B2-Region Occitanie-4 mars 2024

Les indiscrétions

On leur en demande beaucoup

Semaine du 4 mars 2024

sur le gril cette semaine

Les ministres Dominique Faure et Guillaume Kasbarian annoncés les 7 et 11 mars, nominations féminines chez Traiteur Grand et Agencehv, Olivier Sarlat prend les rênes de l’eau en Occitanie / Paca, les chiffres éco de Pascal Tachon (Banque de France), en « À l’affiche » encore ; En « Décodage », le plan d’actions de la Région Occitanie et du préfet de l’Hérault pour soutenir le logement et l’immobilier, Rendez-vous en France à Toulouse les 26 et 27 mars, les noms qui circulent (déjà) pour l’après-Deljarry à la CCI de l’Hérault, clap de fin pour le Toulousain BricoPrivé, les bons chiffres des investissements étrangers et du SDEHG 31, quand l’État fait la guerre aux épaves de navires à Sète, la voie ferrée régénérée entre Perpignan et Rivesaltes, les Creps Occitanie se mettent en mode olympique, du nouveau chez Cauvaldor Expansion dans le Lot, et le retour réussi du Mag RH Caminarem.

Et encore ? Éminence (textile), détenu par l’israélien Delta Galil, va croquer Passionata pour cibler la clientèle féminine (en « Zoom »), les recettes de Steam France à l’export (en « Trois questions à… »), les risques du métier (en « HV Touch », votre ‘On s’en fout’). En « Ça pousse », le retour détaillé sur le Lab Immo de reprise, pôle santé à Toulouges (66), modernisation du pont de Gagnac-sur-Garonne à Toulouse. Et des rubriques très utiles, concoctées avec soin : « Agenda » et « Au marché »

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Olivier Sarlat, Aqua Valley

Olivier Sarlat, Aqua Valley

Il est élu pour trois ans, le 1er mars, président du pôle de compétitivité Aqua Valley (eau, 250 adhérents), basé à Montpellier et couvrant les régions Occitanie et Paca. Jean-Luc Erbetta effectuait l’intérim depuis le 14 décembre (Les Indiscrétions du 8 janvier, lire en cliquant ici). Âgé de 51 ans, Olivier Sarlat est le directeur de la Région Sud des activités Eau de Veolia, où il dirige près de 800 collaborateurs. Ingénieur en hydraulique et mécanique des fluides de l’ENSEEIHT (Toulouse) et titulaire d’un MBA intra entreprise d’HEC, il occupe des postes à responsabilité dans le secteur de l’eau depuis 26 ans. Il est notamment spécialiste dans la conception, la construction et la gestion d’infrastructures et d’unités de traitement de l’eau.
« À l’heure où les régions Occitanie et Sud (Paca, note) sont exposées à l’accélération d’événements climatiques extrêmes, il devient urgent que des messages forts sur la problématique de la ressource en eau soient portés auprès de la population, des élus et du monde économique », explique-t-il dans un communiqué (lire en cliquant ici). Le pôle entend accompagner les territoires dans leurs ‘transitions hydriques’, selon trois principes : L’eau n’est pas une ressource inépuisable et est le premier élément manquant qui touche les populations et le développement économique ; Nécessité de passer d’une sobriété à une efficacité des usages ; Rapprochement des acteurs privés et du monde académique pour favoriser les innovations.  
Les membres élus du bureau : Marie-Armelle Bories (Dralam Technologies, Bouloc – 31), secrétaire généraleGauthier Poudevigne (Imeca Process, Clermont-l’Hérault – 34), trésorier ; Christophe Audouin (Suez, basé à Toulouse), vice-président (VP) Relations institutionnelles, attractivité et rayonnement; Jean-François Blanchet (BRL, Nîmes), VP Orientations stratégiques ; Sami Bouarfa (INRAE Montpellier), VP InnovationAndré Durbec (EA éco-entreprises, Aix-en-Provence), VP Transition Écologique et NumériqueLaurent-Emmanuel Migeon (Bio-UV Group, Lunel – 34), VP Performance économiqueJean-Marc Philip (Société du Canal de Provence, Aix-en-Provence), VP Europe et international ; Nicolas Roche (Aix-Marseille-Université), VP Recherche et Formation.

Guillaume Kasbarian, Ministre du Logement / Midi Libre

Guillaume Kasbarian, Ministre du Logement / Midi Libre

Ce 11 mars, le nouveau ministre du Logement est annoncé lors du grand débat de Midi Libre autour des métiers de l’acte de bâtir, à partir de 18h30 au siège du journal (Saint-Jean-de-Védas, 34). Le débat sera animé par Olivier Biscaye, directeur de la rédaction de Midi Libre. Les professionnels présents pourront échanger avec le nouveau ministre.  

Estelle Phan, Traiteur Grand

Estelle Phan, Traiteur Grand

Elle est nommée directrice générale de Traiteur Grand (traiteur événementiel ; Montpellier, Béziers et Nîmes, 150 salariés, 12 M€ de CA). Originaire de Nîmes (30), diplômée de l’École hôtelière d’Avignon, elle est entrée chez Traiteur Grand comme stagiaire en 2014, avant de franchir les échelons un à un. Originalité de parcours : « avant ce virage dans les métiers de la restauration et de l’événementiel, elle était auparavant formulatrice pour L’Occitane (cosmétiques) », relate Ghyslain Morvan, président-fondateur de Traiteur Grand et président du réseau national Traiteurs d’avenir. Le dirigeant aime à se mettre en scène sur LinkedIn, où il enchaîne des posts déjantés – mais sur des sujets sérieux – et volontiers rentre-dedans. On aime ou on n’aime pas, mais ça a le mérite de ne pas laisser indifférent.  
Autre actualité 2024 pour Ghyslain Morvan : la création de la structure Trèfle, un concept de cantines et food corners inclusifs en entreprise, « pour donner de la visibilité au handicap. C’est, pour nous, une mutation en entreprise adaptée ». Parmi les premiers clients : Septeo, Computacenter et Carte Noire. « Il y a déjà des marques d’intérêt d’entreprises nationales, y compris des groupes du CAC 40 », confie-t-il. Une dizaine de personnes en situation de handicap sont en cours de recrutement, en lien avec Cap emploi, Face Hérault et Cap Occitanie.

Jalil Benabdillah, Ad’Occ

Jalil Benabdillah, Ad’Occ

Comment la transformation responsable des entreprises peut devenir un levier de performance ? Jalil Benadbillah, vice-président de la Région Occitanie délégué à l’emploi, l’économie, l’innovation et le développement économique, sillonne les routes de la région pour l’opération « Passez en mode Dév’Eco », organisée par Ad’Occ, l’agence de développement économique de la Région Occitanie, en partenariat avec le Conseil Régional de l’Ordre des Experts-Comptables d’Occitanie. Il est ce 5 mars à l’Université de technologie de Tarbes (Hautes-Pyrénées) et le 20 mars à l’IUT de Figeac (Lot). Au programme des échanges : actualité économique régionale et locale, emploi, enjeux de la transformation responsable des entreprises, et témoignages de chefs d’entreprises. La tournée prévoit 13 dates, une dans chaque département de l’Occitanie. Lors d’une interview accordée aux Indiscrétions en octobre 2023, Jalil Benadbillah avait annoncé sa volonté d’entamer une tournée des départements d’Occitanie « en rendant visite aux EPCI et aux communes, pour identifier les zones disponibles, leurs destinations (logistique, commercial, industriel…), les points de blocage, les potentiels. L’idée est de donner aux élus locaux une vision des grands projets qui nous sont fléchés par Business France : gigafactory, entreprises, parcs d’activités… ».  
Plus d’infos sur « Passez en mode Dév’Eco » et inscriptions obligatoires ici.  

Sarah Nguyen Cao Khuong, Agencehv

Sarah Nguyen Cao Khuong, Agencehv

Sarah Nguyen Cao Khuong, 29 ans, est nommée directrice déléguée d’Agencehv à partir de ce 4 mars. Aux côtés de Hubert Vialatte, fondateur, elle représentera Agencehv auprès de son riche écosystème – partenaires, clients, informateurs, lecteurs, prestataires – et prendra une part active aux projets de développement.  
« Sarah a rejoint Agencehv en octobre 2020, en pleine épidémie de Covid. Elle aurait pu, au sortir de ses études et dans un contexte très incertain, opter pour une entreprise établie de longue date. Mais elle a trouvé du sens au projet encore naissant d’Agencehv, déclare Hubert Vialatte, journaliste depuis 2001, fondateur d’Agencehv en 2019. Depuis bientôt quatre ans, elle a fait preuve de loyauté, d’engagement, d’agilité et d’une grande polyvalence l’amenant à des missions de rédaction, de gestion de projets, de RH et d’animation de débats. Autant de qualités qui contribuent pleinement au développement d’Agencehv en Occitanie et au-delà. Sa nomination en tant que directrice déléguée est méritée et naturelle. » 
« Hubert et moi, c’est une belle rencontre professionnelle. M’engager à ses côtés a très vite coulé de source, d’autant plus qu’il sait valoriser et faire évoluer ses équipes. Me nommer directrice déléguée traduit encore une fois la confiance qu’il me témoigne depuis bientôt 4 ans », sourit Sarah Nguyen Cao Khuong.
Diplômée de Sup de Com (campus de Montpellier, 2020), Sarah est originaire de Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise) et a posé ses valises dans le quartier des Grisettes (Montpellier), avec son compagnon Valentin Martel, professeur des écoles et trésorier, entraîneur des U15 et adjoint de la N3 de l’Entente Saint-Clément/Montferrier (football).
Société basée à Montpellier, Agencehv édite chaque semaine Les Indiscrétions, réalise des animations de débats et rédige des contenus rédactionnels. La TPE autofinance sa croissance depuis sa création. Elle emploie à ce jour 3 salariés (Sarah, l’excellente Amélie Cazalet – Montpellier Management, depuis mars 2021 -, et Hubert), ainsi qu’un alternant (Vincent Riba, MediaSchool) et une stagiaire (Sarah Soudani, ISCOM). Un recrutement de journaliste rédacteur (en CDI) est en cours. 

Dominique Faure, une ministre à La Grand-Combe

Dominique Faure, une ministre à La Grand-Combe

Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité, sera présente le jeudi 7 mars à La Grand-Combe (30), à la Maison du Mineur (rue Victor-Fumat), lors des Assises de la ruralité et de la proximité, organisées par Midi Libre. Principaux thèmes abordés : santé, transport et aménagement du territoire, tourisme et rayonnement culturel. L’entrée est libre. Inscriptions en cliquant ici. « C’est une matinée pour aborder les enjeux et les problématiques de nos territoires. Mais aussi, et surtout, les innovations et les nombreux projets portés par le monde économique, les institutions et la société civile », explique Olivier Biscaye, directeur de la rédaction de Midi Libre et animateur du débat.

Jean-Marc Oluski, Nuit des Entrepreneurs / Medef

Jean-Marc Oluski, Nuit des Entrepreneurs / Medef

Alors que la Nuit des Entrepreneurs du Medef Hérault Montpellier se déroule le 19 mars à partir de 18h au Pasino de La Grande-Motte (avec l’intervention de l’iconoclaste Alain Guyard sur le thème ‘L’entreprise survivra-t-elle à la 6e extinction des espèces ?’, relire en cliquant iciLes Indiscrétions du 18 décembre), Jean-Marc Oluski, président du Medef Montpellier, annonce, lors de la Rentrée économique de JCG Factory (le 29 février), vouloir se pencher sur le concept de responsabilité territoriale des entreprises (RTE). Au-delà de la désormais attendue RSE (responsabilité sociétale et environnementale). Ce thème sera notamment abordé lors de la REF (Rencontre des Entrepreneurs de France) 2024, le 12 septembre au Domaine des Grands Chais (Mauguio). Le 19 mars, Jean-Marc Oluski insistera sur « le rôle des organisations patronales dans un contexte incertain, et de l’Europe avant les élections européennes du 9 juin », glisse son entourage. 
Le responsable syndical entend par ailleurs « défendre le crédit impôt recherche, car vouloir s’attaquer à ce dispositif, c’est s’attaquer à l’innovation, même s’il est vrai qu’il y a pu y avoir des dérives dans son utilisation ». Le dispositif est attaqué en commission des Finances de l’Assemblée nationale. Concernant l’Agence de développement et des transitions, portée en novembre sur les fonts baptismaux, il déclare : « On est impatients. Il faut accélérer. Le premier conseil d’administration se précise. »  

Pascal Tachon, Banque de France Hérault

Pascal Tachon, Banque de France Hérault

En 2024, la croissance sera « moins portée par l’investissement des entreprises que par la consommation des ménages, dans un contexte de baisse de l’inflation, qui devrait être ramenée à 2 % », déclare le directeur de la Banque de France Hérault, le 29 février lors de la Rentrée économique (JCG Factory) au Domaine de Verchant (34). D’autant plus que « le taux d’épargne des ménages reste très élevé : 18 %, au lieu de 14 % avant la crise Covid. C’est une poche de consommation potentielle ». Côté entreprises, les défaillances sont en hausse « dans la restauration, l’immobilier et la construction ». Il invite à utiliser davantage la médiation du crédit. « La Banque de France reçoit peu de saisines, seulement 40 en 2023 dans l’Hérault. Et, sur 15.000 dossiers de PGE, nous n’avons reçu que cinq demandes de renégociation. » L’évolution de la conjoncture varie selon les secteurs en Occitanie : + 5 % en 2023 dans l’industrie, + 4,3 % dans les services marchands + 7,7 % en hébergement-restauration (perspectives à peu près similaires en 2024). Les secteurs en souffrance : les transports de marchandises (+ 1,3 %, soit une contraction vu l’inflation), + 0,4 % pour le gros-œuvre dans le bâtiment (avec une projection de – 2,2 % en 2024). Mais, globalement, « la rentabilité des entreprises se maintient à un bon niveau ». Les bilans et perspectives chiffrés de la Banque de France en région sont accessibles en cliquant ici et en cliquant là.

