B2-Region Occitanie-4 mars 2024

Les indiscrétions

On va en entendre parler

Semaine du 2 avril 2024

sur le gril cette semaine

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, Alex Larue détaille le bureau de l’Agence de développement et des Transitions, nouvelle première adjointe pour Moudenc à Toulouse ; En « Zoom »les ambitions nationales de Julien Manival (Must Group) en matière de restauration festive.

Et aussi ? En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est, SEG Diélectriques veut percer dans les isolants de moteurs électriques, un IHU toulousain pour bien vieillir, Montpellier candidate au statut de service express régional métropolitain, Industry Camp dans le Lot, retour sur les lauréats d’Occitanie Invest à Toulouse, et plein d’autres palabres urbaines ;  En « Trois questions à », la feuille de route d’Aline Gandy, animatrice des ETI (entreprises de taille intermédiaire) en Occitanie ; Dans votre « On s’en fout » préféré (rubrique « HV Touch »), les coulisses d’un pacte d’associés, où il faut anticiper les possibles engueulades futures alors que tout va bien aujourd’hui ; En « Ça pousse »à Montpellier, le campus MBS sur les rails et un permis d’imaginer sur le toit. Enfin, toujours très utiles et concoctées avec cœur et rigueur, vos rubriques « Agenda » et « Au marché ».

Bonnes lecture et semaine !

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Guillaume Beroujon, Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon

Guillaume Beroujon, Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon

Il est nommé membre du directoire de la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon en charge du pôle Banque de développement régional depuis le 1er avril, indique la banque dans un communiqué. Il succède à Nathalie Bulckaert-Grégoire, directrice générale adjointe de la Banque Palatine (Groupe BPCE) depuis le 9 février (Paris). Diplômé d’un DESS Banque et Finance de l’Université de Lyon II et d’un MBA Marchés Financiers de l’ESC Marseille Provence, Guillaume Beroujon travaille à la Caisse d’Épargne depuis 2001. Son dernier poste : directeur du réseau de la Banque de développement régional à la Caisse d’Épargne Bretagne-Pays de Loire.

Jean-Marc Bouchet, Qair

Jean-Marc Bouchet, Qair

« La force de l’Occitanie, c’est qu’il y a tout pour les EnR : solaire, éolien, hydroélectricité, et, demain, hydrogène et éolien offshore… On fait nos armes ici, par exemple à Port-la-Nouvelle où une unité de production d’hydrogène sera couplée à une unité de production d’électricité offshore, avant de se projeter à l’international, par exemple en Écosse ou au Brésil », déclare Jean-Marc Bouchet, président et actionnaire majoritaire de Qair. Selon lui, les infrastructures portuaires « où se retrouvent les réseaux gaziers et électriques, seront des points de passage obligatoires de l’hydrogène ». Les EnR ne sont pour autant pas un long fleuve tranquille. Concernant la ferme pilote Eolmed, le coût du projet a explosé, « passant de 212 M€ à 360 M€, du fait notamment de l’explosion des prix de l’acier et de la défaillance d’un turbinier ». Des négociations au couteau sont en cours avec l’État pour actualiser les prix de rachat de la future électricité produite par la ferme pilote, qui devrait être opérationnelle au 2e semestre 2025. « L’État fait la sourde oreille. On voit passer des ministres, mais il ne se passe rien. Il y a un problème d’interlocuteur. J’ai l’impression d’être dans la maison qui rend fou d’Astérix, dans laquelle, à chaque guichet, on vous dit ‘Passez au guichet suivant’ ! » Sur ce dossier chaud, Qair n’écarte pas l’hypothèse d’assigner l’État devant la justice administrative.  
> Rencontres des EnR de 3M, à partir de 10h, Halle de l’Innovation. Sarah Nguyen Cao Khuong et Hubert Vialatte (Agencehv) auront le plaisir d’animer l’événement. Plus d’infos sur nos prestations d’animations de débats en cliquant ici.

Béatrice Mortier, Icade

Béatrice Mortier, Icade

L’ex-directrice déléguée d’Icade Promotion à Montpellier est nommée directrice générale adjointe en charge de la direction centrale du développement, et va désormais partager son temps entre Paris et Montpellier. « C’est un poste très intéressant, portant sur des projets de très grande ampleur, et où est imaginé le monde de demain. Nous ne construirons plus comme avant », confie-t-elle aux Indiscrétions. Béatrice Mortier garde le développement de sa marque Ad Vitam (promotion immobilière, cédée à Icade en 2020) au niveau national. Son successeur à Icade Promotion n’est pas encore nommé.

Julien Tuffery, Atelier Tuffery

Julien Tuffery, Atelier Tuffery

Le président d’Atelier Tuffery (manufacture de jeans, Florac – 48) annonce aux Indiscrétions l’implantation d’un magasin à Montpellier, au 13, boulevard du Jeu de Paume, face à Nespresso. Atelier Tuffery avait testé avec succès le marché montpelliérain dans le pop-up store place de la Comédie, courant 2023. Environ 250 k€ sont investis dans la rénovation et le réaménagement de cet espace de 140 m2, anciennement occupé par Pronuptia. L’ouverture est prévue « début juin » avec, aux manettes, Camille Evesque, directrice du développement, et Élodie Vezies, future responsable de la boutique. Le concept store sera divisé en trois espaces : « La boutique, un espace de rencontres avec les clients pour des conseils, ajustements, et réglages, et un pôle rencontres / événements, avec des journées à thème, par exemple sur la transformation ou le recyclage », détaille-t-il.  
On le sait moins : ce trentenaire est un féru de sport, avalant notamment des trails dans la nature de Lozère avec sa femme Myriam, DG d’Atelier Tuffery. « On parcourt un 10 km à la pause méridienne, et parfois plusieurs dizaines de kilomètres le week-end. À 150 mètres de l’atelier, on est en pleine nature, sur des chemins escarpés. Le grand air me réussit bien », sourit celui qui a pratiqué à Mende le handball, au poste de demi-centre, à un haut niveau, jusqu’à ses 20 ans. Quand il a le temps, Julien Tuffery aime aussi s’adonner au kitesurf, sur les plages de l’Espiguette (Gard) et de Beauduc (Bouches-Rhône). « Mais c’est un plaisir égoïste, que je fais peu », glisse-t-il. Côté chiffres, Atelier Tuffery réalise un CA de 3,9 M€ et emploie 36 salariés.  

Alex Larue, Agence de Développement et des Transitions

Alex Larue, Agence de Développement et des Transitions

Fabienne Amadori (Groupe ISIA, transformation numérique, Saint-Mathieu-de-Tréviers, 34) comme 1ère vice-présidente (VP), André Deljarry (CCI Hérault) comme VP, Grégory Blanvillain (CPME Hérault) comme VP et trésorier et Jean-Marc Oluski (Medef Hérault Montpellier) comme VP et secrétaire, Alex Larue (EY) comme président : voici les membres du bureau de l’agence de Développement et des Transitions du grand Montpellier, qui rassemble 200 communes, à l’issue du premier conseil d’administration, le 21 mars. Par ailleurs, trois commissions sont créées : prospective (CJD Montpellier, Christophe Carniel), Les Éclaireurs (Fabienne Amadori, Jean-Thierry WinstelDavid CosteYann Fortunato), Mécénat&Financements (Roger-Yannick Chartier).  
> « 10 collectivités lancent l’agence de développement et des transitions du Grand Montpellier », Les Indiscrétions du 13 novembre 2023, relire en cliquant là.

Laurent Murcia, FO TaM

Laurent Murcia, FO TaM

Y a-t-il plus de monde dans les transports en commun (tramways et bus) de la métropole de Montpellier depuis le passage à la gratuité du réseau (pour les habitants de la collectivité), le 21 décembre dernier ? Si la Métropole et la Ville préfèrent attendre l’été pour communiquer, faute « d’éléments consolidés et statistiquement étudiables », du côté de Laurent Murcia, secrétaire FO du personnel de la TaM, la réponse est immédiate : « Les tramways sont pleins !On est bien au-dessus de la fréquentation d’avant-covid, confie-t-il aux IndiscrétionsLa gratuité y est pour quelque chose, mais d’autres éléments peuvent entrer en jeu : l’inflation, le coût de l’énergie, l’augmentation du nombre de nouveaux arrivants à Montpellier… », analyse-t-il. Le conducteur de tramway remarque également de nouvelles habitudes : « Avant, lorsque les transports en commun étaient payants, les gens marchaient entre deux ou trois stations. Désormais, même pour une station, certains montent dans le tram. » Une fréquentation importante non sans conséquence : « Les usagers ont un service un peu dégradé. Nos conditions de travail sont plus compliquées, nous avons du mal à tenir le timing du fait des importantes charges de voyageurs. Il y a aussi de plus en plus d’incivilités au code de la route, ce qui n’arrange rien ». Malgré tout, Laurent Murcia reste positif : « Nous manquons aujourd’hui de matériel pour absorber la charge de voyageurs mais la collectivité a commandé 70 rames de tramway qui seront livrées sur plusieurs années à partir de 2025 à raison de deux rames tous les mois ». À (re)lire dans ToulEco « Métropole de Montpellier : les transports en commun gratuits à partir du 21 décembre », en cliquant ici.  

Chantal Passat, Ad’Occ

Chantal Passat, Ad’Occ

C’est un pilier d’Ad’Occ, agence de développement économique de la Région Occitanie, qui va partir sous peu en grandes vacances. Chantal Passat, responsable des marchés agricoles et agroalimentaire d’Ad’Occ, va coordonner « son » dernier MedFEL, rendez-vous professionnel de la filière fruits et légumes, les 24 et 25 avril à Perpignan (66). Avec l’enthousiasme des débuts : « L’édition 2024 accueillera plus de 220 exposants, et nous y attendons 5.000 visiteurs professionnels, explique-t-elle le 26 mars en conférence de presse. Les acheteurs de la grande distribution sont attendus avec impatience. La filière bio est en souffrance, mais reste présente et combative. Le volet international regroupera environ 60 acheteurs, venant du Brésil, des Émirats Arabes Unis, de la Corée du Sud, du Japon… Des entreprises pourront valider auprès d’eux des opportunités de marchés. L’internationalisation du MedFEL s’accentue avec pour la première fois des pavillons italien (MIN de Turin), grec et algérien. »  
Sont prévus des agoras et conférences, par exemple sur l’utilisation de l’IA pour gagner des points de compétitivité ou sur la diversification des filières face au changement climatique, « qui n’est pas une crise et va demander une adaptation permanente. À ce sujet des producteurs d’agrumes et de fruits secs témoigneront. Ces débouchés peuvent être une partie de l’avenir de l’Occitanie à terme ». Parmi les grands témoins, la navigatrice Isabelle Autissier, ingénieur agronome de formation, sur le thème de la résilience, ou encore le fonctionnaire européen Tomás Garcia Azcarate, ancien DG du bureau fruits et légumes de la Commission européenne, sur l’impact de la nouvelle PAC 2023-2027 sur la filière fruits et légumes.  
Le recrutement occupera aussi une place de choix dans cette édition 2024 (Les Indiscrétions du 18 mars, à croquer en cliquant là).

