B2-Region Occitanie-4 mars 2024

Les indiscrétions

Le stade Louis-Nicollin joue les prolongations

Semaine du 18 mars 2024

sur le gril cette semaine

Son club, le MHSC (foot, Ligue 1), se prend une belle claque face au PSG, façon tennis (6-2). Mais l’info est ailleurs. Laurent Nicollin étudie une nouvelle implantation pour son projet de nouveau stade Louis-Nicollin. Ce serait sur le site du Parc Expos, à Pérols.

Et aussi ? En « À l’affiche », Julien Manival et Partouche à l’assaut de Paris, Céline Torres veut propulser Delafosse comme maire bâtisseur, le blanchiment d’argent sale décrypté à Nîmes, tout sur le Cercle Mozart ; En « Décodage », rencontres économiques de la Quinzaine Franco-Allemande d’Occitanie, les solutions pour la ressource en eau dans l’Hérault, recrutement au cœur du medFEL de Perpignan

Et encore ? En « Zoom », immobilier avec les remèdes anti-crise de l’ABCD et du ministre Kasbarian à Midi Libre ; En « Trois questions à… », Olivier Sarlat (Aqua Valley et Veolia) se pose en rassembleur de l’eau ; En « Ça pousse », les derniers potins immo. Et des rubriques très utiles, concoctées avec soin : « Agenda » et « Au marché ».

Bonnes lecture et semaine !

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Laurent Nicollin, MHSC

Laurent Nicollin, MHSC

Son club, le MHSC (foot, Ligue 1), se prend une belle claque dimanche soir face à PSG, en mode set de tennis (6-2). Mais l’info est ailleurs. Dans Le Figaro le 16 mars, et Le JDD le 17 mars, Laurent Nicollin annonce renoncer définitivement au projet de nouveau stade Louis-Nicollin sur le site d’Ode à la Mer, à Pérols (34), et refuser l’hypothèse de Grammont (« Hors de question, c’est sur notre centre d’entraînement. Et avec le Scot, notre projet de bureaux, restaurants et boutiques y est impossible. Or, un stade lambda, ça ne sert à rien »). Il glisse étudier une possible autre implantation, toujours à Pérols. « Ce serait sur le Parc Expos, propriété de la Région Occitanie, à la place d’un ou deux halls », confie une source proche aux Indiscrétions. La Région va en effet investir 80 M€ dans la reconfiguration du Parc Expos de Montpellier (Les Indiscrétions du 18 septembre 2023, lire ici), ce qui pourrait constituer une opportunité foncière assez rapide. « On n’a pas encore avancé financièrement, donc je ne sais pas si ce sera viable, tempère Laurent Nicollin dans le JDDL’idée nous a été soumise par une collectivité (la Région Occitanie, note). On l’a étudiée avec attention, elle pourrait être un bon recours. »
« On vérifie si c’est possible, en termes de constructibilité et de périmètre financier, confirme une source proche de la Région aux IndiscrétionsL’idée, c’est de créer plus qu’un stade, mais un équipement modulable et mutualisable avec des halls. Avec cet équipement, l’Arena Sud de France et les espaces de congrès, le site, bien situé et desservi (autoroute A9, tramway), deviendrait un gros vecteur d’attractivité, autour de l’événementiel, de la culture, du sport et des festivals. » 
Le projet de nouveau stade, évoqué depuis 2016, est qualifié de « vital » par Nicollin pour les ressources du MHSC, actuel locataire du stade de la Mosson, enclavé et vétuste. Mais il peine à trouver son financement. Et son nid : Cambacérès sous Saurel, puis Ode à la mer et Grammont avec Delafosse, et, peut-être, le Parc Expos avec Delga. « Je m’attendais à une prise de parole de Laurent Nicollin sur le dossier. L’heure de vérité se rapproche : abandon définitif, ou nouveau projet. Je remarque que Laurent Nicollin a choisi un quotidien national pour imposer sa vérité », confie-t-on dans l’entourage de Jean-Pierre Rico, maire de Pérols. Voilà donc où on en est… à ce stade. Histoire de finir sur un jeu de mots bien pourri.

Julien Manival et Fabrice Paire, Must Group

Julien Manival et Fabrice Paire, Must Group

Julien Manival (à gauche sur la photo), fondateur du Groupe Bonne Compagnie (restaurants, holding Milandre*) et récent repreneur du Terminal#1 à Montpellier, annonce le 14 mars la création de Must Group (Paris), nouvel acteur de l’hospitalité et du divertissement, en association avec le groupe Partouche, le tennisman Stanislas Wawrinka et Prosper Masquelier, restaurateur connu de la place de Montpellier (La Brasserie du Théâtre, Les Bains, La Pampa).
Must Group va ouvrir au printemps un établissement de plage « Copal Beach » à Cannes, et travaille au lancement d’un restaurant à Paris, début 2025, dans le 8e arrondissement. La conception de ce futur lieu de 450 m² est confiée à l’architecte parisien Arnaud Behzadi.
* Siège à Montpellier. 200 salariés permanents et jusqu’à 400 en saison, CA de 15 M€.

Céline Torres, Pôle Habitat FFB Occitanie

Céline Torres, Pôle Habitat FFB Occitanie

« 12 % de jeunes renoncent à leurs études car ils n’arrivent pas à se loger, alerte, le 15 mars en ouverture du Salon de l’Immobilier à Montpellier, la présidente du Pôle Habitat FFB Occitanie. Et mes adhérents sont en train de mourir. C’est une question de semaines, pas de mois. » Réagissant à l’annonce, par Michaël Delafosse, maire de Montpellier, de la tenue d’Ateliers du Logement*, Céline Torres déclare : « On a besoin de rendez-vous rapidement, pour vous exposer ce qui nous empêche de travailler. On n’a plus le temps de réunions pour réfléchir à l’acte de bâtir de demain. Ce dont on a besoin, c’est de bâtir aujourd’hui. » Tout en lançant un défi à Michaël Delafosse : « Vous avez une énergie exceptionnelle, par exemple pour avoir défendu la candidature de Montpellier comme capitale européenne de la Culture. Vous pouvez aussi remuer la France pour l’immobilier. Soyez le leader des maires bâtisseurs de France ! Alors que tout est bloqué au niveau national, pourquoi ne seriez-vous pas le fer de lance de l’immobilier en France ? » Réponse du maire de Montpellier : « Mon bureau est ouvert au nouveau ministre du Logement. Mais, visiblement, vous le voyez plus que moi. »
Michaël Delafosse voit dans la crise du logement, « une bombe à fragmentation » et entend « remettre le logement au cœur de l’agenda démocratique. Le logement, ce sont des enjeux de création d’emplois et de durabilité de nos villes. La seule réponse n’est pas l’offre, mais une adaptation par rapport aux travailleurs modestes, aux femmes seules avec enfants ». Il souhaite des « procédures accélérées », par exemple pour transformer les anciens bureaux de Groupama Méditerranée (site Chaptal) en logements, une « libération des fonciers publics d’État » et un rôle plus moteur des banques.
* Les Ateliers proposeront une série de mesures applicables à mi-juin, puis rédigeront un Livre blanc sur le logement qui sera présenté lors du Congrès national HLM de l’USH (24-26 septembre, Montpellier). L’organisation des ateliers est confiée à Altémed. Sept groupes de travail vont être constitués, sur les thèmes suivants : Quels besoins du territoire et qui veut-on loger ? Comment loger les populations les plus précaires ? Où créer les nouveaux logements ? Comment créer plus de logements ? Comment produire des logements attractifs en maitrisant leurs coûts ? Comment construire plus vite ? Comment accélérer la transition écologique en optimisant le parc de logements existants ? 

Estelle Henry, Club de la presse et de la communication du Gard

Estelle Henry, Club de la presse et de la communication du Gard

Journaliste radio et télé, Estelle Henry est élue présidente du Club de la presse et de la communication du Gard, apprend-on dans un communiqué (à croquer ici). Adhérente au club depuis janvier 2022, elle succède à Thierry Allard, journaliste à Objectif Gard. Didier Vachon, ex-directeur de France Bleu, est nommé vice-président du collège journalistes, et Céline Rousseau, directrice de l’agence Mazette!, reste vice-présidente du collège communication. Diplômée de l’École supérieure de Journalisme de Lille, Estelle Henry est correspondante à RMC Info Talk sport et Radio Classique depuis 2016 et 2019.  Le Club de la presse et de la communication du Gard rassemble 200 professionnels du secteur. Infos ici et agenda des prochains événements à retrouver ici.  

François Rieussec, UNAM

François Rieussec, UNAM

Le Toulousain, président national de l’Unam (Union nationale des Aménageurs), se félicite des mesures annoncées le 14 mars, en ouverture du Mipim à Cannes, par Guillaume Kasbarian, ministre du Logement, pour « accélérer et simplifier la construction de logements neufs ». Parmi ces mesures, l’accélération et la modernisation des procédures d’aménagement. Notamment, la généralisation du permis d’aménager multi-sites, désormais étendu sur tout le territoire afin d’accélérer la délivrance des procédures d’urbanisme. Jusqu’ici restreinte aux seules ORT (opération de revitalisation de territoire) et PPA (Projet partenarial d’aménagement). « C’est une très bonne nouvelle pour les aménageurs. Cette mesure sera un levier pour mettre fin au mitage et à la consommation foncière non planifiée sur nos territoires », indique François Rieussec.
Parmi les autres annonces, l’application de règles d’urbanismes à l’ensemble des projets plutôt que lot par lot, la possibilité de réaliser des permis de construire par tranche dans les opérations d’aménagement ou encore la facilitation de la densification dans les lotissements. Cette dernière mesure « reste néanmoins à préciser pour s’assurer qu’elle ne devienne pas une mesure d’urbanisme au coup par coup ». L’Unam demande enfin « la non-publication dans les jours qui viennent des décrets qui excluent les classes moyennes de l’accès au PTZ (prêt à taux zéro) ».

Arnaud Montebourg, Jérôme Bonet, Université de Nîmes

Arnaud Montebourg, Jérôme Bonet, Université de Nîmes

D’Argent et de sang, version universitaire. Colloque « Argent sale et blanchiment : état des lieux », le 22 mars sur le site Vauban de l’Université de Nîmes, en présence d’Arnaud Montebourg (à gauche sur la photo), ancien ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique entre 2012 et 2014 et auteur d’un rapport sur la lutte contre le blanchiment en France en 2002, et Jérôme Bonet, préfet du Gard. L’évènement est organisé de 9h à 17h par des étudiants en master du programme ‘Enseignement clinique du droit des affaires’ de l’Université de Nîmes (président : Benoît Roig). Ce colloque réunit une diversité d’intervenants : « policiers, banquiers, avocats, universitaires, spécialistes du commerce international des armes, des jeux, de l’immobilier, de l’intelligence artificielle, et de la géopolitique », indiquent les organisateurs. Plus d’infos et inscription en cliquant ici.  

