conditions de travail des agriculteurs, ce qui permet d’attirer de nouveaux talents.  
Par ailleurs, le changement climatique (sécheresse, manque d’eau…) et les nouveaux goûts des consommateurs (montée en puissance des vins bio et nouvelle offre de vins sans alcool) seront évoqués à l’occasion des 50 conférences et des ateliers organisés tout au long du salon : adaptation et atténuation au changement climatique, agroécologie, gestion durable des sols viticoles, variétés résistantes, viticulture biologique, vin sans alcool…   

La HV Touch

Conseil RP

La phrase

« Je souhaite que le modèle de contractualisation pluriannuelle se généralise pour assainir les relations entre producteurs et metteurs en marché. La Région Occitanie conditionnera ses aides aux entreprises à la mise en place de ce cadre contractuel, comme elle l’a fait lors du Plan de relance viticole post-Covid et taxes Trump. »

Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie, dans un communiqué faisant suite à la manifestation vigneronne à Narbonne, ce 25 novembre.  

On s’en fout

J’peux pas, j’ai Covid. À force, l’excuse, abondamment et étrangement utilisée dans le cadre professionnel, confine à l’hypocrisie institutionnalisée. Le test positif brandi comme un sésame pour le télétravail, ou pas de travail du tout. Il y a certes des formes de Covid encore carabinées. Tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un. Soit. Mais, dans l’immense majorité des cas, en cette fin d’année, et en attendant l’émergence d’une nouvelle pandémie sortie d’une foire aux bestiaux ou d’un laboratoire, notre déjà vieux Covid (quatre ans d’âge) est en réalité un rhume assorti de quelques courbatures. Pas de quoi fouetter un chat. À se demander, d’ailleurs, pourquoi autant de mes congénères se font tester. De quoi a-t-on peur, au juste ? Il n’est pas très utile, donc, d’alerter la terre entière sur le fait d’avoir contracté le virus : comme tout virus, en automne et en hiver, il circule. L’avoir contracté n’est pas une information très intéressante. On s’en fout, même. Et, pourtant, nous sommes inondés de messages covidés, la multiplicité des canaux de communication rendant d’autant plus visible cette névrose collective.

Cette Covid-mania, version professionnelle, est d’autant plus suspecte qu’en face, dans la vie amicale et conviviale, tout le monde s’en fout. Qui porte le masque et respecte les gestes de distanciation lors des apéros, restaurants, sorties diverses ?  
Soit le Covid est vraiment invalidant. Dans ce cas, en effet, on ne bouge pas de chez soi quand on l’a contracté pour limiter sa propagation, et on prend des mesures de précaution requises dans la vie sociale. Soit on fait n’importe quoi le week-end et en soirée, et on considère donc que le Covid n’est qu’un mauvais souvenir. Il faut choisir son camp.  

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Grand Matabiau : avis de l’Autorité environnementale sur l’actualisation de l’étude d’impact

Grand Matabiau aménagement Europolia
©DR

Dans un avis adopté lors de la séance du 23 novembre, relatif à l’actualisation de l’étude d’impact du projet d’aménagement Grand Matabiau porté par Europolia (SPLA de Toulouse Métropole), l’Autorité environnementale identifie plusieurs enjeux environnementaux : « La santé humaine (qualité de l’air, bruit, pollution des sols), la gestion économie de l’espace, le changement climatique (adaptation et atténuation), le paysage et le patrimoine. L’Autorité environnementale note en outre l’enjeu social de la recherche d’un équilibre entre le projet et les quartiers situés à proximité. » 
Europolia prévoit « d’actualiser son étude d’impact à l’occasion de la demande d’autorisation concernant l’ensemble immobilier PEM dont la définition et les caractéristiques ont significativement évolué depuis l’étude d’impact initiale ». Plus d’informations en cliquant ici.
La zone d’aménagement concerté (Zac) Grand Matabiau (de 43 ha) prévoit le développement d’environ 450.000 m² de surface de plancher, dont 3.000 nouveaux logements (35 % de logements locatifs sociaux et 10 % en accession sociale), 206.000 m² de bureaux et 30.000 m² de surfaces commerciales et d’activités. La réalisation d’une crèche, d’une école et d’un gymnase est également prévue. À l’échelle de la Zac, 20 ha d’emprises foncières ont vocation à être recyclés (libération, démolition et dépollution), dont 10 ha d’emprises industrielles ferroviaires, 4 ha de foncier industriel public, 4 ha liés à la gare routière et 2 ha de foncier résidentiel dégradé. En matière de renaturation, la désimperméabilisation de 4 ha d’emprises artificialisées est prévue avec la création d’espaces végétalisés en pleine terre et la plantation de plus de 700 arbres.

