B2-Region Occitanie-4 mars 2024

Les indiscrétions

La tête dans le guidon

Semaine du 11 mars 2024

sur le gril cette semaine

En « À l’affiche », le golf de la discorde en pays catalan, les marges pas à la marge des promoteurs immobiliers ; En « Décodage », entre autres, la fronde du mouvement HLM régional lors du comité régional, les ventes immobilières dégringolent en Haute-Garonne,la vinaigrerie Granhota se pose comme nouveau débouché de la filière vinicole…

Et aussi ? En « Zoom », les dessous de la réussite d’Atelier Tuffery à Florac (48), entre choix d’indépendance, ancrage territorial, ecommerce et polyvalence en atelier pour éviter les tâches répétitives ; En « Trois questions à… », le salon du multicoque se profile à La Grande-Motte (34) ; En « Ça pousse », attribution de la 3e tranche de La Cartoucherie à Toulouse, ou encore Sud Foncière acquiert un ensemble commercial à Beaucaire. Et des rubriques très utiles, concoctées avec soin : « Agenda » et « Au marché »

Illustration de Hubert Vialatte Les indiscrétions faço les 3 singes

À l’affiche

Parce qu’elles et ils le valent bien

Cyril Crassous, ITS Fusion

Cyril Crassous, ITS Fusion

Le responsable d’agence Brunet Ertia (process thermiques vinicoles, implantations à Béziers, Bordeaux et Aix-en-Provence) succède à Séverine Marzullo à la présidence du cluster d’entreprises industrielles ITS Fusion (Béziers – 34), premier réseau industriel de l’Hérault. Le bureau se compose, à ses côtés, de deux vice-présidents, Cédric Botella (Instadrone) et Mathieu Dossat (Delta Automatisme), d’un trésorier, Frédéric Jourde (Thalis Industries) et d’un secrétaire, Benjamin Boissière (HTM, Hydraulique Transmission Manutention). Clémence Bretones a succédé en octobre dernier à Sophie Cousin au poste de chargée d’animation et développement réseaux. ITS Fusion compte 9 entreprises adhérentes, pesant 49 M€ de CA et près de 300 salariés en cumulé : Delta Automatisme (6,5 M€ de CA, 40 salariés), Brunet Ertia (12,5 M€ de CA, 50 salariés), MSI (18,5 M€ de CA, 95 salariés), Maintcontrol (850 k€ de CA, 6 salariés), HTM (3,3 M€ de CA, 18 salariés), Réal Inox (1,6 M€ de CA, 9 salariés), MGL (1,8 M€ de CA, 8 salariés), Instadrone (6,5 M€ de CA, 35 salariés), Thalis Industries (3,9 M€ de CA, 18 salariés). 

Hermeline Malherbe, Département des Pyrénées-Orientales

Hermeline Malherbe, Département des Pyrénées-Orientales

La présidente du Département des Pyrénées-Orientales adresse une lettre à Christophe Bechu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, pour l’alerter sur les conséquences de la création possible d’un golf à Villeneuve-de-la-Raho. « Le département des Pyrénées-Orientales fait face à des conditions de sécheresse sans précédent. Dans ce contexte, les usages de l’eau appellent une vigilance accrue avec la nécessité de réinterroger des projets qui ont été lancés ou approuvés avant que la situation ne se dégrade. À ce titre, le projet de création d’un complexe immobilier prévoyant la construction d’un golf sur la commune de Villeneuve-de-la-Raho […] semble inapproprié », écrit Hermeline Malherbe. Par ailleurs, « l’association Écologie pays catalan et le mouvement Agissons déposent un recours hiérarchique au ministre de la Transition écologique pour obtenir le retrait de l’arrêté de prorogation pris par le préfet le 28 décembre dernier », indiquent nos confrères de L’Indépendant. Cet arrêté vise à proroger jusqu’en 2028 la déclaration d’utilité publique du projet de golf de Villeneuve-de-la-Raho.  
Proposé il y a 20 ans, le projet, qui comprend la création d’un parcours de 18 trous, de 600 logements et d’un hôtel sur 150 ha, fait débat. Comment réaliser un golf alors que l’eau manque ? « Le golf sera arrosé en totalité par les eaux récupérées par la station d’épuration », défend Jacqueline Irles, maire de Villeneuve-de-Raho (LR), auprès de France Bleu (ici).   
Lire le courrier adressé au ministère en cliquant ici.  

Martine Tibérino-Champ, Apesa France

Martine Tibérino-Champ, Apesa France

La nîmoise Martine Tibérino-Champ est élue présidente d’Apesa France (Aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aigüe) avec 93 % des voix ce 27 février, succédant à Marc Binnié, cofondateur de l’organisme. Elle était présidente d’Apesa 30 depuis 2020, fonction qui sera désormais assurée par Jean-David Vidal, annonce-t-elle sur LinkedIn. Sur la feuille de route de la conseillère immobilière : « faire en sorte qu’Apesa soit mieux reconnue par les pouvoirs publics, afin d’avoir plus de fonds pour nous permettre de financer tous les accompagnements nécessaires », explique-t-elle aux Indiscrétions. Présidente d’une chambre de procédure collective sur assignation, Martine Tibérino-Champ est juge depuis 9 ans au tribunal de commerce de Nîmes.  
L’Apesa intervient à travers de 4.000 ‘sentinelles’ réparties en France. Il s’agit de personnes formées par des psychologues pour réaliser un entretien avec un dirigeant en situation de mal-être suicidaire. « Beaucoup d’entrepreneurs se retrouvent aujourd’hui avec de grosses difficultés financières. Par exemple, dans le Gard, nous avons recensé 33 fiches d’alerte en 2023 au lieu de 12 en 2022, illustre Martine Tibérino-Champ. Les entrepreneurs ont la tête dans le guidon et ne voient pas forcément qu’ils ne vont pas bien. En 2024, 540 fiches d’alerte ont été déclenchées en France. Jusqu’à présent, les services de l’État n’engageaient pas trop de poursuites à l’encontre les dirigeants. La tendance s’inverse. » Depuis la création d’Apesa il y a 10 ans, 8.325 fiches d’alerte ont été déclarées, dont 2.186 en 2023.  
Plus à lire dans Les Échos en cliquant ici.

Laurence Pujo, Direction départementale des territoires de la Haute-Garonne

Laurence Pujo, Direction départementale des territoires de la Haute-Garonne

Laurence Pujo est nommée directrice départementale des territoires (DDT) de la Haute-Garonne, par décret du 6 février. Elle a pris ses fonctions le 1er mars, succédant à Yves Schenfeigel. Depuis 2020, Laurence Pujo était directrice du service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévention des inondations, au sein de la direction générale de la prévention des risques du ministère chargé de l’écologie.

Valérie Arnal, Ville de Montpellier

Valérie Arnal, Ville de Montpellier

Jusqu’à présent cheffe de cabinet de la Ville de Montpellier, elle est nommée directrice de cabinet de la Ville de Montpellier (maire : Michaël Delafosse). Elle succède à Grégory Bozonnet, nommé à partir d’avril directeur général délégué Ville-Métropole. Clément Prunières reste directeur de cabinet à la Métropole. Alice Girardot, ex-directrice adjointe de cabinet, succède à Valérie Arnal comme cheffe de cabinet à la Ville. Christophe Boutet, actuel directeur de cabinet adjoint à la Ville, pourrait rejoindre la Métropole pour y remplacer Alice Girardot. Bref, une info « chaises musicales » qui serait plus simple à raconter avec un dessin et des flèches.

Franck Proust, Contournement Ouest de Nîmes

Franck Proust, Contournement Ouest de Nîmes

Le président de Nîmes Métropole annonce, le 8 mars, la signature de la DUP (déclaration d’utilité publique) du contournement routier ouest de Nîmes, par arrêté du 4 mars (lire en cliquant ici). Les communes concernées par les futurs travaux sont Caveirac, Milhaud et Nîmes. L’infrastructure est prévue sur environ 12 km, entre la route national 106 au nord (à Nîmes) et l’échangeur avec l’autoroute A9 et la RN 113 au sud (Milhaud). À l’issue des travaux (dont la date reste imprécise), « le statut de route express sera attribué à l’aménagement nouvellement créé, à l’exception de l’échangeur de raccordement avec l’autoroute A9 », précise l’arrêté du ministère de Transition écologique et de la Cohésion des Territoires. « L’engagement opérationnel et financier de Vinci Autoroutes pour traiter prioritairement et rapidement le tronçon reliant l’A9/RN113 à la RD40 (Route de Sommières), est une réelle opportunité à la fois pour concrétiser au plus tôt le désenclavement du CHU de Nîmes (plus gros employeur du Gard avec plus de 6.000 agents), de la caserne du SDIS mais aussi de l’ensemble des entreprises de la Zone industrielle de Saint-Césaire », explique Franck Proust. L’élu souhaite désormais « aller vers un phasage de l’opération. C’est la condition de l’efficacité et d’un gain de temps déjà trop long ». S’il aboutit, le contournement de Nîmes désenclaverait aussi le bassin d’Alès, situé au nord de Nîmes. Christophe Rivenq, président LR d’Alès Agglomération, espère une mise en service « en 2030-2032 ». Le coût du projet est évalué à environ 280 M€. La DUP va être attaquée par l’association Caveirac Vaunage. « Nous allons nous réunir le 15 mars en mairie de Caveirac pour une assemblée générale extraordinaire et désigner l’’avocat que l’on va prendre pour attaquer la DUP », explique son président, Thierry Codou, dans Midi Libre.

Alice Bonidan, Redman Occitanie

Alice Bonidan, Redman Occitanie

La directrice de Redman Occitanie annonce aux Indiscrétions l’ouverture imminente d’une agence Redman à Toulouse. La direction régionale Occitanie restera à Montpellier, où est basée Alice Bonidan. Autre actualité pour l’opérateur immobilier : le dévoilement des visuels de son projet de requalification du Palais des Congrès de Béziers, le 25 mars en conseil municipal à Béziers.  
« Redman va acquérir et transformer le Palais des Congrès de Béziers », Les Indiscrétions du 29 janvier à croquer en cliquant ici.

Michaël Delafosse, Salon de l’Immobilier de Montpellier

Michaël Delafosse, Salon de l’Immobilier de Montpellier

Semaine immobilière pour le maire-président de Montpellier et sa métropole. De retour du Mipim (Cannes), il détaillera, le 15 mars à 17h, les futures Assises du Logement, lors de l’inauguration du Salon régional de l’Immobilier (Corum, organisateur : Adimo). Il interviendra aux côtés de Laurent Villaret (FPI Occitanie Méditerranée) et Céline Torres (Pôle Habitat FFB Occitanie). Le 37e Salon de l’Immobilier de Montpellier (15-17 mars, Corum) se déroule dans un contexte de crise inédite de l’immobilier neuf, touchant à la fois l’offre (la production) et la demande (les acheteurs).  