Jean-Marc Maillot, Cercle Mozart

Jean-Marc Maillot, Cercle Mozart

Le Cercle Mozart, réseau d’entrepreneurs et de décideurs, dévoile sa programmation événementielle pour 2024 marquant ses 15 ans d’existence. Et il y a du beau monde : le préfet de l’Hérault François-Xavier Lauch au Domaine des Grands Chais à Mauguio le 25 avril ; Xavier Bertrand, ancien Ministre, président des Hauts-de-France et candidat aux prochaines présidentielles, le 23 mai à la clinique Saint-Jean (Saint-Jean-de-Védas) ; Grand Oral des Européennes au CGR Lattes le 29 mai ; Nicolas Sarkozy, le 25 juin (lieu à définir) ; Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et de Régions de France le 5 septembre (lieu à définir) ; Édouard Philippe, ancien Premier Ministre, le 24 octobre au Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez)… « Nous organisons des manifestations où nous recevons des personnalités, mais nous portons aussi des actions telles que Sportissime, Les Mozart de la réussite, le grand oral des Européennes… », précise Jean-Marc Maillot, président. Le Cercle Mozart parrainera cette année le MHR féminin (rugby). Le Cercle Mozart Montpellier compte 280 membres (450 sur la fédération des Cercles Mozart).

Philippe Guy, Medincell 

Philippe Guy, Medincell 

Philippe Guy, fort de plus de 30 ans d’expérience au Boston Consulting Group (cabinet international de conseil en stratégie), est nommé président du conseil de surveillance de MedinCell (150 salariés, Jacou, 34), société pharmaceutique technologique cotée, qui a conçu une manière d’administrer les médicaments par voie sous-cutanée, libérant les effets thérapeutiques du produit pendant des semaines ou des mois. Sa nomination fait suite au départ de Anh Nguyen (Les Indiscrétions du 26 février 2024, lire en cliquant ici). Plus à lire dans un communiqué de presse.
Plus à (re)lire dans Les Échos « Traiter la schizophrénie différemment, le défi américain du français MedinCell » en cliquant ici, et « Ces PME qui redistribuent la richesse à leurs employés », en cliquant là.

Plus de À l’affiche

Thierry Gaxieu, Chai du Clapas

Thierry Gaxieu, Chai du Clapas

Il cède la présidence du bureau d’études Gaxieu (Alès et Béziers, 110 collaborateurs, aménagement du territoire) à André Bonnet, dans le cadre d’une transmission de la PME aux salariés (« Le groupe Gaxieu organise sa cession à ses salariés », Les Échos, mars 2022, à relire en cliquant ici). Thierry Gaxieu se reconvertit dans la viticulture* et ouvre, le 15 mars au 25, rue du Faubourg-du-Courreau à Montpellier, le Chai du Clapas (surface : 55 m²). « L’établissement regroupe un chai de vinification destiné à élaborer du vin à partir de raisins que je cultive au Pouget (34) et un espace de vente de vin en vrac ou à déguster sur place. C’est le premier chai urbain à Montpellier ! », confie-t-il aux Indiscrétions.
De son côté, Gaxieu, historiquement spécialisé dans les VRD, s’adapte aux nouveaux enjeux d’aménagement, en se spécialisant, pour le compte des collectivités, dans la réutilisation des eaux usées traitées, les réseaux de chaleur, ou encore la désimperméabilisation des sols. Anaïs Nouet, cheffe du département eau-assainissement-reute chez Gaxieu, intervient ce mercredi 20 mars au Domaine de Bayssan (Béziers), dans le cadre d’une Journée dédiée à la ressource en eau (Département de l’Hérault, FRTP-Les Canalisateurs de France, AMF 34, préfecture de l’Hérault), pour évoquer les enjeux de Reute.
* 4 ha : 2,5 au Pouget et 1,5 à Saint-Bauzille-de-la-Sylve, en conversion Bio.

Florent Laïk, Apec 

Florent Laïk, Apec 

Florent Laïk, consultant de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et fondateur d’Umanum (cabinet de recrutement), interviendra sur le thème « Comment construire sa marque employeur ? », lors d’une matinale RH organisée par l’Apec et Gemme Hérault le 26 mars à Montpellier. Inscription en cliquant ici. 

Mickaël Jozefowicz, VSB énergies nouvelles

Mickaël Jozefowicz, VSB énergies nouvelles

Il rejoint VSB énergies nouvelles (siège social : Nîmes), producteur indépendant d’électricité à partir d’énergies renouvelables, en tant que directeur administratif et financier, annonce le groupe. Rattaché au directeur général et gérant Maël Lagarde, il intègre par la même occasion le comité de direction. À 37 ans, Mickaël Jozefowicz possède 14 ans d’expérience dans la gestion financière et le financement d’infrastructures énergétiques au sein du Groupe Engie et de ses filiales.
Filiale du groupe allemand VSB, VSB énergies nouvelles compte 140 collaborateurs sur 6 agences implantées sur tout le territoire. « En 2023, nous réalisons un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros, en croissance d’environ 30 % par rapport à 2022 », indiquait en février Maël Lagarde aux Échos. La société emploie 140 collaborateurs et gère pour plus de 550 MW d’actifs éoliens et solaires. À (re)lire dans Les Échos, « VSB énergies nouvelles veut développer son activité photovoltaïque », en cliquant ici.  

Adrien Nguyen-Huu, Mathias André, Vincent Girault, Financement de la transition énergétique

Adrien Nguyen-Huu, Mathias André, Vincent Girault, Financement de la transition énergétique

L’Université de Montpellier annonce la tenue de sa première table ronde sur le thème « Le financement de la transition énergétique », à l’occasion du lancement de l’Observatoire de la Faculté d’Économie de Montpellier (OFEM), prévue le 21 mars à 18h dans l’amphithéâtre C001 du Campus Richter (plus d’infos ici). La table ronde réunira Adrien Nguyen-Huu (à gauche sur la photo), maître de conférences en économie à l’Université de Montpellier et responsable du diplôme universitaire en Finance verte, Mathias André (au centre sur la photo), responsable des partenariats au sein du Groupe Enerfip et co-fondateur du média Bouge ta Finance, et Vincent Girault, directeur général de EnerVivo. Inscription en cliquant ici.  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Toulouse accueille les rencontres économiques de la Quinzaine Franco-Allemande d’Occitanie 

La 3e édition des rencontres économiques de la Quinzaine Franco-Allemande d’Occitanie se tiendra le 26 mars à La Cité à Toulouse, à l’occasion de la 6e édition de la Quinzaine Franco-Allemande en Occitanie, du 21 mars au 4 avril.

Objectifs de ce forum : « ouvrir un débat franco-allemand sur les enjeux industriels de la « défossilisation » pour les entreprises , explique aux Indiscrétions Fanny Czajkowski, chargée de mission pour l’Association Allemagne-Occitanie. Une appétence pour le marché allemand ? c’est une occasion unique de pouvoir échanger sur place avec des décisionnaires allemands. ». Entre 100 et 150 personnes sont attendues.

Pour nourrir les débats, trois tables rondes vont se succéder : « Transition énergétique et écologique : quels sens et enjeux pour la décarbonation et la taxonomie verte en France, en Allemagne et en Europe ? » ; « La relocalisation de la production dans les territoires : reterritorialiser pour limiter l’empreinte carbone » ; « Les limites écologiques de la croissance et l’élaboration d’un nouveau modèle de développement ».

Et du beau monde est annoncé : « le ministère de l’économie et de l’énergie en Allemagne ; Nadia Pellefigue, vice-présidente à la Région Occitanie déléguée à l’Enseignement supérieur, la recherche, l’Europe et les relations internationales ; le CEO France de Continental ; la directrice de la Banque de France Occitanie… », liste Fanny Czajkowski.

Le détail du programme à croquer ici, et inscription là

Mobilisation pour les mobilités à Montpellier

Après un premier round à Toulouse le 24 janvier*, les 2e ‘Rencontres mobilités urbaines et territoires’ de la Région Occitanie se dérouleront à Montpellier le 29 mars à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des étudiants Aimé Schoenig, fait savoir la collectivité, autorité compétence pour l’organisation de la mobilité. Ces Rencontres, rythmées par un état des lieux, une table ronde et des échanges, sont organisées pour officialiser la candidature de Montpellier en vue de la création d’un Service Express Régional Métropolitain (Serm). L’objectif sera de promouvoir des transports en commun plus nombreux, plus fiables, plus confortables et mieux interconnectés, pour combattre la congestion routière et l’autosolisme. La loi du 27 décembre 2023 relative aux services express régionaux métropolitains est à consulter en cliquant ici.
* 500 personnes (élus locaux, acteurs des mobilités et usagers des transports publics) s’étaient réunies à l’Hôtel de Région à Toulouse.

Perpignan : le recrutement au cœur du medFEL 2024

Le salon professionnel medFEL, consacré à la filière des fruits et légumes, se tiendra les 24 et 25 avril prochains au parc des expositions de Perpignan (Pyrénées-Orientales). 

medFEL fruits et légumes Perpignan
Le medFEL est organisé les 24 et 25 avril à Perpignan ©DR

5.000 visiteurs et 250 exposants. Dédié aux acteurs de la filière des fruits et légumes, le medFEL va accueillir 5.000 professionnels lors de sa prochaine édition, les 24 et 25 avril à Perpignan. Par ailleurs, 250 exposants internationaux sont attendus, répartis sur 6 secteurs d’expositions : production, import/export, transport et logistique, emballages, process/équipement, ingénierie. « Par rapport à 2023, le nombre d’exposants est en hausse de 20 %, et la part des producteurs a augmenté de 23 % », indique Vadhana Khath, chef de projet pour le salon.

Deux ateliers dédiés à l’emploi. « Sur le Medfel 2024, nous aborderons à travers le Medemploi les questions du recrutement et de la fidélisation des salariés à travers deux ateliers », déclare Christine Schmitt, directrice de la Fédération des fruits et légumes d’Occitanie, qui anime ces ateliers. Consacré au recrutement, le premier atelier vise à « présenter de nouvelles approches et stratégies pour attirer les profils recherchés », explique Christine Schmitt. Un job dating sera organisé, avec des postes de saisonniers, permanents, stagiaires… Le second atelier concernera la fidélisation des collaborateurs. « Un premier volet sera dédié au diagnostic et aux conseils, puis sera abordée une formation au premier secours en santé mentale avec la mise en place de sentinelles pour écouter et renseigner les dirigeants sur les dispositifs pouvant les aider », ajoute Christine Schmitt. 