Futur musée d’Art et d’Histoire de Béziers : le groupement lauréat dévoilé

©DR

Piero Paolo Guicciardini & Magni Architetti Studio Associato : voici le cabinet d’architecte italien mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre pour le futur musée d’Art et d’Histoire de Béziers. Le projet a été dévoilé lors du dernier conseil municipal de Béziers, le 20 novembre. Au sein de l’équipe pluridisciplinaire de maîtrise d’œuvre se trouvent deux Montpelliérains : Lauranne Leforestier (OPC) et Frédéric Fiore, architecte du patrimoine. Figurent également Philippe Vivier (GEC Ingénierie, Boulogne-Billancourt) et Alessandro Vicari Architecte (chef du projet, Paris). Le musée sera érigé place de la Révolution, au niveau de l’ancien palais Épiscopal, indique Michel Ramondou, chargé du pilotage des grands projets à la Ville de Béziers, aux Indiscrétions. Il se déploiera sur près de 3.000 m² de surface utile. Budget : 30 M€ (financement encore non arrêté). Maîtrise d’ouvrage : Ville de Béziers. Le chantier devrait démarrer au 2e semestre de 2025 pour une ouverture au public au printemps 2030.

Thermes des Fumades : 26 M€ de travaux, ouverture au printemps

Thermes des Fumades, Gard
©Coste Architecture

Les thermes des Fumades voient le bout des travaux. Dans les Cévennes gardoises, ces thermes, situés à Allègre-les-Fumades, unique station thermale du département, s’apprêtent à rouvrir en avril prochain après trois années de rénovation, assure le groupe thermal Arenadour , qui en a repris l’exploitation en 2019, et vient d’organiser une visite de fin de chantier. 
Les bâtiments existants, qui abritent des espaces de soins des cures (dermatologie, voies respiratoires et affections des muqueuses bucco-linguales), le spa et les salles d’activités, ont été restructurés et rénovés. En parallèle, de nouveaux espaces sont sortis de terre. Un bâtiment sera dédié à la rhumatologie, avec un espace pour les parcours de soins et plusieurs bassins à l’eau thermale.
Par ailleurs, les thermes développent leur offre de santé aux accompagnants, au public de proximité et aux touristes. Ces derniers pourront accéder aux différents bassins : un bassin extérieur de 94 mètres carrés ouvert toute l’année, un bassin ludique de 190 mètres carrés, un hammam ou encore un sauna. 
Une résidence hôtelière attenante aux thermes est également en construction. Le bâtiment contiendra 67 logements : 24 chambres « en formule hôtelière » et 43 appartements à la location. L’an prochain, la saison thermale se déroulera de mi-mai à début novembre. Le spa, l’espace aquatique et la résidence hôtelière ouvriront peu avant, en avril. 
Avec ces travaux, « l’objectif est de passer de 2.400 curistes conventionnés par an à 6.000 curistes en 2025 », projette la ville d’Alès. L’ensemble des travaux est chiffré à 26 M€, avec le soutien du Syndicat intercommunal à vocation unique Alès qui met 2,8 M€, de la Région Occitanie (2,6 M€) et du Département du Gard (1,5 M€). 
Plus à lire dans Les Échos, « Après 26 millions d’euros de travaux, les nouvelles ambitions des thermes des Fumades » (novembre 2023)

En bref

Rénovation de logements : les entreprises vont-elles suivre ?

« Sur les 37 millions de logements en France, 32 doivent être rénovés d’ici à 2050. Cela représente un investissement de 30 à 40 Md€ par an pendant 30 ans. C’est autant d’emplois non délocalisables, et une urgence : 7 millions de personnes sont en précarité énergétique », rappelle Matthias Navarro (Redman), le 17 novembre lors des Assises de l’Économie de Montpellier Méditerranée Métropole. Mais, d’après l’opérateur immobilier, « il y a peu de rénovations complètes de logements. Les filières n’existent pas, les artisans sont peu formés. Les crédits de l’État dédiés à la rénovation ne sont même pas tous utilisés, faute d’artisans. Les métiers de la promotion doivent se réinventer par rapport à ces nouveaux enjeux. C’est peut-être moins sexy de rénover que de construire, mais il faut créer un récit autour de la reconstruction et de la rénovation ».