Marion Lalane-de Laubadère, Ville de Toulouse

Marion Lalane-de Laubadère, Ville de Toulouse

Adjointe au maire de Toulouse en charge des écoles, Marion Lalane-de Laubadère devient la 1re adjointe au conseil municipal de Toulouse, annonce le 28 mars Jean-Luc Moudenc, maire-président, dans un communiqué. Elle succède à Daniel Rougé, qui démissionne de cette fonction tout en restant adjoint à la solidarité et à l’inclusion, explique-t-elle sur X. « Engagée depuis 2014 (début du 1er mandat de Jean-Luc Moudenc, note) au sein de l’équipe municipale, Marion Lalane-de Laubadère a su construire et apporter un service de qualité aux petits Toulousains au sein de nos écoles maternelles et élémentaires, l’éducation étant le budget le plus important de notre collectivité », précise Jean-Luc Moudenc.

Vincent Garel, CRTL Occitanie

Vincent Garel, CRTL Occitanie

Le Comité Régional du Tourisme et des Loisirs d’Occitanie (CRTL, président : Vincent Garel) organise les 4e Journées Partenariales des Activités de Pleine Nature (APN) les 2 et 3 avril, apprend-on dans un communiqué de presse (à retrouver ici). Organisées au Théâtre du Peuple de Millau (12), ces rencontres visent « à identifier de futures pistes de travail pour accroître l’attractivité de la destination Occitanie Sud de France », précise le CRTL. Environ 200 participants sont attendus autour de 4 conférences de spécialistes de sports-nature et tables rondes avec partages d’expériences de professionnels. L’édition est marrainée par l’audoise Marion Mortefon, championne de windsurf. Programme détaillé des journées à retrouver ici.

Julien Roset, UCC Grand Sud

Julien Roset, UCC Grand Sud

Co-fondateur et dirigeant de l’agence Just Happiness (Montpellier), Julien Roset est réélu pour la troisième fois à la présidence de l’Union des Conseils en Communication (UCC) Grand Sud, indique le 27 mars le syndicat professionnel des agences de communication dans un communiqué de presse. Parmi les projets de ce nouveau mandat : la promotion et la défense de la profession, notamment lorsque les bonnes pratiques ne sont pas respectées dans les appels d’offres en communication (publics et privés), ou encore l’accompagnement des professionnels sur la communication responsable et l’IA. Pour mener à bien ces projets, Julien Roset s’entoure de quatre vice-présidents dont deux en Occitanie : Emmanuel Quéritet (Agence BigHappy – Toulouse) et Pierre Niergue (Agence Wonderful – Montpellier).

Frédéric Rimattei, CHU de Nîmes

Frédéric Rimattei, CHU de Nîmes

Frédéric Rimattei est nommé directeur général du CHU de Nîmes le 26 mars. Il succède à Nicolas Best. Directeur général adjoint du CHU de Rennes (35) depuis janvier 2015, Frédéric Rimattei a débuté sa carrière au CHU de Montpellier de 2006 à 2013, avant de poursuivre son chemin à Toulouse jusqu’en 2015. Le CHU de Nîmes compte 2.083 lits, 1.316 médecins (étudiants et internes compris) et 5.879 collaborateurs non médicaux. 

Plus de À l’affiche

Thierry Marc, Medef Hérault Montpellier 

Thierry Marc, Medef Hérault Montpellier 

Le DG du Medef Hérault Montpellier (président : Jean-Marc Oluski) organise la réunion de lancement de la 3e REF Montpellier (12 septembre prochain au Domaine des Grands Chais à Mauguio – 34), ce 23 avril à partir de 9h à La Manufacture du Bâtiment (Montpellier). Têtes d’affiche, conférences, keynotes… : le programme de cette REF du Sud y sera détaillé. Inscriptions en cliquant ici.

Jean-Michel Delafosse, carnet noir

Le père de Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, est décédé ce samedi 30 mars à l’âge de 73 ans. « Médecin dans l’une des plus anciennes maisons médicales de Montpellier, les Roses., il consacra sa vie aux soins, à l’écoute de ses patients. Il avait fait le choix de s’installer en 1991 à Montpellier, car c’était la ville de la Médecine, écrit Michaël Delafosse sur sa page Facebook, ce 30 mars. Longtemps gardien d’un des puits de Celleneuve, il était parti vivre au pied de l’immensité des montagnes (à Grenoble, note), qu’il aimait gravir et descendre. Il jouait du blues au rythme mélancolique et libérateur. Il aimait la guitare et en partageait volontiers les mélodies avec ses amis. »  
Les Indiscrétions présentent leurs condoléances à Michaël Delafosse et à sa famille. 

Arnaud Sigu, mairie de Bruguières

Arnaud Sigu, mairie de Bruguières

Arnaud Sigu succède à Phillipe Plantade, qui démissionné de son poste de maire en début de mois de mars (lire en cliquant ici), annonce la mairie de Bruguières (31) dans un post Facebook. Situé au nord de Toulouse, la commune compte de 6.192 habitants (source : Ville Data). Plus d’infos sur les adjoints en cliquant ici. 

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Narbonne : 20 M€ sur l’Espace de Liberté, Les Grands Buffets restent

Heureux. Bertrand Malquier (à gauche), maire SE de Narbonne et président du Grand Narbonne, et Louis Privat, fondateur et dirigeant des Grands Buffets, sur l’Espace de Liberté à Narbonne. Le témoignage vidéo en cliquant ici ©DR

Le restaurant Les Grands Buffets, connu pour son buffet à volonté, ses bus de touristes et sa carte pantagruélique, resteront finalement à Narbonne, dans l’Espace de Liberté, propriété de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne. C’est un dénouement heureux, et quelque peu pressenti. En août 2022, Louis Privat, fondateur et président de l’établissement, a dit haut et fort vouloir quitter Narbonne, sur fond de désaccords avec Didier Mouly, maire et président du Grand Narbonne de l’époque. La liste des reproches formulés par le locataire était longue, et rendue publique : non-respect des clauses contractuelles du bail, loyer trop élevé, climatisation défaillante, demande de retrait de l’enseigne et refus d’extension de la salle à manger du personnel par la ville, manque d’investissement de la part du Grand Narbonne… Louis Privat a fait monter les enchères en deux ans, envisageant un déménagement dans des villes voisines : Carcassonne, Perpignan et Béziers.

Protocole d’accord. Au final, Bertrand Malquier, nouveau maire (SE) et président du Grand Narbonne, élu en octobre suite au décès de Didier Mouly, officialise le 29 mars un protocole d’accord fixant « le développement conjoint de l’Espace de Liberté et des Grands Buffets », garantie du maintien à Narbonne de ce fleuron de l’économie touristique et gastronomique d’Occitanie, fréquenté chaque année par 390.000 clients. Le Grand Narbonne s’engage à investir 15 M€ dans la modernisation de l’Espace de Liberté, vieux de 35 ans. Sont prévues la rénovation énergétique du bâtiment et des équipements connexes (patinoire, piscine, bowling), la reprise de l’architecture, ou encore la réalisation de nouveaux espaces réservés à des extensions d’activités, sur une surface de 2.000 m2. « Un marché de conception-réalisation va être lancé, pour un démarrage des travaux courant 2025 », précise l’élu. De leur côté, Les Grands Buffets vont injecter 5 M€, notamment dans la création de deux nouveaux lieux, « un grand salon de thé-glacier de plus de 600 m2, avant le repas ou pendant la journée, et une grande boutique de produits du terroir sur environ 1.200 m2 », détaille Louis Privat. Les effectifs passeront « de 220 à 250 salariés, pour animer les nouvelles structures ». Pour promouvoir la destination ‘Côte du Midi’, un point d’accueil touristique sera créé au sein des Grands Buffets. Les Grands Buffets réalisent un chiffre d’affaires de 24 M€, et ciblent 30 M€ après les travaux. L’établissement sert 147.000 bouteilles de vins et Champagne par an, et a obtenu auprès du Guinness Record le titre de plus grand plateau de fromages au monde.
> Le dossier de presse accessible en cliquant ici.
> À (re)lire : « Restauration : deux hausses de salaire aux Grands Buffets en moins d’un an », Les Échosnovembre 2022, en cliquant ici.

Ouverture d’une usine de recyclage de matelas en Aveyron 

Le groupe néerlandais Retour Matras va ouvrir d’ici septembre à La Cavalerie (Aveyron) une usine de recyclage de matelas, sa première en France, lit-on sur le site de l’agence de développement économique de la Région Occitanie, Ad’Occ. L’ouverture de ce site représente un investissement de 2 M€, avec au total 10 M€ qui devraient être investis d’ici trois ans, explique Iwan Van Es, directeur France du groupe à nos confrères de L’Usine Nouvelle. « Retour Mat, la petite sœur du géant IKEA, recyclera plus de 200.000 matelas par an, pour en faire de nouveaux matelas et des tapis d’aire de jeux pour les enfants. Ce sont près de 55.000 de tonnes de CO2/an qui devraient être évités », déclare Grégory Covinhes, chargé de mission entreprises et territoires de l’agence Ad’Occ, dans un post LinkedIn. Ce dernier précise la nature de l’accompagnement d’Ad’Occ : « Nous accompagnons l’implantation de l’entreprise dans toutes ses dimensions : recherche de locaux, implantation, recherche de partenaires notamment des futurs clients et fournisseurs, mise en relation avec l’écosystème local, mise en adéquation des besoins de l’entreprise et les ressources, mobilisation de financements publics, recherche de salariés… », énumère-t-il auprès des Indiscrétions

La Région Occitanie injecte 100 M€ dans son plan vélo 

Adopté lors de l’assemblée générale du 28 mars, le second acte du plan vélo* de la Région Occitanie mobilisera 100 M€ jusqu’en 2028, indique la collectivité dans un communiqué. Un total de 15 mesures seront prises. Parmi elles : le soutien à la réalisation de pistes cyclables sécurisées (6 M€ / an) ; le développement des aires de mobilité dans les territoires ruraux (10 aires expérimentales prévues en 2025) ; ou encore l’aide à l’acquisition d’un vélo. Autre projet : « nous lancerons un nouveau service liO de mise à disposition de vélo en gare », précise Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Une expérimentation de ce service aura lieu à partir de l’automne pour une durée de 18 mois, sur les lignes Toulouse/ Montauban et Sète/Montpellier (200 vélos standards et électriques). Enfin, la poursuite du soutien à l’usine d’assemblage Vélo Factory du groupe Cyclelab, basée à l’Isle-Jourdain (Gers). Objectif d’ici 2027 : y créer 20 emplois et produire 15.000 vélos par an.

*L’acte 1 du plan lancé en 2020 a mobilisé 65 M€.  

Marque Occitanie

La Région Occitanie rencontre les quelque 100 plus importants chefs d’entreprise du territoire, pour leur proposer de mettre en avant la marque Occitanie dans leurs communication et discours, apprend-on de source proche.

Un IHU pour bien vieillir

Lancement, à Toulouse ce 2 avril, de l’IHU HeathAge Geroscience&Prevention, institut hospitalo-universitaire pour le vieillissement en bonne santé, sous le haut patronage du Ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités. « Seul IHU dédié au vieillissement en France, HeathAge se positionne comme un accélérateur du continuum recherche-soin-prévention, déclare le Pr. Bruno Vellas, président-fondateur de l’IHU. Nous allons vivre en moyenne 30 % de notre vie après 60 ans. Les sociétés n’ont jamais été confrontées à ce phénomène. »
Le dossier de presse, avec des données et les prises de parole des parties prenantes (préfecture de région Occitanie, ARS Occitanie, Région Occitanie, Département de la Haute-Garonne, Ville et Métropole de Toulouse, France 2030, Université Toulouse III Paul Sabatier, CHU Toulouse, Inserm), disponible en cliquant ici.