Têtes d’affiche. Végétalisation des repas en restauration collective ; intelligence artificielle ; impact du changement climatique… Un panel de tables rondes et conférences vont rythmer les deux jours de salon. Deux têtes d’affiche sont par ailleurs annoncées : Isabelle Autissier, ingénieure agronome et navigatrice, interviendra ainsi le 24 avril sur le thème « Comment tenir la barre dans un monde en crise ? ». Tomás García Azcárate, docteur ingénieur agronome et économiste agricole, prendra la parole le lendemain sur la thématique « Quelle politique agricole européenne pour les fruits et légumes frais ? » Importateurs-exportateurs, détaillants, acheteurs de la grande distribution… 60 « acheteurs VIP », venus des quatre coins du monde (Hongrie, Brésil, Qatar, Slovénie…), participeront par ailleurs à des rendez-vous d’affaires programmés. 

À (re)lire dans ToulÉco en cliquant ici

CCI Gard : mission du CGefi en cours

D’après Bercy, une mission du CGefi (Contrôle général économique et financier) est en cours à la CCI Gard. « Ni le rapport, ni les éventuelles recommandations ne sont finalisés. L’objectif est la fin du premier semestre. » Une éventuelle transformation du statut de la chambre consulaire – de CCI territoriale à CCI locale -, est évoquée avec gourmandise par des opposants à Éric Giraudier, président de la CCI Gard. Car ce serait un mauvais coup pour l’institution. On n’en est cependant pas là. « Le gouvernement n’a pas la possibilité de transformer une CCIT en CCIL. Le choix appartient, le cas échéant, aux élus consulaires », explique Bercy. Et les cas sont rares. La CCIT de Corse est devenue CCIL au 1er janvier 2020, à la demande de l’ensemble des élus.

Les Indiscrétions intègrent la famille du Spiil

C’est un pas important pour la poursuite du développement de la newsletter Les Indiscrétions. Notre candidature est retenue, le 14 mars, par le Spiil (Syndicat de la Presse Indépendante d’Information en Ligne), qui unit et représente quelque 270 éditeurs de presse. Échanges de bonne pratique, pluralisme par l’innovation, neutralité du traitement de l’information, modèles économiques… L’équipe des Indiscrétions entend s’appuyer sur le précieux réseau Spiil pour rester connectée et à l’affût, sur un marché prometteur, celui de l’info digitale. Parmi les adhérents occitans du Spiil : nos copains de touleco.fr, et aussi 12actu.com, aerospatium.info, agglo.tv, dis-leur.fr, medialot.fr, lokko.fr…

La Lozère, championne du plein emploi

soiree CCI Lozere
Soirée économique de la CCI Lozère ©DR

Santé économique de la Lozère. En partenariat avec la Banque de France, la CCI Lozère organise le 5 mars une soirée de l’économie. L’occasion de dresser le bilan économique de 2023, devant un parterre de 85 chefs d’entreprises et décideurs du territoire, et de présenter le portrait socio-économique 2024 du département. Pour cela, la CCI a réalisé une enquête en janvier auprès de 169 établissements lozériens. « Notre CCI a une fonction d’observation du territoire économique. Quand vous avez une bonne visibilité de votre tissu économique, vous savez mieux comment l’appréhender, notamment pour réaliser des investissements », indique Thierry Julier, président de la CCI Lozère, aux Indiscrétions.

Plein emploi. Concernant la santé économique du département, le point central est l’emploi. « Quinze métiers concentrent 40 % des offres d’emplois, et ces métiers sont ceux de la restauration et du médico-social », souligne Thierry Julier. Le taux de chômage, lui, s’établit à 4,8 %, contre 8,8 % en Occitanie et 7,2 % en France métropolitaine. « Mais cet indicateur positif traduit aussi la difficulté de recruter pour nos entreprises », nuance Thierry Julier.

Freins à l’emploi. L’étude relève trois principaux freins à l’emploi : l’exclusion numérique, le transport et l’état de santé. « Nous avons environ 18.000 salariés dans nos entreprises en Lozère. C’est un chiffre assez haut comparé à la période avant covid où nous étions à 16.000 salariés. Il y a un réel dynamisme de l’emploi. » 

Salaires plus faibles. Autre donnée mise en avant dans l’étude : le salaire moyen dans le privé est moins élevé que dans les autres départements de la région et s’établit à 2.218 € brut. Le recours à l’intérim est plus bas en Lozère qu’ailleurs (0,96 % des emplois salariés). « Depuis le covid, on a eu un effet de rattrapage par rapport au reste de l’Occitanie. Et ce rattrapage au niveau des salaires est possible aussi grâce au déséquilibre entre l’offre et la demande. Par ailleurs, il est compliqué de comparer les salaires entre départements car les comportements de consommation ne sont pas les mêmes dans notre département que dans de grandes agglomérations. Nous subissons, de fait, moins les effets de l’inflation », observe Thierry Julier. 

Dynamisme de créations d’entreprises. Il y a eu 592 créations-reprises d’entreprises en 2021, 559 en 2022, 458 en 2023 (pour 246 radiations). Le secteur le plus dynamique reste l’hôtellerie-restauration, suivi des activités de services et du bâtiment. « Nous allons atteindre l’arrivée du 5.000e entrepreneur à la chambre de commerce. Cela paraît peu, mais comparé à la taille de notre département, c’est beaucoup. L’année 2023 est marquée par une progression du nombre d’entrepreneurs, avec un solde positif à 212. En Lozère, il y a l’envie d’entreprendre ! Nous avons plus de deux tiers de créations d’entreprises et un tiers de reprises », s’enthousiasme Thierry Julier. La part des entrepreneurs de moins de 30 ans augmente d’année en année, avec 61 nouveaux jeunes dirigeants en 2023. Quant aux femmes, elles sont au nombre de 117 nouvelles dirigeantes (+ 25 %).

Moral en berne du fait des incertitudes. La CCI a également sondé le moral des chefs d’entreprises. À la question : comment envisagez-vous l’avenir de votre entreprise ? Les retours sont partagés et nombre d’entre eux, tous secteurs confondus, redoutent une baisse de leur CA. Si le commerce est plutôt pessimiste, l’hôtellerie-restauration et les services sont plutôt optimistes. « Il y a beaucoup d’incertitudes, portées nationalement avec les conflits géopolitiques, l’inflation… et pas vraiment de visibilité. Les entreprises sont tout de même globalement en bonne santé, mais je n’occulte pas les points de fragilité bien présents. Dans le bâtiment et les travaux publics, les carnets de commandes sont chargés et pourtant on ne perçoit pas d’optimisme ». 

Croissance au rendez-vous. Malgré le climat de prudence qui règne au sein de l’entrepreneuriat lozérien, la croissance est au rendez-vous (hormis pour l’industrie avec -17%) : pour le commerce (+7%), pour l’hébergement restauration (+11%), pour le transport et l’entreposage (+15%), pour la construction (+7%) et pour l’agriculture (+10%). Les chiffres d’affaires déclarés en Lozère ont continué d’augmenter en 2023 pour atteindre plus de 2,7Mds€ (soit + 6,15 % par rapport à 2022). « Les CA ont augmenté globalement tous secteurs confondus. Cette croissance est portée en partie par l’inflation mais aussi par le dynamisme de nos entreprises et notamment dans le secteur du commerce, et l’industrie manufacturière. Le CA 2023 est à un niveau jamais atteint dans l’histoire de la Lozère. Le territoire de la Lozère est assez sécurisé pour un investisseur, décrypte Thierry Julier. L’industrie en 2023 est en revanche une déception, avec -17 %. Les majors présents sur notre territoire (ArcelorMittal, Quézac Aujeu, Robbez-Masson, Lactalis) n’ont pas subi de baisse de chiffre d’affaires, donc la baisse se concentre sur les plus petites entreprises et l’industrie du bois. C’est ce qui m’inquiète. Tous les autres secteurs sont dans le vert, avec une belle performance de l’agriculture. » 

Pour consulter la présentation de la soirée, c’est ici

L’union fait la force  

Développer conjointement des initiatives dans les domaines des mobilités, du développement économique et de l’emploi, de l’aménagement du territoire, de la transition écologique, de la culture et du sport. C’est l’objectif du contrat de partenariat 2024-2026, signé ce 19 mars par Michaël Delafosse (Montpellier Méditerranée Métropole), François Commeinhes (Sète Agglopôle Méditerranée) et Gilles d’Ettore (Hérault Méditerranée).

M.ou Mme Eau en Occitanie : le portrait-robot

Les missions du futur « Monsieur ou Madame Eau », rattaché auprès du préfet de région Pierre-André Durand, sont publiées au Journal Officiel du 15 mars (à lire en cliquant là). Le profil recherché est davantage tourné vers le Sud-Ouest que vers la Méditerranée, comme en atteste le descriptif : « gestion de l’eau sur le bassin Adour-Garonne, gestion de projets structurants pour la gestion quantitative de l’eau dans le bassin Adour-Garonne et appui à la politique de l’eau en Occitanie ». L’orientation géographique peut surprendre, au vu de la situation dégradée de la ressource en eau en Occitanie Est, notamment dans les Pyrénées-Orientales. La manifestation, ce week-end contre le projet de golf à Villeneuve-de-la-Raho, vient le rappeler.

L’annonce du poste précise que « les quatre départements littoraux d’Occitanie dépendent du bassin Rhône-Méditerranée, sous pilotage de la préfète d’Auvergne-Rhône-Alpes ».

Immobilier : Béziers séduit les investisseurs locatifs

Hôtel de Ville Béziers
©Ville de Béziers

Avec des prix moins élevés que Montpellier, le Biterrois séduit notamment les investisseurs locatifs. « Le prix d’un appartement 2 pièces est environ 30 % moins cher à Béziers qu’à Montpellier, alors que le prix du loyer sera seulement 15 % moins élevé », souligne Benoit Castanier, directeur général des agences Citya à Béziers et à Clermont-l’Hérault. La tension qui pèse sur le marché transactionnel « bloque le marché locatif, ce qui est un avantage pour les investisseurs. Les personnes qui souhaitaient accéder à la propriété n’y parvienne pas, et donc restent locataire », explique Benoit Castanier. À Béziers, les prix ont augmenté de 7 % sur l’année, indique Françoise Cadène, en charge de la cellule communication de la Chambre des notaires de l’Hérault. Les prix des appartements anciens ont progressé de 2 %, avec un prix médian de 1.500 €/m². Tandis que le neuf affiche une hausse des prix de l’ordre de 13 %. « Les prix médians sont de 4.980 €/m² pour un studio, 3.480 €/m² pour un T2, ou encore 3.160 €/m² pour un T4, liste Françoise Cadène. Mais pour un studio dans le centre de Montpellier, le prix grimpe à 6.270 €/m². » La hausse des prix concerne également « les prix du foncier, des terrains et des matériaux, insiste Lionel Tarrius, directeur général de SM Maisons (constructeur maisons individuelles) et président du Pôle Habitat FFB Aude. Sur les trois dernières années, le prix des matériaux a grimpé de 20 à 30 % ! » 
Avec les difficultés d’accès au crédit et les taux d’intérêts élevés, la clientèle de primo-accédant laisse sa place à des acquéreurs aux moyens financiers plus importants. « Un ajustement des prix du marché, avec une baisse de l’ordre de 15-20 %, leur permettrait d’accéder au crédit », assure Benoit Castanier.
> Plus à lire dans le supplément Midi Libre sorti à l’occasion du Salon de l’Immobilier de Béziers, du 21 au 24 mars au Parc des Expositions, organisé par L’Agence-Midi Libre.