GGL Groupe est retenu pour l’aménagement de la Zone Sud à Saint-Georges-d’Orques (34)

Plan prévisionnel de la concession d’aménagement : 8,4 M€. Ce projet urbain prévoit des logements sociaux et en accession libre, de l’habitat intergénérationnel, une halle marchande, des jardins et des équipements sportifs.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Aménagement 🏗️

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Territoire 34 lance un avis pour des travaux pour la construction d’un centre d’exploitation routier à La Salvetat Sur Agout (34). 

L’Université de Montpellier lance un avis pour les travaux de rénovation des réseaux EU et AEP de l’IUT de Nîmes

L’Agglo Béziers Méditerranée lance un avis pour les travaux relatifs à l’opération « Rénovation et extension du théâtre des Variétés à Béziers »

La commune de Garrigues lance un avis pour la maîtrise d’oeuvre pour la réhabilitation énergétique de l’école et de la mairie.  

La Sa3m lance un avis pour missions de maîtrise d’œuvre pour la démolition et le désamiantage de bâtiments et infrastructures quartier de la Mosson à Montpellier

Le Conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour le renforcement des chaussées sur les communes de Mauguio-Carnon et de La Grande-Motte

Le CHU de Montpellier lance un avis de maîtrise d’œuvre pour la démolition du bâtiment n°10 immunologie avec adaptation des réseaux et création d’un parking de surface provisoire (site Hôpital Saint-Eloi)

L’Eptb Gardons lance un avis pour des travaux paysagers après démolition à Alès

Le Sdis 34 lance un avis pour le réaménagement des locaux et l’extension du centre de secours Marx Dormoy à Montpellier

La communauté de communes du Pays d’Uzès lance un avis pour les travaux de construction de la piscine intercommunale

La mairie de Puilacher lance un avis pour le concours restreint de maîtrise d’œuvre pour la construction d’un groupe scolaire

Occitanie Ouest 

Le syndicat mixte de l’aéroport Rodez-Aveyron lance un avis pour la mission de maitrise d’œuvre pour les travaux de VRD des hangars aéronautiques

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux de réparations de chaussées et de trottoirs par pontage de fissures sur le territoire

L’Enac lance un avis pour les travaux de réhabilitation thermique des bâtiments Caudron et Guillaumet sur le site de l’Enac

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les services d’AMOR pour la mise en place d’installations de géothermie 

L’Université Paul Sabatier lance un avis pour accord-cadre de travaux d’entretien et de réparation sur les volets roulants, stores et rideaux et installation d’équipements neufs à l’Université Toulouse III Paul Sabatier

Le Syndicat Mixte Eaux Confluences lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre pour un transfert d’effluents et une unité de méthanisation

Nettoyage 🧹

Occitanie Est 

Montpellier Méditerranée Métropole lance un avis pour le nettoyage des engouffrements

Réseaux numériques 💻

Services 📋

Occitanie Est 

La communauté de communes Terre de Camargue lance un avis pour la fourniture et installation de mobilier en vue de l’ameublement de la future médiathèque intercommunale du Grau-du-Roi

Le Département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour la fourniture de matériel de première intervention pour le Département

L’Office de tourisme du Cap d’Agde lance un avis pour l’aménagement de l’accueil du bureau d’information touristique

Occitanie Ouest 

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour la fourniture de mobilier métallique

Urbanisme 🏙️️

Occitanie Ouest 

La communauté de communes Centre Tarn lance un avis pour la viabilisation de la zone d’activité économique de La Plaine.  

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

L’Enac attribue le marché de fournitures de services réseaux, de services de communication d’entreprise et de services de mobilité à ORANGE SAS, ORANGE BUSINESS SERVICES SA et ORANGE LEASE. Valeur totale du marché : 3 000 000 euros.

La mairie de Béziers attribue le marché de gestion des halles commerciales à Biltoki. Valeur totale du marché : 1 700 000 euros.

Le Conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de réalisation de travaux d’électricité / SSI sur les bâtiments départementaux à SPIE INDUSTRIE, Scop électricité générale Ariégeoise, ELEC Couserans Bogorre Comminges, SARL Entrena Jose et EEGI. Valeur totale du marché : 4 800 000 euros.