RSE, filières, territoires : le cap 2024 d’Ad’Occ

cap 2024 ad'occ
De gauche à droite, Vincent Gillet, secrétaire général adjoint de l’Afnor, Nicolas Schaeffer, Jalil Benadillah, Jean-Christophe Estoudre (Econocom Factory – SMAAART) et Coralie Lefèvre (DiappyMed), à l’occasion de la présentation du bilan 2023 d’AdOcc, le 26 mars à Montpellier. ©Hubert Vialatte (Agencehv)

Malgré le ralentissement de l’activité économique, Ad’Occ, agence de développement économique de la Région Occitanie, affiche son dynamisme. Avec des chiffres-clés divulgués ce 26 mars à la Cité de l’économie et des métiers de demain, à Montpellier : en matière d’attractivité, 282 projets accompagnés et 60 implantations concrétisées, dont 30 dans les deux métropoles, Toulouse et Montpellier, et 30 dans les territoires ; En matière de création et développement, 746 entreprises accompagnées ; Côté Innovation, 618 projets suivis et, dans les territoires, 113 EPCI épaulées. On le sait moins, mais Ad’Occ est aussi une machine événementielle, avec… 196 événements organisés en Occitanie, et la participation à 72 événements à l’extérieur, France et à l’international.

Territorialisation de l’économie. Intervenant en visio depuis le conseil national de l’hydrogène à Paris, Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie délégué au développement économique, à l’emploi, à l’innovation et à la réindustrialisation, et vice-président d’Ad’Occ, insiste sur « le souhait, mené par Ad’Occ, de territorialiser l’économie, en proximité. La moitié des 60 implantations conclues en 2023 (sur les 60, 49 sont en développement exogène, soit une hausse de 10 % par rapport à 2022, note) s’effectuent hors métropole ». « Sur les 3.000 entreprises accompagnées par Ad’Occ en 2023, 75 % sont basées en dehors des deux métropoles. Rappelons que nos équipes interviennent aussi hors financement, pour accompagner par exemple des opérations de croissance externe, ou en termes de conseils technologique, marchés, juridiques… », complète Nicolas Schaeffer, directeur général d’Ad’Occ,

Investissements étrangers. Avec 136 investissements étrangers directs en 2023, les entreprises étrangères présentes en Occitanie représentent 6.800 emplois, « un chiffre exceptionnel. L’Occitanie sera très bien classée parmi les régions françaises lors de Choose France, organisé en mai », confie Jalil Benabdillah. Cité en exemple, l’implantation à Montpellier du studio écossais Build a Rocket Boy, ce dernier l’annonçant d’ailleurs sur son propre site web.

Structuration des filières. Autre annonce, l’obtention auprès de l’AFNOR de la labellisation « Engagé RSE » (responsabilité sociétale et environnementale), au niveau ‘Confirmé’. « Ad’Occ a pour ambition d’appuyer la transition écologique et sociétale, pour soutenir la croissance durable du territoire », déclare Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et d’Ad’Occ.
Jalil Benabdillah a indiqué vouloir poursuivre la « structuration des filières, avec des feuilles de route rédigées à travers des contrats dédiés : Numérique, Bâtiment durable, Spatial… Et nous allons signer avec les professionnels des contrats de filière sur le nautisme, qui présente un fort potentiel sur la partie littorale de la région, et sur les industries culturelles et créatives ».

Econocom et DiappyMed. Deux dirigeants d’entreprises héraultaises accompagnées par Ad’Occ ont témoigné en conclusion : Jean-Christophe Estoudre pour Econocom Factory – SMAAART (reconditionnement de smartphones et d’ordinateurs dans une logique d’économie circulaire et de circuit court, 130 salariés dont 110 en usine), Coralie Lefèvre pour DiappyMed (application pour personnaliser les traitements des diabétiques).
Ad’Occ emploie 180 collaborateurs, pour un budget de 27 M€.

À lire également sur Toulécoen cliquant ici.

Travail dissimulé : 30 M€ de redressement pour le Languedoc-Roussillon 

29,4 M€. C’est le montant redressé en 2023 par l’Urssaf Languedoc-Roussillon dans le cadre de sa lutte contre le travail dissimulé, contre 21 M€ en 2022 et 13 M€ en 2021, apprend-on dans un communiqué de presse. Le secteur du BTP est le plus touché, avec 19 M€ de redressements, suivi par la sécurité avec 5,99 M€. L’Urssaf Languedoc Roussillon a mené plus de 1.200 interventions ciblées et a doublé le nombre d’inspecteurs spécialisés depuis 2021. La collaboration avec le CODAF (Comité opérationnel départemental anti-fraude) a permis de redresser 2,5 M€ avec le soutien de la gendarmerie et 1,3M€ avec celui de la police. En 2023, 5.221 entreprises ont fait l’objet d’un contrôle. Par exemple, « les contrôles de terrain sur les chantiers du bâtiment dans l’Aude ont permis de verbaliser une société ayant faussement implanté son siège dans la région parisienne et ne déclarant aucun salarié pour un montant de 1,9 M€ », illustre l’Urssaf Languedoc-Roussillon. 

Retrouvez le dossier de presse du bilan 2023 de la lutte contre le travail dissimulé ici

Selon Cyblex Consulting, les TPE-PME en première ligne face aux cyberattaques

Une entreprise sur cinq a déjà subi une cyberattaque. C’est l’un des constats dressés par le cabinet de conseil et d’audit en cybersécurité Cyblex Consulting (siège : Labège, 31), et Docaposte, filiale du groupe La Poste, dans la première édition de leur baromètre annuel sur la cybersécurité dévoilée le 27 mars. En première ligne, les TPE-PME qui sont confrontées à des contraintes budgétaires. Avec 31 % des entreprises qui se considèrent comme des cibles potentielles de cyberattaque, une progression se ressent sur le terrain dans les efforts fournis : « renforcement de la gestion des mots de passe (81 %), mises à jour régulières des logiciels (79 %) et déploiement de dispositifs de sécurisation des postes de travail (78 %) », lit-on sur le baromètre. La principale crainte, la perte de données. L’intégralité de l’étude est à croquer juste ici

L’entreprise aveyronnaise MJ2 Technologies reprise par ses salariés 

Situé à La Cavalerie (Aveyron), MJ2 Technologies (27 salariés), spécialisé dans la conception et la fabrication de turbines hydroélectriques pour basses chutes d’eau, est repris par trois de ces salariés, qui rachètent également les parts de l’actionnaire majoritaire italien Sorgent.e, annonce Grégory Covinhes, chargé de mission à Ad’Occ, sur LinkedIn le 27 mars. Les trois repreneurs sont Antoine PY employé depuis octobre 2017, Martin Rey depuis septembre 2015 et Arnaud Durand depuis mai 2014. Sous l’impulsion de cette nouvelle direction, l’entreprise « relocalise sa supply chain en se tournant vers des sous-traitants et fournisseurs locaux permettant d’atteindre un coût de fabrication à 77 % français, confie aux Indiscrétions Grégory Covinhes. La fabrication française a permis des gains de conception, de fabrication, de délais et d’optimisation. » Plus à lire dans Les Indiscrétions du 8 avril. Pour recevoir la news, il suffit de cliquer ici

Loi SERM : l’aire urbaine Montpellier est candidate et nous dit pourquoi

Par courrier daté du 29 mars adressé à Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des Transports, Montpellier Méditerranée Métropole (3M), la Région Occitanie, et les communautés d’agglomération du Pays de l’Or, de Sète Agglopôle et de Lunel formalisent leur candidature commune pour obtenir le statut d’un SERM (service express régional métropolitain) Montpellier Méditerranée. En clair, il s’agit de lutter contre l’autosolisme (le fait de prendre seul sa voiture pour aller d’un point A à un point B) en développant des solutions d’intermodalité : laisser sa voiture en entrée de ville ou d’aire urbaine pour prendre le tramway ou un bus à haut niveau de services, par exemple. Ou bien, garer sa voiture au niveau d’un pôle d’échanges multimodal (Sète, Lunel, Frontignan…) pour se rendre à Montpellier en train.
« Face à un axe ferroviaire saturé sur le littoral, l’amélioration du cadencement et de la ponctualité des trains passe inévitablement par la construction de la phase 1 de la LGV Montpellier-Perpignan (entre Montpellier et Béziers, note), dans le prolongement du Contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier en service depuis 2018 », indique le courrier cosigné par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de 3M.
« Un certain nombre de projets ferroviaires et intermodaux, indispensables à ce SERM, sont aujourd’hui en travaux, à l’étude ou en passe de l’être. Compte tenu du niveau d’avancement et de la place singulière du mode ferroviaire (doublet de ligne permis par la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan), SNCF Réseau et SNCF Gares & Connexions seront associés à ce projet », peut-on également lire.
L’aire urbaine de Montpellier gagne environ 11.000 habitants supplémentaires chaque année.
Les premières Rencontres ‘Mobilités urbaines et Territoires’, initialement prévues ce 29 mars, se dérouleront finalement en mai, dans le cadre de la présentation et du dépôt final de cette candidature.
> Sur ce même thème passionnant des mobilités urbaines de demain : « Mobilisation pour les mobilités à Montpellier », le 18 mars (en cliquant ici), « Loi SERM : pourquoi les métropoles des Toulouse et Montpellier ne doivent pas rater le train », le 8 janvier (en cliquant là).
> Le courrier de candidature à lire en cliquant ici.

E-mobilité : SEG Diélectriques (Poussan – 34) lève 1,5 M€

SEG Diélectriques
©SEG Diélectriques

Dans la famille Mateu, on connaissait Michel, le père, et Caroline et Clément, ses enfants, dans la success story de Hexis (Frontignan – 34). Leur cousin Alexandre, très discret jusqu’à présent, fait désormais parler de lui. Seul concepteur et producteur français d’isolants diélectriques en papier technique, vernis d’imprégnation ou résine, SEG Diélectriques lève en effet 1,5 M€ auprès d’IRDI Capital Investissement, via son fonds Irdi Impulsion. L’opération doit permettre de faire face à un fort plan de croissance de cette PME de 50 salariés, réalisant 9,3 M€ de chiffre d’affaires en 2023. « Alors que le marché des voitures électrifiées est en pleine croissance, SEG entend se positionner comme un leader européen de l’isolation électrique pour moteurs, rotors bobinés, carters de batteries, électronique de puissance… Avec en moyenne 0,2 m2 d’isolants, un moteur électrique nécessite 10 fois plus d’isolants qu’un alternateur d’une voiture thermique », explique Alexandre Mateu, président, incarnant la 3e génération.
Le marché de l’électrification évolue : les moteurs, de plus en plus performants, nécessitent « de nouvelles gammes d’isolants haute performance. » Outre le marché automobile, les isolants de SEG ciblent l’énergie, notamment les transformateurs électriques et les data centers, et les moteurs électriques industriels de type machines-outils. Parmi les diversifications en cours, le développement d’isolants pour les éoliennes, des films isolants anti-propagation de feu dans les serres agricoles et l’appartenance à un consortium travaillant avec l’IRT Saint-Exupéry (Toulouse) sur l’isolation des moteurs des futurs avions électrifiés ou hydrogène.