Septeo acquiert ACIGrup

Septeo (legal tech, Lattes – 34, PDG : Hugues Galambrun, 2.900 salariés, CA de 360 M€), annonce le 4 mars l’acquisition d’ACIGrup, société espagnole spécialisée dans le développement de logiciels pour hôtels et restaurants. Manuel Ortiz, directeur général de Septeo pour l’Espagne et le Portugal, indique que « l’acquisition d’ACIGrup va porter la croissance de Septeo Hospitality. Cette croissance s’appuie sur l’investissement en R&D, la cybersécurité et l’innovation. Ces valeurs se sont renforcées avec le lancement du laboratoire d’IA du groupe, ‘Brain’ ».
Le communiqué en ligne à lire en cliquant ici.

La Région Occitanie lance le Club Investisseurs de l’Aris 

11 entreprises rejoignent le premier Club Investisseurs de l’Aris (Agence Régionale des Investissements Stratégiques), annonce la Région Occitanie. Objectif : élargir les capacités d’intervention de l’Aris en ouvrant son capital à des partenaires privés. Le Club, composé majoritairement de PME, lève ainsi 4,1 M€, portant les capacités d’intervention à 37 M€. « D’ici 2030, nous prévoyons d’investir 50 M€ grâce à l’Aris et au soutien de son Club des Investisseurs », indique Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. 

Parmi les entreprises ayant rejoint le Club : Captain Watt (société d’investissements présidée par Jean-Marc Bouchet, fondateur du groupe Qair), Groupama d’oc (groupe mutualiste en Occitanie), le groupe Magellim (acteur de l’investissement et de la gestion d’actifs dédié au renouveau des territoires) ou encore Comat (fabrication d’équipements pour les secteurs spatiaux et industriels).

Depuis la création de l’Aris en 2021, près de 17,5 M€ ont été investis dans 15 entreprises des domaines de la transition écologique, les mobilités décarbonées, la santé, l’agroécologie et la transition numérique : Genvia (fabrication d’électrolyseurs à haut rendement pour l’hydrogène décarboné, intervention de l’Aris à hauteur de 5,5 M€), Aura Aero (fabrication d’avions décarbonés, 2 M€), WaterHorizon (fabrication de batteries pour la chaleur fatale, 1,5 M€), Ipsophène (production de paracétamol, 1,2 M€), Naïo (robots agricoles, 1 M€), Ascendance (avions de transport régional hybride-électrique, 1 M€).

Maera : deux prêts de 85 M€ chacun signés en avril

Le chantier de modernisation et d’extension de la station d’épuration de Maera à Lattes (34) par Montpellier Méditerranée Métropole va faire l’objet de deux prêts de 85 M€ chacun, apprend-on auprès de la Banque des Territoires. Un prêt sera accordé par la BEI, l’autre par la Caisse des Dépôts. La signature des contrats est prévue en avril avec René Revol, maire de Grabels et président de la Régie des eaux de Montpellier.

Nîmes sensibilise à la pratique du vélo à l’occasion du Tour de France

Le Tour de France Nîmes
Le Tour de France fait étape à Nîmes, le 16 juillet ©Vivre Nîmes

La Ville de Nîmes prépare diverses festivités liées au cyclisme en vue du passage de la 16e étape du Tour de France à Nîmes le 16 juillet, annonce la municipalité dans un communiqué (plus d’infos ici). « 15.000 à 20.000 personnes en bord de routes sont attendues », indique la Ville de Nîmes. Les cyclistes quitteront Gruissan (11) pour arriver 187 km plus tard devant le centre commercial des 7 Collines à Nîmes. Pour l’occasion, la municipalité mobilise 200 k€ d’investissement, représentant 1,8 M€ de retombées économiques. « Le parc hôtelier affiche généralement complet à plus de 20 kilomètres à la ronde », se réjouit Jean-Paul Fournier, maire LR de Nîmes. Nouveauté 2024 : la Fête du Tour, le 13 juillet, proposera diverses animations, démonstrations et essais au grand public.
L’événement est aussi une façon se sensibiliser les jeunes Nîmois à la pratique du vélo. Les 6 et 7 juin se tiendront, pour la troisième année consécutive, le P’tit Tour Nîmois, un parcours de 3 kilomètres pour apprendre à faire du vélo à 600 élèves de CM2 (24 classes). « C’est une façon ludique de sensibiliser le jeune public au cyclisme et de lui faire découvrir un événement sportif mondial de l’intérieur », explique Véronique Gardeur-Bancel, conseillère déléguée à l’éducation et à la réussite scolaire.

Halle des Mobilités à Toulouse : le lauréat bientôt connu

Dévoilement, ce 21 mars par la Région Occitanie, du projet architectural retenu pour la réalisation de la future Halle des Mobilités (4.400 m2) à Toulouse. Cet équipement verra le jour à l’horizon 2028 au cœur du pôle d’échanges multimodal Marengo. Il va permettre au Pôle de Matabiau Gares de faire face à un doublement de sa fréquentation actuelle à horizon 2030 (à terme 150.000 voyageurs par jour), notamment avec la mise en service de la ligne C du métro à l’horizon 2028 (Toulouse Métropole / Tisséo) et l’arrivée de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse à l’horizon 2032, qui nécessite un prolongement des souterrains ferroviaires (SNCF). Plus d’infos sur laregion.fr en cliquant ici.

Acquisitions pour Sud Foncière dans l’Hérault et le Gard

Après l’acquisition de la zone commerciale des Milliaires à Beaucaire (30), Sud Foncière, foncière régionale de la Banque Populaire du Sud (BPS), annonce d’autres acquisitions d’actifs, cette fois-ci dans la région de Montpellier : « La Halle Nova à Cambacérès (Montpellier), auprès de Promeo, ainsi que le bâtiment O’rore (PIOM 8), proche de l’aéroport de Montpellier à Mauguio, dont la vente en l’état futur d’achèvement a été signée avec Icade », confie aux Échos BPS. Sud Foncière est dotée d’une capacité d’investissement de 80 M€, fléchés à « 75 % sur l’immobilier d’entreprise et 25 % sur des actifs de diversification (résidentiels gérés notamment) », précise BPS.

Numérique : Green4Cloud ouvre deux datacenters en Occitanie 

Green4Cloud ouvre deux datacenters en Occitanie
Green4Cloud ouvre deux datacenters en Occitanie ©Green4Cloud

« Plus les données parcourent de chemin, plus elles consomment de l’énergie à travers les équipements qu’elles traversent », explique Julien Delcroix, président co-fondateur de Green4Cloud (Rousson, Gard), qui ouvre deux datacenters à Vézénobres (Gard) et à Saint-Aunès (Hérault). Objectif : proposer un cloud de proximité et respectueux de l’environnement avec 90 % d’équipements reconditionnés. Chaque datacenter, de 1 demi-baie, est chiffré à « moins de 50 k€, financés par des investisseurs, des concours, Bpifrance, la Banque Populaire du Sud et en auto-financement », indique Green4Cloud aux Indiscrétions. Incubée à l’IMT Mines Alès, la startup projette de lever pas moins de 600 k€ pour soutenir son développement et porter son nombre de datacenters à 17 d’ici 2025. Green4Cloud emploie cinq collaborateurs et vise les 24 salariés à horizon 2025, avec un CA de 1,7 M€. Parmi ses clients : Montpellier Events, Toulouse Congrès, BC Systems, mavillemonshopping ou encore Gotelcom. Plus à lire cette semaine dans Les Echos

Eau : une journée pour valoriser les solutions alternatives

Ressource en eau
©Pixabay

Panel de solutions. La préservation de la ressource en eau ne passe pas que par la recherche de nouvelles ressources, mais aussi et surtout par de nouvelles solutions : renouvellement des réseaux d’eau, réutilisation des eaux usées traitées, interconnexions entre réseaux communaux, restrictions de consommation… Voilà le message-clé de la journée technique de l’eau, organisée ce 20 mars au Domaine de Bayssan à Béziers par le Département de l’Hérault, les Canalisateurs de France / FRTP Occitanie, l’AMF 34 et la préfecture de l’Hérault, en présence de près de 300 élus, services de l’eau intercommunaux et communaux, syndicats territoriaux et professionnels de la filière de l’eau. Le préfet de l’Hérault, François-Xavier Lauch, annoncera à cette occasion les contours d’un Plan Eau pour le département de l’Hérault.

L’intercommunalité, la bonne maille. « On manque d’opérations montées par les maîtres d’ouvrage, notamment dans les communes. Il y a encore une centaine de communes, dans l’Hérault, qui ont la compétence eau et assainissement, avec seulement 30 opérations en cours. À l’inverse, les 7 intercommunalités que nous subventionnons sur les enjeux de l’eau portent 90 projets. Traduction : quand on est structurés en communauté de communes, on a statistiquement plus de chances de sortir des projets », souligne-t-on au Département de l’Hérault.

Développer une vision solidaire de l’eau. Les intervenants inviteront aussi les communes à développer une vision solidaire et collective de l’eau. « Certains élus dépensent beaucoup d’énergie pour mettre en place d’anciens captages, avec 1.000 difficultés techniques et administratives. Alors qu’elles se trouvent à côté d’un syndicat qui a beaucoup d’eau, mais qui ne veut pas partager sa ressource avec le voisin, même s’il y a qu’un kilomètre de tuyau à tirer. »

Clé de l’anticipation. Plusieurs responsables de syndicats intercommunaux et présidents d’intercommunalités prendront la parole, insistant sur la nécessaire anticipation : création d’un forage par le SIEA de la région de Ganges, lancement d’une régie publique de l’eau par le Grand Pic-Saint-Loup, gestion de crise avec l’épisode de la concentration de manganèse en octobre dernier à Saint-André-de-Sangonis, élaboration d’un schéma directeur de l’eau par le syndicat Orb et Vernazobres.