La communauté d’agglomération de l’Albigeois attribue le marché d’entretien des espaces verts de 3 parcs d’activité à la RÉGIE DE QUARTIERS DE LALBIGEOIS. Valeur totale du marché : 400 000 euros.

La communauté d’agglomération de l’Albigeois attribue le marché de travaux d’extension de l’hôtel d’entreprises à GROS-OEUVRE SAS BILSKI, SOPREMA ENTREPRISES SAS, SARL COULEUR SOLEIL. Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 8 361 542,20 euros.

L’Université Toulouse 1 Sciences Sociale attribue le marché de prestations de maintenance sur les installations de chauffage, ventilation et climatisation des bâtiments à MAINTENANCE EXPLOITATION TELEGESTION. Valeur totale du marché : 1 182 482 euros.

Nîmes Métropole attribue le marché de travaux de signalisation horizontale et fourniture et pose de signalisation verticale sur les territoires ZAE de Nîmes Métropole à LA REGION SUD SIGANLISATION et SAS MIDITRACAGE. Valeur totale du marché : 560 000 euros.

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché d’enlèvement et traitement des déchets issus des déchèteries et hors déchèterie à Nicollin Sas. Valeur totale du marché : 12 000 000 euros.

Plus de marchés ici

La Région Occitanie attribue le marché de prestations de conseil, de création et d’exécution graphique et digitale pour la communication de la Région à ouvert au public, Les Dissidents, Wonderful. Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 9 920 000 euros.

Hérault Ingénierie attribue le marché de missions de contrôle technique dans le cadre de travaux sur le territoire du Département de l’Hérault à Bureau Veritas Construction. Valeur totale du marché : 800 000 euros.

La communauté d’agglomération du Gard rhodanien attribue le marché de traitement des déchets à ONYX LANGUEDOC ROUSSILLON, CENTRE VALORISATION ALCYON, PAPREC MEDITERRANEE, COVAL et DUMAS. Valeur totale du marché : 26 079 519 euros.

L’Agence de l’Eau Adour Garonne attribue le marché d’accord cadre de maîtrise d’œuvre et autres missions apparentées à SARL Danièle DAMON Architecte, NEPSEN et ECHNIQUES ET CHANTIERS SUD-OUEST. Valeur totale du marché : 2 700 000 euros.

Hérault Energies attribue le marché de travaux uniques sur les réseaux d’éclairage public et éclairage extérieur à Debelec, SA Bondon, Soc Entretien Eclairage Public et Allez Cie. Valeur totale du marché : 50 000 000 euros.

La commune de Toulouse attribue le concours de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation du stade Aybram à Tocrault et Dupuy Architectes. Valeur totale du marché : 1 600 000 euros.

La communauté d’agglomération du Gard rhodanien attribue le marché de maîtrise d’œuvre portant sur les travaux de réseaux d’adduction d’eau potable et d’assainissement des eaux usées à Cereg, Seiri, INFRAMED INGENIEURS CONSEILS et RX INGENIERIE. Valeur totale du marché : 5 600 000 euros.

Nîmes Métropole attribue le marché de fourniture de conteneurs de stockage, équipements divers sur les déchèteries de Nîmes Métropole à AGEC SASU. Valeur totale du marché : 232 440 euros.

Le Département du Tarn attribue le marché d’AMO pour l’exécution technique de la délégation de service public numérique au groupement Ant Conseil/ R&C/ Amoop. Valeur totale du marché : 1 500 000 euros.

Sète Agglopôle Méditerranée lance un avis pour la maîtrise d’œuvre concernant la restructuration et l’extension de la halle des sports Louis Marty à Sète à A+Architecture Sarl. Valeur totale du marché : 542 500 euros.

L’agenda

Mardi 28 novembre :

Google Ateliers Numériques organisés par la CCI Occitanie à Montauban. Plus d’infos ici.

Les 10 ans des Rencontres internationales de l’innovation sociale sont organisés sur le thème « Entreprendre pour une transition juste » à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

« Rencontre Sourcing Achats : découvrez les marchés de l’Aéroport de Montpellier pour 2024 », organisé par la CCI Hérault à l’aéroport de Montpellier. Plus d’infos ici.

Les rencontres de l’emploi, organisées par l’Agglomération du Pays de l’Or à Mauguio. Plus d’infos ici.