Marie-Thérèse Mercier, Région Occitanie

Marie-Thérèse Mercier, Région Occitanie

Conseillère régionale de la Région Occitanie, Marie-Thérèse Mercier invite, le 29 février lors de la Rentrée économique de JCG Factory, à « permettre aux TPE-PME d’avoir recours au Diagnostic Impact, pour avoir une vision sur la stratégie à mener. Les TPE et PME doivent comprendre les externalités sociales, environnementales et sociétales. Il n’y a pas que le bilan carbone ». Avec un message sous-jacent : « Demain, ce sont les entreprises les plus vertueuses qui seront accompagnées. Il vous faut donc accélérer votre transformation, et des outils sont à votre disposition pour cela », déclare-t-elle devant un parterre de quelque 200 décideurs.  
L’un des sujets de préoccupation pour l’élue, par ailleurs directrice associée d’EY Montpellier : « le retard d’investissements des entreprises industrielles en Occitanie Est, alors que les besoins sont importants en matière d’IA, de robotisation et d’industrie du futur. »

Philippe Outrebon, Acobiom

Philippe Outrebon, Acobiom

Spécialisée depuis 25 ans dans la découverte et l’évaluation de marqueurs biologiques de type ARN / ADN et le développement de diagnostics pour personnaliser les traitements contre le cancer du pancréas, Acobiom (Montpellier) est classée parmi les 11 biotech françaises à suivre dans la lutte contre le cancer par la plateforme de financement anglaise F6S (l’équivalent de Station F outre-Manche). Acobiom, fondée par Didier Ritter et David Piquemal, emploie 8 salariés et ne communique pas son chiffre d’affaires.  
« Les premiers diagnostics, basés sur la PCR, concernent le cancer du pancréas. Ils permettent, grâce à une simple prise de sang, de savoir quelle chimiothérapie est la plus adaptée à chaque patient en première ligne de traitement, détaille Philippe Outrebon, responsable financier et relations investisseurs. Un premier test PCR, le Gemcitest, permet de prédire la réponse des patients à une chimiothérapie à base de gemcitabine. Un second test PCR, le Folfitest, est en cours de validation clinique. Celui-ci permettra de prédire la réponse des patients à une seconde chimiothérapie. Avec ces deux tests PCR, Acobiom vise 50 % des patients atteints de cancer du pancréas, et c’est la seule société qui possède cette complémentarité : deux diagnostics associés aux deux principaux traitements. Le Gemcitest est distribué par Eurobio Scientific (cotée sur Euronext), ce qui nous vaut d’être remarqué par certains médias américains. » 
D’ici à fin 2025, la biotech « souhaite lever 5 M€, dont 1 M€ au 2e ou 3e trimestre 2024 » pour valider en clinique le Folfitest et identifier un partenaire américain, en vue d’une commercialisation en Amérique du Nord.  

Plus de À l’affiche

Alexandre Rousseau, Dominique Seau, Julien Tuffery, Adetem Montpellier-Occitanie

Alexandre Rousseau, Dominique Seau, Julien Tuffery, Adetem Montpellier-Occitanie

« Atouts des marques à identité territoriale : quels développements possibles ? » C’est le thème sur lequel interviendront les dirigeants Alexandre Rousseau (Bleu de chauffe), Dominique Seau (ErgoSanté) et Julien Tuffery (Atelier Tuffery), organisé par l’Adetem Montpellier-Occitanie le 25 mars à Montpellier (Espace Capdeville). Sont également annoncés Patrice Canayer (MHB, Région Occitanie), Émily Pagès (Région Occitanie) et Julien Roset (UCC Grand Sud, Juste Happiness). Plus d’infos et inscription en cliquant ici. 

Yvan Naya-Dubois, Ville de Millau

Yvan Naya-Dubois, Ville de Millau

Il est le nouveau directeur de cabinet de la Ville de Millau (12) depuis le 1er mars, indique la collectivité aux Indiscrétions. Diplômé d’un Master 2 en droit public, spécialisé en droit des collectivités territoriales, Yvan Naya-Dubois a occupé plusieurs postes : directeur du cabinet de Sophie Pantel, présidente du Conseil départemental de la Lozère, depuis 2021 ; directeur de cabinet de Jacques Bascou à Narbonne (11) jusqu’en 2014 ; ou encore conseiller municipal au Barcarès (66) jusqu’en 2007.  
Le poste de directeur de cabinet de la Ville de Millau (maire : Emmanuelle Gazel, 21.000 habitants) était vacant depuis le départ de Laurent Bonnart en janvier 2023.

Benjamin Pavageau, PerfHomme Occitanie

Benjamin Pavageau, PerfHomme Occitanie

Benjamin Pavageau, dirigeant du cabinet PerfHomme Occitanie et professeur à Montpellier Business School, annonce dans un communiqué de presse (à retrouver ici) la sortie de la deuxième édition de son livre nommé “Développer vraiment son leadership”, traitant de « l’importance du don, de l’engagement et de la reconnaissance dans le leadership ». Le livre est publié par l’éditeur Vuibert.

Humbert David, Salon de l’Immobilier Méditerranée-Occitanie

Humbert David, Salon de l’Immobilier Méditerranée-Occitanie

Architecte-urbaniste et fondateur de l’agence Passagers des villes, il interviendra sur la conférence « Repenser les grands ensembles pour la ville de demain » lors du 37e Salon de l’Immobilier Méditerranée-Occitanie, organisé du 15 au 17 mars au Corum de Montpellier. À ses côtés interviendront Charlotte Bleunven, ingénieure d’études en charge du suivi du programme urbanisme en Francophonie porté par l’Association internationale des maires francophones, Cédric Grail, directeur général d’Altémed, et Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier déléguée à l’urbanisme durable et la maîtrise foncière.

Laure Vidal, Agriviva

Laure Vidal, Agriviva

La légumerie Agriviva, implantée sur le MIN de Montpellier depuis 2016, entame une nouvelle phase de développement en ouvrant son capital via le lancement d’une campagne de financement participatif sur la plateforme Lita.co. La campagne de financement a pour objectif de « lever 300 k€ à 350 k€ pour réinvestir dans notre atelier pour suivre notre croissance de volume et diversification et de créer un atelier de cuisson pour les légumineuses (pois chiches, haricots rouges, lentilles…) pour aider à la végétalisation des assiettes », détaille Laure Vidal, directrice d’Agriviva. « Dans notre atelier, nous réalisons la première étape de transformation des légumes. On les lave, on les pare, on les découpe, afin de les rendre prêts à l’emploi pour les cuisiniers de la restauration collective et commerciale », complète-t-elle. L’entreprise travaille avec une quarantaine de fournisseurs et compte une cinquantaine de clients : restauration collective, grossistes, sociétés de restauration commerciale, industrie. « Nous avons un partenariat avec la Ville de Montpellier pour les cantines des écoles et avec le Conseil départemental de l’Hérault pour les collèges », précise l’ex-dirigeante d’Il était un fruit. « Le MIN est adapté pour des TPE et PME agroalimentaires comme la nôtre car nous pouvons accéder à des zones mutualisées et à des services et prestations logistiques modulables. Il y a de plus en plus d’entreprises qui s’y installent et nous développons des synergies entre nos différentes activités », souligne Laure Vidal. Agriviva, qui emploie 17 personnes, accueille 8 personnes en insertion par l’activité économique. La PME réalise en 2023 un CA de 1,5 M€ et projette d’atteindre les 2 M€ pour 2024. Pour investir (à partir de 100 €), ça se passe ici.   

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Face à la crise qui couve, le préfet de l’Hérault et la Région Occitanie aux côtés de l’acte de bâtir

préfet de l'Hérault acte de bâtir FFB
De gauche à droite : Céline Torres (Pôle Habitat FFB Occitanie), François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault et Gilbert Comos, président de la FFB 34, le 29 février au siège de la FFB 34 à Montpellier. ©Hubert Vialatte

Face aux difficultés croissantes d’accès à l’habitat (dans le parc social comme privé, dans le locatif comme pour l’accession), au mal-logement et à la conjoncture dégradée dans l’acte de bâtir, le sujet devient éminemment politique. Ce 29 février, État et Région Occitanie sont tour à tour, à Montpellier et Toulouse, montés au créneau pour afficher leur soutien à la filière.

Le préfet de l’Hérault veut accélérer les opérations d’envergure. « Je suis inquiet sur ce qui se produit en matière de logements dans l’Hérault, a déclaré François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault. Il y a une décélération très franche de la mise en construction de logements. Cette situation est liée à des déterminants économiques, comme la hausse des taux d’intérêt, à des prix des terrains et de l’immobilier qui demeurent très hauts – la rectification qui aurait pu avoir lieu avec la crise économique ne s’est pas faite – et à des déterminants locaux. L’Hérault est un département à risques, avec des espaces déjà utilisés, et attire chaque année environ 15.000 nouveaux habitants. » Dans ce contexte, le représentant de l’État entend accélérer la réalisation de « 20 à 30 opérations de 100 à 300 logements chacune », en insistant notamment auprès des banques pour qu’elles jouent leur rôle de financement des programmes. « C’est à la fois un enjeu de logement des citoyens, notamment des classes moyennes – ce département a un avenir brillant en termes de développement économique, mais je ne veux pas que le logement soit un frein -, et un enjeu de survie économique pour les entreprises du bâtiment », a souligné François-Xavier Lauch. Pour mieux « encadrer et limiter dans le temps » les recours contentieux, il se dit prêt « à organiser une réunion avec le président du tribunal administratif ». Il insiste également sur « la densification des zones pavillonnaires », et la nécessité de repenser l’utilisation des dizaines de milliers de logements construits en bord de mer (La Grande-Motte et le Cap-d’Agde notamment, note) dans les années 60 et 70, « et occupés seulement trois mois par an ».

Risque de pertes de compétences. Le rythme de défaillance d’entreprises n’a pas encore atteint le niveau d’avant-Covid, mais progresse de 62 % en 2023, observe Gilbert Comos, président de la FFB 34. « Et les carnets de commandes des entreprises se vident. Les chantiers en cours ont été déclenchés sur la très bonne dynamique qui s’était produite entre la fin du Covid et le début de la guerre en Ukraine. » Selon lui, « 3.000 emplois sont menacés dans l’Hérault, dont beaucoup de jeunes. Il y a un risque de perte de compétences. On l’avait connu en 1992. La filière avait mis beaucoup de temps à se remettre en marche, car le passage de savoirs entre générations avait été rompu. »

Opérations de rénovation. De belles opérations sont néanmoins en cours, « comme la réhabilitation de la CPAM de Montpellier, qui va s’étaler sur cinq ans ». Le préfet encense pour sa part l’effet levier du Fonds Vert, pour inciter les collectivités à rénover leurs bâtiments publics. « Le Fonds Vert apporte un taux d’intervention de 25 à 30 %. Et ces chantiers apportent des économies de fonctionnement significatives, de l’ordre de 30 % à 40 % en moins sur les factures d’énergie. Les investissements sont ainsi amortis en moins de 10 ans. Ce démonstrateur doit être fait auprès des particuliers. »

« Les banques ne prêtent pas aux promoteurs s’ils ne margent pas entre 5 et 7 % », décrypte Céline Torres, présidente du Pôle Habitat FFB Occitanie. Elle se félicite d’outils mis en place par Altémed, notamment la clause de retour à meilleure fortune. « Cela permet une baisse de prix du foncier, et si les prix remontent, un complément sur le prix d’achat est reversé. Ce montage débloque la situation sur des lots déjà attribués », explique-t-elle. Autre élément positif, sur le front du marché immobilier : « Les gens commencent à accepter que l’argent a un coût. Et beaucoup sont déterminés à acheter un bien immobilier. »

Plan Habitat Durable. De son côté, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, présente le même jour dans un CFA de Toulouse le Plan Habitat Durable, doté de 150 M€ (lire les détails en cliquant ici). Signé pour 5 ans (2023-2028) avec Frédéric Carré, président de la FFB Occitanie et Olivier Coulom, président de la Capeb Occitanie, le plan s’articule autour de trois points : participation au développement de la filière via la commande publique et les aides à la rénovation énergétique, notamment en faveur de la rénovation ; Intégration des nouvelles technologies (matériaux, techniques, gestion de ressources…) ; Travail sur l’attractivité des métiers du bâtiment, en particulier pour les jeunes, et développement de la formation aux métiers de demain.