Frédéric Rimattei, CHU de Nîmes

Frédéric Rimattei, CHU de Nîmes

Il est en passe d’être nommé directeur général du CHU de Nîmes, selon plusieurs sources. Frédéric Rimattei doit remplacer Nicolas Best, écarté par décret présidentiel en novembre, en raison de sa mise en examen pour soupçons de favoritisme et corruption passive sur fonds de marchés et de travaux. Le poste est actuellement occupé par Éric Dupeyron, qui assure l’intérim. Frédéric Rimattei est depuis 2015 directeur général adjoint du centre hospitalier universitaire de Rennes. Sa nomination devrait être officialisée prochainement en conseil des ministres. Il a auparavant exercé des fonctions de direction au sein des centres hospitaliers universitaires de Montpellier et de Toulouse.

Philippe Malagola, EPR Port Sud de France

Philippe Malagola, EPR Port Sud de France

Il est réélu le 6 mars à la présidence de l’Établissement Public Régional Port Sud de France, exploitant du port de Sète-Frontignan (34), apprend-on dans un communiqué (ici). En parallèle, Didier Codorniou est réélu à la vice-présidence. Au cœur de la stratégie 2021-2025 du port de Sète-Frontignan : la transition énergétique. Afin de réduire son empreinte carbone tout en améliorant l’efficacité énergétique de ses opérations maritimes, l’EPR Port Sud de France a procédé à des travaux d’électrification de ses quais. Le port devance ainsi « l’échéance imposée par le règlement européen, indiquant qu’à partir du 1er janvier 2030 les navires à quai auront l’obligation de se brancher à l’alimentation électrique à quai », explique l’EPR Port Sud de France. Également, plusieurs mesures environnementales ont été mises en place telles que « l’aménagement de panneaux photovoltaïques, le renouvellement de sa flotte de véhicules en véhicules électriques, la mise en place d’une démarche 0 plastique, la création d’une nouvelle plateforme multimodale… ». Propriété de la Région Occitanie (présidente : Carole Delga, PS), le port de Sète-Frontignan est dirigé par Olivier Carmès. À (re)lire dans Les Indiscrétions du 22 janvier « Le port de Sète veut devenir une base arrière de l’éolien offshore » en cliquant ici.  

Philippe Aspar, Agnès Charousset, SAC Hasso

Philippe Aspar, Agnès Charousset, SAC Hasso

Le DG de Tarn Habitat (depuis 2020) est élu directeur général de la SAC (société anonyme de coordination) Hasso (Habitat Solidarité Sud-Ouest). Agnès Charousset, DG de Lot Habitat et urbaniste, est élue directrice déléguée. Ingénieur ESTP, Philippe Aspar a auparavant œuvré aux transformations de l’État en région, dans le cadre des phases de décentralisation.  
Agnès Charousset a assuré de nombreuses missions à l’international : observatoires urbains, gestion de l’habitat informel, planification et développement de l’habitat…, en Afrique, Amérique du Sud et Extrême-Orient.  
À (re)lire : « Logements sociaux : dans les départements autour du Grand Toulouse, à l’Hasso ! », Les Indiscrétions du 11 avril 2023, en cliquant ici.

Colette Certoux, Fédération des Industries Nautiques

Colette Certoux, Fédération des Industries Nautiques

Vice-présidente de la Fédération des Industries Nautiques et de l’Association pour une plaisance éco-responsable, elle est annoncée le 3 avril en Occitanie pour la signature du contrat de filière de la Région Occitanie sur l’industrie nautique, indique Didier Codorniou, président du Parlement de la Mer, vice-président de la Région Occitanie délégué à la Méditerranée et maire de Gruissan (11).  

Bertrand Couronne, FFB 34

L’antenne biterroise de la FFB 34 sera officiellement relancée le 5 avril à 11h30 (3 rond-point Georges-Pompidou) par Gilbert Comos, président de la FFB 34 et Bertrand Couronne, vice-président de la FFB 34 délégué au Biterrois et président de la SA des Arènes de Béziers.  

Laurent Villaret, FPI Occitanie Méditerranée

Laurent Villaret, FPI Occitanie Méditerranée

Un débat pas à la marge, sur les marges des promoteurs immobiliers. « Je ne connais pas de banquier qui finance des opérations, qui plus est de façon récurrente, avec du logement libre, avec une marge comprise entre 5 et 7 %…..et encore moins dans la période de crise sans précédent que nous traversons, qui affecte profondément nos entreprises et nos prestataires », précise aux Indiscrétions le président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) Occitanie Méditerranée, directeur associé de GGL Groupe, suite à la déclaration de Céline Torres, présidente du Pôle Habitat FFB Occitanie, sur les taux minimum de rentabilité des opérations immobilières (Les Indiscrétions du 4 mars, cliquer ici). « En-dessous de 7 %, sauf exceptions de vente en bloc totale à des bailleurs sociaux, il n’y a quasiment pas de modèle économique finançable. Ces marges couvrent le risque (accrus en période de crise) et les besoins des promoteurs pour réinvestir dans d’autres opérations avec leurs fonds propres, dans une période où leurs trésoreries en ont bien besoin », complète Laurent Villaret.

Marc Aufort, Axylis / Tribunal de commerce de Béziers

Marc Aufort, Axylis / Tribunal de commerce de Béziers

Son poste de vice-président du tribunal de commerce de Béziers (34) lui prend beaucoup de temps (« une journée par semaine »), mais sert à son métier de dirigeant-associé d’Axylis (expertise-comptable et commissaires aux comptes). « Quand tu sais comment fonctionne la justice commerciale, les contentieux et les procédures collectives, tu peux mieux accompagner tes clients entrepreneurs en difficulté. Par exemple, dans le bâtiment, je conseille d’émettre des devis pour tout changement de commande sur les chantiers, même s’il ne s’agit que de l’installation de trois prises supplémentaires », conseille-t-il. Il insiste sur la nécessaire anticipation des difficultés. « La procédure de sauvegarde permet de sauver 75 % des entreprises qui engagent cette démarche. A contrario, en cas de procédure collective, la mortalité des entreprises s’élève à 95 %. Et pourtant, dans ma juridiction, je comptabilise en 2023 environ 300 procédures collectives, et seulement 5 demandes de sauvegarde. »  
Alors que le nombre d’entreprises en difficulté repart à la hausse, notamment dans la restauration, le bâtiment et l’immobilier, l’Ordre des Experts-Comptables Occitanie (président : Pascal Castanet, un autre Biterrois) crée une formation de ses membres sur la prévention des entreprises en difficulté. Au programme : « comment appréhender les dossiers, assister à une audience au tribunal de commerce, et se rendre une demi-journée chez un administrateur judiciaire. Accompagner avec succès une entreprise en difficulté, c’est pour un expert-comptable une réussite, davantage que d’accompagner une entreprise qui se développe. Dans ce cas, c’est que le chef d’entreprise est performant dans son business. En cas de problèmes, le dirigeant d’entreprise n’a pas le savoir-faire juridique. » 

Plus de À l’affiche

Jérémie Teruel et Jérôme Jullien, MGL Béziers

Jérémie Teruel et Jérôme Jullien, MGL Béziers

Figure féminine de l’industrie biterroise, Séverine Marzullo, ex-DG de MGL Béziers (usinage, 1,8 M€ de CA, 8 salariés), et son mari Stéphane Marzullo annoncent via Linkedin la cession de la PME à Jérôme Jullien (à gauche sur la photo) et Jérémie Teruel. « Après 20 ans dans la société, dont 7 années comme dirigeants, nous avons relevé des challenges, notamment en faisant progresser le CA de 60 %, et en investissant 600 k€ dans la transformation numérique de la société entre 2018 et 2023. Nous pensions que c’était le moment opportun de céder notre entreprise », confie-t-elle aux Indiscrétions. L’opération est effective depuis le 1er mars. Durant les 5 prochains mois, les anciens dirigeants de MGL accompagneront les nouveaux gérants dans leur prise de fonction. « Quant à la suite, elle reste à écrire. Nous allons prendre un peu de repos et restons à l’écoute d’opportunités », complète-t-elle. Elle quitte de fait ses fonctions de présidente d’ITS Fusion, cluster des industries du Biterrois.

Antonin Boccara et Romaric Galonnier, Festival International des Jeux de Cannes

Antonin Boccara et Romaric Galonnier, Festival International des Jeux de Cannes

Créateurs et éditeurs de jeux de société, le Lotois Antonin Boccara (à gauche sur la photo) et le Tarnais Romaric Galonnier remportent l’As d’Or Enfant de la 37e édition du Festival International des Jeux de Cannes (80.000 personnes), annonce le Palais des Festivals et des Congrès de Cannes dans un post LinkedIn.  Leur jeu récompensé est Puzzle Aventure, édité par Game Flow (Grenoble), illustré par Arnaud Boutle, et distribué par Blackrock Games (Puy-de-Dôme). « Un prix prestigieux, qui sonne comme une reconnaissance de la part de la profession », indique Romaric Galonnier dans un post Facebook.

Muriel Fournier, Espace Propreté  

Muriel Fournier, Espace Propreté  

La société montpelliéraine Espace Propreté (dirigeante : Muriel Fournier), spécialiste du nettoyage de bureaux et de locaux professionnels, est nommée aux Trophées des Solutions Responsables, lit-on dans un post LinkedIn de l’entreprise. Organisée par la Cité de la RSE et de l’impact, cette récompense vise à célébrer les organisations d’Occitanie engagées dans la RSE. La cérémonie aura lieu le 14 mars, à la Fondation Oïkos pour la RSE à Toulouse. Plus d’informations ici.  

Sébastien Monvois, CAF de l’Hérault

Sébastien Monvois, CAF de l’Hérault

Fondateur de ISBM (aide à domicile), il succède à Sandie Kuntzmann (LSK Groupe – garde d’enfants à domicile) au poste de 3e vice-président de la Caf de l’Hérault, lit-on dans un post LinkedIn de la CPME Hérault (à croquer ici). Le conseil d’administration de la CAF de l’Hérault se compose de Laurent Teissier, président, Bruno Vic, 1er vice-président, et Jean-Luc Negre, 2e vice-président.  