Appels d’offres de constructeurs automobiles. Créé en 1946, SEG va investir « entre 1,5 et 3 M€ pour moderniser l’usine de 6.600 m2 à Poussan, et répondre à l’exigence de qualité des constructeurs automobiles », précise Renaud Casanova, directeur commercial, devenu actionnaire minoritaire à l’occasion de la levée de fonds. L’opération accompagne aussi une campagne de recrutements, en vue d’un doublement des effectifs d’ici à 2027, le renforcement de la R&D dans les produits et le contrôle qualité, et une amélioration dans la collecte et le traitement des données.
S’appuyant sur la certification IATF – 16949, spécifique à la démarche qualité dans le secteur automobile, la SEG se positionner sur des appels d’offres « colossaux, pouvant représenter jusqu’à 10 fois notre chiffre d’affaires », lancés par des constructeurs tels que Porsche, BMW ou Volkswagen. « Nous avons notre place. Avec l’avantage d’une production en France, ce qui garantit aux clients une rapidité dans l’approvisionnement », complète Renaud Casanova. SEG est aussi sollicité par des fabricants de composants de batteries électriques. À l’horizon 2027, SEG cible un chiffre d’affaires de 25 M€.

Le défi du recrutement. Environ 40 % de l’activité est réalisée à l’export, dans 55 pays, SEG étant notamment fournisseur d’isolants pour alternateurs des sites de Valeo en Chine, Brésil et Turquie. Le recrutement reste un défi, dans une partie de l’Occitanie peu industrialisée. « Il n’y a pas les compétences sur place. Nous sommes obligés de débaucher. Cela suppose un gros travail sur notre marque employeur, inexistante à ce jour. Nous souhaitons à présent prendre une autre dimension pour nous faire connaître », admet Renaud Casanova.
Ce dernier a rejoint SEG Diélectriques il y a deux ans, après une expérience de 15 ans chez un équipementier automobile japonais. « J’ai passé plusieurs années au Japon, et souhaitais me lancer un nouveau défi, confie-t-il aux Indiscrétions. SEG Diélectriques connaît une transformation de ses marchés. Un nouvel élan est impulsé. »

Nîmes : une formation dédiée à la maintenance éolienne 

Former à la maintenance éolienne. C’est ce que va proposer le campus des métiers et des qualifications d’excellence habitat, énergies renouvelables et écoconstruction avec l’arrivée d’une nouvelle nacelle éolienne au lycée Dhuoda à Nîmes (30) ce 2 avril, lit-on dans un communiqué (ici). Soutenue par la Caisse des Dépôts et Consignations, cette opération vise à « immerger les jeunes dans les défis et les solutions de demain, tels que les projets de parc éoliens offshore flottants en Méditerranée ». 

Projet photovoltaïque dans le Tarn-et-Garonne 

Marie-Claude Nègre, présidente de la Communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne, signe le 18 mars, une convention de partenariat avec la SEM Soélia pour une étude de faisabilité d’un projet photovoltaïque à Reyniès (82). Couvrant 13 ha, dont 3 qui seront équipés de panneaux solaires, ce projet vise à transformer un ancien site d’enfouissement en une centrale capable de fournir l’électricité annuelle auprès de 3.400 personnes, indiquent nos confrères de l’Opinion Indépendant (à lire ici).

5 M€ pour transformer des zones commerciales d’entrées de ville

74 lauréats du Plan de transformation des zones commerciales (34 M€) sont annoncés ce 29 mars à Avignon par Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation et Guillaume Kasbarian, ministre délégué en charge du Logement, indique le gouvernement dans un communiqué. Parmi eux, 7 projets occitans sont retenus et bénéficieront d’une aide en ingénierie d’un montant total de 5 M€. Parmi eux : les Quartiers entrée sud – Le Montat – Labastide-Marnhac à Cahors (Lot, 1,7 M€), la ZAE Euro 2000 – Porte sud de Caissargues (Gard, 150 k€), ou encore Ode à la Mer – Le Fenouillet et Solis- Soriech à Pérols (Hérault, 2,5 M€).
Ces 74 projets de transformation représentent un potentiel de production de 25.000 nouveaux logements, « notamment des logements intermédiaires et du logement social », précise Guillaume Kasbarian. Une seconde vague de candidatures est annoncée, à partir du second trimestre 2024.

Occitanie Invest : 23 entreprises montrent les muscles devant un parterre d’investisseurs 

Dans le cadre de la 19e édition d’Occitanie Invest, programme d’accompagnement à la levée de fonds organisé par Ad’Occ le 14 mars à La Cité à Toulouse, 23 entreprises pitchent leur projet devant une centaine d’investisseurs. Quelques exemples de projets innovants présentés : Nouvelles thérapies pour traiter les troubles de l’audition (Cilcare, 34) ; Application dédiée au traitement personnalisé du diabète (DiappyMed, 34) ; Mini-drones de reconnaissance pour des opérations complexes en mer et sur les côtés (Diodon, 31) ; Solutions antibactériennes naturelles et biosourcées (Greenphage, 34) ; Biocapteurs génétiques pour cibler les micro-organismes vivants et actifs susceptibles de proliférer et d’engendrer une toxicité de l’eau (Microbia Environnement, 66) ; Géotextiles biodégrables en circuit court (Occitanie Géotex, 09)… Découvrir tous les lauréats en cliquant ici.
« Ce qui m’a frappé, c’est le nombre d’investisseurs présents, témoigne Coralie Lefèvre (DiappyMed, création en janvier 2021, 10 salariés), le 26 mars, et leur niveau d’expertise. Dans notre secteur, la santé numérique (application pour une personnalisation des traitements des diabétiques, en utilisant les technologies des data sciences et de l’IA), beaucoup d’investisseurs sont frileux, car le secteur est capitalistique et les temps longs. Mais, le 14 mars, nous avons trouvé des investisseurs qualifiés, comprenant les enjeux de la thérapie numérique. Cela demande, de la part d’Ad’Occ, un travail de fourmi en amont, pour que les rendez-vous le jour J soient qualifiés. »
La convention financière a atteint « une dimension inédite, avec 85 investisseurs présents et 23 lauréats, sur 200 candidats, explique Nicolas Schaeffer, DG d’Ad’Occ. Les résultats sont très probants : les 10 premiers lauréats de l’édition 2023 ont levé 40 M€. Et, depuis trois ans, les investisseurs ont injecté 110 M€ dans des entreprises régionales. Occitanie Invest, ce n’est pas qu’une journée, c’est un travail sur toute l’année, pour qualifier des projets qualitatifs à même d’intéresser des investisseurs nationaux ».

L’Industry Camp fait découvrir les entreprises industrielles lotoises aux jeunes 

L’UIMM Occitanie annonce dans un communiqué (à retrouver ici) organiser la 2e édition de l’Industry Camp le 5 avril à Cambes (46), un événement destiné à faire découvrir les entreprises industrielles du Lot à quelque 200 collégiens et lycéens. Parmi les entreprises présentes : Figeac AeroMotowattRatier FigeacWhylot ou encore le cluster Mecanic Vallée. Au programme : découverte de l’impression 3D, démonstration de vol avec un mini-manche actif, visite virtuelle d’une entreprise…. L’objectif est de promouvoir l’industrie auprès des jeunes et de valoriser les métiers du secteur. L’Industry Camp fera ensuite étape à Toulouse (31) le 26 avril et Perpignan (66) le 26 mai. Plus d’informations ici

L’aéroport de Toulouse-Blagnac emprunte une trajectoire de décarbonation 

Innovations, décarbonation, nouvelles lignes aérienne, qualité de service… Lors d’une conférence de presse le 26 mars, Christian Cassayre, président du conseil de surveillance de l’aéroport Toulouse-Blagnac (ATB), et Philippe Crébassa, président du directoire, reviennent sur les projets 2024 et à plus long terme de l’aéroport. 

aéroport toulouse blagnac
Aéroport de Toulouse-Blagnac ©DR

7,8 millions de passagers. En 2023, le trafic de l’ATB s’établi à 7,8 millions de passagers, en croissance de 11 % par rapport à 2022, soit 81% du trafic de 2019. 

Objectif zéro carbone en 2029. En mai, une feuille de route de décarbonation à horizon 2029 sera déposée par la plateforme aéroportuaire auprès de l’Airports Council International Europe. La trajectoire de décarbonation de l’aéroport est construite autour de 4 postes émetteurs de CO2 : le chauffage des bâtiments, l’électricité, les groupes électrogènes et la flotte de véhicules. Les actions seront menées en moins de 5 ans. « L’aéroport prend aujourd’hui l’engagement d’avoir totalement décarboné ses activités avant la fin de la décennie. Cette trajectoire nous permettra d’être en avance sur la trajectoire fixée par le GIEC et l’accord de Paris en 2015 », insiste Philippe Crébassa, président du directoire d’ATB. L’ATB fait partie des 27 aéroports européens qui ont atteint le niveau d’excellence 3+ « neutrality » du programme ACA. En 2019, l’ATB, comme 270 autres aéroports en Europe, a signé un accord pour s’engager à réduire au maximum ses émissions directes de gaz à effet de serre au plus tard en 2050. 

Solutions énergétiques. Remplacement progressif de ses éclairages avec le passage en led, installation de centrales photovoltaïques en ombrières sur des parkings (35.000 panneaux sur 70.000 m², soit l’équivalent de 10 terrains de football), implantation d’une filière logistique d’approvisionnement hebdomadaire en carburants aéronautiques durables (sur les 2.000 m3 de carburant livrés à l’aéroport chaque semaine, 4 % est désormais du carburant aéronautique durable), inauguration de la station HyPort avec de l’hydrogène vert utilisé dans les opérations portuaires… L’aéroport toulousain s’engage dans une transition énergétique. « La zone aéroportuaire de Toulouse-Blagnac à vocation à devenir l’un des premiers sites pilote Hydrogène d’Europe, accueillant à la fois une station de production, de distribution, et un large éventail d’usages d’hydrogène renouvelable », précise ATB dans un dossier de presse.

Rencontres des aéroports Français et Francophones. Du 22 au 24 mai, l’ATB organise dans la Ville rose les Rencontres des Aéroports Français et Francophones coorganisées avec l’Union des Aéroports Français. En savoir plus, ici

Nouvelles lignes. Copenhague (Danemark), Berlin (Allemagne), Milan (Italie), Venise (Italie), Zadar (Croatie), Bari (Italie)… Six nouvelles destinations viennent étoffer l’offre de l’ATB. À quelques heures de vol ou beaucoup plus loin, 90 destinations sont accessibles cet été au départ de Toulouse dont 76 au-delà de nos frontières. 26 compagnies aériennes sont installées sur le tarmac de l’aéroport toulousain. 

Sur le podium. Pour le 10ème trimestre consécutif, l’ATB se positionne tout en haut du classement des aéroports français pour la qualité de service apportée à ses clients selon l’enquête indépendante ASQ de l’ACI World (association internationale des aéroports). Une place occupée depuis plus de deux ans maintenant. 