Table ronde des financeurs. Également attendue, la table ronde réunissant les financeurs : Banque des Territoires, Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, Département de l’Hérault, préfecture de l’Hérault. La Banque des Territoires présentera ses Aqua Prêts (jusqu’à 60 ans).

Agencehv aura le plaisir d’animer les échanges sur un format journalistique, entre 9h30 et 16h. Nos dernières animations de débats à croquer en cliquant ici.

Plus de décodages

Polytech Montpellier : événement dédié à l’exploration spatiale  

« New Space : révolution ou évolution ? », c’est la question en fil rouge des trois conférences et de la table ronde organisées par la fédération IESF-OM (Ingénieurs et Scientifiques de France en Région Occitanie-Méditerranée) le 24 avril à 17h à Polytech Montpellier (campus triolet) dans le cadre de la « Journée de l’ingénieur ». « Le thème a été choisi autour du spatial car c’est un secteur dynamique, aussi à Montpellier, qui a parfois du mal à recruter. L’objectif de cette journée est de convaincre les jeunes à faire des études scientifiques, notamment dans les sciences dures », explique Jean-Paul Girardot, vice-président de l’IESF-OM. Plusieurs intervenants de renom vont prendre part aux débats : Didier Lapierre et Philippe Billast pour le CNES & Connect by CNES, Isabelle Lagracie pour le CSUM et la Fondation Van Allen (Centre Spatial Universitaire de Montpellier), Thaddé Bouchard (ESA BIC Sud France), Stéphanie Villaret (BIC Montpellier), Bastien Nguyen (La Telescop) et Radim Badsi (Groundspace). Représentant un réseau d’ingénieurs et scientifiques de France (IESF), l’association IESF-OM (président : Daniel Guillermet) regroupe près de 250 membres en Occitanie. Plus d’infos en cliquant ici et inscription l’événement en cliquant là

Se former chez les Compagnons 

La Maison des Compagnons du Devoir et du Tour de France à Nîmes fête ses 50 ans et ouvre ses portes au public ce 23 mars. Au programme : expositions photographiques, visites guidées des ateliers et démonstrations de métiers par des jeunes en formation. De la charpenterie, en passant par le génie climatique, la taille de pierre, les technologies industrielles, et les métiers du bâtiment et du goût, la Maison des Compagnons du Devoir de Nîmes forme cette année 530 jeunes, dont 80 suivent le Tour de France. Les apprentis bénéficient d’une formation en alternance, allant du CAP à la licence, « dans des secteurs à forte employabilité et aux besoins importants en recrutement », indique Jillian Doucin, prévôt de la Maison nîmoise. « Choisir le compagnonnage c’est faire le choix de se former autrement, par la vie en communauté et par le voyage, souligne le prévôt. Les jeunes sont très encadrés, accompagnés dans leurs parcours de formation et soutenus dans leurs recherches d’opportunités professionnelles ». Plus d’infos sur Vivre Nîmes, en cliquant ici

Agriculture / Environnement Pont-du-Gard : 200 agriculteurs attendus sur une journée dédié aux sols 

Le 21 mars, la communauté de communes du Pont-du-Gard (président : Pierre Prat) organise une journée sur le thème « La clé du sol : gagner en résilience pour faire face aux sécheresses » (ici), au Pont-du-Gard. Pourquoi le thème du sol ? « C’est à la fois lui qui va être victime des aléas climatiques, mais c’est aussi lui qui va permettre de s’adapter à ces aléas », explique aux Indiscrétions Julia Chatal, chargée de mission à la CCPG en charge du programme alimentaire territorial. Le matin se tiendra une conférence avec l’intervention de Konrad Schreiber (Institut de l’Agriculture Durable), Alain Canet (Arbre et Paysage 32), Hervé Coves (ingénieur agronome) et Stéphan Reining (Estandon), puis l’après-midi prendra place une table ronde autour de la question « L’agroécologie, est-ce que c’est rentable ? ». 200 agriculteurs sont attendus. À (re)lire dans Les Échos « L’intercommunalité du Pont du Gard parmi les lauréats du programme national pour l’alimentation », en cliquant ici (mars 2024) 

« Soyons gardivores » 

Le Mas des agriculteurs, magasin de producteurs en circuit court installé aux Costières à Nîmes, lance une campagne de communication autour du slogan « Soyons gardivores ». Depuis la mobilisation des agriculteurs en début d’année, la halle marchande connaît une hausse de fréquentation de + 25 %. « Il y a une prise de conscience des consommateurs et un sursaut citoyen », explique Patrick Viala, agriculteur et président du conseil d’administration du Mas des agriculteurs. Sur 960 m², l’enseigne référence 6.000 produits dont 90% en provenance du Gard. Créé par la Chambre d’agriculture du Gard en 2019, le Mas des Agriculteurs est constitué de 3.000 agriculteurs locaux adhérents. La structure est gérée au quotidien par 22 salariés et réalise en 2023 un CA de 6,5 M€.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Crise du Logement : les remèdes de l’ABCD et du ministre Kasbarian

L’ABCD présente ses solutions le 14 mars à la CCI 34 à Mauguio, en présence de 4 parlementaires de l’Hérault. ©Agencehv.

Comment sortir de la crise du logement ? Le 14 mars, l’ABCD (Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain), présidé par Patrick Ceccotti (CCI Hérault), dévoile plusieurs pistes à 4 parlementaires de l’Hérault (les sénateurs Henri Cabanel et Jean-Pierre Grand, les députés Philippe Sorez et Emmanuelle Ménard), en présence de journalistes.  

Principales pistes évoquées par les professionnels réunis (FPI, FNAIM Hérault, Unam LR, FFB 34, Pôle Habitat FFB Occitanie) : renforcer le PTZ pour les acquéreurs en résidence principale sur l’ensemble du territoire et pour tout type de logements, aligner la TVA des investisseurs institutionnels aux investisseurs particuliers sous conditions, assouplir les modalités d’octroi des crédits bancaires (repasser de 30 à 35 ans et endettement jusqu’à 40 %), fin de la péréquation en passant d’une « mixité de palier à une mixité de quartier », pour reprendre l’expression de Laurent Villaret (FPI Occitanie Méditerranée), pause normative dans la construction neuve pour baisser le coût de construction, adapter les normes aux territoires, revenir à une sobriété architecturale, encadrer les prix du foncier, création d’une TVA immobilière pour inciter les maires à construire, revoir les PLU actuels, simplifier les procédures d’urbanisme, relancer les opérations en secteur diffus avec forte densification, déclarer le logement comme d’intérêt public majeur, créer un statut fiscal de bailleur particulier reposant sur l’amortissement du bien immobilier…
« Dans l’Hérault, la crise du logement est exacerbée par une situation déjà en tension, compte tenu de notre croissance démographie, souligne André Deljarry, président de la CCI 34. L’enjeu est réel aussi sur l’emploi. La situation actuelle met en danger entre 5.000 et 10.000 emplois directs. Sans compter les effets indirects et induits sur une série d’activités, comme les agences de communication, de propreté, de sécurité… »

« Les bobos dans leurs datchas ». Jean-Pierre Grand prône « un grand plan d’accession à la propriété pour la jeunesse française. Sans que cela ne coûte un euro à Bercy. Les anglo-saxons ont su le faire, pourquoi pas nous ? On a perdu l’idée de parcours résidentiel. Le logement, c’est politique. Dès qu’un maire veut bâtir un immeuble, il est traité de bétonneur par des ‘bobos verts’ (sic) qui, eux, vivent dans leur datcha avec piscine. C’est insupportable. Une peur du logement social a été créée. Il y a un tel niveau de désinformation que les maires sont très inquiets de ce qui va être dit. Ils ont peur, et donc appuient sur le frein, alors qu’il faudrait appuyer sur l’accélérateur. » Il soutient des « prêts beaucoup plus longs qu’aujourd’hui, possiblement réadaptables » et une « révision des taxes sur le foncier bâti pour les jeunes ».

Le PTZ, pas qu’en zone tendue. « Le prêt à taux zéro (PTZ) ne doit pas être qu’en zone tendue, avance Céline Torres (Pôle Habitat FFB Occitanie). Ce dispositif sert à loyer les classes moyennes, qui souffrent le plus de l’inflation. En affectant le PTZ sur les seules zones tendues, on pénalise les classes moyennes qui souhaitent se loger en zones A1 ou B1. Et nous souhaitons ouvrir le PTZ à tout type d’habitation, mais Bercy ne nous entend pas. C’est usant d’entendre les ministres du Logement successifs nous répondre : ‘On aimerait bien, mais Bercy coince’. Idem pour une pause normative. Car, entre la RT 2012 et la RE 2020, les postes de construction coûtent très cher. » S’adressant aux parlementaires : « On a besoin de vous. Bruno Le Maire (ministre de l’Économie depuis 2017, note) est là pour vous entendre ! » Réponse du sénateur Henri Cabanel : « Bercy, c’est l’État dans l’État. On a passé deux mois à voter un projet de loi de finances. Pour que Bruno Le Maire dise, trois mois après : ‘On va faire 10 Md€ d’économie’. Et 10 Md€ supplémentaires s’annoncent pour la loi de finances rectificative, en juillet. Parfois, je me demande à quoi je sers (sic). »

« Pas de vision politique du logement ». Laurent Villaret regrette « qu’il y ait peu de vision politique du logement. La confiance est retirée du marché, car il manque une vision politique à l’acte de bâtir ». À l’échelle locale, il appelle à changer la règle de péréquation (en clair : le logement libre finance, par un surcoût, le logement social et intermédiaire). « Séparer les productions de logements sociaux, abordables et libres au sein d’un même quartier ferait baisser les prix du secteur libre de 500 à 1.000 euros du m², ce, sans argent public. Mais quand on propose ça, on n’a pas de réponse. »

« Enjeu d’intérêt majeur ». Pour Philippe Roussel (Unam LR), « il est indispensable de déclarer le logement d’intérêt public majeur, pour pouvoir obtenir des dérogations, notamment au niveau du Zan et des réglementations environnementales. Les agriculteurs ont obtenu ce statut. Pour l’instant, nos propositions sont écartées car le logement n’est pas un sujet d’intérêt national majeur. Or, 18 % des moins de 30 ans vivent chez leurs parents. Est-ce normal ? » Autres propositions, la présence d’élus et de parlementaires dans le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière), « pour vérifier les conditions d’attribution des crédits. Le problème ne vient peut-être pas des banques, mais des directives qu’elles reçoivent ». Autre point d’alerte, « l’interprétation qui est faite du Zan par les services de l’État. Pour eux, on est déjà en 2050. Laissez-nous travailler avec les normes actuelles. Que chaque service commence déjà par appliquer la loi ».  

Olivier Biscaye, directeur de la rédaction de Midi Libre, et le ministre du Logement Guillaume Kasbarian, sous le feu des questions des professionnels, dans le hall de Midi Libre (Saint-Jean-de-Védas), le 13 mars. ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Mesures d’urgence. « Nous redoublons d’efforts : 22 Territoires engagés pour le Logement, projet de loi au Sénat sur l’habitat dégradé et les projets d’aménagement, objectifs de convertir 4,5 millions de m2 de bureaux vides en Ile-de-France, mesures de simplification annoncées demain (le 14 mars, note) au Mipim à Cannes… », explique, le 13 mars, Guillaume Kasbarian, lors d’un débat organisé par Midi Libre dans son siège de Saint-Jean-de-Védas, en présence de 200 professionnels de l’immobilier et de l’acte de bâtir.

Normes bancaires trop restrictives. « Les normes d’octroi des crédits immobiliers sont devenues trop restrictives, et empêchent les particuliers de conclure des projets, admet le ministre. Une proposition parlementaire est sur la table, pour interroger les normes imposées par le HCSF. »  

Des appartements en leasing ? « Il faut interroger le modèle d’acquisition et d’emprunt. Pourquoi ne pas imaginer, comme en Suisse, des prêts hybrides, des sortes de leasing (locations avec options d’achat) comme d’autres secteurs, comme l’automobile, l’ont expérimenté ? Il y a une trop forte dichotomie entre la hausse des prix de l’immobilier et les niveaux de salaires. Le pouvoir d’achat immobilier a baissé. Dans ce contexte, pourquoi se priver d’offrir des opportunités d’acquisition pour des ménages qui souhaiteraient des montages différents ? On ne va pas attendre que les taux d’intérêt baissent. »

« Les moyens de l’État ne sont plus ce qu’ils étaient », avertit le ministre. Une mission parlementaire est en cours pour rendre l’investissement locatif « plus attractif, et plus que l’investissement touristique. Au-delà de la seule fiscalité, il faut redonner confiance aux investisseurs pour faire du locatif. Le taux de vacances des logements est important, de 8 %. Beaucoup d’investisseurs préfèrent laisser des logements vides, car des règles découragent des propriétaires de les mettre en location. »

« Apporter des solutions pour loger les classes moyennes ». Qualifiée de « bonne loi, car un million de logements sociaux ont été construits depuis 2000 sous son égide », la loi SRU présente « quand même quelques limites, a-t-il poursuivi. De plus en plus de communes sont carencées. Certaines ne peuvent pas atteindre les objectifs de cette loi, du fait de diverses contraintes – Loi Littoral, droit de l’urbanisme…D’où le fait de construire un projet de loi qui intègre des objectifs de logements locatifs intermédiaires dans la loi SRU. L’objectif, c’est d’apporter des solutions à la classe moyenne. La loi SRU a déjà été modifiée 10 fois depuis 2000. Il est temps de l’interroger à nouveau pour intégrer des objectifs pour les classes moyennes. » 
 
Zan : la balle renvoyée aux Régions. Sur l’application du Zan (zéro artificialisation nette), Guillaume Kasbarian estime que « les Régions ont une grande latitude pour l’appliquer. Cela crée des tensions entre les EPCI et les Régions. Un dialogue est à instaurer entre les deux ». Le Zan met en lumière « l’enjeu de construire différemment : surélévation, préservation de terres agricoles car c’est un enjeu de souveraineté alimentaire… Un travail d’accompagnement des élus est à mener. »

« Le logement social plutôt préservé ». Alors que Montpellier accueille du 24 au 26 septembre le Congrès national HLM, le ministre a estimé que « le logement social a été plutôt préservé par rapport au reste de la construction. Nous n’avons pas oublié le monde HLM. Depuis octobre, des gestes significatifs sont à noter, comme un fonds de rénovation dédié d’1,2 Md€, 8 Md€ de prêts bonifiés avec la Banque des Territoires ou le renforcement du PTZ dans la vente HLM ».

3 questions à

Olivier Sarlat, Veolia et Aqua Valley

Olivier Sarlat Veolia

Le rassembleur de l’eau 

Nouveau président du pôle de compétitivité Aqua Valley (eau, en Occitanie et Paca), Olivier Sarlat nous a reçus le 13 mars au siège montpelliérain de Veolia, pour un entretien long (1h40). Projets, méthodologie, urgence à agir… Cet homme-clé de l’eau, engagé sur les thèmes de l’enfance et du handicap, se pose en rassembleur de l’eau. Au point de nommer au conseil d’administration Christophe Audouin (Suez, absorbé par Veolia en 2022) au poste stratégique de vice-président Relations institutionnelles, attractivité et rayonnement…  
« Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Olivier, tu diriges 800 collaborateurs en tant que directeur régional Sud des activités eau de Veolia (ex-LR et Aveyron). Quel type de manager es-tu ?  
Je suis attaché à mettre en mouvement les individus vers un même objectif. Alors que chaque individu a ses expériences propres, ses sensibilités, sa trajectoire, son ambition. Mon métier consiste à les fédérer, au-delà de ses différences. Cela passe par l’écoute, et une grande disponibilité. À Veolia, les gens savent que je suis joignable 24h/24. Je suis sur le terrain, en me rendant sur les chantiers, pour comprendre les enjeux – notamment, en ce moment, la modernisation et extension de Maera à Lattes (34). Pour Aqua Valley, la complexité managériale va être supérieure. Car, là, je vais devoir mettre en mouvement des chercheurs, responsables de laboratoires et chefs d’entreprises, qui mouillent la chemise, décrochent des marchés, gèrent des personnels. Ils connaissent l’importance de l’implication des équipes et de la conduite du changement. Je ne suis pas omnipotent. Tout le monde doit se sentir partie prenante. Mon rôle sera d’animer, de garantir une cohérence, pour qu’Aqua Valley devienne plus visible, et que les entreprises et collectivités aient davantage un ‘réflexe Aqua Valley’. Nous réfléchissons aussi à la tenue d’un gros événement, de dimension internationale, sur le modèle de la World Water Week (Suède), qui est une référence en la matière.

Quelle place doit jouer selon toi le pôle Aqua Valley sur les enjeux de l’eau ?  
Tout d’abord, je rappelle le poids économique du pôle, qui emploie 12 salariés : 250 adhérents, représentant plus de 4.000 personnes et 1,5 Md€ de CA par an. 85 % des adhérents sont des TPE-PME. 
Aqua Valley couvre l’Occitanie et Paca, des régions en première ligne face aux manques et aux excès d’eau – sécheresses et inondations. Nous pouvons nous retrouver au cœur des solutions liées à l’eau, et s’affirmer comme des terres d’expérimentation. Nos propositions pourront avoir force d’exemple sur ce qu’il faudra déployer en France. On est tous conscients que l’eau est un levier de développement et d’attractivité pour les territoires, dans un contexte de changement climatique. Beaucoup de solutions existent mais ne sont pas mises en œuvre. Il faut passer à l’action, par exemple sur la réutilisation des eaux usées traitées. En matière de Reute, je vois beaucoup de croyants, mais peu de pratiquants. Or, la situation dans les Pyrénées-Orientales est par exemple très préoccupante. En deux ans, il a plu moins de 200 mm par an. Ce sont les caractéristiques d’une zone aride. Techniquement, la filière de l’eau sait faire. La capitale de la Namibie, qui compte 200.000 habitants, est alimentée par des eaux usées traitées. Le savoir-faire français de l’eau existe depuis 150 ans, et se projette à l’international. Mais il faut rapidement avoir une vision stratégique sur la ressource en eau.

Qui doit porter cette vision ?  
Cette question pose l’enjeu de la gouvernance de l’eau. Qui, aujourd’hui, a la compétence de la gestion de l’eau ? Les communes et les intercommunalités. Or, la problématique du manque d’eau est plus vaste qu’une EPCI. Cela doit se traiter a minima à l’échelle du département. Aqua Valley va aussi porter une vision transverse de l’eau, en tissant des liens avec d’autres pôles : Derbi, Agri Sud-Ouest, Pôle Mer Méditerranée, Eurobiomed… Il y a par exemple beaucoup de choses à développer avec l’IA dans la filière de l’eau.  

La HV Touch

Conseil RP

« Les messages automatisés, c’est souvent lourd, maladroit et peu efficace. Cela devient fatigant de recevoir tous ces messages privés mal ciblés, et de se poser la question : est-ce que cette personne veut vraiment échanger, ou est-ce juste un bot programmé pour des interactions artificielles, qui tente de me vendre quelque chose sur un malentendu ? », questionne Amandine Raynaud (Clelya Conseil) sur LinkedIn (lire en cliquant là). En effet, mieux vaut pas de message du tout, que des échanges vides de sens.

La phrase

« Il y a trois ans, vous m’aviez traité de pleureuse. Eh bien ça y est, là je pleure »

Céline Torres, présidente du Pôle Habitat FFB Occitanie, le 15 mars en ouverture du Salon régional de l’Immobilier à Montpellier, en interpellant Michaël Delafosse, maire de Montpellier à propos de la dégradation de la conjoncture du marché immobilier et dans les entreprises de construction.

On s’en fout

Il faut savoir accepter les critiques et conseils, si on veut progresser. C’est l’une des clés de la réussite dans l’entrepreneuriat. Pourtant, elle est peu évoquée. Quelques conditions préalables : les conseils doivent émaner de personnes expertes, ne vous voulant pas de mal, ayant peu ou pas d’intérêt d’affaires avec vous, et connaissant bien votre métier. Alors, quand j’ai le temps, entre trois articles et deux animations, je reprends mon bâton de pèlerin et pose une question toute bête à ces coachs improvisés : « Tu me donnerais quoi, comme conseil ? Sans filtre. Tu peux y aller. Je peux tout entendre. » 
Je privilégie des décideurs en partance. Ils présentent deux avantages : leur parole est libre, et ils m’ont vu évoluer au fil des mois et des années. Cela induit, bien sûr, d’accepter d’entendre des choses pas agréables. Mais cette attitude d’humilité amène à décrocher, rapidement (et gratuitement), des pistes sur-mesure. Qui valent, probablement, tous les réseautages et « conférences inspirantes » du monde.  