Conférence / table ronde « Stratégies de financement pour les startups en 2023 : l’équilibre entre levée de fonds et dette », organisée par la Banque de France et la French Tech Toulouse à la Banque de France à Toulouse (4 rue Deville). Plus d’infos et inscription ici.

« Rencontres RSE en faveur des quartiers prioritaires », coorganisées par la Ville de Montpellier et Montpellier Méditerranée Métropole à Montpellier (345 avenue de Heidelberg). Plus d’infos et inscription ici.

Du 28 au 30 novembre : 

SITEVI (Salon international des équipements et savoir-faire pour les productions vigne-vin, olive, fruits-legumes) organisé au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 29 novembre :

Réunion d’information « Coworking, corpoworking : un enjeu d’attractivité et une nouvelle composante de la marque employeur ! », organisée par le Medef Hérault Montpellier à Bureaux&Co Bellegarde, à Castelnau-le-Lez (1 chemin de Borie). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 30 novembre : 

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d’infos ici.

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Carcassonne (Aude). Plus d’infos ici.

« Littoral en débat(s) : l’Occitanie face au changement climatique », organisé par l’Université Paul Valéry à Montpellier (Saint Charles-salle des colloques 1). Inscription ici.

Rencontre « Foncier économique, vers un réinvestissement des zones d’activités existantes », organisé par l’AUAT à Toulouse. Plus d’infos et inscription ici.

« Futur du travail : les ESAT nous inspirent ! » en présence de la philosophe Gabrielle Halpern, en partenariat avec ANDICAT, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Soirée « Solaire photovoltaïque » organisée par le Pays de l’Or Agglomération à la Salle Prévert à Mauguio (34). Plus d’infos ici.

Plus d'événements ici

DÉCEMBRE

Vendredi 1er décembre : 

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Cahors (Lot). Plus d’infos ici.

Rencontres Business Angels organisées au Bic Plein Sud Entreprises à Rivesaltes. Plus d’infos ici.

Lundi 4 décembre : 

Rencontres Business Angels organisées à la Halle de l’Innovation, dans les locaux du Bic de Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 4 au 8 décembre :

GE Week 2023, organisée par le CRGE Occitanie. Plus d’infos ici.

Mardi 5 décembre :

Entreprenez en Occitanie, organisé par Ad’Occ, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d’infos ici.

« Longue Vue « Peur, confiance & moi : et l’IA dans tout ca ? » en présence de Laura André Boyet, préparatrice de Thomas Pesquet, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Rendez-vous de l’éco engagée – Achats responsables, organisé par Ad’Occ, la Région Occitanie, la CRESS et l’Afnor, à La Cité à toulouse (31). Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Décarbonation de l’industrie, focus sur les IAA », organisé par l’Ademe, la DREETS Occitanie et la DRAAF Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

3e édition de la Journée de l’événement responsable, organisée par Repère Méditerranée au siège de Midi Libre (rue du Mas de Grille). Plus d’infos ici.

Présentation des opportunités de la sous-traitance industrielle de l’éolien offshore flottant en Méditerranée organisée par la CCI Aude à Narbonne. Plus d’infos et inscription ici.

Cérémonie de remise des prix Alès Audace à Cinéplanet Alès. Plus d’infos ici et inscription là.

5 et 6 décembre :

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 6 décembre :

La Place Créative, organisée par la CCI Hérault au parc des expos de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 7 décembre : 

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Clubà Inter Oc – Vins Pays d’Oc IPG, à Lattes avec : Roselyne Bachelot, ancienne ministre. Plus d’infos ici.

MasterClass Cinéma « Réaliser un film en Occitanie, l’envers du décor », en présence de la réalisatrice et scénariste Agnès de Sacy, en partenariat avec Occitanie Films et la Cité européenne des Scénaristes, à la Cité de l’Éconmie et des Métiers de Demain. Plus d’infos et inscription ici.

Lab Santé « Comment soutenir les secteurs en souffrance ? », organisé par Midi Events (Midi Libre) au siège social de Midi Libre. Plus d’infos ici.

Webinaire « Présentation du nouveau programme Bosst Energie : décarboner et moins consommer pour produire mieux », organisé par l’UIMM Occitanie. Plus d’infos ici.

Vendredi 8 décembre :

Assises régionales du logement en Occitanie organisées par la préfecture d’Occitanie au Centre des congrès Diagora à Labège (31).