Emplois. Le 6 mars, le job dating des métiers aéroportuaires s’est tenu au sein de l’aéroport pour sa 2e édition. Plus de 1.000 personnes se sont présentées pour postuler aux 200 offres proposées par 21 entreprises de la plateforme dans des secteurs divers : assistance aéroportuaire, commerces et restauration, location de voitures, sûreté des vols… 

Transports en commun : Keolis va exploiter le réseau Tango de Nîmes Métropole

Rénovation énergétique des bâtiments, renouvellement du parc automobile, amélioration de l’offre de transport… L’opérateur privé de transport public de voyageurs Keolis est retenu, face à RATP Dev, par Nîmes Métropole pour l’exploitation du réseau Tango jusqu’en 2030, annonce l’agglomération. Le montant du contrat de délégation de service public est chiffré 48,3 M€ par an. Au programme : la rénovation énergétique des bâtiments pour réduire leur consommation électrique de 60 %, l’installation de 4.700 m² d’ombrières photovoltaïques, le renouvellement du parc automobile pour atteindre 86 % de véhicules exploités en motorisations alternatives…, détaille Keolis dans un communiqué (lire ici). Par ailleurs, l’offre de transports va être améliorée : « mise en service de la ligne T5 reliant la gare de Nîmes à Clarensac en 2025, extension de la ligne T4 jusqu’à Caissargues Sud, amélioration du service Handigo, création de nouveaux services de transports à la demande pour la desserte des zones d’activité, du CHU et de la gare de Nîmes, amélioration de la ponctualité… », liste Nîmes Métropole. Avec toutes ces actions, Keolis projette d’augmenter de 21 % la fréquentation du réseau Tango, qui dessert 39 communes au profit de 260.000 habitants. Plus à lire dans Les Échos ici.

Alès : appel d’offres pour la construction d’un ensemble immobilier de 5.400 m²

Du tertiaire dans un quartier prioritaire de la Ville. La Saem Alès lance un avis de concours de maîtrise d’œuvre sur esquisse pour la construction d’un ensemble immobilier au sein du quartier des Prés Saint-Jean à Alès (30). Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 22 avril. Le bâtiment va s’étendre sur une surface de plancher de 5.400 m², dont 3.900 m² à vocation économique (village artisanal et productif, bureaux, services), 1.000 m² de formation et 500 m² de commerces, précise la Saem Alès aux IndiscrétionsPlus d’infos ici

Cybersécurité : Airbus acquiert l’allemand Infodas

Basé à Toulouse, Airbus Defence and Space annonce dans un communiqué acquérir l’allemand Infodas, spécialisé dans les solutions informatiques et de cybersécurité au secteur public, afin de renforcer son portefeuille de cybersécurité. Situé à Cologne, Infodas réalise 50 M€ de CA et emploie 250 salariés. 

La cybersécurité au cœur du salon Transitions Invest de la CCI Hérault 

La CCI Hérault organise ce 23 avril la 3ème édition du salon Transitions Invest au FDI Stadium (Montpellier).

conf presse Transition Invest
De g. à dr. : André Deljarry, président de la CCI Hérault, Stéphanie Andrieu, présidente de la Commission Financement de la CCI Hérault, et Mame Diagne, PDG de Décipro ©Vincent Riba (Agencehv)

Aider les dirigeants. Le salon Transitions Invest, organisé par la CCI Hérault, revient pour une 3ème édition consécutive, cette fois au FDI Stadium. « C’est un événement construit à partir du besoin des entreprises. Ce salon constitue un gain de temps précieux pour les dirigeants car tous les spécialistes sont réunis sous un même toit », pose André Deljarry, président de la CCI Hérault.  

Cybersécurité. À l’issue de plus de 4 heures de rendez-vous BtoB, une table ronde se tiendra autour du thème de la cybersécurité, sujet central de cette édition. « L’an dernier nous avons voulu faire un focus sur la transition écologique, cette année, ce sera la transition numérique », annonce Stéphanie Andrieu, présidente de la Commission Financement de la CCI Hérault. « Les cyberattaques concernent tout le monde. En 2021, une entreprise sur deux a subi entre 1 et 3 cyberattaques dans l’année. Cela peut être du phishing (une cyberattaque déguisée en message provenant soi-disant d’une entreprise légitime, note) des malwares (logiciels malveillants, note), du vol de données, du piratage… Chaque entreprise, quelles que soient sa taille ou son secteur, est concernée. Environ 60 % des cyberattaques impactent le chiffre d’affaires de l’entreprise. », poursuit-elle. Une question semble remonter de l’assemblée : où est le lien entre la cybersécurité et le salon Transitions Invest ? « À qui s’adresse-t-on en priorité après une cyberattaque ? À son banquier, rétorque Stéphanie Andrieu. Ce sont des experts de ce domaine et beaucoup seront présents au salon. Le lien nous a semblé évident. La cybersécurité est largement moins lourde à mettre en place que la digitalisation par exemple. Cela correspond à des gestes et à des réflexes simples mais essentiels, ne pas laisser son ordinateur allumé, changer de mot de passe régulièrement… On veut sensibiliser les entreprises pour les aider à se prémunir contre ce type de risques ». « Toutes les entreprises ne sont pas égales devant la cybersécurité. Par exemple, l’aéroport de Montpellier a subi une attaque récemment, cela n’a pas eu le moindre impact car ils étaient bien préparés et sont formés pour faire face à ces situations », appuie André Deljarry. 

Acteurs majeurs. Le salon accueillera de nombreux acteurs du territoire. La Région Occitanie, la Métropole de Montpellier, les agglomérations biterroise et lunelloise, l’agence Ad’Occ ou encore Blue Invest seront présentes sur le secteur du développement économique. Quant aux banques et financeurs, la Banque de France, Bpifrance, la Banque Populaire du Midi, le Crédit Agricole du Languedoc ou IRDI Capital Investissement sont attendus. Enfin, des cabinets de conseils seront également de la partie, tels qu’ABF Décisions, Axylis, B&R Partners ou BINASS Consulting. 

Témoignage. Mame Diagne, PDG de Décipro (intégrateur et installateur de salles de cinéma), assure que l’aide apportée par le salon est un gros avantage. « La première édition nous a permis de trouver un partenaire bancaire. La suivante nous a permis d’avoir un projet immobilier et de changer de locaux. Le thème de la cybersécurité nous concerne également. Chez nous, tout est numérisé et géré à distance donc tout doit être complètement sécurisé », déclare-t-il. 

Changement de format et de nom. L’édition précédente, organisée au domaine des Grands Chais à Mauguio, avait réuni 300 participants. Elle se déroulait sous le nom de “Forum du Financement” sur une journée complète. Changement de cap cette année, le salon démarre à 14h et s’appelle “Transitions Invest”. « C’était essentiel d’avoir le mot “Transitions” dans l’intitulé. L’ancien nom était trop restrictif, offrait une palette trop étriquée. Tout s’accélère, la transition est partout. Nous attendons entre 400 et 450 personnes », explique Stéphanie Andrieu. 

Et après ? « Nous suivons de près les entreprises pendant 6 mois par rapport aux rendez-vous pris, aux montants en jeu… », détaille Stéphanie Andrieu. « Concrètement, le suivi est permanent. Tout au long de l’année, avec la Métropole et la Région nous poursuivons cette action. Le travail ne s’arrête pas à l’issue d’un événement », enchaîne André Deljarry. « La CCI c’est un peu l’auberge espagnole, on vient chercher ce qu’on veut chercher, on vient donner ce qu’on veut donner. Rien n’est figé », sourit le président de la CCI. « Dirigeants, ne restez pas seuls, il faut s’ouvrir aux autres », conclut André Deljarry. Pour s’inscrire au salon, il suffit de cliquer ici

Six startups rejoignent l’incubateur Nubbo 

L’incubateur à mission d’Occitanie Nubbo (Toulouse), spécialiste des entreprises innovantes à orientation tech et B2B, intègre six startup, dont 5 en incubation et 1 en accélération, lit-on dans un communiqué. Les entreprises qui intègrent le programme en incubation sont Lymph Tech (solution thérapeutique pour le lymphœdème INSERM – CHU Toulouse) ; Paxilia (outil d’aide à la décision pour les opérateurs de sécurité grâce à l’IA, Labège – 31) ; Cactile (tuile pour stocker et gérer l’eau de pluie, Albi – 81) ; Lanka (rendre le plastique biodégradable – Softmat / Toulouse III / CNRS /Toulouse Tech Transfer) ; Et Sérénity (optimisation de la gestion des cabinets dentaires, Saint-Jory – 31)? L’entreprise qui rejoint le programme d’accélération est Ma Boite à Moustique (pièges à moustiques, Balma – 31). La durée d’incubation est de 12 mois, avec une dotation financière maximale par projet de 50 k€, orientée vers l’assistance à la démarche commerciale. Installé au cœur de La Cité à Toulouse, Nubbo a accompagné plus de 350 projets depuis sa création en 2000.

États généraux de la presse indépendante, ce 23 avril à Montpellier

Organisés par le FPL (Fonds pour une presse libre) en collaboration avec l’association citoyenne Un Bout des Médias (présidente : Julia Cagé), les premiers Etats Généraux de la presse indépendante version Montpellier se tiendront le 23 avril au Cinéma Diagonal, à partir de 18h. Entrée libre et idées en pagaille. Au programme : présentation des 59 propositions de réforme du système d’information par François Bonnet, président du FPL et co-fondateur de Mediapart ; Débat sur le thème « Les enjeux de l’indépendance pour les médias de territoire », avec Jean-Marie Leforestier, rédacteur en chef de Mars Actu (Marseille) ; Projection de « Ithaka : le combat pour libérer Assange ». Médias présents : Made in Perpignan, Alter Midi, Le Poing, Stupid Economics, Rapports de force, Lokko…
Plus d’infos en cliquant ici.

Immobilier d’entreprise

Quels chiffres-clés du marché de l’immobilier d’entreprise 2023 à Montpellier et sa métropole ? Quelles grandes tendances pour 2024 ? Arthur Loyd Occitanie Méditerranée (directeur associé : Michel Peinado, bureaux à Montpellier, Nîmes et Béziers) décrypte le marché de l’immobilier d’entreprise dans sa dernière étude de marché. Disponible en cliquant ici.
Côté Toulouse, l’OTIE tiendra son point marché (1er trimestre 2024) le jeudi 11 avril aux Halles de la Cartoucherie (Salle Esquirol).

Municipales 2026 : Horizons crée son comité à Montpellier

De gauche à droite : l’expert-comptable Salim Jawari, élu d’opposition, ex-colistier de Mohed Altrad en 2020, Jean-François Andrin (conseiller métropolitain, maire de Saint-Georges-d’Orques), et l’architecte-urbaniste Stéphanie Jannin élue d’opposition, ex-1ère adjointe de Philippe Saurel déléguée à l’urbanisme, et fâchée avec lui aujourd’hui (son communiqué à lire ici).