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Toulouse : Saint-Agne Immobilier lance un programme sur l’emplacement prisé de l’ancien parking du rectorat

Résidence Betmajou ©Groupe Saint-Agne Immobilier
Résidence Betmajou ©Groupe Saint-Agne Immobilier

Au terme d’une bataille acharnée entre promoteurs, le Groupe Saint-Agne Immobilier (Toulouse) décroche, pour un montant de 8 M€, la parcelle nue de 1.152 m² située sur l’emplacement de l’ancien parking du rectorat de Toulouse, lit-on dans un dossier de presse (ici). Le promoteur prévoit d’y lancer un ensemble de 30 appartements de standing, modulables et sur-mesure, commercialisés à des prix parisiens, à partir de 11.000 €/m². Baptisé « Résidence Betmajou », ce projet de bâtiment en R+3, implanté rue Sainte-Anne dans le quartier prisé de Saint-Etienne, « occupe une situation privilégiée qui a nécessité de proposer une architecture capable de répondre aux enjeux patrimoniaux : s’intégrer dans un tissu ancien en mettant en valeur le patrimoine architectural et archéologique existant », indique le promoteur immobilier. Conforme au futur plan de sauvegarde et de mise en valeur du site patrimonial remarquable de la ville de Toulouse, la future résidence a été pensée par Éric Radovitch, architecte des bâtiments de France. Le planning prévisionnel prévoit une ouverture des ventes au printemps 2024, suivie de fouilles archéologiques avant le démarrage de la construction. En effet, accolés à la parcelle se trouvent des vestiges découverts de la muraille médiévale de Toulouse. Le début des travaux est annoncé pour le 2ème semestre 2024 pour une livraison en 2026. Les architectes sélectionnés sont les agences : BMB Architectes et W-Architectures.  

Haute-Garonne : la future maison de consultations de la clinique de l’Union sort de terre

Clinique de l'Union ©A+ Architecture
Clinique de l’Union ©A+ Architecture

Première pierre. Icade Promotion Midi-Pyrénées, le Groupe Ramsay Santé, plusieurs professionnels de santé investisseurs et la mairie de Saint-Jean (Haute-Garonne), ont posé la première pierre de la future maison de consultations de la clinique de L’Union, à Saint-Jean, mardi 12 mars (lire le communiqué ici). Ce nouvel établissement qui s’étend sur près de 5.500 m² sera livré au 1er trimestre 2025. Le montant de l’investissement global s’élève à 18 M€. 

Spécialités médicales. Le futur ensemble immobilier s’élèvera sur trois étages et accueillera des plateaux de consultations regroupant différentes spécialités : kinésithérapie avec une balnéothérapie ; ophtalmologie avec des praticiens hyperspécialisés, du matériel innovant et un pôle dédié au renouvellement des lunettes ; neurochirurgie et rhumatologie ; et un cabinet de radiologie. 

Accompagner l’évolution des besoins en santé. L’objectif de cette nouvelle maison de consultations est de répondre aux besoins de soin actuels et futurs. La clinique de L’Union accueille plus de 80.000 patients par an, un chiffre en constante augmentation du fait de l’augmentation et du vieillissement de la population. Ce nouveau bâtiment permettra aussi « de libérer de l’espace dans les locaux existants de la clinique, pour développer des prises en charge en pédiatrie, uro-gynécologie, maxillo-faciale, ainsi que la création d’un pôle de réadaptation cardio-vasculaire de grande ampleur », précise Icade.  

Acteurs du projet. Praemia Healthcare, propriétaire du terrain, a cédé la parcelle à Icade pour développer la future maison de consultations. Quant au Groupe Ramsay Santé, exploitant de la clinique de l’Union, il s’est associé à un groupe de médecins spécialisés désireux d’enrichir l’offre de consultations. A+ Architecture a été choisi comme architecte et maître d’œuvre de conception mandataire, tandis qu’Arteba assure la maîtrise d’œuvre d’exécution. Autres bureaux d’études travaillant sur le projet : Celsius Environnement (pour les études fluides et thermique) et Culos Ingénierie (structure et VRD).  

Réserve foncière. Afin d’être en capacité d’accompagner l’évolution des besoins en santé, une réserve foncière de 730 m² décomposée en 2 lots de 413 et 315 m² est configurée pour les recrutements médicaux de futures spécialités. « À terme, ce plateau permettra de disposer 15 nouveaux cabinets médicaux », projette Icade.  

Le Groupe Lormand Roussillhotel ouvre une résidence Premium Pierre & Vacances à Saint-Cyprien (66)

Domaine du Golfe du Lion Roussillhotel Saint-Cyprien
Le Domaine du Golfe du Lion va ouvrir ses portes le 27 mars, à Saint-Cyprien (66) ©DR

Le 27 mars, le Groupe Lormand Roussillhotel ouvre Le Domaine du Golfe du Lion, résidence Premium Pierre & Vacances à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales). Il est exploitant en franchise et co-investisseur de ce site 4 étoiles composé de 79 maisons et 72 appartements sur une surface de 10 hectares. « Sur les 10 hectares, seuls 4 abritent les constructions », précise aux Indiscrétions Thibault Lormand, co-dirigeant aux côtés de ses frères et sœurs, Alix, Xavier et Etienne, du Groupe Lormand Roussillhotel. L’investissement s’élève à 40 M€, porté principalement par Lodef Promotion et le Groupe Roussillhotel. L’architecture est assurée par Xavier Ratynski (LCR Architectes, Toulouse). 

« À l’année, nous allons employer 8 personnes sur le Domaine du Golfe du Lion. Et les effectifs grimperont à 30 voire 35 salariés en pleine saison », projette Thibault Lormand. La saison débute ce 27 mars jusqu’au 11 novembre. « Nous avons un objectif d’ouverture sur 8 mois, avec un potentiel d’ouverture à l’année », précise Thibault Lormand.   

La résidence peut accueillir jusqu’à 700 personnes. « Cette grosse capacité d’accueil va nous permettre d’organiser des conventions, des séminaires, des mariages… », indique Thibault Lormand. La particularité des résidences Pierre & Vacances : les arrivées et départs libre. « Nous ne travaillons plus sur du samedi-samedi pour nous rapprocher au maximum du modèle hôtelieret éviter le modèle de la saisonnalité, confie Thibault Lormand. Nous avons amorcé une diversification il y a plusieurs années avec l’Hôtel Port Marine à Sète, l’acquisition du Grand Hôtel du Midi ou encore du Royal Hôtel à Montpellier. »  

Le Groupe Lormand Roussillhotel, qui emploie 300 salariés (400 en saison estivale) pour 30 M€ de CA, mobilise 3 M€ dans la rénovation de ses sites. En 2024 est prévu « les travaux de création d’un espace wellness (espace de santé et de bien-être, note) sur le toit-terrasse (1,2 M€) de L’Ile de la Lagune ainsi que la rénovation d’un Mas acheté par le Groupe, à 1 kilomètre de la mer et des plages qui ouvrira en mai », lit-on dans un communiqué de presse (à croquer ici).  

100 M€ pour la rénovation thermique du parc social

©ACM Habitat

La Ville de Montpellier et ACM Habitat, bailleur social d’Occitanie, lancent le 16 mars la réhabilitation de la résidence Les Sablons, à la Pompignane, indique un communiqué. Suivie d’une visite du chantier de la rénovation de la résidence Uranus à la Mosson, cette opération s’inscrit dans le plan de rénovation thermique du parc social, d’un montant de 100 M€ (4 M€ pour Les Sablons et 20 M€ pour Uranus).  

Construite dans les années 80, la résidence Les Sablons compte 80 appartements « qui seront réhabilités pour passer d’un niveau de qualité thermique de D à A, le gain le plus important parmi les opérations de réhabilitation engagées par ACM Habitat », précise le bailleur. 400 m² de panneaux photovoltaïques seront posés sur le toit de la résidence, permettant de baisser la facture énergétique de 100 à 200 euros par mois. Début des travaux prévu en avril, pour une période de 18 mois.   

Du côté d’Uranus (270 logements), la résidence sera équipée d’une chaudière collective conçue par l’agence d’architecture Imagine (Montpellier) et raccordée au réseau Nord Alco. 1.400 m² au rez-de-chaussée seront dédiés au futur poste de police mutualisé qui ouvrira fin 2024. Fin des travaux du bâtiment prévue en 2026.   

La Folie Oasis dévoilée au Salon de l’Immobilier de Montpellier

Perspective de la Folie Oasis ©Sogeprom-Pragma

Du bambou en façade, un parcours d’éveil à la sensibilité végétale pour les enfants, une mixité programmatique… C’était l’un des clous du Salon de l’Immobilier de Montpellier, organisé les 15 et 16 mars : la révélation de la Folie Oasis, par le promoteur montpelliérain Sogeprom-Pragma (Groupe Société Générale).   

« Nous avons réfléchi aux implantations de manière à conserver un maximum de pleine terre et à limiter l’empreinte du bâtiment sur les espaces boisés desquels émergera le programme », explique Pierre Raymond, directeur régional Occitanie-Méditerranée de Sogeprom-Pragma, dans un communiqué, en faisant notamment allusion au bambou d’Anduze (30), utilisé pour les ombrières en façade.  

Prévue dans le quartier Ovalie et d’une surface de plancher d’environ 8000 m², la Folie comprendra 53 logements dont 16 en BRS (Bail Réel Solidaire), et environ 500 m² de commerces au sein d’un premier bâtiment R+13, et une surface tertiaire d’environ 3000 m² dans un second bâtiment, avec un restaurant d’environ 250 m² en roof top, dédié à un bar porté par François Trinh Duc (ancien joueur de rugby à XV international français). Architecte : agence Coldefy (Thomas Coldefy et Isabelle Van Haute). 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Occitanie

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour des travaux de réalisation d’une chaufferie de bois pour le collège de Sommières.  

La mairie de Saint-Jean-de-Védas lance un avis pour la réalisation d’une mission de contrôle technique dans le cadre de construction de bâtiments et de travaux de rénovation

Le SITCOM de Pézenas-Agde lance un avis d’assistance à maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre pour le réaménagement et la mise à l'arrêt définitive des ISDI de Caux (34) et Saint-Thibéry (34)

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour des travaux de réalisation d’une chaufferie bois pour le collège d’Aigues-Mortes.  

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour la construction de la Maison départementale des Solidarités à Lunel.  

La mairie de Claira (66) lance un avis pour une mission de maîtrise d'œuvre d’aménagement de la voirie et des réseaux divers de l'avenue de la Salanque.  

La mairie de Le Soler (66) lance un avis pour des travaux de rénovation énergétique de l’école maternelle Françoise Dolto.  

La société d’équipement de la région montpelliéraine lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre pour la production et la distribution de chaleur et froid pour la ZAC Restanque, le CAD et le MIN à Montpellier

La Ville de Nîmes lance un avis pour des travaux de piétonnisation des abords de la Porte de France et du Palais des Congrès

Occitanie Ouest 

Le territoire d’énergie du Gers lance un avis pour la réalisation de prestations de travaux sous tension

Rodez Agglo Habitat lance un avis pour une mission complète de maîtrise d’œuvre relative à la construction de la résidence les Merles à Onet-le-Château.  

La mairie de Plaisance-du-Touch lance un avis pour le concours de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’un gymnase.

La mairie de Tarbes lance un avis pour une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage dans le cadre du projet de renouvellement urbain du quartier Bel Air.  

La Ville de Montauban lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation de la Maison du peuple

Communication 📣

Occitanie Est 

Le syndicat mixte Colvadem11 lance un avis pour la conception graphique et impression de supports de communication.  

Occitanie Ouest 

La communauté de communes du Bassin Auterivain Haut-Garonnais lance un avis pour des fournitures, de l’installation et de l’impression des supports de communication.  

L’agence d’attractivité de Toulouse Métropole lance un avis pour une campagne de promotion de Toulouse 2024.  

Eau / Assainissement 💧

Occitanie Est 

Montpellier Méditerranée Métropole lance un avis pour l’entretien des cours d’eau et des ouvrages hydrauliques.  

Occitanie Ouest 

La communauté d’agglomération du Grand Montauban lance un avis pour une prestation de contrôle inspection et nettoyage des réseaux neufs et réhabilités d'eau potable, d'eau usée et d'eau pluviale

Formation 📚

Urbanisme 🏙️️

Occitanie Est 

La communauté d’agglomération de Béziers Méditerranée lance un avis pour la requalification du secteur du Faubourg, avenue du Port Notre Dame et place des Alliés à Béziers.  

Occitanie Ouest 

Le Grand Ouest Toulousain lance un avis pour l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme (PLU) intercommunal.  

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Plus de marchés ici

La commune de Pollestres (66) attribue le marché de l’extension du groupe solaire Pau Casals à Pollestres à Pollestres Construction, Sarl Canopee, Saper, Alu Reference, Sarl Bouyssou & Fils, Societe Nouvelle Monros, Atelier Oliver, Sarl E.G.P., Polygoninox, Sas Ibanez, Sas S.N.E, Travaux Publics 66, et Sarl Canopee. Valeur totale du marché : 942 731,92€

Tisséo Ingénierie attribue le marché de la mission de fouilles archéologiques préventives de la station François Verdier sur la ligne C du métro de Toulouse à INRAP. Valeur totale du marché : 3 022 607€.

Le Département des Hautes Pyrénées attribue le marché des travaux d'amélioration du Pont sur L'Adour à Eiffage Genie Civil. Valeur totale du marché : 352 286,06€.

Toulouse Métropole attribue le marché d’entretien général des espaces verts de différents sites de Toulouse Métropole de 2024 à 2027 à IDVERDE et TERIDEAL TARVEL. Valeur totale du marché : 306 367,51€.

La mairie de L’Isle-Jourdain attribue le marché de la mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour la réalisation de la ZAC porterie Barcellone à NEOCITE. Valeur totale du marché : 500 000€.

L’agenda

Mardi 19 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Nîmes (Gard). Plus d'infos ici.

La 10e Nuit des Entrepreneurs, organisées par le Medef Hérault Montpellier au Pasino de La Grande-Motte, avec Alain Guyard en invité. Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 20 mars :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence Ad'Occ à l'IUT Figeac. Inscription ici.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AdOcc à l'Université Technologique Tarbes Occtanie (Tarbes). Plus d'infos et inscription ici.

Journée de l'eau, organisée par Les Canalisateurs, la FNTP, le Département de l'Hérault, l'Association des maires de France et le préfet de l'Hérault au Domaine de Bayssan à Béziers (34). Inscription à l'adresse occitaniemed@fntp.fr ou au 04 67 69 00 00.

Job dating pour saisonniers, organisé par le Grand Narbonne à l'Espace Grand Narbonne Razimbaud, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h. Entrée libre. Se munir d'un CV à jour.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Auch (Gers). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 21 mars :

4e édition de la Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie (CARB) organisée par AD'OCC à la Cité de Toulouse. Inscription ici.

3e édition de « 30 minutes pour entreprendre » organisée par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Jules Bral à Salelles-du-Bosc. Inscription ici.

Déjeuner thématique sur la santé du dirigeant « Trouver l'équilibre entre vie privée et vie professionelle », organisée par la Cpme 34 à Lattes (909 avenue des Platanes). Inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Cahors (Lot). Plus d'infos ici.

Visioconférence Nouvelle matinale des observatoires, avec la présentation des synthèses d'études et d'observations sur les territoires de l'aire métropolitaine de Toulouse, organisée par l'AUAT . Inscription en cliquant ici.

Table ronde « Financement de la transition énergétique », organisée par l'Université de Montpellier à l'occasion du lancement de l'Observatoire de la Faculté d'éEconomie de Montpellier, sur le campus Richter (Amphi C001 à 18h).

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Du 21 mars au 6 avril : 

6e édition de la Quinzaine franco-allemande d'Occitanie, organisée par la Fondation Groupe Dépêche. Plus d'infos ici.

Plus d'événements ici

Vendredi 22 mars :

4e édition de CARB (Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie) organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Mardi 26 mars : 

Matinale RH « Comment construire sa marque employeur ? », organisée par l'Apec et Gemme Hérault à l'Atelier B (Montpellier). Plus d'infos et inscription ici.

Mardi 26 et mercredi 27 mars :

Salon Rendez-vous en France, consacré à l'offre touristique française, organisée par Atout France à Toulouse. Plus d'infos ici.

Du mardi 26 au jeudi 28 mars : 

Evénement « FIC : Forum in Cyber Europe 2024 » autour du thème « Réinventer la cybersécurité à l'ère de l'IA » au Grand Palais à Lille. Inscription ici.

Lundi 25 mars :

« Atouts des marques à identité territoriale : quels développement spossibles ? », organisée par l'Adetem Montpellier-Occitanie à l'espace Capdeville à Montpellier (417 Rue Samuel Morse). Plus d'infos et inscription ici.

Atelier « Comprendre la micro-entreprise », organisé par la CCI Hérault à Mauguio. Une session le matin en cliquant ici, et une session l'après-midi en cliquant là.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

5e édition de La Nuit du Pitch, organisée par la mairie de Lattes, le Medef, la CPME et Purple Campus CCI Occitanie, à l'Espace Lattara de Lattes (34). Plus d'infos et inscription ici.

Du 26 mars au 1er avril :

Festival international Escale à Sète (20 rue Martin, Sète - 34). Plus d'infos ici.

Mercredi 27 mars : 

Conférence « L'innovation dans le sport » lors des IN'DAYS organisés par la Fondation UPVD au campus du Moulin à Vent de l'Université de Perpignan Via Domitia. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Millau (Aveyron). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Plus d'infos ici.

Jeudi 28 mars :

Speed dating « Rencontrer les business angels de Béziers », organisé par Occitanie Angels, MELIES Business Angels et le Medef Hérault Béziers, de 9h30 à 12h à Innovosud. Plus d'infos et inscription ici.

AVRIL

Mardi 2 avril :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Rodez (lieu à définir). Inscription ici.

Du mercredi 3 au dimanche 7 avril : 

Salon international du multicoque organisé par M2Organisation au port de La Grande-Motte. Billetterie ici.

Jeudi 4 avril : 

Forum de l'alternance organisé par l'IUT Béziers dans ses locuax. Inscription obligatoire avant le 29 mars 2024 par mail à  iutb-relations-entreprises@umontpellier.fr.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Carcasonne (Aude). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Rodez (Aveyron). Plus d'infos ici.

Mardi 23 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Carcassonne (lieu à définir). Inscription ici.

Mercredi 24 avril :

« New Space : Révolution ou évolution ? Les enjeux de l'exploration spatiale », organisé par l'IESF Occitanie Méditerranée à Polytech Montpellier (Amphi Peytavin, à 17h). Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 24 et jeudi 25 avril : 

MedFEL, rendez-vous de la filière Fruits et Légumes organisé par AD'OCC au Parc des Expositions à Perpignan. Inscription ici.

Jeudi 25 avril :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saverdun (Ariège). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Béziers (Hérault). Plus d'infos ici.

Evénement « Quelle stratégie pour réussir l'innovation verte ? » organisé par Chaire Coo-innov à la Maison des Etudiants Aimé Schoenig à Montpellier de 8h30 à 14h. Inscription ici.

Mardi 30 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Montauban (lieu à définir). Inscription ici.

MAI

Lundi 6 mai : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Saint-Juéry (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 14 mai :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Perpignan (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 16 mai :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Figeac (Lot). Plus d'infos ici.

Du mercredi 22 au dimanche 26 mai : 

8e édition du salon Viva Technology, rendez-vous consacré à l'innovation technologique et aux start-ups à Paris Porte de Versailles. Renseignements ici.

JUIN

Mercredi 5 juin : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Mende (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 11 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Nîmes (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 20 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mardi 25 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Journée « Les rencontres d'affaires : des rencontres à faire » organisée par la CCI Lozère à l'Espace Evénements Georges Frêche à Mende. Informations et pré-inscription ici.

JUILLET

Mercredi 3 juillet :

Deuxième édition de BtoHealth, rendez-vous business et innovation de la filière Santé en Occitanie organisé par AD'OCC à l'ancienne faculté de médecine à Montpellier. Inscription ici.

Jeudi 4 juillet : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Salle Fernan à Pamiers. Inscription ici.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Portraits de Julien Tuffery (Atelier Tuffery) et Olivier Sarlat (Aqua Valley)
  • Enquête sur la mutation de la profession des experts-comptables
  • Article sur la politique de partage de la richesse chez Arkolia Energies
  • Obtention par Quantum Surgical d'un financement de plusieurs dizaines de millions d'euros

RÉDACTION DE CONTENUS

Rédaction du Mag Septeo CDJ, n°3. Parution en avril.

ANIMATIONS

20 mars : animation d'une journée technique sur l'eau, organisée par le Département de l'Hérault et la FRTP Occitanie au Domaine de Bayssan, à Béziers (34).

22 mars : conférence-débat sur la perception de Vinci Autoroutes par les médias, et les pistes d’améliorations de la communication de Vinci Autoroutes, lors d’un séminaire réunissant les communicants du concessionnaire autoroutier.

4 avril : animation des Premières rencontres des Energies Nouvelles Renouvelables, organisées par Montpellier Méditerranée Métropole à la Halle de l'Innovation de Montpellier. 

6 juin : événement autour de Med Vallée, organisé par Tourny Meyer Montpellier.

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

Il faut aimer vivre dangereusement

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan ; En « Décodage », la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional ; En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac ; En « Trois questions à… », le salon ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Sarah Les Indiscrétions journaliste économie en Occitanie Montpellier