« Ne jamais renoncer au geste architectural ». L’élue entend promouvoir « l’esthétique de l’acte constructif. Le beau doit irriguer nos moments de vie. On a beaucoup de frilosité sur la question du geste architectural. Un oncle architecte m’a sensibilisé sur ce point. Il faut de l’audace, à la fois dans l’architecture et dans les techniques constructives. La Région doit accompagner les professionnels, qui ne peuvent pas être les seuls à prendre le risque ».
Réagissant à la ponction d’1 Md€ de MaPrimeRénov’ : « C’est un coup dur, qui n’incite pas les citoyens à rénover. Et c’est étonnant et préoccupant qu’un secteur porte à lui seul 10 % des efforts d’économie de l’État. »

35 actions sur 5 ans. Frédéric Carré se félicite de la densité du plan régional, avec « 35 actions sur cinq ans. On s’inscrit dans la durée, ce qui prouve l’intérêt que porte la Région Occitanie à notre secteur d’emplois. Nous espérons que ce plan jouera un rôle d’amortisseur pour notre profession, percutée par plusieurs crises successives : Covid, augmentation du prix des matières premières et, aujourd’hui, crise du volume, avec un trou d’activité redouté en 2025. Le marché de la rénovation stagne, alors que les besoins sont énormes. Ce n’est pas normal ». Parmi les actions : l’écologie (nouveaux matériaux, recyclage, usage de l’eau), le numérique (lasers, drones…, « autant de vecteurs d’attractivité pour les jeunes »), adaptation des compétences.

Où loger les gens ? La réindustrialisation, certes, mais où loger les gens ?, ont ajouté les professionnels aux côtés de Carole Delga. « Il faut assouplir les règles d’accès au crédit immobilier (ce qui est en cours, note), baisser les APL pour les bailleurs sociaux, et revenir sur le rabotage du PTZ. » La Cellule économique régionale de la construction Occitanie lance une étude sur les besoins quantitatifs en logements, « pour dire la réalité des choses ».

Occitanie Est : un manifeste de l’ABCD. L’ABCD (Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain), active en Occitanie Est et présidée par Patrick Ceccotti (CCI 34), va publier un manifeste d’une quinzaine de pages, pour présenter ses solutions de relance de l’acte de bâtir et éviter la crise de l’emploi (entre 5.000 et 7.000 destructions d’emplois prévus pour 2024 en Occitanie). Par exemple, « une pause normative et des aides aux financements des acquéreurs », glisse Patrick Ceccotti. Une réunion avec les parlementaires héraultais est programmée courant mars à la CCI. L’objectif est de rendre public ce manifeste « avant le salon de l’immobilier régional, mi-mars ».

À venir. Ce 11 mars, forum de Midi Libre à partir de 18h30 au siège du journal (Saint-Jean-de-Védas, 34) ; Salon de l’Immobilier Montpellier-Méditerranée, du 15 au 17 mars ; Par ailleurs, les 2e Assises du Logement organisées par la préfecture de région Occitanie, prévues sur la première semaine de juillet dans la région de Toulouse, après la première édition, le 8 décembre dernier à Labège (31).

Tourisme : Toulouse accueille le salon Rendez-vous en France les 26 et 27 mars 

Les 26 et 27 mars se tiendra la 17e édition du salon Rendez-vous en France, destiné à promouvoir l’offre touristique française et organisé par Atout France à Toulouse. Ce rendez-vous permet aux exposants « de développer le référencement de leur offre, mettre en marché leurs nouveautés, accroître leurs ventes, auprès d’acheteurs internationaux de près de 65 pays », explique Atout France. Pour 2024, 690 sociétés exposantes et 750 acheteurs et prescripteurs internationaux sont attendus.

CCI Hérault : les noms qui circulent pour l’après-Deljarry

Qui pour succéder en 2026 à l’actuel président de la CCI Hérault, André Deljarry – ce dernier ne pouvant pas se représenter du fait de la limite d’âge ? Deux potentiels noms ont été glanés par Les Indiscrétions ces derniers jours : Grégory Blanvillain (Com’Event Organisation), président de la CPME 34, vice-président de la CPME Occitanie et président de la commission des réseaux économiques à la CCI 34 ; Et, plus surprenant, Lamine Gharbi (Groupe Cap Santé), président national de la Fédération de l’Hospitalisation Privée. Deux choses sont sûres, d’après une source proche : « André Deljarry restera dans le cercle très rapproché. Et il choisira son successeur. » Des candidatures qui dépendront du contexte au moment de l’élection et des équilibres syndicaux.

L’État et Sète Agglopôle font la guerre aux épaves de navires

@DR

Opération spectaculaire d’enlèvement d’épaves de navires et de déchets sous-marins, courant février sur le site du ponton de la Bordelaise à Frontignan (34). L’opération est menée à travers le fonds d’intervention maritime par les services de l’État et la DDTM de l’Hérault, en lien avec Sète Agglopôle Méditerranée et ses partenaires. Plus d’infos en cliquant ici.

Clap de fin pour le Toulousain BricoPrivé 

Actionnaire majoritaire de Brico Privé depuis 2020, le Groupement Les Mousquetaires décide de fermer définitivement le site de ventes privées dédiées au bricolage, indiquent nos confrères du Parisien (article à lire ici). 174 emplois, basé à La Cité à Toulouse, font l’objet d’un plan de sauvegarde. La raison : « Brico Privé n’a finalement jamais atteint l’objectif de 200 M€ de chiffre d’affaires qu’il s’était fixé pour 2021 », indique Le Parisien. Réalisant près de 45 Md€ de CA, le Groupement Les Mousquetaires avait écarté les deux fondateurs, Julien Boué et Marc Leverger, remplacés par David Collas (DG), et Laurent Pussat (président de Brico Privé et du CSE).

Occitanie : 6.847 emplois concernés par des projets d’investissements étrangers

En 2023, 136 projets d’investissements étrangers sont enregistrés, représentant la création ou le maintien de 6.847 emplois (+29 % par rapport à 2022), dévoile Ad’Occ dans un communiqué le 1er mars. Sur ces 136 projets d’investissements étrangers, 65 sont des projets d’extension et 57 des projets de création. « Les principaux pays investisseurs en Occitanie sont les États-Unis (22 projets, +1.220 emplois), l’Allemagne (18 projets, +870 emplois) et les Pays-Bas (12 projets, +299 emplois) », précise Ad’Occ. Les investissements se concentrent notamment sur les secteurs de l’aéronautique, du spatial et des mobilités, avec 77 % des emplois générés en Haute-Garonne, suivi de l’Hérault (6 %) et du Tarn-et-Garonne (5,5 %). Parmi les implantations prévues : le studios écossais Build a Rocket Boy s’installe à Montpellier, l’entreprise spatiale japonaise Astroscale (+ infos ici) ou encore la startup tunisienne Wattnow (solution IoT pour la gestion de l’énergie, + infos ici) visent la ville rose. Lire le communiqué de presse en cliquant ici.
Les investissements étrangers sont travaillés par l’exécutif régional, avec par exemple le déplacement du 5 au 12 mars d’une délégation emmenée par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, au Japon. Figurent par exemple au programme : une réunion de travail avec Jean-Eric Paquet, Ambassadeur de l’Union Européenne le 6 mars, et avec Yuki Tanaka, directrice générale des Affaires internationales au Ministère des transports, le 7 mars, visite des studios d’animation et de tournage Toei, le 8 mars, ou encore la présentation de la station d’Intelligence Artificielle par Masaaki Shibayama, directeur général de la promotion économique et industrielle, le 12 mars.

Export, innovation, communication : la cave Héraclès dévoile sa stratégie Bio’Innov 2030 

Basée à Codogan (Gard), la cave coopérative Vignoble de la Voie d’Héraclès, qui fédère 70 vignerons sur 1.250 hectares en agriculture biologique, dévoile dans une conférence de presse le 29 février sa stratégie Bio’Innov 2030, qui s’articule autour de trois axes : l’internationalisation, l’innovation et la communication.

direction cave heracles
Le comité de direction de la cave Héraclès ©Amélie Cazalet (Agencehv)

Accélérer l’export. À travers la stratégie Bio’Innov 2030, « nous fédérons les vignerons et les salariés autour d’une vision commune de la cave d’ici 2030 », explique Jean-Philippe Julien, président de la cave Héraclès (10 à 13 M€ de CA). Sur la feuille de route, accélérer le marché à l’export. « La complexité du marché ne nous permet pas de rester prospère. Nous devons nous diversifier, donc nous avons fait le choix de partir sur l’export », dévoile Jean-Philippe Julien. Parmi les pays ciblés, l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas. Sur la récolte 2023 (60.000 hectolitres), « l’export représente 13 %, alors qu’on ne faisait pas d’export il y a deux ans », rappelle Frédéric Saccoman, directeur général de la cave. Objectif : atteindre la barre des 20 % à horizon 2030. 

Concurrence internationale. Qui dit export dit concurrence internationale. « Un acheteur sera toujours intéressé par la qualité, mais sur un produit similaire deux fois moins chers ailleurs, ça fait réfléchir », reconnait Frédéric Saccoman. La Cave Héraclès entend se distinguer par « la qualité du vin, les certifications et la RSE. Nous avons notamment le label B Corps, qui répond à des exigences sociétales et environnementale », assure le directeur général.

Trouver acquéreur avant de produire. Deuxième axe de la stratégie Bio’Innov 2023, l’innovation. « Nous devons développer de nouveaux produits pour faire face à la baisse de la consommation. Mais avant de faire du vin, puis de courir dans tous les sens pour trouver des acheteurs, nous faisons ce travail avec nos clients afin de savoir ce qui leur plaît », souligne Jean-Philippe Julien. La cave Héraclès détient 40 hectares en cépages résistants. 

Communiquer. Dernier axe stratégique porté par la cave Héraclès : « la communication, à la fois à destination des professionnels et des consommateurs », lance Frédéric Saccoman. « Sud de France est le meilleur axe de communication car nous communiquons dessus depuis 20 ans », ajoute le vigneron Gérard Bertrand.

Fidéliser la clientèle. À ce jour, la cave Héraclès compte 65 clients, sans l’ambition de continuer de faire croître ce chiffre. « Nous préférons avoir 15 clients qui achètent 8.000 hectolitres, que pleins de clients qui prennent 200 hectolitres. Notre objectif est surtout que le client revienne ! », indique Jean-Philippe Julien. 

Déconsommation des rouges. « Il y a une légère déconsommation des rouges, observe Gérard Bertrand. Nous retrouverons une croissance en faisant des rouges frais, en réponse à la demande du marché. » Également, « les vins à faible degré d’alcool et les vins orange ont du potentiel », poursuit-t-il.

Eaux usées et photovoltaïque. La cave réfléchit par ailleurs à un projet de réutilisation des eaux usées. « Une cave coopérative consomme en moyenne entre 8 et 10 m3 d’eau par an. Un système de réutilisation des eaux usées pour l’irrigation est un effort nécessaire à faire », appuie le directeur généralPar ailleurs, en juin 2023, la cave a installé 2.000 m² de panneaux photovoltaïques en toiture, permettant « de couvrir 30 % des besoins en électricité », rappelle Frédéric Saccoman (relire dans Les Échos en cliquant ici).

Altémed veut introduire de la mixité à Odysseum

L’aménageur Altémed souhaite, à long terme, introduire de la mixité dans le quartier Odysseum à Montpellier. La zone est actuellement ludico-commerciale. L’idée est d’y introduire « des bureaux et des logements, pour que ce quartier ne soit plus monofonctionnel », indique une source proche. Dans la même logique que la mutation progressive de l’avenue Georges-Frêche (Lattes et Pérols), passant progressivement d’une vocation seulement « boîtes à chaussures commerciales » à un urbanisme mixte, là aussi avec bureaux et logements.

54 M€ pour régénérer la voie ferrée entre Perpignan et Salses

À compter de ce 4 mars et jusqu’au 26 avril, un renouvellement de l’ensemble des composants de la voie ferroviaire (rails, traverses et ballast) va être opéré entre Perpignan et Salses (Pyrénées-Orientales), lit-on dans un communiqué de presse (ici). L’investissement, financé par SNCF Réseau, s’élève à 54 M€. Cette opération est réalisée « à l’aide d’un train usine spécialement conçu pour le remplacement des éléments de la voie. Cet outil est composé d’une succession de deux trains usines et d’engins lourds et légers de chantier », explique SNCF Réseau. Les travaux permettront le renouvellement d’environ 1.000 mètres de voie par nuit.

JO 2024 : les Creps d’Occitanie accueillent les États-Unis et de jeunes espoirs de l’haltérophilie française 

Photo-Toulouse-Arbitres-Baseball-Fevrier-2024
80 arbitres européens et africains de baseball en formation à Toulouse, du 15 au 18 février ©Creps de Toulouse

Du 12 au 17 mars, le Centre de Ressources d’Expertise et de Performance Sportive (Creps) de Montpellier recevra l’équipe universitaire de handball des États-Unis. Au programme : entraînement, séjour et restauration sur le site montpelliérain. Une rencontre amicale ouverte au public est organisée le 16 mars, opposant l’équipe universitaire des États-Unis au MHB.

Le site du Creps de Toulouse accueillera quant à lui de jeunes espoirs de l’haltérophilie française pour un stage de préparation dédié. Une initiative inscrite dans l’objectif d’accompagner les athlètes, notamment en vue des échéances européennes et internationales à venir.

Les CREPS d’Occitanie sont implantés sur les sites de Font-Romeu, Montpellier et Toulouse. Intervenant dans le domaine du sport, de la jeunesse et de l’éducation populaire, ils accueillent 42 structures permanentes d’entrainement (900 athlètes), comptabilisent plus de 38.000 journées stagiaires/sportifs par an et dispensent 143 formations aux métiers du sport (1.600 stagiaires). 

Ces rencontres et temps forts sont organisés à l’approche des Jeux Olympiques de Paris de 2024. Plus à lire sur les sites des Creps d’Occitanie, Montpellier et Toulouse.

Programme national pour l’alimentation : 8 projets occitans sélectionnés 

Dans le cadre de l’appel à projets du programme national de l’alimentation 2023-2024, destiné à soutenir les acteurs de l’agriculture dans leurs projets de transition agricole et alimentaire, 8 projets occitans sont retenus, annonce la préfecture d’Occitanie le 1er mars (lire ici). Sur les 8 projets récompensés, 5 concernent des projets alimentaires territoriaux et bénéficient d’une enveloppe de 446.000 € et les trois autres reçoivent près de 206.000 €. Les lauréats des projets alimentaires territoriaux sont le conseil départemental de l’Aveyron pour son projet « Mangeons AveyrOn », la communauté de communes du Pont-du-Gard pour son projet « Gardon le local », la communauté d’agglomération du Grand Cahors pour son projet « De la vallée à l’assiette », le conseil départemental du Lot pour son projet « Préfiguration du projet alimentaire territorial », et la communauté de communes du Pays de Lafrançaise (Tarn-et-Garonne) pour son « projet alimentaire de territoire ». Les trois autres lauréats sont la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales, l’Institut Agro du campus de Florac (Lozère) et Solagro. 

Béziers : ça va finir par passer ?

Encore confrontée à des verrous technologiques à lever, la start-up industrielle Genvia transformera-t-elle l’essai, via une gigafactory et des centaines de créations d’emplois, à Béziers (34) ? Alors que le verdict doit tomber en 2026 (relire Les Indiscrétions du 5 février, en cliquant ici), un fin connaisseur du développement économique biterrois croise les doigts, en livrant une analyse économico-historique. « Béziers collectionne les ratés depuis 15 ans : port à sec de Barcelone (annoncé trop vite par Raymond Couderc, prédécesseur de Robert Ménard à la mairie), plateforme logistique d’Orchestra (même topo), projet de studio de cinéma porté par Bruno Granja, implantation d’un centre immersif d’Ubisoft autour de ses licences les plus célèbres, projet des Grands Buffets (Louis Privat) qui resteront finalement dans l’Aude, à Narbonne ou Carcassonne… À la longue, ça va finir par passer. C’est comme une équipe qui perd toujours en finale : la pièce finit par tomber du bon côté. »

La drague Hydromer s’apprête à rejoindre le port de Sète-Frontignan 

Commandée par la Région Occitanie, la drague Hydromer va rejoindre le port de Sète-Frontignan le 6 mars, huit jours après avoir quitté Concarneau, dans le Finistère. 

Drague Hydromer Région Occitanie
Drague Hydromer @Piriou

Le 27 février, la drague Hydromer, commandée par la Région Occitanie aux Chantiers Piriou, quitte Concarneau (Finistère) pour rejoindre le port de Sète-Frontignan, dans l’Hérault, ce 6 mars, annonce la Région dans un communiqué (lire ici). Elle sera mise en service courant mars dans les trois ports régionaux d’Occitanie : Sète-Frontignan, Port-la-Nouvelle (Aude) et Le Grau-du-Roi (Gard). Longue de 70 mètres et ayant nécessité 150.000 heures de travaux, Hydromer accueille un équipage de 10 personnes et peut transporter 1.500 m3 de sédiments. 

Moyennant un investissement de 29 M€ (Région : 25,75 M€ ; État : 2,25 M€ ; Ademe : 1 M€), Hydromer a été commandée en 2021 par la Région afin de « remplacer son ancienne drague vieillissante, d’optimiser ses activités de draguage et d’en réduire l’impact environnemental », rappelle la Région. D’ici septembre 2025, elle fonctionnera à l’hydrogène, lui permettant de réduire les émissions de CO2 de 20 % et d’atteindre le zéro émission au port ou au mouillage. « Cela représentera 700 tonnes de CO2 non rejetées dans l’atmosphère par an », se réjouit la Région. Pour fonctionner à l’hydrogène, « la solution technique de stockage proposée par le fournisseur d’hydrogène Hyd’Occ, composé de Qair et de l’Agence Régionale de l’Energie et du Climat, est en cours d’homologation par les autorités compétentes pour pouvoir être installée à bord », spécifie la Région. Une précision, et pas des moindres : l’hydrogène vert sera produit en Occitanie, à Port-la-Nouvelle. « La mise en service de la fonction hydrogène sera coordonnée avec la mise en production de l’usine Hyd’Occ de fabrication d’hydrogène vert à Port-La Nouvelle dont la construction est en cours. » La pile à hydrogène (200 kW) sera produite par le français Helion Hydrogen Power (Alstom).

55 M€ dépensés par le SDEHG en 2023 pour le service public de l’énergie

En 2023, le Syndicat Départemental de l’Énergie de la Haute-Garonne (SDEHG) a consacré 55 M€ au service public de l’énergie, dont 35,3 M€ pour la rénovation et l’entretien de l’éclairage public, 9,4 M€ pour le renforcement du réseau électrique, 5,4 M€ pour le raccordement des usagers au réseau électrique, 4,3 M€ pour l’enfouissement du réseau électrique et 600 000 € pour d’autres projets de transition énergétique, découvre-t-on dans un communiqué de presse du 28 février. Ces 55 M€ représentent 92 % des dépenses totales réalisées dans l’année par le SDEHG.

Pour 2024, un montant de près de 70 M€ devrait être alloué à l’investissement et la maintenance, renforçant le programme “Led Haute-Garonne 2026++” porté par le SDEHG avec une enveloppe globale de 20 M€. 4 M€ financeront les autres projets majeurs de l’année : le programme d’ombrières photovoltaïques, la constitution de la SEM Haute-Garonne Énergie avec le Conseil départemental et l’amélioration du service de recharge pour véhicules électriques. 

Après des difficultés financières entre 2015 et 2020, le SDEHG a redressé ses comptes, avec un résultat de clôture de l’exercice 2023 estimé à 5 M€. « Nous pouvons désormais aller encore plus loin dans la réalisation d’investissements en faveur de la transition énergétique, notamment rénover toutes les installations d’éclairage public du territoire du Syndicat avec des lampes LED d’ici 2027 », avance Thierry Suaud, président du SDEHG. 

Haute-Garonne : 100 postes à pourvoir au sein du groupe d’ingénierie Segula Technologies 

Le groupe d’ingénierie Segula Technologies recrute 100 personnes sur son site de Colomiers (Haute-Garonne) et organise une journée job dating le mardi 19 mars au bar-restaurant Le 20e Avenue à Cornebarrieu, lit-on dans un communiqué de presse. L’entreprise accompagne les constructeurs et équipementiers de l’aérospatial, principalement sur des prestations d’ingénierie (conception et calcul mécanique, définition et routage électrique, systèmes de propulsion, définition de sous-ensembles…), d’étude et de réalisation d’outillages et de services à la production.
160 ingénieurs et techniciens qualifiés travaillent actuellement sur le site de Colomiers. À l’échelle nationale, l’entreprise prévoit de recruter 2.200 personnes dont 80 % en CDI sur l’année 2024. Segula Technologies est présent dans plus de 30 pays et compte 15.000 collaborateurs. Consulter les offres d’emplois, ici. 

Repérer les potentiels, loisirs et jeux en entreprises… : le retour réussi du Mag RH Caminarem 

Le Mag RH édité par le groupe Caminarem revient en force, après une pause en 2023. L’occasion d’exposer des solutions aux enjeux RH, devenus stratégiques dans les PME, entre difficultés de recrutements, attentes des nouvelles générations et place du ludique en entreprise. L’édito, signé Hubert Vialatte, est à retrouver ici

Couverture du Mag RH Caminarem / Mise en page : Agence Janvier-Ludivine Pardo (Montpellier)

Genvia : repérer et révéler les potentiels. À l’honneur de la rubrique “Le Portrait”, Christelle Guillermou, nouvelle DRH de Genvia (électrolyseurs haute température pour l’hydrogène décarboné). Diplômée d’un Master Aménagement du territoire et management de projets internationaux et d’un second en Management de projets internationaux, rien ne la prédestinait à ce poste. Son objectif aujourd’hui : repérer et révéler les potentiels, chez les managers d’abord « pour qu’ils deviennent des leaders, et développent une culture participative au service de l’intelligence collective. » Mais aussi chez les employés, où, pour attirer les talents, elle s’appuie sur l’écosystème Eden (Écosystème Durable et Énergies Naturelles) : formations déjà existantes, cabinets locaux aidant à trouver des profils adéquats… « Nous encourageons l’innovation, Genvia s’inscrivant dans une compétition internationale », notamment contre des concurrents danois et américains. Plus à lire dans la rubrique “Le Portrait”.

Loisirs et jeux en entreprise. Terrain de pétanque et jeux d’arcades, clubs d’activités et participation à des événements sportifs régionaux… Enjeu RH, le ludique en entreprise n’est plus uniquement l’apanage des grands groupes. Que ce soit pour développer la culture de l’entreprise et renforcer sa marque employeur, comme à Sofradam (aménagement de bureaux), ou pour maintenir une bonne qualité de vie au travail comme à Ubisoft Montpellier, ou promouvoir la pratique sportive en interne de La Banque Populaire du Sud (BPS), le ludique a sa place en entreprise. Attention toutefois à éviter le côté gadget du ludique, comme le souligne Mirana Rama (RH Solutions). Analyses et regards croisés sont à retrouver dans la rubrique “Grand Angle” à retrouver ici.

Chapeau blanc. Souvent idéalisé, le métier de hacker éthique (ou chapeau blanc, dans le jargon) est déchiffré par Caminarem dans la rubrique “Focus Métier”. François G., pentester chez SNS Security (Montpellier), spécialisé dans la sécurité informatique, avertit sur les défis inhérents à son métier et la réalité du terrain. Un métier de passion, mais en tension. « Que ce soit dans la technique, l’audit ou encore le pentest, la cybersécurité est frappée par une forte pénurie de talents », souligne Elizabeth Pages, RH chez SNS Security. « Nous n’apprenons malheureusement pas le hacking éthique à l’école, et devenir hacker éthique ne s’apprend pas en une semaine, il faut parfois même des années ! » Plus à lire dans la rubrique “Focus métier” ici

Une nouvelle rubrique. Le Mag RH Caminarem c’est également une rubriqué dédiée à la cité médiévale de Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) avec “Evasion”, et une toute nouvelle rubrique, “Les RH à la loupe”, valorisant l’outplacement, le reclassement externe expliqué par RHéflex (groupe Caminarem). 

Caminarem (intérim, portage salarial, solutions RH, recrutements), basé à Béziers, est dirigé par ses fondateurs, Matthieu Ourliac (président du Medef Béziers Ouest Hérault Littoral) et Romain Planès. 

Agencehv a co-rédigé le magazine avec les équipes de Caminarem. La mise en page est réalisée par l’agence de communication Janvier (président : Benoît Durasnel, directrice artistique : Ludivine Pardo, cheffe de projet : Pauline Leclercq). Impression : Éditions Mimosa (Montpellier, Jacky Vesper).

Toutes les contributions d’Agencehv sont à retrouver sur notre page Rédacteur

Cambacérès (Montpellier) : signature de la tranche 2 de la Halle Nova

Lazard Group vient de signer la tranche 2 de la future Halle Nova (Montpellier, livraison prévue en septembre 2026) pour 10.900 m2 de bureaux, indique Altémed, aménageur du quartier Cambacérès (gare Montpellier TGV Sud de France), dans un post LinkedIn à consulter ici. Ce projet, qui développera une forte offre servicielle (foodcourt, commerces, salle de sport, crèche, salles de formation), s’étendra sur 26.900 m2. Architecte : Taillandier Architectes Associés. Le quartier Cambacarès affiche à ce jour 140.000 m2 de surfaces commercialisées.

Lot : bonne dynamique pour Cauvaldor Expansion

Les signatures s’enchaînent du côté de Cauvaldor Expansion, basée à Souillac (46). « En 2024 et 2025 les investissements sur le territoire seront encore en croissance tant sur le secteur industriel (développement et implantation ex nihilo), qu’agro-industriel, tourisme-hôtellerie, ou encore avec un programme d’immobilier d’entreprise en promotion », détaille Benoît Illinger, son directeur (lire le post en cliquant ici). Par exemple, nouveau hall de 1.000 m2 pour Sermati (solutions mécaniques intégrées, PME de plus de 200 salariés pour 45 M€ en 2022, au lieu de 30 M€ en 2018, lire en cliquant là), ou, projet d’envergure, un investissement de 20 M€ de l’union de coopératives La Quercynoise à Gramat (production de canards gras, groupe Capel), notamment pour la construction d’un bâtiment avec une nouvelle chaîne d’abattage. Le projet est soutenu par la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne (ou « Cauvaldor » en formulation contractée) à hauteur de 300.000 euros. Site de Cauvaldor Expansion à découvrir en cliquant ici.

Autopartage : Citiz veut s’étendre en dehors des grandes villes

Citiz © OneHeart pour France Active
©OneHeart pour France Active

Pionnier de l’autopartage lancé dès 2008, la coopérative toulousaine Citiz Occitanie veut développer son modèle au-delà des métropoles. « Les habitants des périphéries et du monde rural ont aussi le droit à l’autopartage », pose Alexandre Jouaville, directeur général de la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif).
Citiz vient en soutien au réseau de transports en commun Lio, opéré par la Région Occitanie. D’ici à 2030, Citiz Occitanie souhaite ainsi construire un maillage régional de stations d’autopartage connectées aux gares ferroviaires et d’autocars. « L’idée est que l’essentiel du trajet soit effectué en transport en commun, et que le véhicule Citiz couvre les derniers kilomètres. Le slogan, c’est ‘Prenez le train, vous aurez une ‘Citiz’ à l’arrivée’ ! », sourit le dirigeant.

En 2023, plus de 3.000 clients différents ont effectué une réservation. « Les véhicules autopartagés chez Citiz sont très peu utilisés par chacun, mais beaucoup utilisés au final. À Toulouse, 30 personnes différentes en moyenne se partagent chaque voiture. Chacun y trouve son compte », relate Alexandre Jouaville.

Citiz Occitanie réalise 1,8 M€ de chiffre d’affaires et regroupe 282 sociétaires – principalement des usagers, mais aussi des salariés (5 des 11 collaborateurs), les partenaires (assureur, garagiste…), les collectivités, dont la Région Occitanie. Citiz Occitanie compte 170 voitures partagées en région, dont une centaine à Toulouse, et le reste en périphérie de la capitale et dans les territoires, comme à Albi, Cahors, Millau, Tarbes et Lourdes. L’offre s’électrifie progressivement (20 % électrique, 40 % hybride, 40 % thermique), pour suivre la courbe des attentes des utilisateurs.

>Plus à lire dans la prochaine newsletter gratuite « Occitanie News » portant sur l’attractivité de la Région Occitanie. Pour s’inscrire, c’est par ici.

Occitanie Ouest : 570 k€ investis par Capitole Angels en 2023 

Capitole Angels, le réseau de Business Angels de l’ex-Région Midi-Pyrénées, annonce dans un communiqué (lire ici) 570k€ d’investissement en 2023 au sein de 10 start-ups du territoire (6 ont fait l’objet de premiers financements et 4 de réinvestissements). Les start-ups soutenues en 2023 sont : Intence – Skyted – Woodland – Sust’n Food Hoope – Selfcity – Microbia – MerciYanis – Aura Aero – Insiteo – OPPI. 16 nouveaux membres ont rejoint l’association, portant ainsi le nombre total de Business Angels à 63. Il s’agit de dirigeants ou d’anciens dirigeants expérimentés et passionnés par la création d’entreprises qui investissent leurs fonds propres ainsi que leur temps pour accompagner des porteurs de projets innovants et de croissance. En parallèle, Capitole Angels a contribué au lancement d’Aerospace Angels, antenne spécialisée dans le financement et l’accompagnement de startups dans les domaines de l’aéronautique et du spatial. Capitole Angles est présidé par Pierre Carli.

Ressource en eau, viaduc : Alerte LGV Thau questionne des points du projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan

Le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP), dont la première phase (Montpellier-Béziers) doit être mise en service en 2034, suscite l’inquiétude de l’association d’opposants ‘Alerte LGV Thau’, à propos de la qualité de l’eau dans le secteur d’Issanka (bassin de Thau). « En 2021, l’autorité environnementale relevait que 16 captages d’eau potable seraient traversés par la LNMP, tel que le captage d’Issanka, indique l’association dans un document à lire ici. Plus de deux ans plus tard, il n’y a aucune certitude sur l’impact qu’aura la LNMP sur la source d’eau potable de tous les habitants du Bassin de Thau (…) Aucune information ne fuite sur l’avancée des études. Qui est en charge de ces études ? Où en sont-elles ? » Autre point de discorde, la construction d’un viaduc de 1,4 km de long et 28 mètres de haut dans le secteur de Gigean/Poussan, « qui enlaidira pour toujours le paysage des bords de l’étang de Thau. Le tracé doit être revu et faire preuve de bon sens : la future voie ferrée doit être rapprochée au maximum de l’autoroute pour minimiser les nuisances ! » Le projet de LGV doit croiser l’autoroute A9 à deux endroits entre Montpellier et Béziers, « en passant une fois en-dessous et une fois au-dessus, ce qui suppose d’échanger avec Vinci Autoroutes », glisse-t-on à SNCF Réseau.

Face aux opposants, Virbac s’adapte

Pour concrétiser son projet d’implantation dans la Zac Mitra, à Saint-Gilles et Garons (30), soumis à de fortes oppositions locales, Virbac Nutrition (nutrition pour animaux de compagnie) étudie un changement d’ouverture du site. « L’ouverture sera sur Saint-Gilles, et le site tournera le dos à Garons », résume une source proche. Le projet doit créer 130 emplois, et correspond à un transfert-extension depuis le site de Vauvert (relire dans Les Échos, octobre 2022, en cliquant ici).

Chemin de croix de l’élu local. En ouverture des Rencontres nationales des Scot (schémas de cohérence territoriale), le 15 juin 2023 à Nîmes, Franck Proust, président LR de Nîmes Métropole, avait stigmatisé une complexité croissante à faire aboutir les projets de développement économique. « Quel chemin de croix pour l’élu local face à toutes les adversités, foncières et administratives d’abord, mais aussi sociétales, où le quant-à-soi et le complotisme font rejet de toute idée industrielle dans le cadre de vie. Comme si l’industrie du XXIe siècle en France, sanglée dans ses contraintes environnementales, n’avait pas épousé l’évolution et les exigences de notre société ! » Citant l’exemple de la Bretagne, « où l’implantation d’une boulangerie industrielle (Le Duff, note) est rejetée par la vox populi », l’élu avait regretté « qu’un même déchaînement » soit à l’œuvre sur le territoire gardois, contre l’implantation de Virbac.

Le contournement ouest de Nîmes abandonné ?

Possible coup de tonnerre en vue. D’après une source proche de Matignon, le projet de contournement routier ouest de Nîmes serait abandonné. Contactée par Les Indiscrétions, la préfecture du Gard et le service presse de Matignon n’ont pour l’instant pas confirmé ni démenti l’information. De son côté, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, déclare « ne pas avoir d’informations sur la confirmation ou l’infirmation d’une éventuelle annulation. Le Contournement de Nîmes est décomposé en deux projets : le barreau de l’A9 à RD 40, puis de la RD 40 à La Calmette. La compensation environnementale est intégrée dans les hectares hors Zan, d’après le ministre Christophe Béchu (Transition écologique) dans une lettre qu’il m’a adressée récemment ». « Le gouvernement doit se prononcer dans les prochains jours sur le sujet », indique la préfecture du Gard.

Plus de décodages

Projet de ligne THT dans le Gard : le courant ne passe pas

Les élus gardois de la communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence (CCBTA) réunis autour du président et maire de Bellegarde (Gard), Juan Martinez, expriment le 26 février à l’unanimité en conseil communautaire leur opposition au projet de ligne aérienne de Très Haute Tension (THT) entre Jonquières-Saint-Vincent (Gard) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Portée par le Réseau de transport d’électricité (RTE), cette ligne aérienne de 400.000 volts est prévue sur 65 km, pour 300 M€ d’investissement. « Cette ligne va nuire durablement à notre agriculture, à notre environnement, à notre tourisme, notre image et notre identité. Notre territoire subit déjà de nombreuses infrastructures d’utilité publique, indique Juan Martinez. Ce projet de ligne aérienne de THT apportera des retombées économiques et fiscales au département des Bouches-du-Rhône et à la région Paca exclusivement, en ne laissant à notre territoire de la CCBTA et du Gard que les nuisances et contraintes. ». Le projet a pour objectif de pourvoir à l’augmentation des besoins en électricité en raison de la hausse des usages domestiques, de la réindustrialisation sur le territoire, et de la décarbonation de la zone industrielle de Fos-sur-Mer.

Relire l’article paru en novembre sur le sujet dans Les Échos

Les Échos Légal et Septeo 

Les Échos Légal (formalités & annonces légales) font appel à Septeo CDJ (branche de l’éditeur de logiciel Septeo, dédiée aux Commissaires de justice) pour contribuer à la rédaction de ses articles (à retrouver ici)

Extension de Mercorent à Béziers

L’aménageur Viaterra (Béziers) travaille à l’extension du parc d’activité Mercorent, avec le futur parc d’activité de la Vaisseries, prévu sur environ 50 ha. La commercialisation pourrait démarrer en 2026-2027, indique Viaterra.

Travaux publics : la FRTP Occitanie veut séduire les jeunes 

Démonstrations métiers, découvertes des innovations, simulateurs d’engins de travaux publics, casques à réalité virtuelle, jeu concours… La fédération des travaux publics d’Occitanie organise un « pop-up des métiers des travaux publics », le 5 mars au cinéma Kinépolis de Nîmes. L’objectif : présenter les formations et les métiers des travaux publics aux quelque 550 collégiens attendus. La première édition s’est déroulée en 2023 à Montpellier, à relire dans ToulÉco en cliquant ici

Sécurité routière : Vinci Autoroutes signe avec l’Aftral

Ce mercredi 6 mars, Vinci Autoroutes signe une convention de partenariat avec l’AFTRAL (organisme de formation aux métiers de la route et de la logistique) à Pérols (34), en fin de matinée.

Il s’agit « de contribuer à une meilleure formation des conducteurs routiers, de mieux faire connaître le corridor de sécurité (règle récente du code de la route) et de sensibiliser à la sécurité des intervenants sur autoroute, explique Vinci Autoroutes aux Indiscrétions. Cette signature prévoit de surcroît l’exposition d’un fourgon percuté sur chaque site AFTRAL d’Occitanie. L’actualité dramatique (décès d’un employé à La Turbie, le 3 mars, lire en cliquant ici) nous rappelle que le combat pour la sécurité des hommes en jaune est loin d’être terminé ». 

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Le groupe textile Eminence acquiert l’italien Passionata

Diversification des activités, investissements, difficultés de recrutement, développement des points de vente… Le groupe Eminence, leader des sous-vêtements pour hommes (Aimargues, Gard), propriété de l’israélien Delta Galil, dévoile ses projets 2024 à l’occasion d’une conférence de presse le 1er mars à Montpellier. Les Indiscrétions étaient présentes. 

conférence de presse Eminence industrie textile
De g. à dr. : Eric Abriat, Antonio Iandolo et Gersende Heslot (Eminence) ©Amélie Cazalet (Agencehv)

Cibler le marché féminin. Leader des sous-vêtements pour hommes, Eminence (500 salariés, 100 M€ de CA) procède à l’acquisition de Passionata, spécialisé dans les soutiens-gorges avec l’ambition de « développer de nouveaux segments : les vêtements de nuit, les vêtements « de détente » et les maillots de bain », annonce Antonio Iandolo, président du groupe Eminence, qui fête ses 80 ans. Ce rachat permet au groupe gardois de diversifier son activité et de cibler les femmes. La marque sera vendue dans 18 pays, en commençant par l’Allemagne, l’Italie et la France. « Avec Passionata, nous devons nous adapter et passer d’une distribution de masse à une distribution en retail », souligne Éric Abriat, directeur des opérations du groupe. Autre difficulté induite : « sur l’homme, nous avons 3 voire 4 couleurs dans 5-6 tailles. Mais la femme c’est l’explosion : il y a des bonnets, une avalanche de couleurs, et des finitions différentes pour le même modèle », poursuit Éric Abriat.  

Habiller les forces de l’ordre. Toujours dans une logique de diversification de son activité, Eminence dévoile remporter, aux côtés de Mark & Balsan et Leo Minor, le marché public d’habillement de la police et de la gendarmerie lancé par le gouvernement. L’industriel aura en charge la fabrication des produits en maille (polo, chemise tactique…) et la logistique. Le contrat devrait commencer début 2025 pour une durée de quatre ans, renouvelable deux ans.  

10 M€ d’investissements. Sur les 10 M€ investis par Eminence pour se moderniser, 4 M€ sont consacrés à la rénovation du siège social à Aimargues. « Le bâtiment n’est pas isolé thermiquement. La rénovation va permettre de le rendre moins énergivore », explique Gersende Heslot, directrice des ressources humaines d’Eminence. Conçus par l’agence d’architecture MN Lab (Nîmes), les travaux devraient prendre fin en juillet. Période au cours de laquelle les 140 salariés travaillent dans des locaux provisoires loués. Par ailleurs, 2 M€ sont destinés à la logistique, 3 M€ à l’informatique pour trouver des outils facilitant notamment les tâches administratives, et 1 M€ a été mobilisé pour rapatrier les machines de production d’Italie en France.  

Eminence_Atelier_Collection_Aimargues
©DR

Recruter des mécaniciens. Le groupe Eminence recrute une trentaine de personnes, la moitié sur des fonctions marketing/commerciales et l’autre moitié sur des fonctions logistiques et des métiers techniques. « Nous sommes esseulés au niveau des formations textiles, déplore Gersende Heslot. Nous formons en interne car nous ne trouvons pas d’opératrices en confection sur le marché. Nous recrutons des mécaniciens car c’est le métier qui se rapproche le plus des opérateurs qui manipulent les machines à tricoter. » Le temps de formation d’une opératrice en confection est de trois ans.

Cap sur les pharmacies. Par ailleurs, Eminence projette de vendre les culottes de règles et son produit Sérénité, qui aide les personnes âgées à traiter les problèmes de fuite urinaire, dans les pharmacies.  

À (re)lire dans ToulÉco, « Industrie textile. Le Gardois Eminence veut diversifier son activité » en cliquant ici.  

  

3 questions à

Jean-Pierre Boffy, Steam France et French HealthCare Association

Jean-Pierre Boffy French HealthCare Association

« Steam France a choisi l’Afrique pour son potentiel de développement » 

Spécialisé dans la désinfection et la stérilisation d’instruments chirurgicaux, Steam France (Montpellier, 92 salariés) réalise 40 % de son chiffre d’affaires à l’export. La démarche a été lancée il y a dix ans, avec la création d’une filiale au Maroc, explique Jean-Pierre Boffy, conseiller du commerce extérieur de la France, PDG de Steam France et nouveau président de French HealthCare Association (Les Indiscrétions du 8 janvier, lire en cliquant ici). « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Jean-Pierre, quelle est la stratégie export de Steam France ?
L’export, lancé il y a dix ans, pèse 40 % de les 16 M€ de chiffre d’affaires. Plusieurs filiales ont été créées depuis 2014 : Maroc, Égypte, Bénin… D’autres implantations sont prévues dans les prochaines années, toujours en Afrique : Kenya, Rwanda, Tanzanie et Gabon. Pourquoi l’Afrique ? En Europe, l’amélioration de la maîtrise des risques et les contrôles sont déjà très avancés. L’Afrique offre un potentiel de croissance beaucoup plus important. La filiale marocaine, la plus dynamique, représente à elle seule 2 M€. Les règles liées aux dispositifs médicaux sont au Maroc très proches de celles qui existent en France. Par ailleurs, le personnel de santé est souvent formé en France et les appels d’offres sont rédigés en arabe et en français.

Quels conseils donnes-tu aux dirigeants de PME pour réussir à l’export ?
Réussir en France ne signifie pas réussir à l’export. L’export ne s’improvise pas. Il faut adapter l’offre, et comprendre les attentes, les règles, les attentes, dans chaque pays ciblé.  Pour le marché marocain par exemple, Steam France a élaboré des unités clés en main, intégrant les équipements utiles, le mobilier, les consommables et le plan de formation pour les personnels hospitaliers, alors qu’ en France, nous ne faisons que de la vente d’équipements.  De nouvelles applications ont aussi été créées, pour les buanderies industrielles ou – en partenariat avec Isofroid à Lyon -, les chambres mortuaires. 
Il y a encore un manque d’outils pour sécuriser les paiements et il faut savoir accepter le temps long, chose pas toujours évidente dans une logique de PME.  

Quels sont tes projets, côté Steam France ?
Nous visons une levée de fonds comprise entre 8 et 10 M€ cette année, pour financer un projet industriel dans la région de Montpellier. L’idée étant d’assembler dans un site dédié les machines de désinfection et de stérilisation. Celles-ci sont pour l’instant fabriquées au Portugal ou par les fournisseurs.  

La HV Touch

Conseil RP

Le 27 février, présentation à Gigean (34) par SNCF Réseau de la stratégie foncière liée au projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, en présence d’un public concerné par l’emprise du projet (sur invitation). Quelques opposants se sont greffés à l’assistance. Finalement sans heurt aucun, ni même la moindre question saillante à la fin, ont constaté, sur place, Les Indiscrétions. « Chacun des deux avait peur de l’autre : les opposants pensaient ne pas être autorisés à assister à la réunion et SNCF Réseau craignait des débordements », sourit un observateur. La responsable environnement du projet a pu échanger avec l’association Alerte LGV Thau. « J’ai expliqué aux opposants que leurs préconisations permettaient de nous améliorer dans la conception du projet », confie-t-elle. Ou l’art de la communication à la partie adverse.

La phrase

« La France est en croissance démographique, et le pays est marqué par la décohabitation : + 2 à + 6 millions de ménages supplémentaires à l’horizon 2050, selon l’Insee. Certains territoires enregistrent des hausses de population de plus de 10.000 habitants par an (dont, en Occitanie, la Haute-Garonne et l’Hérault, note). Par ailleurs, nous estimons à 2.672 hectares par an les seuls besoins des filières vertes industrielles et des énergies renouvelables. Soit 21 % de l’enveloppe foncière prévue par la loi ZAN (zéro artificialisation nette) d’ici 2030. L’objectif ZAN et la frugalité foncière apparaissent comme le symbole des injonctions contradictoires. »

Cevan Torossian, directeur associé Études&Recherche membre du comité de direction d’Arthur Loydpost à croquer à cliquant là

On s’en fout

J’aurais préférer rester peinard à vaquer à mes occupations de début de week-end, double café sans sucre et supplément de L’Équipe à la main. Mais que voulez-vous, la gloire journalistique n’attend pas. L’AFP (Agence France-Presse) me demande de couvrir, ce samedi matin, le déplacement de Jordan Bardella, président du Rassemblement national, au Grau-du-Roi. Et on ne dit pas non à l’AFP, vieux partenaire de reportages depuis 15 ans. Déplacement politique, et de loisirs aussi. Car si le candidat RN aux européennes du 9 juin s’est déplacé sur la commune littorale gardoise, la veille de son meeting à Marseille, c’est tout simplement parce que des dizaines de milliers de personnes s’étaient amassés le long de la plage, pour assister au traditionnel abrivado (conduite des taureaux sous la surveillance des gardians) de fin d’hiver.
Attendu dès 10h au Bamboo Beach – plein comme un avant-match de demi-finale de coupe du monde de foot, avec DJ et décibel pour être bien sûr d’être réveillé -, le poulain de Marine Le Pen, 28 ans, m’a fait découvrir que les selfies étaient (déjà) ringards. La communication politique, aujourd’hui, s’articule autour de ‘shorts’ : de courtes vidéos prises par les smartphones des sympathisants, demandant à leur champion de citer, dans la vidéo, les prénoms de proches absents de l’événement. « Bonjour, ici c’est Jordan Bardella, bisous à … et… depuis la plage du Grau-du-Roi » Et ainsi de suite, des dizaines et des dizaines de fois. Il faut avoir la foi.
Déambulant dans le sable avec les quatre députés gardois RN et Julien Sanchez, maire de Beaucaire et principal opposant à Carole Delga dans l’enceinte du conseil régional d’Occitanie, Bardella a donc multiplié les ‘shorts’. Pendant ce temps, France Inter, BFM, Le Point & co questionnaient les jeunes du Gard sur les raisons de leur vote massif RN. Puis, le politique se tourne vers les médias. C’est toujours le même folklore dans ces cas-là : on ne sait jamais quand le politique va parler, ni où. Et quand il se lance, il faut vite jouer des coudes avec les confrères pour se frayer une place dans le demi-cercle enserrant l’orateur, et parvenir à prendre le son. Car si on est tous là, c’est pour capter une déclaration nouvelle, qui pourrait faire mouche. Sans surprise, le boss du RN s’est érigé en défenseur des traditions : « Je soutiens nos traditions, et je suis très fier de voir vivre nos traditions en Camargue » ; « Un des plus grands périls de notre pays : c’est l’effacement de la France et le premier effaceur en chef, c’est le chef de l’Etat » ; « Quand on ne sait pas d’où on vient, on ne sait pas où on va » ; Macron « fait en réalité le jeu du Kremlin » avec ses propos sur l’envoi de troupes occidentales en Ukraine, etc.
À quelques mètres de là, l’abrivado n’a pas été loin de tourner au drame, avec 11 personnes blessées par le passage des chevaux et taureaux, dont une sérieusement. Bref, le plus intéressant, dans l’histoire, c’est que j’ai découvert qu’on était entré dans l’ère des ‘shorts’. 

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Lancement d’une concertation pour la modernisation du pont de Gagnac-sur-Garonne

Pont gagnac toulouse
©Toulouse Métropole

Concertation publique. Du 26 février au 29 mars, Toulouse Métropole lance une concertation sur la modernisation du pont de Gagnac-sur-Garonne. En accord avec les maires du Nord toulousain, la Métropole va engager pour un montant de 17 M€ des travaux de reconstruction partielle du pont (remplacement du tablier et des poutres supports en béton armé précontraint et conservation des appuis) soumis à concertation. Des réunions publiques et des ateliers participatifs seront également organisés.

Sous surveillance. Cet ouvrage structurant du nord toulousain est aujourd’hui placé sous surveillance quotidienne. 1 M€ ont déjà été investis afin d’équiper le pont de capteurs, sorte de monitoring, plaçant l’ouvrage sous surveillance constante 24h/24. À la demande de Toulouse Métropole, la gendarmerie nationale et l’État interviennent régulièrement pour des opérations de prévention, de contrôle, et le cas échéant de verbalisation des camions excédant les poids réglementaires.  

20.000 véhicules/jour. Construit en 1963, le pont de Gagnac-sur-Garonne, géré par la Métropole depuis le 1er janvier 2017, est l’un des ponts les plus empruntés de l’agglomération de Toulouse et à cet égard l’un des plus stratégiques. Chaque jour, l’ouvrage de 185 mètres de long supporte le passage d’environ 20.000 véhicules, dont plusieurs centaines de poids-lourds. « Malgré la peur de certains usagers, il n’y a point d’autre salut pour les milliers d’habitants qui veulent traverser la Garonne au nord de Toulouse, que d’emprunter ce pont de Gagnac-sur-Garonne. Ou alors, il faut prévoir des dizaines de kilomètres supplémentaires pour aller chercher, soit le pont de Grenade-sur-Garonne plus au nord, soit celui de Blagnac plus au sud », précise nos confrères d’Actu Toulouse.

Interruption de circulation. La mise en place du nouveau tablier (la structure porteuse de la charge de trafic routier) nécessitera une interruption de la circulation pour une période estimée de 6 à 8 mois soit en 2027 soit en 2028, incluant une période de vacances pour limiter au maximum la gêne des usagers, pour une mise en service du pont prévue fin 2028.  

Itinéraires de substitution. Ces travaux s’accompagneront d’un circuit Tisséo de substitution et d’aménagements de la M63 facilitant la circulation des vélos et piétons. Des itinéraires de déviation adaptés seront également mis en place pour éviter l’engorgement des secteurs résidentiels dans les communes et assurer la sécurité routière.  

Prochaines étapes. Après la concertation publique, plusieurs phases sont programmées par Toulouse Métropole qui gère la maîtrise d’ouvrage des travaux : études préliminaires (définition du programme et appel à maîtrise d’œuvre) sur l’année 2024, une phase d’avant-projet en 2025-2026 (études d’avant-projet et autorisation environnementale) et en parallèle d’une concertation continue du public, une phase de travaux en 2027-2028 suivie d’une inauguration de l’ouvrage.  

Pyrénées-Orientales : Toulouges va accueillir un pôle de santé d’ici 2025  

pole sante Toulouges crédit DR
Perspective du futur pôle de santé de Toulouges ©DR

D’ici 2025, la commune de Toulouges (66), comptant 6.686 résidents et situé à 20 minutes de Perpignan, va accueillir un pôle de santé et de paramédical situé entre le boulevard de Clairfont et le site de Naturopôle, annonce Nicolas Barthe, maire de Toulouges et vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole, sur son compte LinkedIn. Baptisé Le jasmin étoilé, le centre est dessiné par l’architecte Yannick Alba. Le bâtiment s’étale sur « deux étages de 350 m² chacun, précise aux Indiscrétions Patrice Pastou, élu à la mairie de Toulouges délégué à la Santé. Il accueillera des médecins généralistes, des orthophonistes, des orthoptistes, des psychologues, des infirmiers libéraux… » Les travaux, sous la direction du groupe de construction Kavak, devraient commencer en septembre 2024 pour une livraison fin 2025, précisent nos confrères de L’Indépendant. 

L’immobilier régional volontaire pour sortir du blocage

Taux d’intérêt, évolution des prix, revendications, remise en question… Les professionnels de l’immobilier ont débattu pendant 1h30, jeudi soir lors du premier Lab Immo Midi Libre à Montpellier.  

lab immo midi libre
©DR

« Vers une reprise du marché immobilier en 2024 ? » En plein marasme de l’immobilier et du secteur du bâtiment, le thème du premier Lab Immo Midi Libre de 2024 a attiré de nombreux acteurs de la filière, jeudi soir dans l’écrin de l’Hôtel Girard, au cœur de Montpellier.

Constat de blocage

Taux d’intérêt qui ont bondi de 1 % à 5 % en deux ans, flambée des prix dans l’ancien comme dans le neuf, durcissement des conditions d’octroi des prêts, forte demande alimentée par une croissance démographique (environ 15.000 nouveaux habitants chaque année dans l’Hérault), non remplacement du dispositif de défiscalisation Pinel à partir de 2025 dans l’immobilier neuf : le marché du logement traverse une crise inédite. Le constat en chiffres, d’abord. Françoise Cadène, responsable communication à la Chambre départementale des Notaires de l’Hérault, fait état d’une baisse significative du volume de transactions immobilières dans l’Hérault, entre novembre 2022 et 2023 : « – 13 % sur les appartements anciens, – 14 % sur les maisons anciennes, – 35 % sur les appartements neufs avec un pic de – 50 % à Montpellier intra-muros, et – 18 % sur les terrains à bâtir (chiffres Perval) », explique-t-elle. Le nombre de transactions chute de 29.659 en 2022 à 24.323 en 2023, soit une baisse de 18 %. « Je ne vois plus de primo-accédants, de jeunes couples de 25 ans, dans les dossiers, s’inquiète Bérengère Dubus, secrétaire générale de l’UIC (Union des Intermédiaires de Crédit) et dirigeante de FI Courtage (Montpellier). Cela pose un problème d’équité territoriale. Les métropoles doivent-elles être réservées à des catégories socioprofessionnelles aisées et des touristes ? » 

Des prix qui s’ajustent 

Après avoir très fortement progressé – « + 25 % dans l’ancien en cinq ans », insiste Jacques Rossi, pour la FNAIM 34 -, les prix commencent à décélérer. Comme un retour à la raison. « On ne peut pas encore parler de baisse des prix, mais il y a un ralentissement de la hausse. Nous étions en 2022 à + 9,3 % sur les appartements anciens, nous passons à + 4,6 %, illustre ainsi Françoise Cadène. Avec des disparités entre communes : + 18 % à Pignan, Clermont-l’Hérault ou Lamalou-les-Bains, + 15 % sur certains quartiers de Sète, mais – 3 % à – 5 % dans le centre historique de Montpellier – du jamais vu ! » Même phénomène pour les appartements neufs : de + 4,7 % en 2022, on passe à + 2,9 % en 2023. Pour Laurent Romanelli, président du groupe immobilier M&A, les prix pourraient même baisser dans le neuf, à condition « de revenir à la maîtrise des coûts de construction », en privilégiant des méthodes de travail plus collégiales entre corps de métier. « Dès la phase de conception, il faut travailler avec les architectes, les bureaux d’études techniques et les collectivités. Travaillons à livre ouvert sur les bilans. De mauvaises habitudes avaient été prises. » Sous-entendu : il n’est pas nécessaire, surtout en période de crise, d’avoir recours à du chanvre, de la brique ou des puits canadiens, solutions constructives onéreuses, pour qu’un bâtiment soit conforme à la nouvelle réglementation RE 2020.  

Densité en 2e et 3e couronne  

Jean-Pierre Pugens, maire de Montarnaud et ex-directeur de Hérault Logement, souhaite développer dans le cœur d’Hérault, aux côtés du maire de Gignac Jean-François Soto, une offre « plutôt locative, dans le secteur libre et pour le logement social. Cela permet une plus grande rotation des habitants, qui est nécessaire pour faire vivre les équipements publics. Si les actuels parents d’enfants scolarisés sont tous propriétaires, ils seront moins amenés à bouger dans 10 ans. Or, leurs enfants seront, eux, partis ». À Gignac, la Zac La Croix, idéalement placée, devrait donner le ton. Pour faire bouger les lignes, Bérengère Dubus, offensive, appelle à une union sacrée immobilière. « Chacun parle dans son domaine. Cela manque de transversalité. La FFB crée avec la FPI et la FNAIM ‘L’Alliance’ pour le logement, mais pourquoi ces fédérations ne consultent-elles pas l’Unam (aménageurs) ou les courtiers, sur les solutions de crédits ou les nouveaux modes de production d’habitat ? »  

Prochain Lab Immo (L’Agence / Midi Libre) : 25 avril   
Midi Libre organise un grand débat, réunissant les professionnels de l’acte de bâtir, le 11 mars au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas (34), à partir de 18h30. Dans un contexte de forte crise pour l’immobilier, le logement, le bâtiment et la construction, ce débat permettra « de recueillir les attentes et les solutions proposées par les personnes présentes », indique Olivier Biscaye, directeur de la rédaction de Midi Libre. Le ministre du Logement pourrait être présent.  

Laurent Romanelli M&A

Laurent Romanelli, M&A  
 « L’État aura-t-il les moyens de ses ambitions ? » 
« Les investisseurs institutionnels, CDC Habitat et Action Logement en tête, auront-ils en 2024 les mêmes capacités financières qu’en 2023, pour racheter des logements locatifs intermédiaires ? Il y a un doute sur les moyens alloués par l’État.  
Dans ce contexte, le Groupe M&A porte un ambitieux plan de développement national, avec son concept de résidences seniors Silver Garden. Il y a un vrai sujet pour créer une offre entre le pavillon individuel et l’Ehpad. Autres fers de lance, la requalification urbaine, par exemple avec le programme Forum 2 à Maurin (Lattes), avec la mairie annexe, des services et une surface alimentaire.
 » 

Clémence Peyrot Adequation

Clémence Peyrot, bureau d’études Adéquation  
« 2024, l’année de la réinvention » 
« Les programmes d’immobilier neuf vont devoir se penser différemment, avec des prix de vente moins élevés. 2024 va être l’année de la réinvention. Les futurs programmes ne pourront plus être tirés par le dispositif Pinel, qui garantissait une commercialisation rapide et maintenait les prix de sortie à un niveau élevé. Sans défiscalisation, il faudra proposer davantage de rentabilité aux investisseurs pour les attirer. Il y aura aussi davantage de propriétaires occupants. Les équilibres de Zac vont être repensés. » 

Berengere Dubus UIC

Bérengère Dubus, Union des Intermédiaires de Crédit  
« Des perspectives de taux plutôt bonnes » 
« Le crédit immobilier est la pierre angulaire de la politique du logement. Nous sortons actuellement de la crise du crédit artificielle mis en place par la Banque de France. C’est positif. Il y a un retour des banques, car le marché est stabilisé. Les perspectives de taux sont plutôt bonnes. De 5,16 % en novembre, nous sommes passés à une fourchette comprise entre 3,75 % et 4,3 %. On se rapproche du bon taux, que j’évalue à 3,1 % : il est alors à la fois rémunérateur pour la banque, et pas défavorable à l’emprunteur. » 

Françoise Cadene Notaire

Françoise Cadène, Chambre des Notaires de l’Hérault 
« Toute la chaîne est impactée » 
« L’année 2024 sera encore très compliquée. Je ne vois pas de reprise. Les notaires de l’Hérault n’ont une visibilité, pour leur branche d’activité Immobilier, que sur trois ou quatre mois. Toute la chaîne de l’immobilier est concernée : promoteurs, entreprises de construction, architectes, notaires… Cette baisse des ventes affecte par ailleurs les ressources du Département. C’est une crise bien plus profonde que celle de 2008, où les choses avaient été réglées en six mois. Alors que nous traversons des difficultés depuis plus d’un an. Les chiffres de fréquentation des salons de l’immobilier, en baisse, en attestent. » 

Jacques Rossi Fnaim Hérault

Jacques Rossi, FNAIM 34  
« Des signaux négatifs qui dissuadent » 
« Le marché locatif est bloqué, ce qui met en difficulté de nombreux ménages et des jeunes. Le taux de rotation est au plus bas : les occupants ont peur de libérer leur appartement. On le voit avec les étudiants, qui ne lâchent plus les appartements l’été pour être sûrs de pouvoir se loger à la rentrée suivante. Du côté du volume de transactions, j’anticipe une nouvelle baisse, d’environ 10 %, en 2024. Les taux d’intérêt et les prix devraient en effet se détendre, mais n’oublions pas la surtaxation qui va peser sur les résidences secondaires. Les investisseurs se détournent sur d’autres pays, en Espagne, en Croatie… À force de signaux négatifs, on finit par dissuader. » 

Jean-Pierre Pugens Montarnaud

Jean-Pierre Pugens, maire de Montarnaud et vice-président Logement de la communauté de communes de la Vallée de l’Hérault 
« L’eau va être un enjeu majeur »  
« La vallée de l’Hérault attire des anciens habitants de Montpellier et alentours, certains par choix, d’autres parce qu’ils ne peuvent plus acheter dans la métropole. On en parle peu, mais selon moi, le sujet le plus préoccupant pour l’immobilier en Languedoc, c’est la pérennité de la ressource en eau. À Montarnaud, la situation est tellement tendue que je ne délivre plus de permis de construire, sauf dans les opérations autorisées avant le 31 décembre 2022. Nous sommes limités dans notre développement, et pas uniquement par la sobriété foncière. La population du village est passée de 2.600 à 2009 à 4.200 en 2024. On ne peut plus continuer à ce rythme. En termes de typologie de logements, je suis favorable à une plus grande densification. Il faudra bâtir des immeubles. » 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La Serm lance un avis pour un accord cadre à marchés subséquents de maîtrise d'œuvre pour les travaux d'infrastructures de VRD et d'aménagement paysage, hydraulique et réseau de chaleur dans le cadre de l'aménagement de la ZAC des Grisettes à Montpellier.  

La communauté d'agglomération du Grand Narbonne lance un avis pour une mission de maitrise d’œuvre pour la création d’une seconde salle de cinéma du théâtre de Narbonne. 

L’Agglomération du Gard Rhodanien (30) lance un avis pour une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour le projet de construction d’une crèche de 40 places modulable à 50 sur la commune de Tavel. 

La mairie de Leucate lance un avis pour le programme de rénovation des meublés de tourisme de la station de Port-Leucate. 

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour la création de l'externat B au lycée Pierre de Coubertin à Font Romeu. 

La commune de Carcassonne lance un avis pour des travaux d'amélioration de la sécurité et de l'accessibilité de l'auberge de jeunesse Commune de Carcassonne. 

La Ville de Mauguio lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre "désimperméabilisation et végétalisation des cours et des parvis du groupe scolaire Jean Monet”. 

Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine lance un avis pour la réhabilitation des réseaux humides avenue Cassagnes à Bompas. 

Occitanie Ouest 

Le Syndicat Mixte Ouvert de Cahors Sud lance un avis pour un appel à manifestation d'intérêt dans le cadre du projet d'implantation d'une station multi-energies (sme) située sur la commune de l'hospitalet dans le département du Lot (46). 

Tisséo Ingénierie lance un avis pour des travaux d'aménagements des stations et des ouvrages annexes pour la Ligne C du métro de Toulouse Secteur Nord-Ouest. 

La communauté d'agglomération du Grand Cahors lance un avis pour une maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation du site de l’ancienne décharge de Brousseyras. 

La société Themelia lance un avis pour les travaux de réhabilitation de l'Ehpad le domaine à Monesties dans le Tarn. 

Audéo lance un avis pour un contrat de maîtrise d'œuvre concernant la réalisation d'études portant sur l'aménagement du cœur de bourg de la commune de Rivières. 

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour une mission organisation pilotage coordination pour la construction du restaurant universitaire du campus St Eloi de Rodez (12). 

La communauté d'agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour des services d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la rénovation des toitures et la mise en place d'installations photovoltaïques. 

La mairie de Castanet-Tolosan lance un avis pour des travaux de rénovation des menuiseries extérieures et occultations des groupes scolaires Françoise Dolto et Damase Auba.

Collectivités 👥

Déchets 🗑️

Occitanie Ouest 

La communauté d'agglomération de l'Albigeois lance un avis pour des prestations de traitement des déchets non dangereux inertes. 

Éclairage public 💡

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Le service public d’eau potable attribue le marché du renouvellement du tronçon d'adduction d'eau potable de Laverune à Saint Jean de Vedas à la société SADE COMPAGNIE GENERALE DE TRAVAUX D'HYDRAULIQUE. Montant final du marché : 609 714,48 euros.

Le service d’eau potable attribue le marché du dévoiement des réseaux SBL  à un groupement solidaire : EHTP SAS. Montant final du marché : 1 185 916,20 euros.

Le service public de l'eau potable attribue le marché de la sécurisation de l'alimentation en eau potable de la Commune de Vic La Gardiole à la société SUBTERRA. Montant final du marché : 173 640 euros.

La Ville de Toulouse attribue le marché de maîtrise d’œuvre à CANDARCHITECTES/BETEM. Montant final du marché) : 1 400 000 euros.

La Ville de Toulouse attribue le marché de maîtrise d’œuvre - construction de centre culturel et social de bordeblanche VA/NF à &OECO/TPF ING/EMACOUSTIC/LEA LES ECONOMISTES/KAPLAN PROJETS/INDIGGO. Montant final du marché : 2 400 000 euros.

Tisséo Ingénieur attribue le marché de l’opération Ligne C du Métro : missions d'AMO pour la constitution de preuves numériques à S.I.T.E.S. Montant final du marché : 350.285, 598 euros.

Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine attribue la marché l’entretien des ouvrages entrant dans le patrimoine du territoire communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole à LA PYRENEENNE HYGIENE-SERVICES. Montant final du marché : 750 000 euros.

Plus de marchés ici

Le Conseil départemental de l'Hérault attribue le marché de maitrise d'oeuvre pour l'intégration du Smart Energy Hub et la modification des installations HTA/BT au BUREAU D'ETUDES TECHNIQUES DURAND. Montant final du marché : 56,000 euros.

La SPL Agate attribue le marché de sa mission de maîtrise d'œuvre urbaine en conception-réalisation dans le cadre de l'extension urbaine dans le secteur du Parc ouest Vallanguinon, dans la commune de Lédenon (30210) à GPT EXetTERRA-GAXIEU. Montant final du marché : 81 600 euros.

Le Grand Montauban attribue la marché sa mission de maitrise d'oeuvre pour l'aménagement des avenues du Père Léonid Chrol et Marcel Unal à Groupement Getude/Toponymy/Citec. Montant final du marché : 140,839 euros

Le Conseil départemental de l’Hérault attribue le marché de conception, réalisation et installation d’une œuvre artistique au titre du 1% artistique dans le cadre de la construction du collège quartier Port Marianne à Montpellier à Boris Geoffroy. Montant final du marché : 108 013,42 euros.

Le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales attribue le marché de son étude des moyens numériques mutualisés et catalogue de services pour les collectivités du département à On-X Toulouse. Montant final du marché : 58 300,00 euros.

L’agenda

Du lundi 4 au mercredi 6 mars :

« Mission Japon 2024 », événement organisé par AD'OCC destiné aux acteurs du secteur de l'agriculure pour les « soutenir dans leurs efforts de prospection et de les aider à trouver de nouvelles opportunités marchés ». Plus d'informations ici et inscription .

Mardi 5 mars : 

Forum littoral de l'emploi saisonnier au Yacht Club - Port Camargue au Grau-du-Roi oragnisé par Pays de l’Or Agglomération et Terre de Camargue.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à l'Université de Technologie à Tarbes. Inscription ici.

Soirée de l'économie organisée par la CCI Lozère pour explorer les tendances actuelles et de discuter des défis économiques dans la salle Jean-Antoine Chaptal au siège de la CCI. Inscription ici.

Mercredi 6 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Albi (Tarn). Plus d'infos ici.

Mercredi 6 et jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montpellier (Hérault). Plus d'infos ici.

Jeudi 7 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Alès (Gard). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Table ronde « Espagne & Numérique : opportunités, stratégies et leviers pour conquérir le marché » organisée par AD'OCC à la Halle de l'Innovation à Montpellier. Inscription ici.

Atelier : Financer sa croissance sans diluer son capital, organisé par la CCI Hérault à l'Hôtel Saint-Côme à Montpellier. Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 8 mars : 

Rendez-vous Éco « L'écologie entrepreneuriale » organisé par Nîmes Métropole, la CCI Gard et le CIZAN à l'hôtel communautaire. Inscription ici.

Lundi 11 mars : 

Débat organisé par Midi Libre autour de la crise de l'immobilier, du logement, du bâtiment et de la construction au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas. Inscription ici.

Mardi 12 mars : 

Assemblée générale suivie d'une Convention Éco sur le thème «Y a-t-il un copilote dans l'entreprise ? Piloter en terres inconnues : s'entourer pour prendre les bonnes décisions » de la CPME Hérault, organisée à l'Espace Lattara à Lattes. Plus d'infos et inscription ici.

« Achats responsables : stratégie gagnante pour les entreprises et les collectivités », organisé par Afnor Groupe à TBS Education (Toulouse). Plus d'infos ici et inscription là.

Mercredi 13 et jeudi 14 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 14 mars :

19e édition d'Occitanie Invest, rencontre investisseurs-entreprises, organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Mende (Lozère). Plus d'infos ici.

Rencontre Etats-Unis-France : mission économique d'investissement, organisé par la CCI Hérault, à l'Hôtel Saint-Côme (Montpellier). Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 15 mars : 

Atelier « Je veux créer ma boîte : ça commence ici ! », organisé par la CCI Hérault à la CCI Entreprises à Mauguio 'avenue Jacqueline Auriol). Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 mars : 

Salon de l'immobilier de Montpellier au Palais des Congrès au Corum. Entrée gratuite. Inscription pour les exposants ici : contact@salonimmobiliermontpellier.com

Mardi 19 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Nîmes (Gard). Plus d'infos ici.

La 10e Nuit des Entrepreneurs, organisées par le Medef Hérault Montpellier au Pasino de La Grande-Motte, avec Alain Guyard en invité. Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 20 mars :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence Ad'Occ à l'IUT Figeac. Inscription ici.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AdOcc à l'Université Technologique Tarbes Occtanie (Tarbes). Plus d'infos et inscription ici.

Journée de l'eau, organisée par Les Canalisateurs, la FNTP, le Département de l'Hérault, l'Association des maires de France et le préfet de l'Hérault au Domaine de Bayssan à Béziers (34). Inscription à l'adresse occitaniemed@fntp.fr ou au 04 67 69 00 00.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Auch (Gers). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 21 mars :

4e édition de la Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie (CARB) organisée par AD'OCC à la Cité de Toulouse. Inscription ici.

3e édition de « 30 minutes pour entreprendre » organisée par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Jules Bral à Salelles-du-Bosc. Inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Cahors (Lot). Plus d'infos ici.

Visioconférence Nouvelle matinale des observatoires, avec la présentation des synthèses d'études et d'observations sur les territoires de l'aire métropolitaine de Toulouse, organisée par l'AUAT . Inscription en cliquant ici.

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Vendredi 22 mars :

4e édition de CARB (Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie) organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Mardi 26 et mercredi 27 mars :

Salon Rendez-vous en France, consacré à l'offre touristique française, organisée par Atout France à Toulouse. Plus d'infos ici.

Du mardi 26 au jeudi 28 mars : 

Evénement « FIC : Forum in Cyber Europe 2024 » autour du thème « Réinventer la cybersécurité à l'ère de l'IA » au Grand Palais à Lille. Inscription ici.

Lundi 25 mars :

« Atouts des marques à identité territoriale : quels développement spossibles ? », organisée par l'Adetem Montpellier-Occitanie à l'espace Capdeville à Montpellier (417 Rue Samuel Morse). Plus d'infos et inscription ici.

Atelier « Comprendre la micro-entreprise », organisé par la CCI Hérault à Mauguio. Une session le matin en cliquant ici, et une session l'après-midi en cliquant là.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

5e édition de La Nuit du Pitch, organisée par la mairie de Lattes, le Medef, la CPME et Purple Campus CCI Occitanie, à l'Espace Lattara de Lattes (34). Plus d'infos et inscription ici.

Du 26 mars au 1er avril :

Festival international Escale à Sète (20 rue Martin, Sète - 34). Plus d'infos ici.

Mercredi 27 mars : 

Conférence « L'innovation dans le sport » lors des IN'DAYS organisés par la Fondation UPVD au campus du Moulin à Vent de l'Université de Perpignan Via Domitia. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Millau (Aveyron). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Plus d'infos ici.

AVRIL

Mardi 2 avril :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Rodez (lieu à définir). Inscription ici.

Du mercredi 3 au dimanche 7 avril : 

Salon international du multicoque organisé par M2Organisation au port de La Grande-Motte. Billetterie ici.

Jeudi 4 avril : 

Forum de l'alternance organisé par l'IUT Béziers dans ses locuax. Inscription obligatoire avant le 29 mars 2024 par mail à  iutb-relations-entreprises@umontpellier.fr.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Carcasonne (Aude). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Rodez (Aveyron). Plus d'infos ici.

Mardi 23 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Carcassonne (lieu à définir). Inscription ici.

Mercredi 24 et jeudi 25 avril : 

MedFEL, rendez-vous de la filière Fruits et Légumes organisé par AD'OCC au Parc des Expositions à Perpignan. Inscription ici.

Jeudi 25 avril :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saverdun (Ariège). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Béziers (Hérault). Plus d'infos ici.

Mardi 30 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Montauban (lieu à définir). Inscription ici.

MAI

Lundi 6 mai : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Saint-Juéry (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 14 mai :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Perpignan (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 16 mai :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Figeac (Lot). Plus d'infos ici.

Du mercredi 22 au dimanche 26 mai : 

8e édition du salon Viva Technology, rendez-vous consacré à l'innovation technologique et aux start-ups à Paris Porte de Versailles. Renseignements ici.

JUIN

Mercredi 5 juin : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Mende (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 11 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Nîmes (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 20 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mardi 25 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Journée « Les rencontres d'affaires : des rencontres à faire » organisée par la CCI Lozère à l'Espace Evénements Georges Frêche à Mende. Informations et pré-inscription ici.

JUILLET

Mercredi 3 juillet :

Deuxième édition de BtoHealth, rendez-vous business et innovation de la filière Santé en Occitanie organisé par AD'OCC à l'ancienne faculté de médecine à Montpellier. Inscription ici.

Jeudi 4 juillet : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Salle Fernan à Pamiers. Inscription ici.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Le décollage de la plateforme de financement participatif pour la transition énergétique Enerfip
  • Lundi Matin développe l’IA pour les commerces de proximité
  • Portrait de Julien Tuffery (Atelier Tuffery). Déplacement à Florac (48) le 30 janvier
  • La stratégie exportatrice de Steam France (Montpellier)

    Pour ToulÉco :

    • Interview de Nordine El Ouachmi, PDG de Bureaux&Co et président de la French Tech Méditerranée
    • Portrait de Stéphanie Nougaret, chercheuse à l'Institut du Cancer de Montpellier
    • Portrait de Hugues Galambrun, PDG de Septeo (legal tech, Lattes – 34)

    Pour Midi Libre :

    • Rédaction d'une double page sur le marché immobilier à Béziers.

    RÉDACTION DE CONTENUS

    Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

    Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

    ANIMATIONS

    7 mars : animation de deux tables rondes sur les thèmes « Point marché sur l'immobilier d'entreprise » et « Le développement des territoires en Occitanie Méditerranée » organisées par Arthur Loyd Occitanie Méditerranée au Mas de Couran à Lattes (34).

    20 mars : animation d'une journée technique sur l'eau, organisée par le Département de l'Hérault et la FRTP Occitanie au Domaine de Bayssan, à Béziers (34).

    22 mars : conférence-débat sur la perception de Vinci Autoroutes par les médias, et les pistes d’améliorations de la communication de Vinci Autoroutes, lors d’un séminaire réunissant les communicants du concessionnaire autoroutier.

    6 juin : événement autour de Med Vallée, organisé par Tourny Meyer Montpellier.

     

    Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

    Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
    Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

    Les dernières indiscrétions