C’est déjà la campagne des municipales 2026. Création, le 4 avril à la brasserie des 3 Grâces, place de la Comédie, du comité montpelliérain de Horizons, parti lancé par le maire du Havre et ex-Premier ministre, Édouard Philippe. « Ce parti a été créé autour des maires. Il est social-libéral, européen et humaniste », pose Jean-François Audrin, maire de Saint-Georges-d’Orques (34), rejoint dans sa démarche par les élus d’opposition Salim Jawari et Stéphanie Jannin. C’est ce binôme qui va codiriger le comité, en vue des municipales de 2026, même s’ils s’en défendent à ce jour. « Horizons a envie de construire une stratégie globale, prospective, mais aussi opérationnelle. Je suis là en tant qu’écologiste non dogmatique. Il faut construire une vraie stratégie écologique, pour le pays mais au niveau local. Ici, en matière d’urbanisme, le PLUi Climat prend du retard. Ce document n’est pas que technocratique. Le fait qu’il soit en panne va avoir des conséquences très concrètes pour les Montpelliérains », explique Stéphanie Jannin.
« Il n’y a pas de vent favorable quand on ne sait pas où on va », a poétisé Salim Jawhari, citant Sénèque, en guise d’attaque à l’actuel maire, Michaël Delafosse. « J’ai l’impression qu’il n’y a pas de cap fixé aujourd’hui aux Montpelliérains. Aujourd’hui, le président de la métropole décide et le conseil métropolitain exécute. Or, il y a des débats à mener : veut-on plus de pistes cyclables ou pas ? La gratuité des transports est-elle vraiment voulue ? Quel sera son impact sur l’endettement de la collectivité ? Quid des enjeux de sécurité, au centre-ville et dans les quartiers ? Dans l’immobilier, comment attire-t-on les investisseurs ? »
« Il faut lancer un plan de sauvetage du centre-ville de Montpellier, avec une approche écologique, sociale et économique, complète Stéphanie Jannin. Il suffit de discuter avec deux commerçants pour se rendre compte de cette urgence. L’écologie, ce n’est pas planter des arbres sur la Comédie à un coût exorbitant. Et, en termes de gouvernance, il faut réinjecter du dialogue. »
Interrogé sur l’enquête préliminaire lancé par le Parquet national financier pour soupçon de prise illégale d’intérêt à l’encontre d’Édouard Philippe, Jean-François Audrin a répondu : « C’est un homme droit, honnête et clair. Je le connais depuis 2017. Je suis certain de son intégrité. C’est un homme qui donne grande confiance en la politique. »

Plus de décodages

Montpellier : 5 bâtiments sur le point d’être rachetés au Parc Club du Millénaire 

Le promoteur immobilier CFC Développement (Mauguio, 34) devrait racheter 5 bâtiments parmi les 33 du Parc Club du Millénaire, représentant un peu moins de 4.000 m² de bureaux, indique Midi Libre. La transaction concerne l’acquisition des bâtiments 1, 3, 5, 9 et 16, jusqu’ici gérés par AestiamBernard de Fesquet, PDG de CFC Développement, assure vouloir acheter également les autres bâtiments, appartenant à la foncière La Française. Situé à l’entrée sud de Montpellier, le Parc Club du Millénaire regroupe une centaine d’entreprises sur une surface de plus de 10 hectares. Environ 1.700 personnes y travaillent. 

Montpellier : la Maison Pernoise dit au revoir au Marché du Lez 

C’est la fin d’une histoire. Après 7 ans passés au Marché du Lez (Montpellier), La Maison Pernoise, enseigne de décoration et de mobilier, concept store, et conseil en architecture d’intérieur, ferme les portes de son magasin héraultais le 24 mars (la preuve en cliquant ici). « La conjoncture actuelle n’est pas favorable au marché de la décoration et de l’aménagement intérieur, et encore plus sur le moyen et haut de gamme. L’activité sur notre boutique au Marché du Lez était compliquée depuis plusieurs années, mais jusqu’alors compensée par notre boutique originelle installée à Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) », explique Lau Dejente, la créatrice de la marque aux Indiscrétions. « Le Marché du Lez est très fréquenté mais l’évolution de la clientèle n’était plus en phase avec notre positionnement. Il y avait peu d’acheteurs. J’ai dû prendre la décision de fermer le magasin à Montpellier pour sauver La Maison Pernoise. Je vais désormais me recentrer sur la boutique dans le Vaucluse », poursuit-elle.

Un événement dédié au monde de la coiffure à Montpellier

La SPL Occitanie Events, gestionnaire du Parc des Expositions à Montpellier et de l’Arena Sud de France, organise du 18 au 25 mai, avec le soutien de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie-Hérault et l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure, le salon Hair Montpellier (Parc des expos). L’événement est à destination des professionnels de la coiffure et de l’esthétique (fabricants et distributeurs de produits cosmétiques et de matériels, fournisseurs de mobilier et d’équipement, organismes de formation). « Avec 10.321 salons de coiffure recensés, l’Occitanie est la 3e région de France en nombre de salons de coiffure », lit-on sur la plaquette de présentation

Biologie médicale : Plumelle ouvre un laboratoire à Bellegarde (30)

Les laboratoires Plumelle (biologie médicale) ouvrent un laboratoire dans le Gard, à Bellegarde, ce 25 mars, apprend-on sur un post Facebook de la ville. Basé à Salon-de-Provence (13), le groupe a opté pour Bellegarde pour son dixième site en France, son premier dans le Gard. « Nous avons créé deux postes pour le moment, et avons embauché une infirmière de Bellegarde. Un biologiste s’assure de la gestion de ce laboratoire et permet de proposer en plus des interprétations de bilans biologiques à nos patients », indique le groupe aux Indiscrétions, qui précise qu’il s’agit à ce jour de son seul projet gardois. Les locaux étaient jusqu’ici occupés par une agence immobilière Foncia. Le laboratoire propose une variété d’examens biologiques tels que des analyses sanguines, des analyses urinaires, ainsi que des analyses chimiques et bactériologiques de l’eau. Créé en 1988, le groupe Plumelle compte une cinquantaine de collaborateurs. 

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Nouveaux établissements, recrutement : les ambitions de Must Group (restauration)

Terminal #1 ©DR

Les ambitions nationales de Must Group. On vous l’annonçait dès le 18 mars (lire ici). Julien Manival (Bonne Compagnie – holding Milandre, Montpellier) s’associe avec le groupe Partouche, le joueur de tennis Stanislas Wawrinka et l’entrepreneur montpelliérain Prosper Masquelier dans la création d’un nouvel opérateur « Must Group », spécialisé dans le développement de projets autour de la restauration et du divertissement. La répartition des parts de cette nouvelle entité s’établit à 40 % pour le groupe Partouche, et 60 % pour Julien Manival et ses associés. « Régionalement, nous sommes arrivés à maturité. Nos ambitions se portent aujourd’hui sur d’autres territoires », explique l’entrepreneur montpelliérain. Must Group prévoit l’ouverture de 10 établissements (reprises ou créations) d’ici à 10 ans avec un ciblage « plutôt à Paris, sur la Côte d’Azur et peut être même dans les Alpes ».    

Ouvertures à Cannes et Paris. Le premier projet de Must Group se concrétise en mai avec la reprise d’un établissement sur la plage 3.14 de la Croisette à Cannes (Alpes-Maritimes). Rebaptisé « Copal Beach », le concept de l’établissement a été repensé autour « d’une expérience immersive dans la culture sud-américaine » avec aux fourneaux le chef colombien Juan Arbelaez. Le groupe travaille en parallèle sur le lancement d’un restaurant de 450 m² à Paris (8ème arrondissement – rue Marbeuf) confié à l’architecte Arnaud Behzadi. Ce nouvel établissement, actuellement en travaux (coût : 3 M€), ouvrira ses portes début 2025. Objectif : « créer un lieu de vie autant adapté aux repas d’affaires qu’aux diners festifs », poursuit l’entrepreneur. 

Lieux de vie. Le groupe montpelliérain Bonne Compagnie (15 M€ de CA en 2023) opère de son côté un repositionnement stratégique de ses activités. Moins de nuit, plus de lieux de vie branchés. « Les modes de consommation ont changé. Les clubs sont moins attractifs. Les gens attendent des lieux de vie festifs où l’on trouve à la fois de la restauration, du bar, de la musique, une décoration avec une identité marquée… », relève Maxime Dagneaux, directeur marketing et communication. Pour preuve, le groupe cède le club « Le Heat » situé à Saint-Jean de Védas (34), et lance en parallèle un nouveau format d’événement : le Sunday Music. « Il s’agit d’un événement festif et musical avec une quinzaine d’artistes nationaux et internationaux, organisé à La Dune (La Grande-Motte, 34) à ciel ouvert, de 13h à 1h du matin. Cela correspond aux nouvelles attentes des clients, y compris des plus jeunes, qui préfèrent rentrer tôt chez eux. 3.000 personnes se sont déjà inscrites », poursuit Maxime Dagneaux. Initialement prévu le dimanche 31 mars, l’événement a été repositionné fin avril, en raison d’une météo peu favorable le week-end dernier.

Rachat du Terminal #1. Associé à Laurent Nicollin (président du MHSC) et Jean-Philippe Fraisse (La Dune et l’Effet Mer à La Grande-Motte), Julien Manival a racheté en début d’année aux frères Pourcel et Olivier Château, le restaurant Le Terminal #1 situé au marché du Lez à Montpellier. « Les frères Pourcel restent nos partenaires avec un contrat de management sur 10 ans et gardent la main sur les cuisines », précise l’entrepreneur.  

Recrutements. Avec le retour de la saison estivale et la réouverture du complexe La Dune (rooftop La Terrazza, restaurant Yepa, La Dune Club) et la plage privée l’Effet Mer, Bonne Compagnie lance une campagne de recrutements de saisonniers. « Nous recrutons jusqu’à 250 personnes supplémentaires en été », indique Maxime Dagneaux. Si la période d’après-covid a été plutôt compliquée en termes de recrutement, Julien Manival note un « retour à la normale ». Aussi, le groupe recrute davantage sur l’envie que sur les compétences : « Peu importe l’expérience, nous formons nos collaborateurs en interne. » L’équipe permanente de Bonne Compagnie compte 180 salariés. 

Nouveau siège social à Montpellier. Bonne Compagnie emménage en avril dans son nouveau siège social, situé dans la ZAC Eurêka (Montpellier). « Il s’agit d’un lieu opérationnel de 1.350 m² qui se compose de bureaux et d’entrepôts de stockage », explique l’entrepreneur.   

3 questions à

Aline Gandy, Club ETI Occitanie

Aline Gandy

L’animatrice des ETI d’Occitanie

Il y a 4 mois, Aline Gandy, ex-journaliste économique chevronnée (Le Journal des entreprises, puis rédactrice en chef de La Lettre M), range sa carte de presse pour intégrer le Club ETI Occitanie en tant que déléguée générale. Installée à Toulouse, elle anime un réseau de dirigeants d’entreprises de taille intermédiaire (ETI*) sur toute l’Occitanie. Une transition professionnelle cohérente pour celle qui a travaillé pendant 20 ans en lien avec l’écosystème entrepreneurial régional.  « Trois questions à… », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.
©Johanna Senpau

Aline, peux-tu nous parler en quelques mots du Club des ETI Occitanie ?  
Le Club ETI Occitanie (présidente : Catherine Mallet – DG déléguée d’Actia Group) est né en 2022 à Toulouse sous l’impulsion d’entrepreneurs ETI. Leur objectif : mieux se connaître et se faire connaître, notamment des pouvoirs publics territoriaux. Il existe une dizaine de clubs similaires en France avec lesquels nous fonctionnons en réseau. Notre club compte aujourd’hui 40 adhérents, essentiellement sur l’ouest de l’Occitanie. Ce n’est pas un club business, ni un club d’influence, ni un syndicat, mais une association qui favorise le partage d’expériences. Les entrepreneurs ETI ne disposaient pas jusqu’à présent d’un espace où échanger sur des pratiques ou des problématiques. Pour les accompagner sur ce besoin, nous avons créé des commissions thématiques au sein desquelles les membres travaillent collectivement. Dans la commission RSE par exemple, nous avons convié des responsables RSE d’ETI à se regrouper pour travailler sur la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive), nouvelle réglementation européenne applicable depuis le 1er janvier qui impose aux entreprises de publier des rapports extra-financiers sur leurs engagements RSE. En parallèle, nous organisons quatre événements par an sur des sujets variés. Le dernier en date a porté sur la gestion de la communication de crise.  

Quels sont les sujets-clés, ou chantiers, qui vont être lancés en 2024 ?  
Je prévois de lancer cette année deux nouvelles commissions autour de l’international et de la logistique. Aussi, une de mes missions consiste à développer le réseau en Occitanie Est. Orchestra (Saint-Aunès, 34) nous a d’ailleurs déjà rejoints. Nous avons des contacts avancés avec d’autres entreprises. 380 ETI ont leur siège en Occitanie. Soit 220.000 emplois en Occitanie générant 84 Md€ de CA, et 6 % des ETI françaises. Unique salariée du Club, je pilote également la communication, le site internet (un nouveau site est en préparation), les réseaux sociaux, les relations presse, l’événementiel… 

Tu es l’exemple même de l’adage : « Le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir. » Que retiens-tu de 20 ans de journalisme ? Comment appréhendes-tu tes nouvelles fonctions ?  
J’ai été diplômée de mon école de journalisme en 2003 et j’ai quitté la profession en 2023. 20 ans pile. J’avais toujours dit que je changerai de métier à mi-carrière. J’ai quitté cette profession sans m’en être lassée. Je n’ai pas fait « la saison de trop » comme on le dit souvent dans le football. Dans le journalisme, ça ne ronronne jamais : la diversité des sujets, le contact avec les entreprises. Mais en évoluant et en devenant rédac chef, je me suis éloignée du terrain. J’ai eu envie de repartir au contact des entreprises et de leurs dirigeants et d’aller plus loin dans le service que je ne pouvais le faire avec l’information. Je crée aujourd’hui du lien entre les gens, entre les entrepreneurs. Et puis ça fait du bien de sortir de sa « zone de confort », d’apprendre de nouvelles choses. 

*Une ETI est une entreprise de plus 250 salariés ou réalisant plus de 50 M€ de CA, sans dépasser 5.000 salariés ou 1,5 Md€ de CA.  

La HV Touch

Conseil RP

Quand vous communiquez sur LinkedIn sur le lancement d’un événement et que vous invitez des journalistes à suivre votre page, vous envoyez un signal : celui d’être prêt à communiquer. Alors, lorsqu’un journaliste cherche à obtenir davantage d’informations sur ledit événement, ne lui assénez pas « c’est encore trop prématuré pour en parler dans la presse ». Donc ce n’est pas prématuré pour faire de la « com communicante » sur LinkedIn mais trop tôt pour en parler avec un journaliste ? Surprenant… 

La phrase

« Pour pallier les difficultés de recrutement dans les EnR, nous amenons des ingénieurs du BTP vers les énergies renouvelables. C’est par ce biais que nous trouvons des solutions, via des formations courtes.  » 

Un cadre d’Expectra, cabinet de recrutement Agents de maîtrise et Cadres, groupe Randstad..

On s’en fout

Pas facile, de constituer un pacte d’associés dans le cadre de la création d’une entreprise. Il faut se projeter dans les éventuelles engueulades futures, alors que tout va bien à ce jour. Chercher à tout verrouiller. Jusqu’au moindre détail. Au risque de s’en mordre les doigts dans 10 ou 15 ans, quand, dit la météo, des nuages pourraient s’amonceler.
C’est à cet exercice à la fois casse-gueule et plutôt drôle que nous nous sommes livrés Amélie Cazalet, Sarah Nguyen Cao Khuong et moi-même, le 29 mars à la Villa Marcel, partagée avec nos amis de Janvier. On s’est posés des questions pragmatiques, aidés en ce sens par notre expert-comptable, Sogecma (Nîmes et Montpellier). Comment désigner les dirigeants ? Quelles sont les règles de majorité nécessaires à l’adoption des décisions ordinaires et extraordinaires ? Faut-il prévoir l’unanimité pour certaines décisions et si oui lesquelles ? Quelles sanctions prévoir en cas de non-respect d’une règle par l’un des associés ? Comment évaluer si ce non-respect est volontaire ou non ? Combien de temps durera le pacte ? Les associés sont-ils prioritaires en cas de volonté de cession des parts par l’un des actionnaires ? J’en passe et des meilleures. On s’est bien creusés la tête avant le week-end en chocolat. « Et si vous vous liguez contre moi, je me défends comment ? » ; « Oui mais toi, si tu deviens sénile, que se passe-t-il ? » ; « Mais si tu veux vendre tes parts à des gens qui ne me conviennent pas ? » etc.
Au fait, c’est quoi, cette création de société ? Une chocolaterie ? Une librairie ? Une enseigne d’e-sport ? Une paillote sur un lac ? Un projet innovant dans l’info digitale ? Après tout, peu importe. L’essentiel, c’est le pacte. Le reste… On s’en fout. 

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Tout sur Anima, futur campus MBS, Purple Campus et de la CCI

©Agence Fontès Architecte – TSA

La 1ère pierre d’Anima, futur site regroupant les locaux de Montpellier Business School (MBS), Purple Campus, et les CCI Hérault et Occitanie, est posée le 29 mars dans le quartier Cambacérès, à côté de la gare TGV Sud de France à Montpellier, en présence de 800 personnes. Chiffré à 107 M€, le projet immobilier développera 28.000 m² de surface de plancher répartis en 3 bâtiments (R+7). La livraison est prévue en 2026. La maîtrise d’ouvrage est portée par une société civile de construction d’attribution, regroupant la CCI Hérault, la CCI Occitanie, la Banque des Territoires Caisse des Dépôts, MBS et la SAS Patrimoniale Occitanie. Construit par Eiffage (promoteur et constructeur), le bâtiment a pour maître d’œuvre Pierre Tourre (Tourre Sanchis Architectes) et pour architecte François Fontès. Assistance à maîtrise d’ouvrage : Arac Occitanie, Serm et SA3M (Altémed). Architecte mandataire : TSA. Bureaux d’études techniques : Verdier (pour le lot Structure), Betso (pour Fluides / SSI), Etamine (pour environnement / BDO), Epsilon (VRD), Ingecor (Cuisine), Gui Jourdan (Acoustique), Agence Racines IAP (Paysage), Archemed (Economie), Socotec (contrôle), CSPS – Qualiconsult (Sécurité). 
Les locaux de MBS (5.000 étudiants) prendront place sur 20.000 m², ceux de Purple Campus (900 apprentis et stagiaires) sur 4.000 m², et enfin, les deux CCI (Hérault et site de Montpellier de la CCI Occitanie) occuperont 2.000 m² chacune. Le projet remonte à 2010. Le projet Anima est soutenu à hauteur de 21 M€ par la Région Occitanie : 10,65 M€ pour le campus MBS, 6,4 M€ pour Purple Campus et 4,5 M€ d’apport en fonds propres. Les autres différents partenaires apportent 18 M€. 
Plus de détails à (re)lire : « Campus Montpellier Business School le contrat de promotion immobilière signé avec Eiffage, l’histoire d’un combat de 10 ans », dans Les Indiscrétions du 23 octobre 2023. 
Par ailleurs, la première pierre de la Halle Nova (Hibrid et Ametis) a été posée le 20 mars, dans ce même quartier. À (re)lire dans Les Indiscrétions du 25 mars, « Tertiaire : coup d’envoi des travaux de la Halle Nova à Cambacérès » 

“Permis d’imaginer” le toit du Corum à Montpellier

©L.Severac – Ville et Métropole de Montpellier

Le toit du Corum (et le salon du Belvédère), palais des congrès de Montpellier situé en cœur de ville, fait l’objet du 6ème « Permis d’imaginer » de la Ville de Montpellier. Les acteurs associatifs et culturels montpelliérains sont invités à proposer des projets originaux pour occuper et animer cet espace. Le dépôt des candidatures est fixé au jeudi 2 mai. « En investissant le toit du Corum c’est un pan de notre centre de Métropole que nous souhaitons nous réapproprier afin d’en faire un lieu de vie et d’attractivité », explique Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole. L’occupation et les animations autour de 3 thématiques (art et culture, sport, enfance) sont prévues entre mi-juin et mi-septembre. Ce projet vient alimenter la stratégie de revitalisation du centre-ville, et vise à renforcer son attractivité tout en modernisant l’image du Corum. Pensés comme une démarche d’urbanisme transitoire, les « Permis d’imaginer » ont été lancés en juin 2022 afin de redonner vie à des espaces délaissés ou inoccupés en attendant des aménagements pérennes. Ils ont déjà contribué à la valorisation des sites comme la Tour d’Assas (quartier Mosson) avant sa démolition, l’ancien garage Opel dans le quartier Restanque, le Mas des Brousses à Cambacérès, et le Petit Bard. Le cahier des charges est à retrouver ici.  

Aude : un écoquartier de 30 logements prévus à horizon 2026

Lancement du chantier de l'écoquartier Les Valières à Couffoulens
Lancement du chantier de l’écoquartier Les Valières à Couffoulens (11) @DR

Sur la commune de Couffoulens (maire : Jean-Régis Guichou), au sud de Carcassonne (11), les travaux du futur écoquartier Les Valières sont lancés, dévoile le Département de l’Aude sur son site internet (à croquer là). Après les inondations de 2018 causant la destruction de 18 maisons, Marcou Habitat, société coopérative d’intérêt collectif de l’Aude, annonce construire 30 nouveaux logements d’ici 2026. Chiffré à 3,6 M€, le projet se compose de « 14 terrains à bâtir à la vente, 7 lots pour de la location-accession, un macro-lot pour un papyloft (logements adaptés aux seniors) de 9 logements et une salle commune », détaille le Département. Espaces verts collectifs, stationnement ombragé, matériaux poreux, candélabres basse consommation ou équipe de panneau solaire… Ce sont les éléments qui permettront d’obtenir le label d’écoquartier selon Jean-Pierre Munich, président de Marcou Habitat.  

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Agriculture ‍🌾

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La commune du Grau-du-Roi lance un avis pour une mission de maîtrise d'œuvre relative au projet de fusion des écoles et de création d'un pôle petite enfance.  

La mairie de Prades (66) lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre pour la reconstruction du Centre Technique Municipal (CTM) de la ville de Prades, sur le site du CTM existant.  

L’Université Paul Valéry lance un avis pour des travaux pour l'opération Village Des Sciences – B

La Sa3m lance un avis pour des travaux d'aménagement de l'espace public Arceaux - Pêyrou.  

La Serm lance un avis pour une mission de maîtrise d'œuvre pour la production et la distribution de chaleur et froid pour la ZAC Restanque, le CAD et le MIN à Montpellier.  

La Sa3m lance un avis pour la réalisation du groupe scolaire Hypatie à Montpellier.  

La TaM lance un avis pour des travaux d’aménagement des zones partielles des lignes de bus - B2, B3, B5 et de Tram - 10M51D/51E/64A/536

La mairie d'Ille-sur-Tet (66) lance un avis pour un concours restreint de maîtrise d'œuvre pour des travaux de construction d'une école maternelle.  

La Sa3m lance un avis pour un accord-cadre à bons de commande pour des travaux d'aménagement des espaces publics de l'espace urbain Rondelet, Grand Saint Jean à Montpellier.  

La mairie de La Grande-Motte lance un avis pour un marché de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation de la rue Saint Louis, de son parking attenant et de ses rues adjacentes.  

La commune de Narbonne lance un avis de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de la rue de Peupliers.  

Occitanie Ouest 

La mairie de Tournefeuille (31) lance un avis pour des travaux d’atténuation d'îlots de chaleur des groupes scolaires « Moulin à Vent » et « Château ».  

La Ville de Toulouse lance un avis pour la modélisation de l’impact de différentes stratégies d’aménagement en termes de réduction de l’îlot de chaleur urbaine et autres en périodes de fortes chaleur estivales.  

Le Département de la Lozère lance un avis de travaux d’entretien, de petites et de grosses réparations sur les toitures des bâtiments départementaux.  

La Ville de Toulouse lance un avis pour des travaux en vue de l’extension et la réhabilitation de la piscine Toulouse Lautrec.  

La compagnie d’aménagement des côteaux de Gascogne lance un avis pour une assistance à maîtrise d'ouvrage pour la construction du nouveau siège de la CACG avec réalisation du programme et suivi des études et travaux.  

Le Département de l’Aveyron (12) lance un avis pour un contrôle extérieur d'exécution et de mise en œuvre de travaux routiers et diagnostic des chaussées du réseau départemental

La Ville de Toulouse lance un avis pour un concours d’attribution de marché négocié par une maîtrise d’œuvre pour la construction d’un équipement mutualisé dans le quartier de Malepère.  

Collectivités 👥

Occitanie Ouest 

Ouest Aveyron Communauté lance un avis pour l’étude de mise en œuvre du transfert de compétence assainissement pour de l’eau potable

Communication 📣

Déchets 🗑️

Occitanie Est 

La communauté de communes Corbières Salanque Méditerranée (66) lance un avis pour une prestation de collecte de déchets ménagers et assimilés en colonnes aériennes, enterrées et semi-enterrées vers les centres de traitement.  

Occitanie Ouest 

Le conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour une collecte et une élimination des déchets d’activités de soins à risques infectieux

Eau / Assainissement 💧

Immobilier 🏟️

Mobilités 🚲

Occitanie Ouest 

Le département de la Lozère lance un avis pour un marché d’étude pour l’aménagement d’itinéraires cyclables en Lozère dans la Vallée du Lot (46).  

Services 📋

Occitanie Est 

La Serm lance un avis pour la réalisation d’études hydrauliques dans le cadre de la reprise du plan guide du secteur Euromédecine ouest.  

Occitanie Ouest 

Le centre hospitalier des Vallées de l'Ariège (09) lance un avis pour la maintenance des installations techniques des établissements du GHT.  

La communauté de communes de Lévézou Pareloup (12) lance un avis pour une concession de service public pour gestion et exploitation du centre aquatique intercommunal.  

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché de travaux pour la construction d'un centre technique d’une agence sociale à Loupian à CONSTRUCTION GENERALE DU CERESSOU, Groupement MLS CONSTRUCTION BOIS /SARL BROUILLET YVAN, SAS PISTRE ET FILS, ORLANDO FILIPE, COLLECTIF CARRELAGE, RAYSSEGUIER PEINTURE, ETNA FRANCE, OMEA ET, SAS MARC ELECTRICITE, groupement EIFFAGE ROUTE MEDITERRANEE/ RCR DECO, SERPE. Valeur totale du marché : 4 048 274,74€.  

Toulouse Métropole attribue le marché d'accord-cadre à bons de commande pour la restructuration d’espaces verts de la ville de Toulouse et Toulouse Métropole de 2024 à 2027 à IDVERDE TOULOUSE CREATION, CAUSSAT ESPACES VERTS, MIDI PYRENEES ENVIRONNEMENT, ENTREPRISE CLARAC ET COMPAGNIE, LES PEPINIERES DU LANGUEDOC. Valeur totale du marché : 30 000 000€.  

La BRGM (Bureau de Recherche en Géologie Minière) attribue le marché d’exploitation, entretien et maintenance de la station de dépollution des eaux de la Combe du Saut des anciens sites industriel et minier de la vallée de l'Orbiel (11) à SUEZ EAU FRANCE. Valeur totale du marché : 1,300,000€. 

La mairie du Béziers attribue le marché de fournitures de lampes pour l’éclairage public et les bâtiments de la ville de Béziers à PORTAL ECLAIRAGE. Valeur totale du marché : 600,000€.  

Tisséo Voyageurs attribue le marché d’accord-cadre pour de la prestation d’assistance à l’activité de cybersécurité en 2 lots à THALES CYBER SOLUTIONS, SRC SOLUTION, ADACIS.. Valeur totale du marché : 4,235,000€.  

La ville de Balaruc-les-Bains attribue le marché du concours restreint de maîtrise d'œuvre pour la réhabilitation-extension du spa thermal O'Balia à AMELIA TAVELLA ARCHITECTES. Valeur totale du marché : 1,517,020€.  

CRTL OCCITANIE attribue le marché d’impression et livraison des éditions grand public et professionnelles et des supports de communication du CRT à SARL EDITIONS MIMOSA. Valeur totale du marché : 100,000€.  

Plus de marchés ici

La commune de Carcassonne attribue le marché de travaux de réhabilitation du parking de la cité des sports et création d’ombrières photovoltaïques à SAS ENTREPRISE JEAN LEFEBVRE MIDI-PYRENEES, Groupement CEGELEC PERPIGNAN, SERPE. Valeur totale du marché : 1 407 133,93€.  

La mairie de Saint-Gilles (30) attribue le marché pour un concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse pour la construction d’une plaine des sports à Saint-Gilles à BPA ARCHITECTURE. Valeur totale du marché : 3,670,000€. 

L’agenda

Jusqu'au 6 avril : 

6e édition de la Quinzaine franco-allemande d'Occitanie, organisée par la Fondation Groupe Dépêche. Plus d'infos ici.

Du mercredi 3 au dimanche 7 avril : 

Salon international du multicoque organisé par M2Organisation au port de La Grande-Motte. Billetterie ici.

Jeudi 4 avril : 

Forum de l'alternance organisé par l'IUT Béziers dans ses locuax. Inscription obligatoire avant le 29 mars 2024 par mail à  iutb-relations-entreprises@umontpellier.fr.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Carcasonne (Aude). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Rodez (Aveyron). Plus d'infos ici.

Mardi 16 avril : 

38ème Café du DAVOS des PME « la Réindustrialisation de notre territoire pour les TPE/PME ? », organisé à partir de 18h15 au Clos de l'Aube Rouge à Castelnau-le-Lez (34). Plus d'infos ici. Gratuit et ouvert à tous sur réservation à mail@davosdespme.org.

Mardi 23 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Carcassonne (lieu à définir). Inscription ici.

Salon Transitions Invest, organisé par la CCI Hérault au FDI Stadium à Montpellier. Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 24 avril :

« New Space : Révolution ou évolution ? Les enjeux de l'exploration spatiale », organisé par l'IESF Occitanie Méditerranée à Polytech Montpellier (Amphi Peytavin, à 17h). Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 24 et jeudi 25 avril : 

MedFEL, rendez-vous de la filière Fruits et Légumes organisé par AD'OCC au Parc des Expositions à Perpignan. Inscription ici.

Jeudi 25 avril :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saverdun (Ariège). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Béziers (Hérault). Plus d'infos ici.

Evénement « Quelle stratégie pour réussir l'innovation verte ? » organisé par Chaire Coo-innov à la Maison des Etudiants Aimé Schoenig à Montpellier de 8h30 à 14h. Inscription ici.

Vendredi 26 et samedi 27 avril :

1ère édition des API Days, salon de l'immobilier organisé par Toulouse Métropole Habitat de 10h à 19h au Pyrite de Toulouse. Plus d'infos ici.

Mardi 30 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Montauban (lieu à définir). Inscription ici.

Plus d'événements ici

MAI

Courant mai : 1ères Rencontres Mobilités Urbaines et Territoires, dans le cadre de la présentation de la candidature montpelliéraine au statut de SERM. La date précise sera communiquée ultérieurement.

Lundi 6 mai : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Saint-Juéry (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 14 mai :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Perpignan (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 16 mai :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Figeac (Lot). Plus d'infos ici.

Du mercredi 22 au dimanche 26 mai : 

8e édition du salon Viva Technology, rendez-vous consacré à l'innovation technologique et aux start-ups à Paris Porte de Versailles. Renseignements ici.

JUIN

Mercredi 5 juin : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Mende (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 11 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Nîmes (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 20 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mardi 25 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Journée « Les rencontres d'affaires : des rencontres à faire » organisée par la CCI Lozère à l'Espace Evénements Georges Frêche à Mende. Informations et pré-inscription ici.

Mercredi 26 juin :

Soirée de remises des labels de l'immobilier, organisée par Midi Libre, à 18h30 au Domaine de Verchant (34). Plus d'infos à venir.

JUILLET

Mercredi 3 juillet :

Deuxième édition de BtoHealth, rendez-vous business et innovation de la filière Santé en Occitanie organisé par AD'OCC à l'ancienne faculté de médecine à Montpellier. Inscription ici.

Jeudi 4 juillet : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Salle Fernan à Pamiers. Inscription ici.

OCTOBRE

Du 3 au 5 octobre : 

5e édition du forum de la transition Le Monde Nouveau, organisé par le Groupe La Dépêche à Planet Ocean (Montpellier). Plus d'infos et inscription ici.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Portraits de Julien Tuffery (Atelier Tuffery) et Olivier Sarlat (Aqua Valley)
  • Article sur la politique de partage de la richesse chez Arkolia Energies
  • Les Grands Buffets choisissent Narbonne
  • SEG Diélectriques (Poussan - 34) lève 1,5 M€

RÉDACTION DE CONTENUS

Rédaction du Mag Septeo CDJ, n°3. Parution en avril.

ToulÉco : contribution au trimestriel estival. Interview de Céline Torres (Pôle Habitat FFB Occitanie), portrait de Nawal Ouzren (Sensorion, biotechnologies), reportage sur le festival Palmarosa et page sur la ville littorale du futur en Occitanie. 

ANIMATIONS

Date à définir : animation des Premières rencontres des Energies Nouvelles Renouvelables, organisées par Montpellier Méditerranée Métropole à la Halle de l'Innovation de Montpellier. 

25 avril : Lab Immo de Midi Libre, 19h, Hôtel de Girard, Montpellier. Thème : « Annonces du ministre du Logement : et après ».

30 mai : animation à Rodez de la journée annuelle de la SAC Hasso (logement social).

4 juin : Animation à Toulouse sur l'accueil de jour, pour la Fondation Abbé Pierre.

6 juin : événement autour de Med Vallée, organisé par Tourny Meyer Montpellier.

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

Il faut aimer vivre dangereusement

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan ; En « Décodage », la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional ; En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac ; En « Trois questions à… », le salon ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.