Webinaire de présentation de la promotion 2024 de l’accélérateur RSE, porté par Leader Occitanie et la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 12 décembre : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Narbonne avec un invité d’honneur : Stéphane Lubrano, directeur de la mission Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan. Inscription obligatoire ici.

Mercredi 13 décembre :

Les universités de l’économie de demain 2023 « Faire de l’impact sa nouvelle boussole », organisée au Corum de Montpellier. Plus d’infos ici.

Mercredi 13 et jeudi 14 décembre :

Energaïa, forum des énergies renouvelables, au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre : 

Aqua Business Days organisé par Aqua Valley à Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 15 décembre : 

Rencontres Business Angels organisées à Innovosud à Béziers. Plus d’infos ici.

Mercredi 20 décembre :

Rencontres du GIE Garonne Développement, à 11h à l’Espace Cobalt à Toulouse, avec les entreprises du bâtiment.

2024

JANVIER

Jeudi 11 janvier :

Déjeuner du Montpellier Méditerranée Business Club au Domaine de Verchant avec : Fabienne Sicot, sur le toit du monde avec 2 handicaps. Plus d’infos ici.

Mardi 16 janvier : 

Déjeuner du Béziers-Narbonne Business Club à Béziers avec un invité d’honneur : Mathilde Boulachin, domaine Chavin. Inscription obligatoire ici.

MARS

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Le bilan 2023 d’Appart’City. Interview de son président Vincent Compagnon.
  • À Canet-en-Roussillon, l’ascension des catamarans écologiques et innovants Windelo.

Pour BoisMAG : Enquête nationale sur le négoce bois, pour BoisMAG. Parution courant novembre.

Pour Midi Libre : double page sur le marché immobilier en montagne dans les Pyrénées-Orientales. Parution en décembre.

Pour ToulÉco :

  • 10 femmes d’Occitanie Est qui vont faire 2024, dans le cadre d’un dossier régional « Les 24 femmes qui vont faire 2024 ».
  • 3 articles « Fabriqués en France » : Le Maillot Français, Danielle Engel et Electric Motion.
  • Contribution au Guide du Financeur, avec quatre pages consacrées aux pépinières et incubateurs d’entreprises d’Occitanie Est. 

RÉDACTION DE CONTENUS

Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

Magazine « L’œil » d’Arthur Loyd Occitanie Méditerranée

Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

ANIMATIONS

Dans le cadre du mois de la création/reprise d’entreprises avec Ad’Occ, deux animations de tables rondes :
. 23 novembre à Alès / LE HUP (9h15-10h15).
. 30 novembre à Carcassonne, Centre de congrès le Dôme (10h30 - 11h30).

Le 30 novembre, Rencontre partenariale sur l’Orientation Scolaire en Occitanie de la Région, à la Cité à Toulouse (13h30-16h30). Une table ronde inaugurale est prévue en présence des vice-présidents de la Région Occitanie Kamel Chibli et Jalil Benabdillah, avec le Recteur de l’Académie de Toulouse Mostafa Fourar. Puis, animation de tables rondes avec des acteurs économiques et associatifs (Opco, branches professionnelles, structures sportives…) pour identifier des actions afin d’améliorer l’orientation et l’information métiers, dès le collège.  

French Tech Central (French Tech Méditerranée), le 7 décembre à Béziers, avec 4 tables rondes programmées : Développement à l’international ; Financement et innovation : les bonnes pratiques ; Innovation au service de l’environnement ; Innovation dans un grand groupe. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte.  

Assises régionales du Logement, organisées par la préfecture de région Occitanie, le 8 décembre à Labège. Coanimation Sarah Nguyen Cao-Khuong / Hubert Vialatte. 
 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Dissolution sans dix solutions

Dissolution sans dix solutions. Les Indiscrétions est et restera avant tout économique, mais il est difficile de faire l’impasse sur le scrutin inédit des européennes 2024, ce 9 juin. Ce qu’il faut en retenir en Occitanie, où le RN arrive en ...

Forme pas olympique

Alors que les JO Paris 2024 accourent, les PME affichent une forme pas olympique. « Il y a une contradiction : en 2020, tout le monde parlait d’une éventuelle crise économique, qui n’est pas venue, du fait des aides Covid puis de la reprise en ...

Les confidences de coach Canayer

« La haute performance, c’est la maîtrise des émotions bien plus que la technique. Et pour maîtriser les émotions, il faut se retrouver dans des situations d’inconfort, et non pas de bien-être », lance Patrice Canayer, entraîneur et manager ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !