Bandeau partenaire, Crowne Plaza, 30 janvier

Ils sont formidables

Semaine du 19 juin 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

Un premier retour sur la soirée Réseaux d’Agencehv (« Décodage »), une CCI ne mérite pas ça (« HV Touch »), tout sur la transmission d’entreprise (« Zoom »), Julien Destouches quitte Amétis (« À l’affiche »), ForProf lève plus de 3 M€ et la notation d’Inovie (biologie médicale) dégradée par Moody’s (« Décodage »), le malaise du logement neuf à la loupe d’Adéquation (« Trois questions à »), l’Hours prend son Envol à Béziers (« Ça pousse »), et tant d’autres infos !

Bonnes lecture et semaine.

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Julien Destouches, Ametis Groupe

Directeur régional Sud-Ouest d’Ametis (Groupe Hugar, présidé par l’architecte François Fontès) depuis 2020, il quitte ses fonctions au 30 juin, apprend-on de source proche. Ce, dans un contexte de fonte des effectifs et des projets chez Ametis (« Logements sociaux : Amétis serre la vis sur les coûts de construction », Les Echos, avril 2023, en cliquant ici). Le poste est pour l’instant repris par Christophe Pérez (ex-Serm), DG d’Ametis. D’autres départs stratégiques seraient imminents au sein du Groupe Hugar.  

Fabien Galthié, Antoine Dupont, Forum des Territoires Positifs

« Construisons un monde meilleur pour les générations futures grâce aux valeurs du sport » : c’est le thème du Forum des Territoires Positifs, organisé par l’Institut de l’Économie Positive (créateur : Jacques Attali), le 30 Juin au Stade Raoul-Barrière à Béziers (34), de 8h30 à 14h30. Parmi les intervenants, Fabien Galthié, entraîneur du XV de France, Antoine Dupont, capitaine du XV de France (dont ce sera l’une des dernières apparitions publiques avant la coupe du monde de rugby en France, du 8/9 au 28/10), ou encore l’ex-rugbywoman Lenaïg Corson,….Le programme est disponible en cliquant ici et aussi là.
En grand témoin, le Forum accueillera également Philippe Guillard, réalisateur de cinéma qui vient de sortir « Pour l’honneur ».

Catherine Simon, Robotics Place Day 

Conseillère numérique industriel au Secrétariat général pour l’investissement (France 2030), elle présentera le 28 juin au Robotics Place Day à La Cité (Toulouse) les solutions de financement de la robotique dans le plan France 2030, lit-on sur le site internet dédié. S’ensuivra une conférence de Yann Ferguson, enseignant-chercheur en sociologie à l’Icam (école d’ingénieur généraliste à Toulouse), sur l’évolution du monde du travail avec la robotisation. L’après-midi, sont prévus des rendez-vous d’affaires. Inscription ici.  

Jaume Collboni, maire (surprise) de Barcelone

Coup de théâtre lors des élections municipales de Barcelone. Arrivé en 2e position le 28 mai, derrière l’indépendantiste Xavier Trias, le socialiste Jaume Collboni a finalement été élu maire de Barcelone, lors du vote d’investiture, le 17 juin. Ce retournement inattendu de situation s’explique par une alliance post-électorale anti-indépendantiste, nouée avec la maire sortante Ada Colau (gauche radicale) et le parti populaire (droite espagnole). « Allez tous vous faire foutre ! », a dérapé Xavier Trias, qui se voyait retrouver le fauteuil de maire de la capitale catalane. Jaume Collboni, 53 ans, va cependant devoir gouverner en minorité : ses copains du moment, le parti d’Ada Colau et le Parti Populaire, siégeront dans l’opposition. Les journalistes du coin en salivent déjà.

Gérard Bertrand, Château l’Hospitalet 

Le Château l’Hospitalet à Narbonne (propriétaire : Gérard Bertrand) accueille jusqu’au 25 septembre l’exposition “Le Petit Prince et l’aviateur”*, organisée avec la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse (président : François d’Agay) à l’occasion des 80 ans du conte d’Antoine de Saint-Exupéry. Traduit en 544 langues (l’ouvrage le plus traduit, hors religion), Le Petit Prince aborde « des valeurs universelles et modernes pour la défense de la planète, la paix, la protection de l’enfance », rappelle Olivier d’Agay, petit-neveu d’Antoine de Saint-Exupéry (sa grand-mère était la sœur de l’auteur), membre de la Fondation, dans L’Indépendant du 15 juin (à lire ici). Créée en 2008, la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse consacre 300.000 € par an pour des actions pour l’éducation et l’insertion des jeunes, en France et dans le monde. Parmi ses projets : la création d’un musée Saint-Exupéry dans le château familial Saint-Maurice-de-Rémens dans l’Ain, et l’inauguration d’une statue du Petit Prince sur la 5e avenue de New York en septembre (sculpteur : Jean-Marc de Pas).
* L’exposition est accessible gratuitement tous les jours de 9h à 20h, avec des projections nocturnes à partir de 22h. Plus d’informations ici.

Jalil Benabdillah, Région Occitanie / Algo

Le vice-président de la Région Occitanie, en charge de l’économie, l’emploi, la réindustrialisation et l’innovation, planche sur le développement d’un nouveau site d’Algo à Castelnaudary (11). Un comité de pilotage s’est tenu le 31 mai à Carcassonne, pour aborder les aspects liés  » au foncier, à l’emploi et à la formation « , indique-t-il. Ont participé à ce copil Alex Signoles, président d’Algo, du préfet de l’Aude Thierry Bonnier, de Régis Banquet, président de Carcassonne Agglomération, de Patrick Maugard (syndicat mixte Oze), de Claudie Faucon-Méjean (Pôle emploi), de l’Arac Occitanie, d’Ad’Occ et des services de l’Etat, des collectivités et de la Région Occitanie.
> À (re)lire : le spécialiste de la maroquinerie de luxe Algo se dote d’une nouvelle usine, Les Échos, février 2022, en cliquant ici

Adina Revol, Commission européenne 

Transition climatique, canicule, sécheresse, Pacte Vert, financements européens en région… La porte-parole de la Commission européenne en France intervient ce 20 juin à la Maison de Ma Région à Perpignan lors d’une rencontre coorganisée par le Club de la presse Occitanie et le Centre Europe Direct Pyrénées. Plus d’infos ici. Inscription par mail à l’adresse contact@clubpresse.org. 

Jacques Le Conte, Kuzzle / Tech Day (IUT de Béziers)

Jacques Le Conte, PDG de la société éditrice de logiciels Kuzzle (Kaliop), sera présent le 26 juin prochain au Tech Day, événement organisé par l’IUT de Béziers pour favoriser les rencontres entre les étudiants du département Réseaux & Télécoms et les professionnels. La thématique : « l’IoT Industriel : de la captation de la donnée à la restitution de l’information ». Seront également présents, Richard Salvetat et Jean-Christophe Marpeau (Cap’tronic), Frédéric Camps (LAAS), Romain Bardon et Yannick Lecroart (Atos), Florent Bruguier (Secnum), Alain Fanet (Bondzai), et Jérôme Azé (IUT de Béziers). « Le séminaire s’adresse aux concepteurs de systèmes embarqués et d’objets connectés, aux responsables qualité, aux chefs de projet… », précise l’IUT de Béziers.  Inscription obligatoire avant le 23 juin. Plus d’infos, ici.   

Gaël Angoula, Ligue 1

C’est une belle histoire. L’ancien joueur de football professionnel (défenseur latéral) franco-camerounais Gaël Angoula, résidant aujourd’hui à Aigues-Mortes (30) avec sa famille, est promu arbitre de Ligue 1 pour la saison 2023/2024. Il arbitrait depuis 4 ans en Ligue 2, après sa retraite sportive en 2017. Après une adolescence mouvementée et un séjour en prison, puis une carrière honnête (champion de France de Ligue 2 en 2012 avec le SC Bastia), néanmoins marquée par de nombreuses expulsions, Gaël Angoula s’est acheté une conduite à travers l’arbitrage de haut niveau. À partir d’août (reprise du championnat), il portera donc le sifflet face à des joueurs avec qui, ou contre qui, il a joué dans le passé. « Il ressent de la pression après cette promotion, indique un de ses proches aux Indiscrétions. Il va multiplier les footings cet été pour s’assurer d’être au niveau ! » 

Dominique Bodet, Ville de Villeneuve-lès-Maguelone  (34)

Elle prend la direction de la communication de la Ville de Villeneuve-lès-Maguelone (maire : Véronique Negret), commune membre de la métropole de Montpellier, lit-on dans un post LinkedIn. Elle était auparavant directrice de la communication du conseil départemental de l’Aveyron (2021-2023) et de la communauté de communes du Pays de Lunel (2001-2021). 

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Bandeau partenaire Midi Libre, 6 février, Les Indiscrétions

Décodage

Décodage

9

On perce le coffre-fort

Agencehv réunit 300 décideurs aux arènes de Lunel

De gauche àdroite : Sarah Nguyen Cao Khuong (Agencehv), Alex Hackett (Alex Hackett Design), David Tebib (FTP Labo, Usam Nîmes Gard et Ligue nationale de handball), Clara Hardy (Sericyne), Mohamed Mohad (MCC Menuiseries, Inside et Quali Construction +) et Hubert Vialatte (Agencehv) ©Éric Durand

Rien ne les prédestinait à réussir dans l’entrepreneuriat. Et pourtant, ils cartonnent. Avec, comme armes, une dose de détermination supérieure à la moyenne, la peur de rien, une part d’instinct, la soif de reconnaissance. Voilà le fil invisible qui relie les quatre intervenants de la table ronde de notre soirée Réseaux Agencehv, ce 14 juin aux Arènes de Lunel : Clara Hardy (Sericyne, culture du vers à soie), Alex Hackett (Alex Hackett Design, designer de fleurs en papier et porcelaine), Mohamed Mohad (Quali Construction +, MCC Menuiseries et Inside, bâtiment, menuiseries et aménagement intérieur) et David Tebib (FTP Labo, Usam Nîmes Gard et Ligue nationale de handball). Ils ne se connaissaient pas avant : tant mieux. Pas d’entre-soi.

©Éric Durand

 Passé par la case prison dans sa jeunesse, parce qu’il était en colère et pas cadré, Mohamed Mohad, désormais à la tête d’une PME de 17 salariés – « et je pourrais en avoir bien plus, si je trouvais les bonhommes », sourit-il – a pris une sacrée revanche sur le destin. Il appréhendait de prendre la parole devant nos 300 invités, mais s’en est très bien sorti. « Je suis très touché et ému. Vous avez contribué à me donner une certaine reconnaissance que j’ai attendue toute ma vie », confie-t-il. « C’était une soirée très réussie. Je ne manquerais pas de vous faire part de mes indiscrétions ! », ajoute Clara Hardy. « La prise de parole est un exercice qui me sort de ma zone de confort, merci à vous rien que pour cela ! », enchaîne Alex Hackett. « Ton équipe est de grande qualité. Beaucoup de mundillo économique était présent. Il y a de la place pour quelques événements de ce type dans l’année », complète David Tebib. Et, de l’avis unanime de nos invités, ils ont été tous les quatre formidables.

De gauche à droite, les partenaires de la soirée : Marie-Thérèse Mercier (Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée), Jérôme Boisson (Communauté de communes du Pays de Lunel), Véronique Michel (Ville de Lunel), David Attoub, Vincent et Sofia Tribillac (Espacio Groupe) et Jean-François Gapillout (Helenis-GGL) ©Éric Durand

C’est aussi l’occasion de remercier les partenaires de la soirée, sans laquelle, selon la formule consacrée, celle-ci n’aurait pas pu se dérouler : Ville de Lunel, Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, communauté de communes du Pays de Lunel, Espacio Groupe et Helenis-GGL. Vous étiez 200 à la première édition, à Marseillan (partenaire : agence Blue). 300 pour la 2e édition, toujours sur invitation. On ne va pas s’arrêter en si bon chemin.
> Dans la newsletter du 26 juin : un « Zoom » dédié à la soirée, avant un webzine diffusé en juillet.
> Merci à nos confrères de l’agence de Midi Libre Lunel (chef d’agence : Jean-Pierre Souche), pour l’article paru dans l’édition de Lunel. Journaliste rédactrice de l’article : Anne Cathala. À lire en cliquant ici.

Les Angles (30) : ForProf lève 3,5 M€. ForProf, leader français dans la préparation au concours de recrutement de professeur des écoles, lève 3,5 M€ auprès de NextStage AM, annoncent en exclusivité Les Indiscrétions. Ce dernier rejoint les deux actionnaires historiques, BNP Paribas Développement et Sofilaro, au capital de la PME. Cet investissement va permettre « de renforcer les moyens humains et matériels pour la commercialisation de deux offres, LaFabriqueDuProf (offre de formation continue pour accompagner les instituteurs durant leurs premières années d’enseignement) et ForProfSchool (offre de soutien scolaire pour les enfants des salariés d’entreprises – du primaire au lycée -, assurée par des professeurs des écoles formés à la pédagogie). ForProf va aussi développer une agence de recrutement spécialisée, mettant à disposition des professeurs remplaçants formés, évalués et assistés au quotidien pour la prise en main de la classe.  
Créé en 1996 par Patrick Foglia, et repris à la suite de son décès en 2016 par trois cadres, Brigitte Buisson (actuelle directrice générale), Aurélie Lempérière et Patrick Petit, ForProf s’est imposé comme l’acteur de référence national privé de la formation des enseignants du 1er degré. Le groupe a développé un modèle d’accompagnement des stagiaires en omnicanal : cours en présentiel (réseau de 84 centres) et en distanciel, via des vidéoconférences, plateformes e-learning etc. Les cours sont assurés par 300 professeurs, tous issus de l’Éducation Nationale. ForProf a reçu la certification Qualiopi en 2019 puis en 2022. 300 formateurs interviennent chez ForProf.

Santé : Moody’s abaisse la note du groupement de laboratoires d’analyses Inovie

Après une période de crise sanitaire faste pour son business, les temps changent pour le laboratoire médical privé Inovie (Montpellier, 6.000 collaborateurs, chiffre d’affaires d’1 milliard d’euros en 2021). L’agence de notation financière américaine Moody’s a annoncé avoir abaissé de B2 à B3 sa note sur le groupe Inovie, dans une note accessible en cliquant ici. (Traduction anglais-français : Sylwia Rus).
L’agence pointe « l’affaiblissement du profil financier avec des mesures de crédit qui ne sont plus en adéquation avec une notation B2 » et « les perspectives de croissance limitées et le risque d’exécution lié au programme de réduction des coûts de l’entreprise ».

Conditions dégradées. Alors que les Assises des finances publiques ont été lancées ce 19 juin, Moody’s explique que le contexte économique impacte l’activité d’Inovie : « Pendant la pandémie, les activités d’analyse du Covid-19 ont permis aux laboratoires d’atteindre des niveaux records de revenus et de trésorerie. Cependant, depuis l’année dernière, les conditions du marché́ se sont dégradées dans le secteur de la biologie. Les laboratoires doivent faire face à̀ la baisse rapide de revenus des activités d’analyse du Covid-19, des réductions tarifaires et des coûts d’exploitation augmentés. Étant donné les marges élevées des activités d’analyse du Covid-19, la perte de revenus des tests Covid-19 se traduit par des marges plus faibles pour les laboratoires. Dans le même temps, la capacité à répercuter l’inflation des coûts sur les payeurs est limitée car les tarifs sont réglementés par les différentes autorités nationales de santé. En France (Aa2 stable), la faible croissance économique et les déficits des budgets publics ont entraîné des réductions des dépenses de santé au cours des dernières années. Moody’s estime qu’il existe un risque pour la croissance des revenus en raison des nouvelles négociations triennales à venir (2024-2026) avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie ».

Réduction des dépenses de personnel. Moody’s prévoit que « l’environnement réglementaire va continuer à̀ limiter les perspectives de développement organique d’Inovie, et que les coûts de financement élevés vont limiter les opportunités externes de développement. Heureusement, la société́ a lancé́ un programme d’économie visant principalement à réduire les dépenses de personnel qui ont augmenté́ en 2022 ».
Ardian et les co-investisseurs sont les actionnaires majoritaires d’Inovie, fondé en 2009. Le reste du capital est détenu par la direction générale et d’autres biologistes.

Réaction d’Inovie. « L’abaissement de la note d’Inovie est d’abord un énième signal d’alarme pour une profession mise en péril par la politique du gouvernement. Après 10 années d’austérité, qui ont permis à l’Assurance maladie d’économiser 5,2 milliards d’euros, la nouvelle baisse de la prise en charge des actes courants et le coup de rabot de 250 millions d’euros en 2023 menacent dangereusement le modèle de la biologie médicale à la française et sa capacité d’innovation, dans un contexte marqué pour tous les acteurs par une inflation sans précédent avec l’explosion des coûts liés à la crise de l’énergie. Si le Gouvernement ne revoit pas sa copie, 400 laboratoires (soit 10% des sites existants) et 10.000 emplois pourraient être menacés au niveau de la profession à court terme. Présent dans de nombreuses zones rurales, Inovie continue d’assumer son rôle d’acteur de proximité, notamment dans les déserts médicaux. Le Groupe poursuit son développement dans un contexte de retour à la normale de l’activité d’après Covid », répond aux Indiscrétions le groupe Inovie.

> À (re)lire : « Inovie sur le point d’acquérir le groupe Biofutur », pour Les Échos, septembre 2021, en cliquant ici, « Les laboratoires d’analyses dans le viseur du gouvernement », Les Échos, septembre 2022, en cliquant là.

Les entreprises artisanales en hausse en 2022 en Occitanie, selon la Chambre de métiers et de l’artisanat. Considéré comme « la première entreprise d’Occitanie », d’après Joseph Calvi, président de la CMA Occitanie, l’artisanat recense 212.792 entreprises dans la région (+ 9 % par rapport à 2021) et 438.263 actifs au 1er janvier 2023, déclare la CMA Occitanie dans un communiqué du 7 juin. La densité artisanale se renforce, pour atteindre 355 entreprises pour 10.000 habitants (+ 7 %). Le bâtiment en regroupe le plus grand nombre (38 %), suivi des services (34 %), de la production (15 %), et de l’alimentation (13 %). 27 % des entreprises ont plus de 10 ans d’ancienneté. L’âge moyen des dirigeants est de 46 ans, et 26 % des dirigeants d’entreprises artisanales sont des femmes.  
Leader régional de l’apprentissage dans le secteur des métiers, la CMA Occitanie comptabilise 9.110 apprentis. L’alimentation est la première filière de formation (27 %), suivie de la maintenance automobile et autres matériels (22 %), du bâtiment (19 %) et des services (14 %). 11,25% des apprentis sont en situation de handicap.  

2 M€ pour des espadrilles made in Perpignan. Fabricant catalan d’espadrilles, Payote (fondateur : Olivier Gelly) annonce lancer une levée de fonds de 2 M€ pour ouvrir sa propre usine de fabrication à Perpignan, lit-on sur PA Sport le 15 juin. Objectif : produire 1 million de paires par an et recruter 80 personnes. Sur les 2 M€, 1,5 M€ sont en pourparlers avec les banques partenaires, et 500 k€ sont recherchés par le biais de financement participatif. On en parlait dans Les Indiscrétions du 18 juillet 2022, dans la rubrique « À l’affiche », à lire ici.   

14 entreprises occitanes retenues pour la Grande Exposition du Fabriqué en France. Sur les 124 produits d’entreprises, artisans, producteurs et industriels (ici) sélectionnés pour la 3e édition de la Grande Exposition du Fabriqué en France, organisée les 1er et 2 juillet au Palais de l’Élysée (Paris), 14 sont basées en Occitanie. Seront ainsi présents les Ateliers de la liberté (09), Plastimage (11), Actia Telecom (12), la pépinière Tillandsia (30), La Botte Gardianne (30), Naïo Technologies (31), Jnov Tech (32), Dedienne Santé (34), France Noyer (46), Boucharenc (48), Knauf Insulation Lannemezan (65), Le Maillot Français (66), l’Atelier Missègle (81) et Cellulopack (82).   

Le port de Sète relance trois lignes maritimes vers l’Algérie

Le port de Sète lance cet été trois liaisons maritimes avec l’Algérie. Au total, une vingtaine d’escales vont être opérées jusqu’à 15 septembre par deux compagnies maritimes, Algérie Ferries et Corsica Linea, indique Olivier Carmès, directeur général du port. « Corsica Linea a affrété un navire de La Méridionale pour faire la traversée vers Béjaïa, en Kabylie, et Skikda, au nord de Constantine, avec une dizaine de liaisons entre le 15 juin et le 15 septembre. Algérie Ferries prévoit également de son côté une dizaine de liaisons, concentrées sur juillet et août, vers Oran », déclare-t-il. Sur la saison, environ 10.000 passagers sont prévus, à raison d’environ deux départs par semaine. « Nous sommes ravis de tester cette nouvelle destination, que Sète n’opérait pas, mis à part, à la marge, du fret, avec le rapatriement de véhicules d’occasion. »
Le port de Sète, propriété de la Région Occitanie, est positionné sur les liaisons maritimes avec le Maroc : 160.000 passagers enregistrés en 2022, avec des traversées vers Tanger et Nador, opérées par Grandi Navi Veloci (groupe MSC) et la compagnie espagnole Balearia. L’augmentation de la fréquentation attendue pour cet été est donc relative (de 160.000 à 170.000 passagers).

Branchement à quai. Dans le cadre du programme de verdissement du port de Sète, le ferry affrété par la Méridionale présente la capacité de se brancher à quai. Ce qui revêt un intérêt pour la plateforme héraultaise, engagé dans le déploiement du branchement électrique à quai des navires. Une convention a été signée en 2020 avec Enedis – Philippe Malagola, ex-directeur d’Enedis dans l’Hérault, est d’ailleurs le nouveau président de l’EPR Port de Sète Sud de France -, avec l’objectif de réduire à partir de 2024 les émissions des navires. « Corsica Linea pourrait être l’une des premières compagnies pour le branchement à quai, si les liaisons avec l’Algérie se poursuivent », indique-t-il.
Le port de Sète entend en effet intégrer de façon durable la destination Algérie, mais seulement « en complément par rapport à Marseille. Marseille, historiquement, c’est l’Algérie, et Sète, le Maroc », conclut Olivier Carmès.

Cette fois, c’est parti. Dix ans après la signature de la DUP (déclaration d’utilité publique) du projet, il était temps. Première soudure des rails de la ligne 5 de tramway de Montpellier, ce 24 juin à 10h30, à proximité de la colonne Saint-Eloi (secteur hôpitaux-facultés), en présence de Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, Julie Frêche, vice-présidente de 3M déléguée au Transport et aux mobilités actives et Laurent Nison, président de TaM. La Ville organise une journée d’animations ce24 juin de 10h à 18h30, au parc de l’Aiguelongue. Au programme : un cinéma en plein air avec deux projections (documentaire Le Chêne de Laurent Charbonnier et Michel Seydoux, et le film Princesse Mononoké de Hayao Miyazaki), et des ateliers comme la construction de la maquette du tramway. La future ligne 5 est designée par l’artiste Barthélémy Toguo. Lire notre décodage dans Les Indiscrétions du 23 janvier (à relire ici), et dans notre article dans ToulÉco, là. Plus d’informations ici.  

Les ZFE et les carburants durables s’invitent aux RIVE d’Alès. Le Pôle mécanique d’Alès Cévennes (Gard) accueillera la 14e édition des Rencontres Internationales des Véhicules Écologiques (RIVE), les 5 et 6 juillet. Cette année, les grandes thématiques seront les ZFE (Zone à faibles émissions) et les carburants durables comme vecteur de souveraineté énergétique. À cette occasion, Ad’Occ organise le “Village mobilité Hydrogène”, dédié aux exposants spécialisés dans l’hydrogène comme les entreprises Hyliko, Safra, Hyvia, et Qair.
Parmi les personnalités prévues aux RIVE : Jean-Luc Gibelin, vice-président du conseil régional d’Occitanie, le prince Albert de Monaco, Karima Delli, eurodéputée et présidente de la Commission des transports au Parlement européen, Amadou Koné, ministre des Transports de la Côte-d’Ivoire, ou encore Philippe Ribot, président de l’Association des maires et présidents d’intercommunalités du Gard. Les RIVE seront rythmées de 7 tables rondes et attendent près de 700 participants.

La Région Occitanie promeut l’avion vert au Bourget

À l’occasion du Salon international du Bourget 2023 (19-25 juin), la Région Occitanie met le cap sur la décarbonation de l’aviation, à travers son Plan Avion Vert. Il s’agit de contribuer à lancer une filière naissante, pas encore rentable. Initialement doté de 100 M€ sur la période 2022-2025, le plan est ainsi renforcé. 50 M€ supplémentaires vont ainsi être injectés dans la décarbonation de l’aviation (Les Indiscrétions du 12 juin). Parmi les entreprises présentes sur ce créneau, Beyond Aerospace, cofondée par Eloa Guillotin et Hugo Tarlé, qui développe des briques technologiques pour commercialiser un jet régional à hydrogène de 10 sièges à l’horizon 2030. « La Région finance la recherche interne sur l’hydrogène. Ces aides nous permettent de recruter. L’innovation est une clé pour réussir le pari de la décarbonation », relève Cyril Gagnepain, président et cofondateur de H2PULSE (Toulouse). Cette société de recherche et développement sur l’hydrogène gazeux et liquide accélère le transfert du savoir-faire et des résultats de la recherche vers le monde de l’industrie, pour déployer des solutions hydrogène, notamment pour les industriels du transport. 

Autre ‘piste de décollage’ de l’avion vert, les Appels à Manifestation d’Intérêt (AMI). Le premier AMI, lancé par la Région Occitanie en 2021 via son agence Ad’Occ, a permis d’identifier une vingtaine d’acteurs régionaux (Airbus, Safran, Antargaz, Airliquid, Genvia …). Une dizaine de projets (R&D, démonstrateurs…) seront accompagnés dans les prochains mois. À ce jour, la Région a engagé 6 M€ et retenu 20 projets.  

> Le catalogue des 46 entreprises régionales dont 8 start-up, présentes sur le stand de la Région Occitanie (600 m2) en cliquant ici . Au-delà du Pavillon Occitanie, 50 entreprises régionales exposent également sur le salon : Airbus, Figeac Aero, ATR, Thalès, Safran, Ascendance FT, Aura Aero, Sabena Technics… De grandes écoles et centres de recherche de la région sont également présents : Onera (centre français de recherche aérospatiale), ISAE Supaero (Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace), et Enac (Ecole Nationale de l’Aviation Civile). 

Hyd’Occ. Ce 29 juin, sur le port de Port-la-Nouvelle (11), pose de la première pierre d’Hyd’Occ, usine de production d’hydrogène renouvelable, portée par Qair Premier Elément, indique l’agenda de Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie.
Plus d’informations : « Hyd’Occ signe un protocole d’accord avec la Semop Port-la-Nouvelle pour l’implantation et l’exploitation d’une usine de production d’hydrogène renouvelable », novembre 2022, en cliquant ici, « Une usine de production d’hydrogène décarboné fin 2023 à Port-la-Nouvelle », pour Les Échos, mai 2021, en cliquant là.

Clermont l’Hérault : un nouveau crématorium à 17 M€. La mairie de Clermont l’Hérault (maire : Gérard Bessière) lance un avis pour la concession de service public relative à la construction, l’exploitation et le financement d’un crématorium (ici). Le marché est estimé à 17 M€. Date limite des candidatures : le 12 septembre.

Accompagner les propriétaires dans la rénovation de leur logement. La communauté de communes de Petite Camargue, présidée par André Brundu, signe une convention avec les cinq communes du territoire et l’Agence Nationale de l’Habitat pour la mise en place d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat – Renouvellement Urbain d’ici fin 2023, pour une durée de 5 ans (ici). L’objectif ? « Apporter un accompagnement et des subventions aux propriétaires souhaitant rénover leur logement », précise l’intercommunalité. La convention est mise à la disposition du public pour consultation jusqu’au 13 juillet. Plus à lire prochainement dans Les Échos.
À (re)lire dans Les Échos, « Gard : Petite Camargue multiplie les projets d’attractivité » (avril 2023)

Rencontres nationales des Scot : comment planifier dans l’incertitude ?

©Hubert Vialatte (Agencehv)

Comment planifier l’aménagement des territoires dans l’incertitude ? Voilà le thème (costaud) des Rencontres nationales des Scot (schéma de cohérence territoriale), organisées les 15 et 16 juin à Nîmes (Novotel Atria) par le Scot Sud Gard (président : Frédéric Touzellier) et la Fédération nationale des Scot, en présence de 400 élus, DGS, bureaux d’études, services urbanisme…. Les collectivités font en effet face à un mur de défis : décarbonation des mobilités, réindustrialisation, nouveaux modes de consommation, accélération des rotations immobilières et des changements de structures familiales, Zéro artificialisation nette (et un grand flou législatif actuel autour du sujet, comme l’ont expliqué le sénateur de Vaucluse Jean-Baptiste Blanc et Michel Heinrich, président de la Fédération nationale des Scot), réchauffement climatique, tensions sur la ressource en eau, enjeux de souveraineté alimentaire et énergétique, crise démocratique et de la légitimité des élus questionnant les modalités des concertations… « Tout cela dans l’urgence : il faut réviser les PLU et cartes communales avant 2026/2027 », rappelle Stella Gass, directrice de la Fédération nationale des Scot.  
Les deux experts François Gemenne (Giec) et le Général vincent desportes ont chacun, dans leurs domaines respectifs (urgence climatique et stratégie militaire), apporté des perspectives. Par exemple, pour le Général Desportes : l’importance d’expliquer à chacune et chacun qu’il a un intérêt à accepter telle ou telle mesure pour susciter l’adhésion, penser le présent par rapport au futur et non pas le futur par rapport au présent, développer des capacités d’adaptation permanente. 

Penser le présent par rapport au futur, et non l’inverse. François Gemenne a alerté sur le fait que les efforts d’aujourd’hui ne seront payés de résultats que dans des décennies, donc pour les générations futures. « Il va nous falloir apprendre à être altruistes. Et l’homme n’est pas naturellement altruiste… », a-t-il ironisé.  
Parmi les nombreuses pistes évoquées : « Les élus des Scot ne doivent pas cumuler. Président de Scot, c’est un mandat à temps plein (…) Il faut faire vivre la communauté d’élus, par des réunions avec des thèmes très précis, une animation sur les réseaux sociaux, la création d’un groupe Whatsapp... »  (Fabrice Liberato, Scot Cavaillon-Isle-sur-la-Sorgue-Coustellet) ; « Il y a un impensé pavillonnaire en France. Les lotissements sont à reprendre en matière de mobilité douce, de commerces de proximité etc. » (Valérie Charollais, Fédération nationale des CAUE) ; « Le critère d’attractivité, demain, pour une ville, c’est d’être à moins de 45 mn en train d’une métropole » (David Lestoux, expert nouveaux modes de vie et de consommation) ;  « L’incertitude actuelle chez la jeunesse, c’est le lien formation-emploi. On est à la fin d’un modèle. On ne peut pas continuer à surqualifier des jeunes et à disqualifier l’emploi » (Clément Reversé, sociologue) ; « Il est plus complexe de réaliser 4 fois 10 logements qu’une fois 40 logements. Or, on va vers un modèle d’aménagement avec des petites opérations. » (Sophie Lafenêtre, EPF Occitanie) ; « Il ne faut pas concerter pour concerter. Si les décisions sont déjà prises, il faut le dire à l’assistance d’une réunion publique. Et, surtout, éviter les acronymes complexes, et parler un langage simple et accessible » (Marie-Catherine Bernard, Palabreo).  
Plaisir d’avoir animé ces deux journées, avec l’aide précieuse et combinée de Stella Gass (Fédération nationale des Scot) et Sarah Nguyen Cao Khuong (Agencehv).  
Quelques photos à croquer en cliquant ici ; Plus à lire dans Les Echos.  

Ministres absents. « 4 ministres auraient pu venir : Clément Beaune, Olivier Klein, Agnès Pannier-Runacher et Christophe Béchu, indique un observateur aux Indiscrétions. Qu’aucun d’entre eux ne vienne à Nîmes est donc perçu comme une marque de défiance ou de désintérêt par les participants. Et c’est une erreur de la part du gouvernement de n’envoyer aucun ministre aux Rencontres nationales des Scot : les enjeux sont lourds, et les élus locaux ne sont pas opposés au Zan (zéro artificialisation nette). Ils veulent juste des éléments concrets sur les temporalités et les modalités d’exécution. »  

Le Zan, terre d’innovation. Perçu comme une contrainte, le Zan (Zéro artificialisation nette) est aussi une terre d’innovation. C’est le cas de la start-up Soilprint (Montpellier), spécialisée dans l’ingénierie des sols vivants et la prise en compte de la réglementation en vigueur (note des Indiscrétions : quand celle-ci est compréhensible, ce qui n’est pas gagné avec le Zan). Soilprint réalise, par exemple, « des caractérisations pédologiques réglementaires des zones humides, des classifications sanitaires pour le recyclage des terres polluées à vocation d’espaces verts et des potagers urbains, ou encore des vérifications du fonctionnement agroécologique des sols ». Soilprint développe également des solutions dans le monitoring de la biodiversité, le retrait-gonflement des argiles et l’amélioration du stockage de CO2 des bâtiments. Parmi ses partenaires, le CNRS, l’Université de Montpellier, l’Université Paul-Valéry, la Direction de la Transition écologique et énergétique de la Région Occitanie. Soilprint a été lauréate, en 2020, de la bourse FrenchTech Emergence, financée par Bpifrance.  

Le CHU de Toulouse distingué pour l’harmonisation de sa filière logistique. Dans le cadre des Prix Nationaux de la Qualité 2023, organisés par France Qualité, le CHU de Toulouse (15.000 salariés) fait partie des 9 lauréats récompensés pour leurs bonnes pratiques, apprend-on le 19 juin. Le CHU de Toulouse a lancé en 2019 une opération d’harmonisation de sa filière logistique, qui compte 330 agents répartis sur 7 établissements. L’objectif étant d’améliorer les pratiques entre les différents sites et d’assurer la montée en compétences des agents. « En 3 ans, le CHU de Toulouse professionnalise le métier encore émergent de ses 330 agents logisticiens hospitaliers. 41 référents formateurs permettent d’assurer des formations en interne, et la promotion professionnelle est favorisée : 80 % des nouveaux cadres sont issus du terrain », indique le dossier presse.  

Whylot s’étend. Spécialiste du moteur électrique à haut rendement, Whylot (Lot) organise le 23 juin une table ronde sur le développement industriel et le changement climatique avec l’intervention de François Gemenne, co-auteur du 6e rapport du GIEC. S’ensuivra une visite de son site de Cambes, à proximité de Figeac. Parmi les projets du groupe, l’extension du site de Cambes avec la construction d’une deuxième usine de 2.500 m² d’ici mai 2024, lit-on dans un post LinkedIn. Whylot (40 collaborateurs) est fondé et dirigé par Romain Ravaud.  

Création d’Imaneo, groupe de radiologues indépendants dans l’Hérault et le Gard. Les radiologues des groupes CRP, Imacam et I-Seris se regroupent pour fonder Imaneo (président : Jérôme Bénis), groupe de 70 radiologues indépendants dans l’Hérault et le Gard, apprend-on le 13 juin dans un communiqué. Tous sont actionnaires à parts égales. Ils se sont associés au fonds d’investissement Parquest, spécialisé dans les services à la santé. « La radiologie en France est aujourd’hui à un tournant et doit faire face à des challenges à la fois organisationnels et de démographie médicale. Le projet Imaneo porte les fondations de la radiologie de demain : accompagner les patients au plus près de leurs lieux de vie. L’indépendance médicale des radiologues fera la force de cette aventure », assure Arthur Brézac, directeur général délégué d’Imaneo. 8 nouveaux radiologues ont rejoint Imaneo début 2023, et le groupement projette d’en accueillir 5 de plus d’ici fin 2023. Avec ses 350 collaborateurs, Imaneo accueille 800.000 patients par an au sein de ses 19 centres, qui proposent une offre d’imagerie de proximité de diagnostic et interventionnelle. Imaneo réalise 16.000 examens de dépistages du cancer du sein par an. À fin 2023, Imaneo exploitera un parc de 28 scanners et IRM.

Logement social : Habitat Audois inaugure sa nouvelle agence à Narbonne

 

Sous le nom d’Agence territoriale Est, la nouvelle agence narbonnaise du bailleur social Habitat Audois est inaugurée le 16 juin, au cœur du nouveau centre d’affaires La Mayrale. Salle de réunion de 60 m², open-space de 50 m², 9 bureaux aménagés pour les salariés, salle de repos, cuisine… L’agence s’étend sur 400 m² et accueille 20 collaborateurs. D’ici 2025, devrait voir le jour sa cousine, l’Agence territoriale Ouest, à Carcassonne. L’objectif : renforcer la proximité. Présidé par Marie-Christine Bourrel, Habitat Audois gère près de 6.700 logements sur 108 communes, dont 1.600 logements implantés dans 40 communes sur l’est du département.

Béziers : implantation d’une concession Mazda-Honda. Sur le parc d’activités économiques de La Méridienne, situé à Villeneuve-les-Béziers (34) à la jonction de l’A9 et de l’A75, la SAS Lexa et l’aménageur Viaterra signent début juin l’acte pour l’acquisition par Lexa d’un terrain de 7.711 m², en vue de l’implantation d’une concession automobile multimarque (Mazda-Honda). Sont prévus des aires de livraison, bureaux, parkings clientèle et personnel, ainsi que des aires d’exposition de véhicules. Le démarrage des travaux est prévu pour début juillet. Il reste environ 15 ha cessibles sur ce parc de 80 ha.

Fret ferroviaire. La Région Occitanie lance un appel d’offres pour le marché de maîtrise d’œuvre pour le développement du fret ferroviaire du port de Port-la-Nouvelle (11), dont elle est propriétaire. Réception des offres avant le 21 juillet.

Cournonsec. La Ville de Cournonsec (34) lance un marché de maîtrise d’œuvre pour la création d’une plaine des sports et des loisirs. Date limite de réponse : 28 juin. Plus à lire en cliquant ici

Plan Eau régional. Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie, présente le Plan Eau Régional aux élus régionaux, ce 19 juin lors de l’assemblée plénière de la Région Occitanie.

ECM. C’est l’un des effets positifs possibles de la future gigafactory d’électrolyseurs haute-température de Genvia à Béziers. Le fabricant de fours industriels ECM, basé à Grenoble et leader mondial de la cémentation basse pression (processus de diffusion de carbone dans un alliage ferreux), pourrait s’implanter dans la zone d’activités économiques (OZE) Pierre-Paul Riquet, à Colombiers et Montady. Ce sous-traitant de rang 1 de Genvia, s’installerait sur 7 ha avec d’autres entreprises.

Foncière agricole : premier résultat en Lozère. Entrée dans sa phase opérationnelle depuis décembre, la foncière agricole d’Occitanie vient de concrétiser l’accompagnement de ses deux premiers projets d’installation d’agriculteurs en Lozère et en Ariège.
Jean-Louis Cazaubon, vice-président en charge de la souveraineté alimentaire accompagné par Aurélie Maillols, conseillère régionale et présidente de l’Arac, et Éric Chevallier, président du Comité technique départemental de la Lozère – Safer Occitanie, se rendent ce 23 juin à Rimeize (48) pour découvrir la reprise d’une exploitation laitière lozérienne par un tout jeune agriculteur.
« Clément Farges, jeune agriculteur de 22 ans, souhaitait reprendre l’exploitation de Marcel Valentin, suite à son départ à la retraite, indique l’invitation presse. La reprise de cette exploitation de vaches laitières nécessitait des investissements significatifs, avec notamment le rachat des bâtiments d’exploitation, du matériel, du cheptel et du foncier. Le projet ne pouvant être financé dans sa totalité via le circuit bancaire classique, la Foncière Agricole d’Occitanie, accompagnée par la Safer Occitanie, s’est portée acquéreuse du foncier de l’exploitation transmise de 74 ha (foncier non bâti), pour un montant de 150.000 €. Le portage est mis en place pour une durée de 9 ans. »
Cette foncière agricole régionale de France réunit la Safer Occitanie, la chambre régionale d’agriculture, la coopération agricole, les Jeunes Agriculteurs, les cinq caisses du Crédit agricole, les deux caisses de la Banque Populaire et la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées.

Avec son contrat de filière, le nautisme d’Occitanie met le cap sur l’emploi et l’innovation

Le 13 juin, l’État, la Région Occitanie et la Fédération des Industries Nautiques signent un contrat de filière portant sur l’industrie et les services nautiques d’Occitanie. Sa vocation est « notamment de permettre de répondre au besoin de recrutement, de soutien à l’innovation et d’accompagnement de la filière régionale dans sa transition écologique ». Parmi les axes de développement identifiés : développer l’offre de formation, favoriser le lien avec la recherche et le transfert de technologies pour la transition écologique, énergétique et numérique, favoriser la croissance et l’export des entreprises ou encore accompagner la déconstruction des bateaux en fin de vie et le recyclage. En Occitanie, la filière nautique représente 1.200 entreprises, soit 2.000 emplois, et génère 372 M€ de CA.   

Devenir un acteur majeur de l’IA dans l’imagerie médicale. Le groupe Guerbet devient l’actionnaire majoritaire de l’entreprise montpelliéraine Intrasense avec 56,46 % du capital, apprend-on dans un communiqué du 12 juin. Les deux spécialistes de l’imagerie médicale se rejoignent dans le but de devenir un acteur majeur de l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie médicale en oncologie. « Cette alliance capitalistique et industrielle représente un accélérateur de croissance pour Intrasense à court, moyen et long terme », déclare Nicolas Reymond, directeur général d’Intrasense. Rejoindre Guerbet, leader mondial de l’imagerie médical avec 732 M€ de chiffre d’affaires en 2021, devrait permettre à Intrasense de « devenir, au niveau international, un leader du logiciel en imagerie médicale ». Concrètement, Guerbet développera des algorithmes pour permettre une meilleure détection des maladies sur les images médicales (détection de lésions hépatiques, des cancers de la prostate, du pancréas et des lésions osseuses). Créée en 2004, Intrasense développe et commercialise une plateforme logicielle intitulée Myrian. Utilisée dans 40 pays et plus de 1.000 établissements de santé, elle assure un diagnostic médical, une prise de décision et un suivi sécurisé. L’entreprise compte 55 salariés. Avec plus de 12 M€ investit en R&D et 20 salariés dédiés à ce département, elle est labellisée « Entreprise innovante » par la BPI.
Une conférence de presse aura lieu le 21 juin dans les locaux d’Intrasense. Plus à lire dans Les Echos

Contournement de Langogne. La communauté de communes du Haut-Allier (Lozère) lance une enquête publique jusqu’au 5 juillet concernant le projet de contournement de Langogne (à lire ici). Ce projet consiste en une déviation de 7,2 kilomètres, couvrant les communes de Saint-Flour-de-Mercoire, Langogne et Lespéron, et visant à « améliorer la liaison entre les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes », lit-on dans un avis de l’Autorité environnementale. Autres objectifs poursuivis : sécuriser la traversée urbaine de Langogne, diminuer les nuisances liées au trafic (bruit et pollution) ou encore créer une nouvelle desserte de la zone sud de Langogne, où l’aménagement de la ZAE des Choisinets a été lancé. La vitesse sera limitée à 80 km/h. Le montant de l’opération est chiffré à 88,3 M€, mais « étant donné l’inflation actuelle, une mise à jour du coût estimé devrait être réalisée et le plan de financement précisé ». Début des travaux en 2025.

Rénovation des bâtiments du port de Sète-Frontignan. L’EPR Port Sud de France lance un avis pour la réalisation d’un diagnostic structurel et énergétique et de missions de maitrise d’œuvre pour les travaux de rénovation des bâtiments du port de Sète-Frontignan. Le montant maximum est fixé à 430 k€. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 20 juillet à 12h. Plus d’infos ici.

Travaux de VRD à Gigean. Dans l’Hérault, la SPL Bassin de Thau lance un avis pour la réalisation de travaux d’infrastructures de VRD et de traitement paysager d’un giratoire en lieu et place du carrefour dit « d’Issanka » sur la commune de Gigean (34). L’enveloppe budgétaire s’élève à 1,5 M€. Date limite du dépôt des candidatures le 13 juillet à 12h. Plus d’infos ici.

Maison de la formation à Toulouse. Le 12 juin est inaugurée la Maison de la formation Jacqueline Auriol, dans le quartier de Montaudran, au sud de Toulouse, lit-on dans un communiqué de l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier. Ce nouvel espace de 15.000 m² dédié à la filière du génie mécanique et productique pour l’aéronautique et le spatial « forme déjà 2.000 étudiants, depuis le 3 janvier 2022 ». 15 cursus de la licence au doctorat sont proposés. L’investissement s’élève à 39,13 M€. Architecte : Séquences Architecture et Urbanisme (Toulouse). Plus d’infos ici.

Inauguration d’un nouveau siège pour le CAUE 31, à Toulouse. Le 16 juin, le CAUE 31 (comité d’architecture d’urbanisme et de l’environnement de Haute-Garonne) inaugure son nouveau siège, situé à la cour Baragnon à Toulouse. Ayant pour vocation de favoriser l’échange autour de l’architecture, l’urbanisme et le paysage, l’établissement est financé à hauteur de 5,2 M€ par le Conseil départemental de Haute-Garonne. Plus d’infos ici.

Reconquête du commerce rural : 8 lauréats en Occitanie. Les communes de Clermont (Ariège), Panjas (Gers), Corronsac et Grazac (Haute-Garonne), Le Bosc (Hérault), Pern (Lot), et les départements de la Lozère et de l’Hérault sont lauréats du programme de reconquête du commerce rural, lancé le 1er mars et inscrit dans le plan France Ruralités de l’État. Ils font partie des 76 lauréats annoncés ce 15 juin par la Première ministre Elisabeth Borne, aux côtés d’Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, et de Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la ruralité. Objectif : soutenir les projets d’implantation de commerces (multiservice ou itinérant) en zone rurale, à l’heure où plus de 21.000 communes françaises ne disposent plus d’aucun commerce. « Cela permet de rendre accessible une offre de proximité, créer de l’emploi pour les habitants, et permettre le maintien des activités dans des lieux souvent perçus comme des remparts à l’isolement social », explique Dominique Faure.
Les 8 lauréats d’Occitanie bénéficieront d’un total de 286.000 € de subventions sur une enveloppe globale de 2,4 millions investit par l’État. Parmi les projets : plusieurs achats de locaux pour installer des commerces multiservices (épicerie, café, bar, restaurant) en Ariège, Haute-Garonne et le Gers ; l’achat d’un véhicule pour un commerce itinérant type Foodtruck sur le département de l’Hérault ; ou encore un projet d’épicerie citoyenne et participative à Le Bosc.  Les porteurs de projet peuvent déposer leur dossier de candidature via ce lien.

Projet d’urbanisme : la mairie de Toulouse présente ses 6 Cahiers Toulousains. La mairie de Toulouse présente le 12 juin, « Les 6 Cahiers Toulousains ». Représentant 6 secteurs différents de Toulouse (Centre, Rive Gauche, Nord, Est, Sud-est, Ouest), ces cahiers ont pour objectif de partager auprès des habitants et des entrepreneurs les ambitions urbaines et futures de la Ville rose. Pour arriver à des projets d’urbanismes cohérents, la population de chaque secteur est consultée et 5 thématiques sont retenues : environnement, convivialité, mobilité, activité et formes urbaines. Plus d’infos, ici.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Transmission d’entreprises : la gestion de la trésorerie de plus en plus regardée par les repreneurs

« Crise et évaluation : qu’est-ce qui a changé ? » C’est le thème de la table ronde du réseau TransmiPro, groupement de professionnels de transmission et reprise en Occitanie porté par la CCI Hérault (président : André Deljarry), organisée le 15 juin dans les locaux de CCI Entreprises. Des débats animés par Sarah Nguyen Cao Khuong (Agencehv).

 

De gauche à droite, Sylvie Fardin, conseillère transmission à la CCI Hérault, Cloé Houny et Denis Martins du Crédit Agricole du Languedoc, Loïc Duffault de KPMG, Nicolas Unal de Unis Avocats, et David Dufour du cabinet Atec ©Sarah Nguyen Cao Khuong/Agencehv)

 Un repreneur pour en parler. La table ronde a été introduite par Arturo Del Rio, président de Stim France, entreprise d’analyse d’images vidéo basée à Saint-Aunès, qu’il a reprise en 2020, en plein Covid. « Si c’était à refaire, je le referais. Le contexte doit avoir uniquement un impact sur la manière de reprendre une entreprise, sur les négociations, mais jamais sur l’envie de reprendre, car nous serons toujours dans un contexte de crise ! », rappelle-t-il à la trentaine de dirigeants repreneurs ou cédants présents dans la salle. Également membre élu de la CCI hérault, Arturo Del Rio a rappelé l’objectif des groupes de travail autour de la reprise et la transmission d’entreprise qu’il anime aux côtés de Samuel Hervé, vice-président délégué à l’entrepreneuriat et aux actions économiques à la CCI Hérault.

Cinq experts de la transmission d’entreprise. La table ronde a accueilli cinq professionnels de la transmission : le Crédit Agricole du Languedoc représenté par Cloé Houny, en charge de l’activité transmission cession acquisition et Denis Martins, directeur de la banque d’affaires ; Loïc Duffault, expert-comptable et commissaire aux comptes, associé du cabinet KPMG, et expert judiciaire en évaluation d’entreprise ; Nicolas Unal, avocat chez Unis Avocats à Montpellier ; et David Dufour, directeur du cabinet ATEC (La Grande-Motte), spécialisée dans la vente d’entreprises, la valorisation de fonds de commerce et parts sociales de société.

L’impact du contexte sur la transmission. Avec la hausse des coûts des matières premières, de l’énergie, des salaires, les méthodes d’évaluation s’appliquent-elles de la même façon ? Oui. « Si la valorisation de l’entreprise est bien faite, tous ces éléments sont pris en compte et anticipés, que ce soit avant ou après crise », rassure Loïc Duffault. Une anticipation qui a également lieu dans la rédaction des actes de vente. « Nous intégrons des méthodes de valorisation dans nos rédactions pour recalculer le prix de vente final et sécuriser l’accord des parties : une vente se faisant sur 6 mois, beaucoup d’éléments peuvent faire évoluer ce prix », alerte Nicolas Unal. Il observe aussi un impact sur le comportement des repreneurs. « La gestion de la trésorerie semble de plus en plus recherchée. Les acquéreurs souhaitent s’assurer d’une trésorerie nette plus conséquente pour faire face à une éventuelle augmentation du BFR (besoin en fonds de roulement) », ajoute-t-il.

Questions de la salle lors de la conférence TransmiPro de la CCI Hérault ©Sarah Nguyen Cao Khuong/Agencehv)  

 La psychologie du dirigeant. « La psychologie du dirigeant est aujourd’hui un point central dans le métier de la transmission, explique Cloé Houny. Le timing est important et le contexte peut en freiner plus d’un à vendre, alors qu’ils étaient pressés il y a 3 ans. » Et la psychologie, cela peut concerner la cession… de son numéro de téléphone portable, qui fait partie intégrante des actifs d’une entreprise. Certains dirigeants de PME sont paniqués à l’idée de devoir céder leur ligne de mobile à leur repreneur. « C’est comme une mort sociale. Cet aspect peut freiner les dossiers, s’il n’a pas été anticipé », indique un observateur. Sans compter les (trop nombreux) dirigeants de PME qui ne veulent pas lâcher la rampe, au risque de mettre en péril leur affaire – mais c’est peut-être, inconsciemment, l’objectif recherché.

Des secteurs plus impactés que d’autres. Les secteurs les moins impactés sont ceux de la santé, de la tech et de la transition énergétique. Au contraire, les secteurs de la distribution et du retail sont les plus impactés par le contexte de crise lors des transmissions, analyse Denis Martins, du Crédit Agricole du Languedoc.

Le bon timing. Un dirigeant d’entreprise a demandé quel serait le bon timing pour entreprendre les démarches en vue de la cession de son entreprise, s’il souhaite la vendre d’ici 2 ans. « Maintenant ! » répondent en chœur les intervenants. « Vous êtes même un peu en retard, nous recommandons de vous y prendre 3 ans avant », ajoute Loïc Duffault.

Reprise d’entreprise : le réemploi à l’heure du manque de foncier. « Nous constatons qu’il y a beaucoup de chefs d’entreprise qui démarrent une activité ex-nihilo. Or, sur notre territoire, il existe des entreprises qui ont fait leur preuve, et qui pourraient être cédées. À l’heure où le foncier manque, c’est une solution à prendre en compte. J’étais donc présente pour proposer des fonds de commerce à de nouveaux entrants sur le marché », explique Anne-Claire Sobraques, de La Réserve Immobilière (Gallargues-le-Montueux), spécialisée dans la location, accession ou cession de locaux d’entreprises, présente dans la salle.

3 questions à

3 questions à

Yann Gérard et Clémence Peyrot, Adéquation

« Avec la fin du Pinel, l’immobilier neuf va se réinventer » 

Invitant la presse économique du Clapas le 8 juin, Yann Gérard (directeur national Etudes et Conseils) et Clémence Peyrot (directrice régionale Occitanie), du bureau d’études Adéquation (immobilier neuf), livrent des pistes sur la façon de repenser le développement du logement neuf. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.Yann, quel est ton analyse de la situation, avec des chiffres-clés ?Dans la métropole de Montpellier, le prix du logement neuf s’élève à 5.800 €/m2, soit une hausse des prix de 12 % par rapport à 2021, et une baisse, en volumes de ventes, de 49 %. À Toulouse, le prix moyen est de 4.830 €/m2 (+ 7 %), et les volumes de vente baissent de 67 %. Mais, au-delà de cette évolution facialement à la hausse, je pense que les prix vont finir par stagner. D’autant plus que la hausse des taux d’intérêt impacte les capacités budgétaires des ménages. La part des investisseurs baisse, y compris à Toulouse, où elle devient minoritaire, du fait d’une baisse de rentabilité – les prix étant plus élevés, les loyers ne suivent pas. Le marché est bloqué par la demande. Nous observons aussi une installation durable de la vente en bloc dans la promotion immobilière. Cette part devrait représenter 26 % en 2023, dont 17 % de ventes en bloc à des logements sociaux. Par ailleurs, les résidences services (seniors, étudiants) augmentent. Les promoteurs n’en faisaient pas traditionnellement. Aujourd’hui, des filiales sont créées, avec une prévision de 13 % de la production au niveau national dans les résidences services, au lieu de 11 % en 2022, 8 % en 2021 et 5 % en 2020.

Clémence, le dispositif Pinel est sacrifié pour économiser des deniers publics. Le Pinel rapporte-t-il plus, ou coûte-t-il plus ?La suppression du Pinel sera en partie récupérée par du logement locatif intermédiaire. Mais il y a une question de volume. Les investisseurs institutionnels ne pourront pas créer autant de logements locatifs intermédiaires qu’on ne le fait jusqu’à présent pour le Pinel. Il faut quand même des promoteurs pour sortir les opérations, or, beaucoup d’opérations sont bloquées. Le Gouvernement lance un plan « 47.000 logements ». Une partie est déjà négociée, mais il n’est pas certain que l’offre soit disponible chez les opérateurs. Quant à ce que coûte le Pinel à l’État, et ce qu’il rapporte, le débat reste ouvert. Certes, il y a eu des dérives dans les années 2000, avec les dispositifs de défiscalisation antérieurs au Pinel, dans des villes comme Montauban, Carcassonne, Marmande, Avignon… Mais le dispositif Pinel ne fonctionne pas de la même façon. Et son effet sur les volumes est certain. La précommercialisation est boostée par les investisseurs, qui sont touchés par les réseaux, plus tôt que les propriétaires occupants. On remarque, dans le discours ambiant de l’exécutif, une tendance à percevoir l’immobilier comme une rente immobilière. Selon l’entourage du Président Macron, l’argent des particuliers doit être injecté ailleurs que dans l’immobilier. Il n’y a pas de perspective d’après-Pinel pour les promoteurs. Ils font face à une très grosse inconnue. Il va y avoir des problèmes de fonds propres, potentiellement des faillites. Mais c’est un marché résilient. On peut faire confiance à ses acteurs pour s’adapter, comme ils l’ont fait par le passé.

Le monde de l’immobilier neuf doit donc se réinventer. Comment ?  L’immobilier neuf va devoir changer de braquet. Et les caps à passer devront l’être plus rapidement qu’en période normale. Parmi les solutions, on peut citer Action Cœur de Ville 2, qui va se concentrer sur les entrées de ville commerciales, offrant un foncier exploitable. Les réserves parapubliques (universitaires, ferroviaires) et industrielles sont également ciblées. Au total, 243 zones commerciales de périphérie sont fléchées dans les 21 plus grandes zones urbaines françaises, soit 55.000 ha de gisement foncier, et un potentiel de 70 millions de m2 à usage mixte. Les produits à développer sont ceux favorisant la solvabilité des ménages, comme le BRS (bail réel solidaire). Le CNR (conseil national de refondation) parle de rehausser les plafonds de revenus du BRS. Cet outil est très utile pour sortir les opérations. À Lyon, il n’y a plus une seule opération sans BRS. Cela va arriver à Montpellier. Ce qui s’annonce également, ce sont de nouveaux modèles : flexipropriété, leasing (sur le modèle de Cezame, de Promeo), coinvestissement, coliving… Avec les nouveaux usages du logement, et les tensions sur le marché, une nouvelle approche s’impose. La plus-value immobilière ne sera plus forcément recherchée par les acquéreurs, même si l’esprit de capitalisation demeurera. Autre piste, la transformation de bureaux en logements, et les opérations de réhabilitation, en travaillant sur des passoires énergétiques.

Plus à lire dans le supplément « Guide de l’Acheteur » de Touléco.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Je reçois un appel téléphonique pour le moins surprenant, le 13 juin. « Bonjour, je suis (bip 1), directeur de cabinet de (bip 2). M.le maire de (bip 3, une commune du Pays de l’Or, dans l’Hérault) est invité à votre soirée Réseaux le 14 juin aux arènes de Lunel, et il vous en remercie. Avant de vous répondre s’il viendra ou pas, j’aurais une question de sa part : prendra-t-il la parole ? » Je réponds aimablement que non, qu’il est invité parce que je le connais depuis des lustres, que les problématiques de son territoire sont en parties communes avec celui de Lunel, mais que les prises de paroles sont réservées aux entrepreneurs résilients de la première table ronde, puis aux partenaires de la soirée.  
SMS, une heure après : « Désolé, mais le maire ne pourra pas être présent. » Sous-entendu : si on lui avait tendu le micro, il serait bien venu. Voilà une vision du monde quelque peu passée et anachronique. Le pouvoir ne se résume pas à la prise de parole. Être présent à une soirée réseaux réunissant 300 décideurs – et ce, quel que soit l’organisateur – fait avancer le territoire, collectivement et individuellement. Et n’est-ce pas le métier d’un élu ? En résumé et comme message essentiel : voyez plus loin que le bout du micro !

La phrase

« Sur le volet mobilité, dans le cadre des contrats de plan État/Région, 8 Md€ viennent d’être annoncés par l’État. Mais pour moderniser et développer les transports à la hauteur du défi du réchauffement climatique et des attentes des usagers, c’est 15 milliards qu’il fallait pour la France. C’est ce que font l’Allemagne ou encore l’Italie. L’exécutif demande aux collectivités locales de faire des efforts alors qu’elles ne participent en rien au déficit public. »

Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie et de Régions de France, dans un entretien croisé avec David Lisnard, maire LR de Cannes et président de l’Association des Maires de France, accordé au JDD ce 18 juin, et dans lequel les deux élus expliquent pourquoi les associations d’élus qu’ils représentent ne participent pas aux Assises des finances publiques, organisées ce 19 juin par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie.  
 
Lire l’entretien croisé en cliquant ici.

On s’en fout

La CCI du Gard, telle une corrida. La cour administrative d’appel de Toulouse confirme le 13 juin le jugement de première instance du tribunal administratif de Nîmes, qui annule l’élection du collège Services de la CCI Gard . Pour ce collège, un scrutin aura lieu en septembre. Il devrait voir s’opposer les deux listes des élections de 2021 : « Coeur gardois », de Philippe Broche, le candidat battu, et « La proximité augmentée » d’Éric Giraudier, l’actuel président.

Pourquoi un nouveau vote ? Dans ce collège, l’écart de voix était très faible. De plus, les juges administratifs reprochent à Giraudier la reproduction sur sa profession de foi des photos de personnalités, sans leur accord ni leur soutien, ainsi qu’un envoi massif de SMS et de mails, après la date limite de la campagne de 2021.

Giraudier tempère. Dans un communiqué, Éric Giraudier tempère la portée de la décision de justice. « La majorité en place est confirmée . Sera remis au vote le seul collège service. La préfecture doit, selon le Code de commerce, organiser de nouvelles élections dans les deux mois suivant cette décision (soit, probablement, en septembre, NDLR). La majorité au sein de l’assemblée générale de la CCI n’est pas affectée et la stabilité de la gouvernance est donc assurée ». Les élections des deux collèges Commerce et Industrie étant par ailleurs confirmées par la cour administrative d’appel, Éric Giraudier semble en position de force pour garder son fauteuil de président jusqu’aux prochaines élections, prévues fin 2026.  

Haines revanchardes. Mais d’après un adversaire de Giraudier, connaisseur des arcanes consulaires, « ce n’est pas joué ». « Quelle sera la répartition des élus de chacune des listes dans le futur collège Services ? Il n’est pas exclu que Giraudier ne soit pas réélu dans ce collège », estime-t-il. L’épisode intervient dans un climat déjà conflictuel. L’actuelle directrice générale adjointe de la CCI Gard, Valentine Wolber, s’est vue refuser sa nomination au poste de DG par la CCI Occitanie et CCI France, du fait de son mandat d’adjointe au commerce à la Ville de Nîmes dirigée par Jean-Paul Fournier. « De plus, il n’y a pas besoin d’une DGA dans une CCI de 45 salariés. En termes d’affectations de ressources financières, c’est un choix très contestable, alors que les dotations se sont considérablement réduites », ajoute cette source. Ce qui fait réagir l’intéressée, qui évoque « des haines revanchardes » chez les adversaires du camp Giraudier. Toujours est-il que le préfet de région Occitanie, Pierre-André Durand , a donné une injonction à Éric Giraudier pour qu’il nomme un directeur général avant fin juin. Par ailleurs, une enquête mandatée par Bercy et la préfecture de région, menée dans les services de la CCI 30 et portant sur les risques psychosociaux, ferait ressortir de graves tensions en interne. Le dossier est entre les mains du procureur de la République de Nîmes, saisi au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale.

Autre sujet de discorde, le projet de Maison de l’Entreprise à Nîmes, futur siège de la CCI Gard, un projet porté par Éric Giraudier, épinglé en 2021 par un rapport de la chambre régionale des comptes Occitanie . « Les chantiers prioritaires pour les entreprises sont les enjeux numériques, la transition énergétique, les problèmes de recrutements, le capital humain, l’animation des réseaux d’entreprises comme le fait bien la CCI de l’Hérault. Une CCI n’a pas vocation à porter un programme immobilier », glisse un entrepreneur proche de Philippe Broche.  
La CPME du Gard, présidée par Sabrina Jean, prend fait et cause pour Philippe Broche (sans le nommer), avec un communiqué diffusé ce week-end, et intitulé « Une CCI ne mérite pas ça ». « La CPME Gard dénonce l’imbroglio dans lequel se retrouve une nouvelle fois la CCI Gard, déjà sans direction générale, et maintenant sans Présidence. La CPME du Gard prend acte de la décision de justice qui annule les élections de la liste service de la CCI du Gard, du fait des agissements de la liste menée par le président, désormais évincé de la CCI. Pas de président, pas de directeur général depuis 1 an : une situation unique en France, dont l’image du Gard se serait bien passée, tout comme l’institution consulaire dans son ensemble. Il est important de rappeler que la Chambre régionale des Comptes avait dénoncé en novembre 2021 le projet de « Maison des Entreprises ». L’ancien (note : actuel) président de la CCI Gard n’en a eu cure et a persévéré dans la réalisation de son projet, passant progressivement son budget d’investissement de 5 à 15 puis 19 M€. Autant de budgets supprimés pour être réellement au service des entreprises. La CPME Gard espère que les élections du collègue Service qui seront menées suite au jugement de la Cour d’Appel, apporteront à la CCI un ensemble de chefs d’entreprises avec une vision de la CCI cohérente avec les missions qu’elle se doit de mener. Elle espère également que les élus des collèges Commerce et Industrie prendront conscience de la situation catastrophique dans laquelle est la CCI Gard, et qu’ils reprendront tous le chemin des assemblées générales pour prendre des décisions structurantes et responsables. » On a hâte d’y être !  

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse

9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Thierry Aznar, Bertin Nahum et Kévin Polizzi vont réaliser Castel Med Park à Castelnau-le-Lez (34) 

 

8.000 m2 de bureaux divisibles, 2.000 m2 d’espaces paysagers, 110 places de stationnement (dont 30 dédiées aux véhicules électriques) et 80 places de stationnement vélos. Ce 28 juin, le promoteur immobilier Thierry Aznar (Aeko), l’entrepreneur Kévin Polizzi (Unitel Group, hébergement de données et transformation numérique) et Bertin Nahum, dirigeant de Quantum Surgical (robots chirurgicaux) et intervenant sur cette opération à travers sa société Muhan Invest, présentent l’opération immobilière de bureaux Castel Med Park. Situé à proximité immédiate de la station de tramway Georges Pompidou (ligne 2), ce projet sera « un écosystème de bureaux créatifs nouvelle génération ». Il intègrera notamment une conciergerie, des solutions d’animation et d’assistance, un service de dépannage, un espace food trucks, des soins esthétiques, bien-être, loisirs (organisation de voyages sur-mesure, commande de billets de transports, de spectacle ou de croisières), des réservations de taxis, entretien et lavage véhicules, l’organisation d’événements privés… Architecte : A+ Architecture.

Quatre bâtiments vont sortir de terre. L’architecte Philippe Bonon évoque « des percées laissant entrer la lumière naturelle dans les espaces de travail, et un socle minéral revêtu d’un parement en pierre agrémenté de plantes grimpantes (…). Les bâtiments s’habillent d’un barrage à ondes plissés dorées pour affirmer une architecture élégante. Les terrasses panoramiques desservent les espaces partagés : salles de réunions, tisaneries, salles de sport et de bien-être… » Une crèche de 20 berceaux, un parcours de santé et 700 m2 de panneaux photovoltaïques sont également prévus dans cet ensemble.

Ce programme vient s’ajouter au biocampus Cortex, également porté par Thierry Aznar et Bertin Nahum, et avec François Fontès comme architecte. Pour Les Echos, novembre 2022, à (re)lire en cliquant ici 

_______________________________________

Ax-les-Thermes : le Château Villemur requalifié en hôtel 4 étoiles d’ici octobre 2024   

 

Un complexe hôtelier 4 étoiles de 3.500 m2, avec 51 chambres et un restaurant semi-gastronomique. C’est le projet de requalification et d’extension du Château Villemur, situé à Ax-les-Thermes en Ariège. L’Agence Régionale Aménagement Construction (Arac) Occitanie a signé jeudi 8 juin une Vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) de cet ensemble, et un Bail en l’état futur d’achèvement (BEFA) avec le futur exploitant, Horeterm (Carcassonne).

Objectif : développer le territoire et redynamiser l’offre touristique. L’hôtel du Château Villemur créera 25 à 30 emplois.

La requalification du Château comprend un restaurant semi-gastronomique de 60 couverts en salle et 60 en terrasse, des salles de séminaires, un bar et deux appartements de deux chambres. Une salle de petit-déjeuner sera construite avec le complexe hôtelier. Livraison prévue en octobre 2024. Architecte : Delbedat & Rivel (Carcassonne).

_______________________________________

Haute-Garonne : un nouveau domaine agricole et hôtelier pour 2025

 

À l’occasion de ces 10 ans, le groupe Terre de Pastel (PDG : Jean-Jacques Germain ; Labège) annonce le 14 juin la construction d’un domaine agricole et hôtelier 5 étoiles à Buzet-sur-Tarn (31) sous le nom de « Domaine Bleu par Nature », lit-on sur Facebook. Vaste de sept hectares et avec un investissement de 15 à 16 M€, l’ensemble sera dédié à la plante occitane, précisent nos confrères d’Actu.fr. Quatre hectares auront une vocation agricole (culture du pastel) et les trois hectares restants accueilleront des bâtiments. Complexe hôtelier de 60 chambres (4.900 m²), spa de 1.200 m², résidence d’artistes, centre de formation, restaurant gastronomique… prendront place au sein du domaine d’ici 2025. L’architecture est confiée à My Architectes (Toulouse).

_______________________________________

Béziers : L’Hours s’achève avec un programme d’Envol (Hectare)

 

Dans le quartier de l’Hours, entre le centre-ville de Béziers et le futur pôle d’échanges multimodal (avec l’arrivée de la LGV depuis Montpellier prévue en 2034), les engins de chantier sont actuellement en activité sur l’emprise du futur programme immobilier Athéna, porté en co-promotion par Envol (groupe Hectare) et Les Villages d’Or. Architecte : Jean-Baptiste Miralles (Montpellier). Ce programme mixera logements, bureaux, activités tertiaires et stationnements, fait savoir l’aménageur Viaterra. Situé le long de l’avenue Wilson, sur une parcelle de 3.450 m2, Athéna proposera sur un bâtiment en R+7, en accession libre, 119 logements, quatre locaux d’activité, deux espaces bureaux en rez-de-chaussée et deux niveaux de parking enterrés. 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Occitanie

La Région Occitanie lance un avis pour la réalisation d’audits menant à la labellisation Certif’Région.  

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La CCI du Gard lance un avis pour les travaux de construction de la Maison de l’Entreprise à Nîmes. 

Le Département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour des travaux d’amélioration de la sécurité. 

La SERM lance un avis pour des travaux de reprises ponctuelles de voirie et réseaux EU dans le cadre de la ZAC Malbosc phases 4, 4bis et entrée de ZAC à Montpellier. 

Carcassonne Agglomération lance un avis pour les travaux de réhabilitation de la station d’épuration de Capendu/Marseillette. 

La commune d’Uzès lance un avis pour la rénovation des façades et des menuiseries dans l’ancien évêché d’Uzès. 

La commune d’Entre-Vignes lance un avis pour la construction d’un établissement d’accueil du jeune enfant de 20 places à Entre-Vignes. 

La commune de Marguerittes lance un avis pour la rénovation énergétique du groupe scolaire Peyrouse. 

La Ville de Remoulins lance un avis pour des travaux d’aménagement de voirie et d’espaces d’accompagnement de bâtiments, de signalisation et mobilier, d’enfouissement des réseaux secs et d’entretien. 

La Ville de Montpellier lance un avis pour la restructuration du palais des sports Pierre de Coubertin à Montpellier. 

L’EPTB Vidourle lance un avis pour le confortement de la digue de 1er rang et le démantèlement d’une vanne suivi de la reconstruction de l’ouvrage. 

Le Département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour des travaux d’entretiens et de réparation au Palais des Roi de Majorque. 

MEDAD-DGAC-SNIA lance un avis pour la rénovation du bloc technique et installation d’une GTC à l’aéroport Montpellier Méditerranée. 

Le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc lance un avis pour la rénovation énergétique d’un bâtiment à usage tertiaire. 

La Ville de Clermont-l’Hérault lance un avis pour la construction, l’exploitation et le financement d’un crématorium à Clermont-l’Hérault. 

L’EPR Port Sud de France lance un avis pour la réalisation d’un diagnostic structurel et énergétique et de missions de maitrise d’oeuvre pour les travaux de rénovation des bâtiments du Port de Sète – Frontignan. 

La SPL Bassin de Thau lance un avis pour une mission de maîtrise d’oeuvre en vue de la réalisation de travaux d’infrastructures de VRD et de traitement paysager d’un giratoire en lieu et place du carrefour dit « d’Issanka » sur la commune de Gigean. 

Occitanie Ouest 

La Communauté de communes de Haute Ariège lance un avis pour la création d’un pôle d’enfance à Les Cabannes. 

Le Crous de Toulouse-Occitanie lance un avis pour la construction d’une résidence pour étudiants à Chapou sur Toulouse. 

Rodez Agglomération lance un avis pour la création de la maison de santé pluridisciplinaire de Rodez centre. 

La Ville de Lourdes lance un avis pour l’aménagement des places et la transformation des Halles. 

La SPL ARAC Occitanie lance avis pour la restructuration générale au Lycée Hélène Boucher à Toulouse. 

La SPL Audeo lance un avis pour la restructuration d’un bâtiment industriel à Carmaux dans le cadre du Fonds Friches. 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour des travaux de reprise la toiture du bâtiment Leriche. 

Le Syndicat Mixte Aéroport Rodez-Aveyron lance un avis pour la réhabilitation des hangars aéronautiques. 

Communication 📣
Eau / Assainissement 💧
Emploi 💼

Occitanie Est 

Le Département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour la mise à disposition de personnels polyvalents pour les collèges du département des Pyrénées-Orientales. 

Énergies ⚡

Occitanie Est 

La commune de Marguerittes lance un avis pour des ombrières de parking et couverture de cours de tennis en panneaux photovoltaïques Espace Praden. 

Occitanie Ouest 

Le Conseil départemental de l’Ariège lance un avis pour l’acheminement et la fourniture d’électricité et de gaz de naturel. 

Immobilier 🏟️

Occitanie Ouest 

L’Office Public de l’Habitat du Tarn lance un avis pour la construction de 50 logements locatifs sociaux à Lescure d’albigeois-Les Grèzes. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Toulouse Métropole attribue les diagnostics express et préconisations pour les copropriétés en difficulté à Citémétrie SAS. Valeur totale du marché : 135 000 euros.

Le Département des Hautes-Pyrénées attribue les travaux d’amélioration de la stabilité des ouvrages d’arts et des talus routiers à Entreprise Cointre, Ltp Génie Civil et Gabions, SBTP. Tous les titulaires sont disponibles ici. Valeur totale du marché : 20 800 000 euros.

Toulouse Métropole attribue l’organisation d’évènements au Stadium de Toulouse à APF Sécurité. Valeur totale du marché : 20 528 euros.

Le Département des Pyrénées-Orientales attribue la maintenance des systèmes de sonorisation de sécurité pour les bâtiments du département et les collèges publics à Pyrénées Sécurité System. Valeur totale du marché : 200 000 euros.

Le Département des Pyrénées-Orientales attribue la création d’une zone de mouillages et d’équipements légers à Paulilles à Groupement Alphaetco. Valeur totale du marché : 303 450 euros.

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine attribue les missions de contrôles extérieurs, déblais et environnement sur 3ème ligne de métro Secteur Sud-Est et Connexion Ligne B à Socotec Environnement. Valeur totale du marché : 739 587,75 euros.

La Région Occitanie attribue les missions diverses d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour les établissements d’enseignement, de formation et pour les bâtiments administratifs de la Région Occitanie à Rore, Euclid Ingénierie. Valeur totale du marché : 6 400 000 euros.

Plus de marchés ici

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine attribue les prestations audiovisuelles pour la communication chantier (Opérations 3ème ligne de métro et Connexion Ligne B) à Picsprod Visual. Valeur totale du marché : 568 450 euros.

Sète Agglopôle Méditerranée attribue les travaux d’éclairage public à Sogetralec. Valeur totale du marché : 1 600 000 euros.

Nîmes Métropole attribue la collecte et le transport des encombrants sur 37 communes de Nîmes Métropole à LVD Environnement. Valeur totale du marché : 849 662 euros.

 La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine attribue les travaux de démolition sur le site du futur du garage atelier de la ligne 3 de métro de Toulouse pour le compte de Tisseo Collectivité à Cassin Désamiantage Démolition. Valeur totale du marché : 202 557 euros.  

Le Conseil départemental du Gard attribue la réhabilitation et restructuration de bâtiments du département à Ecostudio, Romain Jamot Architecture, Ostrowski Demuyter Architectes. Valeur totale du marché : 1 800 000 euros.  

La Commune de Perpignan attribue le remplacement en rénovation de menuiseries dans les bâtiments scolaires à SAS Alu Référence. Valeur totale des lots : 197 476,81 euros.  

La Commune de la Grande-Motte attribue la réalisation de deux courts de tennis en terre battue artificielle à ST Groupe. Valeur totale du marché : 174 534 euros.  

Toulouse Métropole attribue les travaux de réaménagement de la rue Valade entre la Place Saint-Pierre et la rue Antoine Deville à Eurovia Midi-Pyrénées. Valeur totale du marché : 45 136 euros.  

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

Mardi 20 juin :

Club des affaires organisé par le Medef Hérault Montpellier à Midi Libre (rue du Mas de Grille, Saint-Jean-de-Védas). Plus d’infos et inscription ici.

Vendredi 23 juin :

Atelier sur le thème « Développez votre marque employeur pour faciliter vos recrutements », organisé par Ad’Occ à la Maison de ma Région à Nîmes (30). Plus d’infos et inscritpion ici.

Lundi 26 juin :

Tech Day Réseaux & Télécoms Internet des Objets, organisé par l’IUT de Béziers dans ses locaux. Plus d’infos ici.

Mercredi 28 juin :

Transitions Invest 2023 « au service du financement des mtations de votre entreprise » organisé par la CCI Hérault au Domaine des Grands Chais à Mauguio (34). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 29 juin : 

Grands Prix de l’Immobilier, organisés par Midi Libre.

Vendredi 30 juin : 

RDV Éco « Hydrogène renouvelable et les usages en mobilité intensive – Quel Horizon ? », organisé par Nîmes Métropole en partenariat avec la CCI Gard à l’Hémicycle de l’Hôtel Communautaire à Nîmes. Inscription ici.

Vendredi 30 juin et samedi 1er juillet :

7e édition The Village, l’Université des acteurs engagés, organisée par La Tribune et la R2gion Occitanie sur le thème « Ciel, ma planète ! » à Cordes-sur-Ciel (81). Plus d’infos ici.

Plus d'événements ici

SEPTEMBRE

Du 14 au 16 septembre :

4ème édition du forum Le Monde Nouveau, dédié à la transition environnementale et sociétale, organisée par l’association Le Monde Nouveau à Planet Ocean Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 22 au 24 septembre : 

23ème Salon de l’Immobilier d’Automne, organisé au Parc des expos de Montpellier. Plus d’infos ici.

OCTOBRE

Du 18 au 20 octobre :

Congrès international de la RSE, organisé par la fondation Oïkos en collaboration avec Afnor Groupe, à la Cité de la RSE à Toulouse. Plus d’infos ici.

24 et 25 octobre :

Salon du Littoral organisé par L’Agence Midi Libre au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

DÉCEMBRE

5 et 6 décembre :

10ème édition du Congrès National Bâtiment Durable, organisé par Envirobat Occitanie et Effinergie au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos et inscription ici.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking.
La stratégie de la Mutuelle des Motards, qui fête ses 40 ans.
– Catana : quelle stratégie pour le constructeur de catamarans après le décès d’Olivier Poncin
– Commerce : GDC (Béziers) se diversifie dans la logistique 
– Ces entreprises d’Occitanie menacées par les risques naturels
– Imagerie médicale : Intrasense repris par Guerbet
– Réutilisation des eaux usées traitées : l’expérimentation menée à Murviel-lès-Montpellier

> Série d’été sur les thèmes : 
« L’influence économique de l’USAP et des Dragons Catalans dans les Pyrénées-Orientales »
« Ces PME centenaires qui ont su se réinventer au fil du temps : l’exemple d’Union Matériaux à Montpellier »
6 sujets sur les projets de mobilité décarbonée dans le Gard : réouverture de la rive droite du Rhône aux voyageurs, création d’une armature de PEM, plan Vélo d’Alès Agglomération, aire de covoiturage sur l’A9 à Nîmes…
La revanche des villes moyennes : le cas d’Alès
Une ville, une statue : Nimeno II à Nîmes
2 papiers sur le manque d’eau

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur les machines à bois, parution en mai.
Enquête longue (40.000 signes) et nationale le marché du sciage en France. Deux parties : feuillus et résineux. Avec des encadrés sur la palette et l’emballage, et un autre sur l’éco-certification. 

Pour Touléco :
– Comment le monde agricole prépare la sécheresse estivale.
– Guide de l’Acheteur Immobilier : Reconstruire la ville sur la ville, des exemples dans l’Hérault et le Gard ; Quelles stratégies pour acheter en 2024 ? Quel marché pour Montpellier en 2024 ? Photographie du marché de la métropole ; Marchés de Perpignan, Nîmes et Béziers.
– Interview de Bertin Nahum (Quantum Surgical)
– L’IA à Montpellier
– Santé / Immobilier : la clinique du Parc qui déménage à Castelnau

Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) de juin :
. Trois pages sur les politiques publiques dans le Gard en matière d’urbanisme et de transport
. Deux pages sur le marché de l’immobilier de luxe dans les Pyrénées-Orientales
. Pages descriptives de programmes de Habitec à Nîmes et de Pitch Immo à Lattes.
. Page sur le dispositif Cezame de location-accession.

Rédaction de contenus

Contribution au magazine  » Signature#9″ édité par Profils Systèmes
– Portrait du street-artist Sunra
– Rénovation en profondeur d’une villa dans la Rhône par l’architecte Thibaut Chanut (Dank Architectes).

Rédaction d’un livre sur la valeur travail, pour Matthieu Ourliac (Medef Béziers Littoral Ouest Hérault), avril et mai 

Rédaction d’un Livre Blanc reprenant les temps forts d’un colloque sur les traumatisés crâniens, organisé par la Fondation de la Mutuelle des Motards (président : Alain Borie), qui se tiendra le 25 mai à Montpellier

 

Animations

5 juillet : Co-animation, avec Sophie Voinis (Toulouse), de l’événement « Talents d’Occitanie », organisé par la Région Occitanie en bisite, à Toulouse (la Cité) et Montpellier (Cité de l’Économie et des Métiers de Demain).

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

La tech s’invite aux JO

Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Devenir partenaire

Vous vous reconnaissez dans le ton des Indiscrétions, sérieuses sans se prendre au sérieux, utiles et futiles, bienveillantes et exigeantes ? N’attendez plus !

Share This