Philippe Plantade, mairie de Bruguières (31)

Philippe Plantade, mairie de Bruguières (31)

Il annonce dans une lettre mise en ligne sur le compte Facebook de la Ville démissionner de ses fonctions de maire de Bruguières, commune située à 14 kilomètres au nord-ouest de Toulouse. Maire depuis 2001, Philippe Plantade a rejoint la municipalité en 1989 en tant que conseiller municipal. « Après 35 ans de vie publique, et à bientôt 65 ans, il a décidé, pour des raisons personnelles, qu’il était temps de passer la main », explique aux Indiscrétions la mairie de Bruguières. La date des futures élections n’est pas dévoilée, « nous attendons la notification de l’acceptation de sa démission par le préfet de la Haute-Garonne », précise la municipalité. Philippe Plantade reste par ailleurs vice-président de Toulouse Métropole en charge des sports et des bases de loisirs et président du Syndicat du Bassin Hers Girou. Philippe Plantade a été à l’initiative de projets structurants de la commune tels que le Bascala (salle de spectacle et événementiel), le pôle Culturel, la base de loisirs, le Coeur de Ville ou encore la nouvelle école. Avec ses quelque 3.650 habitants (source : Ville-data), la ville de Bruguières fait partie de Toulouse Métropole (président : Jean-Luc Moudenc).  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Décodage

On perce le coffre-fort

Logement social : le mouvement HLM vote contre la programmation 2024 régionale de l’État

Le mouvement HLM régional réuni le 7 mars à l’Espace Capdeville à Montpellier ©Hubert Vialatte/Agencehv

C’est une première : le 7 mars, le mouvement HLM, composé en Occitanie de 15 organisations*, vote contre la programmation 2024 proposé par la préfecture de région Occitanie dans le cadre du comité régional de l’habitat et de l’hébergement (CRHH), avec 28 voix contre, 3 pour et 6 abstentions. Et le font savoir, à travers une déclaration commune. Il ne s’agit que d’un avis consultatif, mais la marque de défiance est là. « On ne se situe pas dans une logique d’affrontement, ni dans un refus de travailler avec l’État. On dit juste que le compte n’y est pas. La programmation de logements sociaux est décevante, avec 9.443, contre un objectif de 11.000 posé par le CRHH de 2023, et alors même que cet objectif avait été revu à la baisse et qu’il faudrait, au minimum, 14.000 logements sociaux programmés par an pour rattraper le retard », pose Michel Calvo, président de HSO Occitanie (63 organismes dans les 13 départements d’Occitanie).
* HSO Occitanie, Fapil, Fondation Abbé-Pierre, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Unafo, Uriopps, Urhaj, UNLI…

Loger les classes moyennes pour ne pas freiner le développement des entreprises. « On a voté contre, mais c’est surtout pour que le gouvernement s’occupe enfin de la question du logement. Il faut produire du logement social partout. Nous laisser penser que l’on va remplacer le logement social par des logements locatifs intermédiaires, c’est une aberration. L’Occitanie compte 40.000 nouveaux habitants chaque année, et ils ne sont pas tous ingénieurs chez Airbus. Il faut des logements pour les travailleurs des classes moyennes. Sinon, le problème du logement va devenir un frein pour le développement des entreprises, sans parler de l’impact direct sur les entreprises du bâtiment », souligne Jean-Michel Favre, vice-président de HSO Occitanie. La demande est particulièrement prégnante sur la demande en logements sociaux pour les seniors. « Dans le cœur d’Hérault, on compte une attribution pour 15 demandes. Là aussi, la situation devient tendue, et s’y ajoutent les problèmes de mobilité », complète Sylvie Chamvoux (Fondation Abbé-Pierre). Elle demande à ce que la loi SRU « soit sanctuarisée, alors que le Premier ministre appelle à la réviser ».

Mine foncière. « Nous pouvons aider l’État dans la recherche de foncier. Il est propriétaire d’un grand nombre de fonciers, à travers les préfectures, l’Armée, la Justice, l’Éducation nationale…, mais est très désorganisé. Il y a une mine foncière à explorer pour les prochaines années. »

Réhabilitation. En matière de réhabilitation, « les besoins restent encore massifs pour répondre à l’enjeu climatique de notre région. Nous estimons à un besoin de 10.000 logements réhabilités par an pour avoir traité la totalité du parc d’ici 2050 et répondre à la Stratégie nationale bas carbone ». Selon les signataires, la demande sociale « ne cesse de croître, avec près de 190.000 demandeurs de logements sociaux au 1er janvier 2024, soit une augmentation de 10 % en 2023. Plus de 30 % des ménages demandeurs sont aujourd’hui sans domicile fixe. C’est toute la chaîne du logement, de l’hébergement en passant par le secteur social et médico-social, qui est grippée ».
Les signataires de la déclaration demandent au CRHH une orientation de la production vers des logements PLAI et PLUS, ou encore la garantie que la production de logements intermédiaires ne remplace pas la production de logements sociaux et très sociaux. Autres revendications : suppression de la RLS, retour à la TVA à 5,5 %, meilleure visibilité des 400 M€ prévus pour la réhabilitation de logements sociaux prévus par an pour 3 ans, revalorisation du montant des APL, accélération et simplification de la procédure de mise à disposition du foncier…

Le détail par département. La programmation 2024 prévoit, pour le parc public, 3.328 logements sociaux en Haute-Garonne, 2.273 dans l’Hérault, 769 dans les Pyrénées-Orientales, 729 dans l’Aude, 611 dans le Gard, 420 dans le Tarn, 243 dans le Tarn-et-Garonne, 180 dans les Hautes-Pyrénées, 153 en Ariège, 70 en Lozère, 207 dans le Lot, 190 dans le Gers, 270 dans l’Aveyron. Total des dotations : 33,5 M€. Le total des dotations pour le parc privé (aides aux travaux, ingénierie, copropriétés) se chiffre à 317 M€.

Territoires engagés pour le logement : Montpellier out 

À la différence de Toulouse, la métropole héraultaise ne fait pas partie des 22 territoires engagés sur le Logement, arrêtés mi-février par le Gouvernement. « Il est très surprenant que Montpellier n’ait pas été retenu », déclare Cédric Grail, directeur général d’Altémed, le 11 mars au siège de Midi Libre, sous forme de question au nouveau ministre du Logement, Guillaume Kasbarian, invité du quotidien régional. 

Réponse du ministre : « Il y avait 63 candidats. On a priorisé des territoires selon des critères précis. Par exemple, ceux qui rencontrent des tensions frontalières très importantes, notamment à l’est avec la Suisse. Ou encore, à Bayonne, où les Basques n’arrivent plus à se loger, ou Dunkerque (où l’implantation de plusieurs usines de batteries va générer jusqu’à 20 000 créations d’emplois, mais où les employeurs peinent à recruter en raison de la rareté du logement, note). Le choix a été objectif. Pour preuve : Chartres, ma ville, n’a pas été retenu. Et d’autres territoires, également sous tension au même titre que Montpellier, n’ont pas été retenus. » Le mécanisme  » Territoires engagés sur le Logement  » prévoit des simplifications et des équilibrages financiers, pour construire 30.000 logements d’ici à 2027 dans ces 22 territoires lauréats. Ce mardi 12 mars, en ouverture du Mipim à Cannes, Guillaume Kasbarian annoncera une batterie de « 14 mesures » pour relancer l’offre et la demande. 

La Région Occitanie lance un appel à projets pour soutenir l’évolution des entreprises touristiques 

Le 1er mars, la Région Occitanie lance un appel d’offres sous forme d’avance remboursable et/ou de subvention d’investissement « pour favoriser un tourisme durable, responsable, et équilibrer les territoires », indique Carole Delga, présidente de la collectivité. Parmi les priorités : la poursuite du développement 4 saisons des stations de montagne, du littoral et thermales. Les candidatures sont ouvertes auprès des collectivités, associations et entreprises, jusqu’au 7 juin. Inscription et dépôt du dossier via ce lien.

L’Occitanie se distingue en se plaçant au troisième rang des régions les plus prisées durant l’été 2023, avec 13,1 millions de touristes et 46,4 millions de nuitées. Elle génère 15,9 milliards d’euros de consommation touristique par an, soit 10,3 % du PIB régional. 

Immobilier : le volume des ventes en baisse de 31 % en Haute-Garonne 

« C’est la première fois depuis de nombreuses années » introduit Me Frédéric Giral, président de la Chambre des Notaires. En effet, tous biens confondus, le volume des ventes en Haute-Garonne affiche une baisse globale de 31 %, allant jusqu’à – 56 % dans le neuf et – 42 % pour les terrains à bâtir, apprend-on dans un communiqué de presse du 7 mars. « Une chute si brutale qu’en seulement une année, nous sommes retombés aux volumes de 2017. Tous les types de biens sont impactés. En revanche, les prix n’ont pas réellement baissé, ils stagnent et cette stagnation a contribué à gripper le marché » poursuit Frédéric Giral. Autres chiffres significatifs révélés : L’augmentation du prix médian est de + 0,7 % en Haute-Garonne (+3,2 % en 2022) sur le marché de l’appartement ancien ; Les prix sont toujours à la hausse + 2,1 % (+6,5 % en 2022) avec un prix au m² à 4.550 € sur le marché du neuf ; Une baisse de 23 % du nombre de transactions enregistrées sur le marché de la maison ancienne. 

Les manadiers soudés

2h30 de présentation en présence de 300 passionnés. C’est ce qu’on appelle un baptême du feu pour les Lunellois Thomas Bree (nouveau directeur de cabinet du maire) et Yoann Galiotto (nouveau directeur de la communication) lors de la présentation de la saison de la course camarguaise, le 29 février à la salle Georges-Brassens. « Toutes les lignées de taureaux sont connues, chaque course est détaillée. Je suis Nîmois (et photographe talentueux, à croquer ici, note), ville de corridas, mais je n’avais jamais rencontré une telle ferveur pour la Bouvine, sourit Yoann Galiotto. Les manadiers, c’est aussi un vrai milieu économique. Ils se sentent attaqués (sur les enjeux de bien-être animal, difficultés croissantes à assurer les manifestations comme les abrivados…), ce qui les soude. »

Qui va exploiter le casino de Toulouse ? 

Le 8 mars, la Ville de Toulouse lance un appel d’offres pour la concession de service public pour l’exploitation du Casino de la ville rose (lire ici). Parmi les missions confiées : « l’exploitation des activités (animation, restauration, jeu), la mise en œuvre d’une politique de protection contre l’addiction au jeu, le financement des investissements nécessaires pour assurer un haut niveau de service, l’entretien et la maintenance de l’ensemble des équipes, la mise en œuvre de mesures et d’actions en faveur du développement durable… », liste la municipalité de Toulouse. Le dépôt des candidatures est ouvert jusqu’au 26 juin, à 12h. Ouvert en 2007, le casino de Toulouse accueille 800.000 visiteurs par an. Bâti sur 3 étages, il se compose d’une salle de spectacle de 1.200 places, d’un espace dédié aux jeux, de trois restaurants et de trois bars. 

Nouvel échangeur à Clermont-l’Hérault : enfin réalité ?

Le monde économique du Cœur d’Hérault le réclame depuis plusieurs années à l’État. Un 2e demi-échangeur nord à hauteur de Clermont-l’Hérault (34), le long de l’A75, vient d’être autorisé par le ministre des Transports, Patrice Vergriete, indique Midi Libre ce 8 mars.

Le Château l’Hospitalet rejoint le groupe Small Luxury Hotels 

Situé au sud-est de Narbonne, le Château l’Hospitalet (groupe Gérard Bertrand) rejoint le groupe Small Luxury Hotels of the World, lit-on dans un communiqué de presse (à retrouver ici). Cet hôtel 5 étoiles propose par ailleurs une dégustation du Clos du Temple, vin rosé narbonnais élu meilleur rosé du monde au Wine Paris, exposition dédiée au vin qui s’est tenue du 12 au 14 février, à (re)lire dans Les Indiscrétions du 26 février, en cliquant ici). Small Luxury Hotels of the World compte 560 hôtels à travers 90 pays dans le monde.

Trois nouvelles start-up au BIC de Montpellier Méditerranée Métropole 

Le BIC de Montpellier, pépinière d’entreprises innovantes de Montpellier Méditerranée Métropole, annonce dans un post LinkedIn l’arrivée de trois nouveaux entrepreneurs : Pascal Jardé (EnCaps, solution de passeports numériques pour les produits), Jonathan Dubois (Goxoa, bières sans alcool destinées aux sportifs) et Mohammade Check (Spark Towers, cabinet de conseil en environnement et météorologie). Autre actualité pour le BIC : l’accueil du Sommet français du No-Code, le 19 mars à partir de 9h30 à la Halle de l’Innovation à Montpellier. Le BIC a accompagné plus de 850 entreprises depuis sa création en 1987. 

Valeur travail, le débat 

« Pouvons-nous parler de crise de la valeur travail ? Quelles sont les principales causes de la désaffection pour le travail aujourd’hui ? Comment cette évolution affecte-t-elle les entreprises et les travailleurs ? ». Le club management & ressources humaines Grand Sud-Ouest organise au siège de La Dépêche du Midi à Toulouse, jeudi 28 mars de 18h30 à 22h, une soirée sur le thème « La valeur travail a-t-elle disparu ? ». Lionel Roques et Isabelle Lasserre, co-auteurs de l’ouvrage « Laissez-nous bosser ! », paru le 21 février, sont les invités de cet échange, animé par Gil Bousquet, journaliste à La Dépêche du Midi. Dans un marché du travail en tension, le sujet est plus que jamais d’actualité. Précurseurs, Matthieu Ourliac, fondateur du groupe Caminarem et président du Medef Béziers, et le journaliste économique Hubert Vialatte signaient l’an passé un manifeste choc sur le rapport au travail en 2023 à se procurer ici
S’inscrire à la conférence, ici. Tarif Adhérent : gratuit – Tarif non-adhérent : 90€. Jeudi 28 mars de 18h30 à 22h – la Dépêche du Midi, avenue Jean Baylet, Toulouse. Le CMRH offre un exemplaire de l’ouvrage à chaque participant. 

Lunel : cet investisseur privé incontournable

René Hermabessière, investisseur privé aussi discret qu’incontournable dans le Lunellois, porte un programme de zone d’activités d’environ 5 hectares, dans le secteur du nouveau siège social de BIO-UV Group, apprend-on de source proche.

Communauté de communes rurales : la galère du recrutement

Situations géographiques enclavées, salaires peu élevés, chômage du conjoint : les intercommunalités rurales ont les pires difficultés à recruter des compétences. Par exemple dans la communauté de communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises (Gard et Hérault), où les postes RH et financiers cherchent preneurs. « Suite à plusieurs défections de jeunes recrues, au bout de seulement quelques mois, nous avons revu la trame de l’entretien d’embauche, indique une source proche. La première question qui est désormais posée, c’est : ‘Êtes-vous vraiment sûrs de vouloir venir ici ? Connaissez-vous des gens ? Si vous résidez à Montpellier, avez-vous des temps de trajets ? »

Ode à l’amer

« Que devient Ode à la mer ? » (projet de requalification urbaine de l’avenue Georges-Frêche, à Lattes et Pérols dans l’Hérault, porté par Montpellier Méditerranée Métropole), questionne Christèle Marnas (Tourny Meyer) sur LinkedIn. D’après elle, « tous les acteurs clefs de succès étaient réussis » pour un « projet urbain phare remarquable »… Mais « rien n’a encore abouti à ce jour. Reste un terrain vague (où doit s’implanter, en théorie, le futur stade Louis-Nicollin, note), avec quelques immeubles rasés, effondrés… friches commerciales immondes. Reste une enseigne de location de matériel et d’engins de travaux publics (Kiloutou, note) asynchrone avec ce site d’exception de 14 ha. Reste une cave historique, propriétaires fonciers de tous les espaces urbanisables, en quasi-déshérence. Reste un somptueux immeuble isolé ‘Le Liner’, que les locataires veulent quitter et que le propriétaire, grosse foncière parisienne, cherche à vendre depuis des mois. » Un édito certes parti pris (Tourny Meyer a travaillé pour Frey sur le projet avorté de Shopping Promenade), mais qui n’élude pas de vraies questions, à déguster en cliquant là.

Achats publics responsables : lancement de RES’OCC à Montpellier 

Lancement de RES'OCC à Montpellier
Lancement de RES’OCC à Montpellier ©Charlotte Parent – Ademe

Animation de groupes de travail thématiques, organisation de matinales techniques départementales, favorisation de l’accès à un centre de ressource et au guichet vert, accompagnement au MOOC « Achat durable »… Voilà quelques exemples d’actions concrètes présentées par les membres du conseil d’administration de RES’OCC, lors du lancement du réseau d’achats publics responsables, à Montpellier, le 5 mars. Lancé à Toulouse en 2022 et composé de 300 acheteurs publics, RES’OCC poursuit un double objectif : « Fédérer les acteurs et les parties prenantes de l’achat public durable en Occitanie et accompagner les acheteurs afin de permettre leur montée en compétences sur les volets sociaux et environnementaux de l’achat public », rappelle le réseau. La création de ce réseau régional contribue à « atteindre des objectifs du Plan National pour des Achats Durables, soit 100 % de considérations environnementales et 30 % de considérations sociales dans tous les contrats des structures soumises au Code de la commande publique en Occitanie. » Lire le communiqué de presse en cliquant ici

Intermarché et Decathlon à Sète 

Ce 29 février, la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) de l’Hérault autorise la construction d’un ensemble commercial composé des enseignes Intermarché (1.450 m2) et Decathlon (1.460 m2) à Sète, au 16 quai des Moulins. Les exploitants sont la SNC Deval et SDIM N22 (Essonne).

L’abattoir d’Alès abattu

L’établissement municipal, détenu par la Semacc (société d’économie mixte de l’abattoir d’Alès-en-Cévennes), dépose le bilan vendredi 8 mars. Liquidation ou redressement judiciaire, le tribunal de commerce de Nîmes doit trancher ce mercredi 13, indique Objectif Gard (article à lire ici). L’abattoir emploie une vingtaine de salariés. Plus à lire cette semaine dans Les Échos.

La Banque Populaire Occitane recrute 150 personnes

La Banque Populaire Occitane (BPOC) ouvre 150 CDI, 100 postes en alternance, ainsi que des CDD. Entre mars et mai, la banque est présente sur plusieurs job dating et salons sur Toulouse, Labège, Rodez et Auch. À ce jour, la Banque Populaire Occitane compte 2.127 collaborateurs déployés sur 200 agences, centre d’affaires, réseaux spécialisés (dans 8 départements) et 3 sites centraux à Albi, Balma et Cahors. L’an passé, 196 nouveaux collaborateurs et 89 alternants ont été embauchés. « Nous évoluons vers une plus grande diversité en termes d’âge, de niveau de diplôme et de parcours professionnel », souligne Nathalie Camps, responsable recrutement et alternance de la BPOC. Pour découvrir les métiers proposés, c’est ici

Digitalisation de la commande publique 

AW Solutions, plateforme de dématérialisation des marchés publics en France proposée par le groupe Ach@at solutions (gestion des achats et marchés publics), lance eOffre, une solution dont l’objectif est de faciliter la réponse électronique des entreprises aux commandes publiques et de faire gagner du temps aux acheteurs pour l’analyse des offres. « Postuler aux appels d’offres demeure fastidieux pour les entreprises qui doivent remplir de nombreux fichiers sous différents formats, mais aussi chronophage du côté des acheteurs publics pour le traitement des dossiers. Notre solution vise à y remédier et permet notamment aux acheteurs d’analyser les offres en quelques minutes », explique Valérie Guilbert, directrice AW Solutions, dans un communiqué. Basé à Grabels (Hérault), Ach@t solutions réalise 30 M€ de CA et emploie 200 salariés. Le groupe équipe 6.700 collectivités territoriales, établissements de santé et administration publique d’état et 700 entreprises à travers l’Europe.

Des Jeux maritimes prévus à Escale à Sète 

Escale à Sète, festival des traditions maritimes, revient jeter l’ancre sur les quais de l’île singulière du 26 mars au 1er avril. Au programme : 12 villages thématiques, une exposition collective des 4 parrains dédiée aux gens de la mer, des journées internationales de symposium, des Jeux maritimes, des ateliers de médiation culturelle et scientifique… En 2022, cette biennale des traditions maritimes a accueilli 438.000 visiteurs en 7 jours (+ 56 % par rapport à 2018) et a généré 21 M€ de retombées économiques (au lieu de 12 M€ en 2018). En 2022, le budget de la manifestation s’élevait à 1,7 M€ dont 600 k€ proviennent des collectivités et 1,1 M€ de fonds privés. Escale à Sète est porté par une association de 400 bénévoles qui œuvre pour la sauvegarde du patrimoine maritime. Plus d’infos dans le dossier de presse en cliquant ici

Ça plane pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac 

aéroport toulouse blagnac
Aéroport de Toulouse-Blagnac ©DR

7,8 millions. C’est le nombre de passagers qui ont emprunté en 2023 l’aéroport de Toulouse-Blagnac, soit une croissance de 11 % par rapport à l’année précédente, annonce l’aéroport dans un communiqué de presse. Quatre ans après la Covid, l’aéroport Toulouse-Blagnac se rapproche peu à peu de son trafic d’avant crise sanitaire où son trafic avait chuté de 9 à 3 millions de passagers en 2020.

L’international gagne du terrain. Si le trafic national a reculé de 5 %, les déplacements hors Hexagone ont augmenté de 27 % par rapport à 2022 avec 4,4 millions de passagers. Ils représentent 57 % du trafic total. C’est « le faisceau international hors Europe » qui enregistre la plus forte hausse sur la plateforme (+ 49 %). Cette hausse du trafic aérien international s’explique par une croissance sur le Maghreb et l’arrivée des compagnies Air Canada et Qatar Airways. 

Low-cost. Le low-cost s’établit à 49 % du trafic et augmente sa part de marché (+5,7 points) au détriment des compagnies aériennes traditionnelles par rapport au trafic de référence de 2019. « À noter qu’en comparaison avec l’année 2022, le trafic low-cost et legacy (compagnies aériennes traditionnelles, note) est identique : +11 % », précise l’aéroport.

Avions commerciaux. Les mouvements d’avions commerciaux, au nombre de 67.592, sont en hausse de 6 %, mais restent inférieurs de l’ordre de 23 % par rapport au niveau de 2019.

Première place. Depuis dix trimestres consécutifs, l’aéroport de Toulouse-Blagnac se positionne à la première place des aéroports français (et 5ème sur le panel européen) selon une enquête indépendante ASQ réalisée par l’ACI (Airport Council International) qui évalue la satisfaction des passagers dans les aéroports.

Investissements. Installation d’une station de recharge électrique ultra-rapide en libre accès (une première en France), création de l’APOC (Airport Operational Centre) pour la gestion des opérations de l’aéroport en temps réel, implantation d’une station HyPort pour fournir en hydrogène les bus passagers… Pour accompagner cette transformation, maintenir sa capacité opérationnelle et répondre aux exigences règlementaires, l’aéroport a augmenté de 18 % ses investissements par rapport à 2022. 

Appel à projets mer et littoral 

Aménagement du littoral en faveur du patrimoine et des activités maritimes ; développement de l’économie bleue ; formation aux métiers de la mer… le fonds d’intervention maritime (FIM) lance un appel à projets pour accompagner des initiatives à l’échelle locale et soutenir le développement d’activités maritimes durables. La dotation budgétaire pour l’année 2024 s’élève à 15 M€. 150 lauréats ont été financés au niveau national en 2022 et 2023. Dans l’Hérault en 2023, 4 projets ont reçu une enveloppe totale de 282.500€ du FIM. Les dossiers de candidatures sont à remettre, jusqu’au 16 avril à 15h, sur : fim@mer.gouv.fr 

Territoire d’Industrie

Alès Myriapolis (directrice : Annick Le Lan) recrute son chargé de projet Territoire d’Industrie. L’offre d’emploi en cliquant ici.

Lozère : la blanchisserie l’Occitane cible le Gard et l’Hérault

blanchisserie occitane lozère
Blanchisserie Occitane ©DR

Installée dans la zone artisanale d’Inos, au Massegros Causse Gorges (Lozère), la blanchisserie l’Occitane (5 salariés) signe une première année d’activité encourageante avec un CA de 350 k€. Spécialisée dans la location et l’entretien du linge pour l’hôtellerie-restauration, le secteur de la santé et des vêtements professionnels, l’entreprise dirigée par Joffrey Billard est présente sur 4 départements : la Lozère, l’Aveyron, l’Hérault et désormais le Gard. « Mon ambition est de gagner des parts de marché sur le Gard et l’Hérault et d’implanter, si le volume est important, un quai ou une plateforme logistique à Montpellier », indique le dirigeant aux Indiscrétions. Aujourd’hui, l’entreprise traite en moyenne un volume de linge de 1,5 tonnes par jour « mais nos équipements peuvent nous permettre d’absorber jusqu’à 10 tonnes par jour ». La blanchisserie est installée dans un bâtiment de 1.600m² construit par la commune Massegros Causse Gorges et la communauté de communes Aubrac Lot Causses Tarn. « J’ai investi, avec un associé, 900 k€ sur des machines performantes, automatisées et surtout moins énergivores, et nous avons souscrit à un crédit-bail immobilier sur 20 ans. » À ce jour, l’activité de l’entreprise est encore saisonnière, du fait de ses nombreux clients dans le tourisme de plein air. À terme, Joffrey Billard souhaite la linéariser en contractualisant avec des établissements dans le domaine de la santé ou de l’hôtellerie-restauration ouverts à l’année. L’entrepreneur (ex technico-commercial dans la lessive) envisage de recruter sur les prochaines années entre 10 et 20 personnes en CDI (chauffeurs, fonctions administratives, commerciales, techniques…). 

Solvay / Générations Futures : bagarre autour des polluants éternels

Depuis un mois, la bataille médiatique secoue la plateforme chimique gardoise de Salindres, sur laquelle se trouve une usine du groupe Solvay, qui est l’une des cinq usines de production de PFAS (nommés ‘polluants éternels’) en France et emploie une centaine de salariés. Dans un rapport publié le 7 février, l’ONG environnementale Générations Futures fait état de « concentrations inquiétantes de PFAS » dans l’eau, suite à des prélèvements effectués sur dix lieux situés autour de la plateforme, dans les eaux de surface et l’eau potable. Depuis le 7 février, l’association dit avoir « beaucoup de contacts avec les riverains, via des visioconférences », prépare une réunion et a saisi l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Dans plusieurs courriers envoyés au ministre de la Transition écologique, l’ARS Occitanie et la Dreal Occitanie, Générations Futures demande la réduction des rejets autorisés en application du principe de précaution, et surveillance « élargie et renforcée des milieux aquatiques ».
Selon Christophe Rivenq, président LR d’Alès Agglomération, « l’eau distribuée n’est pas pompée dans les ruisseaux incriminés par l’ONG. Si un danger était avéré, nous serions les premiers en tête de cortège pour manifester, car l’agglomération est responsable de la distribution de l’eau potable. Nos services avaient déjà lancé une campagne de mesure des PFAS. Toutes les analyses montrent jusqu’à présent une présence des PFAS indécelable, ou jusqu’à 100 fois inférieure à la norme européenne qui sera en vigueur en 2026 ». De son côté, Solvay a engagé en 2021 un investissement de 20 M€ pour préserver l’environnement autour du site. Le programme pluriannuel, qui court jusqu’en 2025, concerne le traitement des déchets, avec notamment la couverture des dépôts miniers par une couverture étanche, et aussi l’amélioration des canalisations et systèmes de traitement des effluents. Solvay tient à relativiser le rapport de l’ONG. « Le TFA (acide trifluoroacétique, note) et ses dérivés sont des composés organiques fluorés qui contiennent très peu d’atomes de carbone, et ne sont pas connus pour s’accumuler dans le corps humain. Ils ont tous été enregistrés dans le cadre du règlement REACH de l’Union européenne et ont fait l’objet d’une évaluation des dangers et des risques. »

Au fait… À quoi sert le TFA ? La molécule aide le secteur pharmaceutique, en tant qu’intermédiaire dans la synthèse de principes actifs, à accroître l’efficacité de nombreux médicaments, notamment les antiviraux, les anti-VIH et les thérapies anticancéreuses, indique Solvay. Dans la fabrication d’ingrédients actifs, « elle est utilisée comme matière première pour la protection des cultures, aidant de nombreuses agro entreprises », complète l’industriel.

La Fac de Médecine de Montpellier crée une antenne à Mende 

Le chef-lieu de la Lozère va accueillir à la rentrée prochaine une antenne universitaire de la faculté de médecine de Montpellier (doyenne : Isabelle Lafont), apprend-on dans un communiqué. Avec l’augmentation du nombre d’étudiants, il y a un besoin accru de lieux de stage. « Notre enjeu, c’est de former les étudiants ici, à Mende, qu’ils découvrent le territoire, et qu’ils aient envie de s’y installer », espère Laurent Suau, maire de Mende. En quatre ans, le nombre d’étudiants en médecine à Montpellier est passé de 230 à 400 en 2e année. La faculté ouvre donc des stages dans les territoires avec l’objectif d’augmenter le nombre de professionnels de santé dans les zones rurales. Mende et la Lozère accueillent déjà une vingtaine d’internes en stage en 2ème et 3ème cycles au sein de l’hôpital ou dans des cabinets de médecins généralistes. 

Lattes : construction d’une maison des lycéens 

La SPL Arac Occitanie lance un appel d’offres pour la construction d’une maison des lycéens au cœur du lycée Jean-François Champollion à Lattes (Hérault). Les travaux, d’un montant prévisionnel de 1,2 M€ HT, prévoient la construction d’un bâtiment sur une emprise foncière de 500m² et l’aménagement des espaces extérieurs. Le marché comporte également une tranche optionnelle pour la réalisation de travaux sur la terrasse extérieure existante d’un bâtiment. La date de début des travaux est fixée au mois de juin 2024 pour une durée de 10 mois. 

La Fondation Vinci Autoroutes, la FNTR Occitanie et l’AFTRAL Occitanie s’engagent pour sensibiliser les conducteurs 

Dans les locaux de l’Aftral à Pérols, un partenariat de deux ans est signé ce 6 mars pour sensibiliser les futurs conducteurs de poids lourds à une conduite responsable. Il implique la Fondation Vinci Autoroutes, l’Aftral Occitanie (centre de formation des métiers du transport et de la logistique) et la FNTR (Fédération nationale des transporteurs routiers). 

Vinci Autoroutes signature
De gauche à droite Philippe Bastien, directeur du secteur Occitanie de l’Aftral, Christophe Charlon, président de la FNTR Occitanie, Philippe Carton, responsable des animations et des partenariats locaux de la Fondation Vinci Autoroutes. ©Vincent Riba (Agencehv) 

Actions. Plusieurs actions sont prévues pour contribuer à cette sensibilisation. La Fondation Vinci Autoroutes met à disposition des 8 sites de l’Aftral Occitanie plusieurs fourgons d’intervention percutés sur les routes, accompagnés d’explications quant aux raisons de l’accident. Un de ces fourgons est déjà en place à l’entrée des locaux de Pérols (photo ci-contre), de même qu’à Perpignan, Nîmes ou Montauban. La Fondation interviendra également sur chacun des sites de l’Aftral Occitanie dans le cadre d’une formation à la conduite responsable.

Sensibiliser les plus jeunes. « En Occitanie, l’Aftral reçoit 13.000 stagiaires par an. Nous en amenons certains au tribunal lors de procès de délits de la route pour qu’ils se rendent compte de ce que cela représente. C’est bien plus marquant qu’un film ou qu’un cours assis sur une chaise. C’est important que cela ait un réel impact, nous faisons déjà cette opération à Toulouse et voudrions la déployer à Montpellier », avance Philippe Bastien, directeur du secteur Occitanie de l’Aftral. 

74 % des conducteurs ne regardent pas la route. C’est le chiffre fort mis en avant dans la nouvelle campagne de la Fondation Vinci Autoroutes. « Nous luttons contre deux distracteurs majeurs, la somnolence et l’inattention, explique Philippe Carton, responsable des animations et des partenariats locaux de la fondation. Nous avons mené 110 opérations de sensibilisation en 2023. » Une action particulière sera également menée pour rappeler les règles à respecter afin d’assurer la sécurité du personnel en intervention – patrouilleurs, forces de l’ordre, dépanneurs… – sur route ou autoroute. « De nombreux conducteurs ne connaissent pas la règle du corridor de sécurité, alors qu’elle est inscrite dans le Code de la route depuis 2018 », déplore Christophe Charlon, président de la FNTR Occitanie. 

Hommage. Cette signature, prévue de longue date, intervient quelques jours seulement après le décès d’un agent autoroutier d’Escota (Autoroutes Esterel-Côte d’Azur). « C’est aussi pour rendre hommage à tous ces gens que nous signons ce partenariat. Ils travaillent pour nous et sont là pour améliorer nos conditions de circulation », appuie Laurent Noé, responsable communication Méditerranée chez Vinci Autoroutes. 6 fourgons de patrouille ont déjà été percutés sur le réseau Vinci depuis le début de l’année 2024. 

Granhota : la vinaigrerie comme nouveau débouché de la production viticole

Laurent Faure, gérant de Granhota ©Granhota

Alors que le vignoble languedocien est confronté à une baisse de la consommation mondiale, la vinaigrerie audoise Granhota (« Grenouille », en occitan, siège à Coursan) entend s’imposer comme un débouché potentiel pour la production viticole en France. Ce, dans une mutation du marché du vinaigre. « Le vinaigre de vin s’est effondré, au profil du vinaigre balsamique, analyse Laurent Faure, gérant. Or, 99 % du vinaigre balsamique vendu en France est importé. Il y a une place à prendre pour allouer du raisin au vinaigre balsamique. Ce produit requiert l’utilisation de jus de raisin frais, donc de raisin qui n’entrent pas dans la production vinicole mais qui sont dès leur ramasse orientés vers l’activité vinaigrière. Le vinaigre a longtemps été considéré comme le parent pauvre de la gastronomie, comme un sous-produit, contrairement à des pays comme l’Espagne ou l’Italie où il est plus valorisé. Cette tendance évolue. » Selon lui, la création d’une filière de vinaigre balsamique en France « sera mécaniquement consommatrice de millions de litres de jus de raisins. Le vinaigre balsamique de qualité requiert énormément de raisin pour sa fabrication : jusqu’à 5 litres de jus de raisin pour un litre de vinaigre. Le vinaigre va devenir une activité significative dans la production viticole languedocienne. Ce débouché va devoir être considéré par les viticulteurs languedociens. La filière viticole est crispée en ce moment, mais elle doit apprendre à regarder loin et à créer des compléments de gammes ».
Créé en 2009, Granhota dispose de 400 barriques et emploie 5 salariés pour un CA d’environ 750 k€. La part à l’export (Japon, Canada, Scandinavie…) représente 10 %. Entre août dernier et août prochain, la vinaigrerie aura transformé « entre 500.000 et 1 million de litres de produits vinicoles, pour produire au final environ 400.000 litres de vinaigres, dans lequel le balsamique pèse 66 % des ventes. Nous sommes en croissance de 20 à 35 % par an. Granhota sert pour l’instant les boutiques spécialisées, les épiceries fines et la restauration. Nous réfléchissons à la création d’une autre marque pour attaquer les grandes et moyennes surfaces locales ».
Autre piste de valorisation du raisin étudiée par Granhota, le verjus, un jus de raisin vert issu d’un fruit non mûr, ramassé avant le 14 juillet. « Cette grappe verte, non encore formée, libère un nectar vif et très aromatique. Il a longtemps été utilisé en cuisine comme conservateur et condiment, avant l’arrivée des agrumes en Europe. Nous sommes en train d’acquérir du savoir, notamment sur les cépages et les procédés, pour créer dans les années à venir un produit typique du Languedoc », complète le dirigeant.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Zoom

Une info passée au crible

Atelier Tuffery (textile) : les dessous d’une réussite

Agencehv s’est déplacé à Florac (48) pour interviewer Julien Tuffery, dirigeant aux côtés de sa femme Myriam (DG) d’Atelier Tuffery (jeans). Avec plein de choses à nous dire sur ses valeurs, son parcours, sa perception du Made in France. En nous parlant même d’ambassadeurs politiques : François Bayrou en premier de cordée, et aujourd’hui Carole Delga.

Julien Tuffery à Florac ©Hubert Vialatte/Agencehv

Pas à coups de posts Instagram. « La manufacture Atelier Tuffery (jeans) sera toujours à Florac (48). Réindustrialiser la France du textile ne se fera pas à coups de posts Instagram. L’enjeu interroge la place de l’homme, le sens, le rapport à la consommation, aux volumes consommés, à la réparation », confie Julien Tuffery, président et repreneur de la maison familiale lozérienne, en 2016. Avant d’ajouter : « Cette entreprise devait disparaître, avait peu investi, j’ai eu la chance de la récupérer en 2016, alors qu’elle comptait deux salariés pour un CA de 30 k€. En 2023 (exercice clos fin septembre, note), nous sommes 36 salariés pour un CA de 3,9 M€ et un résultat net positif de plusieurs dizaines de milliers d’euros. La croissance est certes stratosphérique, mais je fais attention à ne pas faire exploser le CA, et le choix est de rester indépendant. Ce qui passe par l’obligation d’être rentable, pour financer le développement. Des milliers de boutiques veulent nous distribuer, nous recevons beaucoup de propositions de rachats et d’investisseurs. On a une notoriété, le Made in France a le vent en poupe. Demain, si je dis oui à tout le monde, je réaliserai rapidement 25 M€ de CA, mais je ne serai plus un fabricant, et deviendrai un grossiste, en m’appuyant sur des ateliers moins à cheval sur des considérations humaines. »

Bayrou en précurseur. Les jeans Tuffery sont portés de longue date par des politiques, qui en font un étendard de la souveraineté industrielle hexagonale : Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, aujourd’hui, et le maire de Pau- François Bayrou. « Il a été précurseur dès la campagne présidentielle de 2012, où il portait des jeans Tuffery et le disaient publiquement en meeting. Il avait senti le vent du Made in France », souligne Julien Tuffery.

Les ateliers et la boutique à Florac ©Hubert Vialatte/Agencehv

Pas prédestiné. « Le rêve de mon père, qui avait souffert de la désindustrialisation et du déclin de l’Atelier, c’était que je ne fasse surtout pas son métier. Sa grande fierté était que je sois devenu ingénieur. Je me suis passionné pour mes études à Polytech Montpellier, notamment pour les enjeux écologiques et l’eau ». Après une année de césure chez Veolia Eau « au fin fond du Pays de Galles, pour des traitements d’effluents de la métallurgie, un très bon souvenir », il a suivi un stage de fin d’étude ingénieur à Londres, toujours chez Veolia, dans le cadre d’un Master en 3e cycle aux Ponts et Chaussées à Paris en alternance. Avant d’être nommé, en premier poste, responsable des stations de traitement des eaux des Pyrénées-Orientales. « C’était un management complexe, dans un territoire particulier. La Step de Perpignan a de gros enjeux techniques. Les élus sont exigeants, avec des problématiques de bord de mer et de qualité des eaux. Et il m’a fallu ‘manager du catalan’ : ce sont des personnes extraordinaires, mais de tempérament. C’est un crash test pour un jeune manager ! »

Le Made in France textile boit la tasse. Selon le dirigeant, membre de l’UIT (Union des Industries Textiles) et partenaire de France Terre Textile, la situation du Made in France dans le textile est « très difficile. Atelier Tuffery est sur une niche et se démarque. Mais de manière générale, c’est la catastrophe. Des ateliers fabriquant en marque blanche n’ont plus de commande, alors qu’ils avaient investi post-Covid. Il y a un parallèle avec l’état du marché bio alimentaire, pareil. Le Made in France est certes dans l’ère du temps, mais à la fin, le consommateur passe-t-il à la caisse pour le payer ? Non, surtout dans un temps d’inflation et de difficultés financières des ménages. Dans ce contexte, financer une grosse industrialisation se rémunérant par le volume est très difficile. Et, sociétalement parlant, qui veut aller travailler à la chaîne dans un métier dénué de sens ? », interroge-t-il. L’atelier de Florac a fait le choix de la polyvalence pour les salariés, afin d’éviter la monotonie des tâches.

La Manufacture Tuffery à Florac ©Hubert Vialatte/Agencehv

La success story inspire Thierry Julier, président de la CCI Lozère. « Julien Tuffery et sa femme Myriam incarnent la transition sociale, écologique et numérique. Ils portent des valeurs liées au territoire, au terroir, tout en perçant dans la mode parisienne, et sans être dans le greenwashing. Le client de 2024 nous demande de penser planète, devient un expert en matière d’environnement, se renseigne, prend conscience. On doit répondre à cela. Et, en matière sociale, on ne parle plus à nos collaborateurs comme il y a 4 ans. »

Vision qualité. Myriam Tuffery, également diplômée de Polytech Montpellier et des Hautes études de la santé publique (Rennes), a pour sa part travaillé auparavant pour Azura (importation de tomates-cerises et éclatement vers l’Europe à partir du pôle Perpignan Saint-Charles). « Elle apporte sa forte expertise en matière de qualité », explique Julien Tuffery.

3 questions à

Caroline Popovici, International Multihull Show

Les multicoques à la fête début avril 

Salon de référence du multicoque, l’International Multihull Show jette les amarres dans le port de La Grande-Motte (Hérault) pour une 15ème édition, du 3 au 7 avril. La directrice de cet événement international, Caroline Popovici présente aux Indiscrétions les grandes lignes de ce salon qui attend 15.000 visiteurs. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.  

Caroline, qu’est-ce qui fait la spécificité de ce salon ?
L’International Multihull Show est un salon de niche spécialisé qui réunit les constructeurs, équipementiers et prestataires impliqués dans le marché des bateaux à plusieurs coques. Ce salon est une importante place de marché : 62 % de nos visiteurs, en provenance du monde entier, ont un projet d’achat dans les 3 ans à venir. Il y a aussi 10 à 20 % de visiteurs BtoB qui viennent pour des raisons professionnelles. À date, 150 exposants de 13 nationalités différentes participeront dont Aquila, Outremer, Fountaine Pajot, Prestige, Nautitech, Temo, Highfield, E-Nav System ou encore AGL Marine. Nous sommes les seuls à ne présenter que des multicoques : catamarans à voile, powercats (catamaran à moteur), catamarans à propulsion électrique et trimarans. L’organisation en extérieur, sur le port de la Grande-Motte, permet d’exposer à flots les catamarans et trimarans. Le salon est porté par la Fédération des Industries Nautiques (5.000 entreprises adhérentes) dont la mission est de représenter, défendre et promouvoir les métiers de la filière nautique française.  

Quelles sont les nouveautés et temps forts cette année ?  
Le salon est l’occasion d’avant-premières internationales et européennes. Cette année, 4 nouveaux bateaux seront présentés pour la première fois au public. Mais la grande nouveauté est la création d’une zone de démonstration dédiée aux technologies et produits innovants. L’entreprise AGL Marine présentera son dispositif Monawa, une station de lavage pour les bateaux avec une eau de mer transformée en eau douce ; la société Manta dévoilera son vélo Hydrofoiler (sorte de vélo nautique) ; et des petites embarcations hybrides et électriques pourront être testées sur place.  
Enfin, un espace « Multihull Club Design et Innovation », implanté au cœur de l’événement, réunit les grands noms de l’architecture et du design de l’industrie multicoque, des startups et des équipementiers avec de nouvelles inventions.    

Quel est le climat des affaires ?  
Il y a une forte demande pour les catamarans à moteur (powercat) et une montée en gamme des unités proposées. Le multicoque surfe sur un marché assez dynamique actuellement. Il est porté par la France qui représente entre 70 et 80 % du marché mondial de l’industrie du multicoque.  

La HV Touch

Conseil RP

Communiquer sur les appels d’offres perdus : cela peut sembler contre-productif, mais c’est en réalité une bonne idée. Cela montre que vous êtes beaux joueurs. Cela permet de valoriser les grands axes de la candidature non-retenue, histoire de faire douter le donneur d’ordres pour une prochaine consultation. C’est une marque de reconnaissance pour vos équipes qui se sont échinées à pondre une réponse parfaite en 48h chrono. Et, aussi, vous occupez ainsi le terrain.

La phrase

« La thématique première du Lab by Altémed (Montpellier) en 2024, c’est l’eau. Nous souhaitons traiter ce sujet dans l’acte de bâtir, après avoir travaillé sur le réemploi en 2023. »

Jonathan Domergue, DGA Innovation, Performance et Stratégie du Groupe Altémed, le 4 mars lors du premier anniversaire du Lab by Altémed.
Directrice de l’innovation d’Altémed : Justine Jullian

On s’en fout

En étant devenu entrepreneur moi-même, individuel d’abord depuis cinq ans puis employeur depuis quatre ans, je me rends compte que je mène les interviews de décideurs avec plus de pertinence. Car la langue des dirigeants rythme aussi une partie de mes journées. Difficultés de recrutements, définition de prix, inflation, politique de fidélisation, climat des affaires, état de la concurrence, partage des richesses, RSE, stratégie, délais de paiement, financement, ouverture de capital… : je m’y reconnais, même si je vis ces questions à une petite échelle (4 salariés à Agencehv). De fait, mes questions sont plus ciselées. Et mes interlocuteurs me perçoivent comme un égal, à qui on peut confier certaines galères. Ce qui me donne accès à des idées d’angles d’articles que je n’aurais pas eus auparavant. Bref, un cercle vertueux. Reste à être perçu aussi et avant tout comme un journaliste. J’ai donc trouvé une formule laconique pour me présenter : « Journaliste-entrepreneur ». Au moins, on retient. Même si on s’en fout.

Ça pousse

Ils et Elles bâtissent nos villes

Toulouse : Crédit Agricole Immobilier, GA Smart Building, Nexity, Marignan et Premium Promotion, lauréats de la 3e tranche de la Cartoucherie

Perspective de la 3e tranche des travaux de l’écoquartier La Cartoucherie à Toulouse ©Lambert Lénack architectes urbanistes

Un “Parc Habité”. Tel est le nom du projet de la troisième et dernière tranche de l’écoquartier de la Cartoucherie à Toulouse, annonce GA Smart Building, promoteur-constructeur, dans un communiqué (à retrouver ici). Le projet est porté par le Crédit Agricole ImmobilierGA Smart BuildingNexityMarignan ImmobilierPremium Promotion, Michel Desvigne Paysagiste et l’agence d’architecture et d’urbanisme Lambert Lénack. Le groupement est lauréat du concours “Grand Challenge” organisé par Toulouse Métropole et Oppidea (SEM d’aménagement Toulouse Métropole).

508 logements supplémentaires d’ici 2030. Les travaux, qui débuteront fin 2025, prévoient la construction de 508 logements (33.160 m² de surface de plancher), dont 108 locatifs sociaux et 50 en accession à la propriété. Livraison prévue en plusieurs tranches entre 2027 et 2030. Un parc d’un hectare est également prévu pour 2025.

937 logements au total. Siège historique d’une fabrique de munition, l’écoquartier de la Cartoucherie se situe sur une friche urbaine de 33 ha. Il s’agit d’une opération publique d’aménagement de la mairie de Toulouse, et porté par Oppidea. Les travaux, organisés en trois phases, ont débuté en 2014, pour livrer un programme mixte (logements, bureaux, commerces et équipements publics). Des halles (Redman) complètent le tableau depuis septembre 2023. Au terme de la troisième tranche, la Cartoucherie comprendra 937 logements. Plus à lire dans le dossier de presse ici.  

Une construction hors-site. Particularité de cette 3e tranche : la pré-construction des immeubles sur les sites de production de GA Smart Building (Labège), précise l’entreprise sur son site internet. « Dès la conception de son projet, l’architecte intègre, dans ses plans, des éléments de structure, de façades et des équipements intérieurs modélisés en 3D. Ils seront fabriqués et finis en usine avant d’être acheminés sur le chantier pour y être assemblés », explique le dossier de presse. Un axe prévu par le groupement, « pour accélérer la décarbonation de notre secteur et du territoire et apporter des solutions à la crise du logement », précise Sébastien Matty, président de GA Smart Building.   

Gard : Sud Foncière acquiert un ensemble commercial de 13.000 m² à Beaucaire 

Les milliaires à Beaucaire (Gard) ©DR

Sud Foncière, foncière régionale de la Banque Populaire du Sud gérée par la société Midi 2i, acquiert le retail park « Les milliaires » (Beaucaire, 30) auprès d’une Société Civile de Placement Immobilier gérée par La Française Real Estate Managers, annonce la Banque Populaire du Sud le 7 mars (à croquer ici). « Il est prévu d’installer des ombrières photovoltaïques sur le parking afin de réaliser une production d’électricité équivalente à la consommation annuelle de 34 foyers », indique la Banque Populaire du Sud (directeur général : Cyril Brun). Situé entre deux axes fréquentés (D90 et D999), dans le Gard rhodanien, cet ensemble commercial s’étend sur 13.000 m² répartis en 17 cellules commerciales. Plus à lire prochainement dans Les Échos

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Au marché

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

APPELS D’OFFRES

Occitanie

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La Ville de Nîmes lance un avis pour une mission d'ordonnancement, pilotage, coordination inter-chantiers (OPC-IC) et travaux (OPC TRAVAUX) dans le cadre du Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine (NPNRU).

Voies Navigable de France lance un avis pour une mission de MOE dans le cadre de travaux de réhabilitation des berges prioritaires dans l'Hérault entre Palavas-les-Flots et les Aresquiers.

La société d’économie SEM ARAC Occitanie lance un avis pour un concours restreint de maîtrise d’œuvre pour la reconstruction d'un internat au centre hospitalier de Béziers.

La TaM lance un avis pour des travaux de voieries et réseaux divers / mobilier urbain, d'éclairage public et d'espaces verts dans le cadre des travaux de la ligne de Bustram

Le syndicat Sivu de la gendarmerie de Murviel-lès-Béziers lance un avis pour la construction d’une nouvelle caserne à Murviel-Les-Béziers

Le centre hospitalier de Bagnols-sur-Cèze lance un avis pour des travaux relatif à la restructuration et l'extension du service d'yrgence du centre ospitalier de Bagnols-sur-Cèze.

La commune de Trèbes (11) lance un avis pour la reconstruction d’un groupe scolaire de l’Aiguille à Trèbes.

La mairie de Perpignan lance un avis pour la création d’un préau avec couverture en panneaux photovoltaïques au groupe scolaire Blaise Pascal.

La mairie de Palavas-les-Flots lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour l’aménagement d’une maison médicale de garde.

La mairie de Perpignan lance un avis pour la création d’une unité de pompage pour l’irrigation des terrains de sport du Parc des Sports.

Occitanie Ouest 

Toulouse Métropole lance un avis pour des travaux d’aménagement du parvis de Brienne Saint-Pierre.

La communauté d’agglomération du Grand Montauban lance un avis pour des travaux d’aménagement de la place Foch à Montauban.

Themelia lance un avis pour des travaux pour la construction du centre de secours principal de Castres et du groupement sud pour le SDIS du Tarn.

La Ville d'Aucamville (31) lance un avis pour une maitrise d’œuvre dans le cadre d‘une opération de rénovation de l’Hôtel de ville d’Aucamville.

Le Département des Hautes-Pyrénées lance un avis pour une assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’accompagnement dans la mise en œuvre d’un marché public global de performance (MPGP) pour la rénovation énergétique de la cité scolaire La Serre de Sarsan à Lourdes.

La communauté d’agglomération du Grand Montauban lance un avis pour une maîtrise d'œuvre pour la reconstruction de l'écluse de Sapiacou et la mise en conformité de la chaussée de Sapiac.

La Ville de Toulouse lance un avis pour la construction d’un groupe scolaire et d’un centre petite enfance dans le quartier de Malepère à Toulouse.

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour des travaux pour la reconstruction d’un gymanse et d’une salle polyvalente à Auterive.

Le Crous de Toulouse-Occitanie lance un avis pour la rénovation de l’étanchéité de la toiture terrasse du restaurant arsenal du Crous de Toulouse

Eau 💧

Environnement 🌳

Occitanie Ouest 

La SPL Enova Aménagement lance un avis pour un marché d'assistance écologique pour la ZAC Enova. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La Ville de Cers attribue le marché de concession d'aménagement pour la réalisation de la ZAC Les Grangettes au Groupement des sociétés ANGELOTTI AMENAGEMENT et BUESA AP. Valeur totale du marché : 20,000,000 €

Le syndicat audois d’énergies et du numérique attribue le marché de la création d'un réseau bas débit de type LoRaWAN Maximum de commande à Alsatis. Valeur totale du marché : 2,000,000€

La commune d’Argence-en-Aubrac attribue le marché de la création d’un pôle de vie et d'accueil intergénérationnel par la requalification de l'ilot « Bon Accueil » à Argences en Aubrac à SAS BELET ISOLATION RODEZ. Valeur totale du marché : 11,141,132€

La Ville de Loupian attribue le marché de la maîtrise d'œuvre pour la rénovation et l'aménagement d'espaces publics en centre ancien de Loupian à ATELIER SITES. Valeur totale du marché : 394,647€

La commune du Grau-du-Roi attribue le marché de la prestation de nettoiement de la voirie, des installations et des espaces publics communaux à NICOLLIN HOLDING ENVIRONNEMENT. Valeur totale du marché : 8,615,000€

Ouest Aveyron Communauté attribue le marché de la rénovation de l'hôtel d'entreprises Les Grèzes à Villeneuve (12) à SOLIE, ME ENERGIES, WD PLATRERIE PEINTURE, MAXIDRONE. Valeur totale du marché : 94 036,04€

Plus de marchés ici

Le Conseil départemental de l'Hérault attribue le marché de la formation à l'exécution des marchés publics de travaux et prévention des litiges à SCP CHARREL ET ASSOCIES. Valeur totale du marché : 18000€ 

Tisséo Voyageurs attribue le marché de la maintenance et entretien des infrastructures du patrimoine au Groupe GCC. Valeur totale du marché : 5,130,000€ 

La Ville de Nîmes attribue le marché du traitement des encombrants non incinérables et déchets de nettoyage de voirie à COVED SAS. Valeur totale du marché : 1,500,000€. 

Le Conseil départemental de l’Hérault attribue le marché de l’étude de faisabilité pour des projets de centrales photovoltaïques d'autoconsommation individuelles et collectives à System Off Grid. Valeur totale du marché : 23,800€. 

Toulouse Métropole attribue le marché de la mission de réalisation de diagnostic de vulnérabilité et d’accompagnement pour les entreprises situées en zone inondable sur le territoire du papi d’intention de l’agglomération toulousaine à ARTELIA. Valeur totale du marché : 158,000€.  

La commune du Crès attribue le marché de la construction des Arènes du Crès  

https://www.boamp.fr/pages/avis?q=idweb:%2224-26837%22 

La SPL Arac Occitanie attribue le marché du concours restreint de maîtrise d'œuvre pour la construction du restaurant universitaire du campus Saint Eloi à Rodez à GROUPEMENT CL ARCHITECTURE (Mandataire), IB2M, INGECOR, SIGMA ACOUSTIQUE et PLUS DE VERT. Valeur totale du marché : 290,940€.  

La Régie des eaux de Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché des travaux de renforcement de l'alimentation en eau potable du secteur de l'ex-syndicat du Salaison à Groupement TOUJA (mandataire), EPUR, FRANKI FONDATION, MIDI ETANCHEITE, SERPE, SADE (co-traitants). Valeur totale du marché : 2,435,000€ 

L’Office de tourisme de La Grande-Motte attribue le marché de la mission de suivi et d’accompagnement dans la mise en œuvre du plan d’action touristiques de l’office de tourisme de la Grande-Motte à ETHICALIA. Valeur totale du marché : 75000€.  

L’agenda

Lundi 11 mars : 

Débat organisé par Midi Libre autour de la crise de l'immobilier, du logement, du bâtiment et de la construction au siège du journal à Saint-Jean-de-Védas. Inscription ici.

Mardi 12 mars : 

Assemblée générale suivie d'une Convention Éco sur le thème «Y a-t-il un copilote dans l'entreprise ? Piloter en terres inconnues : s'entourer pour prendre les bonnes décisions » de la CPME Hérault, organisée à l'Espace Lattara à Lattes. Plus d'infos et inscription ici.

« Achats responsables : stratégie gagnante pour les entreprises et les collectivités », organisé par Afnor Groupe à TBS Education (Toulouse). Plus d'infos ici et inscription là.

Mercredi 13 et jeudi 14 mars : 

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Toulouse (Haute-Garonne). Plus d'infos ici.

Jeudi 14 mars :

19e édition d'Occitanie Invest, rencontre investisseurs-entreprises, organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Mende (Lozère). Plus d'infos ici.

Rencontre Etats-Unis-France : mission économique d'investissement, organisé par la CCI Hérault, à l'Hôtel Saint-Côme (Montpellier). Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 15 mars : 

Atelier « Je veux créer ma boîte : ça commence ici ! », organisé par la CCI Hérault à la CCI Entreprises à Mauguio 'avenue Jacqueline Auriol). Plus d'infos et inscription ici.

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 mars : 

Salon de l'immobilier de Montpellier au Palais des Congrès au Corum. Entrée gratuite. Inscription pour les exposants ici : contact@salonimmobiliermontpellier.com

Mardi 19 mars :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Nîmes (Gard). Plus d'infos ici.

La 10e Nuit des Entrepreneurs, organisées par le Medef Hérault Montpellier au Pasino de La Grande-Motte, avec Alain Guyard en invité. Plus d'infos et inscription ici.

Mercredi 20 mars :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence Ad'Occ à l'IUT Figeac. Inscription ici.

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AdOcc à l'Université Technologique Tarbes Occtanie (Tarbes). Plus d'infos et inscription ici.

Journée de l'eau, organisée par Les Canalisateurs, la FNTP, le Département de l'Hérault, l'Association des maires de France et le préfet de l'Hérault au Domaine de Bayssan à Béziers (34). Inscription à l'adresse occitaniemed@fntp.fr ou au 04 67 69 00 00.

Job dating pour saisonniers, organisé par le Grand Narbonne à l'Espace Grand Narbonne Razimbaud, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h. Entrée libre. Se munir d'un CV à jour.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Auch (Gers). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Plus d'infos ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 21 mars :

4e édition de la Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie (CARB) organisée par AD'OCC à la Cité de Toulouse. Inscription ici.

3e édition de « 30 minutes pour entreprendre » organisée par Pays Cœur d'Hérault dans la salle Jules Bral à Salelles-du-Bosc. Inscription ici.

Déjeuner thématique sur la santé du dirigeant « Trouver l'équilibre entre vie privée et vie professionelle », organisée par la Cpme 34 à Lattes (909 avenue des Platanes). Inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Cahors (Lot). Plus d'infos ici.

Visioconférence Nouvelle matinale des observatoires, avec la présentation des synthèses d'études et d'observations sur les territoires de l'aire métropolitaine de Toulouse, organisée par l'AUAT . Inscription en cliquant ici.

Table ronde « Financement de la transition énergétique », organisée par l'Université de Montpellier à l'occasion du lancement de l'Observatoire de la Faculté d'éEconomie de Montpellier, sur le campus Richter (Amphi C001 à 18h).

Jeudi 21 et vendredi 22 mars :

Salon des Maires des Pyrénées-Orientales, organisé par Cap Sud 66 au parc des expositions de Perpignan. Plus d’infos ici et préinscription là.

Du 21 mars au 6 avril : 

6e édition de la Quinzaine franco-allemande d'Occitanie, organisée par la Fondation Groupe Dépêche. Plus d'infos ici.

Vendredi 22 mars :

4e édition de CARB (Convention d’Affaires Régionale de la Bioéconomie) organisée par l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Mardi 26 mars : 

Matinale RH « Comment construire sa marque employeur ? », organisée par l'Apec et Gemme Hérault à l'Atelier B (Montpellier). Plus d'infos et inscription ici.

Mardi 26 et mercredi 27 mars :

Salon Rendez-vous en France, consacré à l'offre touristique française, organisée par Atout France à Toulouse. Plus d'infos ici.

Du mardi 26 au jeudi 28 mars : 

Evénement « FIC : Forum in Cyber Europe 2024 » autour du thème « Réinventer la cybersécurité à l'ère de l'IA » au Grand Palais à Lille. Inscription ici.

Lundi 25 mars :

« Atouts des marques à identité territoriale : quels développement spossibles ? », organisée par l'Adetem Montpellier-Occitanie à l'espace Capdeville à Montpellier (417 Rue Samuel Morse). Plus d'infos et inscription ici.

Atelier « Comprendre la micro-entreprise », organisé par la CCI Hérault à Mauguio. Une session le matin en cliquant ici, et une session l'après-midi en cliquant là.

Mardi 26 mars : 

Présentation des grandes réussites de 2023 d'Eurobiomed à Biorezo, sur l'antenne Montpellier/Nîmes d'Eurobiomed. Plus d'infos et inscription ici.

5e édition de La Nuit du Pitch, organisée par la mairie de Lattes, le Medef, la CPME et Purple Campus CCI Occitanie, à l'Espace Lattara de Lattes (34). Plus d'infos et inscription ici.

Du 26 mars au 1er avril :

Festival international Escale à Sète (20 rue Martin, Sète - 34). Plus d'infos ici.

Mercredi 27 mars : 

Conférence « L'innovation dans le sport » lors des IN'DAYS organisés par la Fondation UPVD au campus du Moulin à Vent de l'Université de Perpignan Via Domitia. Plus d'infos et inscription ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Millau (Aveyron). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Plus d'infos ici.

AVRIL

Mardi 2 avril :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Rodez (lieu à définir). Inscription ici.

Du mercredi 3 au dimanche 7 avril : 

Salon international du multicoque organisé par M2Organisation au port de La Grande-Motte. Billetterie ici.

Jeudi 4 avril : 

Forum de l'alternance organisé par l'IUT Béziers dans ses locuax. Inscription obligatoire avant le 29 mars 2024 par mail à  iutb-relations-entreprises@umontpellier.fr.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Carcasonne (Aude). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Rodez (Aveyron). Plus d'infos ici.

Mardi 23 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Carcassonne (lieu à définir). Inscription ici.

Mercredi 24 et jeudi 25 avril : 

MedFEL, rendez-vous de la filière Fruits et Légumes organisé par AD'OCC au Parc des Expositions à Perpignan. Inscription ici.

Jeudi 25 avril :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Saverdun (Ariège). Plus d'infos ici.

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Béziers (Hérault). Plus d'infos ici.

Mardi 30 avril : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Montauban (lieu à définir). Inscription ici.

MAI

Lundi 6 mai : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Saint-Juéry (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 14 mai :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Perpignan (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 16 mai :

Salon TAF, organisé par la Région Occitanie, à Figeac (Lot). Plus d'infos ici.

Du mercredi 22 au dimanche 26 mai : 

8e édition du salon Viva Technology, rendez-vous consacré à l'innovation technologique et aux start-ups à Paris Porte de Versailles. Renseignements ici.

JUIN

Mercredi 5 juin : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Mende (lieu à définir). Inscription ici.

Mardi 11 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à Nîmes (lieu à définir). Inscription ici.

Jeudi 20 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité de l'Economie et des Métiers de Demain à Montpellier. Inscription ici.

Mardi 25 juin :

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Cité à Toulouse. Inscription ici.

Journée « Les rencontres d'affaires : des rencontres à faire » organisée par la CCI Lozère à l'Espace Evénements Georges Frêche à Mende. Informations et pré-inscription ici.

JUILLET

Mercredi 3 juillet :

Deuxième édition de BtoHealth, rendez-vous business et innovation de la filière Santé en Occitanie organisé par AD'OCC à l'ancienne faculté de médecine à Montpellier. Inscription ici.

Jeudi 4 juillet : 

Soirée « Passez en mode Dev Eco » dédiée à l’économie et à l’emploi du territoire, organisée par la Région Occitanie en partenariat avec l'agence AD'OCC à la Salle Fernan à Pamiers. Inscription ici.

 

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique

Vous pouvez joindre un communiqué/dossier de presse, des photos, ou tout autre élément en lien avec votre Indiscrétion.
Taille max. des fichiers : 2 MB.

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

JOURNALISME

Pour Les Échos : 

  • Lundi Matin développe l’IA pour les commerces de proximité
  • Portrait de Julien Tuffery (Atelier Tuffery). Déplacement à Florac (48) le 30 janvier
  • La stratégie exportatrice de Steam France (Montpellier)

Pour Midi Libre :

  • Rédaction d'une double page sur le marché immobilier à Béziers.

RÉDACTION DE CONTENUS

Livre Blanc sur les traumatisés crâniens, pour la Fondation de la Mutuelle des Motards

Livre Blanc portant sur l’événement de Vinseo « Vins et Climat : les questions qui fâchent. La filière viticole face aux enjeux climatiques, entre agilité et transition forcée ; Quels vins produira-t-on en Occitanie en 2050 ? » 16 novembre, 9h30, Intitut Agro Montpellier. Pour Vinseo.

ANIMATIONS

7 mars : animation de deux tables rondes sur les thèmes « Point marché sur l'immobilier d'entreprise » et « Le développement des territoires en Occitanie Méditerranée » organisées par Arthur Loyd Occitanie Méditerranée au Mas de Couran à Lattes (34).

20 mars : animation d'une journée technique sur l'eau, organisée par le Département de l'Hérault et la FRTP Occitanie au Domaine de Bayssan, à Béziers (34).

22 mars : conférence-débat sur la perception de Vinci Autoroutes par les médias, et les pistes d’améliorations de la communication de Vinci Autoroutes, lors d’un séminaire réunissant les communicants du concessionnaire autoroutier.

4 avril : animation des Premières rencontres des Energies Nouvelles Renouvelables, organisées par Montpellier Méditerranée Métropole à la Halle de l'Innovation de Montpellier. 

6 juin : événement autour de Med Vallée, organisé par Tourny Meyer Montpellier.

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.
Les Indiscrétions sont adhérentes du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) depuis mars 2024.

Les dernières indiscrétions

La tech s’invite aux JO

Il y a de la sportech en « Zoom », cette semaine. Spécialisée dans les solutions audio et vidéo à destination des spectateurs et des professionnels (arbitres, entraîneurs et corps médical), Vogo, cotée sur Euronext Growth, accélère, après avoir ...

Du moulin à la baguette

La coopérative agricole audoise Arterris acquiert la majorité du capital d’Occipain, qui regroupe les enseignes de boulangerie ‘La Panetière’ et ‘Secrets de Pains’, principalement réparties dans le Sud-Ouest. Avec cette opération, Arterris se ...

On va en entendre parler

En « À l’affiche », Atelier Tuffery (manufacture de jeans) révèle sa nouvelle adresse montpelliéraine, ; En « Décodage », 100 M€ pour un plan Vélo de la Région, 30 M€ de redressements en Occitanie Est ; En « Zoom », les ambitions nationales de ...

La rédaction

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001).

En savoir plus sur Hubert

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.
Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.
Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI (temps plein) début octobre 2020.

En savoir plus sur Sarah

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

Rédaction, community management, promotion des Indiscrétions… Amélie Cazalet poursuit son chemin en CDI (temps plein) depuis septembre 2022 chez Agencehv, après y avoir effectué un stage, de mars à septembre 2021, puis une alternance jusqu’en septembre 2022.

En savoir plus sur Amélie

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est diplômée d’un Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

La mascotte

Vincent Riba, âgé de 20 ans, a rejoint Agencehv en alternance rédaction – community management en septembre 2023 pour deux ans. Il est actuellement en Master Sport, Événementiel et Communication à Mediaschool Montpellier.

En savoir plus sur Vincent

Passionné de rugby, Vincent se destine au journalisme sportif.

Soyez Indiscret.e.s !

Les Indiscrétions protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Je communique